Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage des mondes

 | 
Philippe Geslin

Quatrième partie. Des repères pour la conception. Avantages et inconvénients des alternatives solaires dans le contexte social du hameau et du village

Chapitre 12. Marais salants et salines mixtes dans le contexte social de Wondéwolia et de Wonkifon

Texte intégral

Marais salant et salines mixtes : un choix qui dépend du système foncier et du régime de propriété des terres

1Le régime foncier chez les Susu a fait l’objet de peu de publications. Les travaux les plus aboutis sont ceux de Fritsch et de Fréchou (Fritsch, 1956 ; Fréchou, 1962). Toutefois, ils ne traitent que de la région du moyen Konkouré, laissant de côté le littoral et plus particulièrement les zones de mangrove où le régime foncier s’applique aussi aux zones de production de sel puisque certains hameaux de mangrove possèdent des terres propices à ce type d’activité. D’après Fritsch, cité dans Fréchou (op. cit., p. 119-120) :

Le territoire de chaque village est partagé entre les (différents segments de lignages). Ce partage est fondé sur les défrichements opérés par les ancêtres respectifs des (segments de lignage). Les limites de ces propriétés sont nettes, et connues, sauf dans les secteurs situés très à l’écart des lieux habités. Chaque propriété est gérée par le (représentant local du segment de lignage). Il faut distinguer droits de propriété et droit d’usage. Dans chaque ville cohabitent des propriétaires (descendants des défricheurs) et des non propriétaires. Mais tous les habitants jouissent d’un droit d’usage du sol... Des terres sont donc prêtées à ceux qui n’en ont pas ou à ceux qui, à cause du système des jachères, manquent temporairement de telle ou telle catégorie de sol. Les terres vierges, éloignées des centres habités, ne sont pas ou sont mal réparties entre les (segments de lignage). La communauté villageoise exerce un droit éminent ; le chef de village donne les autorisations de défrichement.

  • 1 Par héritage nous entendons la transmission de richesses matérielles ou de droits à caractère écon (...)
  • 2 Par succession nous entendons la transmission de l’autorité politique ou de fonctions cérémonielle (...)

2Fréchou analyse les faits de façon plus détaillée, en partant de la nécessité d’insister sur le « caractère confus et contradictoire des notions et des comportements qui chez les Susu du moyen Konkouré se rapportent à la propriété et à l’usage du sol ». Fritsch a saisi les faits essentiels du régime foncier. Fréchou de son côté présente un modèle aux contours beaucoup moins nets que Fritsch, en insistant notamment sur les difficultés qui apparaissent lorsque l’on aborde les principes d’appropriation du sol du point de vue du propriétaire des terres ou de l’emprunteur. Si ces travaux présentent les éléments majeurs du système foncier susu, il reste que dans les deux cas, il n’est pas fait état de la relation village/hameaux et de la partition qui existe entre les notions d’héritage1 et de succession2 (utilisées aussi dans le vocabulaire susu : héritage « kè », hériter « kè tongo-de », succession « tidè », succéder « tidè tongo-de »). Or la seule prise en compte de ces notions permet de clarifier une situation foncière apparemment complexe qui met en scène plusieurs niveaux d’appréhension des faits.

  • 3 Il faut ajouter à ces hameaux occupés par différents lignages ceux qui ont été constitués par des (...)

3Les notions de territoire et de terroir n’ont pas d’équivalent dans le vocabulaire susu. Pour parler des terres qui sont la propriété d’un village ou d’un hameau, on utilise le terme « kandè-kui » (ce qui est enclos, délimité physiquement « kandé », dans, dedans « kui »). Pour les Susu de Wonkifon et des différents hameaux, l’ensemble du territoire de Wonkifon appartient au lignage des Bangoura. Mengeba Dentuma est arrivé le premier sur la zone. Ses fils ont créé différents quartiers au sein du village, puis différents hameaux en de nombreux points du territoire. D’autres sont arrivés ensuite. Les Camara, les Silla et les Suma (ce que les Susu, Bangoura de Wonkifon nomment les neveux, les fils de leurs sœurs « négari ») se sont installés dans le village, créant eux aussi leur propre quartier. Sous la pression démographique, ils se sont établis en de nombreux points du territoire, fondant ainsi de nouveaux hameaux. Les représentants de lignages différents ont par conséquent défriché, avec l’accord du lignage propriétaire, certains secteurs de brousse, appartenant aux Bangoura3.

  • 4 Le recensement de 1993 fait état de 55 secteurs sur la sous-préfecture de Wonkifon dont les limite (...)

4Qu’ils soient Camara, Silla ou Suma, les fondateurs des hameaux savent que le droit de propriété des Bangoura (premiers occupants) est inaliénable sur l’ensemble du territoire et indivis dans le lignage propriétaire. Les segments de lignages issus du lignage fondateur du village ont ce que Fréchou (op. cit., p. 123) appelle la « propriété éminente » du sol. Toutefois, cette notion revêt un caractère apparemment diffus dans la mesure où les limites d’un territoire villageois ne reposent pas a priori sur une occupation matérielle du sol, en tous points du territoire, par le lignage fondateur. Certains de ses représentants iront jusqu’à octroyer des terres sur lesquelles ils ne sont jamais allés auparavant. Par conséquent, c’est à partir de l’établissement de différents hameaux sur une portion d’un territoire plus vaste, que les limites matérielles de ce dernier se dessinent peu à peu. Ce qui signifie de façon implicite que les marges d’un territoire comme celui du village de Wonkifon se sont matérialisées au gré de l’installation des nombreux hameaux de culture qui lui sont rattachés4. Le territoire d’un village n’est donc pas figé dans le temps et dans l’espace. Il l’est par contre dès la première installation, de manière idéelle, respectée de tous. Toutefois, au gré de certains aménagements réalisés par des programmes de développement, peu soucieux du contexte social, cette dimension idéelle et la notion d’appartenance du sol au premier occupant sont éludées, parfois volontairement, pour laisser place aux intérêts « soudains » et personnels de quelques-uns. Dans cette zone en particulier, cette situation débouche sur de nombreux et violents conflits fonciers.

  • 5 Les Susu font la différence entre la terre, substance minérale bendè, le sol bokhi, la terre ferme(...)

5Les fondateurs de hameaux qui ne sont pas issus du lignage fondateur n’ont par conséquent qu’un droit d’usage sur les terres5 qu’ils exploitent, même s’ils en sont les premiers occupants et les premiers défricheurs. S’ils sont « Maîtres des terres », « Bokhi kanyi » dans leur hameau, ils n’en sont pas moins soumis à l’autorité du lignage fondateur. Il ne faut pas oublier que l’organisation sociale repose sur des rapports constants entre les hameaux et leur village. Toute décision prise au sein du premier doit en principe remonter jusqu’aux représentants du lignage fondateur qui résident dans le second. L’autorité et le pouvoir décisionnel ne sont donc pas totalement décentralisés dans les hameaux. Les représentants des segments de lignage issus du lignage fondateur gèrent la propriété collective et veillent à la répartition des droits d’usage sur le territoire. Les demandes de terres et les décisions d’octroi ou de refus sont alors connues de tous. La noix de cola, offerte par le demandeur, est en effet partagée entre les différents représentants du lignage fondateur. Elle circule ainsi, vecteur végétal d’une demande sociale validée aux yeux du plus grand nombre. Le don de noix est préférable au don d’argent dans la mesure où la somme reste en général entre les mains du premier intermédiaire. La demande de terre ne remonte pas à l’intérieur du segment de lignage. Tant que le propriétaire est en vie, l’emprunteur ne risque pas de se voir retirer les terres sur lesquelles il a un droit d’usage. Par contre, au décès du premier, ses ascendants peuvent tout à fait revenir sur la décision de leur frère dans la mesure où la preuve concrète de l’accord, illustrée par la noix de cola, n’est jamais passée entre leurs mains. Il en va de même pour la descendance qui peut elle aussi profiter de la situation pour récupérer les terres. Sa demande de réappropriation des terres sera alors entérinée par les frères de leur père défunt dans la mesure où originellement, la noix de cola n’aura pas circulé parmi eux. La matérialisation des limites de terres octroyées revient ensuite au représentant du segment de lignage présent dans le hameau, généralement celui qui détient la charge de « Maître des terres ».

6Dans chaque hameau créé par le représentant d’un des segments du lignage fondateur (Bangoura) ou par les représentants des lignages regroupés sous le terme de négari (Silla, Suma, Camara), les terres sont toutes sous la responsabilité d’un « Maître des terres ». Cette charge est détenue par un membre résident du hameau. C’est en général le plus âgé des hommes du lignage qui a initialement occupé et défriché les terres. On peut détenir cette charge sans être rattaché directement au lignage fondateur du village. Dans ce cas, le « Maître des terres » a conscience de gérer un territoire qui, aux yeux du lignage fondateur du village, ne lui appartient pas véritablement, en fait, des terres sur lesquelles il n’a qu’un droit d’usage. Cela signifie aussi que dans la sphère des hameaux de culture, les actes de première occupation et de défrichement donnent un même titre aux Bangoura et à leurs neveux. Ce qui dans les faits revient à dire que les Bangoura issus du lignage fondateur du village hésiteront toujours à déloger un « Maître des terres » qui est aussi leur neveu, des terres du hameau qu’il a occupées le premier, et lui-même défrichées. Cette communauté de titre ne lui permet pas officiellement de gérer ses terres comme le ferait un « Maître des terres » issu du lignage fondateur. Toutefois, au fil des générations, les « Maîtres des terres » de ces hameaux finissent par disposer de la même liberté d’action que les autres. Ils oublient le caractère inaliénable de la propriété du sol, d’où parfois, la naissance de conflits. Ainsi, contrairement à ce que souligne Fréchou (op. cit., p. 155), compte tenu du système foncier instauré entre le village et ses différents hameaux en matière de propriété du sol, il ne semble pas y avoir d’aliénation des terres sous la forme de l’usucapion sur le territoire de Wonkifon.

7Ce véritable monopole de la propriété du sol qui est entretenu par le lignage fondateur du village laisse malgré tout une grande liberté d’action aux « Bokhi kanyi », sur les terres de leurs hameaux. Lorsqu’un « Maître des terres » se sent trop âgé pour continuer à vivre dans son hameau et maintenir une activité de production, son fils aîné ou un membre influent de son lignage peut alors lui succéder. Il n’obtient pas le titre car son parent est toujours en vie, mais récupère seulement la charge. Lorsque le parent décède, il hérite alors des deux. Leur transmission est quasi automatique sur l’ensemble des hameaux et quel que soit le lignage du premier occupant défricheur. Les représentants du lignage fondateur qui résident dans le village sont simplement tenus informés. Par contre, lorsque l’on quitte la scène des interactions entre les différentes unités résidentielles pour analyser les modalités de répartition des terres au sein de l’une d’entre elles qui est le hameau, lorsqu’il est occupé depuis plusieurs générations, la situation est un peu plus complexe. Il faut alors tenir compte des différents profils de producteurs.

Le régime foncier en matière de production de sel

8Les terres de Tougoussourou appartiennent aux représentants d’un des segments de lignage du village de Wonkifon. Au même titre que les domaines rizicoles, elles sont administrées par un « Maître des terres », aîné de la famille en ligne directe ou collatérale. C’est à lui que revient le droit d’octroyer une aire à un producteur désirant s’installer. Au titre de représentant du segment de lignage sur ses terres, il doit aussi informer le reste des membres de son lignage. Deux types de modalités recouvrent ainsi l’attribution.

1. Le producteur est étranger au segment de lignage propriétaire, il adresse sa demande au maître des terres

9A Tougoussourou, en dehors des rapports de parenté entre producteurs, ce sont aussi les relations d’amitié qui entrent en jeu pour l’obtention d’une aire. Elles peuvent traverser plusieurs générations. Si le maître des terres ou un des propriétaires de campement est, a été l’ami du père, ou de l’un des oncles paternel ou maternel du demandeur, ou est de la même classe d’âge que ceux-ci, cette relation peut avoir une influence déterminante sur l’octroi de terres. Quel que soit le destinataire, l’intéressé doit accompagner sa demande de noix de cola. Le maître des terres ou l’un des membres de sa famille accueille le producteur étranger sur son campement pendant la saison. Il lui donne un droit d’usage sur une portion de l’aire familiale. Ce droit d’usage est limité à la saison. L’étranger s’installe alors sur le campement. Il construit les structures nécessaires. Il aide aussi les hommes de la famille d’accueil à consolider les digues s’il le faut puisque son aire se situe à l’intérieur d’une parcelle aménagée, à moins que le producteur ne se retrouve seul sur le campement existant (si les propriétaires ne produisent pas de sel pendant la saison). Dans ce cas, l’entretien des digues lui revient. Si l’année suivante, il souhaite à nouveau produire du sel, il peut revenir sur ce campement, mais n’a pas systématiquement la même portion d’aire de raclage. Ces aires sont en effet attribuées en fonction du nombre de producteurs présents sur le campement. Ces résidences saisonnières répétées permettent au nouveau producteur de se faire connaître progressivement. S’il souhaite en effet demander une nouvelle zone sur laquelle il construira son propre campement, ce comportement peut lui être favorable. Dans ce cas, le maître des terres lui attribue une parcelle défrichée ou non.

10Si la parcelle est déjà défrichée et endiguée, le nouveau producteur doit construire son propre campement. Il ne bénéficie alors que d’un droit d’usage qui n’est pas forcément accordé à vie et attribué dès le départ. Le droit d’usage à vie peut s’obtenir progressivement, au fil des années. Lorsqu’il est obtenu, il n’est valable en général que pour le producteur. Sa descendance n’est pas impliquée dans la négociation, à moins que ses fils ou ses filles se marient avec les enfants du propriétaire. Ils sont alors rattachés à sa famille. Lorsque de tels liens n’existent pas, au décès du « nouveau » propriétaire, ses fils n’héritent pas à vie du droit d’usage accordé à leur père. Seul l’aîné peut lui succéder sur le campement. Il peut d’ailleurs le faire du vivant de son père, si celui-ci n’est plus en mesure de produire du sel. Il ne détient alors qu’un droit d’usage qui restera en vigueur tant que son père vivra, mais qui sera susceptible d’être remis en question au décès de celui-ci. La descendance du maître des terres peut dans ce cas récupérer son bien si elle en éprouve le besoin. En raison de la pression démographique, il arrive ainsi fréquemment que, une génération après l’octroi du droit d’usage, les fils du maître des terres qui avait attribué la parcelle revendiquent leur droit sur celle-ci et sur le campement. Ils demandent à l’occupant, qui en fait n’a pas hérité du droit d’usage, de quitter le campement et récupèrent ainsi leur terre. La descendance du propriétaire peut aussi reconduire le droit d’usage, dans ce cas l’aîné des fils du nouveau propriétaire succède à son père. Il conserve le droit d’usage. Il peut enfin décider de restituer la parcelle et le campement.

11Toutefois, le droit d’usage à vie n’est pas systématiquement demandé par les nouveaux producteurs. Certains souhaitent une installation pour quelques années, en fonction de leur projet (construction d’une maison, achat d’un terrain, etc.), mais aussi en fonction de l’accès aux campements dont ils sont parfois propriétaires à vie sur d’autres secteurs de Wonkifon. Plusieurs situations se présentent alors. En premier lieu – il s’agit du cas le plus fréquent – ces campements sont abandonnés pendant plusieurs années lorsque les terres ne donnent plus assez de sel. Le site est alors mis en jachère et le producteur est contraint de le quitter. Si des terres sont disponibles à proximité il s’y installe et abandonne les plus anciennes. S’il n’y a pas de terres adjacentes, il en demande sur d’autres sites de production. En deuxième lieu, le producteur peut être l’aîné de la famille. Il a par conséquent la responsabilité du campement. Si ses frères sont nombreux et souhaitent s’installer sur le campement, les aires de terre salée ne sont alors plus suffisantes pour satisfaire les besoins de chacun. L’aîné doit dans ce cas défricher des parcelles en périphérie des anciennes, pour ne pas avoir à construire directement un nouveau campement. Si cela est impossible (mauvaises terres ou refus du maître des terres local), il est contraint de quitter la zone pour s’installer sur un autre site de production. En troisième lieu, le producteur possède des terres sur un autre site. S’il ne souhaite pas produire seul pendant la saison (installation tardive, pas de main-d’œuvre à sa disposition, problèmes de santé, etc.) ou si un de ses parents ou amis l’appelle sur un campement situé sur un autre secteur (division des tâches, réduction de la pénibilité), il peut alors abandonner son campement pour la saison, ou le prêter à un autre producteur.

12Lorsque la parcelle n’est pas défrichée, le maître des terres choisit un secteur qu’il délimite pour le producteur. Il ouvre une brèche parmi les palétuviers de manière à matérialiser les limites de la future aire. Le producteur la défriche, puis l’année suivante commence l’aménagement des digues. Il obtient un droit d’usage à vie qui ne lui sera en général pas retiré. Dans ce cas en effet, un maître des terres et sa descendance hésiteront à reprendre des terres qu’ils n’ont pas défrichées, au même titre que dans les hameaux sur les domaines rizicoles. Le fils aîné du nouvel occupant n’hérite pas automatiquement du titre de son père « dentéiire kanyi » (littéralement propriétaire d’un campement) mais peut en accord avec le maître des terres ou sa descendance, succéder à son père sur la parcelle. Si les propriétaires lui accordent une nouvelle fois la parcelle à vie, alors, seulement dans ce cas, il hérite du titre de son père. Il peut alors se qualifier de « dentéiire kanyi ». Il s’agit du cas le plus fréquent, mais il y a toujours un risque, lorsque le titre n’est pas transmis avec l’aval des représentants du segment de lignage fondateur, de se voir dessaisir de son campement et de ses aires.

13Lorsque le producteur souhaite qu’un parent ou un ami s’installe avec lui, sur son campement, il le fait en accord avec le maître des terres. Le refus d’une telle requête est exceptionnel. Lorsque des alliances (mariage) se tissent entre la descendance du producteur étranger et celle du maître des terres, le risque de se voir exproprier est limité. Les stratégies matrimoniales (plus nettes encore pour les terres rizicoles) sont dans ce cas d’une réelle importance. Un étranger peut aussi acheter les terres. Mais à la génération suivante, elles peuvent être récupérées. L’argent donné au maître des terres circule en effet moins facilement parmi les représentants (anciens) du lignage. La noix de cola, qui est présentée en quantité, est plus largement distribuée. Un plus grand nombre de personnes est alors censé connaître la demande et s’être engagé dans la négociation. Plus tard, elles peuvent intervenir en cas de litige. Certains producteurs affirment que la quantité de noix de cola offertes influence aussi la qualité des terres octroyées.

2. Le nouvel occupant appartient au segment de lignage du maître des terres

14Si le nouvel occupant ne souhaite s’investir que pour une ou deux saisons de production, il peut demander à être hébergé sur le campement d’un des membres du segment de lignage propriétaire. S’il souhaite au contraire s’investir chaque année dans la production salicole, il demande alors l’octroi d’une aire non défrichée au maître des terres ou à un des représentants du segment de lignage déjà présent, qui se chargera de transmettre la demande accompagnée des incontournables noix de cola. La procédure est ensuite identique à la précédente (défrichage/digues/campement). Le producteur devient propriétaire à vie. Il détient le titre de « dentéiire kanyi ». Lorsque celui-ci se retire, il lègue sa charge à son fils aîné qui lui succède. S’il décède, le fils aîné hérite du titre. Ce dernier peut alors dire « je suis dentéiire kanyi », contrairement à son frère cadet qui n’utilise que la première personne du pluriel « nous sommes dentéiire kanyi » puisque c’est l’aîné qui hérite du titre.

15Lorsque l’aîné défriche sa parcelle à proximité de celle de son père et qu’il réside encore sur le campement créé et occupé par celui-ci, il ne peut se réclamer « dentéiire kanyi » qu’à travers les biens de son père. La seule possession d’une aire de raclage ne permet donc pas d’obtenir le titre. Cette situation est identique à celle des hameaux où un homme marié qui réside dans la maison de son père n’est pas qualifié de Dembaya kanyi tant qu’il ne possède pas sa propre maison. S’il crée un nouveau campement il devient à nouveau « dentéiire kanyi » et possède ainsi le titre pour les deux campements, mais ne détient que la charge du campement qu’il occupe. Le frère resté sur l’ancien campement peut dire dans ce cas « nous sommes dentéiire kanyi » dans la mesure où son frère aîné est encore en vie. La situation se rétablit en général à la génération suivante où chaque fils aîné des frères hérite du titre et du droit d’usage pour chacun des campements respectifs. Les expropriations sont peu fréquentes dans ce cas.

Village/hameau
d’origine

Campement actuel

Campement non exploite

Wondéwolia

Doron

C

Wondéwolia

Folon

B

Wondéwolia

Tougoussourou

C

Faro

A

Wondéwolia

Kakira

C

Yelia

B

Wondéwolia

Tougoussourou

C

Wondéwolia

Tougoussourou

C

Faro

B

Wondéwolia

Kankjéiré

B

Wondéwolia

Tougoussourou

C

Wondéwolia

Sogorégandé

C

Wondéwolia

Tougoussourou

C

Wondéwolia

Tougoussourou

B

Tougoussourou

B

Wonkifon

Tougoussourou

B

Wonkifon

Tougoussourou

C

Wonkifon

Tougoussourou

C

Wonkifon

Tougoussourou

A

Wonkifon

Tougoussourou

C

Kafenta

B

Wonkifon

Tougoussourou

A

Wonkifon

Tougoussourou

A

Gorédédé

Tougoussourou

C

Gorédédé

Tougoussourou

C

Sogorégandé

B

Coyah

Tougoussourou

C

Tambakha

Tougoussourou

C

Sogorégandé

C

Yakbéli

Tougoussourou

B

Doumbouya

Tougoussourou

C

Kafenta

A

Katali

Tougoussourou

C

Balayah

Tougoussourou

C

Yélia

Tougoussourou

C

Yélia

B

Fig. 12 – Illustration des types de propriétés rencontrés au sein d’une population de producteurs de sel de la Sumbuya
A : Propriétaires (segment de lignage fondateur)
Β : Droit d’usage transmissible aux aînés
C : Droit d’usage non transmissible

16Au regard du système foncier, les différents profils de producteurs nous incitent à nuancer le choix des marais salants envisagés par les paludiers. Les salines mixtes sont bien adaptées aux contraintes générées par les modalités d’accès à la terre pour certains producteurs, contrairement à des systèmes fixes, comme les marais salants ou de simples cristallisoirs sur argile. Nous avons en effet affaire à trois types de producteurs. Leur recensement précis par catégorie, sur Wonkifon, est difficile à faire dans la mesure où chacun hésite souvent à dire d’emblée dans quelle position il se trouve, en raison des problèmes fonciers, importants sur la sous-préfecture.

  1. Les propriétaires à vie de leur parcelle (maître des terres, membre du segment de lignage propriétaire) n’ont pas forcément des terres étanches susceptibles de recevoir les marais salants. Mais compte tenu du système foncier, ce sont les seuls qui sont susceptibles de bénéficier du marais salant. Ce dernier système, associé aux salines mixtes, ouvre les choix potentiels pour chacun, à condition que les risques inhérents au système foncier soient clairement envisagés.
  2. Les producteurs temporaires à qui on a prêté des aires soit pour plusieurs années, soit à vie mais sans transmission automatique du titre à leur descendance. Le choix de construction d’un marais salant de la part de ce type de producteur peut avoir des conséquences importantes, puisqu’en cas d’expulsion il ne peut pas récupérer l’outil de travail dans lequel il aura investi.
  3. Les producteurs épisodiques sont accueillis au gré des aires disponibles, sur un campement et pour une saison seulement. Ils ont en général une formation technique, de maçon, chauffeur, pêcheur, peintre, qui peut les occuper en saison sèche. Ils font du sel seulement s’ils n’ont pas de contrat dans leur spécialité. La mobilité des salines mixtes convient à ce mode d’existence. Ils peuvent entreposer les bâches lorsqu’ils ne souhaitent pas produire de sel.

17La seule énumération des trois profils de producteurs permet de comprendre que le choix du paysan, en matière de support pour le sel solaire, dépendra de son statut au regard du système foncier. Un producteur, propriétaire qui possède des aires de terre salée suffisamment étanches pour recevoir les marais salants, s’orientera vers cette solution. Il a une totale liberté d’action sur ses aires, avec du moins quelques nuances qui seront abordées plus loin. Le producteur temporaire, nous l’avons constaté, est rarement dépendant de la personne qui lui a prêté les aires. Il s’orientera vers les salines mixtes. Enfin, le producteur épisodique fait du sel en fonction de ses besoins et disponibilités. Un propriétaire à vie ou un producteur temporaire peut lui octroyer une aire sur un campement, dans la limite des terres disponibles. Lui aussi s’orientera vers les salines mixtes.

18La mobilité des salines mixtes convient parfaitement à la majorité des producteurs. Comme les éléments de filtration actuels, les bâches peuvent se positionner à l’endroit où l’on souhaite agrandir le campement l’année suivante (cas de tous les producteurs). Les terres filtrées sont alors étalées en périphérie de campement. On peut aussi récupérer son outil de production en cas de reprise du campement (producteurs temporaires) par des descendants, ou tout simplement parce que d’autres activités peuvent éviter au producteur de faire du sel, parfois pendant plusieurs années (producteur épisodique). Il ne se dessaisit pas pour autant de son outil de travail d’une année sur l’autre. En outre, les salines mixtes répondent aux risques susceptibles d’être générés par le code foncier et domanial, calqué sur le code français et paru au journal officiel en mai 1992 avec des décrets d’application en 1994.

19Selon Chéneau-Loquay (1995) :

[...] ce code crée la propriété privée et ne tient aucun compte des spécificités africaines. [...] Rien n’est dit sur l’existence des droits antérieurs particuliers au monde rural : le droit coutumier, la notion de terroir, le fait qu’il puisse exister des terrains en longue jachère. « Il est procédé dans les communes urbaines et rurales à l’immatriculation de tous les droits fonciers » par les juridictions ad hoc. [...] Comment, où sont ces juridictions ? [...] En pratique la loi s’applique surtout en ville au bénéfice de ceux qui peuvent payer. Dans les campagnes, son application en l’absence de cadastre et face à la complexité des formes de droit traditionnel pose de tels problèmes qu’elle reste largement lettre morte pour l’instant. Dans l’ensemble du pays les terroirs paysans continuent à être gérés par le droit coutumier mais là où la demande foncière se fait pressante, comme à proximité de la capitale, la loi pourrait être utilisée pour expulser des cultivateurs qui n’ont pas de titre foncier, ou bien dans un but d’aménagement. [...] La Guinée-Bissau voisine a connu avec la libération une véritable course au foncier quand les élites proches du pouvoir, commerçants ou fonctionnaires, ont obtenu des terrains immatriculés pour devancer la loi sur la propriété privée. [...] Phénomène nouveau dans les pays d’Afrique de l’Ouest, des tensions foncières se créent avec l’application du modèle européen du propriétaire terrien individuel qui profite aux plus aptes à négocier des titres fonciers au détriment bien souvent des paysans moins au fait des subtilités administratives.

20La sous-préfecture de Wonkifon, et plus largement la préfecture de Coyah, est la région la plus directement au sud de la capitale. Certains campement de producteurs de sel, nous pensons par exemple à Doron (qui est à 6 heures de pirogue de Wondéwolia), se situent à quelques minutes à « vol d’oiseau » de l’aéroport de Conakry. La question foncière est par conséquent importante dans cette zone, et il est judicieux, dans les choix techniques opérés, d’anticiper les problèmes futurs possibles. La saline mixte est une assurance supplémentaire face à ce genre de problème, dans la mesure où en cas de litige, le producteur ne perd pas la totalité de son outil de travail.

Répartition des terres salées et alternatives solaires : la délicate gestion des risques

21Lorsque les digues sont terminées et qu’une importante quantité de bois est coupée, les familles de producteurs s’installent sur les campements. Lorsque les structures d’habitation sont achevées, le premier raclage des terres peut commencer. Pour les producteurs qui se sont engagés dans la restauration des digues vers la fin du mois de décembre, l’aménagement des campements débute véritablement au cours de la première moitié du mois de février pour s’achever définitivement avec la construction des foyers, filtres et bassins de réception de saumure vers le 10 mars. Le premier raclage se fait parallèlement à l’installation du campement. Il débute autour du 23 février et se termine vers le 3 mars pour la majorité des producteurs. Le deuxième raclage a lieu dans le courant de la seconde moitié du mois de mars (24 mars en moyenne). Il se termine vers la fin du mois de mars, ou le début du mois d’avril. Le troisième raclage débute quelques jours après, autour du 10 avril, pour s’achever entre cinq et sept jours après. Il est parfois possible de procéder à un quatrième raclage, lorsque les producteurs se sont installés très tôt dans la saison. Mais il est relativement rare, car le producteur est très fréquemment surpris par les premières pluies.

22La chronologie des raclages n’est pas homogène sur la saison. Elle dépend de la date d’installation sur le campement : en effet, tous les producteurs ne souhaitent pas ou n’ont pas la possibilité de produire systématiquement une importante quantité de sel, ou n’ont pas les moyens financiers suffisants pour s’installer tôt dans la saison. Elle dépend aussi de la force de travail disponible et de la qualité des terres. Certaines zones peuplées anciennement par du rhizophora restent humides assez longtemps, ce qui empêche ou retarde les opérations de raclage. Il faut remarquer ici que les bacs peuvent être réutilisés sur deux saisons de production. Pendant l’hivernage, ils sont soit rapportés dans le hameau, soit remisés sur le campement ou, en dernier heu, placés sous l’eau, dans la zone d’emprunt. Dans ce cas, les producteurs n’ont pas à attendre de posséder la somme nécessaire à leur achat. Une installation précoce dans la saison peut être facilitée par l’existence de ces bacs déjà disponibles. Elle permet non seulement de procéder aux trois raclages jusqu’au mois de mai, mais aussi de pêcher dès l’arrivée des premiers jours de la saison sèche, à une époque où le poisson revient en nombre dans les bras de rivière. 80 % de ce poisson pêché sont fumés par les femmes qui arrivent sur les campements dès que les huttes « bagé » sont installées. Ce poisson est vendu par elles avant la saison de production proprement dite de manière à acheter les bacs de chauffe manquant et la quantité de riz nécessaire. C’est aussi souvent le moyen utilisé pour ne pas dépendre des petits commerçants usuriers locaux.

23Lorsqu’il s’installe sur son campement, le producteur sait aussi approximativement pendant combien de jours il peut produire et implicitement, à combien de raclages il lui est possible de procéder avant les premières pluies. L’obtention des bacs nécessite une somme d’argent non négligeable qui souvent n’est réunie que tardivement après l’installation sur le campement, grâce à la vente du poisson fumé sur les marchés. Une telle situation contraint parfois à repousser les derniers jours de production après les premières pluies, pour pouvoir atteindre la production escomptée. Ces contraintes peuvent avoir des répercussions fortes sur les activités d’hivernage en annulant la culture du fonio – le sol est alors trop gorgé d’eau – et en accumulant l’intensité des travaux rizicoles sur une période plus courte. Mais le sel est une garantie de revenus incontournable pour la majorité des producteurs. Si l’installation tardive est volontaire, elle répond alors à des objectifs plus limités. Le producteur sait que l’arrivée des premières pluies arrêtera les opérations de raclage et de production de saumure. Il focalise son activité sur le raclage des terres, parfois avant même de s’être installé définitivement sur son campement, de manière à pouvoir en stocker une importante quantité qu’il recouvre de feuilles de palmier pour la protéger de la pluie. Il modifie aussi ses structures. Le diamètre de ses filtres est plus important pour contenir un volume de terre conséquent. Les bacs de chauffe sont disposés dans le tassa qui dans ce cas est entièrement couvert pour que les premières pluies n’adoucissent pas la saumure en cours de cuisson et que le vent ne s’engouffre pas dans les foyers. Le nombre d’opérateurs n’est pas supérieur à ce qu’il est habituellement lors d’une installation précoce, et le nombre de cuissons n’excède pas trois.

24En 1994 et 1995, dans des cas d’installations tardives, certains premiers raclages ont eu lieu vers le 4 avril. Le second commence alors vers la fin du mois et parfois, en raison de l’arrivée des pluies, l’ensemble des petits tas de terre ne peut pas être prélevé sur les aires de raclage. En général, en raison des risques climatiques, le système de production est différent du système habituel. Les hommes coupent le bois pour alimenter les foyers. Un minimum de restauration de structures est réalisé et les filtres ont un diamètre plus large, pour produire plus de saumure dans un temps limité. Les aires de chauffe sont elles aussi modifiées. Elles sont entièrement recouvertes d’un toit alors que lorsque la production a lieu tout au long de la saison sèche, elles n’ont qu’une demi-couverture, au-dessus de la zone de surveillance des bacs, qui sert aussi de cuisine. La terre est grattée bien avant l’installation sur le campement. Les tas présents sur les campements sont recouverts de feuilles de palmier pour les protéger de la pluie.

25Les aires de raclage de terres salées de Tougoussourou font approximativement entre 4 000m2 pour la plus petite et 25 500m2 pour la plus grande. Ces chiffres ne concernent que les surfaces limitées par une même digue. Un même propriétaire de campement peut en effet posséder plusieurs aires, au fil des années. Au gré des défrichements, chacune de ses aires se retrouve ainsi endiguée. Cela signifie que plusieurs aires endiguées peuvent appartenir à une même personne. Ces surfaces ne tiennent pas compte de la division d’une même aire entre plusieurs producteurs. Cette division n’est pas matérialisée par une digue. En début de saison, le propriétaire peut matérialiser chaque surface par de petits bâtons fichés dans le sol. Il peut aussi s’appuyer sur des repères anthropiques tels que les sentiers de circulation entre les campements ou plus rarement, sur la trace d’une ancienne digue érodée. Les repères naturels sont de loin les plus répandus. L’alignement de plusieurs pieds d’avicennia ou la présence de pelouse à halophytes sont de bons marqueurs de territoire.

26Si l’on se réfère à la partie nord de la zone de production de Tougoussourou, la surface de terre salée exploitable (endiguée) en 1994 était approximativement de 113 430m2 pour 10 parcelles endiguées (soit une moyenne de 11 345m2 par parcelle endiguée). Sur un ensemble de 8 campements cela fait en moyenne une surface de 14 180m2 par campement. Ce chiffre n’est pas représentatif. En fonction de l’ancienneté des campement, il est évident que les surfaces sont plus ou moins importantes. Il est plus intéressant de rapprocher la surface totale du nombre de producteurs présents (16). On obtient alors une surface moyenne de 7 000m2 par producteur.

27Les campements les plus anciens, qui sont aussi les plus étendus, abritent entre deux et trois producteurs. La surface de raclage du campement est alors divisée en fonction du nombre de producteurs. Les aires prêtées pour une saison ne se situent pas systématiquement autour du campement. Un producteur propriétaire peut octroyer une portion de son aire, à proximité du campement, mais il peut aussi lui ajouter une surface supplémentaire sur une autre de ses parcelles endiguées, située en retrait, si la surface n’est pas jugée suffisante. Ainsi, la répartition des terres a lieu avant la saison. Mais en raison des inondations qui bloquent l’exploitation de certaines d’entre elles, une réévaluation de leur répartition peut être envisagée pendant la saison.

28La surface moyenne de 7 000m2 par producteur ne tient bien sûr pas compte des différences entre les producteurs. Rappelons que certains sont propriétaires à vie avec transmission du titre au fils aîné, que d’autres n’ont qu’un droit d’usage à vie, non transmissible, ou un droit d’usage de plusieurs années ou enfin un droit d’usage pour seulement une saison. Il faut associer à ces facteurs sociaux la poussée démographique et la surface de raclage utile par aire. Pour les producteurs épisodiques, la superficie est octroyée en fonction de la quantité de producteurs qui s’installeront sur un même campement (à Tougoussourou trois producteurs au maximum par campement). La personne qui octroie une aire ne fait pas référence au nombre de bacs et au nombre de filtres qui seront mis en œuvre par l’utilisateur, dans la mesure où, dans la majorité des cas, ce nombre n’est pas connu à l’avance. Les superficies sont de tailles inégales. Elles dépendent de la morphologie du terrain, mais aussi de la surface de pelouse à halophytes qui réduit la surface de raclage utile. Ainsi, sur quelques campements, certaines parcelles endiguées ou certaines portions de parcelles sont d’une superficie plus importante que les autres parce qu’elles ont en fin de compte une surface utile plus limitée.

29Pour les producteurs utilisateurs à vie, avec ou sans transmission du titre – pour une parcelle non défrichée-, une superficie de base est octroyée. Elle est estimée à « vue d’oeil » par le propriétaire. L’utilisateur l’aménage. S’il est seul, il exploite la surface utile de son aire. Si un fils ou un frère souhaitent aussi produire du sel, il la divise en autant de parties qu’il y a de producteurs. Là aussi on tient compte de la présence des pelouses à halophytes. Toutefois, à Tougoussourou, lorsque la pression démographique – plus de trois frères souhaitent s’installer, sans mise en commun de la production – est trop importante, le frère aîné demande une autre parcelle à défricher au maître des terres, ou va s’installer sur une autre zone de production pour que le rapport entre la surface utile et le nombre de producteurs soit rétabli.

30Un campement regroupe en général plusieurs familles nucléaires, à moins qu’il ne s’agisse d’un campement récent dont la surface ne permet pas l’installation de plusieurs familles de producteurs. Chaque campement possède son aire de raclage de terre. Si le producteur est seul, il dispose alors de la totalité de son aire. S’ils sont plusieurs, il existe plusieurs cas de figure. Lorsque deux frères sont sur un même campement, l’aire peut être divisée en deux parties égales par l’aîné des deux. Chacun entrepose sa terre sur sa propre zone. Ils peuvent aussi décider de produire en commun. La surface de raclage est alors exploitée par les deux, de concert et la terre est entreposée dans un tas unique. Si l’aire de raclage est commune aux deux, le lieu de dépôt de la terre est commun aux deux ou non. Lorsque les deux producteurs n’ont aucun lien de parenté, ils peuvent décider de travailler ensemble. L’aire de raclage est alors commune aux deux et la terre raclée est entreposée sur une seule zone. Ces mêmes producteurs peuvent aussi travailler indépendamment. Dans ce cas, le propriétaire du campement attribue une surface de terre distincte de la sienne. Il entrepose sa terre sur un secteur distinct de son campement. Cette répartion des aires se combine bien sûr avec la répartion des autres moyens de production.

31Pendant la saison de production, il arrive que certains secteurs d’une aire de raclage ne soient plus exploitables. L’inondation est un facteur fréquent. Le producteur concerné se retrouve alors avec une surface utile inférieure à la précédente avec les répercussions que cela peut avoir sur la production. Ce phénomène est important surtout sur les aires en limite d’exploitation lorsque trois producteurs se partagent les aires d’un même campement. Ce facteur aléatoire est géré en utilisant les liens de parenté ou d’amitié qui existent entre les producteurs, propriétaires ou non de leur campement. Ainsi, dès qu’un secteur est inexploitable, les parents ou amis du producteur concerné lui proposent une surface plus ou moins équivalente à celle inondée, sur les aires qu’ils exploitent. Si au cours du raclage suivant, le secteur est toujours inondé, une surface identique lui est proposée, mais pas systématiquement à l’endroit de la précédente. Dans un tel contexte, le producteur ne fait jamais la demande d’un secteur équivalent. Il attend les propositions qui en général tardent peu. Ces modalités permettent à chaque producteur de bénéficier d’une surface de raclage constante sur l’ensemble de la saison et aussi d’entretenir les rapports sociaux de production, non seulement entre les individus d’une même famille, ou des amis, mais aussi entre des personnes issues de différents hameaux du territoire de Wonkifon, rassemblées en un même lieu. Ainsi, au cours de nos enquêtes, un propriétaire de campement déficitaire, dont les secteurs sont inondés, a pu équilibrer sa production de sel en bénéficiant, au cours du deuxième raclage d’un volume de terre représentant une vingtaine de petits tas – approximativement 2m3 – sur l’aire du campement voisin, puis au cours du troisième raclage, d’une surface équivalente sur l’aire d’un autre. Dans le premier cas le raclage d’un volume de terre reposait sur les relations d’amitié, et dans le second cas, sur les rapports de parenté.

32Les salines mixtes, contrairement aux marais salants qui sont des structures fixes, ne bloqueront pas le système d’octroi des aires de raclage de terres salées. Ce système assure la cohésion sociale du groupe en permettant à chacun d’assurer une production salicole minimale pendant la saison. Lorsque sur un campement, la pression démographique se fait trop importante, l’aîné (propriétaire) en général abandonne son aire de raclage au profit des plus jeunes. Il défriche ailleurs, et, dans la mesure du possible, toujours sur une zone contiguë aux aires familiales déjà exploitées. Il existe par conséquent des surfaces minimales de production par individu. Ces surfaces varient d’une année sur l’autre dans leur positionnement spatial. Dans ce cas, les bâches que l’on peut déplacer ne risquent pas de « rigidifier » ce processus en bloquant le système d’octroi des parcelles et en réduisant les surfaces minimales de production comme le feraient les structures fixes que sont les marais salants. Elles permettent dans ce cas de maintenir la cohésion sociale intra-familiale et extra-familiale. Une aire de raclage est pour le producteur une assurance pour l’avenir, sa survie et celle de sa famille. Son utilisation et sa répartition entre les unités de production d’un même campement ou de plusieurs campements voisins permet de participer à l’échange communautaire qui est primordial dans la société susu.

33Les salines mixtes contribuent en outre à la quasi-absence de facteurs aléatoires dans la production salicole en sécurisant les projets paysans à court et moyen termes. Les populations des campements sont en perpétuelle mouvance. En dehors des producteurs épisodiques, on constate que pour une même famille, ce ne sont pas toujours les mêmes individus qui produisent le sel sur un même campement. Chacun a sa stratégie de production, car chacun a des projets (acheter une bicyclette, se marier, construire une maison...). En général, ces projets sont réalisables à court terme. On fait du sel une année pour se marier, l’année suivante pour l’achat d’un vélo, etc. Le producteur sait par exemple que quatre mois de production lui rapporteront six tonnes de sel. Les gains serviront à la réalisation d’un projet parfaitement limité dans l’année en cours.

34Avec la technique traditionnelle, il n’y a presque pas de facteurs aléatoires, du moins, comme nous l’avons vu, sont-ils gérés au mieux. On produit en fonction de ses projets de vie et on sait parfaitement ce que l’on va produire. Le même phénomène existe aussi pour les bâches dont le rapport entre la surface de cristallisation et la quantité de sel produite varie très peu sur une saison. Il faut par exemple cinq bâches pour atteindre la production quotidienne d’un bac de chauffe. La quantité moyenne de bacs détenue par les producteurs de Tougoussourou étant de trois bacs par unité de production, il faut quinze bâches pour atteindre la production quotidienne traditionnelle. Ces quinze bâches nécessiteraient la construction de six filtres et l’utilisation d’une surface de terre salée équivalente à 1 230m2 (1 080m2 de surface de terre salée plus 150m2 de surface de bâches), ce qui est réalisable compte tenu des surfaces de raclage disponibles sur les campements et du nombre de producteurs présents au sein de chaque unité de production. Toutefois, lorsque les producteurs souhaiteront s’installer tardivement sur leur site – parfois après les premières pluies, lorsqu’elles sont précoces – après avoir au préalable raclé une quantité de terre salée suffisante et aménagé les aires de chauffe en conséquence – couverture complète de l’aire pour protéger de la pluie-, la production sur saline mixte, ou solaire en général, ne sera plus réalisable. Elle sera abandonnée au profit de la production traditionnelle.

35Cette habitude de produire du sel après les premières pluies, donc dès les premières journées d’hivernage, est fréquente sur la zone. Lorsque la production de riz a été normale, les producteurs partent très tardivement sur leurs campements. A la fin du mois d’avril 1995, sur le site de Tougoussourou, certains producteurs commençaient tout juste à faire du sel, alors que déjà les premières pluies étaient apparues. Ainsi, même si les conditions météorologiques ne sont pas favorables, la méthode traditionnelle, contrairement aux alternatives solaires – qu’elles soient sur argile ou sur un tout autre support – permet de produire la quantité souhaitée.

La mise en œuvre des marais salants est limitée par l’organisation du travail collectif chez les Susu, le « lanyi » et le « killé »

36Le « lanyi », est une structure d’entraide communautaire qui permet à chacun de ses membres de bénéficier de la force de travail du groupe sur ses propres terres. Il ne fonctionne que pour les travaux rizicoles et parfois pour des travaux d’intérêt communautaires qui ne dépassent pas le territoire de quelques hameaux voisins et dont les aires rizicoles sont en général contiguës. La culture du riz et l’organisation sociale du travail qu’elle génère, dont le « lanyi » est l’un des éléments, repose sur une communauté d’intérêt à la production, sur le territoire d’un hameau allant au-delà des intérêts personnels de chacun.

37La notion de « lanyi » dans la langue susu a deux sens très précis. Dans un premier temps, des individus, parents ou amis, sont membres d’un « lanyi ». Ils savent qu’ils sont rattachés à cette structure d’entraide, à vie, ou pour une plus courte durée. Ses membres, lorsqu’ils interviennent pour l’un d’entre eux, ne sont pas rémunérés et ne sont pas nourris. Ils savent qu’ils font partie de cette structure et en conséquence, doivent répondre, dans la mesure du possible, à tout appel de l’un d’entre eux. Chacun bénéficie ainsi d’une force de travail conséquente pour certains travaux, essentiellement rizicoles (digues et labours). Les membres d’un « lanyi » sont tous originaires de hameaux voisins et travaillent sur un même secteur de mangrove. Dans un second temps, tout ce qui est réunion est appelé « lanyi ». H s’agit d’un sens global. Ainsi, dans le langage courant, un « killé », qui est une seconde forme de structure d’entraide, est fréquemment appelé « lanyi », mais dans ce cas, le producteur susu fait référence à la seule notion d’entente autour d’une activité ou d’un événement précis.

38Lorsque des « lanyi » importants sont organisés, pour des travaux d’intérêt collectif, le protocole, qui tend à disparaître aujourd’hui, prend une forme particulière. L’un des membres du « lanyi », un homme jeune issu du hameau où les travaux seront réalisés, parcourt les pistes qui relient les concessions et les hameaux des participants, en soufflant dans une corne « feri » de gazelle « yalé » qui émet un son monotone. Il prévient les différents membres qui sur son passage se rallient à la troupe ainsi rassemblée. Sur la zone d’activité, deux groupes se forment. Le premier est constitué par les hommes qui réaliseront effectivement le travail. Le second réunit un ou plusieurs joueurs de percussions (« djembé », tambour) qui donneront le rythme accompagnés par le chœur des jeunes filles qui entonneront des chants. Les paroles de ces chants ne semblent pas fixées une fois pour toute dans la tradition orale. Elles sont inventées au moment de l’action, en fonction du comportement des producteurs. Si l’un d’entre eux ne suit pas le rythme du groupe, aussitôt les paroles prononcées par le chœur et les musiciens s’attachent à lui redonner le courage nécessaire à son action. En fin d’activité, le groupe se démantèle.

  • 6 Ces deux chiffres représentent le minimum et le maximum de participants observés sur la zone de Wo (...)

39Le « killé » est une forme de structure d’entraide « rémunérée », pouvant regrouper de quatre à quatre-vingt-dix personnes sur plusieurs journées de travail6. Elle n’implique pas de relation de réciprocité. Lorsqu’un paysan a besoin d’une force de travail supplémentaire, il prévient ses amis issus d’une même classe d’âge ou lance un appel qui touche une population plus importante incluant généralement les différents segments de lignages rattachés au village. Par conséquent, les individus ne sont pas forcément résidents des hameaux voisins du sien. Ils proviennent souvent de différents hameaux rattachés au village de Wonkifon. Ce ne sont donc pas toujours les mêmes individus qui constituent un « killé ». Il s’agit d’une structure éphémère. Elle se démantèle à la fin des travaux pour lesquels elle avait été constituée, à l’opposé du « lanyi » qui est une structure pérenne.

  • 7 500 FG permettaient à l’époque d’acheter deux repas de riz-sauce dans les petits restaurants de bo (...)

40Les participants à un « killé » sont nourris et rémunérés par le producteur qui est demandeur. La rémunération se fait à la fin de la période totale d’activité. Elle n’est pas proportionnelle à la force de travail déployée. En effet, la somme globale octroyée à l’ensemble des participants permet à peine à chacun d’entre eux de se procurer quelques cigarettes ou le tiers d’une baguette de pain. Nous avons pu observer un « killé » de 96 producteurs en action sur une journée, pour lequel une somme globale de 48 000 FG (240 FF) avait été réunie. A la fin des travaux, chaque participant a reçu 500 FG (2,5 FF)7. Un autre « killé » regroupant quatre personnes sur deux jours disposait d’une somme globale de 4 000 FG (20 FF) à partager entre les producteurs (1 000 FG par producteur). Le « killé » représente dans ce sens un phénomène intéressant car il appert que c’est moins la somme perçue par chacun que la somme globale à distribuer qui est importante dans la transaction. Très fréquemment, un individu participant à un « killé » parlera de la somme globale mise à disposition de la main-d’œuvre avant de parler de ce qui lui est revenu in fine. La somme d’argent disponible n’apparaît pas comme le facteur limitant dans l’organisation d’un « killé ». C’est la quantité de riz utilisée pour nourrir ses membres, parfois sur plusieurs jours, qui permet ou non la création d’une telle structure et détermine le nombre de participants. On comprend alors que dans une région où la production rizicole est aléatoire, la constitution d’un « killé » repose sur la qualité des récoltes. La répartition de la production rizicole, au sein d’une unité de production, intègre d’une année sur l’autre, lorsque la quantité récoltée le permet, la part qui reviendra à la création d’un « killé » potentiel pour la saison suivante. En plus des avantages qu’il procure en termes de force de travail, il apparaît donc comme le moyen d’entretenir, par-delà les rapports de parenté ou d’amitié, un réseau d’entraide potentiel entre les différents hameaux rattachés au village fondateur, sur un territoire plus vaste que celui qui est habituellement couvert par le « lanyi » au sens spécifique du terme. La notion de rémunération n’est pas considérée ici dans le sens de paiement, gain, salaire pour lequel il existe un terme susu spécifique, « saré ». Elle renvoie plutôt à celle d’échange, « masara ». On « dépense » le riz qui aura été mis de côté avant la saison, et à un niveau moindre, la somme partagée. D’ailleurs, le terme dépenser « don-de », renvoie moins, littéralement, à l’argent « kobiri » que l’on donne, qu’à ce que l’on mange et que l’on dévore. La somme ajoutée au riz consommé vient seulement renforcer l’alliance entre l’instigateur des opérations et l’ensemble des membres du « killé » autour de l’acte de production, au même titre, mais dans un autre registre du cadre social, que celle qui accompagne les noix de cola remises aux parents de la future épouse avant le mariage.

  • 8 Ce sont eux qui en raison de leur savoir-faire, sont appelés régulièrement par le projet Koba pour (...)

41Compte tenu des modalités très précises de mise en œuvre du « lanyi » et du « killé », on comprend que le premier n’intéresse que les travaux relevant du territoire strictement limité à un ensemble de hameaux voisins, et que le second possède la particularité de regrouper des individus originaires des hameaux disséminés sur le territoire de Wonkifon. La zone d’intervention du « lanyi » est plus limitée que celle du « killé ». Le premier n’englobe pas, par exemple, les travaux liés à la saliculture puisque les campements sont disséminés et souvent éloignés des hameaux. De plus, tous les membres d’un « lanyi » ne produisent pas de sel. Par contre, ils produisent tous du riz. Dans ce cas, la relation de réciprocité dans l’activité de travail est respectée. Le second peut être mis en œuvre sur n’importe quel secteur du territoire, y compris sur les campements de production de sel, mais cela est rare. On produit du sel lorsque la quantité de riz n’est pas satisfaisante. Or le riz est nécessaire à la constitution d’un « killé ». D’où sa faible utilisation dans le cadre des travaux salicoles. A Wondéwolia, l’organisation sociale du travail ne permet pas de faire intervenir les structures d’entraide « traditionnelles » dans le cadre de la saliculture. Le « lanyi » n’est pas utilisé dans le cadre de la production salicole. Le « killé » fonctionne parfois pour la construction des digues de ceinture des aires de raclage de terre salée. Mais rares sont les paysans qui l’utilisent pour l’aménagement des aires de raclage, en raison du coût de la main-d’œuvre et du riz qui doit la nourrir. On produit justement du sel pour obtenir l’argent nécessaire à l’achat de riz. Les Balantes8, qui sont rompus à la construction des digues, n’interviennent pas sous forme de « killé » au sein de la société susu. Ils monnayent des savoir-faire techniques qui sont leur principale source de revenus. Cette main-d’œuvre présente localement est trop chère pour la grande majorité des producteurs de Wonkifon.

42Le « lanyi » permet à chacun de ses membres de bénéficier de la force de travail du groupe sur ses propres terres. Il ne fonctionne que pour les travaux rizicoles et parfois pour des travaux d’intérêt communautaire. Tous ses membres ne sont pas producteurs de sel. Là aussi, l’échange de services ne serait pas respecté si d’aventure, des intervenants extérieurs souhaitaient créer un « lanyi » autour de la production de sel, pour construire un marais salant qui nécessite une main-d’œuvre relativement importante. Tout le monde ne fait pas forcément du sel, mais rares sont ceux qui ne font pas de riz. La culture du riz et la mise en œuvre du « lanyi », qu’elle génère, reposent en effet sur une communauté d’intérêt à la production, sur un territoire restreint, allant au-delà des intérêts personnels. La survie de l’unité villageoise en dépend. Wondéwolia, par exemple, a connu il y a vingt-cinq ans un exode massif de ses habitants vers Conakry et d’autres secteurs, car les surfaces rizicoles étaient inexploitables. C’est autour d’un « lanyi » que, il y a sept ans, les paysans ont pu progressivement reconquérir ce territoire rizicole et retrouver peu à peu l’unité villageoise que l’on connaît aujourd’hui. Cette communauté d’intérêt à la production est moins évidente pour le sel, en raison du changement de résidence qui déstructure partiellement l’unité villageoise, des différents types de producteurs et de leurs projets respectifs.

Marais salants, salines mixtes et répartition sexuelle des tâches : des alliances délicates

43L’importance des réseaux économiques féminins est d’autant plus grande que les femmes sont aussi partie prenante dans la production salicole. Du fait de la mixité des tâches, le sel produit est réparti entre les époux selon des règles assez homogènes sur l’ensemble des producteurs. Le sel qui entre dans le cadre des projets de producteurs est stocké dans des greniers à sel « tanfoui » sur les campements jusqu’au moment où le prix de la tonne atteindra un montant intéressant (130 000 FG en 1994) en période de soudure. Avant cette période, le prix de la tonne est trop faible (30 000 FG). Ne vendent à ce prix que les producteurs endettés ou ceux qui ont un besoin de liquidité urgent pour des cérémonies et pour l’achat de semences de fonio, d’arachide ou de riz. Il faut toutefois dissocier la production des femmes de celle des hommes. Car pour chacune d’elles, la vente sur l’année n’apparaît pas au même moment. Les modalités de répartition de la production de sel entre un homme et son ou ses épouse(s) font ressortir les stratégies économiques de chacun. Il ressort trois types de répartition de la production entre l’homme et la femme :

Premier type

  • 9 Nous nommons différents types de greniers pour plus de clarté dans la présentation des faits. Ces (...)
  • 10 Système instauré depuis 1984.

44Pendant huit jours, le sel produit sur le campement par les conjoints est destiné à l’homme et aux futurs besoins de sa famille dans l’année en cours. Il est placé soit dans un grenier « épargne9 » soit dans un grenier « vente ». Le sel produit le neuvième jour est entièrement réservé à l’épouse pour ses besoins personnels. Elle le met en sac et le vend en général pendant la période de production pour satisfaire ses besoins personnels. Le même grenier peut avoir les deux attributions. Dans tous les cas, lorsque le paysan susu quitte son campement en fin de saison, il s’arrange toujours pour que le grenier qui renferme le sel épargné soit plein. On n’hésite d’ailleurs pas à reconstruire un grenier mieux adapté à la quantité produite. Cette attitude est liée au problème du vol de la production pendant l’hivernage. Les sites de production étant éloignés des hameaux d’habitation, aucune surveillance n’est possible. D’après les producteurs, il est plus aisé de s’apercevoir d’un vol dans un grenier plein jusqu’au toit que dans un grenier chargé à mi-hauteur. Les vols importants – rares – sont souvent détectés par les commerçants. Sur un même port et entre les ports, ils connaissent parfaitement les producteurs de sel de leur zone. A plusieurs reprises, des individus non producteurs se sont présentés à eux avec des sacs de sel destinés à la vente. Aussitôt, le commerçant prévient sa clientèle qui peut alors vérifier l’état de ses tanfouis et constater le vol. Lorsque le voleur est arrêté, l’affaire est généralement jugée dans le hameau du producteur victime du vol. Si on ne parvient pas à un règlement rapide, le jugement s’effectue alors à l’échelle du district. Les membres du bureau, neuf personnes plus les sages – le nombre de sages dépend du nombre de secteurs –, l’imam et deux anciens – qui ne font pas partie du comité des sages – se réunissent10 et décident des sanctions à prendre.

Deuxième type

45Pour l’homme, la production est conservée jusqu’à la fin de la saison dans un grenier. La femme ne reçoit son pourcentage de sel qu’à la fin de la saison. Dans ce cas, c’est la pêche, le fumage et la vente du poisson sur les marchés locaux qui lui permettent de satisfaire ses besoins personnels pendant la saison de production.

Troisième type

46L’homme conserve sa production jusqu’à la vente et la femme reçoit un certain pourcentage du prix de vente.

47Les différentes modalités de répartition de la production au sein d’une famille nucléaire agissent sur le calendrier de vente du sel sur l’année. Si pendant la période de production les femmes vendent en petite quantité, on constate que dès le mois de mai, après la saison, les mouvements de vente pour les deux sexes sont les plus importants. Les femmes qui reçoivent un pourcentage de la production en fin de saison et celles qui récupèrent un pourcentage du prix de vente écoulent leur production à cette période. De leur côté, et au même moment que leurs épouses, les hommes se démunissent aussi d’une partie de leur sel. Ils doivent rembourser les commerçants, réaliser leurs projets et/ou acheter les semences nécessaires aux différentes cultures d’hivernage que sont le fonio, l’arachide et le riz. La deuxième période de vente de sel qui correspond aux mois d’août et de septembre est aussi une période de soudure. A cette époque, le prix de la tonne est nettement plus avantageux qu’au mois de mai. Enfin, certains producteurs qui ont pu garder quelques sacs jusqu’en décembre les vendent alors pour acheter le matériel nécessaire à la nouvelle saison de production de sel.

48Le sel n’est pas l’unique produit entrant dans les revenus des ménages. Si effectivement, une mauvaise récolte de riz entraîne de fait une activité salicole plus soutenue, il n’en demeure pas moins vrai que la relation de causalité est nuancée par les autres activités de subsistance et par la division sexuelle du travail qui s’instaure dans ce cas. Les trois modalités de répartition de la production de sel entre les conjoints ont alors un impact important sur les périodes de vente du produit. Tout au long de l’année les hommes de Wondéwolia sont très occupés par les différents travaux salicoles et rizicoles. Ces contraintes ne leur laissent en fait que très peu de temps pour développer des activités de subsistance annexes en dehors de la pêche. Le rôle des femmes est donc ici prépondérant dans l’économie familiale. Alors que la production rizicole a été nulle en 1993, nous avons pu constater que la pêche et le colportage des femmes représentaient, pour le paysan de Wondéwolia, l’assurance d’une source de revenus régulière tout au long de l’année. Le sel ne permet pas une telle régularité dans la mesure où il s’agit d’une activité saisonnière avec des contraintes de vente très strictes dans l’année. Les revenus de la saliculture, pour les hommes, sont ainsi davantage destinés à de gros investissements incontournables (remboursement de crédit, achat de semences) ou à la réalisation de projet (maison, bicyclette, terrain, etc.). Ils dépendent en plus des fluctuations du prix du sel sur l’année, avec un prix de vente à la tonne qui peut aller jusqu’à quadrupler sur cinq mois, au bénéfice des commerçants locaux qui ont leurs magasins de stockage sur les deux ports principaux de la Sumbuya, que sont Gorédédé et Kaléma. Ces deux lieux de vente de sel sont situés en bordure de bras de mer.

Fig. 13 – Périodes des ventes de sel sur le calendrier agricole

49Les producteurs ne sont pas tenus – à moins qu’ils soient endettés auprès du commerçant – de vendre leur production au même commerçant chaque année : certains sites, couverts une année par Gorédédé puis l’année suivante par Kaléma, confirment ce libre choix. Lorsqu’ils en ont le temps, ils peuvent en effet prospecter pour vendre au meilleur prix. Toutefois, si les producteurs souhaitent vendre ailleurs que dans les deux principaux lieux de vente, ils doivent payer les frais de transport en camion ou en taxi. Cette situation les contraint alors, faute de moyens financiers suffisants, à vendre leur production, presque chaque année sur le port le plus proche de leur campement ou de leur hameau.

50Au sein d’un même port, ils peuvent s’adresser, d’une année sur l’autre, à des commerçants différents. De plus, un producteur n’hérite pas forcément du partenaire économique de son père. Sa liberté de choix, en plus de la période de vente qu’il choisira (s’il n’est pas endetté), s’arrête là. Car en fait, avant la saison, les commerçants, de la zone de Wonkifon (Gorédédé et Kaléma) fixent entre eux le prix de rachat de la tonne avant la saison. Ils ne se font pas concurrence à ce niveau de la filière. Celle-ci intervient avant, lorsqu’il s’agit pour chacun de prospecter le plus grand nombre de producteurs. Les commerçants, qui sont parfois eux-mêmes producteurs de sel, partent en effet rechercher les producteurs des campements à qui ils pourront acheter la production. C’est à ce niveau que se fait la négociation des avances pour l’achat des bacs métalliques et l’octroi de la nourriture pour la saison si cela est nécessaire. Ainsi, la plupart du temps, en début de saison, un producteur sait à qui il vendra sa production et combien cela lui rapportera. De plus, il arrive fréquemment que le commerçant qui est aussi producteur soit présent sur le site de production. Il peut alors, dès la fin de la saison, racheter sur site la production des différents campements. Il construit alors sur son campement un vaste grenier pour entreposer le sel acheté jusqu’à la vente.

51A travers les propos des producteurs de sel, il ressort qu’à moyen terme, la production de sel solaire, du fait de sa faible pénibilité, repassera à la charge des femmes. A l’origine, la production de sel dans cette zone était essentiellement féminine. Elle ne l’est plus aujourd’hui et l’analyse de l’activité a montré dans quelles proportions s’opère le partage des tâches entre les sexes. L’articulation des activités rizicoles et salicoles implique essentiellement les hommes. Mais il ne faut toutefois pas perdre de vue l’activité des femmes. En abandonnant la production traditionnelle de sel, l’aménagement du temps de travail sur le calendrier agricole des hommes risque d’avoir de fortes répercussions sur celui des femmes et peut entraîner des déséquilibres sociaux importants. En effet, depuis plusieurs générations, dans la société susu de Wondéwolia, les rapports de production entre les hommes et les femmes se sont adaptés entre autres aux exigences de l’alternance saisonnière.

  • 11 Notons que parmi ces produits, les piles et les postes de radio qu’elles alimentent ont un rôle im (...)

52Pendant la saison sèche, les femmes sont généralement installées sur les campements de production de sel, en dehors de leurs réseaux économiques habituels d’hivernage. Les réseaux d’entraide pour les activités qui ne sont pas directement liées à la production de sel sont réduits à quelques campements voisins, et chacun d’eux vit alors dans une quasi-autarcie économique, modulée par les départs hebdomadaires des femmes vers les sources d’eau potable ou vers les marchés pour y vendre le poisson. Il s’agit là du seul produit qu’elles préparent alors pour la vente. Elles le font fumer puis le vendent sur les marchés des villes les plus proches en général une fois par semaine, rapportant ainsi le riz et les denrées nécessaires à la vie de la famille. Sur les campements, le colportage ne peut pas avoir lieu en saison sèche. Les campements sont en général éloignés des zones d’habitation qui sont elles-mêmes souvent désertées par une partie importante de leur population en raison des tâches de production de sel qui occupent une partie des ménages. De plus, le poisson frais qui est l’une des denrées les plus colportées en hivernage ne se conserverait que très peu de temps sous la chaleur, malgré le sel dont il est partiellement recouvert. Les femmes constituent par conséquent, en saison sèche, le lien nécessaire entre les campements, les hameaux et les implantations commerciales que sont les marchés. Ce sont elles qui approvisionnent les campements de production de sel en produits de consommation courants11.

53En saison sèche, les réseaux de colportage sont donc partiellement désactivés. Les zones de production abritent en effet, sur des secteurs éloignés des hameaux, des familles originaires de nombreux points du territoire de Wonkifon et de Coyah. Les femmes n’évoluent plus temporairement dans leur espace habituel. En hivernage, il existe en effet des zones de colportage qui constituent de véritables petits réseaux économiques limités à seulement quelques hameaux et implicitement à une population réduite de femmes majoritairement apparentées en raison de l’importance accordée aux mariages de proximité entre les individus de hameaux voisins. Ces réseaux fonctionnent indépendamment les uns des autres et l’on retrouve toujours les mêmes colporteuses sur une zone donnée. Au-delà, ce sont d’autres femmes, issues d’autres hameaux qui opèrent. Lorsque les femmes quittent leur zone de colportage, c’est pour vendre d’autres produits, essentiellement du poisson fumé, en saison sèche, directement sur les marchés de la région. Le colportage à cette époque est suspendu, il n’est pas réactivé entre les campements. L’activité salicole nécessite en effet la présence quotidienne de chacun, homme et femme. Les absences sont gérées au sein de chaque unité de manière à ne pas interrompre une production qui, dans la société susu, se caractérise plus que la riziculture, la pêche et la cueillette, par la mixité de ses tâches.

54La gestion des bâches s’enseigne rapidement. Le temps libre qu’elles génèrent dans la journée et sur la saison n’est pas forcément et dans l’immédiat un facteur de « mieux-être » social pour les femmes qui devraient alors rester isolées sur les campements, éloignées de leurs réseaux habituels et coupées notamment de leur activité de fumage du poisson qui en saison sèche, sur les campements, est majoritairement pêché par les hommes, tôt le matin. Si la production de sel permet en effet de subvenir aux besoins du ménage en hivernage, c’est le poisson pêché au quotidien par les hommes (à moins que le producteur ne soit endetté auprès d’un commerçant) puis fumé et ensuite vendu par les femmes qui permet de faire vivre la famille du producteur en saison sèche.

  • 12 Y. Bangoura (20 août 1994).

55L’activité salicole qui était pratiquée uniquement par les femmes (et l’est encore en zone baga, sur l’île de Koufin par exemple) reposait sur une production rizicole satisfaisante pour les besoins du ménage sur le calendrier agricole. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. La production de sel solaire ne peut donc venir qu’en complément de l’activité « traditionnelle » de production de sel. Elle peut être utilisée en parallèle à la production ignigène en évitant de créer des coupures dans la production en cas d’absence de l’un ou de l’ensemble des membres de l’unité de production. Sur les campements situés à proximité immédiate des hameaux, le problème est moins important puisque les femmes ne sont pas isolées de leurs réseaux habituels. L’innovation solaire peut dans ce cas contribuer à réduire la pénibilité des tâches féminines, permettre la poursuite d’une scolarité normale pour les enfants en saison sèche et, d’après les producteurs, permettre à une classe de producteurs âgés d’accéder à nouveau à ce type de production : « Pour nous qui sommes fatigués et vieux, les bâches sont salutaires. Nous n’aurons pas d’efforts à faire pour récolter le sel. Cela peut nous faire avancer beaucoup...12 ».

La disparition d’un genre : l’impact des alternatives solaires sur les genres du sel et leurs utilisations chez les Susu

56Pour les producteurs de sel enquêtés, le sel est le produit de la terre raclée et de l’eau. L’explication des paysans est la suivante : « L’eau recouvre les aires de terre salée, forme une pellicule de terre salée, dont on tire une saumure qui donnera du sel. Ce sel, replongé dans l’eau, redevient de l’eau... »

57Ce mode de représentation est loin d’être négligeable pour la conception des salines solaires. En effet, en transférant des marais salants qui n’utilisent pas la terre raclée, on retire du système de pensée susu l’un des deux éléments fondamentaux entrant dans la constitution du sel, la terre salée. Ainsi, pour les producteurs plus âgés, le sel solaire qu’allaient produire les marais salants ne pouvait pas être du sel, tel qu’eux-mêmes le conçoivent. Il manquait un des « catalyseurs », la terre salée, et les discussions allaient « bon train » sur la nature de l’autre élément fondamental qui permettait de faire du sel, sans terre. Cette question tourmentait beaucoup moins les jeunes producteurs. Toutefois, nous postulons que ce système de pensée qui touche à la formation du sel constitue une des raisons, après celles formulées plus haut, pour lesquelles, dans leur majorité, les producteurs ont préféré conserver la production de saumure, via la terre filtrée, en acceptant, pour les cristallisoirs, les supports en argile ou en plastique.

  • 13 Il s’agit d’un densimètre. D’après Delbos (1983, p. 13), « ce densimètre est connu et utilisé depu (...)

58Pour appuyer cette démonstration, on peut faire référence à un autre problème survenu dans le cours du projet. Il est important parce qu’il nous renvoie à cette notion de « mémoire du développement » dont nous avons parlé plus haut. Sur le site de référence de Fokou-Fokou qui n’est plus exploité, des agents de développement avaient proposé de produire du sel sur des supports en ciment. Les populations avaient remarqué que chaque matin, l’un des responsables prélevait de l’eau du cristallisoir dans un grand tube en plastique13. Il y plaçait un instrument long, en verre, puis l’enlevait avant de reverser le contenu du tube dans le cristallisoir. Les jours suivants, le sel apparaissait dans le bassin. Très rapidement, le bruit courut que cette opération permettait en fait de verser un produit chimique, sorte de catalyseur, qui au contact de l’eau activait l’apparition du sel, alors qu’il ne s’agissait que d’un densimètre. Lorsque les paludiers sont arrivés sur le site de Tougoussourou avec ce même densimètre, certains producteurs ont très rapidement fait le rapprochement avec l’expérience de Foko-Fokou. Le marais salant n’utilisant pas la terre salée, mais seulement l’eau de mer, il manquait un élément, la terre. Deux systèmes de représentation se sont alors rencontrés, d’une même pertinence pour chacun des groupes, seuls variaient leurs référents culturels. Il en est de même pour les genres attribués aux sels par les Susu.

59Lorsque les Susu sont arrivés dans la région de la Sumbuya, la production de sel ne se limitait pas uniquement au sel dont on parle habituellement et qui se présente sous la forme de cristaux. En parallèle, sur les sites de production, les Mendéni confectionnaient un type de sel « fokhè khamè » (littéralement sel mâle ou sel homme) qui était vendu aux commerçants malinkés, kissis ou tomas, au même titre que l’autre variété de sel. A l’époque des premiers contacts entre les deux groupes, les producteurs susu se sont approprié son processus de production. Aujourd’hui il est mis en œuvre sur seulement quelques campements et constitue une faible source de revenus pour ceux qui ponctuellement le produisent. Sa description est pourtant loin d’être anecdotique. Elle conditionne l’existence du « sel femelle » « fokhè ginè » qui n’est autre que le sel dont nous avons décrit les étapes de fabrication dans les lignes précédentes.

60La distinction terminologique entre les deux sels repose sur leur mode de consommation et sur la forme du produit fini. Cette dernière distinction ne vaut toutefois que pour le sel mâle dont la forme finale suggère celle d’un sexe d’homme. Il est d’ailleurs utilisé comme médicament, par les hommes, pour recouvrer leur puissance sexuelle perdue. Dans des cas exceptionnels, les femmes, dont on ne peut pas guérir les maux de ventre, ont recours à ce médicament sous l’autorité d’un guérisseur, à condition qu’elles ne soient pas enceintes. Le sel femelle est utilisé par les femmes, essentiellement dans la préparation des plats. Il faut aussi considérer leurs processus de fabrication qui sont différents. La production du sel mâle repose sur le processus de fabrication du sel femelle, jusqu’à la cuisson de la saumure. Ensuite, les deux modes de cristallisation et de présentation diffèrent. Alors que le sel femelle apparaît dans les bacs métalliques, le sel mâle cristallise à froid, à travers une série d’opérations originales.

  • 14 En 1994, le prix pour un pain de sel mâle de la taille décrite dans le texte était de 15 000 FG (5 (...)

61En début de saison, lorsque la production de sel est engagée, les femmes qui souhaitent produire du sel mâle assemblent les différents éléments matériels qui permettront de le produire. Ces opérations ont lieu dans le tassa, à un mètre ou deux des foyers et de leur bacs de chauffe. Quatre fourches de palétuvier sont enfoncées dans le sol de manière à former un support quadrangulaire de quatre-vingts centimètres de hauteur. De petites perches sont posées horizontalement entre les fourches. Elles sont destinées à supporter une calebasse de vingt centimètres de diamètre, ouverte à son sommet et perforée à sa base. Cette perforation est destinée à recevoir une fine perche de palétuvier de cinquante centimètres de longueur et de vingt millimètres de diamètre, dont l’extrémité supérieure taillée en forme de crochet vient se caler à l’intérieur de la calebasse via l’orifice aménagé à sa base. La calebasse reposant sur l’armature quadrangulaire, la perche qui est solidaire forme alors une stalactite. Le fond de la calebasse et par conséquent l’extrémité supérieure de la fine perche sont recouverts d’un petit carré de toile de sac de sel (15 cm2) recouvert ensuite de paille fine « funfuré » afin de servir de filtre et freiner la descente de la saumure sur la fine perche verticale préalablement aménagée. Sur toute sa longueur, l’opératrice enroule en effet une bande de tissu de quinze millimètres de large. Dans chaque spirale formée par le passage de la bande, on insère des fleurs de coton préalablement imprégnées de saumure chaude dans les bacs tout proches. Dans certains cas, une demi-calebasse est placée sous la perche verticale. Elle est destinée à recevoir les gouttes de saumure qui parfois s’écoulent de la perche. La saumure récoltée est alors reversée dans la calebasse supérieure. La saumure chaude « maoli » (littéralement atteindre « li » périodiquement « o » le dessus « ma ») est prélevée dans le bac, à l’aide d’une calebasse, au moment où les cristaux de sel commencent à apparaître. Elle est versée dans la calebasse, et s’écoule ensuite lentement le long de la perche verticale. Ces versements ont lieu pendant la durée de la campagne, au cours de chacune des trois cuissons quotidiennes. La saumure qui s’écoule finit par former une véritable stalactite de sel dont le diamètre atteint en moyenne quinze centimètres, pour une longueur de cinquante centimètres. Le sel qui critallise dans la calebasse est retiré, puis versé avec l’autre variété de sel dans le tanfui. En général, pour éviter les projections de poussières ou de particules végétales sur la stalactite en formation, un tissu est tendu autour des fourches de soutien. Une femme peut ainsi produire plusieurs pains de sel mâle sur une saison. En fin de processus, lorsque les dimensions souhaitées sont atteintes, ils sont décrochés, enroulés dans un tissu, puis vendus14 aux commerçants malinkés, kissis et tomas qui viennent en général les chercher dans le hameau avant l’hivernage.

62Si les femmes, mariées ou célibataires, sont les seules opératrices d’un tel processus, elles reconnaissent aussi que les hommes maîtrisent ce savoir-faire. Toutefois, la réalisation du sel mâle est soumise à une présence quasi constante auprès des bacs de chauffe. Or, l’analyse de l’activité au sein de l’unité de production la plus fréquente sur les campements de production de sel a montré que le contrôle de la cuisson revenait principalement aux femmes, en sorte que ce sont elles qui se transmettent les savoir-faire de mère à fille et produisent ainsi le sel mâle, de génération en génération. L’alternative solaire, qu’il s’agisse des marais salants ou des salines mixtes, entraînera la disparition du sel mâle principalement parce qu’il est produit à partir d’une saumure chaude prélevée juste avant l’apparition du sel dans les bacs.

  • 15 Nous n’avons pas pu obtenir la composition du produit utilisé et savoir s’il contenait du sel. Tou (...)
  • 16 Ce procédé n’est pas utilisé pour l’excision.

63Lorsqu’il est question du sel mâle, il est aussi fait allusion à ce qui se produit au moment de la circoncision des jeunes hommes, lorsqu’il s’agit d’engager le processus de cicatrisation des chairs coupées. Le parallèle dispensé permet d’entrouvrir l’une des portes du système de représentation de la société susu de Wondéwolia. Alors que le prépuce est coupé, un initié fabrique un entonnoir à l’aide de feuilles. Cet instrument « dokhora » que les informateurs décrivent comme étant une sorte de cache-sexe, va protéger la partie coupée et permettre le suintement d’un liquide15 qui favorisera la cicatrisation des chairs meurtries16. Le terme « dokhora » recouvre plusieurs significations qui vont toutes dans le même sens. Dans un premier temps, le verbe « radokho-de » signifie rajuster, joindre, unir. Dans un second temps, la préposition « ra » souligne la possibilité de faire quelque chose. Lorsqu’elle est suivie du verbe « dokho-de » qui veut aussi dire épouser, prendre femme, elle traduit le fait de pouvoir prendre femme. L’utilisation de ce terme intervient précisément au moment où l’homme fraîchement initié entre dans la phase au cours de laquelle, quelques années après la circoncision, il pourra effectivement envisager de se marier. Le rapprochement avec le sel mâle devient alors plus explicite. La saumure versée dans la calebasse s’écoule goutte après goutte sur la perche verticale pour former in fine une stalactite – dont la forme suggère le sexe de l’homme – destinée à recouvrer la puissance sexuelle qui permettra à nouveau l’union de l’homme et de la femme au même titre que le « dokhora » utilisé pendant la cérémonie de circoncision, qui marque, pour le nouvel initié, les prémices de sa vie d’homme. Dans les années qui suivent cet événement et les enseignements qui lui sont rattachés pendant quarante jours, son comportement lui permettra de prendre sa place dans la société et de fonder sa propre famille. L’abandon de la production de sel par cuisson d’une saumure au profit d’une alternative solaire entraînera la disparition du sel mâle produit à partir d’une saumure chaude, à moins que le processus de fabrication intègre l’utilisation de la saumure versée sur les bâches ou les cristallisoirs juste avant l’apparition des cristaux de sel.

  • 17 Nous présentons uniquement les phases du mariage au cours desquelles le sel est utilisé.

64Le sel femelle est utilisé essentiellement par les femmes, dans la préparation des plats et la conservation des poissons frais, lorsqu’il s’agit de les colporter vers les hameaux voisins. Ce sont là les deux utilisations les plus courantes, et chaque famille conserve en général plusieurs sacs de sel sur sa concession, à ces fins. En marge d’une consommation quotidienne, il donne lieu à une utilisation spécifique qui illustre aussi parfaitement les modalités d’entraide – formes de régulations économiques – entre les familles, qui existent au quotidien, au sein de la société susu de Wonkifon et de Wondéwolia en particulier. Lorsqu’un homme du hameau décide de se marier, le sel représente un élément fondamental dans les procédures de rapprochement mises en œuvre par les familles. Ainsi, le sel apparaît précisément lorsque la date du mariage est fixée17. Les deux familles préviennent alors les membres de leur famille étendue. Le jour du mariage, les membres se regroupent au sein de leur famille respective. Tôt le matin, avant le lever du soleil, les parents du futur époux et son témoin se rendent dans la famille de la femme. Ils déposent une valise contenant un ensemble de biens matériels destinés à la future épouse, puis retournent chez eux. Vers 17 h, les deux familles se réunissent à nouveau sur la concession des parents de la femme pour la cérémonie. Les parents de l’homme apportent alors deux calebasses. L’une renferme du riz. Elle est recouverte d’un papier blanc sur lequel sont disposées quelques aiguilles de couturière. L’autre contient du sel. Les deux sont déposées sur une natte, puis recouvertes d’un tissu blanc. Ce sont la mère et les sœurs du père du futur époux qui ont préparé cela. Vêtus de blanc, les futurs mariés sont assis à proximité. Le témoin de l’homme présente les calebasses aux parents de la femme. Après concertation avec les parents de la femme, le témoin de celle-ci annonce que l’alliance est accordée. La cérémonie peut avoir lieu. Après le mariage, quelle que soit la quantité offerte, le sel et le riz sont alors partagés entre la mère et l’aînée des tantes paternelles de la mariée. La nouvelle épouse part vivre dans la famille de son mari. Pendant la semaine qui suit le premier contact sexuel destiné à constater la virginité de la mariée, cette dernière ne prépare aucun repas. C’est sa mère qui envoie les plats sur le nouveau lieu de résidence de sa fille. Le sel offert dans la calebasse entre alors en partie dans la constitution des mets. Il retourne ainsi partiellement et sous une autre forme dans la famille du mari. Le reste est ensuite consommé normalement.

65Le papier blanc qui est utilisé au cours de la cérémonie représente la pureté. Les aiguilles représentent l’union. Elles signifient que le mariage réunit deux êtres une fois pour toute. En cas de litige entre les conjoints, il faut s’attacher à ne pas rompre l’union passée. Le riz constitue l’aliment de base de toute cérémonie. Sa présence parmi les dons et son retour, comme celui du sel, dans la famille du mari signifient que la famille de la femme et la femme elle-même doivent soutenir leur gendre et mari au cas où celui-ci n’aurait pas les moyens de subvenir à ses besoins alimentaires. Le sel représente le respect, l’harmonie et l’équilibre entre l’homme et la femme.

Notes

1 Par héritage nous entendons la transmission de richesses matérielles ou de droits à caractère économique à l’occasion d’un décès (Panoff et Perrin, 1973, p. 130).

2 Par succession nous entendons la transmission de l’autorité politique ou de fonctions cérémonielles d’un individu à un autre selon des règles déterminées (Panoff et Perrin, 1973, p. 248).

3 Il faut ajouter à ces hameaux occupés par différents lignages ceux qui ont été constitués par des captifs au cours des deux derniers siècles. « Le commerce d’esclaves, florissant durant le XVIIIe siècle et la première moitié du XIXe, permet aussi aux souverains de la côte de retenir à leur usage quelques esclaves qu’ils établissent dans des dakha, hameaux de culture, et qui leur épargnent le travail du sol » (Rivière, 1971b, p. 262). Les descendants actuels de ces populations n’ont qu’un droit d’usage sur les terres qu’ils exploitent.

4 Le recensement de 1993 fait état de 55 secteurs sur la sous-préfecture de Wonkifon dont les limites territoriales reprennent approximativement le découpage ancien non administratif. Cela représente approximativement 55 hameaux principaux pour un total de 19 875 habitants.

5 Les Susu font la différence entre la terre, substance minérale bendè, le sol bokhi, la terre ferme kharé, les terres de bas-fond méréma et les terres de mangrove kinsi.

6 Ces deux chiffres représentent le minimum et le maximum de participants observés sur la zone de Wonkifon pendant les travaux d’hivernage.

7 500 FG permettaient à l’époque d’acheter deux repas de riz-sauce dans les petits restaurants de bord de route.

8 Ce sont eux qui en raison de leur savoir-faire, sont appelés régulièrement par le projet Koba pour participer à la construction des marais salants.

9 Nous nommons différents types de greniers pour plus de clarté dans la présentation des faits. Ces termes ne sont pas utilisés par les producteurs susu.

10 Système instauré depuis 1984.

11 Notons que parmi ces produits, les piles et les postes de radio qu’elles alimentent ont un rôle important dans le maintien des relations extérieures aux campements et aux sites de production de sel.

12 Y. Bangoura (20 août 1994).

13 Il s’agit d’un densimètre. D’après Delbos (1983, p. 13), « ce densimètre est connu et utilisé depuis fort longtemps par les paludiers guérandais pour la culture des oignons. Il sert à doser le désherbant. »

14 En 1994, le prix pour un pain de sel mâle de la taille décrite dans le texte était de 15 000 FG (50 FF). Cette somme revient à l’épouse ou aux épouses et aux femmes impliquées.

15 Nous n’avons pas pu obtenir la composition du produit utilisé et savoir s’il contenait du sel. Toutefois, chez les Susu, le sel est fréquemment utilisé comme médicament calmant, anti-inflammatoire et antiseptique contre la blennorragie, les brûlures superficielles, le nettoyage des yeux infectés et les maux de dents. Par ailleurs, mais cette piste doit être approfondie, des Balantes présents sur la zone de Wonkifon nous ont dit que dans certains villages de leur pays d’origine, les cérémonies de circoncision avaient lieu au mois d’avril parce que le taux de salinité de l’eau dans la mangrove est alors très élevé. Quand le prépuce est coupé, le jeune initié est baigné dans l’eau salée pour favoriser la cicatrisation.

16 Ce procédé n’est pas utilisé pour l’excision.

17 Nous présentons uniquement les phases du mariage au cours desquelles le sel est utilisé.

Table des illustrations

Légende Fig. 13 – Périodes des ventes de sel sur le calendrier agricole
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6476/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 411k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540