Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le feu avant les allumettes

 | 
Jacques Collina-Girard

I. Allumettes et briquets à percussion

Texte intégral

1Beaucoup de systèmes d’allumage traditionnels ont survécu jusqu’aux époques historiques, voire modernes. Nous dresserons d’abord un bilan de ces procédés, concernant les allumettes et les briquets à silex, pour retourner ensuite aux briquets préhistoriques à silex et marcassite.

2Il nous faut revenir, préalablement, sur les techniques les plus récentes, c’est-à-dire celles qui étaient encore employées au début de la révolution industrielle.

3A l’aube du XIXe siècle, les techniques traditionnelles pour se procurer du feu étaient au nombre de deux. Les procédés par percussion, couramment utilisés, et ceux par friction, dont on ne se servait plus qu’à des fins religieuses.

4Revenons donc à ces techniques encore usuelles il n’y a pas si longtemps et qui s’enracinent dans un passé très ancien.

Les allumettes

5Les premières allumettes, mentionnées dès 1530 (Cole, 1994), différaient de celles que nous utilisons. Connues sous le nom de bûchettes, fidibus ou chénevottes, il s’agissait de petites tiges de bois, de roseau ou de chénevotte (partie ligneuse du chanvre), de papier roulé ou de mèches de coton trempées dans la cire.

6Ces bûchettes complétaient le briquet à silex et ne prenaient feu qu’au contact d’un corps déjà en ignition. Elles furent supplantées en 1810 par les premières allumettes chimiques, bâtonnets imprégnés de potasse et de soufre que l’on enflammait dans l’acide sulfurique :

7Combien, parmi nous, ont conservé le souvenir de cette boîte cylindrique, en carton, portant une étiquette explicative de la manière de s’en servir, et sur laquelle se détachait, en gros caractères, le nom du fabricant : fumade ?

8Cette boîte était divisée en deux compartiments inégaux ; dans le plus court, on trouvait une petite fiole contenant l’acide fumant de Nordhausen, dont on avait ingénieusement évité l’épanchemenent, en en imbibant une sorte d’éponge d’amiante ; dans le plus long compartiment étaient des allumettes ; leur bout soufré avait été trempé dans une pâte colorée, à base de chlorate de potasse. Il n’y avait qu’à plonger une allumette dans la petite fiole, et la retirer aussitôt, pour obtenir son inflammation. Mais l’acide, très avide d’humidité, perdait rapidement son degré de concentration, et cessait d’enflammer le chlorate de potasse ; ce dernier, également très hygrométrique, redevenait mou et pâteux dans une athmosphère humide, et se détachait alors des allumettes. Ces deux inconvénients ont probablement fait naître l’idée de trouver d’autres allumettes qui n’eussent pas besoin de l’intervention d’un acide pour s’enflammer. (Deherrypon, 1875 : 230-231.)

9Ces instruments peu commodes et de maniement dangereux disparurent quand John Walker, en 1827, puis Charles Sauria, en 1830, inventèrent des allumettes à phosphore blanc que l’on enflammait en les frottant sur du papier de verre. La fin du XVIIe siècle avait déjà vu apparaître les premières allumettes au phosphore, suite aux travaux de l’alchimiste allemand Brand : très chères à produire, elles ne furent pas commercialisées (Cole, 1994).

10Le remplacement du phosphore blanc par du phosphore rouge, moins dangereux, aboutit vers 1852, suite aux travaux de Johan Lundström, à la fabrication des premières allumettes de sûreté dites « allumettes suédoises » qui supplantèrent rapidement les anciens briquets à silex (Arminjan et Blondel, 1984).

Le phosphore rouge ou phosphore amorphe s’obtient en soumettant le phosphore blanc à une très longue insolation ; industriellement, il s’obtient beaucoup plus rapidement en le faisant chauffer, pendant quelques jours, à une température de 170° environ. Cette simple opération le fait changer d’aspect ; de blanc qu’il était, il est devenu rouge ; sa consistance molle s’est également modifiée, elle a pris assez de fermeté pour permettre sa pulvérisation ; et, nous l’avons dit, son maniement est devenu inoffensif.
M. Bœttger, fabricant d’allumettes, a eu l’ingénieuse idée d’ajouter, à ce perfectionnement hygiénique, une autre amélioration qui rend presque impossibles les causes si fréquentes d’incendies par imprudence. Il a imaginé de diviser, entre deux agents séparés, la réaction qui s’opère par l’élévation de température due au frottement, et qui produit l’inflammation. De sorte que, le contact obligatoire de ces deux agents, pour produire l’inflammation, ne peut plus que très difficilement, être dû au hasard, mais bien à une action raisonnée.
Il compose deux pâtes : l’une, destinée aux allumettes et qui ne contient d’autres réactifs que du chlorate de potasse et du sulfure d’antimoine ; l’autre, destinée à la chose sur laquelle les allumettes doivent être frottées pour s’enflammer, est composée de phosphore amorphe et de péroxyde de manganèse. Isolée, l’une ou l’autre de ces deux compositions ne peut pas prendre feu par simple frottement. (Deherrypon, 1875 : 235-236.)

11Le monopole des allumettes date, en France, de 1890, mais, à cette époque beaucoup de paysans en ignoraient encore l’usage et continuaient à conserver le feu sous la cendre (Miroir de l’Histoire, 1963).

12Jusqu’à l’invention des allumettes, comme l’avait remarqué l’ethnographe R. Lowie (1936), les nations technologiquement les plus avancées de l’univers n’étaient que de bien peu en avance sur les Fuégiens pour l’obtention du feu.

13Les allumettes ne sont pas toujours apparues comme un avantage dans tous les domaines, comme le montre l’exemple des Maoris :

Fait assez curieux, les allumettes, quoique très commodes, n’étaient pas populaires ; la superstition exigeait que le feu destiné à cuire les aliments fut obtenu par friction à la manière indigène. La prévention des Maoris contre l’usage des allumettes céda dans une grande mesure à l’habitude du tabac. Les allumettes étaient parfaites pour allumer le tabac mais ne valaient rien pour allumer le feu destiné à la cuisine. (Donne, 1938 : 241.)

Les briquets à percussion

14« Battre le briquet » était une expression très usuelle jusqu’au début du XIXe siècle. Elle figure d’ailleurs dans la célèbre chanson « Au clair de la lune... ». A quoi renvoie-t-elle ?

15Montandon, dans son Traité d’ethnologie culturelle et d’ergologie systématique (1934), indique la répartition des systèmes à percussion, réduits principalement à deux types : acier contre silex et pierre contre pierre. Nous reproduisons ici cet inventaire, en conservant la terminologie des cultures alors proposées par cet auteur :

  • Briquet métal contre pierre : culture sinoïde et culture occidentaloïde.
  • Briquet pierre contre pierre : Ghiliak et Aïnous de Sakhaline, Aléoutes, Eskimos, Anciens Mexicains, Paragons et Fuégiens.

Les briquets à silex et acier

Témoignages historiques

16Les procédés par percussion ont perduré en Europe jusqu’à la première moitié du XIXe siècle. A cette époque on se servait encore très couramment des briquets traditionnels à acier et silex (fig. 2).

17Une pittoresque description du début du siècle nous donne une bonne idée de l’utilisation, au quotidien, de cet instrument :

Sur la tablette de la cheminée de notre cuisine, on remarquait, il nous semble la voir encore, une boîte ronde en fer blanc, bosselée, mal entretenue, pas très propre ; et c’est précisément cette dernière particularité qui la faisait remarquer, car son négligé jurait au milieu des splendeurs de propreté d’une cuisine flamande. Cette boîte était munie d’un couvercle à frottement qui la fermait hermétiquement, et lorsqu’on avait soulevé ledit couvercle, on avait sous les yeux deux objets significatifs : une pierre à fusil et un briquet ; mais où donc était l’amadou ?
En y mettant un peu plus d’attention, on s’apercevait bientôt que le fond visible de la boîte était un disque, également en fer blanc, qui était mobile et recouvrait les chiffons brûlés auxquels il servait d’étouffoir. Le briquet était donc complet ; mais la question était de savoir en tirer du feu. Pour cela, il fallait d’abord prendre une chaise et s’asseoir.

2. Briquets actuels et historiques. 1) et 2) Sub-actuel, Algérie (d’après Cadenat, 1962). 3) Utilisation actuelle du briquet à silex et acier Balouchistan, d’après un croquis de T. Aubry. 4) Briquet, Danemark, vers 1600 (d’après un Catalogue d’exposition : Pietre del Fuoco). 5) Briquet (Fusil), représentation ornementale du Moyen Âge (d’après le même catalogue). 6) Briquet mérovingien (d’après de Mortillet, 1903). 7) et 8) Briquets du Moyen Âge (d’après Rouyer, 1988). 9) Briquet, XVIIIe-XIXe (d’après Arminjan, 1984). 10) Briquets gallo-romains (d’après Rouyer, 1988). 11) Briquet du XIVe siècle (d’après Rouyer, 1988). 12) et 13) Briquets du Moyen Âge (d’après Rouyer, 1988)

18On fixait ensuite solidement la boîte entre les deux genoux, comme on fait d’un moulin à café ; on serrait fortement entre le pouce et l’index replié de la main gauche, la pierre à fusil, dont on ne laissait, pour plus de solidité, dépasser que strictement le nécessaire ; et enfin, de la main droite, on saisissait le briquet ; les préparatifs étant alors terminés, on consacrait quelques secondes à examiner si toutes les choses étaient en règle, et à prendre sur la chaise, une solide assiette. L’instant critique était arrivé.

19On introduisait la pierre à fusil et conséquemment une bonne partie de la main gauche dans la boîte, afin de rapprocher, autant que possible, la pierre et les cendres de chiffon ; et l’on frappait un premier coup de briquet dont on n’espérait pas grand-chose ; il n’avait pour objet que de prendre la mesure des coups ultérieurs. Puis un second coup, sérieux, celui-là, un troisième... rien !... un quatrième... aïe ! (on a frappé sur son pouce)..., un cinquième !... un sixième... ah ! une étincelle !...un septième... autre étincelle qui semble vouloir se fixer sur les chiffons, mais qui s’éteint !... un huitième... un dixième... un quinzième... enfin ! une bienheureuse étincelle s’est accrochée aux chiffons ; on aperçoit, à leur surface un tout petit point en ignition ! Vite on lâchait pierre et briquet, et, le nez dans la boîte, on soufflait, on soufflait jusqu’à ce que le soufre d’une allumette de chanvre pût être enflammé. Ouf ! la chandelle était allumée.

20Cette opération, pénible en plein jour, devenait interminable dans l’obscurité ! Nous nous souvenons que pendant l’hiver, Mitje, notre vieille servante, devait quitter son lit une demi-heure plus tôt que d’habitude, en raison du temps supplémentaire qui lui était indispensable pour allumer, dans les ténèbres, le feu nécessaire à la confection du café. De notre lit, nous entendions la pauvre vieille chercher à tâtons, cette maudite boîte d’abord, et sa chaise ensuite ; puis se démener comme un diable avec la pierre et le briquet. Il arrivait parfois que la pierre ou le briquet lui échappa des mains ; il fallait entendre, alors, l’avalanche d’imprécations flamandes que Mitje adressait à la boîte, au briquet, au café, à la terre entière, pendant que, rampant à quatre pattes, elle fouillait les ténèbres pour y retrouver l’inconscient auteur de toutes ces fureurs. Concevons qu’il y avait lieu d’envier le sort du sauvage avec ses deux morceaux de bois. (Deherrypon, 1875 : 228-230 ; repris par Bouant, 1883 : 78-80.)

21Ces briquets (le mot vient du hollandais bricke, signifiant pierre à feu ou à fusil) étaient souvent forgés à partir de vieilles limes. Leur acier trempé, au carbone, est bien adapté à cet usage. Le briquet à silex était encore répandu récemment dans certains pays d’Europe : en Bulgarie, en particulier, le briquet à silex et amadou servait encore il y a peu de temps (Manolakakis et Averbouh, 1995 : 17). Cet objet aurait été signalé en Turquie vers 1937 (Rouyer, 1988). C’était encore le briquet des bergers de l’Extrémadure espagnole, il y a une cinquantaine d’années (A. Morala, communication verbale).

22Tous les aciers ne conviennent pas : seul un métal trempé et riche en carbone est nécessaire. C’était le cas des limes mais aussi des anciennes lames de couteaux, utilisables comme briquets (l’acier inoxydable actuel ne convient pas).

23Les documents écrits antérieurs à 1380 ne mentionnent pas l’usage du briquet ou « fusil », bien connu pourtant depuis fort longtemps. On en connaît déjà à l’époque celtique, notamment au Trou de l’Ambre à Éprave, et à Han-sur-Lesse en Belgique (Mariën, 1970 : 82, 84, 129-130). Il s’agit de lames de fer aux extrémités recourbées. Ces briquets deviennent relativement courants à l’époque gallo-romaine, où ils sont associés, dans de nombreuses tombes, à des éclats de silex, comme dans le cimetière de Vireux-Molhain (Ardennes, France) (Lémant, 1985 : 15, 17, 20-21, 30-34), ou celui d’Oudenburg, sur la côte belge (Thœn, 1987 : 153). Ils sont également assez abondants dans les sépultures des périodes suivantes (époque mérovingienne, époque germanique, époque slave), du Ve au XIIIe siècle, où ils sont également souvent associés à des éclats de silex (fig. 2, n° 6). G. de Mortillet en signale entre autres dans certaines sépultures mérovingiennes du département de l’Aisne (Mortillet, 1903), E. Schuldt dans des tombes slaves des IXe et Xe siècles (Schuldt, fig. 101, n° 36 et 37) et V. Schmidt dans des tombes slaves de Lieps, entre 1040 et 1280 de notre ère (Schmidt, 1992 : pl. 27, 33, 34, 37). Ils montrent le plus souvent deux « anneaux » destinés au passage des doigts.

24Aux XIVe et XVe siècles, ces fers à briquets avaient la forme, en étrier, de la lettre Β (d’où le nom de « fusil » qui fut donné à ce caractère typographique). La lame de certains briquets du XVe siècle (fig. 2, n° 8) portait encore deux trous permettant le passage de l’index et du majeur (Rouyer, 1988).

25Le silex était quelquefois remplacé par la pyrite de fer, pierre d’arquebuse qui armait le chien de cette arme. Il faut ici signaler que, dès le XVIe siècle, on a mis au point des systèmes mécaniques pour battre le briquet : briquet-pistolet, briquet à molette... (C. Arminjan, N. Bondel (dir.), 1984 : 547-549, fig. 2570 à 2575).

26On sait, indirectement, que la technique du briquet à acier et silex était usuelle au XVIIe siècle par une bulle du Pape Urbain VIII qui dut interdire, en 1642, de fumer dans les églises pour proscrire les bruits de percussions qui gênaient les offices religieux (Le pietre del fuœo, 1987).

27Au XVIIIe siècle, les Lapons étaient encore enterrés avec un briquet, un morceau de silex, leur hache et leurs flèches (Evans, 1878).

28Ces briquets ont perduré en France jusqu’à la guerre de 1914 et étaient d’usage encore courant avant 1900 :

Aujourd’hui même que les allumettes chimiques sont si répandues, on peut encore acheter des silex dans la plupart des villages du Royaume-Uni, et, en France et en Allemagne, les fumeurs se servent encore continuellement de silex pour allumer de l’amadou ou des mèches de coton. (Evans, 1878 : 18.)

29Ces techniques récentes, mais déjà bien oubliées, sont les ancêtres des briquets à ferrocerrium, alliage inventé en Autriche à la fin du XIXe siècle par Auer Von Melbach.

30On peut encore se procurer, en Espagne, dans les débits de tabacs, des briquets à ferrocerrium et « amadou » chimique (mèche cylindrique de coton nitrifié). Ce coton traité remplace le véritable amadou à partir de 1845. Les mèches sont alors composées d’une âme qu’entoure une enveloppe tissée spécialement. Pour les rendre plus facilement incandescentes on les trempait dans une solution concentrée de salpêtre ou de chromate de plomb, produit qui leur communiquait une teinte orange. Le chromate de plomb, très toxique fut ultérieurement remplacé par de l’oxyde de manganèse (Rouyer, 1988).

Témoignages ethnographiques

31On peut encore voir fonctionner les briquets à silex les plus simples dans certains pays où les traditions anciennes se sont conservées :

Sahara

32A Nouadibou (Mauritanie), silex et morceau de lime suédoise servaient encore en 1977 pour allumer les pipes (observation rapportée par P. C. Beaubrun). Par ailleurs J. Gaussen, préhistorien et médecin en Dordogne, nous a aimablement fait parvenir un briquet acheté sur un marché malien : il s’agit d’une pièce d’acier forgé en étrier (peut-être tiré d’un clou ?) et d’une hache polie (la pierre à feu).

33Au Sahara algérien, M. Gast nous fournit d’intéressants renseignements sur l’utilisation actuelle du briquet à silex en Ahaggar :

Les gens qui passent souvent dans la ville de Tamanrasset disposent en général d’allumettes, mais les autres possèdent encore, pour la plupart, dans un petit sac de cuir, un outillage d’apparence misérable mais d’une importance considérable. C’est l’enefed, ou zned, le briquet à pierre. Il se compose d’une pierre à feu de taille restreinte (L : 2 à 3 cm ; épaisseur variable) en quartz, quartzite ou silex, disposant d’angles vifs ou de tranchants, sur lesquels on frotte, d’un coup sec un petit étrier de fer maintenu par deux ou trois doigts de la main droite. Le support du feu, que l’on doit allumer au contact des étincelles provoquées par les chocs du fer et de la pierre, est serré contre la pierre du côté où part la gerbe d’étincelle. C’est une étoupe dont l’origine et la fabrication peuvent être variées... (Gast, 1968 : 326-327.)
L’étrier de fer commun à toute l’Afrique blanche et à une grande partie de l’Afrique noire, doit subir une préparation spéciale favorisant paraît-il, la formation de gerbes d’étincelles sur l’arête de la pierre. La pièce une fois forgée doit être frottée à chaud sur un mélange de sel (chlorure de sodium) et de poudre de corne d’animal (chèvre, mouton, mouflon), puis trempée dans l’eau après ce traitement.
La pierre à briquet, tarafast, de bonne qualité, est difficile à trouver en Ahaggar. Les lieux contenant des pierres à feu appelées témechché sont connus ; on cite en particulier la région de Serouenout et Enher au nord d’In Abangarit (Tamesna). Dans l’Aleksed, un homme de la tribu des Ibergân, le père d’Abdallah Ahmamou, avait trouvé, avant 1900, un énorme bloc de temechche dont il restait le propriétaire. Il permettait à ceux qui lui en faisaient la demande, de prélever des éclats de cette pierre (peut-être moyennant certaines redevances) ; mais il surveillait jalousement sa découverte pour prévenir tout abus de la part des usagers.
Le briquet se transporte dans un petit sac de cuir glissé dans les sacoches plates suspendues en bandoulière sous les tuniques (ettabouk, zerbounîa) ou celles portées en sautoir sur la poitrine et appelées tarallabt. Il faut environ une minute à un homme exercé pour allumer un feu à l’aide d’un semblable instrument. Dès qu’un point de combustion apparaît sur l’étoupe, on l’active en soufflant dessus de façon à former une braise. Celle-ci, disposée immédiatement sous de minces débris végétaux, communique sa combustion vite transformée en flamme. La grande sécheresse de l’air favorise énormément la confection de l’étoupe et sa combustion. (Gast, 1968 : 326-328.)

Afrique sud-saharienne

34En République populaire du Congo, les Pygmées Babinga et les Bantous Kikongo-Lari fabriquent des briquets avec de vieilles limes et des éclats de silex. Ils se servent comme amadou de peaux de bananes carbonisées ou bien de la peluche de l’aisselle des feuilles de palmiers (après carbonisation partielle). En langue Monokoutouba, ces briquets sont désignés sous le nom révélateur de Limé (communication verbale de G. Kouyoumontzakis).

35A.-M. Vergiat signale qu’en Oubangui-Chari (actuelle République centrafricaine), les indigènes de l’ethnie Manja obtiennent le feu en frappant une pierre (fen-ta = quartz) que l’on trouve dans le lit des marigots, avec un fer recourbé (donowé) dans lequel on engage les quatre doigts de la main droite (Vergiat, 1937, 1981).

Pakistan, Népal et Tibet

36Dans le désert du Bélouchistan (Pakistan), T. Aubry nous a rapporté l’usage contemporain (mai 1989) du briquet à acier et silex. Un tissu, préalablement imbibé de suint de laine de mouton, tient lieu d’amadou (fig. 2, n° 3).

37Les briquets népalais ou tibétains traditionnels se présentent sous forme d’une petite pochette en cuir (généralement de yack), ornée de motifs en argent, en cuivre, de perles de turquoises ou de corail. Cette pochette, dont l’acier du briquet constitue la base, contient amadou et silex.

Sibérie

38Le nécessaire à feu faisait encore partie de l’attirail des femmes Toungouses, en Sibérie, en 1908 :

La seule façon, pour moi, de reconnaître les femmes était de considérer leurs tabliers de cuir, garnis de fourrure, ornés de verroteries multicolores, et portés, en qualité d’attribut féminin, même par les vieilles sorcières à la peau ridée. Des pochettes pleines de tabac, d’amadou, de silex, d’étuis à aiguilles, de ciseaux et d’autres accessoires, pendent à ces tabliers. (Pfizenmayer, 1939 : 205.)

Australie

39On a décrit la récupération du métal sur les poteaux télégraphiques, par les aborigènes d’Australie, pour faire des briquets (Quatrefages, 1884). Les isolateurs étaient réutilisés comme ersatz de silex pour la fabrication des pointes d’armes de jet des mêmes aborigènes (Birket-Smith, 1955).

Amérique du Nord

40Au siècle dernier, certains Indiens des plaines du sud (Kiowas, par exemple) portaient sur leurs carquois de petites bourses agrémentées de perles... L’une de celles-ci servait à ranger le silex et les outils en métal pour faire le feu (Hamm, 1994 : 153-155). Une bande d’étoffe perlée, munie de grelots était souvent attachée au briquet en acier (communication personnelle de C. Vallet). Il semblerait que ces briquets, de formes très proches des exemplaires européens du siècle dernier, aient été vendus aux Indiens par les colons (communication personnelle de Clarke Green, dans le cadre du Primitive-skills-group, sur Internet).

Expérimentation

41La reproduction expérimentale de ces procédés traditionnels ne pose pas de problèmes particuliers et plusieurs auteurs l’ont sérieusement décrite (Hough, 1890 ; Boughton, 1983) : on pourra s’y essayer en percutant le fil d’un éclat de silex pour allumer un morceau de toile de coton carbonisée.

42Cette technique a parfois été providentielle comme le montre l’aventure de Pedro Serrano, contemporain de la conquête espagnole du Pérou, relatée par Garcilaso de la Vega :

Comme Pedro Serrano vit qu’il avait suffisamment à manger et à boire, il se dit que s’il pouvait faire du feu pour cuire au moins sa viande et faire de la fumée s’il voyait passer quelque navire, il ne lui manquerait plus rien. Sur cette imagination, en tant qu’homme habitué à aller sur la mer, qui rend certes plus ingénieux que les autres ceux qui la fréquentent, il s’avisa d’aller chercher des cailloux pour s’en servir comme de pierres à feu, et d’utiliser son couteau au lieu de fusil. Mais n’en trouvant point dans l’île, où il n’y avait rien que du sable, il entrait souvent dans la mer où il se mettait à la nage et à faire le plongeon, n’oubliant aucune sorte d’invention pour voir s’il ne trouverait point, ici ou là, ce qu’il cherchait. 11 travailla si bien qu’il trouva quelques cailloux, retira ceux qu’il put, choisit les meilleurs, les brisa les uns contre les autres pour les rendre anguleux de façon à pouvoir les battre contre le couteau, essaya son invention, et voyant qu’il obtenait du feu, fit de sa chemise une très fine charpie, qui ressemblait à du coton cardé, laquelle lui servit d’amadou ; grâce à son ingéniosité et son habileté, à force d’insister, il en tira du feu. (Garcilaso de la Vega, t. 1, 1982 : 97.)

43Cette méthode moderne n’est que l’adaptation au métal d’un procédé plus ancien qui remonte à une époque où le fer était inconnu : le choc d’un éclat de silex sur un nodule de pyrite. Le geste, celui de « battre le briquet » a une longue histoire : il est en effet identique à celui des hommes préhistoriques retouchant leurs lames de pierre.

Les briquets à silex et marcassite

44Dans ce système qui, sauf par les matériaux, ne diffère pas du précédent, la pièce d’acier est remplacée par un nodule de pyrite ou de marcassite (sulfure naturel de fer : FeS2). L’étymologie grecque de ce minerai (pyros, le feu) est une preuve de l’utilisation passée de ce minerai. La pyrite (pierre d’arquebuse) fut aussi employée, ultérieurement, dans les fusils à rouet.

45Le choc du silex (ou du quartz) produit assez d’énergie pour détacher et porter à incandescence de petites particules de pyrite. Cette combustion est exothermique et libère des gaz sulfureux. La durée de vie de ces escarbilles est suffisante pour enflammer un amadou rapide et est supérieure à celles des étincelles produites par l’acier.

Témoignages ethnographiques et historiques

46Cette technique était encore utilisée au XVIIIe et au XIXe siècle par les Eskimos, les Indiens d’Amérique du Nord, et les Fuégiens de Patagonie : « On trouvait dans tous les sacs que les Ona portaient continuellement sur eux un morceau de pyrite, du silex et un champignon séché faisant office d’amadou. » (Lowie, 1936 : 74.)

47Un ouvrage plus récent indique les techniques des Indiens Alakaluf :

La production du feu semble avoir été considérée, du moins pour les derniers Alakaluf, comme une entreprise difficile que l’on évitait au maximum en raison de la difficulté qu’elle représentait dans ce milieu humide. On connaît quelques rares documents attestant la production du feu par friction mais dans la plupart des cas il semble avoir été produit par percussion. Chaque Indien conservait précieusement au sec, enveloppé dans un petit sac de peau, son matériel de production : un morceau de pyrite (difficile à trouver dans les archipels), un morceau de silex et quelques fragments d’étoupe (de la mousse ou des champignons séchés, du duvet d’oiseau, ou des copeaux extraits du cœur d’un cyprès desséché sur pied). Toutefois, on n’envisageait l’utilisation de ces objets, qu’en tout dernier recours, lorsque le feu s’était éteint accidentellement et qu’aucune famille voisine ne pouvait fournir les quelques brandons nécessaires à son réallumage. (Legoupil, 1989 : 124.)

48W. Hough (1928) rappelle la découverte de pyrites trouvées en association avec des poteries romaines. Ces preuves archéologiques confirment les écrits du naturaliste romain Pline l’Ancien :

Ces pyrites, nécessaires aux espions qui appartiennent à un camp, car en les frappant, soit avec un morceau de fer, soit avec une pierre, ils font jaillir des étincelles qui, tombant sur des morceaux de bois trempés dans le soufre, sur des herbes ou sur des feuilles sèches, y mettent le feu beaucoup plus vite que nous ne saurions le dire. (Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, cité par Evans, 1878 : 2.)
Le même auteur (Livre VII, Chapitre LVI) nous apprend que ce fut Pyrodes, fils de Cilix, qui inventa le moyen de produire le feu à l’aide du silex ; or ce mythe semble indiquer l’emploi du silex et des pyrites plutôt que l’emploi de l’acier. Nous n’avons aucun témoignage qui nous permette d’établir à quelle époque le fer et l’acier ont remplacé presque universellement les pyrites ; il est probable, cependant, que l’emploi du silex et de l’acier était bien connu des Romains à l’époque d’Auguste. (Ibid.).

49Comme nous l’avons signalé plus haut, les premiers briquets en acier remontent au moins à l’époque celtique, c’est-à-dire au Deuxième Age du Fer.

Témoignages préhistoriques

50Pour imaginer l’invention du feu par percussion, le poète est sans doute près de la vérité en se représentant un adolescent, agenouillé devant un tas d’herbes sèches, choquant des cailloux en se parlant tout bas :

Quand dans la nuit on frappe une hache de pierre,
Un éclair fait parfois se fermer la paupière.
C’est le Feu, c’est le Feu du Ciel, le feu divin !...
Si je pouvais – depuis longtemps j’essaie en vain –
Si pourtant je pouvais le ravir à la pierre
Où sans doute sa force est encore prisonnière !
Peut-être en le mêlant à cette herbe, en soufflant
Aussitôt sur son frêle éclat d’abord tremblant,
Ainsi que fait le vent, parfois quand il avive
Dans les bois une flamme encor pâle et furtive
Qui sait ? Je le ferais prisonnier, à mon tour !
(F. Gregh, « La Chaîne éternelle », cité par Deforge, 1990 : 52.)

51On peut raisonnablement supposer que le poids et la forme inusitée des nodules de marcassite ont dû être très tôt remarqués. En testant ce nouveau percuteur, un homme préhistorique a pu remarquer l’intensité des étincelles ou même ressentir une courte brûlure, ce qui a peut-être constitué le départ d’une technique nouvelle.

52Malheureusement pour les archéologues, la pyrite s’oxyde et se décompose rapidement en ambiance humide : il est donc normal que les vestiges archéologiques de briquets complets avec pyrite et silex soient exceptionnels. On en a signalé pourtant dans le Néolithique des lacs de Suisse, sous forme de poussière dans l’équipement de l’homme congelé chalcolithique de Hauslabjoch (Similaun) et dans différents tumulus de l’Age du Bronze (Egg et Spindler, 1992 ; Hough, 1928 ; Patte, 1961 ; Ramseyer, 1992 : 37-38, fig. 24). Ces découvertes archéologiques révèlent chez les préhistoriques une coutume funéraire proche de celle de certains Amérindiens (Indiens Kutchins) qui enterraient les morts avec leur matériel à feu pour le passage dans l’autre monde :

Ils enterrent avec les morts un silex fixé sur un bâton, une pierre (pyrite) contre laquelle le frapper pour faire du feu et, comme initiateur, un morceau du champignon qui pousse sur le bouleau ainsi qu’un peu d’amadou. (Ross, 1866, cité par Hough, 1928 : 575.)

53C. Perlés (1976) décrit des nodules de minerai portant des traces de percussions. Ces objets ont été interprétés comme la preuve de l’utilisation de briquets au Paléolithique supérieur. Dans une publication récente, F. Collin (1991) rassemble les données archéologiques actuelles. Nous reproduisons partiellement cet inventaire en nous limitant aux cas les plus certains :

  • Paléolithique supérieur : Trou de Chaleux (Province de Namur, Belgique) ; Laussel (Dordogne, France) ; Starr Carr (Yorkshire, Angleterre).
  • Mésolithique : Trou al’Wesse, Modave (Province de Liège, Belgique).
  • Néolithique : Montilier (Canton de Fribourg, Suisse).
  • Chalcolithique : Hauslabjoch (Similaun, Autriche).
  • Nous avons relevé, dans une publication récente, la mention d’un briquet à silex et pyrite dans l’habitat campaniforme de Vandières (Meurthe-et-Moselle). Au pied d’un gobelet campaniforme était déposé « un briquet de silex ainsi qu’un gros fragment de pyrite de fer » (Boura, 1993 : 167.)

54Il faut ajouter à cette liste les sites ayant fourni des fragments d’amadou :

  • Paléolithique moyen : Salzgitter-Lebenstedt (Allemagne).
  • Mésolithique : Starr Carr (Yorkshire, Angleterre).
  • Néolithique : Portalban (Canton de Fribourg, Suisse).

Expérimentation

55« Battre le briquet » ne présente pas de difficultés particulières avec un grattoir en silex tenu de la main droite percutant le nodule de pyrite posé dans la main gauche, un doigt servant à bloquer l’amadou à proximité du point de choc et des étincelles (fig. 3).

56L’expérience montre que les étincelles produites par la marcassite sont plus efficaces que celles de l’acier. Avec un briquet ordinaire en acier, nous sommes en effet obligés de carboniser l’amadou avant son utilisation alors qu’un fragment de champignon brut suffit pour les marcassites (réaction exothermique d’oxydation avec libération de dioxyde de soufre).

57La tenue du nodule de minerai est un peu plus difficile et il faut soigneusement préparer le champignon qu’il faut gratter, pour l’effilocher, avec le tranchant d’un couteau (ou celui d’un éclat de silex).

58Il faut ensuite placer convenablement cet amadou, en le tenant avec le doigt, sous la surface de choc et sur la trajectoire des étincelles. Si l’on est précis dans le geste, on arrive sans grandes difficultés, au bout de quelques essais, à loger une petite particule incandescente dans le fragment pelucheux. L’opération peut être alors considérée comme réussie puisque l’ignition, le plus souvent irréversible, gagne rapidement toute la masse de l’amadou. Une autre méthode, très efficace, consiste à râper l’amadou du champignon à l’aide d’un couteau en silex, et à rassembler les petites peluches ainsi obtenues sur une tablette de bois ou de pierre : il est alors très facile de faire tomber les étincelles sur l’amadou, qui prend très rapidement, entre 10 et 30 secondes (communication personnelle de P. Cattelain et S. Souvenir, cedarc, Treignes).

3. Utilisation du briquet à silex, marcassite et amadou. S) silex, M) marcassite, E) étincelles, A) fragment d’amadou gratté au couteau, B) braise autour d’une esquille de marcassite incandescente plantée dans l’amadou

59Par inclination personnelle, nous préférons actuellement utiliser deux rognons de marcassite en reprenant le procédé eskimo décrit par Hough. Le silex, trop dur, a en effet tendance à faire éclater la pyrite que nous souhaitons ménager :

Pour obtenir du feu, les Eskimos utilisent deux morceaux de pyrite commune, dont les étincelles obtenues sont recueillies dans une petite boîte en cuir contenant de la mousse bien sèche et malaxée entre les mains. (Hough, 1928 : 60.)

60Une autre difficulté consiste à trouver l’amadou convenable ou bien à fabriquer un succédané. Traditionnellement, dans l’Europe préindustrielle, on apportait deux solutions à ce problème : la recherche de l’amadou vrai et la fabrication du charbon d’étoupe.

L’amadou et ses succédanés

L’amadou

61L’amadou, substance, éminemment inflammable, est extraite d’un polypore, champignon parasite des arbres feuillus, dont le nom botanique est Ungulina fomentaria (Lin. ex Fr) Pat ou Fomes fomentarius Kick (Romagnesi, 1967). Sous l’écorce superficielle, constituée de fibres coriaces et incombustibles, on peut prélever une matière ouatinée très finement fibreuse et combustible.

62C’est cette bourre qui était utilisée, souvent après trempage, ébullition, séchage et dilacération. Au siècle dernier, ce traitement mécanique était complété par des imprégnations chimiques.

63L’amadou est connu au moins depuis le Mésolithique, puisque, dans des cas exceptionnels, il a été retrouvé dans des sites archéologiques. C’est le cas à Star Carr, en Angleterre, où l’on a exhumé une grande quantité de ce champignon associé à des nodules de pyrite (Clark, 1934). On a également signalé la présence d’amadou à Salzgitter-Lebensted (Allemagne), à Portalban (Fribourg, Suisse), et dans d’autres sites du Jura, mais rien n’indique, pour le site allemand, son utilisation comme initiateur (Corner, 1950, cité par Collin et al., 1991). Signalons que si l’on râpe l’amadou, aucune trace de combustion ne se remarque sur le champignon lui-même. Le Néolithique de Charavine en a également livré à A. Bocquet (1994). L’équipement de l’homme congelé chalcolithique de Hauslabjoch (Similaun) comprenait, dans la pochette dans laquelle a été retrouvée de la poussière de pyrite, du silex et un fragment de champignon initiateur pour le feu (Zunder-schwammes, Egg et Spindler, 1992 : 56), dont le genre et l’espèce ne sont malheureusement pas précisés.

Traitements traditionnels pour améliorer l’amadou

64Aux époques préhistoriques, des traitements simples ont pu être mis en œuvre, comme le démontrent nos traditions récentes.

65Nicolas Sirakov nous a indiqué qu’en Bulgarie, l’amadouvier était bouilli dans une lessive de cendres de bois puis plongé dans un bain de lavage de laine de mouton (pour le graisser ?). Nous avons pu essayer ce produit qui s’est avéré très efficace. D’après N. Sirakov, la qualité du champignon est réputée variable suivant l’arbre sur lequel le champignon est cueilli. En Bulgarie, l’amadou des noyers aurait été considéré comme le meilleur.

66Il est étonnant de retrouver des procédés voisins dans des pays fort éloignés, car le traitement par la laine de mouton est utilisé au Bélouchistan (communication personnelle de T. Aubry) mais aussi en Mauritanie : « On peut aussi fabriquer de l’amadou à partir d’un vieux chiffon que l’on mouille puis que l’on frotte sur la laine sale d’un bélier ou d’une brebis afin de l’imprégner de suint, et on le fait sécher » (Delarozière, 1976 : 29), et dans le Sahara central (Gast, 1968 : 327).

67L’imprégnation par de la poudre de charbon est parfois un autre moyen d’améliorer l’amadou. Ce procédé a servi jusqu’en 1978 à une famille russe réfugiée dans la taïga depuis plus de 40 ans, et retrouvée par une expédition géologique. C’est ici l’occasion de rappeler cette technique, traditionnelle en Sibérie :

... Pendant la guerre, les Russes désignaient par le terme de katiouchka non seulement les lance-roquettes multiples, mais aussi les vieux instruments de fabrication du feu : le silex et les mèches. C’est bien ainsi que les Lykov font le feu. Mais sans tubes ni mèches, ils frottent ! Voilà bien pourquoi le champignon dont on fabrique la masse inflammable s’appelle en russe, depuis la nuit des temps, troutovik, c’est-à-dire le « champignon à frotter », l’amadouvier. Mais essayez de faire gicler des étincelles sur un amadouvier, il ne brûlera pas. Agafia nous a confié sa technique de fabrication de l’amadou : « il faut faire bouillir le champignon de l’aube à minuit dans de l’eau avec de la suie. » (Peskov, 1992 : 73-74 ; citation dans Bocquet, 1994 : 100-101.)

68En Grèce, l’amadou aurait été traité par trempage dans l’eau stagnante des fourches des arbres (communication verbale de Boutié et Mannos) : il s’agit en fait d’une opération comparable à celle du rouissage du lin (le tanin contenu dans cette décoction joue probablement aussi son rôle).

69L’ethnographie montre que le recours à ces procédés, tous accessibles aux hommes de la Préhistoire, est assez répandu. L’expérimentation montre par ailleurs que ces préparations, si elles sont plus ou moins indispensables pour les briquets historiques à acier et silex, sont inutiles pour ceux à marcassite. Celle-ci produit en effet des étincelles plus chaudes et d’une durée de vie plus longue que l’acier.

70Personnellement, pour ces briquets à marcassite, nous utilisons l’amadou brut simplement gratté au couteau.

71Un traitement simple, la carbonisation à l’abri de l’air, améliore la qualité de ce produit si l’on veut s’en servir avec les briquets à silex et acier.

Traitements industriels pour améliorer l’amadou

72Vincent Mourre nous a communiqué les renseignements suivants, tirés d’un ouvrage du XIXe siècle qui fait revivre devant nous une industrie et un commerce bien oublié :

Le Bolet amadouvier, Polyporus fomentarius, Fr, est généralement employé à la fabrication de l’amadou. Voici comment on procède à cette fabrication. On prend les jeunes individus, on les monde de leurs tubes et de leur écorce, après les avoir ramollis, dans une cave ou un lieu frais, s’ils sont secs ; on les coupe par tranches ou lames minces, que l’on bat avec un maillet, sur une pierre ou un morceau de bois afin de les distendre ; on mouille ces lames de temps à autre, on les bat de nouveau et on les frotte entre les mains jusqu’à ce qu’elles aient acquis un certain degré de mollesse et de douceur. Ainsi préparées, elles constituent ce que l’on appelle l’Agaric des chirurgiens, substance employée pour arrêter les hémorragies. On obtient l’amadou proprement dit, cette substance dont on se sert pour se procurer instantanément du feu, en faisant bouillir, pendant environ une heure, dans de l’eau à laquelle on ajoute une certaine quantité de salpêtre, les tranches de bolet comme je viens de le dire, après quoi on les retire pour les faire sécher à l’ombre et les battre de nouveau. Cinq cents grammes de salpêtre (azotate de potasse) suffisent pour un grand chaudron plein de tranches de champignons. L’addition du salpêtre dispose l’amadou à s’enflammer plus facilement. Quelques fabricants sont dans l’usage de soumettre les tranches du champignon à l’action de plusieurs ébullitions ; les habitants de la campagne ne les font pas toujours bouillir dans l’eau nitrée ; ils se contentent le plus souvent de les mettre deux ou trois fois dans la lessive de cendres dont on se sert pour le blanchiment du linge ; quelquefois aussi, ils les baignent dans une eau qui tient en dissolution de la poudre à canon ; ce dernier mode de préparation à l’inconvénient de les noircir.
La fabrication de l’amadou forme une branche de commerce assez considérable, tant est grande la consommation qui s’en fait, bien qu’aujourd’hui les allumettes phosphorées, qui s’enflamment par l’effet seul du frottement, en aient bien fait restreindre l’usage. (...) Le Polyporus igniarus, Fr, est fréquemment employé dans les campagnes pour transporter le feu. (Cordier, 1876.)

Amadou et anthropologie culturelle

73On trouve chez Lévi-Strauss (1973) des indications sur l’ancienne importance mythique de l’amadou, dans son association avec le bouleau et l’amanite tue-mouche. Ces trois éléments sont en effet étroitement liés dans les traditions eurasiatiques : « l’anglais punk qui désigne la mèche du briquet, le grec sphongos et le latin fungus dériveraient d’un terme commun indo-européen qui connote, selon le cas, le champignon, le tambour du chaman, l’ivresse, la perte de conscience ou de raison. » (Wasson, 1968, cité par Lévi-Strauss, 1973 : 273.)

74C. Lévi-Strauss (1973) suppose alors un fond culturel commun, eurasiatique, où l’amadou, souvent lié, dans la nature, au bouleau et à l’amanite, constituerait l’un des éléments d’une triade mythique :

Or, le bouleau, dont les racines offrent un milieu favorable à la croissance d’Amanita muscaria est aussi l’hôte de prédilection de Fomes fomentarius, c’est-à-dire l’amadouvier. On verrait alors se reconstituer une triade archaïque, jadis commune à toute l’Eurasie du Nord, et associant le bouleau, tenu pour l’Arbre de Vie par la plupart des anciens peuples de cette région, l’amadouvier, dont l’emploi comme mèche inflammable est attesté dès l’époque de Maglemose, et l’amanite, qui procure l’illumination divine. (Lévi-Strauss, 1973 : 263.)

Autres champignons

75D’autres champignons sont utilisables pour la production du feu, avec des performances variables. Ainsi, le polypore des bouleaux (Piptoporus betulinus), utilisé actuellement comme abrasif pour lames chirurgicales, serait aussi un excellent initiateur, plus performant même que l’amadou (Collin et al., 1991). Ce caractère plus performant ne fait cependant pas l’unanimité : le polypore des bouleaux, s’il est actuellement plus répandu, du moins dans le nord de l’Europe, nécessiterait une mise en œuvre plus longue (communication personnelle de P. Cattelain).

76Au XIXe siècle, on conseillait les champignons suivants pour remplacer l’amadou vrai : Lenz a fait un excellent amadou en trempant du Racodium cellare, Pers, dans de l’eau contenant du salpêtre en dissolution.

77Nul doute qu’on ne puisse retirer l’amadou d’un très grand nombre de champignons ; Palisot de Beauvois conseille d’en faire avec le bolet oblique, Boletus luridus, Fr. Lenz dit qu’en Sibérie on en fait avec le bolet du bouleau, Boletus betunilus, Fr ; Bulliard et Ventenat conseillent d’en faire avec la vesse-de-loup des bouviers, Lycoperdon bovista, Lin, la vesse-de-loup ciselée, Lycoperdon caelatum, Bull, et toutes les grandes espèces du genre Lycoperdon ; Bulliard indique même la manière de procéder à la préparation de la vesse-de-loup des bouviers.

... pour cela », dit-il :

  • on froissera entre les doigts cette substance filandreuse jusqu’à ce qu’il n’en sorte plus de poussière.
  • on la coupera par tranches de deux lignes d’épaisseurs ou environ.
  • on passera un fil à travers plusieurs de ces tranches, comme pour en faire un chapelet.
  • on aura de l’eau dans laquelle on aura fait dissoudre quelques grains de poudre à tirer, ou mieux de salpêtre ; on y mettra un peu de farine, et l’on fera tremper dans cette eau, pendant une heure ou deux, ces tranches ainsi enliassées ; on les fera sécher ensuite, et l’on pourra s’en servir de la même manière que de l’amadou préparé avec le bolet ongulé (Polyporus fomentarius). Si l’on s’aperçoit que cet amadou se consume trop vite, on le trempera une seconde fois dans la même eau, à laquelle on ajoutera une plus grande quantité de farine, si, au contraire, il ne conserve pas l’étincelle, on fera dissoudre dans cette eau un peu plus de poudre. (Cordier, 1876.)

L’étoupe

78On nous a rapporté qu’en 1950, en Tunisie, un légionnaire, au retour d’un séjour en Afrique occidentale, utilisait comme allume-feu une pierre à briquet enchâssée dans un morceau de bois. Il grattait cette pierre avec une plume à écrire en acier de type courant. L’étincelle produite enflammait de la toile carbonisée conservée dans une boîte métallique (renseignement verbal de M. J. Placidi).

79Ce briquet improvisé à charbon de toile, curiosité en 1950, était la survivance isolée d’une technique usuelle jusque vers 1900.

80La toile de lin (avant 1492) ou de coton (introduite en Europe après la découverte de l’Amérique en 1492), préalablement carbonisée à l’abri de l’air, retient parfaitement bien l’étincelle d’un briquet à silex. C’est un excellent ersatz d’amadou (procédé fréquemment utilisé au XIXe siècle). D’autres produits végétaux sont susceptibles du même traitement : bourre de graines, bois en partie décomposés ou autres produits cellulosiques. La pratique montre que cette carbonisation préalable est toujours indispensable.

81C’est contre les poncifs, propagés par les non-expérimentateurs, que s’élève un survivalist, qui rappelle les techniques oubliées de ses ancêtres, les pionniers du Far West américain du XIXe siècle :

Les substituts satisfaisants au tissu brûlé sont si peu nombreux qu’ils sont pratiquement inexistants. Les matériaux naturels répertoriés en tant qu’initiateurs dans la plupart des livres de survie en milieu sauvage ne font pas vraiment le travail pour lequel ils sont crédités. Bien que ne désirant pas dissuader quiconque de chercher des initiateurs naturels, je vous suggère d’éviter, en cas d’urgence, de perdre un temps précieux en tentant de capter des étincelles dans des matériaux tels que les nids de souris ou d’oiseaux, les fibres fines comme des cheveux des feuilles palmées du chou de Floride, le bois pourri par les champignons, la poudre laissée par les insectes xylophages, le lichen mort, le duvet des chardons, le milkweed, le roseau-massette, l’amadou, les têtes de fleurs et les feuilles séchées de goldenrod, l’écorce pilée de bouleau et de cèdre, les têtes mûres de linaigrette et de stipe pennée, la moelle des tiges de chèvrefeuille et de raisin d’Amérique, les aiguilles poudrées de conifères, et la mousse séchée. Cela ne marche pas. Tous ces éléments font de bons petits initiateurs quand ils sont archi-secs, mais faire croire au lecteur qu’ils sont capables de capter et de retenir une étincelle obtenue avec du silex et de l’acier est simplement entretenir un mythe dangereux. (Boughton, 1983 : 153.)

Exemples ethnographiques

Sahara

82M. Gast énumère les étoupes sahariennes montrant la variété et la complexité des techniques utilisées pour améliorer les produits disponibles :

  1. Le chardon Echinopi Bovei « produit un appareil floral sphérique et épineux dont le cœur est bourré de fines étamines cotonneuses. On rôtit puis on écrase la tige de cette plante pour extraire une étoupe qu’on mélange à de la poudre de charbons de bois de laurier rose ; on peut l’utiliser aussi seule ». (Gast, 1968 : 327.)
  2. Différentes celluloses : « cœur des tiges de Callotropis procera ou de Traganum nudatum Dd, celle des tiges de coloquintes ou calebasses, celle de la tige de sorgho ou même la mœlle de la tige de Schouwia purpurea. » (Gast, 1968 : 327.)
  3. Les vieux chiffons de coton qu’on rend plus inflammables par l’addition de poudre de charbon, de suint de brebis ou d’un catalyseur minéral. Les petits bouts de chiffons peuvent être imprégnés de charbon, sinon plus ou moins pilés humides avec de la cendre charbonneuse de Panicum ou de Aerva tomentosa Forsk., ou de fane de coloquinte, ou encore de charbon de tige de cistanche ou d’orobanche. Les épis des joncs, des typhas ou des mils, fournissent une fleur cotonneuse qu’on rôtit jusqu’à en obtenir des cendres noires ; celles-ci humectées d’eau sont malaxées avec les débris de vieux tissus que l’on met ensuite à sécher. On peut utiliser aussi comme catalyseur le carbonate de calcium mêlé souvent à d’autres sels minéraux qui se déposent sur les berges des grandes vasques ou bien de l’antimoine pulvérulent que l’on trouve sur le sable des oueds après les crues. Le natron est aussi très apprécié. L’association la plus efficace est celle de vieux tissus avec de la Teferiast, du natron et du charbon de laurier rose. (Gast, 1968 : 327.)

Afrique centrale

83A.-M. Vergiat, pour sa part, nous renseigne sur les recettes des habitants de l’Afrique centrale (ancien Oubangui Chari). L’« amadou » est préparé :

  • avec le duvet roussâtre cueilli à la base des branches du palmier à huile banga (Elaeis guineensis) ; ce duvet est immergé dans de l’eau salée au sel indigène (tiré du lessivage des cendres des feuilles, tiges et rameaux de plantes diverses, les cristaux obtenus contiennent surtout des sels de potassium, des chlorures et des sulfates) ; le produit obtenu est ensuite séché au soleil.
  • avec le duvet du palmier gné ou celui de la base des tiges de la paille touroufou ou des fibres de la graine du kapokier.

84Le duvet recueilli est porté à ébullition dans de l’eau salée, à laquelle on a ajouté le suc extrait par pressurage de l’écorce de l’arbre douma (Lég. césalp. Bauhinia Thoningii).

85Après cuisson, le duvet est mis à sécher au soleil (Vergiat, 1937).

Peut-on allumer un feu avec deux silex ?

Argumentation ancienne (1880 à 1985)

86Contrairement à une croyance universellement répandue, peut-être propagée par les manuels scolaires, tous ceux qui ont vraiment essayé sont convaincus qu’il est impossible d’allumer un feu en frappant deux silex. Personnellement, en tout cas, nous n’y sommes jamais arrivé.

87Les opinions de plusieurs auteurs qui se sont intéressés à ce sujet semblent, par ailleurs, convergentes et unanimes :

Il est bien connu que deux morceaux de quartz, même frottés avec du soufre, ne produiront pas une étincelle suffisamment chaude pour provoquer une ignition. (Hough, 1880 : 577.)
L’éclair produit par le choc d’un silex contre un silex ou d’un quartz contre un quartz (triboluminescence) n’a pas de propriétés incendiaires. (Oakley, 1955 : 43, cité par Perlés, 1977 : 33.)
Les étincelles qui se produisent quand on entrechoque deux silex, ou un silex et un quartz, ou deux quartz, n’ont pas de propriétés ignifiantes. C’est une simple triboluminescence, analogue à celle qu’on produit quand on frotte deux morceaux de sucre dans l’obscurité, et que les romanciers d’aventures dont les héros, à peine naufragés, allument leur feu avec deux silex, n’ont certainement jamais essayé ! (Bordes, 1969 : 129.)
Un autre mythe qui se trouve imprimé de temps à autre est qu’en l’absence d’un briquet en acier, il suffit de frapper deux morceaux de silex ou de chert l’un contre l’autre pour obtenir les mêmes étincelles chaudes que celles obtenues quand un de ces morceaux est frappé par de l’acier carboné. Un seul essai vous convaincra que ceci n’est pas le cas. Les étincelles obtenues avec deux morceaux de silex ou de chert sont trop faibles pour ignifier le morceau de coton brûlé le mieux préparé. En revanche, il en va tout autrement avec la pyrite de fer. La fouille archéologique d’une grotte occupée par des Cro-Magnons il y a 10 000 ans en Belgique, a révélé un nodule de pyrite de la taille du poing portant une échancrure et identifiée à un briquet à feu. Sur ce continent, les journaux d’explorateurs du Canada du début du XVIIIe siècle parlent du fait que certains peuples primitifs avaient découvert les propriétés du silex et de la pyrite pour la production du feu. En l’absence des matériaux en coton et en lin que nous utilisons pour faire du tissu brûlé, les peuples primitifs auraient pu obtenir des résultats semblables avec des restes de végétaux brûlés venant d’un feu de camp ou d’une zone de prairie ou de forêt incendiée. (Boughton, 1983 : 154.) Des étincelles se produisent souvent lorsqu’on travaille le silex : il est possible que l’homme y ait reconnu une source de feu, mais il est invraisemblable que l’on ait utilisé cette méthode pour en produire ; les étincelles sont trop brèves. (Gowlett, 1985 : 56.)

Arguments expérimentaux et tracéologiques

88Très récemment, F. Collin et al. aboutissent à la conclusion que « faire du feu avec deux silex n’est pas possible pour des raisons objectivement évidentes » et étayent leur opinion par une étude expérimentale et tracéologique. Pour ces auteurs aussi, faire du feu avec deux silex est probablement une légende. Ils observent que :

  • percuter un silex sur un silex provoque une étincelle lumineuse à l’endroit de la percussion.
  • A l’inverse d’une étincelle de marcassite ou de pyrite qui peut être éjectée jusqu’à 50 cm du point de la percussion, une étincelle produite par la percussion d’un silex sur un silex n’est pas éjectée et reste au point de percussion.
  • L’étincelle du silex contre le silex n’a aucune propriété ignifiante (triboluminescence) car elle est froide. (Collin et al., 1991 : 26-27.)

89Ils notent aussi les difficultés techniques pour placer convenablement l’initiateur au contact des étincelles :

produire une étincelle (silex contre silex) n’est pas possible sur le bord d’un éclat, car dans ce cas on obtient une retouche qui s’éjecte effectivement mais sans propriété incendiaire. Sur le bord d’un nucleus ou d’un éclat présentant un angle obtus, produire une étincelle est possible. Dans ce cas comme celui où l’on percute le milieu d’une surface il est impossible de mettre l’initiateur au contact direct des étincelles qui ne s’éjectent pas. (ibid.)

90Seule C. Perlés (1977) s’est anciennement opposée à ces opinions sur la base d’un briquet à silex kabyle qui aurait fonctionné avec un percuteur de pierre. Nous reproduirons ci-dessous les remarques contradictoires de Collin et al. (1991 : 27) :

... Au vu de l’illustration, l’incrustation verticale du silex dans la branche de fenouil impliquerait un point de percussion non en contact direct avec la poussière de fenouil (1 à 2 cm au-dessus). De plus, cette implantation semblerait idéale pour la production d’étincelles avec un briquet de fer. L. Balout, qui a livré oralement cette information à C. Perles, a vu faire du feu avec ce briquet ou bien lui a-t-on affirmé que le feu se faisait de cette manière ? Si tel est le cas, il ne faut pas exclure que la légende « faire du feu avec deux silex » existe également en Algérie.

91Rejoignant tous leurs prédécesseurs, nous y compris, les conclusions des auteurs sont les suivantes :

  • Nos expériences ne nous ont pas permis d’allumer du feu.
  • Le fait que les étincelles soient froides et localisées au point d’impact nous permet d’affirmer qu’allumer du feu avec deux silex est probablement une légende. Toutefois, nous ne voulons pas mettre en doute, n’ayant aucune possibilité de contrôle, les travaux expérimentaux de B.F. Porsnev (cités par C. Perlés) et la documentation ethnographique apportée par C. Perlés. (Collin et al., 1991 : 28.)

92J.-G. Rozoy, suite à notre article de 1993, conseillait d’insister auprès du grand public sur deux points qui paraissent évidents aux scientifiques :

  • la silice est plus dure que le fer et que la pyrite, c’est donc le fer ou la pyrite qui s’usent dans le frottement ou le choc.
  • – la pyrite, FeS2, est composée de deux éléments combustibles (fer et soufre) sans oxygène, d’où la production de chaleur par combinaison avec l’oxygène de l’air à partir de l’amorce du très faible dégagement de chaleur, mais bien localisé, dû au choc. Alors que dans le quartz, qui est un oxyde Si02 à son maximum de saturation possible en oxygène, il n’y a rien qui puisse brûler (communication écrite du Dr J.-G. Rozoy, 1993).

93En Provence, vers 1938, un jeu d’enfant aurait consisté à allumer du feu avec du silex et de l’hématite, en se servant comme amadou de la moelle de la tige de clématite... Mais y arrivaient-ils ? (renseignement oral du Professeur Lavagne, botaniste à Marseille).

Autres procédés

94Il existe d’autres procédés, à priori un peu inattendus, signalés anciennement : « Une variété curieuse de cet instrument (le briquet) a fait son apparition en Indonésie où l’on produit le feu à l’aide de débris de poterie et d’un morceau de bambou. On sait que la tige de bambou est très siliceuse. » (Birket-Smith, 1955 : 78.) Nous n’avons personnellement pas eu l’occasion d’essayer ce système peu répandu, décrit par Roth (1886) et Me Carthy (1945) et confirmé très récemment par une observation actuelle de Pétrequin (1993) en Nouvelle-Guinée (percussion pierre/bambou).

95Pour être complet, il faut signaler un procédé original sud-est asiatique, celui du briquet à piston, ou briquet à air pneumatique. L’air comprimé, échauffé par le choc sur un piston, enflamme l’amadou placé au fond du cylindre (Roth, 1836 ; Balfour, 1907). Le principe de ce briquet pneumatique aurait été redécouvert, de façon totalement indépendante, en 1800 en Angleterre, en 1801 en France, le premier brevet (Angleterre) datant de 1807 (Montandon, 1934). La distribution de cet instrument, signalé dès avant 1865 en Indonésie, cernerait un unique point d’origine dans le Sud-Est asiatique, l’origine européenne étant totalement exclue :

... les divers exemplaires de cet instrument sont de construction parfaitement indigène et on n’a jamais trouvé de modèle européen dans la zone en question. Les peuples qui emploient le briquet pneumatique sont à de telles distances réciproques, souvent sans moyen de communication, qu’il est à peine admissible que l’instrument ait, en cinquante ans, depuis sa découverte en Europe, cheminé jusqu’en Indonésie, là bondi en des points divers, et trouvé partout des constructeurs habiles et minutieux. Une découverte indonésienne, relativement ancienne, est plus probable - quoique pas absolument certaine ; elle a dû être réalisée lors de la production accidentelle de feu par compression de l’air dans un cylindre à piston, tel qu’en utilise pour divers emplois la culture indonésienne. (Montandon, 1934 : 266.)

96Mannos et Boutié ont récemment reproduit ces briquets à partir d’un tube de bambou dans lequel coulisse un piston en bois dur terminé par une poignée. Il suffit de fixer un petit fragment d’amadou à l’autre extrémité du piston et d’appuyer très fortement. Quand on ressort le piston, l’amadou s’est embrasé. Le seul problème pratique est d’assurer l’étanchéité du piston (joint de fil de soie et graissage au saindoux) (Mannos et Boutié, communication verbale et démonstrations, automne 1996).

97Il faut citer également les miroirs ardents, popularisés par Archimède et signalés chez les Indiens méso-américains : « les Olmèques (800-400 avant J.-C.) possédaient des miroirs concaves en magnétite et en ilménite qui étaient extrêmement polis. Des expériences ont montré que ces miroirs étaient capables d’allumer un feu. » (Baudez, s.d. : 435-436.) D’après le chroniqueur Garcilaso de la Vega, les Incas auraient utilisé un miroir ardent. Au grand sacrifice de la fête du Soleil, le feu nouveau aurait été allumé par le prêtre au moyen d’une plaque concave soigneusement polie qui pendait à son bracelet. Les rayons du soleil, centrés par le miroir, mettaient le feu à du coton bien cardé disposé à cet effet.

Table des illustrations

Légende 2. Briquets actuels et historiques. 1) et 2) Sub-actuel, Algérie (d’après Cadenat, 1962). 3) Utilisation actuelle du briquet à silex et acier Balouchistan, d’après un croquis de T. Aubry. 4) Briquet, Danemark, vers 1600 (d’après un Catalogue d’exposition : Pietre del Fuoco). 5) Briquet (Fusil), représentation ornementale du Moyen Âge (d’après le même catalogue). 6) Briquet mérovingien (d’après de Mortillet, 1903). 7) et 8) Briquets du Moyen Âge (d’après Rouyer, 1988). 9) Briquet, XVIIIe-XIXe (d’après Arminjan, 1984). 10) Briquets gallo-romains (d’après Rouyer, 1988). 11) Briquet du XIVe siècle (d’après Rouyer, 1988). 12) et 13) Briquets du Moyen Âge (d’après Rouyer, 1988)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6501/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 3. Utilisation du briquet à silex, marcassite et amadou. S) silex, M) marcassite, E) étincelles, A) fragment d’amadou gratté au couteau, B) braise autour d’une esquille de marcassite incandescente plantée dans l’amadou
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6501/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540