Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le feu avant les allumettes

 | 
Jacques Collina-Girard

III. Analyse statistique des données expérimentales

Texte intégral

Introduction

1L’expérience nous a montré que l’opération ne marchait pas toujours et que seuls certains bois donnent des résultats positifs. Nous nous sommes donc interrogé sur les raisons de ces réussites et de ces échecs.

2Le critère de réussite le plus volontiers avancé est qu’il faudrait combiner deux bois aux caractéristiques différentes : un bois dur sur un bois tendre, un bois sain sur un bois pourri... La permutation des bois du foret et de la planchette est en général réputée impossible. L’efficacité supposée des bois réside alors dans une combinaison techniquement illusoire.

3Notre étude a donc porté sur l’analyse statistique de ces paramètres supposés efficaces dont nous présenterons rapidement ici les résultats principaux.

4Aux fins de vérifications, 20 bois ont été testés deux à deux, lors de 200 essais, positifs ou négatifs. Un essai est considéré comme positif quand une braise est obtenue en une minute au plus ; il est négatif si, prolongé au-delà d’une minute, il ne donne qu’une sciure impossible à allumer.

Analyse de la matrice des données

5Le tableau 2 montre que les résultats obtenus sont très différents selon les bois utilisés et les combinaisons adoptées.

6Quelles sont les causes des variations observées ? Ces différences sont-elles provoquées par les bois eux-mêmes, par leurs duretés, par leurs densités, leurs porosités ? La combinaison des bois est-elle importante ?

2. Combinaisons de bois et allumage du feu par friction

2. Combinaisons de bois et allumage du feu par friction

Les essais positifs sont notés par des croix.
A = Aulne, Β = Chèvrefeuille, C = Clématite, D = Chêne, Ε = Cèdre, F = Figuier, G = Érable, H = Frêne, I = Saule, J = Bouleau, Κ = Lierre, L = Hêtre, M = Marronnier, Ν = Peuplier, Ο = Platane, Ρ = Robinier, Q = Laurier, R = Noisetier, S = Pin, T = Tilleul

Bois auto-allumeurs et non auto-allumeurs

7Neuf des vingt essences testées se suffisent à elles-mêmes puisque, dans leur cas, l’allumage réussit, par frottement de deux pièces de bois identiques.

8Il est donc possible d’opposer deux ensembles, celui des bois les meilleurs, bois « auto-allumeurs » et celui des bois qui ne fonctionnent qu’en combinaison avec une autre essence, voire pas du tout pour les plus mauvais (bois non « auto-allumeurs »).

9Parmi les bois du premier groupe, on retrouve ceux qui étaient traditionnellement utilisés en Europe ou ailleurs pour l’allumage du feu par friction : c’est le cas du tilleul, du laurier, du lierre, etc.

Tilleul

10Le bois de tilleul, très efficace, a été largement utilisé en Europe (Tittelbach, 1900 ; Zaborowski, 1907 ; Frazer, 1915 ; Hàla, 1986) et en Amérique du Nord (Tooker, 1987). Tylor signale l’utilisation de ce bois en Asie septentrionale, cet usage étant immortalisé par une chanson de noces mongole rapportée par cet auteur :

ô mère Ut, reine du feu, toi qui sors du tilleul qui pousse sur le sommet des montagnes de Changgain-Chan et de Burchatu Chan, toi qui est née alors que le ciel et la terre étaient séparés, toi qui est sortie des entrailles de la terre, créée que tu as été par le roi des dieux ! ô mère Ut, toi dont le père est le dur acier et dont la mère est le silex ; toi dont les ancêtres sont tous les tilleuls ; toi dont l’éclat pénètre jusqu’au ciel et envahit toute la terre, ô déesse ! Nous t’apportons en offrande de l’huile jaune et un bélier blanc à la tête jaune. (Banzarov, 1891 : 22-26 ; cité dans Lot-Falck, 1953 : 85.)

11Ce texte est instructif puisqu’il résume, en quelques lignes, les deux principaux procédés d’obtention du feu : percussion et friction. La chanson nous indique l’usage préférentiel du bois de tilleul pour l’allumage du feu par friction, et nous montre la puissante connotation symbolique qui préside, ici comme ailleurs, à l’allumage du feu par les techniques traditionnelles.

Laurier, Lierre, Marronnier

12Ces bois, très performants, furent largement utilisés dans le passé : Pline l’Ancien, en particulier, rapporte l’usage du laurier et du lierre par les éclaireurs des armées romaines.

13Selon les mythes grecs, le feu domestiqué aurait été découvert par Hermès en frottant laurier sur grenadier. Ce mythe nous a été transmis par les hymnes homériques à Hermès (Humbert, 1936) : le dieu, après avoir enlevé, pour des raisons qui n’ont rien à voir avec le feu, les cinquante vaches appartenant au troupeau d’Apollon, pousse les bêtes devant lui et les enferme dans une grotte pour la nuit. Puis, dit le texte :

il rassembla beaucoup de bois, cherchant l’art du feu. Il prit une grosse branche de laurier et, en la tenant bien en main, la fit pivoter sur du bois de grenadier. Une fumée chaude s’éleva. C’est Hermès qui, le premier, sut faire jaillir le feu et révéla les moyens de l’obtenir. (Lacarrière, 1984 : 191.)

14Le marronnier a été utilisé par les Indiens nord-américains (Kroeber, 1961). Le noisetier, ainsi que le peuplier, ont servi au siècle dernier, en Europe centrale (Hàla, 1986). Parmi les bois non auto-allumeurs, le robinier appartient à la famille des acacias, très utilisée en Australie (Bindon, 1986) et le pin a servi en Amérique du Nord, selon Frazer (1915).

15La pratique nous a montré que le bois de pin pouvait être efficace s’il n’était pas trop chargé en résine (la variabilité des performances pour ce bois est très importante).

Caractéristiques physiques des bois testés

16Quels sont les facteurs qui rendent les bois efficaces ou inefficaces ? L’opinion la plus unanimement admise étant que le feu par friction fonctionne si les caractéristiques physiques des bois sont différentes, nous avons voulu vérifier cette assertion en réalisant des mesures effectives des duretés, des densités et des porosités des bois que nous avons utilisés.

17La plupart des auteurs présentent la dureté différentielle du couple foret-planchette comme indispensable. Le succès de l’opération dépend-il réellement de la dureté ou d’autres caractéristiques physiques des bois ? La réponse passe par la mesure physique : dureté, densité et porosité. Ces mesures permettront seules un classement objectif justifié par la recherche statistique.

Dureté des bois

18Les duretés des bois ont été évaluées à l’IUT (Institut universitaire de technologie) de génie mécanique à Bordeaux-Talence. La procédure est classique (fig. 16) : elle consiste à mesurer la largeur d’empreinte d’un cylindre d’acier de rayon connu reposant sur l’une des faces d’une éprouvette de bois de 10 mm de diamètre et soumise à une force de 100 kg pendant 5 secondes. La mesure de la largeur d’empreinte (1) permet ensuite d’obtenir la flèche de la pénétration. La flèche de pénétration (t) s’obtient par un calcul simple à partir de la longueur d’empreinte (1) et du rayon du cylindre (R). En effet :

19L’inverse de cette valeur constitue la mesure de dureté cherchée (Normes AFNOR, NF B51 013, février 1942).

20La valeur des mesures est toute relative puisqu’elle n’est valide que pour les forets que nous avons personnellement utilisés. La dureté, comme beaucoup de propriétés mécaniques des bois, est en effet un paramètre complexe dont la variabilité est très importante, ainsi que le souligne un spécialiste du bois : « même dans une essence bien déterminée et bien connue, il y a de nombreuses variations de structure qui se répercutent sur les propriétés physiques et mécaniques » et, pour le même bois, « suivant que nous examinerons du bois de cœur ou de l’aubier, du bois pris à la base de l’arbre ou vers le sommet, nous aurons des caractéristiques différentes »... Par ailleurs, le bois n’est pas un matériau isotrope, ce qui ne simplifie pas le problème. Il est « dur et résistant dans le sens des fibres, si on l’attaque en bout. Il est au contraire relativement tendre et peu résistant dans le sens transversal, si on l’attaque de flanc. » (Campredon, 1949 : 51.)

16. Méthode de mesure des duretés des bois

21Les mesures présentées dans les tableaux 3 et 4 sont des mesures en bout et non des mesures de flanc. Elles concernent les extrémités des drilles à feu utilisées. Les valeurs présentées ne peuvent prétendre à caractériser une essence. Elles vont seulement permettre le classement commode des bois testés, en fonction de leurs duretés relatives.

Densité des bois

22Les spécialistes préconisent l’emploi de ce paramètre, car « on a souvent considéré la densité comme la synthèse pratique de l’ensemble des qualités d’un bois. » (Campredon, 1949 : 52.)

23La détermination de la densité a l’intérêt de la simplicité : le volume des échantillons a été déterminé par trempage rapide dans une éprouvette graduée, et leur masse par pesée préliminaire sur une balance de précision.

24Les résultats obtenus sont regroupés dans deux tableaux (3 et 4). L’indice de performance indiqué correspond à la fréquence des réussites obtenues pour un bois donné sur les 200 combinaisons essayées.

25La comparaison des moyennes des paramètres retenus n’est guère significative. Les caractéristiques de dureté et de densité ne permettent pas d’individualiser nettement les bois les meilleurs des bois les plus mauvais. Ce premier résultat est donc peu satisfaisant, mais les données obtenues vont permettre de prolonger cette analyse préliminaire.

3. Caractéristiques des bois « auto-allumeurs »

Bois

Performances %

Dureté

Densité

Lierre

55

1,5

0,3

Noisetier

60

6,3

0,6

Figuier

40

2,4

0,5

Laurier

60

4,3

0,5

Tilleul

75

3,2

0,7

Pin

65

2,1

0,5

Marronnier

60

1,5

0,4

Saule

45

3,2

0,5

Moyennes :

57,5

3

0,5

4. Caractéristiques des bois non « auto-allumeurs »

Bois

Performances %

Dureté

Densité

Peuplier

60

4,3

0,5

Robinier

60

9,3

0,6

Clématite

25

1,5

0,4

Érable

40

3,2

0,5

Platane

60

2,1

0,7

Hêtre

60

5,0

0,6

Frêne

45

6,3

0,6

Chêne

30

2,4

0,6

Aulne

10

3,2

0,5

Bouleau

50

1,5

0,3

Cèdre

30

4,3

0,6

Moyennes

42,7

3,4

0,5

Combiner deux duretés ?

26Pour faciliter les tests, nous avons utilisé ces mesures pour séparer les bois du test en deux lots : les plus tendres (dureté comprise entre 1,5 et 4) et ceux moyennement durs ou durs (dureté comprise entre 5 et 10). Testons l’efficacité des combinaisons essayées.

5. Succès et échecs des allumages par combinaisons de duretés adoptées

Succès

Échecs

Totaux

Tendre et Tendre

53

65

118

Tendre et dur

36

26

62

Dur et dur

6

4

10

Total

95

95

190

27Appliquons ici le test du χ2. Le χ2 calculé est inférieur au χ2 théorique requis, au seuil de 0,05 % (5,991) : les différences observées dans les échecs et les succès ne sont donc pas significatives, ce qui revient à observer que les duretés des bois, en combinaisons, n’ont aucune influence sur le taux de succès ou d’échec des allumages (voir aussi la fig. 4).

Combiner deux bois ?

28Appliquons le raisonnement précédent à cette nouvelle problématique (tableau 6).

6. Réussites et échecs des allumages selon les combinaisons de duretés adoptées

  • 1 Deux bois différents de même dureté.
  • 2 Deux bois de duretés différentes.

Succès

Échecs

Totaux

Une dureté1

23

33

56

Deux duretés2

72

62

134

Total

95

95

190

29Le χ2 calculé (2,52) est inférieur au χ2 théorique requis, au seuil de 0,05 (3,841) : la dualité des duretés n’influe donc pas sur le taux de réussites ou d’échecs des allumages.

30Il se confirme donc que les duretés relatives des bois du foret et de la planchette n’ont aucune influence sur le taux de succès ou d’échecs des tentatives d’allumage. Ce facteur, contrairement à l’opinion admise, se révèle sans importance.

31Des mesures de densités et de porosités effectuées sur les bois testés ont conduit aux mêmes résultats négatifs.

32On peut remarquer, avec bon sens, qu’il vaut mieux se servir de bois tendres et homogènes, car il est plus facile d’en tirer rapidement de la sciure. Avec un bois dur, l’opération est certes possible mais plus pénible !

33Ces conclusions confirment les observations ethnographiques de Hough, qui, observant un foret à feu Somali, réutilisé comme planchette, note le peu d’importance des duretés relatives des bois : « This is another proof that it is not necessary that the sticks should be of different degrees of hardness. » (Ceci est une preuve supplémentaire qu’il n’est pas nécessaire que les baguettes aient différents degrés de dureté.) (Hough, 1928 : 27.)

34Bindon, citant les observations de Me Carthy (1945) sur les forets à feu australiens confirme le peu d’attention qu’accordent à ce facteur les aborigènes :

Both hearth and drill or saw may be of softwoods, as in five cases which one of us observed, but more usually the hearth is softwood and the moving part, which requires some strength is hardwood. (Et le foyer et la drille ou la scie peuvent être en bois tendres, ainsi que l’un de nous l’a observé dans cinq cas, mais plus habituellement le foyer est en bois tendre, et la partie mobile, qui requiert de la résistance, est en bois dur.) (Bindon, 1986 : 499.)

35A l’essai, le seul avantage d’un foret en bois dur serait une plus grande rigidité.

Combiner deux densités ?

36Si les combinaisons de dureté sont peu importantes, qu’en est-il des densités ? Ce paramètre, facile à mesurer, a l’avantage d’être isotrope. Les mesures ont permis de séparer trois classes de bois :

  1. densité faible (comprise entre 0,3 et 0,5) ;
  2. densité moyenne (comprise entre 0,5 et 0,7) ;
  3. densité forte (supérieure à 0,7).

7. Réussites et échecs des allumages suivant les combinaisons de densités de bois essayées

Densités

Réussites

Échecs

Totaux

A et A

4

6

10

A et B

14

10

24

A et C

18

18

36

B et B

7

14

21

B et C

29

25

54

C et C

23

22

45

Total

95

95

190

37Le χ2 calculé = 3,96 est inférieur au χ 2 théorique, au seuil de 0,05 pour un degré de liberté égal à 1 (11,07).

38Les différences observées ne sont pas significatives. Changer les combinaisons de densité des bois utilisés n’a pas d’influence sur la réussite des allumages.

39Existe-t-il une différence significative si on utilise deux bois de même densité ou deux bois de densités différentes (tableau 8).

8. Combinaisons de densités des bois et réussites des allumages

Réussites

Échecs

Totaux

Une densité

34

42

76

Deux densités

61

53

114

Total

95

95

190

40Le χ2 calculé, égal à 0,98, est inférieur au χ2 théorique (3,841) au seuil de 0,05 (degré de liberté = 1). La différence n’est donc pas significative.

41Ce résultat négatif nous montre le peu d’importance de la dualité ou la non-dualité des bois.

Un critère qualitatif

42L’étude des caractéristiques physiques des bois montre que les bois les plus efficaces sont tendres, homogènes et peu denses et qu’ils produisent une sciure abondante.

43Cette confirmation quantitative s’accorde avec nos intuitions expérimentales et aussi avec celles des observations ethnographiques de Hough. Cet auteur du début du siècle avait déjà remarqué que les bois les plus volontiers choisis sont à grain fin ou inexistant. Les bois durs sont en général rejetés par les « Primitifs » :

Des bois à grain fin, ou dépourvus de grain, comme le bois mort et le bois décomposé jusqu’à un certain degré, et des tiges de yucca ou d’autres tiges à fleurs vasculaires doivent être choisis. (Hough, 1928 : 7.)
Nous avions noté lors de nos essais l’inadéquation des bois trop résineux. Les résines ou les essences aromatiques ont en effet tendance à fondre et à lubrifier la surface de contact entre le foret et la planchette. Elles limitent alors les frottements, réchauffement et la production de sciure.

44Nous avons relevé une observation analogue chez Hough :

... du bois frais, ou du bois contenant certains produits de croissance, tels que gommes, résines, fécules, sucres et acide tanique, ne parviendra pas à produire une poudre fine, sèche et inflammable, et en général, les bois durs doivents être rejetés. (Hough, 1928 : 7.)

45Ces remarques s’accordent aussi avec les conseils d’un chercheur contemporain qui note de plus que les bois utilisés doivent résister à l’écrasement et doivent donc être exempts des atteintes des insectes et ne pas être décomposés par des champignons (cas très fréquents pour les branches mortes) :

Le bois ne doit pas être trop dur, et doit être totalement sec quand il est sélectionné, ou, s’il est humide, entreposé là où il va sécher avant son utilisation. Le bois doit être du bois solide bien séché parce qu’une pression considérable intervient dans le procédé de friction, et qu’un matériau rempli de trous d’insectes ou en décomposition va partir en morceaux lorsque la pression sera appliquée. (Boughton, 1983 : 165.)

46Baugh (1994) remarque aussi que dans certains cas, une légère attaque des bois par des champignons modifie complètement les qualités techniques des bois, les rendant alors inutilisables.

47Chamisso, un des compagnons de l’explorateur Kotzebue aux Iles Aléoutiennes notait lui aussi : « Les bois d’un tissu homogène, ni trop dur, ni trop tendre, sont les meilleurs. » (A. de Rochas, 1884 : 104.)

48Pour conclure il semble que si la nature des bois est importante, la combinaison de bois de duretés ou de densités différentes n’améliore pas les résultats. L’expérience montre que les critères d’efficacité sont à rechercher ailleurs : ils se décèlent par l’examen rapproché des sciures des bois essayés.

49L’expérience montre la possibilité de prévoir, dès les premières rotations du foret, la réussite ou l’échec de la tentative d’allumage : le résultat s’annonce par la qualité de la sciure qui s’échappe de l’encoche. Dans les cas favorables, elle est fine, homogène, cohérente et floconneuse : cet aspect dépend de la présence ou de l’absence de fibres microscopiques suffisamment fines et longues pour s’agglomérer et feutrer en écheveaux aérés et combustibles (fibres F2 dans le tableau 9). Les bois les plus mauvais produisent par contre des fibres courtes, massives, très lignifiées et incombustibles (fibres F1 du tableau 9) : avec ces fibres dans le bois, l’échec est à peu près assuré et statistiquement indéniable, comme le montre le décompte des réussites et des échecs (Tableau 9).

9. Réussites et échecs des allumages en fonction des combinaisons de fibres relevées dans les bois utilisés

Succès

Échecs

Totaux

Bois F2

76

62

138

Bois F1

58

92

150

Total

134

154

Total

F2 : bois à fibres fines ; F1 ; bois à fibres épaisses

50Le χ2 calculé (7,76) est ici très supérieur au χ2 théorique au seuil de 0,05 % (3,841) : la différence observée dans l’amélioration des résultats avec des bois à fibres longues est donc ici certaine.

Vérification indirecte

51Il y a donc une corrélation évidente entre les performances et la nature des fibres de bois utilisées : il faut donc orienter la recherche du côté d’un facteur textural intrinsèque. Pour vérifier ce résultat expérimental, nous avons établi, sur la base de la littérature ethnographique accessible, un inventaire géographique suivant une classification botanique (Kewenis Index, Metcalfe étal., 1957 ; Chadefaud et al., 1960 ; Cabanis et al., 1970) des végétaux traditionnellement utilisés pour la fabrication des briquets à friction (tableau 10). Les plantes utilisables se rangent alors dans un nombre limité de familles botaniques dont certaines se retrouvent effectivement utilisées d’un continent à l’autre : Malvacées, Tiliacées, Urticacées, Moracées, Ulmacées...

10. Inventaire ethnobotanique des plantes les plus fréquemment citées pour les forets à feu (sources bibliographiques)

Familles

Europe
Afrique du Nord

Afrique du Nord

Arabie
Asie tempérée

Asie tropicale

Amérique du Sud

Afrique

Australie Polynésie

Anonacées

Anona

Bixacées

Bixa

Malvacées

Gossypium

Gossypium

Hibiscus

Sida
Hibiscus

Sterculiacées

Théobroma

Tiliacées

Tilia

Tilia

Tilia

Grévia

Opeiba

Grevia
Urena

Méliacées

Ekebergia

Rhamnacées

Rhamnus

Ampélidacées

Vitis

Vitis

Acéracées

Acer

Hippocastanacées

Hippocastanum

Léguminosées

Mimosacées

Prosopis

Acacia, Prosopis

Acacia

Acacia

Césalpinacées

Cassia

Papilinacées

Erythrina

Rosacées

Rosa

Rubus

Myrtacées

Ekebergia

Combrétacées

Combretum

Eugennia
Eucalyptus

Punicacées

Arialiacées

Cornacées

Caprifoliacées

Rubiacaées

Canthium

Ébenacées

Diospyros

Oléacées

Fraxinus

Apocynacées

Callotropis

Composées

Molène
Baccharus
Artemisia
Senecio

Veronia

Bignonacées

Verbénacées

Phytolaccacées

Didymotheca

Lauracées

Laurus

Protéacées

Grevillea, Hakea

Santalacées

Santalum

Urticacées

Urtica

Moracées

Morus

Ficus

Ficus

Ficus

Ulmacées

Ulmus

Platanacées

Platanus

Platanus

Betulacées

Betula

Corylacées

Corylus

Fagacées

Fagus
Quercus

Salicacées

Salix
Populus

Salix
Populus

Salix

Bambous

Roseaux

Bambou

Bambou

Liliacées

Yucca

Yucca

Xanthorea

Palmiers

Dattier

Calamus
Rotang

Manicaria

Raphia
Dattier

Pinacées

Pin
Sapin

Sapin baumier, Cèdre, Mélèze

Taxacées

If

If

Cupressassées

Thuya, Cyprès, junipérus

52Un survivalist américain nous donne, très récemment (Baugh, 1994), les résultats obtenus en utilisant les essences dont se servaient effectivement les Indiens de la baie de San Francisco (usa).

11. Résultats expérimentaux obtenus avec les bois dont se servaient les indiens de la baie de San Francisco

Nom anglais

Français

Genre/espèce

Utilisation effective

Incense Cedar

Cèdre

Calocedrus decurrens

Planchette
Rotation à l’archet

Blue Elderberry

Sureau

Sambucus mexicana

Foret, Planchette
Rotation manuelle

Mule Fat

Bois Guillaume

Baccharis vimnea

Foret, Planchette
Rotation à l’archet

California Buckeye

Marronnier de Californie

Aeschulus
Californica

Foret, Planchette
Rotation à l’archet

Box Elder

Cèdre

Acer nagundo

Foret, Planchette
Rotation à l’archet

Mare’s Tail

Vergerette du Canada

Erigeron canadensis

Rotation manuelle
Rotation à l’archet

Cottonwood

Peuplier

Populus sp.

Foret, Planchette
Rotatin à l’archet

Redwood

Sequoïa toujours vert

Séquoïa sempervirens

Planchette
Rotation à l’archet

Willow root

Racine saule

Salix sp.

Planchette
Rotation à l’archet

Cattail

Roseau massette

Typha sp.

Planchette
Rotation à l’archet

(Baugh, 1994)

53On retrouve dans ce tableau la plupart des essences relevées dans nos données de 1989 : cèdre, peuplier et saule sont en effet fréquemment utilisés.

54Les forets à rotation manuelle sont fréquemment tirés de plantes à bois très tendres : sureau, molène, hampes florales de yuccas ou roseaux massettes (cf. aussi Mc Pherson, 1987).

55La force exercée est en effet trop faible pour utiliser des bois plus durs. Il y a toutefois une limite à ne pas dépasser sous peine que le bois s’écrase en cours d’utilisation : un bon compromis entre cohérence et dureté doit être trouvé.

56Le tableau 10 montre que certaines familles botaniques sont très largement utilisées : malvacées et tiliacées (malvales), mimosacées (rosales), moracées (urticales), stertuliacées (théobroma, le cacao, est utilisé en Amérique du Sud, Biocca, 1967).

57Examinons quelques familles, parmi les plus utilisées :

Malvacées

58Le premier genre relevé est une variété d’Hibiscus (fau ou hau en langue marquisienne et tahitienne, selon Rollin, 1974 et Henry, 1993).

59L’utilisation de l’espèce tiliaceus est générale dans les îles du Pacifique (Darwin, Hough, 1926 ; Sugg, 1961 ; Henry, 1993 ; etc.).

60Les Polynésiens possédaient un excellent bois pour faire du feu avec le pariti (Antehibiscus tiliaceus), que le Dr O. F. Cook estime avoir été introduit dans l’archipel polynésien à partir de l’Amérique. (Hough, 1926 : 108.)

61Il semble que ce bois soit particulièrement adapté à l’allumage du feu par friction. C’est de lui qu’il s’agit dans la version tahitienne du mythe de l’invention du feu par frottement :

... le mari prit alors le morceau de bois et le fendit et sa femme et ses amis s’approchèrent pour assister à cette tentative de feu par frottement. La pièce de bois de dessous était un grand morceau de fau sec, et le morceau tenu à la main était également du fau taillé... (Henry, 1993 : 93.)

62Le genre Hibiscus est aussi utilisé en Afrique (Hough, 1926) et en Australie, où on se sert d’un genre voisin, Sida (Bindon, 1986).

63Le cotonnier, Gossypium, est utilisé en Amérique du Nord et du Sud. Urana lobata sert pour les forets à feu malgaches.

Tiliacées

64Les essences sélectionnées sont Tilia en Europe (Frazer, Zaborowski, 1907, Tittelbach, 1900). C’est aussi le cas en Amérique du Nord (Saggard, 1939) et en Mongolie (Tylor, 1876).

65Grevia est un autre genre de cette famille dont Frazer a attesté l’usage en Birmanie, en Afrique et en Amérique du Sud.

66Toutes ces plantes présentent un point commun, ce sont des végétaux à fibres et quelquefois des plantes à usage textile (Jute, Urena et nombreux Hibiscus).

67Le tilleul est effectivement un excellent bois, tendre et finement fibreux, il convient parfaitement pour l’allumage du feu par friction. Cet arbre est une plante textile dont l’usage s’est perdu. Ses fibres étaient utilisées depuis le Néolithique (Pétrequin, 1984 ; Ramseyer, 1992) jusqu’au siècle dernier, en passant par l’Antiquité. L’utilisation de l’écorce de tilleul est rapportée par Pline l’Ancien :

Entre l’écorce et le bois se trouvent de minces revêtements faits de multiples membranes qui donnent des cordes nommées tilles et les plus fines philyres, célèbres par le cas que les anciens en ont fait pour les bandeaux des couronnes... (Histoire Naturelle, Livre XVI, paragraphe 65.)

Urticales (Urticacées, Moracées, Ulmacées)

68Les Urticales servent à la fabrication des forets à feu en Australie : genre Urtica (Frazer, 1969), les Ulmacées en Amérique du Nord (genre Ulmus).

69La famille la plus utilisée est celle des Moracées avec le Mûrier (Morus) en Europe (Pline l’Ancien) et de nombreuses espèces du genre Ficus en zone tropicale (cité par Frazer), en particulier aux Indes.

Dans un conte hindou du Catapatha Brabmana Pururavas, le roi obtint du ciel le feu qu’il déposa dans la forêt. Quand il revint le chercher, il y avait à sa place un figuier ; il retrouva le feu, par friction de deux morceaux de bois de cet arbre. (Bayard, 1973.)

70La plupart des Urticales fournissent des fibres textiles :

... Les traits principaux des urticales sont la présence de stipules ordinairement fugaces et, dans l’écorce, celle de fibres souvent résistantes qui leur donnent alors une importance économique... (cf. « Urticales » dans Encyclopedia Universalis.)

Rosales

71Cette famille est utilisée un peu partout dans le monde et est représentée par différentes espèces.

72En Afrique, ce sont des légumineuses du genre Dalbergia (Dibowski, 1924). En Australie, Asie tropicale, Indes, ainsi qu’en Afrique, ce sont des Acacias (Bindon, 1986 ; Frazer, 1915 ; Frédéric, 1987). Le genre Prosopis est signalé en Asie et en Amérique du Nord. L’églantier (Rosacées) servait en Europe au siècle dernier (Hàla, 1986).

73Tous ces végétaux ont des tiges fibreuses. C’est le cas aussi pour les bambous, hampes florales de yuccas et bois de divers palmiers, monocotylédones souvent utilisés en zones tropicales.

74Ces observations confirment indirectement les résultats expérimentaux : si des populations aussi éloignées dans l’espace (ethnographie) et dans le temps (vestiges archéologiques) ont privilégié l’utilisation de plantes voisines, c’est probablement pour tirer parti des qualités technologiques de certaines structures botaniques.

75Les données ethnographiques indiquent que les végétaux sélectionnés par les primitifs sont le plus souvent des plantes à fibres cellulosiques longues. Ce choix confirme les observations expérimentales dans lesquelles la présence de fibres longues dans les tissus ligneux s’avère fondamentale.

76A notre avis, ce sont effectivement ces fibres qui constituent la principale qualité technique des bois les mieux adaptés à la fabrication des briquets à friction.

77La botanique confirme cette intuition puisqu’elle nous apprend que beaucoup de plantes sélectionnées sont des végétaux textiles à fibres longues (tilleul, jute, nombreux Urena, Hibiscus, Urticales...). Il s’agit aussi préférentiellement de bois tendres, dont il est plus commode de tirer de la sciure que de bois durs.

Une analogie instructive

78L’usage des briquets à silex et amadou permet de mieux comprendre les raisons de cette efficacité. Les sciures des bois efficaces, agglomérats microscopiques de fibres cellulosiques longues, ressemblent beaucoup à l’amadou traditionnel (polypore Fomes fomentarius)

79On peut considérer que le briquet à friction produit à la fois de l’énergie issue du frottement et transformée en chaleur, et un succédané d’amadou. Si cet « amadou » est suffisamment fin, il s’enflamme et donne une braise.

80Lorsque le bois est riche en fibres efficaces, cet « amadou » se forme rapidement. Quand les fibres des bois utilisés sont épaisses et lignifiées, elles se carbonisent sans s’enflammer et l’opération se solde finalement par un échec.

Quelques conclusions pratiques et leurs implications

81L’utilisation effective du foret à feu a abouti à des constatations pratiques, résumées ci-dessous :

  • Les bois tendres sont préférables, car la production de sciure est alors plus facile.
  • Ces bois doivent absolument être riches en fibres microscopiques longues (cf. : Tiliacées, Malvacées, Urticacées, Moracées, etc.).

82Désolidarisées par l’abrasion des bois, ces fibres s’emmêlent en formant une bourre, braise potentielle en début de rotation, braise effective en fin d’opération : l’opération prend au total une vingtaine de secondes quand elle fonctionne sans anicroche.

83Ces observations contredisent les à priori et rumeurs qui circulent dans la littérature scientifique et dans le grand public. Selon ces idées reçues, il faudrait se servir d’un bois dur frotté contre un bois tendre. Plus généralement, l’opinion commune postule qu’une différence entre les qualités des bois utilisés serait indispensable à la production d’une étincelle.

84Nous reviendrons plus loin sur ces croyances. Dans l’immédiat, un retour vers les sciences du passé, Préhistoire et Archéologie, va permettre d’interroger de nouvelles sources sur l’origine de ces techniques.

Notes

1 Deux bois différents de même dureté.

2 Deux bois de duretés différentes.

Table des illustrations

Titre 2. Combinaisons de bois et allumage du feu par friction
Légende Les essais positifs sont notés par des croix.A = Aulne, Β = Chèvrefeuille, C = Clématite, D = Chêne, Ε = Cèdre, F = Figuier, G = Érable, H = Frêne, I = Saule, J = Bouleau, Κ = Lierre, L = Hêtre, M = Marronnier, Ν = Peuplier, Ο = Platane, Ρ = Robinier, Q = Laurier, R = Noisetier, S = Pin, T = Tilleul
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6503/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6503/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 7,3k
Légende 16. Méthode de mesure des duretés des bois
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6503/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable