Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le feu avant les allumettes

 | 
Jacques Collina-Girard

II. Briquets à friction

Texte intégral

Introduction

1Les procédés par percussion actuellement connus et essayés ne méritent pas, à priori, plus de développements, si ce n’est l’étude tracéologique des pièces archéologiques commencée par F. Collin (1991). Personnellement, nous nous sommes intéressé davantage aux techniques d’obtention du feu par friction (Collina-Girard, 1989 à 1993).

2Parmi les méthodes traditionnelles de production du feu, la friction bois contre bois est très anciennement connue. On en trouve déjà la description dans les textes classiques grecs et romains comme ceux de Homère, Théophraste, et Pline l’Ancien :

Voici un procédé pratiqué à l’armée par les éclaireurs, et par les bergers, qui n’ont pas toujours sous la main une pierre pour faire jaillir l’étincelle : on frotte deux morceaux de bois ; le frottement les enflamme et on reçoit le feu sur des brindilles sèches, des champignons ou des feuilles, matières très inflammables. Mais rien ne vaut le lierre pour frottoir, le laurier pour frotteur. On apprécie encore une vigne sauvage, différente de la lambruche, qui grimpe elle aussi aux arbres comme le lierre. (Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Livre XVI.)

3Peu après la découverte de l’Amérique, les voyageurs (Moreau, 1988) puis les chroniqueurs redécouvrent cette technique, apparemment oubliée en Europe si l’on en croit leur étonnement (Jean de Lery, 1537 : Brésil ; Garcilaso de la Vega, 1982 : Pérou incaïque, commentaires rédigés entre 1539 et 1616 ; R. P. Lafitau : Indiens iroquois du Canada en 1724). Plus récemment, de nombreux explorateurs européens dont les plus célèbres sont Cook en Australie (1770) et Darwin en Terre de Feu (vers 1830), ont observé cette technique.

a) Le fire-drill, usité en Australie, en Tasmanic, au Kamtschatka, au Tibet, dans l’Inde, en Afrique, chez les Guanches des îles Canaries, au Mexique, etc

b) Ancien Mexicain allumant du feu au moyen du fire-drill (d’après une peinture ancienne du Mexique reproduite au trait par Tylor)

c) Esquimau faisant du feu par le frottement

d) Gaucho faisant du feu

e) Procédé employé dans l’Amérique du Nord pour faire du feu

f) Océanien faisant du feu.
4. Les systèmes de production du feu, (Rochas, 1884)

4La plupart des observateurs de la fin du XIXe siècle et du début du XXe, fondateurs de l’ethnographie, ont signalé la production du feu par friction. On peut trouver des descriptions de cette technique chez Tylor et Lubbock (1876), Rochas (1884) (fig. 4), Mason (1895), Frazer (1915), Hough (1926), puis dans les ouvrages plus récents de Deniker (1900), Renard (1931), Frobenius (1933), etc. Dès 1870, le procédé est supposé connu, puisque vulgarisé dans des livres de très grande diffusion, comme ceux de Maury (1869), Figuier (1870), Daux (1877), Joly (1879) et Coupin (1905).

5On trouve, dès cette époque, des notules ou des articles de fond spécialisés chez Dureau (1870), Lefèvre (vers 1900), Tittelbach (1900), Zaborowsky (1907), Balfour (1914), Dybowski (1924), Maes (1933), Davidson (1947) et Ellenberger (1953).

6En dehors du monde scientifique, l’engouement pour les supposées vertus de la « vie sauvage » et du « retour à la nature » ont familiarisé très tôt les profanes avec ces descriptions. Des romanciers rousseauistes comme Bernardin de Saint-Pierre (1791) et Chateaubriand (1827) ou se réclamant de convictions darwinistes comme J. London (1904) ont évoqué ce sujet pour le grand public. Le feu et sa production ont fait par ailleurs l’objet de spéculations poético-philosophiques dans un essai très connu de Bachelard, Psychanalyse du feu (1937).

7A partir de 1930, les techniques destinées à allumer le feu, énumérées comme connues, sont intégrées dans les manuels d’ethnologie comme ceux de Montandon (1934), Leroi-Gourhan (1943) et citées chez Haudricourt (1968).

8Pour leur part les préhistoriens, confrontés au passé, se sont tournés, sans les critiquer, vers les données ethnographiques. Oakley (1955), Bordes (1958 et 1984) et Perlés (1977) reprennent, encore, la plupart des lieux communs sur le sujet.

9Devant cette abondance de renseignements, on devrait pouvoir reproduire sans problèmes ces techniques, surtout si l’on considère que les anciens procédés ont longtemps survécu ou survivent encore, comme nous l’indique Deniker :

Ainsi les Brahmanes actuels de l’Inde obtiennent le feu pour les cérémonies religieuses par le frottement de deux baguettes, en face des boutiques où l’on vend les allumettes anglaises ; c’est encore par frottement que les Indiens de l’Amérique, pourvus amplement d’allumettes, se procurent le feu pour les fêtes sacrées. En Europe même, en Grande-Bretagne et en Suède, on allumait au commencement de ce siècle le feu destiné aux usages superstitieux (pour préserver les bêtes et les gens contre les maladies contagieuses) en frottant deux morceaux de bois. Cette pratique a été interdite par un décret datant de la fin du siècle passé, dans ce même district de Jonkoping d’où se répandent aujourd’hui par milliards les fameuses allumettes suédoises. (Deniker, 1900 : 177, citant Tylor ; citation reprise par Coupin en 1905 : 44.)

10En Inde, pendant le dernier mois de la grande fête des sacrifices, le feu sacré devait être allumé trois cent soixante fois par jour avec neuf espèces différentes de bois, prescrites par le rite (Rochas, 1884), dont l’Acacia frotté sur du bois de Ficus (Frederic, 1987) ; ces allumages rituels sont aussi pratiqués par les Todas de l’Inde méridionale (Allchin, 1963). L’appareil védique pour l’allumage rituel du feu porte le nom d’Arâni et serait à l’origine du symbole de la Svastika si l’on consulte le dictionnaire de la civilisation indienne de Frédéric, 1987 :

Arâni : Inde ; instrument de l’époque védique, servant à faire du feu. Il était fait d’un morceau de bois d’acacia (Shami) percé d’un trou dans lequel on faisait tourner rapidement avec la paume des mains une branchette de pois de pippal (ashvattha, Ficus religiosa). On pouvait également faire tourner la branche en enroulant tout autour une corde que tiraient alternativement deux personnes. Cet instrument était (et est encore parfois) indispensable pour allumer le feu des sacrifices brahmaniques, le dieu Agni étant censé en surgir. Selon certains chercheurs, cet instrument, d’origine extrêmement ancienne, aurait été à l’origine du symbole de la Svastika. (Frédéric, 1987.)

11Il nous semble que si beaucoup de personnes ont vu fabriquer du feu de cette manière, la plupart des observateurs scientifiques (sauf Darwin à Tahiti : Voyage of the Beagle, chap. XIII ; Hough, 1900-1928 et Thévenin, 1928) n’ont jamais essayé. Nous étions, pour notre part, près d’adopter l’opinion rapportée en 1904 par J. London, allant dans le sens d’un très mystérieux et nécessaire « tour de main » : « Messieurs, l’insulaire des Mers du Sud y arrive très bien, comme le Malais. Mais l’opération, vous pouvez m’en croire sur parole, dépasse les capacités de l’homme blanc. » (London, 1984 (1904) : 375.)

12Ceci n’était d’ailleurs que la version populaire de l’opinion des vulgarisateurs scientifiques et des observateurs du début du siècle : « Les hommes civilisés ont voulu, par curiosité, essayer de ce procédé, sans jamais je crois, arriver à obtenir aucun résultat. » (Muller, 1866 : 25.) Je crois qu’il est presque impossible pour un homme blanc d’en faire, car je l’ai vu tenter et toujours se solder par un échec. (Sentiment de coloniaux australiens cité en 1899 par H. Ling Roth : 606).

13Un essai de vie préhistorique (pendant 15 jours), très médiatisé, avait été tenté par un groupe de neuf personnes en 1956, dans une grotte du Causse du Quercy. Ces « Bombards de la Préhistoire » semblent en tout cas avoir totalement échoué dans une des tâches quotidiennes de l’homme préhistorique, celle de l’allumage du feu : « nous n’avons plus à craindre d’avoir à passer des heures pour faire jaillir, non pas l’étincelle, mais la fumée... » (Thibaut, 1956 : 133.)

14C’est à ce stade, décourageant, de nos premières velléités expérimentales, qu’un de nos collègues, C. Chauchat, initiateur de ce travail, nous indiqua l’existence d’un vieil ouvrage de travaux manuels. L’auteur (Droit, 1952) indiquait les bois qu’il utilisait dans une revue française destinée aux boys-scouts d’après-guerre. Contre toute attente, ces indications étaient en contradiction avec les opinions exposées dans des travaux considérés comme plus « sérieux ».

15Pourtant, il nous fut possible de reproduire l’obtention du feu en nous servant des bois préconisés dans cet ouvrage, alors que nous n’avions jamais pu y arriver à partir de publications plus scientifiques.

16Effectivement, comme le faisait remarquer Jules Verne à son jeune public, l’École des Robinsons :

  • Non, Godfrey, ça ne va pas, répondit le professeur, et je commence à croire que les inventions de sauvages ne sont que des imaginations pour tromper le pauvre monde !

  • Non ! reprit Godfrey ; mais, en cela comme en toutes choses, il faut savoir s’y prendre.

17En effet, nous nous sommes aperçu, par la suite, que de bonnes descriptions, sans prétentions scientifiques et ignorées, existent dans les écrits des anciens boy-scouts (Droit, 1952) et de leurs continuateurs actuels, les survivalists américains (Olsen, 1967 ; Boughton, 1983 ; Me Pherson, 1987). Un ouvrage récent, en japonais, et malheureusement non traduit, propose dans le cadre du musée de Toro, une bonne étude expérimentale de forets archéologiques de l’Age du Fer (Takahashi, 1985).

18Notre démarche personnelle nous a conduit à retrouver ces procédés et à les tester systématiquement, ce qui nous a mené vers une étude statistique des bois utilisables. Nous nous sommes aussi efforcé de cerner et d’interpréter les erreurs les plus généralement admises sur la question du feu par friction.

19Nous avons volontairement ignoré les systèmes par rainurage des îles océaniennes (Renard, 1931 ; Rollin, 1974 ; Henry, 1993 ; expérimentalement bien décrits par Boughton, 1983) et les sciages par corde de bambou ou de rotang pratiqués couramment en Nouvelle-Guinée (Pétrequin, 1993). On trouvera une excellente description de la technique océanienne, par rainurage, dans un roman de Herman Melville, Taïpi (1846, traduction française de 1952) :

... Une tige d’hibiscus, droite et sèche et à demie pourrie, d’environ six pieds de long, et de moitié autant de pouces en diamètre, ainsi qu’un bout de bois plus petit, d’un pied de long à peine et d’un pouce d’épaisseur, voilà ce qu’on rencontre dans chaque case de Taïpi, aussi régulièrement qu’une boîte d’allumettes phosphoriques sur le coin du buffet, dans une cuisine de chez nous.
L’insulaire, ayant calé obliquement la plus grande tige contre quelque objet, avec un bout relevé sous un angle de quarante-cinq degrés, s’installe dessus à califourchon, tel un marmot prêt à galoper sur un manche à balai ; après quoi, saisissant avec force et des deux mains le petit bâton, par un mouvement de va-et-vient sur une étendue de quelques pouces, il frotte lentement son bout aiguisé contre le bâton principal, tant qu’à la fin il creuse dans le bois une étroite rainure, qui se termine carrément à son point le plus éloigné de l’opérateur, où s’accumulent en un petit tas toutes les particules pulvérisées produites par le frottement.
Au début, Kory-Kory s’est mis tranquillement à l’œuvre ; mais peu à peu il accélère l’allure, et s’échauffe à la besogne ; il promène son bâton avec furie le long de la rainure fumante, porte les mains de-ci de-là avec une vitesse stupéfiante, et n’a plus un poil de sec. A mesure que son effort approche du paroxysme, il halète, le souffle précipité, et il semble que les yeux vont lui jaillir des orbites, tant il se donne de mal. Car l’opération en arrive au point critique : tous ses labeurs seront vains, s’il ne peut soutenir la rapidité de mouvement jusqu’à ce que l’étincelle consente à se produire ; tout à coup, il s’arrête, et se tient parfaitement immobile. Ses mains n’ont pas lâché la petite baguette et convulsivement la pressent contre l’extrémité opposée de la rainure, parmi la fine poussière qui s’y trouve accumulée, comme s’il venait enfin de transpercer une minuscule vipère qui se débattait et s’efforçait de lui échapper. Un instant de plus, et un subtil flocon de fumée déroule sa volute dans l’air, le tas de particules poussiéreuses rougeoie, incandescent, et Kory-Kory, tout hors d’haleine, descend de son coursier. (Melville, 1952 : 160-161.)

20Nous ne nous attarderons pas sur ce système, car nous nous sommes, pour l’instant, limité aux techniques par giration et plus spécialement au foret à arc.

21Plusieurs autres méthodes existent en effet pour entretenir la rotation du foret. La plus simple et la plus répandue étant la rotation manuelle (hand, drill des Anglo-Saxons, Me Pherson, 1991 ; Gibby, 1992).

22Pour illustrer cette technique, nous renverrons à une lettre de M. Pierre Aymès (Marseille) qui a eu l’amabilité de nous faire part de ses souvenirs malgaches :

Les hasards de la vie ont fait que je me suis trouvé à Madagascar de 1950 à 1953, près d’Ambilobe, dans le nord-ouest de l’île. Pour travailler dans les plantations de cannes à sucre, il y avait, entre autres, des Malgaches du sud, des Antandroy (= ceux qui vivent dans les épines). Un jour, sur le bord d’une piste, en saison sèche, un homme de moins de 30 ans, de cette ethnie, me demanda du feu pour allumer une cigarette : ne fumant pas, je luis dis que je regrettais de ne pouvoir lui en donner. En riant, il me répondit que ce n’était pas grave, et avec son couteau, il coupa une tige d’un genre de jute, dont je ne me rappelle pas le nom ; il la tailla en pointe et fit une encoche sur une autre tige plus grosse. Il s’accroupit ; la coinça avec ses pieds, et, faisant tourner le foret très rapidement entre ses mains, allant de haut en bas et inversement, en moins de 20 secondes il eut de la braise sur laquelle il souffla, et, quelques secondes après, il allumait sa cigarette.
La rapidité avec laquelle il tailla les tiges et obtint du feu, me surprirent : manifestement, il avait l’habitude de ce mode d’allumage. En le questionnant, j’appris que, dans son village, quand il n’avait pas d’allumettes, il procédait ainsi ; mais généralement les villageois avaient de la braise dans le foyer ; (d’après une lettre du 6 août 1993, de Pierre Aymès, suite à une conférence faite à Marseille.)

23La rotation manuelle peut être améliorée par l’adjonction d’une ficelle enroulée autour du foret et actionnée par deux personnes. Cette technique peut avantageusement être utilisée par un seul opérateur si un archet maintient les extrémités de la ficelle (bow drill des Anglo-Saxons).

24Un système différent, celui du foret à pompe (Follari, 1993 ; Worsham, 1993), utilise une sorte de toupie animée par le déroulement et l’enroulement d’une ficelle (fig. 5). Cet engin servait à allumer le feu chez certains Indiens iroquois d’Amérique du Nord (Joly, 1879). On le rencontrait, il n’y a pas très longtemps, dans le sud du Maroc (région de Taroudant) pour sculpter la stéatite (observation personnelle).

25L’utilisation d’un système à vilebrequin aurait servi en Argentine (Deniker, 1926 ; Rochas, 1884 ; Joly, 1879). Aucune mention de ce procédé n’est pourtant faite dans une publication récente concernant le Nord-Ouest argentin où était pratiquée la giration simple sur des crochets d’attelage servant à fixer les charges des lamas (Garcia, 1988). Mannos et Boutié (1996) ont récemment proposé une interprétation inattendue et ingénieuse des bâtons percés du Paléolithique supérieur qui pourraient être, selon eux, des poignées de vilebrequins à feu. Leur argumentation s’appuie sur une expérimentation efficace qui ne constitue pas une preuve (prouver la possibilité du procédé ne prouve pas son utilisation effective). Les deux auteurs se proposent d’étayer leur hypothèse par une étude tracéologique (Mannos et Boutié, 1996).

26C’est pour des raisons pratiques de commodité expérimentale que nous avons utilisé l’archet à feu, car c’est le système le plus efficace pour les essais nécessaires en vue d’une approche statistique (foret ou drille à feu de la fig. 6).

27Nous replacerons ce système, de manière préliminaire, parmi les autres modes de frictions pratiqués par les « Primitifs » en nous servant d’un tableau de G. Montandon, (1934).

5. Foret à feu, système « à pompe », Madagascar, début du siècle, (collection A. Barrio de Suza, Marseille)

6. Foret à archet (dessin de A. Fournier)

1. Procédés d’obtention du feu par frottement

1. Procédés d’obtention du feu par frottement

(Montandon, 1934)

Un exemple de briquet à friction : le foret à arc

28Nous décrirons, en premier lieu, l’appareil et ses constituants (fig. 7, 8, 9) puis les étapes de son fonctionnement (fig. 10, 11, 12).

Morphologie du foret à arc

29Le foret et la planchette sont les deux éléments principaux du dispositif. La corde de l’archet assure l’entraînement. Un objet en bois ou en os, la paumelle, permet d’assurer la pression nécessaire sur le foret en protégeant la main. Le frottement du fuseau sur la paumelle devant être minimal, les aborigènes australiens graissent astucieusement l’extrémité du foret en contact avec elle en se la passant préalablement dans les cheveux (Spencer, 1966). Les Eskimos préfèrent améliorer efficacement leur paumelle au point de friction avec une pièce de stéatite ou d’obsidienne (Hough, 1928).

Le foret (ou drille)

30Il s’agit d’un bâton, de section arrondie, dont les deux extrémités sont appointées. Ses dimensions sont très variables, mais ceux que nous utilisons ont une longueur comprise entre vingt et quarante centimètres, avec un diamètre compris entre un et deux centimètres.

31Une drille de petit diamètre tournera plus vite mais développera moins de puissance qu’un foret de fort diamètre. Il s’agira donc de trouver un compromis avantageux (entre 1 et 2 cm selon le bois). La longueur du foret doit également être prise en compte. Elle influe en effet sur la durée de l’utilisation : un foret long sert plus longtemps qu’un foret court, ce qui est commode pour des bois tendres qui s’usent très vite. Cette longueur ne peut cependant pas croître indéfiniment, car si le foret est trop long et trop fin, sa rigidité diminue et il vibre de façon gênante. La pratique nous a montré que la longueur optimale avoisine 25 cm. En-dessous de 10 cm, l’opération est possible mais pénible, car il devient très difficile de maintenir le foret en place et de l’empêcher d’être éjecté de la planchette.

7. Éléments du foret à feu. 1) paumelle, 2) archet, 3) enroulement de la corde sur le foret, 4) et 5) planchette montrant les godets de giration

32L’extrémité supérieure du foret doit être taillée en pointe pour limiter au maximum les forces de frottement. Il faut la retailler de temps en temps, mais pas trop, pour qu’elle ne s’écrase pas au contact de la paumelle. Appointer l’extrémité inférieure est tout aussi important, mais pour des raisons exactement inverses : en effet, en début d’installation, la pointe du foret ne doit pas glisser. Par la suite, quand le foret est correctement ajusté dans le trou d’amorçage qui vient de se creuser, les risques de dérapage se réduisent.

8. Foret à feu égyptien à pointe détachable et à paumelle incorporée (Harrison, 1958)

33On a retrouvé (fig. 8) dans les tombeaux de l’Égypte ancienne des dispositifs qui permettent de changer facilement l’extrémité du foret, qui porte une pointe amovible (Harrison, 1958). Un dispositif analogue a été utilisé aux Indes (Frazer, 1915).

La planchette

34On peut prélever cette pièce de bois dans une branche de deux centimètres de diamètre, fendue dans le sens de la longueur, sectionner tangentiellement un rondin plus épais ou utiliser une planchette de 1 à 1,5 cm d’épaisseur (fig. 9).

9. Les étapes de la fabrication de la planchette

35Le choix de l’épaisseur de la planchette est important ; l’expérience montre que si elle est trop mince, le foret va traverser le bois avant que la sciure se soit suffisamment amassée. Inversement, si la planchette est trop épaisse, il faudra tourner trop longtemps avant que le tas de sciure atteigne le niveau de la zone de friction, là où la température est maximale. Des mesures de température ont montré que la température développée par la friction doit être supérieure à 800 °F (environ 427 °C), pour que la sciure s’enflamme (Baugh, 1994).

36L’opération suivante consiste à découper une encoche triangulaire sur le bord de la planchette (environ 1 cm de profondeur sur autant de largeur). C’est là que viendra se déverser la sciure, ainsi efficacement aérée. L’angle d’ouverture de l’encoche n’est pas indifférent. S’il est trop fermé, la sciure a tendance à rester coincée et il est difficile de ne pas éparpiller la braise en enlevant la planchette. Il faut ensuite creuser une légère cupule à la pointe de l’encoche, point d’application du foret qui ne doit ni glisser, ni déraper en début de rotation. L’ajustement forcé du foret sur la planchette réduit ensuite ce risque.

La paumelle

37Cette pièce rigide sert à appuyer sur l’extrémité supérieure du foret maintenu perpendiculaire à la planchette.

38Nous utilisons un tronçon de métapode de bœuf (fig. 7), mais beaucoup d’autres objets peuvent convenir : valve de lamellibranche, pierre plate, bloc de bois dur ou, à l’imitation des Eskimos, vertèbre de gros poisson ou astragale de cervidé dont la forme est bien adaptée (Hough, 1880).

39L’os convient bien : c’est une matière dure et élastique qui se lisse à la friction en facilitant la rotation du foret. Une cupule caractéristique, avec de très fortes traces de carbonisation, se forme rapidement au point d’appui.

L’archet

40L’archet doit être assez rigide tout en conservant suffisamment d’élasticité pour permettre de compenser, au doigt, les variations de tension de la corde. Celui que nous utilisons, en bois, possède une corde de 65 cm. Cette longueur assez grande a l’avantage de limiter le nombre d’allers retours responsables des temps morts dans la rotation du foret : en diminuant la longueur, il faudrait accélérer le rythme.

41Nous avons aussi utilisé, suite au bris de l’archet en bois, une côte de bison empruntée pour l’occasion à la collection de comparaison du laboratoire. La forme de cet objet convient parfaitement, mais la rigidité de l’os rend plus difficile le réglage de la tension de la corde.

42En Australie, d’après l’ethnologue australien P. Bindon (communication verbale), l’archet dont se servent les aborigènes est toujours rigide et taillé dans une branche coudée naturellement à angle droit. Ce trait culturel serait lié à l’ignorance de l’arc. C’est aussi un archet totalement rigide qui anime le foret à feu égyptien (fig. 8) décrit par Harrison (1958).

43Il est également possible d’improviser rapidement un archet avec les moyens disponibles dans un environnement immédiat : nous l’avons fait, par exemple, à partir d’un boomerang ou de deux cintres à vêtements en bois fixés bout à bout à l’aide d’un papier adhésif (pour assurer une longueur efficace à l’archet).

La corde

44N’importe quelle cordelette résistante convient. Si l’on veut faire « authentique », on préférera un lacet de cuir ou du tendon animal (Boughton, 1983), très résistant.

Fonctionnement du foret à arc

45Il nous faut anticiper ici sur le choix des bois convenables en indiquant quelques couples assurant un résultat certain et rapide : peuplier-lierre (Droit, 1952), tilleul-tilleul (Zaborowski, 1907), laurier-laurier ou laurier-lierre (Pline l’Ancien).

46Nous avons pris l’habitude, pour nos démonstrations destinées au grand public, d’utiliser le pin (baguette de bois tourné obtenue dans le commerce, d’une efficacité assez variable, en fonction du pourcentage de résine présente : l’abondance de celle-ci constitue un handicap) frotté contre le lierre. Le résultat est bon, quoique meilleur avec le peuplier (non résineux). L’opération est normalement très rapide dès que la coordination motrice nécessaire au maniement de l’archet est acquise ; on obtient une braise dans les 20 secondes.

47Nous décrirons ici les différents stades de la séquence opératoire.

Découpe de l’entaille

48L’entaille recoupe le bord de la planchette. Il est utile d’amorcer le creusement du foyer en creusant une petite cupule à la pointe du triangle de l’encoche, cette opération évite les dérapages trop fréquents lorsque la pointe du foret ne s’est pas encore fichée dans la planchette.

Prise de l’archet

49La prise se fait de la main droite (pour un droitier), en enroulant la courroie autour du fuseau. L’enroulement se fait courroie distendue, en maintenant le foret légèrement oblique par rapport à la corde de l’arc. On redresse ensuite le fuseau perpendiculairement au plan de l’archet et de sa corde, ce qui a pour résultat de mettre cette dernière en tension (fig. 10).

10. Installation du fuseau sur l’archet (M. Droit, 1952)

50Il est préférable d’incliner le plan archet-corde à 45° sur le foret. Si l’on adopte un angle de 90°, la corde s’use et casse assez rapidement.

51L’expérience nous a montré qu’il est commode d’appuyer la partie proximale de l’archet dans le creux de la main, deux ou trois doigts de la main droite placés entre la corde et le bois de l’arc permettent alors de moduler, en cours d’opération, la tension de la corde qui, parfois, à tendance à se détendre. Nous utilisons deux demi-clefs (nœud de cabestan) pour attacher la corde.

Blocage du foret

52La pointe du foret est placée dans le trou d’amorçage et sa partie supérieure engagée dans la cupule de la paumelle tenue en appui par la main gauche (fig. 11A).

53Le genou droit au sol, le pied gauche bloque la planchette sur du cuir, un papier, une écorce, une feuille ou un quelconque support destiné à collecter plus facilement la sciure. Ce réceptacle a aussi un rôle isolant puisqu’il évite le refroidissement et l’extinction de la braise sur un sol trop froid.

54On pourra ensuite facilement transporter la braise sur une poignée d’un produit facilement inflammable (paille, herbes sèches, aiguilles de pin ou lichens).

Mise en mouvement du foret

55Le mouvement de translation à adopter, légèrement plongeant et très régulier, doit être ample pour utiliser toute la longueur de l’archet. Au début, mieux vaut opérer calmement et lentement pour assurer l’enfichage de la pointe du foret dans la planchette (fig. 8B).

56De la fumée apparaît très rapidement. Le processus est bien avancé au moment où un peu de sciure carbonisée tombe dans l’encoche (fig. 11C).

57Pour amorcer le creusement, les Aborigènes australiens ajoutaient du sable, en mouillant l’extrémité du foret avant de la poser dans le sable, et les Tasmaniens utilisaient de la poudre de charbon de bois (Quatrefages, 1884). Ces astuces techniques sont utiles pour des forets tournés entre les paumes des mains, car la pression exercée est alors relativement faible.

11. Les étapes de la fabrication du feu. A) positionnement du fuseau sur le trou d’amorçage, B) début de la giration, C) apparition de la fumée et de la première sciure, D) la sciure remplit l’encoche, E) et F) apparition et croissance de la braise

Rotation du foret

58Quand la fumée s’épaissit, on peut accélérer le rythme, quoique sans précipitation. La fumée fugace du début s’épaissit alors en masquant la pointe du foret (fig. 11D).

59La sciure carbonisée amassée dans l’encoche (fig. 11 Ε) en déborde (fig. 11F). Une ou deux dernières rotations, plus rapides, suffisent alors à assurer la réussite finale.

Production de la sciure

60Il faut attendre que le petit tas de sciure se mette à fumer pour interrompre la rotation : ce signe montre, en effet, que le but recherché est atteint (fig. 11F et fig. 12).

12. Position de la braise après arrêt de la rotation du foret, F) fuseau, P) planchette, S) support (feuille, écorce, carton, destinés à recevoir la sciure), L) lanière de l’archet, B) braise, Sc) sciure

Formation de la braise

61A ce stade, on peut interrompre la friction, soulever le fuseau de la planchette, puis en retirer, sans heurts intempestifs, le pied gauche. Un petit coup sec et précis sur la planchette (avec le foret dégagé de l’archet) est quelquefois nécessaire pour débloquer sans l’éparpiller le tas de sciure parfois coincé au fond de l’encoche. De cette petite masse de poudre carbonisée s’échappe, si tout s’est bien passé, une légère fumée persistante (fig. 11).

62En éventant doucement avec les doigts serrés ce filet de fumée, il va s’épaissir et une petite escarbille, jusqu’ici invisible, va apparaître et se transformer en une braise persistante et utilisable (sa dimension est celle de la braise d’une cigarette). Si l’on veut s’assurer définitivement du résultat, on peut enflammer un morceau d’amadou qui ne s’éteindra plus.

63Pour allumer un feu avec la braise, on la posera sur une poignée de paille, d’herbes sèches ou de lichens, creusée en nid sur laquelle on soufflera doucement.

Incidents d’utilisation

64La répétition des essais confronte l’utilisateur à des incidents qui peuvent aider à comprendre la naissance de certaines innovations techniques importantes et à reconstituer de façon plausible l’invention du procédé. Les relations entre les incidents de fonctionnement observés et la typologie des planchettes sont particulièrement instructives.

Spéculations sur l’origine du foret à feu

65Le foret à feu est aussi un perçoir et nous pouvons plausiblement reconstituer, en pensée, la succession des événements qui sont peut-être à l’origine de la drille à feu.

66L’invention du foret à feu a pu se produire lors de l’utilisation d’une flèche comme perçoir (fig. 13A). Cette utilisation occasionnelle de flèches a été effectivement signalée (Mc Guirre, 1894, cité par Haudricourt, 1968). De fait, lorsqu’on se sert d’une flèche à pointe de pierre, pour percer du bois ou toute autre matière résistante, le silex ou l’obsidienne résistent mal. Ils s’écrasent et se résolvent, de façon totalement accidentelle, en une efficace poudre abrasive. Cette efficiente innovation inaugure déjà une technique nouvelle, celle du perçage au sable (fig. 13B). L’efficacité du perçage est augmentée mais il provoque, si le sable n’est pas renouvelé, d’autres problèmes techniques dus à la friction directe bois contre bois : échauffement, carbonisation et fumée (fig. 13C). Le tâtonnement a pu conduire, au fil des générations, à l’heureux hasard d’un choix de bois favorable et à l’ignition de la sciure. La répétition volontaire de l’opération pourrait alors avoir mené à la mise au point du feu par friction.

67L’habitude, souvent observée (Hough, 1880, 1928 ; Davidson, 1947 ; Spencer, 1966), d’ajouter une pincée de sable avant l’utilisation du foret à feu pour amorcer la cupule de la planchette, pourrait être un rappel de la fonction de tarière de l’appareil. Un mythe, rapporté par Frazer (1969 : 236), évoque le scénario d’origine le plus probable :

Les Basongo-Meno, groupe de tribus africaines de la vallée du Congo, disent que dès les temps les plus anciens, ils faisaient des nasses en côte de palmier raphia. Un jour, un homme, en construisant une nasse de ce genre, voulut percer un trou dans l’extrémité d’une de ces côtes, et il se servit pour cela d’un petit bâton pointu. En perçant ce trou il fit jaillir du feu, et les hommes découvrirent ainsi le moyen d’en produire.

Invention de la gouttière d’échappement

68L’utilisation systématique et répétitive du foret à feu sur des planchettes de formes très variées permet d’observer des incidents qui peuvent se révéler, à long terme, avantageux. L’utilisation ordinaire du foret à feu confronte en effet son utilisateur à des variations aléatoires. Ces écarts expliquent simplement l’apparition inéluctable d’une innovation avantageuse, l’utilisation de la gouttière d’échappement.

69L’amélioration n’est pas négligeable : si trente secondes à une minute suffisent pour obtenir une braise d’une planchette à gouttière, il faudrait, avec une planchette ordinaire, comme celle des Aïnous du Nord du Japon « y mettre deux heures à deux heures et demie, deux ou trois hommes se relayant pour ne pas laisser l’avance acquise se perdre. » (Montandon, 1937 : 70.)

70L’invention des systèmes d’évacuation de la sciure a sans doute suivi deux scénarios :

Forage isolé

71Si l’on pose le foret au centre de la planchette, un anneau de sciure s’accumule autour de la pointe de l’instrument en rotation. Cette sciure peut s’enflammer à la longue, mais le procédé est long et très aléatoire du fait de la mauvaise aération de la poussière (fig. 13D). En cours d’utilisation, des incidents peuvent survenir si l’utilisateur relâche un instant sa coordination motrice (glissement du foret en rotation) ou si le diamètre du foret choisi est plus large que la largeur de la planchette.

Dérapages du foret (fig. 13E)

72Le foret peut avoir tendance à glisser vers le bord de la planchette. Dans ce cas, la sciure va se déverser et s’entasser sur le sol. Cet incident s’avère en définitive favorable, car la sciure est ainsi mieux aérée : l’idée de la gouttière est déjà ainsi dégagée. On retrouve effectivement certains objets ethnographiques, fixés à ce stade (fig. 14, n° 2).

Foret surdimensionné (fig. 13F)

73Si le diamètre du foret est égal ou supérieur à la largeur de la planchette, la sciure va avoir tendance à tomber de part et d’autre, vers l’extérieur. Il s’agit, là aussi, d’une amélioration imprévue, volontairement sélectionnée sur certains objets ethnographiques réels. L’idée de la gouttière est alors en germe. Cet incident survient fréquemment lorsqu’on se sert d’un ancien foret à feu comme planchette (fig. 14, n° 3).

Forages répétés (fig. 13, G et H)

74Quand la planchette fonctionne bien, l’utilisateur va la conserver pour s’en resservir. Très vite, la pénurie d’espace va amener le recoupement des godets (fig. 13H). Une partie de la sciure va alors quitter la cupule en fonctionnement pour se déverser vers l’ancien foyer.

13. Spéculations sur l’évolution des planchettes

14. Exemples de planchettes ethnographiques

75Certains objets sont fixés à ce stade technologique (fig. 14, cas 5 et 6), suffisamment efficace pour évacuer latéralement la sciure.

76Ces deux scénarios montrent la mise au point accidentelle des systèmes les plus simples que l’on pourrait appeler « proto-gouttières d’échappement ». Ces gouttières archaïques ont été ensuite sélectionnées et progressivement perfectionnées.

Perfectionnements du procédé d’échappement

Échappement externe

77La fig. 13 montre l’évolution des cas (E) et (F) vers les rainures et encoches de type I. L’intention est alors de systématiser la réussite, encore accidentelle, des systèmes précédents.

78Les planchettes à échappement externe de type (K) sont les plus fréquentes. La sciure tombe alors sur du cuir, une écorce ou une feuille préalablement placée sous la planchette. L’expérience montre que ce cuir, cette écorce ou cette feuille permettent de recueillir commodément la braise. Ces matières isolantes protègent également du contact direct avec le sol. Quand le sol est trop froid, la poussière de bois refroidit et ne s’enflamme plus. En général, cette façon de faire ne pose aucun problème dans les régions sèches, mais peut être pénalisante quand le sol est détrempé ou enneigé.

79Les systèmes à redans (L), où la sciure s’accumule sur la planchette elle-même, évitent cet inconvénient (fig. 14, n° 7).

Échappement interne

80La répétition avantageuse des incidents de type H (cf. supra : forages répétés) va inévitablement conduire l’utilisateur à exploiter le procédé en décalant successivement les foyers (casj), comme sur certaines planchettes arctiques (fig. 14, n° 6) ou bien en couplant systématiquement les godets (fig. 14, n° 5). En systématisant cet avantage, on aboutit aux planchettes à godets reliés par une rainure longitudinale.

81L’échappement interne de la sciure est un avantage dans le milieu enneigé où vivent les Eskimos. Ceux-ci utilisent ce système (fig. 14, n° 8) concurremment avec les planchettes à redans.

Planchettes aberrantes

82Certaines formes de planchettes s’écartent résolument de ces solutions techniques. Elles se présentent comme des isolats technologiques. Il s’agit des systèmes à échappements sous-jacents des Hurons (Saggard, 1939, cité par Tooker, 1987) ou des Indiens Caraïbes (Hough, 1928, se référant à l’historien Oviedo, 1526 et à l’explorateur Vénitien Ramusio, 1565).

83Cette technique est certainement un cas particulier : celui d’une planchette destinée aux procédés par sciage adaptée à ceux par giration (fig. 13).

Processus d’invention et exemple du foret à feu

84L’exemple particulier du foret à feu permet d’analyser le processus d’invention. On peut illustrer le cheminement, sous-jacent dans cet exemple, par un schéma théorique plus général (fig. 15).

85A partir d’un appareil, d’un outil ou d’un procédé stéréotypé (I), deux attitudes sont possibles. Celle de l’utilisation standard n’aboutit à aucune innovation, si ce n’est des perfectionnements adaptatifs de détail sans révolution conceptuelle (1a, 1b, 1e... etc.).

86En revanche, la répétition des mêmes enchaînements gestuels produit des « ratages » que l’on pourrait qualifier de « lapsus techniques ». Ceux-ci font parfois surgir des possibilités latentes non encore exploitées. Un utilisateur perspicace saura tirer parti de ces hasards potentiellement avantageux.

15. Les étapes de l’invention

87Des perfectionnements s’imposeront d’eux-mêmes en faisant surgir, apparemment du néant, une invention ou un procédé (II). A l’invention II et à sa standardisation succédera une dérive technologique vers une nouvelle invention III.

88A travers ces glissements fonctionnels, on pourra explorer les potentialités positives latentes de l’erreur initiale jusqu’à la standardisation parfaite du procédé. Celle-ci constitue aussi une sclérose, puisqu’elle signe l’arrêt de toute variabilité accidentelle.

Table des illustrations

Légende a) Le fire-drill, usité en Australie, en Tasmanic, au Kamtschatka, au Tibet, dans l’Inde, en Afrique, chez les Guanches des îles Canaries, au Mexique, etc
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6502/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende b) Ancien Mexicain allumant du feu au moyen du fire-drill (d’après une peinture ancienne du Mexique reproduite au trait par Tylor)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6502/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende c) Esquimau faisant du feu par le frottement
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6502/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende d) Gaucho faisant du feu
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6502/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende e) Procédé employé dans l’Amérique du Nord pour faire du feu
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6502/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende f) Océanien faisant du feu.4. Les systèmes de production du feu, (Rochas, 1884)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6502/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende 5. Foret à feu, système « à pompe », Madagascar, début du siècle, (collection A. Barrio de Suza, Marseille)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6502/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 6. Foret à archet (dessin de A. Fournier)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6502/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 1. Procédés d’obtention du feu par frottement
Légende (Montandon, 1934)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6502/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 7. Éléments du foret à feu. 1) paumelle, 2) archet, 3) enroulement de la corde sur le foret, 4) et 5) planchette montrant les godets de giration
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6502/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende 8. Foret à feu égyptien à pointe détachable et à paumelle incorporée (Harrison, 1958)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6502/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende 9. Les étapes de la fabrication de la planchette
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6502/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 10. Installation du fuseau sur l’archet (M. Droit, 1952)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6502/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende 11. Les étapes de la fabrication du feu. A) positionnement du fuseau sur le trou d’amorçage, B) début de la giration, C) apparition de la fumée et de la première sciure, D) la sciure remplit l’encoche, E) et F) apparition et croissance de la braise
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6502/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 12. Position de la braise après arrêt de la rotation du foret, F) fuseau, P) planchette, S) support (feuille, écorce, carton, destinés à recevoir la sciure), L) lanière de l’archet, B) braise, Sc) sciure
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6502/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende 13. Spéculations sur l’évolution des planchettes
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6502/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 14. Exemples de planchettes ethnographiques
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6502/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende 15. Les étapes de l’invention
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6502/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540