Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le feu avant les allumettes

 | 
Jacques Collina-Girard

IV. Archéologie du foret à feu

Texte intégral

1Si la friction est le moyen le plus largement attesté chez les primitifs pour produire du feu, les témoins archéologiques ou les preuves de l’emploi de cette méthode sont fugaces. Ils existent pourtant, comme nous le verrons, dans les textes classiques de l’Antiquité, pour les périodes les plus récentes, et dans quelques rares sites préhistoriques où les conditions de conservation sont exceptionnelles, pour des périodes plus éloignées.

Archéologie européenne

2Certains vestiges préhistoriques, possibles éléments de forets à feu, ont fait l’objet d’un inventaire critique (Perlés, 1977). Les documents parvenus au préhistorien sont, bien sûr, très rares.

Paléolithique moyen

3La baguette de hêtre trouvée dans le site de Krapina serait un foret à feu d’après Gorjanovic-Kranberger (1919). Pourtant, la longueur de l’objet semble incompatible avec une utilisation directe, sans emmanchement. Cette pièce est en effet trop courte (8,5 cm), même pour être utilisée avec un archet, et la section plan-convexe du bâton (Perlés, 1977) rend son utilisation directe peu probable.

4Il serait possible de tourner cette difficulté en emmanchant la pièce sur une avant-tige mieux calibrée. Les exemples ethnographiques de cette technique sont en effet nombreux et nous donnerons ici un exemple sud-américain :

Les Choroti et les Ashluslay lorsqu’ils font du feu, placent la baguette à forer dans la hampe d’une flèche. Ils peuvent ainsi transporter avec eux des baguettes très courtes pendant leurs expéditions de chasses et leurs autres excursions. (Nordenskiold, 1929 : 73.)

5L’utilisation de ce palliatif est, bien sûr, possible mais archéologiquement hypothétique.

6Le type de bois du bâton n’est pas un argument, bien au contraire. Si nos essais avec le hêtre ont été positifs, ils ont été très difficiles, car ce bois, trop dur, donne peu de sciure (malgré l’utilisation du foret à archet). L’argument que C. Perlés avance comme preuve est par ailleurs, comme nous l’avons vu, techniquement erroné : « ... La nature du bois (le hêtre est un bois dur) est un argument en sa faveur... » (1977 : 3.)

7L’extrémité de la baguette est mousse et ne présente rien de particulier contrairement à toutes les extrémités des forets à feu utilisés. Sur ces forets, l’usure en « bois tourné » est très caractéristique. Ces stigmates ne se retrouvent pas sur la baguette trouvée à Krapina.

8L’accumulation des arguments négatifs et la faiblesse des arguments positifs, tous hypothétiques, nous inclinent à rejeter totalement l’hypothèse de l’utilisation en bâton à feu de la baguette de Krapina.

Paléolithique supérieur

Pierres à cupules

9Lartet et Christy, cités par Hamy (1870) puis par Joly (1879) ont décrit, en 1864, des pierres à cupules provenant de La Madeleine (Dordogne). Ils les ont interprétées comme des éléments « femelles » de forets à feu. Cette hypothèse de la friction bois contre pierre se retrouve chez Varagnac (1959 et 1968) : « ... il est fort possible que les cupules innombrables dont sont parsemés les grands blocs des mégalithes maltais correspondent à de tels allumages. » (Varagnac, 1959 : 399.)

10Tous nos essais en ce sens ont pourtant été totalement négatifs. Le sable issu de la friction étouffe toute amorce d’ignition. Nous pensons, sur la base de ces expériences personnelles, que l’hypothèse est à rejeter.

Baguette périgordienne de la Gravette

11Le roman évoque quelquefois la possibilité d’allumer du feu par friction os contre os :

Il essaya d’allumer du feu en ramassant des lichens desséchés et en frottant deux os ensemble, mais il renonça. Il lui aurait fallu un tendon pour l’enrouler autour de l’os qui devait tourner sans cesse pour obtenir une combustion. Avec des os très secs, le résultat était rapide et ici ils ne manquaient pas, mais il n’y avait pas de tendon. (Arnaud, 1996 : 29.)

12Cette hypothèse a quelquefois été émise par des archéologues. C. Perlés signale une baguette d’os périgordienne interprétée comme baguette à feu par l’abbé Glory et conteste avec justesse cette hypothèse : « ... Nous ne connaissons aucune expérience de fabrication du feu avec un tourniquet en os, et l’ethnographie ne nous renseigne pas sur cette possibilité... » (Perlés, 1977 : 39.)

13Pour notre part, nous avons essayé, et sans aucun succès, car l’os paraît tout à fait impropre à cet usage. Nous rejetterons la théorie, techniquement erronée, citée plus loin pour nuancer cette opinion : « ... En théorie cependant, une baguette d’os devrait pouvoir remplir cet office en raison de la dureté relative de l’os frais par rapport à un bois tendre... » (Perlés, 1977 : 39.)

14Il faut donc, à la suite de C. Perlés, faire justice de l’hypothèse de l’abbé Glory.

Archet magdalénien de Lortet

15Sollas (1915) reproduit une figuration de l’abbé Breuil (1912). L’objet représenté (fig. 17) est une baguette de bois de renne dont l’une des extrémités est percée et l’autre échancrée à la façon des archets en ivoire utilisés par les Eskimos (fig. 18). La faible longueur de la pièce nous semble peu adaptée à cet usage mais l’on ne peut, à priori, rejeter tout à fait l’hypothèse de Sollas.

17. L’archet de Lortet

18. Archet eskimo, (d’après une photographie)

Néolithique suisse

16Si les vestiges archéologiques sont incertains au Paléolithique, ils deviennent indiscutables au Néolithique, particulièrement dans celui des lacs suisses où Pétrequin, sur des indications de MullerBeck (1965), à propos des fouilles du lac de Burgaschi, indique que :

A Burgaschi, les bâtonnets des briquets à archet, qui servent à allumer le feu par friction de deux bois différents, sont en peuplier, en saule, en if ou en noisetier ; bien qu’ils soient en concurrence par le briquet à silex et à pyrite, le briquet à archet est partout largement attesté. (Pétrequin, 1984 : 155.)

Statues-menhirs de Méditerranée

17Certains détails de ces statues-menhirs sont assez énigmatiques et décrits sous le nom peu compromettant « d’objet » (Octobon, 1932). Cet objet est toujours associé à un baudrier porté par les personnages représentés. C’est une pièce allongée qui se termine par un anneau ou une cupule (fig. 19).

18Cette pièce de l’équipement est très souvent (mais pas toujours) associée à ce qui pourrait être un arc et sa flèche... ou un archet à feu et sa baguette. C’était l’interprétation avancée par Varagnac (1959). Cette hypothèse originale n’est pas a priori improbable, puisque les Maoris de la Nouvelle-Zélande, parmi d’autres, portaient leurs instruments à feu suspendus autour du cou, comme en témoigne un mythe d’origine rapportée par E. Best (1924).

19. Exemples d’archets et de baguettes représentés sur les statues-menhirs du Midi méditerranéen, 1) Maurel, 2) Pousthoumy, 3) Saumecourte, 4) Lacoste français (A. d’Anna, 1977)

19A. d’Anna (1977) discute la validité de cette hypothèse sans la rejeter tout à fait. Il remarque toutefois que l’archet et sa baguette ne sont pas toujours associés à cette figuration et qu’il pourrait tout aussi bien s’agir d’une pièce de harnachement semblable à certaines pendeloques découvertes lors de fouilles (Balsan (1952) ; Rodriguez (1966) ; Arnal (1976) ; etc.). La question reste donc ouverte !

Archéologie extra-européenne

Amérique du Nord

Fouilles anciennes et cas isolés

20Les chercheurs du début du siècle ont signalé des forets à feu paléo-indiens exhumés lors de fouilles effectuées en grottes ou en abris-sous-roche (fig. 20) : « Henry Metcalfe a trouvé un foyer à trois trous à feu dans un habitat en grotte à Silver City, Nouveau-Mexique. Il est apparemment très ancien. »

21Plus loin, le même texte signale : « Des spécimens sont trouvés dans presque toutes les explorations d’habitats en falaises. Ils montrent une totale uniformité dans toute la région. » (Hough, 1928 : 18.)

22Boughton (1983) signale des forets à feu paléo-indiens dans les abris-sous-roche du Parc national de Mesa Verde (Colorado heritage museum de Denver).

20. Planchette à feu trouvée dans une grotte de Silver City (New Mexico), (recueillie par Metcalfe et citée par Hough, 1928)

Fouilles récentes : Bat Cave

23Dans l’État du Nouveau-Mexique, au sud-ouest de la ville d’Horse Spring, la grotte de Bat Cave, fouillée et publiée par Dick (1965), a livré une petite série d’appareils à feu (fig. 21, n° 4).

24Le matériel comporte sept planchettes et cinq forets. Nous reproduirons ici la liste et les datations publiées par Dick.

12. Datation des pièces de foret à feu de Bat Cave (Nouveau-Mexique)

Niveaux

Datations C14

Effectifs

Niveau 1

225 B.P. 177 250

6

Niveau 2

43 B.P. ± 250

1

Niveau 3

289 B.C. ± 250

Niveau 4

866 B.C. ± 200

3

3 049 B.C. à 5 549 B.C.

3 655 B.C. ± 290

2

3 981 B.C. ± 310

Total

12

(Dick, 1965)

25Toutes les planchettes sont fragmentées, les plus longues mesurent 8,1 cm de long, leur diamètre varie entre 1,1 et 1,6 cm, avec une moyenne de 1,3 cm. Les sections sont plan-convexes ou rondes et le diamètre des godets varie entre 0,8 et 1,1 cm avec un diamètre moyen de 1,3 cm. Dans tous les cas, elles sont taillées dans un bois tendre qui est le plus souvent tiré des hampes florales du yucca (souvent utilisées par les survivalists américains actuels, cf. Me Pherson, 1987). Quant aux forets, si la plupart sont cassés, quelques-uns sont entiers et leur longueur varie entre 4,5 et 29,7 cm pour un diamètre fluctuant de 0,9 à 1,3 cm.

26Le niveau 1 a fourni une paumelle taillée dans un tuf volcanique (fig. 21, n° 1 : dimensions : 8,1 cm de longueur sur 6,2 cm de largeur). Elle présente une forte cupule d’usure par giration très caractéristique.

27Il pourrait également s’agir d’un élément de perçoir à archet puisque le site a fourni des pointes de foret en trachyte et calcédoine (fig. 21, n° 5 à 7). Il n’est d’ailleurs pas exclu que le même appareil ait pu servir alternativement aux deux usages.

21. Le matériel à feu paléo-indien de la grotte de BAT. Têtes de forets en pierre (Dick, 1965)

22. Une partie du matériel à feu de la grotte de Guitarrero (Pérou) d’après Lynch (1980), 1) et 2) planchettes à godets multiples, 3) planchettes et forets à feu

Amérique du Sud

28Dans les Andes péruviennes, une grotte (Grotte de Guitarrero) a livré à Lynch une impressionnante série de forets à feu parfaitement conservés par l’ambiance froide et sèche de la grotte (fig. 22). Ils sont indiscutables et datent du Précéramique péruvien, entre 12000 ans et 2000 ans B.P. (Lynch, 1980 ; Gowlett, 1985 ; Lavallée, 1995).

29Lynch ne donne malheureusement aucune indication sur les bois utilisés ; ses remarques confirment toutefois les résultats expérimentaux : « Le bois tendre semble avoir été préféré au bois dur et dense, dont il n’y a qu’un exemplaire dans l’échantillon. » (Lynch, 1980 : 243.)

30Les photographies qui illustrent l’ouvrage de Lynch suggèrent des bois fibreux (Lynch, 1980, Gowlett, 1985).

31Les planchettes ont été réutilisées et présentent plusieurs cupules (jusqu’à neuf allumages sur l’un des exemplaires). Tous les godets sont équipés de gouttières d’échappement.

32Les forets, au nombre de trois, ont des tailles qui s’échelonnent entre 17 cm et 36,5 cm de longueur, pour un diamètre variant entre 8 et 10 mm (il s’agit probablement de drilles à feu manuelles).

33Ce procédé par friction, couramment utilisé par les Incas des Andes péruviennes, est décrit en 1617 dans la chronique de Garcilaso de la Véga :

... On prenait deux bâtonnets arrondis, gros comme le petit doigt, longs d’une demie vara, qu’on frottait l’un contre l’autre. Ces bâtonnets ont la couleur de la cannelle ; les indiens les appellent uyaca, ainsi que le fait d’en tirer du feu, car un même mot sert de nom et de verbe. Ils s’en servent à la place du silex et de l’amadou, et en emportent en voyage pour faire du feu si la nuit les surprend en quelque désert, comme je l’ai vu souvent en voyageant avec eux ; les bergers s’en servent également. (Garcilaso de la Vega, 1982, t. II : 223.)

34Nous n’avons pu déterminer le bois cité par Garcilaso par son nom quechua. Il serait intéressant de comparer ce bois traditionnellement utilisé par les Incas à celui des plus anciens briquets à friction exhumés par Lynch au Pérou.

35En Argentine, le frottement rotatif simple est largement attesté archéologiquement depuis la période des chasseurs-collecteurs jusqu’à celle des agriculteurs céramistes. Une originalité est l’utilisation comme planchette des crochets d’attelage servant à fixer les charges des lamas. Dans le Nord-Ouest argentin, la technique par frottement rotatif est connue depuis 4 080 ± 80 B.P., date obtenue dans le site Inca Cueva 7. Elle fut également utilisée dans le site Huachichocana III, couche E2, datée de 3 400 ± 130 B.P. Ces datations correspondent à la période précéramique tardive (Garcia, 1988).

Océanie, Australie

36Dans un site du premier millénaire de notre ère des Iles Marquises, Sugg (1961) a décrit une « charrue à feu » (Fire plough) dont les éléments ont été fabriqués à partir du bois de l’Hibiscus tiliaceus, essence très légère, traditionnellement utilisée dans les îles océaniennes à cet usage (Hough, 1926 : 108 et Darwin, 1870). L’utilisation de cette technique est souvent décrite par les voyageurs :

23. Planchettes à feu provenant d’Anbangbangl (A. Clark, 1985)

... le même personnage qui venait d’accomplir la voltige ascensionnelle du cocotier nous présenta du feu en un clin d’œil par le procédé suivant : il prit un morceau de bois tendre et sec, l’assujettit sur son genou avec la main gauche, et à l’aide d’un morceau de bambou taillé en biseau, il y creusa par le frottement un petit sillon à l’extrémité duquel s’amassait une poudre de bois presque impalpable. En quelques secondes, cette poussière fuma légèrement, puis l’étincelle y courut comme dans l’amadou ; la renversant alors sur une petite touffe de bourre de coco parfaitement sèche, il se mit à souffler avec précaution sur la poussière incandescente, et la bourre qui la contenait prit feu presque aussitôt. (Radiguet, 1967 : 62.)

37Le gisement australien d’Anbangbang I à fourni à Clark (1985) un nécessaire à feu comprenant deux baguettes à cupules de giration et gouttières d’échappement (fig. 23), un foret et un cône floral de Banksia dentata, partiellement brûlé. Ces cônes servent aux Aborigènes pour conserver le feu. Les deux planchettes proviennent de niveaux datés de 5 770 ± 100 B.P. et 2 970 ± 80 B.P.

Japon

38A la fin de la culture Yayoi (400-300 B.C.), le site de Toro (situé près de la ville de Shizuoka) a livré à l’archéologue japonais Sugihara (1961), dans un village agricole du début de l’Age du Fer, un abondant matériel archéologique où le bois a été partiellement conservé.

39Parmi ce matériel ligneux, on peut remarquer deux planchettes à feu à godets multiples. Tous présentent une échancrure d’échappement pour la sciure (photographies reproduites par Chard, 1974).

40Une étude exhaustive et expérimentale de ces forets à feu de l’Age du Fer a été, depuis, conduite par Yukio Takahashi (1985). Malheureusement cet ouvrage, aimablement signalé par notre collègue, le Pr. Ichiro Yamanaka, n’a pas été traduit du japonais et reste donc peu accessible (en dehors des photographies). Ce travail paraît très intéressant et très complet, avec mesures et reproduction expérimentale des objets archéologiques. Une traduction rapide, nous a permis d’obtenir une première liste des bois testés par les expérimentateurs japonais (nous remercions pour son aide M. Takashi, étudiant d’anthropologie à Bordeaux-Talence) :

13. Quelques-uns des bois testés par les expérimentateurs japonais et temps d’obtention du feu

Bois utilisés

Temps d’obtention du feu

Noyer

5-10 secondes

Bambou

6-10 secondes

Hortensia

7-15 secondes

Mûrier

10-20 secondes

Figuier

15-30 secondes

Châtaignier

20-40 secondes

Prunier

20-40 secondes

Pêcher

20-40 secondes

Plaqueminier

20-40 secondes

Pommier

20-40 secondes

Rosier

20-40 secondes

Cryptoméria du Japon

20-40 secondes

Buis

2 à 3 minutes

Grenadier

3 minutes

Chêne

3 minutes

(Iwaki, 1977 ; Takahashi, 1985)

Afrique du Nord

41Patrick Michel, paléontologue à l’Institut du Quaternaire, Bordeaux, nous a signalé (renseignement verbal) que dans le Pléistocène supérieur du Maroc atlantique du gisement de Bouknadel (Fouilles E. Ennouchi) existent des pièces osseuses bien particulières : il s’agit de premières phalanges de Bovidés (Bosprimigenius) et d’Équidés (Equus) et de métapodes de Bovidés.

42Τoutes ces pièces présentent des cupules ou des traces de forages par giration en position centrée. De l’avis de notre collègue paléontologue, ces objets rappellent fortement la paumelle que nous utilisons.

43Il serait souhaitable de revoir ces objets (actuellement en dépôt à la Faculté des sciences de Rabat), car il pourrait bien s’agir des plus anciennes traces connues provoquées par un foret à lanière ou à arc. Les autres datent, on l’a vu, de la période postglaciaire. Il s’agit ici d’objets beaucoup plus anciens, datant du Paléolithique supérieur.

44S’il s’agissait vraiment de paumelles de foret à archet, la preuve en serait directe ; si ces traces se révélaient des essais de forages avortés, on voit mal comment des perforations aussi régulières auraient pu être creusées sans le secours d’une drille à lanière ou à arc : il faudrait s’en assurer pour vérifier la valeur de cet argument indirect.

45Les préhistoriques du Paléolithique supérieur de Bouknadel connaissaient donc probablement cette technique. Cette connaissance est toujours liée à la maîtrise du feu par giration avec cet appareil qui peut s’utiliser indifféremment comme drille ou briquet.

Les textes et chroniques anciens

46La Bible ferait allusion au feu par friction (Ézékiel, XIX) et le caractère cunéiforme désignant le dieu du feu assyrien, Gibil, serait l’image d’un foret à feu.

47Le mythe grec de Prométhée serait indirectement lié à l’appareil à feu, puisque selon certains auteurs (Kiihn, 1859), le nom du héros grec proviendrait d’un mot sanskrit pramantha qui désignerait le bois utilisé dans l’appareil à feu védique.

48Les Grecs attribuaient l’invention du procédé à Hermès (le Mercure des Latins) :

Il rassembla beaucoup de bois, cherchant l’art du feu. Il prit une grosse branche de laurier, en la tenant bien en main, la fit pivoter sur du bois de grenadier. Une fumée chaude s’éleva... (Hymnes homériques à Hermès, Humbert, 1936 ; J. Lacarrière, 1984 : 191.)

49Par ailleurs, de nombreux auteurs (Tylor, 1878 ; Avebury, 1913 ; Varagnac, 1959 ; etc.) ont relevé, dans un passage de l’Odyssée, la mention du foret à lanière par les contemporains d’Homère. C’est le récit, très connu, de la mise à mort du Cyclope par Ulysse et ses compagnons :

... Eux, s’emparant du pieu d’olivier acéré, l’enfoncèrent dans l’œil ; moi, appuyant par en dessous, je tournais, comme l’on fore une poutre pour un bateau à la tarière, en bas les aides manient la courroie qu’ils tiennent aux deux bouts, cependant que la mèche tourne : ainsi, tenant dans l’œil le pieu affûté à la flamme, nous tournions... (Odyssée, Chant IX, vers 380-388.)

50Les auteurs classiques grecs et romains ont décrit, avec plus ou moins de détails l’emploi du feu par friction par les bergers et les éclaireurs des armées romaines. Ils utilisaient le lierre, le laurier et le mûrier (Pline L’Ancien).

51La technique du feu par friction était encore de pratique courante dans l’Europe paysanne du XIXe siècle. On allumait ainsi les « feux de misères » censés éloigner les épidémies chez le bétail (Frazer, Le rameau d’or) et à l’occasion des différentes fêtes du feu dont les feux de la Saint-Jean témoignent encore d’une survivance.

Conclusions

52Ce rapide inventaire archéologique confirme que la connaissance des techniques de production du feu, encore incertaine au Paléolithique inférieur et moyen, est attestée archéologiquement de façon isolée (percussion) à partir du Paléolithique supérieur, et de façon répétée à partir de la période postglaciaire (friction et percussion).

53On peut supposer que la connaissance des procédés d’obtention du feu s’enracine au moins dans les débuts du Paléolithique supérieur : les fouilles futures nous en fourniront sans doute, un jour, des preuves plus directes.

Table des illustrations

Légende 17. L’archet de Lortet
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende 18. Archet eskimo, (d’après une photographie)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6504/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende 19. Exemples d’archets et de baguettes représentés sur les statues-menhirs du Midi méditerranéen, 1) Maurel, 2) Pousthoumy, 3) Saumecourte, 4) Lacoste français (A. d’Anna, 1977)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6504/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende 20. Planchette à feu trouvée dans une grotte de Silver City (New Mexico), (recueillie par Metcalfe et citée par Hough, 1928)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6504/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende 21. Le matériel à feu paléo-indien de la grotte de BAT. Têtes de forets en pierre (Dick, 1965)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6504/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende 22. Une partie du matériel à feu de la grotte de Guitarrero (Pérou) d’après Lynch (1980), 1) et 2) planchettes à godets multiples, 3) planchettes et forets à feu
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6504/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende 23. Planchettes à feu provenant d’Anbangbangl (A. Clark, 1985)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6504/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540