Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysage au pluriel

 | 
Claudie Voisenat

Avant-propos

Claudie Voisenat et Patrice Notteghem

Texte intégral

1Cet ouvrage est le produit d’un travail collectif mené, de 1989 à 1993, par dix-sept équipes de chercheurs, dans le cadre d’un appel d’offres lancé par la mission du Patrimoine ethnologique. Ce programme répondait à deux motivations conjointes : affirmer que les paysages relèvent au moins autant d’un patrimoine culturel que naturel, et tester la pertinence de l’ethnologie dans un domaine que cette discipline avait jusque-là peu exploré.

2Bien qu’assez largement pluridisciplinaires (ethnologues, sociologues, historiens, géographes, paysagistes), toutes les équipes ont apporté des contributions, personnelles mais complémentaires, qui légitiment l’entrée du paysage dans le champ du patrimoine ethnologique.

3Le plan de cet ouvrage individualise les différents secteurs d’investigation qui se sont peu à peu révélés les plus susceptibles d’un éclairage anthropologique. Au-delà d’une définition figée du concept de paysage, les chercheurs ont tenté d’éclaircir le rôle que celui-ci joue aujourd’hui dans notre société, s’intéressant d’ailleurs beaucoup plus aux mécanismes de fonctionnement de la notion (qu’est-ce qui fait paysage ? qui est-ce qui fait le paysage ? ...), qu’aux raisons qui le conduisent à tenir une place grandissante dans les rapports que nous entretenons avec notre espace.

4Il en ressort que le paysage est à la fois une construction culturelle et une production sociale.

5Construction culturelle, parce que la qualification d’un espace en tant que paysage n’a rien d’une évidence. Elle est le fruit, dans notre société, d’une histoire vieille de quatre siècles, inaugurée par l’invention du terme paysage pour désigner un certain type de représentation picturale. Au cours de cette histoire, des modèles se sont peu à peu élaborés, sans cesse enrichis et modifiés, qui déterminent notre perception actuelle de l’espace. C’est au fonctionnement de ces modèles (leur permanence sur les « terrains » des chercheurs, les transformations qu’ils subissent, leur mode de transmission) que sont consacrés les articles regroupés dans la première partie de cette publication.

6Production sociale, parce que le paysage est aujourd’hui devenu un enjeu majeur : enjeu dans la gestion d’un territoire dont il faut maîtriser tantôt le trop-plein, tantôt la déprise ; enjeu pour le développement économique de zones agricoles ou industrielles dont il faut redéfinir la « vocation » ; enjeu électoral quand la décentralisation accentue l’autonomie de collectivités locales confrontées à la pression des associations de défense de l’environnement.

7Le paysage constitue aussi un nouveau marché, avec des professionnels, des techniques de production, des réglementations en voie d’élaboration, des systèmes d’expertise et l’inévitable violence que représente l’imposition, sur les « terrains » ruraux, d’une préoccupation paysagère qui prend souvent la forme d’un outil de contrôle, d’un instrument de pouvoir.

8Comment produit-on aujourd’hui du paysage ? C’est à cette question que se sont confrontés les auteurs regroupés dans les deux autres parties de cet ouvrage.

9Tout d’abord, parce que « le paysage des uns n’est pas celui des autres », et que c’est souvent le « pays » des uns que les autres ont tendance à transformer en paysage, certains chercheurs ont privilégié, comme l’appel d’offres les y incitait, l’analyse des conflits produits par les interventions paysagères. Conflits de représentations, mais aussi conflits d’usages, conflits d’appropriations, ils sont révélateurs de la diversité des regards portés sur un même espace.

10Les contributions réunies dans la troisième partie cherchent quant à elles à cerner les modalités de ces interventions paysagères, et les stratégies qu’on y déploie pour créer le consensus, au prix de ce qui paraît un leurre dans un certain nombre de cas.

11Au terme de ces travaux, il apparaît surtout que le paysage fonctionne comme un prétexte : construction culturelle, il désigne toujours autre chose que lui-même ; production sociale, il semble masquer l’absence d’interventions plus directes.

12Initialement représentation d’un espace sur une toile, il garde la trace de cette origine. Finalement, le paysage serait un symbole, au sens fort du terme, en tant qu’il représente, qu’il met une chose à la place d’une autre. Que cherche-t-on, par exemple, à guérir dans la destruction très médiatisée des Minguettes, qui seront remplacées par un espace vert ? Que signifient vraiment les projets de « verdissement » des vallées minières frappées par la déprise industrielle ? Qu’est-ce qui est en crise derrière le paysage ?

13Miroir de l’état social à la fin du xviiie siècle (alors que s’élaborait le projet d’un paysage harmonieux pour une société harmonieuse), miroir de la patrie à la fin du xixe (quand la variété des paysages français, devenait un mode de promotion de l’identité nationale), le paysage agit à la fois comme un révélateur et comme un substitut. Révélateur, parce qu’on y lit autre chose que ce qu’il donne à voir ; substitut, parce qu’agissant sur lui on agit symboliquement sur la société.

14Mais qui mieux que l’anthropologue peut témoigner de la force et parfois de la violence des symboles ?

Auteurs

Chargée de mission, mission du Patrimoine ethnologique, Paris

Conservateur du Patrimoine, Directeur de l’Écomusée du Creusot-Montceau

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540