Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage des mondes

 | 
Philippe Geslin

Bilan

Texte intégral

1Au moment de clore ce travail, il nous appartient d’en dresser un bilan et d’ouvrir d’autres pistes de recherche et d’intervention. Lorsque nous nous sommes impliqué dans cette démarche, notre objectif était double : porter un regard anthropologique sur les transferts de technologies, et envisager l’implication de l’ethnologue dans de tels mécanismes. Nous devions pour cela nous doter d’éléments théoriques et méthodologiques spécifiques. Les premiers, relatifs aux conditions d’appropriation des techniques, nous étaient livrés par les travaux d’anthropologie économique, ceux issus de la technologie culturelle et à un degré moindre de la sociologie de l’innovation. Nous pouvions ainsi aborder plus spécifiquement l’objet technique dans sa dynamique d’utilisation et réfléchir implicitement aux méthodes susceptibles de faire émerger cette dynamique. Conjointement, nous disposions de l’expérience ergonomique et des outils méthodologiques qu’elle met en œuvre au regard des situations de travail qu’elle analyse, dans une perspective de transformation, répondant à une volonté d’adapter le travail à l’homme et non l’inverse.

2Dans notre itinéraire intellectuel, les travaux de Wisner sur l’anthropotechnologie, nous ont donné les moyens de nos ambitions dans la mesure où ils étaient engagés depuis peu dans une voie qu’en tant qu’ethnologue nous souhaitions justement explorer, celle des transferts de technologies. L’association de l’analyse ergonomique du travail et des apports idéalement complémentaires de l’anthropologie et de la technologie culturelle trouvait dans l’anthropotechnologie une source de cristallisation potentielle qui allait dans le sens de nos objectifs.

3L’approche transdisciplinaire qui a été menée soulève deux points importants. Le premier concerne l’approche descriptive et analytique des processus techniques. L’intérêt majeur de l’analyse ergonomique du travail réside dans sa capacité à fournir des méthodes de relevés techniques répliquables de l’activité qui permettent d’homogénéiser les descriptions d’une façon telle qu’elles ne peuvent que faciliter les approches comparées en anthropologie. Nous pensons notamment au logiciel de relevé d’activité technique « Kronos » qui permet, selon une procédure informatique, de prendre en compte et d’analyser en les croisant de nombreuses variables (directions des regards, postures, communications, port de charge, distance parcourue, etc.). L’analyse du contenu des actes chez certains ethnologues atteint rarement un tel degré de finesse alors qu’il est clair que ces catégories d’observables sont dans certains cas déterminantes pour la compréhension d’une activité technique.

4Le second point concerne la méthodologie d’intervention. La méthode d’intervention ergonomique s’est révélée structurante et nous a permis d’organiser notre terrain autour d’un cadre d’action qui nous a facilité la tâche, sans pour autant réduire la richesse de l’enquête ethnographique et l’expérience personnelle qu’elle représente. L’enquête ethnographique peut potentiellement s’inscrire dans chaque étape de l’intervention, de l’analyse de la demande et sa reformulation au suivi du fonctionnement de l’innovation, en passant par les observations globales et systématiques des populations et des processus techniques impliqués. Toutefois, cet avantage soulève quelques questions d’ordre épistémologique.

5J’ai découvert le monde de l’implication sociale à travers ma formation en ergonomie et non dans le cadre de lectures anthropologiques. Celles-ci sont venues ultérieurement. J’ai évolué dans un monde – celui de l’ergonomie – où en général, la « demande sociale » sert de base à l’action du praticien. Ce cas de figure est relativement rare en ethnologie. Par ailleurs, il faut aussi avoir conscience que la production de repères-pour-la-conception susceptibles d’orienter les conditions du transfert constitue une véritable prise de position au sein du programme. Et cette prise de position ne va pas de soi pour l’ensemble des acteurs en présence. Elle est susceptible d’aller à l’encontre des enjeux des promoteurs de l’innovation et des futurs utilisateurs. La subjectivité de la démarche est évidente – Roqueplot (1997, p. 40) qualifie les résultats attendus de « connaissance raisonnable aussi objectivement fondée que possible » – et, selon nous, acceptable dès l’instant où elle ne tend pas vers un refus aveugle des choix techniques des promoteurs au profit des choix, s’ils existent, des populations qui sont censées recevoir la technique future. Ces connaissances doivent être aussi scientifiquement fondées que possible. De fait, ce que nous avons formulé plus haut vaut aussi pour les choix des producteurs susu. Nous n’avions aucune raison de privilégier leur choix au profit de ceux des promoteurs. L’action remarquable des paludiers, en France, depuis les années 1970, leur positionnement politique en terme d’environnement, leur volonté de protéger un terroir dans une région qui nous était familière depuis plus de trente ans, tout cela pouvait avoir une quelconque influence sur nos repères-pour-la-conception au même titre d’ailleurs que la situation économique et sociale délicate dans laquelle vivait la société susu de Wondéwolia dont nous avions partagé chaque événement pendant plusieurs saisons. Il est clair toutefois qu’un travail en collaboration avec l’ensemble des protagonistes réduit cette part de subjectivité à laquelle nul ne peut échapper en situation ethnographique lorsque pendant plusieurs mois, voire plusieurs années, le partage d’une vie quotidienne tisse inévitablement des liens privilégiés avec certains individus, qu’il s’agisse d’ailleurs des promoteurs de l’innovation ou de ses éventuels futurs utilisateurs.

6Deux exemples illustrent partiellement la confrontation de nos repères-pour-la-conception aux enjeux des acteurs du projet. Le premier est relatif aux marais salants. Nous avons pu montrer que les marais salants avec cristallisation sur argile – option centrale du programme – ne pouvaient pas être systématiquement diffusés en raison des contraintes du système foncier. Le régime de propriété fait que seuls les producteurs issus du lignage fondateur du village peuvent avoir accès à ce type d’innovation. Ils ne risquent pas de se faire expulser de leurs terres. Les repères-pour-la-conception modulaient par conséquent le choix premier.

7Le second exemple concerne les salines mixtes. Avant l’arrivée du projet, les producteurs susu avaient souhaité développer les salines mixtes. Chez les Susu, on produit du sel lorsque la récolte de riz n’est pas satisfaisante. Les producteurs s’installent alors très tôt sur les campements, dès la fin de l’hivernage. Par contre, dans le cas où la production de riz est satisfaisante, les producteurs ont tendance à s’organiser pour produire du sel après les premières pluies au tout début de l’hivernage. Dans ce cas, la production solaire est inefficace. Seule la méthode traditionnelle peut fonctionner. Cette remarque allait à l’encontre du « tout solaire » envisagé par la majorité des producteurs séduits par cette alternative avant l’arrivée du projet. Il reste que le statut accordé à ces repères-pour-la-conception dépend aussi de ceux qui les utilisent. Intégrés au processus de décision des promoteurs de l’innovation et des producteurs susu, ils tombent pour ainsi dire dans le domaine « public » avec les risques de détournement que cela comporte et qu’il faut avoir envisagé dès l’analyse de la demande et sa reformulation.

8A Wondéwolia, les conditions d’acceptation sont étroitement dépendantes des contraintes rencontrées par le groupe dans sa reproduction – concentration inhabituelle de l’intensité de travail sur une période clef du calendrier agricole – alors que dans le village de Wonkifon, elles relèvent d’une volonté de relancer l’activité salicole en référence à des conditions économiques locales, nationales et internationales, qui ne sont pas à l’avantage des producteurs locaux. Les points d’ancrage présents dans la société susu dépassent ces seuls constats. En dehors des repères-pour-la-conception que nous avons proposé et qui constituent en fait une partie des conditions qui nous semblent nécessaires à l’intégration dans le temps d’une innovation technique, nous avons pu faire ressortir le rôle de la « mémoire du développement » dans la construction progressive de l’appropriation. La dynamique impulsée de l’extérieur par un ensemble d’acteurs – membres d’ong, volontaires, appui technique, responsables d’anciens projets de développement salicole – et les réseaux au sein desquels ils évoluent ont indirectement contribué à façonner localement – à Wondéwolia et à Wonkifon – un processus d’appropriation qui, en quelque sorte, a anticipé les termes de référence du projet au sein duquel nous nous sommes impliqué. Notre rôle a notamment consisté à faire ressortir les conditions d’émergence de ce choix technique, mais aussi à intégrer l’histoire de cette appropriation dans les repères-pour-la-conception.

  • 1 Annoncé d’ailleurs au moment de la reformulation de la demande.
  • 2 C’est le rôle de l’analyse de la demande.

9Notre démarche dans le cadre du transfert de technologies a bénéficié de conditions idéales tant en raison du caractère expérimental du programme que par la durée dont nous disposions pour produire nos résultats et orienter le maître d’œuvre. Notre implication signifie aussi, clairement, qu’au regard de tel programme et de telles demandes d’interventions, les promoteurs doivent accepter de courir le risque1 d’une remise en question de leurs objectifs, quels que soient les enjeux sous-jacents. A ce titre, la demande de ce type d’intervention peut sans doute inciter à plus de clarté2 dans la définition des objectifs attendus par les promoteurs de projets, qu’il s’agisse d’ailleurs d’organismes internationaux, de groupements paysans ou de représentants de minorités.

10Nous avons vu que ce qui caractérise en partie l’anthropologie par rapport à l’ergonomie, c’est l’importance qu’elle accorde au contexte au sein duquel apparaissent les phénomènes qu’elle étudie. Dodier et Baszanger (1997) soulignent à juste titre qu’une enquête est dite ethnographique lorsque le chercheur est soucieux de faire le lien entre les faits qu’il observe et des particularités du contexte dans lequel ceux-ci se déroulent, liées à des contingences historiques ou culturelles. Mais les transferts de technologies renvoient à des contextes multiples, et il est par conséquent difficile d’isoler un collectif dans la mesure où en général, plusieurs individus ou sociétés se retrouvent en un lieu donné. Dans ces situations d’inter-connaissance, les interlocuteurs agissent à partir de leurs expériences respectives. Leurs objets de pensée diffèrent. D’où la nécessité de faire émerger les écarts entre ces formes de connaissance qui n’apparaissent pas alors de façon aussi nette que dans les situations habituellement vécues par l’ethnologue qui a tendance à limiter son terrain d’enquête à une communauté généralement circonscrite géographiquement et culturellement. Dans le cas des transferts de technologies, les références communautaires sont différentes. Le statut assigné aux différences culturelles entraîne de fait une modification de la pratique anthropologique qui doit ici s’inscrire dans la rencontre (Dodier, 1995) entre différents individus ou collectifs autour de l’objet technique transféré, avec les risques de tension que cela peut entraîner entre les protagonistes au nombre desquels il faut inclure l’ethnologue. C’est là, nous semble-t-il, que doit s’investir l’ethnologue des techniques qui souhaite intervenir dans le cadre de tels projets. Il faut, dans la mesure du possible, qu’il offre des possibilités d’engagement dans la rencontre autour de l’objet technique à transférer.

11L’approche présentée est évidemment perfectible. Toutefois, dans l’état actuel de nos recherches, le bilan général tend à montrer qu’il pourrait en résulter une amélioration des conditions de vie des populations dans les aspects matériels, mais aussi dans le domaine plus spécifique des conditions de travail. Pour parvenir à ces fins, il est nécessaire de maintenir des échanges constants avec ceux qui sont directement impliqués dans les transferts de technologies. Il faut accorder un intérêt particulier aux initiatives locales qui émanent des populations ou des minorités de pays qui souhaitent développer certains secteurs de leur économie. En parallèle il faut porter un regard vigilant sur les politiques d’intervention des institutions internationales dans ce domaine. Certains programmes sont encore trop souvent détachés des conditions sociales et culturelles qu’ils recouvrent.

12Ce sont des phénomènes complexes à étudier où il est plus difficile encore d’intervenir. Les connaissances requises sont multiples et nul ne peut prétendre à une telle polyvalence scientifique. La création de collectifs de recherche et d’intervention est indispensable. En transgressant ces marges, il s’agit moins pour chacun d’entre nous d’avoir une démarche iconoclaste vis-à-vis de nos disciplines respectives que d’envisager leurs contributions dans le cadre des transferts de technologies.

Notes

1 Annoncé d’ailleurs au moment de la reformulation de la demande.

2 C’est le rôle de l’analyse de la demande.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable