Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le feu avant les allumettes

 | 
Jacques Collina-Girard

Avant-propos

Texte intégral

1Ma curiosité pour le feu et ses origines s’enracine certainement dans les premiers échecs d’une période vécue à l’âge de huit-neuf ans, pourtant riche en expérimentations variées : essais maladroits de taille du silex, utilisation risquée de propulseurs, d’arcs, de flèches ou de frondes, fabrication de lampes à huile de tous modèles... Seule la fabrication du feu résistait totalement à ces bricolages sauvages.

2Il faut rechercher dans cette curiosité frustrée la préhistoire de ce travail...

3Cette trajectoire ne m’est pas particulière : je retrouve avec intérêt cette fascination parmi le public remuant des écoles qui peut, imprévisiblement, se montrer capable d’une attention extrême. Cette attention se maintient alors jusqu’au petit miracle de l’apparition de la première fumée (Ooh !) puis de la braise (Aah !). Beaucoup d’adultes s’agglutinent de la même manière, dès les premières fumées, autour de l’expérimentateur qui a de plus en plus de mal à conserver la liberté de ses mouvements...

4J’espère ici avoir fait oeuvre utile en allant au-devant de cette curiosité très générale, dont les motivations sont certainement plus émotionnelles que rationnelles... C’est de ce côté-là, comme l’a bien montré le philosophe Bachelard dans son petit ouvrage Psychanalyse du feu, qu’il faut, à coup sûr, chercher les moteurs symboliques à l’origine de techniques qui ont marqué le destin de l’humanité.

5Il m’est agréable, au terme de cette étude, de remercier toutes les personnes qui, directement ou indirectement, y ont contribué. Un bref regard rétrospectif me permet de peser l’importance de ces rencontres.

6Le cours sur « la vie préhistorique » de François Bordes, suivi dans les années 1970, évoquait la fabrication du feu (« le feu a pu se faire... ou par frottement prolongé de deux morceaux de bois... mais il y a la manière »... etc.). Le défi posé par cette mystérieuse « manière » a sans doute, depuis, fait son chemin...

7Interrogations sur ces techniques et échecs incompréhensibles ont été évoqués à Marseille, entre 1975 et 1979, lors de discussions avec André Tavoso, Alain Fournier et Jacques-Élie Brochier. Le germe de cette étude était peut-être déjà contenu dans ces entretiens animés et dans les énormes champignons amadouviers qui trônaient sur le bureau d’André Tavoso, préhistorien regretté et naturaliste éclectique.

8Le déclic effectif fut la rencontre, à Talence, en 1985, de Claude Chauchat, qui m’apporta un jour un document signé Jean Droit : contrairement aux spécialistes, l’auteur donnait aux boys-scouts d’après-guerre des indications pratiques.

9Je me souviens très bien de mon premier succès d’allumage du feu par friction. C’est pendant un certain week-end bordelais particulièrement grisâtre, dans un laboratoire glacial et déserté, que la lumière jaillit ! Seuls deux étudiants, Laurence Marambat et Dominique Vivent, furent « historiquement » les témoins de cette « découverte »... Il me faut les remercier de leur présence à ce moment-là. Elle m’a permis d’évacuer un trop-plein jubilatoire qui dut leur paraître friser la folie...

10Les mois et les années qui suivirent virent se multiplier allumages et fumées... En témoignent les nombreuses brûlures sur le linoléum de la grande salle commune, partagée d’abord avec le très regretté Pierre Laurent, puis avec Olivier Legall et Catherine Ferrier... Je les remercie tous pour leur patience avec une petite nuance pour Olivier Legall dont les amicales mais systématiques « mises en boîte » ont peut-être participé à la poursuite entêtée de mes investigations. Je garde aussi en mémoire les échanges avec mes autres collègues de l’Institut du Quaternaire, tout particulièrement Michel Lenoir, Pierre-Yves Demars, Patrick Michel, JeanLuc Guadelli, Dominique Armand, Mme Vivez. Par ailleurs, Mme de Sonnevilles-Bordes m’a toujours honoré de son intérêt et de son soutien. Qu’elle soit assurée ici de mon profond respect pour sa grande culture.

11C’est aussi l’occasion de rendre hommage à Mme Pariés, qui veillait alors bénévolement, en l’absence de femme de ménage, à l’entretien du laboratoire. Armée d’un aspirateur antédiluvien, sorte d’ouragan hygiénique, elle traquait les copeaux et les restes de sciures carbonisées produits par une recherche devenue systématique. La patience des autres membres de l’Institut du Quaternaire reste aussi à relever, après le début d’incendie d’une corbeille à papier, réceptacle d’une sciure mal éteinte, qui aurait pu faire tourner court le destin du bâtiment de géologie !

12Dans mes premières recherches bibliographiques, j’ai utilement profité de la bibliophilie de Francis Chabeaud qui m’a aidé dans la découverte d’ouvrages introuvables ou rares. Il a été le témoin de la naissance d’une nouvelle obsession et son intérêt a constitué un soutien indirect. Alain Cheyron a réalisé avec professionnalisme certaines photographies et les étudiants en préhistoire de l’Institut du Quaternaire, public de la première heure, m’ont beaucoup aidé à formaliser une recherche qui s’élaborait peu à peu. Plusieurs d’entre eux m’ont fourni matériaux ou renseignements et certains ont contribué avec brio à vulgariser ces techniques... Je pense au dynamisme pédagogique de Christophe Griggo ou de Patrick Bidart. Je me sers encore de certains amadous offerts par Christophe Fourloubey et aussi des reproductions de briquets du XIXe siècle fabriqués par Jean-Claude Leblanc !

13Monsieur le Professeur Valentin m’a accueilli très aimablement à l’Institut du Pin, à Talence, en me permettant de réaliser les mesures de dureté des bois.

14A Marseille, les échanges d’idées avec Georges Kouyoumontzakis, géologue à l’Université de Provence et passionné d’ethnologie amérindienne, ont toujours été particulièrement fructueux... C’est lui qui m’a initié pour la première fois au fonctionnement des briquets du XIXe siècle. Ses collègues botanistes, MM. Donadille et Archiloque, m’ont guidé dans les dédales de la taxinomie des bois exotiques. Isabelle Théry, de Montpellier, a permis de préciser, en toute dernière minute, certains points précis. Tous ont ainsi participé indirectement au résultat final.

15Au hasard des rencontres, j’ai bénéficié d’expériences extérieures. Le préhistorien et ami japonais Ichiro Yamanaka m’a communiqué des publications certainement inconnues en Europe...Talcashi, étudiant en anthropologie, m’a gentiment aidé à en éclairer le contenu. Nicolas Sirakov, préhistorien bulgare m’a initié aux fonctionnement des briquets de son pays. Giorgio Chelidonio, le Dr Jean-Georges Rozoy, Vincent Mourre, Jean-Philippe Brugal m’ont adressé des remarques constructives ou des documents originaux. Les contacts noués au fils des démonstrations ou des conférences m’ont aussi valu des témoignages pleins d’intérêt. Je pense ici à Pierre Aymès, à Arturo Bario de Suza ou à Ludovic Slimak, à Marseille.

16Les échanges avec Paul Boutié et Yannis Mannos ont relancé récemment mon attention, à travers leurs recherches sur la production du feu par vilebrequin et la reconstitution des briquets à piston.

17Je suis également très touché de l’intérêt porté à cette recherche par les chercheurs belges du CEDARC/Musée du Malgré-Tout, à Treignes et du CETREP, à Ramioul. J’ai particulièrement en mémoire l’enthousiasme de Pascal Chauvaux et les précisions apportées par Fernand Collin et Pierre Cattelain. Celui-ci a bien voulu se charger, avec François Sigaut, de relire et de compléter ce manuscrit.

18De nombreux collaborateurs de l’équipe du CEDARC ont participé à la mise au point définitive : Saskia Bott et Sonja Souvenir ont fourni une documentation complémentaire sur les briquets préhistoriques, Claire Bellier et Pierre Cattelain ont assuré les traductions anglaises, et, à leur demande, Denis Ramseyer, du Service archéologique cantonal de Fribourg (Suisse), Aline Averbouh et Laurence Manolakakis (URA n° 12 du CRA du CNRS, Paris) ont fourni certains compléments photographiques.

19Voilà donc un bilan, très incomplet, des contacts, des rencontres, des amitiés, des appuis qui ont rythmé cette trajectoire et qui l’ont rendue possible. Cette aventure, partie d’une observation anecdotique, développée au fil des curiosités, n’était pas prévisible. Ce n’est qu’à posteriori que cette somme d’observations a pu être formalisée dans cette étude, très imparfaite, qui n’aurait jamais vu le jour sans la rencontre de François Sigaut à Antibes, à l’automne 1990.

20Cet ouvrage réalise, en partie, le fantasme sans cesse insistant du préhistorien, universitaire ou chercheur provisoirement retourné à « l’état sauvage », de « revivre vraiment la Préhistoire »...

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6499/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable