Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage des mondes

 | 
Philippe Geslin

Annexe 2. Le mode de transcription phonétique

Texte intégral

1La langue susu est rattachée au groupe des langues mandé. Houis (1963, p. 3) considère que le groupe susu actuel s’est constitué à partir de trois fonds culturels, « [...] un fond mandé qui remonte aux populations qui occupaient l’empire du Ghana ; un fond nalou et baga, assez récent [que les Susu ont assimilé] au cours de leur progression vers la côte ; enfin un fond malinké, récent... ». L’influence de la langue est étendue. Son aire linguistique a été parfaitement délimitée par Houis en 1963. Toutefois, nos observations et celles d’autres auteurs (Chéneau-Loquay, 1989) portent à croire que depuis cette date, l’influence s’est étendue vers le nord, jusque dans la région de Boké, dans les zones occupées par les Nalou, Landouma, Mikiforé et Baga. A l’ouest, la zone baga isolée par Houis et située entre le cap Verga et la baie de Sangarea est aujourd’hui fortement influencée par la langue susu qui y est utilisée comme seconde langue, voire comme langue principale.

2Compte tenu de ces précisions, voici ce qu’écrivait Houis (1963, p. 2-3) sur les limites de l’influence linguistique des Susu :

[...] la limite part au nord du Kolisohko, de la rivière Kumba [...] ; elle passe à Tunyifili en direction de Katongoro et Kolo ; [...] une ligne KoloMankutan rejoint la rivière Kitali, puis, de là, suit la Kitali, la frontière des régions de Boké et de Boffa, jusqu’à son croisement avec la rivière Buruma. [...] Nous sommes ici dans une zone limitrophe des Landuman et, compte tenu de leur assimilation, la limite du susu est imprécise ; [...] la limite rejoint la frontière des Régions de Télimélé et de Boffa. [...] Elle traverse la Fatala dans la province de Sombori, dans la partie nord de la grande plaine irriguée par la Fatala. Elle suit toujours la frontière des deux Régions, puis, [... ] continue en direction de l’est parallèlement à la rive droite de la rivière Konkuré à une distance allant de 12 à 20 km ; [...] la limite continue à l’est, selon un tracé irrégulier qui contourne les provinces de Sikima et du Kinsan ; [...] après les sources du Konkuré, la limite du pays susu s’infléchit vers le sud parallèlement à la rivière [...] Lolo [...] ; la limite devient [ensuite] très difficile à tracer, car on se trouve dans un pays où se côtoient des Susu, des Malinké et des Dyalonké, donc des groupes linguistiquement parents, voire même très proches parents quand il s’agit des Susu et des Dyalonké. Il semble que la limite joint la rivière Kaba au confluent de celle-ci, du Kausu et du Dunduko ; [...] elle passe la frontière Guinée-Sierra Leone [... mais...] il est possible [...] que la frontière soit cause de regroupements ; [...] la limite rejoint le confluent de la Kaba et du Mongo, lesquels forment la petite Scarcie, elle descend vers le sud entre la grande Scarcie et la petite Scarcie, bordée à l’est par le pays Limba ; [...] elle atteint de nouveau la frontière près du pays des Temnè [... et...] entre de nouveau en Guinée en direction de Benti....

  • 1 (Anonymes, 1801, 1801-1802, 1802, 1885, 1915 ; Douglin, 1887 ; Duport, 1882 ; Lacan, 1942 ; Linjil (...)

3Cette langue a donné lieu à de nombreux travaux, dont les premiers remontent, selon nos recherches, au début du XIXe siècle. Les premiers éléments bibliographiques datent des années 1801 et 1802 et se sont perpétués jusque dans les années 1970 (Baldé, 1972, 1975). Dans leur majorité, ces travaux sont l’œuvre de missionnaires soucieux de traduire les évangiles et le catéchisme dans un but de conversion des populations locales1. Aujourd’hui encore, et notamment dans le village de Wonkifon, un pasteur de la mission protestante de Conakry traduit la Bible en susu. Ce sont les travaux de Houis (1950, 1954, 1956, 1958, 1961, 1963) qui constituent les premières approches linguistiques de la langue susu. Six années plus tard, aux EtatsUnis, paraît un ouvrage volumineux (Sangster et Faber, 1969) destiné à l’enseignement du susu dans les laboratoires de langues. Mais selon les linguistes (Baldé, 1975, p. 851), cet ouvrage « [...] dénote un net recul dans la recherche scientifique sur cette langue ». De plus, les productions antérieures aux travaux de Houis et de Baldé présentent une importante variété de systèmes de transcription.

Remarques sur les emprunts

4Comme nous l’avons précisé les présences anglaise et française ont été importantes sur le littoral. L’histoire, mais aussi la langue susu témoignent de cette influence. Les différents travaux scientifiques réalisés sur cette langue ont montré que les emprunts sont majoritairement issus de l’anglais avec le renforcement de la position du phonème /p/, de l’arabe avec le renforcement du phonème /h/ et à un degré moindre du français. Houis (1963, p. 10) précise d’ailleurs « [...] qu’il n’y a pas eu de pénétration notable de la langue du colonisateur dans la langue du colonisé, car les usages du susu et du français sont en quelque sorte parallèles. Leur position respective s’est concrétisée et bloquée dans une relation de bilinguisme telle qu’il est fait appel à l’une ou à l’autre langue, toutes proportions gardées, selon le contenu du message ou le statut social ou culturel des locuteurs en présence. On trouve également chez les Susu – comme dans bien d’autres régions de l’Afrique – ce phénomène de langage où des portions d’un même message se succèdent dans l’une ou l’autre langue ». Cette situation s’est accentuée sous la présidence de Sékou Touré qui a favorisé l’utilisation des langues locales pendant plusieurs décennies. Dans notre zone d’enquête, le phénomène de diglossie décrit par Houis n’apparaît pas fréquemment dans les énoncés. Seuls les jeunes enfants scolarisés le pratiquent, de même que les rares personnes qui sont parties à « l’aventure », terme français utilisé par les Susu pour signifier qu’ils ont voyagé en Guinée ou dans les pays limitrophes. De plus, la présence des experts soviétiques, notamment sur certains projets locaux de développement salicole et à un degré moindre, celle des Chinois, ne semble pas avoir eu d’influence, en terme d’emprunt, sur la langue susu, y compris dans le vocabulaire technique lié à la production salicole qui nous intéresse ici.

Notes

1 (Anonymes, 1801, 1801-1802, 1802, 1885, 1915 ; Douglin, 1887 ; Duport, 1882 ; Lacan, 1942 ; Linjila, n. d. ; Pastor, 1931 ; Raimbault, 1885, 1923 ; Sutter, 1922 ; Wilhelm, n. d.).
Les Susu de Wonkifon sont aujourd’hui majoritairement musulmans. Certains témoignages écrits attestent de leur résistance passée envers le discours des missionnaires chrétiens : Bright en 1802 remarque la prédominance de l’islam à Wonkifon :
« In learning and the arts of civil life, the inhabitants of Wonkapong [...] maintain a free independent spirit which disdains to bend to the yoke of Islam. That they will long preserve this is problematical. The study of the Arabic [...] prevails much among the higher class in society ; its effect in time it is easy to foresee will be the general reception and the public establishment of that religion. Fair and gentle means might have produced this effect already... » (1979, p. 73).
Quatre années plus tard, le processus d’islamisation décrit par Bright semble avoir atteint un seuil de stabilisation tel, qu’il rend vain le travail des missionnaires chrétiens :
« Peter Hartwig and Leopold Butcher [de la Church Missionary Society] went to [...] Wonkafong in Sumbuya in 1806 and declared these rivers as irretrievable for the Christian faith, for both had become so Islamized that conversion discussions met resistance from principal elites in Sumbuya... » (Mouser, 1979, p. 15).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540