Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage des mondes

 | 
Philippe Geslin

Épilogue méthodologique

Texte intégral

1En terme d’intervention, notre engagement génère plusieurs types de contraintes dont celle qui est relative à l’implication de l’ethnologue dans de tels programmes. Il nous appartient en effet de nous interroger sur la nature et les significations – pour l’ethnologue et pour le commanditaire – d’un tel engagement, d’autant que comme le souligne Albert (1995, p. 115) la question des tensions entre visées du commanditaire et indépendance du regard scientifique, dans ce cas, demeure entière.

  • 1 Notre participation a donné lieu, sur deux ans, à une série de trois rapports, de quatre notes d’é (...)
  • 2 Pour une bonne synthèse, voir Olivier de Sardan (1996).

2Hormis un positionnement nécessaire par rapport à la démarche anthropologique, à la technologie culturelle et à l’ergonomie dont nous avons fait état dans l’introduction, nous avons dû nous recentrer par rapport aux questions relatives à l’altérité. Le terrain est « métis ». Deux groupes généraux et deux pays s’activent avec des stratégies et des enjeux différents autour d’un même objet, le transfert d’une technique. Cette mixité nous a permis d’engager le dialogue avec le milieu des ong, avec les problèmes d’ajustement mutuels du parlé et de l’écrit que cela implique, tant dans l’exercice quotidien de l’enquête, qu’aux moments des restitutions et des rédactions de rapports1. Bien sûr, ces interrogations ne sont pas nouvelles dans le milieu de l’anthropologie2. Par contre, elles le sont, en ce qui concerne la spécificité de notre objet d’étude et d’intervention et le rapport que nous entretenons avec l’ergonomie.

  • 3 L’expertise généralement pratiquée sur une durée très courte ne permet pas de dissocier clairement (...)

3Dans le milieu de la coopération guinéenne, et pour les différents acteurs du projet, y compris pour les producteurs susu, les modalités de notre implication ont été perçues comme atypiques, dans la mesure où les repères-pour-la-conception sont le résultat d’un travail d’enquête auprès des paludiers, de la maîtrise d’œuvre, sur les situations de référence et surtout d’un séjour de quatorze mois parmi les populations susu concernées. Nous avons vécu au quotidien et en continu, pendant la saison sèche sur un campement de production de sel, puis en hivernage, au sein du hameau de Wondéwolia. Il est ainsi possible de mieux appréhender le fonctionnement des groupes impliqués dans un tel projet, ce que ne peuvent pas réaliser les experts, compte tenu de leur formation, souvent technique, et des contraintes temporelles3 et financières négociées qui dans bien des cas ne leur permettent pas d’approfondir certaines situations.

  • 4 Prévue pour une durée de deux années selon les termes de la convention que nous avons signée avec (...)
  • 5 En plus de notre démarche, nous avons aussi envisagé la participation d’un spécialiste dans le dom (...)

4Les solutions proposées par les promoteurs du projet reposaient alors essentiellement sur des critères techniques. Toutefois, dans leur présentation, elles n’étaient pas coupées de toute volonté d’adéquation avec le contexte social de réception, volonté qui attestait de l’intérêt qui serait porté à notre action. En outre, il faut préciser ici que les réponses apportées par les promoteurs aux problèmes environnementaux et à ceux relatifs à la santé des producteurs, qui constituaient pour nous des données incontournables à ce niveau, n’avaient, dans les textes et les entretiens, qu’un caractère expérimental sur la durée du programme de trois ans. Nous pouvions dans ce cas reformuler la demande en expliquant que notre participation4 devait par conséquent contribuer à délimiter plus précisément les contraintes du milieu et éventuellement, en fonction de celles-ci, reformuler les termes de référence, voire modifier en profondeur l’optique du projet et implicitement le futur cahier des charges, au terme de la phase expérimentale5.

Toute intervention anthropotechnologique résulte d’une demande, à partir de laquelle l’intervenant va structurer son action sur le terrain. Les étapes qui vont être présentées suivent un ordre précis de mise en œuvre. Mais il y a une interaction forte entre elles. Elles ne sont pas isolées. Ainsi, compte tenu des spécificités rencontrées sur le terrain, certaines peuvent se chevaucher, d’autres sont réévalués, modifiées, reformulées, précisées voire annulées en cours d’étude.
L’analyse de la demande et sa reformulation
Cette étape permet de faire apparaître la réalité du problème posé et de voir quels sont les enjeux de la demande. C’est à ce niveau que l’intervenant peut envisager si le problème posé nécessite ou ne nécessite pas sa participation. S’il estime qu’une intervention est possible, il définit alors des objectifs et des moyens d’action, compte tenu des exigences du contrat (temps, coût) qui est alors négocié.
L’observation globale du système sur lequel l’ethnologue doit intervenir
Il essaie d’appréhender le système technique dans sa globalité de manière à mieux positionner son action future et formuler des hypothèses ou pré-diagnostic. D procède alors à une observation et à une analyse de l’existant. Il consulte des documents, effectue des entretiens avec les opérateurs et les représentants du projet ou la hiérarchie de l’entreprise. Il essaie de comprendre le fonctionnement du système et les stratégies des acteurs en présence. Il profite aussi de ces premiers contacts pour se faire connaître et faire connaître sa démarche auprès des personnes qu’il devra côtoyer quotidiennement au cours des étapes suivantes.
Formulation du pré-diagnostic
L’observation globale permet de formuler un pré-diagnostic sur les sources de dysfonctionnement du système, à partir desquelles l’intervenant va orienter plus précisément sa démarche.
Observations systématiques
Tout en vivant au sein de la population, l’intervenant concentre son étude sur un aspect particulier du système technique, celui qui lui semble traduire au mieux les difficultés ou les questionnements des différents acteurs et compte tenu de ses hypothèses. Il observe et analyse l’activité de travail en utilisant des grilles pré-établies de notation de l’activité. Il effectue des enregistrements vidéoscopiques qu’il analysera par la suite, manuellement ou à l’aide de logiciels de traitement automatique. Il recueille le point de vue des opérateurs sur leur activité de travail. S’il s’agit d’une démarche de conception, les observations systématiques doivent être réalisées dans des entreprises ou sur des sites au sein desquelles fonctionnent les mêmes équipements, ou des équipements analogues. On parle alors de situations de référence.
Validation des résultats
Les résultats des observations systématiques sont communiqués aux acteurs concernés, qui les valident ou les remettent en cause. A ce niveau de l’étude, des ajustements sont possibles. Les hypothèses de départ sont réévaluées. Des observations systématiques complémentaires peuvent être effectuées pour compléter ou préciser des informations. Un groupe de travail est généralement constitué. Il réunit un ensemble déterminé d’acteurs et l’intervenant. Le travail d’élaboration de recommandations pour la conception ou la transformation du système technique peut débuter à ce moment de l’intervention. L’activité future possible est envisagée « sur le papier » à travers l’écriture de scénarios qui sont censés illustrer différentes conditions, d’utilisation du nouveau système technique. Ils font émerger les problèmes d’utilisation et permettent aussi d’envisager les impacts probables sur la société.
Présentation des repères-pour-la-conception
Ces repères issus des différentes observations sont des éléments sur lesquels il faut s’appuyer si l’on veut optimiser les conditions de travail. Ils entrent par conséquent dans la rédaction du cahier des charges dans lequel sont consignées les différentes étapes de déroulement du programme. Un groupe de suivi des opérations de modification ou de conception est ensuite constitué.
Suivi des opérations de transformation ou de conception
Il s’agit, pour le groupe de suivi et l’intervenant, de veiller à ce que les recommandations présentes dans le cahier des charges soient respectées par les acteurs responsables des opérations de transformation ou de conception. A ce niveau les transformations sont toujours possibles. Des scénarios en situations réelles d’utilisation sont appliqués de manière à faire émerger d’éventuels nouveaux problèmes et les résoudre.
Suivi du nouveau système en phases de démarrage et de stabilisation de la production
Des dysfonctionnements peuvent apparaître au cours de ces phases. L’intervenant tente alors d’y remédier en procédant à une réévaluation/adaptation des recommandations proposées.

Fig. 14 – Étapes principales de la méthode d’intervention utilisée en analyse ergonomique du travail

  • 6 Les demandes peuvent émaner d’une ong et autres instances internationales ou d’associations de pay (...)

5Sur le plan méthodologique, les étapes de notre implication dans un projet de transfert ont lié la démarche ethnographique classique au schéma général de l’intervention ergonomique. Cette dernière est une construction qui, partant de la demande6, s’élabore, prend forme, au cours de son déroulement. Chaque intervention est de ce fait singulière. Il existe toutefois un ensemble de points forts, de phases privilégiées, qui vont structurer la construction de l’intervention (Guérin et coll., op. cit., p. 113). Ces phases suivent, sur le papier, un ordre précis – idéal – de mise en œuvre. Il y a une interaction forte entre elles. Elles ne sont pas isolées. Compte tenu des particularités rencontrées sur le terrain, certaines se sont chevauchées, d’autres ont été réévaluées, modifiées, reformulées, précisées en cours d’étude.

6La demande à laquelle répond l’intervention, et surtout son analyse et sa reformulation constituent les points majeurs de la démarche. Son instruction permet en effet d’identifier les enjeux qui involontairement ou à dessein n’y sont pas exprimés. Compte tenu de cette identification, nous avons pu faire émerger d’autres critères que ceux émis à l’origine et reformuler ainsi la demande qui a débouché sur une proposition d’intervention. L’acceptation ou le refus de notre implication s’est joué à ce niveau, dans la mesure où les enjeux identifiés pouvaient ne pas répondre à notre éthique. Inversement, la proposition d’intervention pouvait ne pas satisfaire le demandeur qui était libre alors de ne pas donner suite à notre démarche.

7En ergonomie, l’analyse de la demande est relativement aisée dans la mesure où les différentes personnes et les documents, dont respectivement la rencontre et la lecture contribuent à la mise en évidence des enjeux, sont généralement présents en un même lieu, l’entreprise. Dans le cadre de ce programme, la situation a été différente. Le programme guinéen faisait intervenir différents collectifs disséminés géographiquement. De plus ces programmes étaient définis autour d’une solution technique déjà constituée, qui allait de toute manière être transférée pour être expérimentée. Cette contrainte imposait par conséquent un « paquet » technique, à partir duquel nous devions travailler, et sur lequel, à ce niveau, nous ne pouvions avoir une quelconque influence. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir le commanditaire formuler une demande pour qu’en fait, la participation de l’ethnologue contribue in fine à la validation de ses choix techniques.

8L’imposition d’une technique qui a priori signifiait clairement qu’une partie des enjeux avait été préalablement appréciée par les commanditaires, l’éloignement des populations réceptrices et la méconnaissance de leur organisation sociale ont fait qu’il nous était impossible de procéder à une analyse et à la reformulation d’une demande sans laisser en suspens et provisoirement certains paramètres. Nous n’avions aucune connaissance précise et localisée des populations réceptrices (terme utilisé ici dans son sens le plus restreint, c’est-à-dire une communauté très localisée, à l’échelle d’un hameau ou d’un village et qui constitue précisément le milieu de réception de l’innovation). A titre d’exemple, une connaissance globale des Susu de Guinée aurait pu effectivement faciliter la tâche d’analyse, mais elle n’aurait pas été suffisante dans la mesure où, comme nous l’avons souligné plus haut, les histoires locales sont légion au sein d’un groupe culturel aussi important. Elles spécifient chaque démarche d’intervention et rendent caduque toute approche globalisante qui dans ce cas consisterait à normaliser des phénomènes sociaux, en opposition avec les dynamiques locales dont l’importance n’est plus à démontrer, du moins dans le milieu du développement. Dans ce cas, nous avons dû explicitement préciser dans notre proposition d’intervention que les repères que nous allions proposer seraient susceptibles de ne pas aller dans le sens du choix technique arrêté en amont.

9En ergonomie, les premières étapes d’analyse de la situation de travail sont marquées par une attitude d’écoute de la part de l’ergonome vis-à-vis de ses interlocuteurs, une attitude exploratoire par rapport aux données et aux faits auxquels il est confronté. La mise en forme de ces informations et leur contribution à un schéma explicatif des problèmes posés suppose, par contre, une démarche plus orientée et la mise en œuvre de moyens d’investigation plus spécifiques (Guérin et coll., op. cit., p. 161). Dans la seconde étape, nous avons par conséquent essayé d’appréhender les systèmes techniques dans leur globalité de manière à mieux positionner notre action future et formuler des hypothèses. Nous avons par conséquent procédé à l’observation et à l’analyse de l’existant en France et en Guinée. Des recherches bibliographiques ont été effectuées, sur les plans anthropologique, historique, géographique, économique et politique. Les documents relatifs aux actions passées de l’appui technique, de la maîtrise d’œuvre ont été consultés et des entretiens et observations (nous avons par exemple suivi le stage de préparation au départ dispensé à tous les volontaires du progrès, par les cadres de l’afvp) ont été réalisés dans la mesure du possible, auprès des différents acteurs du projet. En outre, ces premiers contacts ont permis de nous faire connaître et de faire connaître notre démarche auprès des personnes que nous allions régulièrement côtoyer au cours des étapes suivantes.

10Les vides provisoirement laissés en suspens au cours de l’analyse de la demande concernent essentiellement la Guinée. Dans ce pays, nous avons effectué nos premiers pas au sein de la population du hameau de Wondéwolia et du village de Wonkifon. Tous les projets de saliculture et les systèmes techniques qu’ils présentent ont été enquêtés et analysés de manière à cerner les raisons de leurs échecs et/ou des avantages dont ils sont porteurs. Il s’agissait de mieux positionner le projet dans le cadre de la politique de développement des techniques salicoles sur le littoral et d’approfondir certains points qui restaient obscurs dans les termes de référence du projet.

11L’observation globale a permis de formuler des hypothèses de travail concernant les deux grands axes du projet (saliculture et riziculture) à partir desquels nous avons orienté plus précisément notre démarche. La prise en compte de l’histoire spécifique de Wondéwolia telle que nous l’avons présentée nous a amené à préciser le cadre social de l’intervention en ne réduisant pas l’action de la maîtrise d’œuvre à un simple transfert de technologies dissociées et isolées du cadre social du hameau. Nous avons alors émis l’hypothèse selon laquelle, compte tenu du contexte social de Wondéwolia, il existe un lien étroit entre la riziculture et l’activité salicole. En se rompant, les digues réduisent considérablement la production rizicole. Elles contraignent alors les producteurs à compenser le manque à gagner par une installation précoce sur les campements de production de sel, et à la poursuite de cette activité, très tardivement dans la saison. De telles contraintes limitent les périodes d’intervention sur les digues et ont une influence sur leur solidité et leur maintien dans le temps. Il est par conséquent possible d’agir sur la riziculture en développant une méthode de production de sel beaucoup moins contraignante que la production traditionnelle, en termes de temps de travail et de pénibilité. Cette hypothèse allait dans le sens de celle émise par les paludiers. Ces derniers souhaitaient effectivement intervenir sur ces deux secteurs de l’économie du hameau. Toutefois, ils n’avaient pas perçu la relation étroite qui existe entre les deux productions et surtout, la volonté, antérieure, à notre intervention, qu’avaient les producteurs, en développant les salines mixtes, de pouvoir agir sur la riziculture et explicitement sur l’organisation de leur calendrier agricole de manière à retrouver un équilibre social perturbé.

12L’hypothèse ne portait pas sur le choix de l’innovation. Même si, comme nous l’avons vu, les producteurs de Wondéwolia avaient déjà fait leur choix, nos enquêtes parmi les populations concernées, et au regard des situations de références relatives aux salines mixtes et aux marais salants, ne nous permettaient pas de nous prononcer sur un éventuel constat relatif à l’une ou l’autre des solutions retenues. Nous ne souhaitions pas alors nous concentrer uniquement sur le choix des producteurs qui allaient en fait redécouvrir les salines mixtes – les intentions dans la requête de financement annonçaient l’expérimentation de telles salines – et découvrir une autre variante de production, le marais salant avec cristallisation sur argile.

13Les différents projets et programmes de production solaire développés sur le littoral guinéen ont constitué ce que les ergonomes appellent des situations de référence, c’est-à-dire des sites sur lesquels des processus techniques analogues, ou proches de celui qui va être transféré, sont ou ont été utilisés. La prise en compte de tels projets dans toute situation nouvelle permet non seulement de repérer certains dysfonctionnements (techniques, organisationnels, etc.) éventuellement susceptibles de se retrouver dans le nouveau programme – en tenant compte bien sûr des variations socio-culturelles-, mais aussi, comme ce fut notre cas, de saisir l’influence qu’ont pu avoir ces anciens projets sur les conditions d’émergence d’un choix technique, notamment dans le hameau de Wondéwolia. Enfin, elles permettent souvent de mettre en avant l’importance des variations socioculturelles dans la mise en œuvre des projets, en insistant plus particulièrement auprès de la maîtrise d’œuvre et de l’appui technique, sur l’impossibilité d’une démarche en terme de normalisation d’un processus, notamment sur le littoral guinéen. Comme nous l’avons vu, la tendance à vouloir reproduire en différents points d’un territoire une innovation qui « fonctionne » dans un secteur donné est encore bien ancrée parmi les « développeurs ». La dynamique de l’innovation solaire en Guinée l’a confirmé. Les divers enseignements qui en ont été tirés ont été intégrés ultérieurement dans le traitement des données, avant la validation des résultats par les différents acteurs du programme et la formulation des repères-pour-la-conception finale.

14L’hypothèse ayant été formulée, nous avons mis en place un plan d’observation. Tout en privilégiant l’approche globale qui caractérise la démarche ethnographique, et la résidence parmi les populations, nous avons volontairement porté un regard plus appuyé sur des aspects particuliers du contexte socioculturel (économie, parenté, système foncier) et du système technique (liens entre les différentes productions, organisation des tâches salicoles, mise en évidence des facteurs de pénibilité), en fait, ceux qui nous semblaient traduire au mieux les points recensés et résumés dans l’hypothèse.

15Les observations systématiques ont pu alors être engagées en fonction d’une organisation qui respectait l’articulation des activités sur l’ensemble du calendrier agricole susu. Elles reposaient par conséquent sur les méthodes d’enquêtes ethnographiques classiques, associées à une observation fine des systèmes techniques (en utilisant, pour l’activité, certaines méthodes issues de l’analyse ergonomique du travail), notamment pour la saliculture et à un degré moindre, les productions et autres activités qui lui sont étroitement liées (riziculture, cultures de soudure, pêche et colportage).

  • 7 Sur la restitution en anthropologie, voir Zonabend (1994).
  • 8 Les producteurs concernés par une innovation peuvent ne révéler que tardivement des actions menées (...)
  • 9 Voir les travaux classiques de Adam, Borel, Calame et coll. (1990) ; Favret-Saada (1977) ; Geertz (...)

16Les résultats des entretiens, des observations globales et systématiques ont été restitués7 aux acteurs concernés dix mois après notre arrivée en Guinée. Il ne s’agissait pas pour nous de présenter la totalité de nos informations – tout ne peut être dit, au risque de générer quelques controverses entre les acteurs locaux, mais aussi entre les différents participants du programme8 – mais bien de résumer les résultats de nos observations depuis la première phase du programme et d’insister sur les phénomènes sociaux observés dans leur articulation avec le programme mis en œuvre. L’ajustement du parlé prend ici toute son importance, et n’est pas en Guinée moins difficile qu’en France. L’intérêt d’un tel exercice réside en effet dans les discours qu’il suscite de part et d’autre et dans l’exercice périlleux d’une certaine forme de dévoilement de notre « vérité », dans le cadre d’une démarche qui prétend dire la « vérité » sur le paysage social observé9, du moins celle des autres, de ceux qui ont accepté de se livrer à nous, en espérant la retrouver dans les discours et les analyses prononcés.

17A travers un échange soutenu, nous avons pu affiner l’hypothèse de départ qui précisait, pour Wondéwolia, le lien étroit qui existe entre la saliculture et la riziculture. Les informations qui ont été révélées au moment de la restitution par les acteurs du programme ont été intégrées à cette première hypothèse. L’une d’entre elles concerne la prise en compte par les producteurs locaux de la concurrence internationale qui sévit entre la Guinée et son voisin direct, le Sénégal, attestant ainsi que des producteurs, malgré un isolement qui n’est qu’apparent, peuvent avoir une vision assez précise des réseaux de commercialisation du sel en Afrique de l’Ouest. En fonction de ces ajustements, des entretiens et des observations complémentaires ont été pratiqués pour préciser certaines données et aboutir à la présentation d’un diagnostic local (sur la situation de Wondéwolia) et global (sur la situation économique du village de Wonkifon) sur le contexte social de réception de l’innovation. « A la différence du diagnostic médical, le diagnostic ergonomique ne consiste pas à rattacher le problème particulier à une classe de problèmes déjà bien connue. C’est à chaque fois une création originale, qui tente de rendre compte de l’intégration, dans l’activité des opérateurs [et leur contexte social], des contraintes de la situation particulière » (Guérin et coll., op. cit., p. 212).

18Le diagnostic que nous avons formulé reprenait l’hypothèse avancée au départ en la spécifiant à la faveur des faits que nous avaient apportés les observations systématiques sur le processus technique et le contexte social. Toutefois nous avons dû étendre ce diagnostic en fonction des remarques émanant des producteurs au cours de la restitution. Elles relataient la démarche parallèle et complémentaire de Wonkifon dont la volonté était de prendre en compte la concurrence internationale en agissant sur le système de production au sens large (modification du processus technique traditionnel et création d’un groupement de producteurs de sel sur la sous-préfecture). Les observations effectuées sur les relations étroites entre la riziculture et la production de sel à Wondéwolia, puis étendues à la sphère du village, soulignent en fait que ce problème très localisé s’intègre dans la démarche plus globale de développement de la saliculture, engagée dans le village de Wonkifon. Une série de repères-pour-la-conception a alors été formulée auprès de l’ensemble des acteurs du projet (paysans, appui technique, maître d’œuvre et techniciens guinéens).

  • 10 Ces repères ont fait l’objet de plusieurs rapports d’étapes. Rapports n° 1, janvier 1994, n° 2, no (...)

19Ces repères-pour-la-conception10, dont certains concernent l’activité future possible des acteurs, précisent, élargissent ou vont à l’encontre des points avancés par les différents acteurs du projet. Leur formulation constitue explicitement une prise de position par rapport à des représentations antérieures et illustre sans doute le moment où le mot implication prend toute sa dimension. Par conséquent, notre positionnement et notre méthode d’enquête ont permis de produire des connaissances qui ont contribué à la redéfinition des choix techniques des paludiers et des producteurs susu. Les repères-pour-la-conception n’allaient donc pas systématiquement dans le sens de ce qui était prévu initialement par les promoteurs du projet et les producteurs susu. Ils sont construits sur des bases scientifiques et à partir d’une méthodologie spécifique. Mais ils ne doivent pas cacher les zones d’ombre et les incertitudes propres à tout savoir. Ils recoupent un ensemble varié de situations sociales, culturelles, politiques, économiques, symboliques et techniques issues des différents entretiens et des observations ethnographiques. Us devaient être intégrés dans le cahier des charges et par conséquent au processus de décision avant la phase éventuelle d’implantation des alternatives solaires. Nous parlons d’éventualité dans la mesure où, le programme de l’afvp ne durant que trois années, les producteurs susu comme les promoteurs n’avaient pas la garantie de pérennité de leur action qui dépendait des résultats du programme et du montage d’un nouveau projet destiné à prendre le relais du précédent. Au cours de cette étape, l’implantation et l’utilisation des alternatives retenues auraient dû être suivies sur les plans anthropologique et technique jusqu’en phase de stabilisation, de manière à procéder aux ajustements nécessaires à leur fonctionnement et à leur intégration dans la société susu. Si ces phases avaient pu être lancées par l’afvp et les paludiers, elles auraient dû intégrer les projets des producteurs susu avec fica et Nestlé. Dans l’incertitude d’une action future de l’afvp, les producteurs susu souhaitaient que fica. et surtout Nestlé prennent le relais du programme de l’afvp. Ils évitaient ainsi la discontinuité des actions qu’ils avaient pu vivre dans le passé dans le cadre de programmes précédents. De fait, si nos repères-pour-la-conception étaient à l’origine destinés aux seuls promoteurs des alternatives solaires et à leurs futurs utilisateurs susu, ils furent aussi présentés par les producteurs aux représentants de fica et de Nestlé. Malheureusement, les événements politiques – tentative de coup d’état par les militaires – survenus en Guinée le 2 février 1995 ont perturbé cette dynamique, contraignant les bailleurs de fonds à suspendre provisoirement leurs actions. A cela vint s’ajouter le décret 95319/PRG/SGG daté du 13 novembre 1995 sur le sel iodé. Ce décret (voir annexe V) impose des normes d’iodation pour le sel produit localement ou importé pour prévenir les troubles dus à la carence en iode et notamment les anomalies congénitales, le retard de développement physique et mental ou l’altération des fonctions mentales. Il impose aussi des normes d’emballage et d’étiquetage du produit qui n’existent pas en Guinée. Ce décret ne tient pas compte de l’absence d’usine d’iodation sur le territoire guinéen. H renforce dans ce cas le pouvoir du sel d’importation en provenance du Sénégal qui est iodé et conditionné sur place en usine, au détriment du sel guinéen. Sur le papier et dans l’attente de la construction d’une usine de traitement et de conditionnement du sel en Guinée, cette décision réduit à néant les efforts des différents projets de saliculture mis en œuvre par les ong et ceux entrepris par les producteurs susu de Wonkifon. Elle présente aussi une menace supplémentaire pour les producteurs et les petits commerçants locaux qui restent malgré tout dépendants de la production traditionnelle pour vivre et subvenir à leurs besoins matériels. Trois saisons plus tard, et malgré ce décret qui toutefois ne semble pas avoir été appliqué dans les faits, les producteurs utilisaient toujours les quelques bâches expérimentales en parallèle à la production traditionnelle. Ils conservaient l’espoir de relancer la production de sel solaire dès que la situation politique nationale le leur permettrait.

20A travers la présentation des étapes méthodologiques, il est bien sûr possible de dire que de telles enquêtes ne font qu’augmenter la durée et par conséquent le coût d’un projet. Quoi qu’il en soit, elles s’inscrivent dans une politique globale – annoncée à l’échelle internationale – qui tend progressivement – il reste un important travail à faire dans cette optique – vers la prise en compte des dimensions socioculturelles, économiques et techniques locales dans le cadre de projets de transferts de technologies et du « travail » en général.

21La convention 169 du Bureau international du travail (bit) concernant « les peuples indigènes et tribaux dans les pays indépendants » atteste, sur le papier, une telle volonté. Nous retiendrons plus précisément les article 23 et 34 de la convention 169 du bit :

22Article 23

1. – L’artisanat, les industries rurales et communautaires, les activités relevant de l’économie de subsistance et les activités traditionnelles des peuples intéressés, telles que la chasse, la pêche [...] et la cueillette, doivent être reconnus en tant que facteurs importants du maintien de leur culture ainsi que de leur autosuffisance et de leur développement économique. Les gouvernements doivent, avec la participation de ces peuples, faire en sorte que ces activités soient renforcées et promues.
2. – A la demande des peuples intéressés, il doit leur être fourni, lorsque c’est possible, une aide technique et financière appropriée qui tienne compte des techniques traditionnelles et des caractéristiques culturelles de ces peuples...

23Article 34

La nature et la portée des mesures à prendre pour donner effet à la présente convention doivent être déterminées avec souplesse, compte tenu des conditions particulières à chaque pays.

24Cette convention rejoint pour le continent africain la critique faite par le secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine (oua), reprise par Perrin en 1983 (p. 11-12) :

Nous attendons un peu benoîtement le transfert de technologie comme si la technologie se transférait si aisément, comme si le capital autochtone de technologie n’était pas souvent sous-évalué et sous-utilisé. [...] L’objectif pour l’an 2000 est de débarrasser le continent de l’approche qui prévaut généralement et qui accepte sans question le concept et la pratique du « transfert de technologie ». [...] Concrétisant ces orientations, le Plan d’action de Lagos a retenu la hiérarchie des priorités suivantes :
1. promotions des technologies traditionnelles ;
2. développement de nouvelles technologies ;
3. adaptation des technologies importées.

25Dans le cas précis du projet auquel nous avons participé et qui s’inscrit dans cette philosophie, l’ong a pu démontrer qu’un petit projet pouvait assumer de telles enquêtes en privilégiant clairement une démarche de prévention ou d’anticipation dans la conception d’un système technique et l’amélioration des conditions de travail. Une telle démarche est à la portée des grands projets internationaux. Toutefois, s’il appert que la méthodologie issue de nos expériences de terrains passées en France, sur le continent américain et enrichie par ce terrain guinéen semble porter ses fruits, elle demande encore à être affinée à travers de nouveaux projets et la poursuite de l’expérience transdisciplinaire.

Notes

1 Notre participation a donné lieu, sur deux ans, à une série de trois rapports, de quatre notes d’étapes et d’un rapport final présenté sous forme de fiches thématiques.

2 Pour une bonne synthèse, voir Olivier de Sardan (1996).

3 L’expertise généralement pratiquée sur une durée très courte ne permet pas de dissocier clairement des tendances ancrées de longue date au sein de la société, de phénomènes anecdotiques.

4 Prévue pour une durée de deux années selon les termes de la convention que nous avons signée avec la maîtrise d’œuvre.

5 En plus de notre démarche, nous avons aussi envisagé la participation d’un spécialiste dans le domaine économique, participation qui a été acceptée par la maîtrise d’œuvre. De notre point de vue, l’étude de la filière sel en Guinée méritait un travail important. Les conditions de l’enquête ethnographique ne me permettaient pas en effet de parcourir l’ensemble du territoire guinéen pour appréhender l’économie du sel.

6 Les demandes peuvent émaner d’une ong et autres instances internationales ou d’associations de paysans ou des représentants de minorités. Toutes sont porteuses d’enjeux qu’il est nécessaire de comprendre, avant de s’impliquer.

7 Sur la restitution en anthropologie, voir Zonabend (1994).

8 Les producteurs concernés par une innovation peuvent ne révéler que tardivement des actions menées en parallèle et aux mêmes fins. Au moment de cette restitution, et bien que nous l’ayons déjà pressenti à travers ces propos (sans en avoir confirmation) un producteur de Wonkifon avait en fait déjà envisagé la mise en œuvre des bâches en utilisant les ressources octroyées par fica dont il était membre. Cette démarche nous a été dévoilée seulement l’année suivante, au début de notre second séjour et nous a amené à reconsidérer les liens existants entre le hameau de Wondéwolia et son village, Wonkifon, nous incitant à approfondir notre champ d’enquête et à modifier la portée du projet de l’afvp.

9 Voir les travaux classiques de Adam, Borel, Calame et coll. (1990) ; Favret-Saada (1977) ; Geertz (1983, 1986).

10 Ces repères ont fait l’objet de plusieurs rapports d’étapes. Rapports n° 1, janvier 1994, n° 2, novembre 1994 et n° 3, septembre 1995. Notes d’étapes 1A mars 1994, 2A mars 1995 et 2B mai 1995. Un rapport final présenté sous forme de vingt-deux fiches thématiques générales représentant un ensemble de cent quinze sous-fiches a été remis à l’afvp au mois de mai 1996 pour la présentation des résultats de notre intervention à Conakry.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540