Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage des mondes

 | 
Philippe Geslin

Itinéraire intellectuel et remerciements

Texte intégral

1L’approche présentée dans cet ouvrage relève d’un itinéraire de recherches ponctué du soutien de nombreuses personnes. A la Sorbonne, dans le cadre de ma formation en « préhistoire, ethnologie et anthropologie », Pierre Lemonnier a su me sensibiliser aux problèmes posés par l’observation et l’analyse des faits techniques en ethnologie. Dans le même temps, Éric Taladoire, Paul Tolstoy et Louise Iseult Paradis m’ont ouvert les portes de l’américanisme. Mon intérêt pour les techniques débouchait à l’époque sur la publication, à l’Institut d’ethnologie de Paris, d’un travail inspiré de certaines méthodes d’analyse développées par Leroi-Gourhan, pour appréhender les savoir-faire techniques mis en œuvre dans la fabrication d’éléments de parure et de figurines en jadéite provenant du site olmèque de La Venta, au Mexique. Quelques mois plus tard, j’obtenais des bourses d’étude du ministère des Affaires étrangères pour compléter, pendant un an, ma formation au sein du département d’anthropologie de l’Université de Columbia à New York. J’y découvris plus précisément l’anthropologie culturelle. Les échanges furent alors soutenus avec Barbara Price, Ralph Solecki, Gordon Ekholm, Esther Pasztori, William MacDonald et James Fenton. J’y poursuivai aussi mes recherches sur les techniques.

2Au Mexique, j’ai pu appréhender les phénomènes techniques sur le terrain, tant en archéologie avec Pierre Becquelin chez les Mayas de la zone puuc (Veracruz) et Marie-Charlotte Arnaud sur le projet Michoacan qu’en ethnologie chez les Indiens nahuas de Xalitla et les artisans lapidaires d’Iguala (Guerrero). Cette première expérience ethnographique me donnait l’occasion de quitter des « objets sans parole » pour aborder in vivo l’observation, la description et l’analyse des processus techniques. Quelques mois plus tard, un projet du cemca dirigé alors par Jean Meyer me proposait, pendant trois mois, de procéder à la description et à l’analyse d’un processus de construction d’une hutte cérémonielle chez les Indiens papagos de Quitovac (Sonora).

3À mon retour en France, Jacques Galinier qui participait à ce projet me permettait d’enrichir mes connaissances ethnographiques sur cette zone. Cette expérience de terrain fut pour moi révélatrice du manque d’outils de description et d’analyse des processus techniques en technologie culturelle et surtout de mes lacunes en anthropologie sociale. Sur les conseils de Pierre Lemonnier et d’André Georges Haudricourt, je décidai alors de suivre à l’École des hautes études en sciences sociales, les séminaires de formation à la recherche en anthropologie, sous la direction de Maurice Godelier. En parallèle, j’assistais à quelques séminaires d’ergonomie dispensés au Conservatoire national des arts et métiers, sous la direction de l’un des pères fondateurs de l’ergonomie, Alain Wisner, qui un an après notre première entrevue, me proposait de suivre une formation en ergonomie, financée par son propre laboratoire. En parallèle, j’enseignais aux étudiants du DEA d’ergonomie quelques rudiments d’anthropologie, dans le cadre du séminaire d’anthropotechnologie organisé par Alain Wisner.

4De son côté, en anthropologie, Maurice Godelier m’encourageait dès le début dans ma démarche. Directeur attentif, il a su m’orienter, me conseiller, me soutenir et m’accorder du temps dans les moments délicats générés par l’isolement d’une approche transdisciplinaire et surtout par mon rôle dans le cadre du projet de transfert de technologie. On comprendra, à travers ces quelques lignes, que ma dette intellectuelle est grande envers eux, même si je reste seul responsable des idées émises dans ce travail.

5Le rapprochement entre ethnologie et ergonomie revient à François Sigaut. Il fut en effet le premier, en 1979, à souligner son intérêt pour l’ergonomie. Il a suivi mon travail et l’a surtout fait connaître aux autres. Philippe Descola a toujours été un conseiller vigilant et sensible à certains concepts issus de l’ergonomie, d’un intérêt évident lorsqu’on aborde les relations entre l’homme et son environnement. Bruno Latour et Michel Callon, autour du défunt projet « Perle noire en Polynésie », m’ont ouvert les portes de la sociologie de l’innovation. Jean-François Baré, en plus d’une collaboration étroite et soutenue dans le cadre de l’Unité mixte de recherches en économie, géographie et anthropologie sur les recompositions et le développement des Suds m’a permis d’élargir mon champ d’interaction disciplinaire en m’associant à l’unité de recherches de l’ex-orstom « Modèles et réalités du développement » dirigée par Philippe Bonnefond.

6Mes recherches s’appuient sur un terrain dont les missions se sont succédé entre les mois de novembre 1993 et mai 1995. Une partie des financements m’a été accordée par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche pour la durée de mon intervention. Ma gratitude s’adresse tout particulièrement à Claude Lesné du département « Homme, travail, technologies » qui n’a jamais cessé de défendre mon dossier dans un contexte politique tumultueux, à Jean-Luc Lory qui m’a permis de le faire gérer par la Fondation de la Maison des sciences de l’homme, à Clemens Heller qui au-delà de sa charge d’administrateur de cette fondation m’avait encouragé à poursuivre dans cette voie et à Mireille Noël pour la partie administrative.

7Ce type de démarche étant inconnu dans les milieux institutionnels, le terrain a été long à mettre en œuvre. Il constitue par conséquent une « première » en matière de « développement » mais aussi en anthropotechnologie, puisque aucune des recherches précédentes ne répondait à une véritable demande de la part d’un maître d’œuvre et n’avait pu lier à la fois dans un même projet les dimensions ethnographiques et ergonomiques. Le projet était financé par le ministère de la Coopération et du Développement. La maîtrise d’œuvre revenait à l’Association française des volontaires du progrès, et l’appui technique aux paludiers de Guérande. Je remercie Alain Raymond du service des opérations de développement de l’afvp, et Pascal Largillière, délégué régional de l’Association française des volontaires du progrès à Conakry, pour leur soutien en France et en Guinée. Mes remerciements vont aussi à l’équipe de paludiers, notamment Alain Courtel, président de l’association Univers-sel, et Alain Héral qui, malgré les divergences de points de vue inhérentes à tout projet de développement soucieux de concilier techniques et sociétés, m’ont permis de progresser dans ma réflexion. Je n’oublie pas Michèle Delneuf de l’ex-orstom qui a soutenu mon projet dès les premiers jours, Annie Cheneau-Loquay, géographe à Bordeaux, qui fut l’un des premiers chercheur à travailler en Guinée en 1984, après la disparition de Sékou Touré. Elle m’a permis d’accéder à son impressionnante documentation sur la Guinée. Au Centre d’études africaines, Roger Botte m’a fourni un grand nombre d’écrits sur l’histoire de la Guinée et de la Sumbuya en particulier et Chantai Blanc-Pamard a appuyé mes recherches en me permettant de tisser des contacts dans diverses institutions.

8Au cours de cette mission sur le terrain, nombreuses furent les personnes qui m’aidèrent. De décembre 1993 à septembre 1994, j’ai pu résider presque continuellement chez les Susu. Le climat politique tendu qui régnait en Guinée à l’époque de mon arrivée a retardé mon départ sur le terrain d’un mois. Une épidémie de choléra, apparue en saison des pluies, a écourté de trois semaines ma résidence dans le hameau de mangrove proprement dit. J’ai dû alors retourner vivre dans le village, plus proche des voies de communication vers la ville. De septembre 1994 à novembre 1995, je partageais mon temps entre le travail en France et les observations sur le terrain. Nombreux furent les Guinéens qui me réservèrent un accueil chaleureux. A l’université de Conakry, je pense plus particulièrement à l’ethnologue Maryvonne Curtiss, au sociologue Kiridi Bangoura, à l’économiste Alpha Bacar Camara et au linguiste Aboubacar Toure, qui dans un contexte de recherche quasi inexistant, s’attachent à développer les sciences sociales au sein de leur université tout en menant des travaux de terrain. A Coyah, mon intégration n’aurait pas été ce qu’elle fut sans l’appui d’Ibrahima Koïvogui, de son épouse Kadiatou et des habitants de la concession « Nasser » sur le territoire de Wonkifon. Mes remerciements vont aussi aux différents représentants des autorités civiles qui facilitèrent mes démarches administratives et scientifiques. Je pense notamment à Sadio Diallo du service de météorologie de la préfecture et à Alpha Sory Camara du service des microréalisations.

9A Wonkifon, le comité des sages et le doyen ont toujours appuyé mes enquêtes en portant un regard critique et constructif sur l’évolution de mon travail. Je pense à Omar Conté et à Youssouf Bangoura. Dans le hameau de Wondéwolia, la population a quotidiennement fait preuve d’une coopération indéfectible. Ce travail est en grande partie le leur. Fode Sanfoui Bangoura et ses coépouses m’ont accueilli comme un fils. M’Fassory Bangoura, mon frère, a su rendre mon séjour agréable sur les campements de production de sel, dans une mangrove où les conditions de vie sont difficiles. Il a su m’étonner, en prenant à cœur chaque soir, sur sa propre initiative, d’écrire quelques pages sur sa vie et celle du projet.

10Je remercie Saïd Difle du Centre régional de formation forestière de Bazas qui a été d’une aide précieuse dans le traitement des données concernant l’utilisation du bois de feu et Didier Joncheray pour le soutien apporté au moment de l’épidémie de choléra. Avec sa collaboration, nous avons pu retrouver certains éléments du processus technique ancien. Je n’oublie pas Ferdinand Bangoura, sans qui ce travail n’aurait jamais pu voir le jour. Son soutien quotidien et sa complicité fraternelle ont été pour moi une aide précieuse. Jean-François Baré et François Daniellou ont accepté de relire et de corriger mon manuscrit. Mon épouse, Christine Izambert, en France, et pendant les sept mois qu’elle a passés à Wonkifon, a partagé les émotions inhérentes à ce type d’enquête. Ce travail lui doit beaucoup.

11Que tous trouvent ici l’expression de ma gratitude.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable