Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage des mondes

 | 
Philippe Geslin

Annexe 1. Les sources bibliographiques

Texte intégral

1Les sources bibliographiques concernant les Susu du littoral guinéen se répartissent sur quatre siècles. Les écrits qui constituent ce fond de littérature sont de valeurs inégales. Peu d’entre eux présentent en effet des garanties de sérieux sur un plan ethnographique. Les relations de voyage fournissent une documentation importante. Les premiers témoignages proviennent de navigateurs portugais. Parmi eux, les relations de Duarte Pacheco Pereira (1505-1508), André Donelha (1625), un ensemble de relations de voyage réunies par Valentim Fernandes (1506-1510) et le texte d’un auteur cap-verdien, André Alvares d’Almada (1594), nous livrent de nombreuses observations sur les populations des côtes ouest-africaines. Certains passages traitent des Susu vivant sur le littoral ou en retrait, dans les zones de piémont. D’autres abordent les questions relatives à l’économie et aux relations qu’elle génère entre les populations de la côte et celles de l’intérieur. La production de sel occupe alors une place de choix, au même titre que l’or et la traite. Les récits des commerçants, navigateurs et explorateurs anglais comme ceux de John Mattews (1887) et de Thomas Winterbottom (1803) employé par la « Sierra-Leone Compagny » complètent et précisent ces informations au même titre que les journaux de Richard Bright (1802), Alexander Smith (in Mouser, 1979) et Brian O’Beirne (in Mouser, 1979).

2Toutefois, la relation de voyage qui apporte les informations les plus intéressantes d’un point de vue ethnographique est celle du botaniste suédois installé en Angleterre, Adam, (1795-1796, in Kup, 1967), envoyé en Sierra Leone pour y introduire, selon Arcin (1911, p. 242), des plantes tropicales étrangères. A la suite de ce voyage, au cours des deux premières années du XIXe siècle, il entretient une correspondance avec Winterbottom qui, un an plus tard, publiera son propre récit. Afzelius fut l’élève du botaniste Carl Linné et l’on peut penser que les capacités d’observation requises en botanique eurent une influence certaine sur la qualité du récit qu’il nous livre de la vie quotidienne dans les régions traversées. Ses observations ont en effet un caractère « ethnographique » indéniable. Les populations de la région de Wonkifon et plus généralement de la Sumbuya sont décrites avec précision. Certains personnages importants de Wonkifon observés et côtoyés par cet auteur sont présents, aujourd’hui encore, dans la tradition orale locale.

3Plus proches de nous, les récits de voyages disparaissent pour laisser la place à des travaux plus spécifiques. Ils vont de la simple présentation de « proverbes » (Sayers, 1930a et b) et de « superstitions » (Gavinet, 1947), à la thèse de sociologie proche de la monographie ethnographique (Binet, 1962). Entre ces deux extrêmes, les travaux sont légion qui traitent d’ethnographie, d’anthropologie physique des Susu dans l’histoire générale de la Guinée (Arcin, 1911 ; Vingé, 1886) et surtout d’études linguistiques dont les écrits de Houis (1963) et de Baldé (1975) représentent les travaux les plus aboutis. Dans l’état actuel de nos connaissances, à l’exception de la thèse de Binet, du rapport de mission de Fritsch (1956) et de l’article de Fréchou sur le système foncier (1962), aucune approche anthropologique n’a été réalisée sur les Susu de Guinée. Il faut de plus souligner que ces deux derniers travaux ne concernent que les populations susu de la région de la rivière Konkouré située au nord de la capitale Conakry. La région de la Sumbuya située au sud, entre Conakry et la ville de Forécariah, n’a pas fait l’objet de travaux de recherche spécifiques, à l’exception de deux mémoires de fin d’études universitaires de l’Institut polytechnique (Gay Ba, 1974 ; Haba, 1984) qui traitent exclusivement de l’histoire des populations de la Sumbuya. Enfin, plus au sud, en Sierra Leone, les Susu ont fait l’objet de quelques travaux à caractère historique, sociologique (De Hart, 1951), et plus récemment environnemental (Nyerges, 1988).

4Il faut souligner, pour conclure, qu’en Guinée, les dernières sources bibliographiques qui nous intéressent datent des premières années de l’indépendance (1958). Selon des sources locales, de cette période à la disparition de Sékou Touré (1984), des travaux de recherche, notamment sur les traditions orales, ont été entrepris et réalisés sur le littoral par des étudiants guinéens. Dans leur grande majorité, les documents résultant de ces études sont aujourd’hui dispersés ou ont malheureusement disparu, malgré l’effort de centralisation entrepris depuis quelques années par les Archives nationales de Conakry.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540