Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le feu avant les allumettes

 | 
Jacques Collina-Girard

Introduction

Texte intégral

1La maîtrise du feu est souvent considérée, avec celle de l’outil, comme une des caractéristiques qui distinguent l’homme de l’animal. Elle constitue, tout autant que la révolution néolithique, un important tournant dans la longue maturation sociologique humaine.

2La maîtrise du feu va de pair avec un changement de l’attitude spontanée qui consiste à fuir ou à éteindre le feu (Freud, 1932). Il est malheureusement difficile, à partir des seules données archéologiques, de vérifier les hypothèses psychanalytiques sur les remaniements pulsionnels produits lors du passage de l’éthologie à la psychologie. La peur du feu chez les animaux est d’ailleurs toute relative, puisque certains d’entre eux (les rapaces et les guépards, par exemple) semblent parfois tirer parti des feux de brousse pour rabattre leur gibier (Gowlett, 1985 ; Goudsblom, 1986).

3Dans les sites archéologiques, la connaissance du feu se marque par la découverte de foyers aménagés dans les cas les plus indiscutables, mais aussi par des témoignages plus fugaces : charbons isolés, outils en silex brûlés, pierres ou argiles calcinées, sédiments cendreux...

4Chronologiquement, l’emploi du feu paraît très ancien. Il est déjà systématique dans certains habitats attribués à l’Homo erectus. La date approximative de 400 000 ans avant notre ère est souvent avancée comme seuil chronologique approximatif pour la diffusion de son utilisation (fig. 1) :

En l’état actuel de nos connaissances, les plus anciennes traces de feux intentionnels apparaissent dans le sud-est de la France (Grotte de l’Escale, Grotte J’Aldène) vers 600 000/650 000 ans avant le Présent. Les « foyers » r.e sont alors pas structurés, mais simplement posés sur le sol ; les systèmes de combustion se structurent dès 450 000/500 000 ans : il apparaît alors des foyers construits de différents types qui limitent les emplacements des feux et facilitent la combustion. (Bonifay, 1993 : 159.)

5Certains supposent une connaissance du feu beaucoup plus ancienne, remontant aux premiers hominidés, vers 1,4 million d’années avant notre ère (Gowlett, 1985). G. Bosinski (1996) pense que le période allant de 1,5 à 1 million d’années correspond à l’apparition des premières traces de l’utilisation du feu. Malheureusement, les traces de feu sont discutables pour ces périodes très anciennes et ne font pas l’unanimité de tous les chercheurs, loin s’en faut (James, 1989 ; Perlés, 1977).

1. Preuves archéologiques de la maîtrise du feu, (d’après Gowlett, 1985, modifié d’après Perlés, 1987)

6S’il est difficile de cerner la date d’apparition du feu, il est encore moins évident de saisir le moment où l’on a maîtrisé sa production. Jusqu’à présent, en l’absence de données factuelles, les mythes ont constitué la seule réponse à ces questions. A la suite de Lucrèce et des auteurs latins, on a écrit que l’homme avait tout d’abord utilisé les feux naturels spontanés, de diverses origines :

... C’est la foudre qui fit descendre sur la terre à l’usage des mortels la première flamme ; c’est là l’origine de ce feu partout répandu. C’est ainsi que nous voyons bien des corps s’embraser sous la greffe de la flamme céleste, dès qu’un coup de foudre leur a donné sa chaleur. Cependant, il arrive aussi que les branches d’un arbre épais, balancées par l’effort des vents, s’échauffent en se couchant sur les branches d’un autre arbre ; la violence du frottement en fait jaillir les éléments ignés, et parfois on voit briller l’éclat d’une flamme ardente, parmi l’entrechoquement mutuel des branches et des troncs... (Lucrèce, De Natura Rerum, Livre cinquième.)

7L’emprunt du feu aux volcans ou aux incendies allumés par la foudre n’est pas totalement à exclure. En revanche, l’idée que le frottement accidentel de deux branches d’arbres agitées par le vent puisse produire une inflammation spontanée nous semble peu réaliste quand on connaît les contraintes techniques nécessaires pour rendre les systèmes d’allumage par friction efficaces.

8On a très généralement imaginé une longue période où on ne savait pas fabriquer le feu, qui était seulement conservé et entretenu dans des foyers portatifs par des tribus en constants déplacements. Cette idée est bien illustrée par le célèbre roman préhistorique La guerre du feu, publié par Rosny-Aîné en 1912. Il y a peut-être du vrai dans ces spéculations, car la plupart des chasseurs-cueilleurs sont capables d’entretenir des foyers quasi permanents. Appliquée à la Préhistoire, cette hypothèse reste cependant une simple supposition, difficile à étayer par des preuves objectives. Il est cependant difficile d’imaginer des populations privées de feu en l’absence de tout exemple ethnographique contemporain ou historique. Les premiers voyageurs avaient prétendu que les Tasmaniens ne savaient pas allumer le feu. Cette hypothèse étayait, à l’époque, l’idée d’une sauvagerie primitive justifiant d’une extermination systématique. Cette affirmation a, d’ailleurs, été contestée depuis.

9La technologie préhistorique du bois nous est pratiquement inconnue, car cette matière résiste mal aux aléas de la fossilisation. Peut-être sera-t-il possible de remédier à cette lacune en fouillant des gisements exceptionnels là où cette matière est conservée. Les fouilles qui ont actuellement lieu en Catalogne espagnole, sous la direction d’Eudald Carbonell, à l’abri Rommani ont, par exemple, déjà livré quantité de fragments ligneux en contexte néandertalien (LAUT, 1993). De la même manière, les sites du Paléolithique inférieur de Kàrlich en Allemagne ont livré quantité de vestiges ligneux (Bosinski, 1996).

10Les moyens utilisés par les « Primitifs » sont relativement limités, mais leur utilisation est suffisamment complexe pour que leur invention ne soit certainement pas le seul fait du hasard. Toute tentative de reproduction montre, bien au contraire, qu’ils requièrent tous de la précision manuelle, une bonne coordination des gestes, et qu’ils sont le résultat d’une longue réflexion.

11C’est l’analyse et la reproduction de ces procédés que nous allons envisager, sur une base expérimentale et ethnographique. Nous évoquerons ensuite les rares vestiges archéologiques disponibles.

12Nous nous proposons donc ici :

  1. De rappeler les procédés par percussion, expérimentalement bien connus, malheureusement peu détaillés et mal expliqués dans la littérature scientifique, bien que ce moyen ait été le plus répandu en Europe jusqu’à l’invention et la diffusion des allumettes.
  2. D’expliquer le fonctionnement du foret à feu et des procédés par friction-giration, connus de certains boys-scouts de l’avant et de l’immédiat après-guerre (Thévenin, 1928 ; Droit, 1952). Oubliées depuis, ces techniques sont à nouveau pratiquées par les actuels survivalists américains (Bulletin of Primitive Technology).
  3. D’indiquer les critères d’efficacité des différentes essences de bois à partir d’une étude systématique, statistique et expérimentale inédite. La partie la plus originale de ce travail portera sur l’analyse expérimentale du feu par friction bois contre bois à partir du foret à arc des Eskimos, des Indiens d’Amérique du Nord et des Aborigènes australiens. D’autres systèmes par friction existent et obéissent aux mêmes contraintes techniques. Le choix du foret à arc se justifie parce qu’il constitue, à notre sens, le système le plus efficace, indispensable à une étude systématique.
  4. D’inventorier les données archéologiques relatives au feu par friction : elles sont rares, mais existent, surtout dans le domaine extra-européen. Les acquis expérimentaux permettront alors une meilleure interprétation du matériel archéologique disponible.
  5. De dresser la liste des erreurs les plus communes, répétées de publications en publications, actuellement sans recours critique, faute d’une étude expérimentale systématique.

13Quand nous avons entrepris ce travail (Collina-Girard, 1989), la question n’avait jamais été sérieusement abordée par les préhistoriens, pourtant familiers de l’approche expérimentale. Inversement, cette approche expérimentale semblait peu intéresser les ethnologues qui ont la chance de pouvoir accéder aux structures sociales des populations qu’ils étudient. De fait, beaucoup de manuels de préhistoire et d’ethnologie répètent depuis un siècle les mêmes erreurs, malgré de très bonnes observations réalisées par Hough de 1880 à 1928.

14Le travail qui suit est une tentative d’appliquer à l’ethnologie, sur un point technique particulier, la méthode expérimentale, maintenant familière aux préhistoriens, telle qu’elle a pu être utilisée dans des domaines comme la reconstitution des techniques de taille du silex et de l’os (Coutier, 1929 ; Bordes, 1967 ; APDCA, 1991), l’étude des performances des armes préhistoriques (Geneste et Plisson, 1990 ; Cattelain et Perpère, 1993) et les analyses tracéologiques (Semenov, 1964 ; Cahen et Caspar, 1994), pour ne citer que quelques exemples.

15La reconstitution raisonnée des procédés d’allumage du feu semblait donc, pour l’instant et malgré d’excellents ouvrages sur l’archéologie du feu (Perlés, 1976), avoir échappé aux archéologues. Nous espérons avoir en partie comblé cette lacune en faisant converger, sur ce problème très précis, les acquis de nos prédécesseurs, voyageurs, romanciers, ethnographes, préhistoriens, boys-scouts d’avant-guerre et survivalists actuels, et en utilisant leur expérience pour développer, après synthèse, une problématique originale.

Table des illustrations

Légende 1. Preuves archéologiques de la maîtrise du feu, (d’après Gowlett, 1985, modifié d’après Perlés, 1987)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6500/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540