Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage des mondes

 | 
Philippe Geslin

Quatrième partie. Des repères pour la conception. Avantages et inconvénients des alternatives solaires dans le contexte social du hameau et du village

Chapitre 11. L’innovation pour améliorer les conditions de travail des producteurs

Texte intégral

1L’amélioration des conditions de travail constituait le second élément de la problématique du projet :

Dans certaines régions, l’activité d’extraction de sel est une activité réservée aux femmes ; à Coyah c’est toute la famille qui vient s’installer sur le site d’extraction. Les principales difficultés sont :
– la surveillance de la cuisson est l’une des opérations les plus pénibles, elle demande une présence constante des producteurs dans la chaleur et la fumée ;
– l’isolement des sites d’extraction et les transports que cela nécessite pour l’eau de boisson, le bois et le sel ;
– le rythme de travail soutenu, dans de nombreuses familles la journée est consacrée à la collecte du bois et de la terre et la nuit, où les vents sont moins forts, à la chauffe de la saumure (afvp, 1993).

2Nous ne pouvions nous engager dans l’amélioration des conditions de travail sans avoir au préalable envisagé ce que recouvraient les notions de pénibilité et de travail du point de vue des opérateurs, mais aussi à travers l’observation, la description et l’analyse de l’activité de travail sur les campements de production de sel.

Travail et peine chez les Susu

3Le mot qui synthétise le mieux – pour reprendre les termes de Descola (1983, p. 63) – l’idée d’un ensemble cohérent d’opérations techniques visant à produire tous les moyens matériels de l’existence des Susu, est « wálί ». Il est composé de deux lexèmes bivalents à une syllabe, « wá », qui signifie pleur (du verbe « wá-de », pleurer) et « lί », atteinte (du verbe « lί-de », atteindre, littéralement, atteindre les pleurs). Le mot « wall » est utilisé tous les jours, à plusieurs reprises dans les salutations où l’on demande : comment va le travail ? « wálί go ? » Il peut aussi remplacer la cascade des salutations d’usage. Ainsi, lors d’une rencontre, celles-ci peuvent se réduire à la seule formule habituelle de remerciement, je te remercie de travailler « i nú wálί » si la personne saluée est seule ou je vous remercie de travailler « wo nú wáli », si les interlocuteurs sont plus nombreux ou si l’individu est plus âgé. La formule de remerciement signifie alors merci de travailler, mais dans un sens global, qui ne tient pas compte de l’activité observée. Cette notion n’a d’ailleurs aucun champ d’application privilégié dans le système de production local, contrairement, par exemple, aux Maenge d’Océanie chez qui « [...] la notion de peine ou de souffrance (milani) [...] apparaît entre autres contextes, dans celui du jardinage » (Panoff, 1977, p. 11) ou aux Achuar d’Amazonie dont le mot « [...] takát (lexème indigène dont le champ sémantique est le plus proche d’un des usages contemporains du mot travail) est presque toujours associé à des notions comme la peine, la souffrance physique et la sueur, et son champ d’application privilégié est le travail horticole [...] » (Descola, 1983, p. 63). Chaque activité spécifique de production (pêche, chasse, élevage, riziculture, saliculture, culture des jardins de case, etc.) est considérée comme une forme de travail « wálί sifè », dans la mesure où dans chacun des cas, « atteindre les pleurs », c’est contribuer à la reproduction du groupe. De plus, elle ne discrimine aucun des deux sexes, ce qui a des implications fortes sur l’organisation des activités de production comme la saliculture par exemple qui repose sur une mixité des tâches telle, que son non respect peut être socialement sanctionné et entraîner l’interruption du processus. Certaines activités, comme le fait de mettre un enfant au monde « dibèri-de », les séances de traitement de maux divers, ou celles qui consistent à rechercher l’auteur inconnu d’un vol par l’intermédiaire du travail, à distance, d’un « Marabout », relèvent aussi du champ d’application du mot wálί.

4Au moment des salutations, la temporalité de l’événement est marquée par la modalité préfixée « nú ». Houis (1963, p. 120) souligne que « nú » indique que « [...] le procès, au lieu d’être présenté comme certain, objectif, devient hypothétique : conditionné ou suspendu par la réalisation d’un autre procès, ou encore très lointain et révolu ». On salue moins l’activité qui se déroule sous nos yeux que les activités qui ont déjà été réalisées ou qui seront réalisées. Lorsqu’un Susu a une activité professionnelle rémunérée, apprise auprès d’un maître (chauffeur, mécanicien, maçon, peintre, menuisier, etc.) il utilise le terme français, « métié », qui se rapproche ici du terme grec « technê », dans la mesure où il fait intervenir des connaissances techniques spécialisées non utilisées dans les activités de production du hameau.

5Pour traduire la peine, la souffrance, le découragement et la fatigue générés par le travail, les Susu disent que leur foie « bognè » est traversé « girigna » (du verbe traverser, « giri-de »). Ce sentiment est ici considéré comme la conséquence envisagée de certaines activités de production, comme la récolte de bois de feu pour le sel par exemple. A l’inverse, on dira de quelqu’un qui travaille beaucoup, qu’il est maître de son foie « bognè kanyi » au même titre que l’on est maître de ses terres « bokhi kanyi ». La référence au foie n’est pas liée uniquement à la pénibilité de certaines tâches. Lorsque pendant la journée, une personne se met à songer à un événement quelconque, on dit qu’il promène son foie « bognè ragnèrè » (du verbe se promener « ragnèrè-de »).

  • 1 Dans Darré (op. cit., p. 6).

6Nous avons observé avec précision l’activité de trois unités de production sur le site de Tougoussourou pendant la saison 1994. Notre choix s’est porté plus précisément sur plusieurs unités distinctes qui représentaient en fait les trois types d’unités de production les plus fréquents sur les sites de production de sel. La première regroupait un homme et son épouse, la deuxième, un homme et ses deux épouses et la troisième, un homme, son épouse et un aide (adolescent). Les observations ont eu lieu les 13, 20 et 29 avril, à une époque où la production, au sein de chacune des unités, « battait son plein ». Ces périodes d’observations étaient selon nous les plus représentatives des conditions d’exécution des tâches. De plus, nous vivions alors sur les campements depuis près de deux mois. Nous avions par conséquent une bonne connaissance des différentes tâches et des conditions dans lesquelles nous allions procéder aux observations. De plus tout au long de notre période de résidence, nous avions pu recueillir les verbalisations des opérateurs sur leur activité et bénéficier ainsi de leur expérience, grâce aux visionnements quasi quotidiens des cassettes vidéo sur le campement et aux enregistrements de leurs remarques. Cette démarche se rapproche en fait, sans pour autant en faire un sujet d’étude, de celle de Darré (1985) qui tente pour reprendre les termes de Chiva1 de « donner sens à ce que fait le sujet et à ce qu’il en dit », démarche qui trouve son pendant en ergonomie à travers l’objet théorique qu’est le « cours d’action » (Pinsky et Theureau, 1987 ; Theureau, 1991), c’est-à-dire, pour reprendre les propos de Daniellou (1989, 2.8) « un comportement conscient (au moins en partie), intentionnel, planifié, socialement contrôlé (ou dirigé) et significatif pour l’opérateur en situation de travail... Les méthodes développées à partir de cet objet théorique permettent de décrire une activité complexe non pas comme une juxtaposition indifférenciée d’activités élémentaires, mais comme une organisation de différents cours d’actions et d’événements ayant chacun une signification pour l’opérateur [et par extension, dans de nombreux cas, pour le groupe auquel il appartient]. Il est ensuite possible, à partir de l’étude de plusieurs cours d’actions et d’événements voisins, d’établir différents niveaux de généralisation, permettant d’identifier des situations d’action caractéristiques. Cette notion est particulièrement importante dans une problématique de conception ».

7Les caractéristiques individuelles des opérateurs déterminent aussi fortement l’activité observée. Il n’existe pas d’opérateur moyen et l’on sait en ergonomie que les variations inter- et intra-individuelles ont des répercussions sur le cours de l’activité. La même tâche de production réalisée par deux opérateurs donne lieu à deux situations spécifiques. Dans le premier cas – variations inter-individuelles – « les opérateurs de grande taille ou de petite taille n’adopteront pas les mêmes postures, le plus expérimenté développera des stratégies différentes de celui qui l’est moins. Les efforts, les raisonnements mis en œuvre, et la fatigue résultante ne seront pas équivalents pour l’un et l’autre, même si le résultat produit est identique » (Guérin, Laville et Daniellou, 1991, p. 68). Dans le second cas – variations intra-individuelles – on retrouve les rythmes biologiques tels que les rythmes circadiens, les rythmes menstruels des femmes... qui se traduisent par des états fonctionnels variables avec les heures de la journée et l’âge. Ainsi, dans le cadre de la production de sel, il est rare de retrouver sur les campements des individus dont l’âge dépasse 50 ans. Dans l’ignorance de leur état de santé nous avons privilégié des individus représentatifs en termes d’âge – entre 25 et 37 ans pour des hommes dont les femmes se situaient dans la classe d’âge de 18 à 26 ans – des producteurs rencontrés sur la zone. Le suivi s’est fait pour chaque membre de chaque unité, de son réveil à son coucher. Chacun était suivi par un observateur de l’équipe du projet que nous avions préalablement formé au recueil d’activité. Les catégories d’observables que nous avons enregistrées sont la dynamique des activités quotidiennes, les postures, les lieux, les déplacements (distances en mètres) et les charges transportées (en kg). Le principe de l’observation continue a été respecté. Cela signifie que ces observables ont été relevés au fur et à mesure de leur modification – leur temps d’apparition était noté – au cours de la période d’observation. Ce sont par conséquent leurs modifications, observées dans le temps, et non un découpage a priori, qui ont guidé la dynamique des opérations sur la séquence d’enregistrement.

  • 2 Le recodage des informations dans la perspective d’un traitement informatisé est coûteux en temps. (...)

8Dans cette partie de notre travail, nos objectifs sont relativement limités2. Dans un premier temps, tout en ayant à l’esprit le rôle déterminant du contexte socioculturel susu sur l’exécution des tâches, nous souhaitons présenter une analyse de l’activité de production salicole de manière à pouvoir notamment mettre l’accent sur leur répartition sexuelle. Seule la catégorie « activité » est retenue. Lorsque dans le texte nous aborderons les répercussions de l’activité salicole exprimées par les producteurs, nous irons plus loin dans la description, pour faire ressortir et analyser les facteurs de pénibilité et la manière dont les exigences de la tâche sont régulées par les opérateurs. Nous étendrons alors les catégories d’observables aux postures, lieux, déplacements et ports de charges.

Les activités quotidiennes de production des opérateurs, hommes et femmes3

  • 3 Les informations sur l’activité sont présentées sous forme de graphes d’activité en annexes III et (...)

9Lorsque l’on regroupe l’ensemble des activités d’un homme et de ses deux épouses (voir annexe III), on s’aperçoit dans un premier temps que le cumul des temps de communication et de pause occupe une partie importante de la journée. Si l’on retire ces deux activités dominantes, le contrôle du foyer et la cuisson de la saumure constituent les occupations principales. Dans un second temps, lorsque l’on ne considère que les opérations strictement liées à la production de sel, la maintenance du foyer, c’est-à-dire son alimentation en bois, occupe le plus de temps (3 h 04 mn), suivi par le contrôle du foyer, le prélèvement du bois sur la zone de dépôt du campement et la coupe du bois. Les opérations de chargement et de déchargement des différentes structures de production, lorsqu’elles sont prises isolément, occupent peu de temps. Le cumul des durées pour la catégorie activité sur l’ensemble des unités de production observées sur trois campements confirme la prédominance, pour les opérations strictement liées à la production de sel, des activités de surveillance de la cuisson de la saumure.

10Sur une journée de 17 h 03 mn 37 s, l’activité de l’homme est beaucoup moins parcellisée que celle de ses épouses qui font respectivement 15 h 29 mn 10 s et 15 h 48 mn 12 s. Ses tâches principales sont la maintenance du foyer, c’est-à-dire son alimentation en bois répartie sur toute la journée, avec trois pics principaux dans la journée. Ils correspondent en fait aux trois réalimentations des bacs de chauffe en saumure. La communication avec ses épouses ou les producteurs des campements voisins occupe une place importante. Il faut souligner ici qu’il ne s’agit que de la communication verbale. Il est fort probable que des codes convenus à l’avance entre les différents opérateurs présents au sein d’une même unité de production existent. Toutefois, cette modalité n’est pas ressortie des entretiens issus de la confrontation systématique et quotidienne des producteurs avec les enregistrements vidéo de leur activité. Elle ne porte pas en général sur le processus proprement dit, excepté lorsqu’il s’agit d’orienter un jeune homme ou l’épouse la moins expérimentée dans les tâches de production de sel. En général, chaque opérateur ou opératrice sait ce qu’il doit faire au sein d’une dynamique qui repose sur une régulation structurale des opérations. Enfin, les tâches qui incombent personnellement à l’homme sont la pêche pour la consommation personnelle ou le fumage destiné à la vente, et la coupe du bois ou son prélèvement lorsqu’il est déjà conditionné – sur les zones de coupe.

  • 4 Nous avons conscience que l’ensemble des activités observées participe d’un unique processus de pro (...)

11On constate que son activité se concentre presque exclusivement sur les opérations liées strictement4 à la production de sel. Il est polyvalent dans ce domaine et participe aux mêmes opérations que ses épouses. En termes de production salicole l’homme peut intervenir à n’importe quel moment du processus. Son temps de pause est très réduit sur la journée. Ses activités sont beaucoup plus réparties sur la journée et chacune des opérations a une durée relativement importante. En dehors des opérations de production de sel, la pêche et la coupe du bois (ou son prélèvement sur zone de coupe s’il est déjà coupé) occupent une portion de temps importante.

12Sur une journée, lorsque l’on ne considère que les opérations liées indirectement à la production de sel, l’activité des femmes est beaucoup plus parcellisée que celle de leur mari. L’activité de la première épouse l’est en effet plus que celle de son époux. Cela se retrouve sur le graphe d’activité qui présente deux périodes importantes dans la journée. La première se situe entre 8 h et 9 h 15 du matin, avec les tâches de chargement du sel dans les greniers avec la pelle. La seconde se situe entre 13 h 30 et 15 h 30 avec les diverses tâches de cuisine et de prélèvement de bois pour la maintenance des foyers. L’importance du temps de pause est caractéristique de l’activité salicole féminine à Tougoussourou.

13Pour les opérations réalisées par la première épouse, qui sont directement liées à la production de sel, la répartition des durées pour la catégorie activité montre l’importance du prélèvement de bois sur la zone de dépôt du campement. Le bois est prélevé pour alimenter à la fois les foyers trois pierres et les foyers de chauffe de la saumure. Le prélèvement du sel dans les bacs arrive en seconde position. Toutefois, ces activités restent très parcellisées. Elles concernent les opérations d’alimentation des diverses structures (greniers, filtres, bacs et zones de stockage du bois). Les opérations de contrôle de la cuisson de la saumure lui échappent. Cela permet déjà d’entrevoir une répartition des tâches entre la première épouse et sa coépouse.

14Pour la seconde épouse, la première période se situe entre 6 h et 9 h 15 du matin, avec les tâches de démarrage de la production de sel proprement dite. Il faut souligner ici qu’il s’agit de la plus âgée des coépouses. C’est aussi celle qui est la plus expérimentée en matière de production salicole. Ce jour d’observation était le second jour où il lui incombait de s’occuper des tâches du ménage. Ce rôle revient à chacune des femmes tous les deux jours. Or, dans ce sens, on ne constate pas de véritable différence entre les activités des deux épouses, si ce n’est la lessive qui ici occupe 1 h 32 de son temps. La seconde période se situe entre 14 h et 17 h avec essentiellement le contrôle des foyers de chauffe de la saumure. Les activités indirectement liées à la production de sel recoupent en partie l’activité de la première épouse, tout en ayant des durées plus courtes imposées par le contrôle quasi permanent de la cuisson de la saumure.

15Les temps de pause et de communication prédominent, et l’ensemble des opérations est globalement présent chez les deux épouses. Il existe entre elles une répartition des tâches liées indirectement à la production de sel qui réduit considérablement l’écart qui existe habituellement en hivernage, dans le hameau, lorsque chaque épouse prend l’ensemble des opérations du maintien quotidien de l’unité familiale (famille nucléaire) tous les deux jours. L’épouse qui n’a pas de responsabilités ménagères s’occupe essentiellement de tâches personnelles telles que le colportage, la pêche et le travail dans le jardin de case. Sur les campements, cette partition n’apparaît pas clairement à travers l’analyse de l’activité. Pourtant le roulement entre les deux épouses existe aussi sur les campements. Chaque épouse s’occupe notamment des tâches ménagères de la famille nucléaire tous les deux jours. Dans ce cas, la partition des tâches imposées par la polygamie est subordonnée à la production de sel dans son ensemble. Si les tâches sont effectivement partagées entre les épouses c’est moins en raison des contraintes sociales (en termes d’alliance) qu’en fonction, semble-t-il, de la détention de savoir-faire techniques mieux maîtrisés par l’épouse la plus âgée (deuxième épouse). Dans ce cas, il est normal de retrouver les opérations de contrôle des foyers de cuisson de saumure entre les mains de l’épouse la plus expérimentée, qui n’est pas toujours la plus âgée, en terme de production de sel.

16Les tâches de production salicole proprement dites sont par conséquent mixtes. Il est impossible de faire ressortir le rôle prépondérant d’un sexe par rapport à un autre. Les activités de régulation structurales qui jouent un rôle organisateur et influencent l’activité des autres opérateurs (Guérin et coll., op. cit., p. 80) n’apparaissent chez aucun des deux sexes. Les seules activités qui dissocient les opérateurs en terme de répartion sexuelle des tâches sont les activités périphériques (pêche, cuisine, coupe de bois, lessive). Entre les deux épouses, la distinction n’est pas franche pour les activités périphériques. Elle l’est plus pour les activités de production de sel proprement dite, mais repose alors sur les différences de compétences et d’efficacité en matière de production de sel. Le partage des tâches stratégiques (contrôle du foyer par exemple) peut être différent si les deux épouses ont la même expérience en matière de production de sel.

17Pour une unité de production comprenant un homme et son épouse, on retrouve les différences précédemment décrites dans la répartition sexuelle des tâches. Toutefois, les tâches de contrôle et de maintenance des foyers incombent presque exclusivement à la femme en plus de ses activités périphériques. Comme dans le premier cas, l’homme est polyvalent et le temps passé pour chacune des tâches est chaque fois plus long. Pour une unité de production comprenant un homme, son épouse et un aide (adolescent), l’épouse concentre son activité sur les tâches périphériques. Les tâches de contrôle et de maintenance reviennent majoritairement à l’homme et les activités périphériques masculines sont regroupées pour l’essentiel entre les mains de l’aide. Il y a une partition des tâches (homme/sel – épouse/cuisine – aide/pêche) qui n’existe pas dans les deux autres types d’unités de production. Ainsi, pour un nombre de bacs équivalent, lorsque le nombre d’opérateurs est réduit, la charge de travail est plus importante pour chacun d’entre eux. Selon Montmollin (1984, p. 108), cette notion « [...] évoque soit des contraintes, c’est-à-dire les éléments objectifs de la tâche qui sollicitent l’opérateur (par exemple les charges à soulever, etc.), soit les astreintes, c’est-à-dire les modifications objectives et subjectives que subit cet opérateur du fait de l’activité entraînée par les exigences de la tâche, comme par exemple la dépense d’énergie..., ou même simplement le sentiment subjectif de fatigue ». En plus des activités strictement liées à la production de sel, chaque opérateur doit en effet réguler la diversité des activités périphériques qui lui reviennent. Les contraintes imposées par la tâche sont plus nombreuses et variées. Les astreintes qu’elles génèrent sont alors amplifiées.

Lorsque l’on atteint les larmes : des facteurs de pénibilité – exprimés par les producteurs susu – qui modifient notre perception des conditions de travail et élargissent les choix techniques

18Les facteurs de pénibilité ressentis par les opérateurs sont liés à la coupe du bois et aux déplacements quotidiens qu’elle génère (voir annexe IV). Le raclage des terres salées ne constitue pas une étape pénible du processus, contrairement aux opérations de maintenance des foyers qui le sont pour les femmes, et essentiellement en raison des contraintes combinées que sont la chaleur qui se dégage des différents foyers, les modalités d’étanchéification qui limitent le passage de l’air dans les aires de chauffe, et l’extrême parcellisation des activités féminines. L’isolement des sites d’extraction n’est pas ressenti comme pénible par les productrices qui sont en général chargées de collecter l’eau potable une fois par semaine. Souvent un hameau voisin possède un puits accessible à pied ou parfois en pirogue. Les départs du campement pour le hameau ou la ville la plus proche entrent dans le cadre de la logique des rapports sociaux qui existent entre ces différentes unités. Ils permettent notamment de se tenir informé des événements qui ponctuent la vie locale dont les producteurs s’isolent pour quelque temps. La distance qui sépare les campements des hameaux, et notamment de celui de Wondéwolia, génère une certaine forme de pénibilité « décalée » pour les producteurs. Le fait de ne pas pouvoir revenir travailler sur leur domaine rizicole pendant la saison sèche, lorsque leur présence s’impose, accroît, comme nous l’avons souligné, l’intensité de travail pendant les premiers mois d’hivernage. C’est d’ailleurs la caractéristique principale de la demande des producteurs.

19La production de sel entraîne l’isolement des différentes unités de production pendant plusieurs mois, dans des conditions jugées difficiles par les producteurs. Les hommes considèrent en effet que le prélèvement du bois quasi quotidien est l’activité la plus pénible du processus. Les femmes, de leur côté, parlent de la fatigue entraînée par les activités de maintenance et de contrôle qu’elles déploient pendant la journée devant les foyers. Elles précisent que ce sont principalement les nombreux déplacements, les transports de charge et la chaleur qui sont sources de peine. Dans les deux cas, il s’agit d’activités qui se répètent chaque jour et qui sont directement liées à la production de sel.

20L’interrogation portée sur ces deux facteurs de pénibilité nous renvoie à la notion de charge de travail utilisée en ergonomie. On entre alors dans le domaine des répercussions de l’activité de production sur l’individu, et des modes opératoires que celui-ci met en œuvre pour limiter cette pénibilité et répondre aux objectifs de sa tâche.

  • 5 Nous rappelons ici que compte tenu du contexte d’enquête, les objectifs sont ici assignés par les o (...)

21En ergonomie (Guérin et coll., op. cit., p. 85), les modes opératoires sont le résultat d’un compromis qui tient compte des objectifs assignés5, des moyens de travail, des résultats produits et de l’état interne (fatigue) des opérateurs. Même si les objectifs de production qu’il s’est assignés dans le temps nécessitent une régulation adéquate de son activité, on peut avancer que la situation de production de sel, vécue par le producteur susu, n’est pas contraignante. Il lui est en effet toujours possible de modifier ses moyens de travail et à un degré moindre, certains de ses objectifs, sachant que seules quelques tâches irréalisables le jour même, pour différentes raisons, peuvent être repoussées dans des délais très limités (coupe du bois, raclage des terres, construction de certaines structures et rechargement des digues avant les grandes marées de vives eaux). En fait, les compromis se réalisent moins nettement au sein du processus en lui-même, qu’entre deux processus distincts – en termes de produit – installés dans un rapport d’étroite dépendance, comme celui qui existe entre la production de sel et la riziculture.

  • 6 Les départs de producteurs contraints d’intervenir en urgence et de se déplacer sur leur domaine ri (...)

22L’analyse de l’activité sur plusieurs unités de production a montré que, quel que soit le nombre d’opérateurs présents au sein d’une unité de production, la limite des trois cuissons est toujours respectée et jamais dépassée. Et cela pour plusieurs raisons. En premier lieu, avant chaque installation, ou quelque temps après, chaque producteur sait précisément la quantité de sel qu’il peut produire. Les projets qui motivent son investissement dans la production salicole sont définis. Leur coût approximatif est envisagé au regard des prix de vente enregistrés au cours des années passées et du nombre de producteurs qui risquent de faire du sel. Après une mauvaise saison rizicole, les producteurs savent en général que les quantités de sel produites seront importantes. Les prix chuteront et il leur faudra alors spéculer en conservant, dans la mesure du possible, une réserve de sel qui sera écoulée le plus tardivement possible dans l’année et au meilleur prix. La quantité de sel produite au quotidien par bac est connue, et en fonction de sa date d’installation, le producteur sait le nombre de jours qui lui restent avant les premières pluies. Toutefois, les éléments qui influencent la production ne sont pas toujours techniquement maîtrisés, nous l’avons vu avec les inondations des aires de raclage. Des réponses sociales rétablissent en général la situation d’échec potentiel. Un producteur a ainsi l’assurance de produire malgré tout une quantité qui sera proche de celle espérée. Le seul facteur véritablement aléatoire6 est la défection de l’un des opérateurs, de l’épouse en particulier, si elle juge avoir travaillé plus que son mari, ou pour des raisons de santé, ce qui est extrêmement rare. En second lieu, des contraintes sociales font que sur une zone comme Tougoussourou, où l’activité est diurne – ce qui n’est pas le cas sur l’ensemble du littoral guinéen –, les premières heures de la nuit constituent le seul moment où il est possible de rendre visite aux unités de production voisines pour se distraire et échanger des informations, avant de se coucher. En dernier lieu, les producteurs considèrent que la cuisson de la saumure est plus longue et entraîne une plus grande consommation de bois pendant la nuit, ce qui génère un prélèvement accru de combustible qui s’oppose aux stratégies déployées par leurs pères pour gérer au mieux les stocks de bois disponibles sur pied ou coupés, et diminuer en parallèle la pénibilité des tâches.

23Les contraintes techniques ne sont pas avancées par les opérateurs pour expliquer la limite des trois cuissons. Pourtant, en fin de journée, le faible taux de salinité de la saumure résiduelle pourrait motiver l’interruption des activités de chauffe après l’ultime cuisson. Tel n’est pas le cas puisque, dans leur grande majorité, les producteurs réutilisent cette saumure le lendemain matin en la versant directement dans les bacs, ou sur la terre salée des filtres, chargée la veille. La recherche du rendement « à tout prix » n’est pas au centre d’une telle activité. Compte tenu de la quantité souhaitée, les producteurs préfèrent organiser leurs tâches de production et réguler leur propre activité. Ils réduisent le nombre des facteurs aléatoires en s’appuyant sur un contexte social spécifique. Comme nous l’avons souligné dans la description des différentes activités, les producteurs agissent sur leur environnement de travail, en portant une attention soutenue à la qualité de fabrication de certaines structures, à leur disposition sur les campements et à la gestion des moyens de travail utilisés (terre salée, saumure et bois). L’activité s’organise principalement autour d’un objectif de production, sans volonté de le dépasser.

24Les activités périphériques des femmes se situent essentiellement dans l’aire de chauffe. Qu’il s’agisse du fumage du poisson ou de la cuisine, les foyers utilisés pour chacune de ces activités sont localisés à quelques mètres des bacs de cuisson. De plus, dans tous les cas, les parois de l’aire de chauffe sont destinées à protéger les foyers de cuisson des vents dominants. Les ouvertures d’accès sont positionnées de manière à ce que le vent ne s’engouffre pas dans l’aire de chauffe. Elles sont souvent fermées à l’aide de nattes qui freinent le passage de l’air. La partie située directement à l’avant des foyers est recouverte d’un toit destiné à protéger la zone d’activité principale des femmes du rayonnement solaire. A l’intérieur d’une telle structure, dans la zone couverte, la température varie de 29°C (8 h 15) à 47,6°C (15 h 40). Elle décline ensuite à partir de 16 h 30 (46°C) pour atteindre 30°C vers 19 h. Devant les bacs de chauffe, il faut en général ajouter entre 10 et 15°C supplémentaires. Des pics de température avoisinant les 60°C vers 15 h 30 sont atteints au moment des fortes chaleurs, lorsque les déplacements reprennent à l’intérieur de l’aire de chauffe.

DANS AIRE DE CHAUFFE

8 h 10

9 h 40

10 h

10 h 30

11 h 30

13 h 10

14 h 30

15 h 40

16 h 30

17 h 40

19 h

29°1

33°

35°1

44°7

44°6

38°1

40°

47°6

46°

39°4

30°

DEVANT FOYERS

43°1

50°

51°1

62°

62°

52°1

57°

62°6

62°3

54°

42°3

Fig. 11 – Évolution de la température dans les aires de chauffage pendant la journée. Relevé du 13 avril 1994. Aire de chauffe avec trois bacs de cuisson. Bouches des foyers orientées à l’ouest

25Pour les hommes, le prélèvement du bois représente le facteur de pénibilité principal du processus. Ils parviennent toutefois à le limiter à travers certaines modalités de réutilisation (cf. supra). De leur côté, les femmes avancent que ce sont les opérations de maintenance et de contrôle des foyers qui sont les plus fatigantes. Nous l’avons souligné lorsqu’il s’est agi de travailler sur la répartition sexuelle des tâches. Elles précisent toutefois que certains éléments objectifs de la tâche (contraintes) favorisent cet état. Il s’agit selon elles principalement des déplacements entre les structures du campement, des ports de charges et de la température ambiante dans l’aire de chauffe. Ces facteurs de pénibilité sont systématiquement exprimés par les productrices, quels que soient leur âge et leur expérience. Les graphes d’activité des femmes d’une des unités de production (un homme et ses deux épouses) montrent effectivement que si les distances parcourues sont relativement faibles au cours de chaque déplacement entre les structures, elles sont toutefois répétitives et souvent associées à des ports de charges, dont le poids moyen se situe entre 8 et 10 kg, quasi continuels sur la journée. L’intensité des déplacements est forte pendant les trois premières heures de la matinée et le début de l’après-midi. Ils se concentrent essentiellement à l’intérieur de l’aire de chauffe, entre la zone de cuisine et les bacs et confirment ainsi l’importance de l’activité de surveillance de la combustion dans les foyers.

26Les innovations solaires proposées répondent bien à l’objectif d’amélioration des conditions de travail locales. Mais l’analyse de l’activité de production a modifié en profondeur la perception première des artisans du projet en faisant apparaître des facteurs différents de ceux qui étaient pressentis. Le raclage des terres salées qui était considéré comme un facteur contraignant pour les producteurs susu dans les termes de référence du projet n’émerge pas comme tel dans nos enquêtes. Cela a un impact important pour le choix des innovations. Dès l’instant où les différents raclages de terre salée ne constituent pas un facteur de pénibilité, la palette de choix techniques peut aussi s’étendre aux salines mixtes. Au même titre que les marais salants, elles ne nécessitent aucune coupe de bois de feu – facteur de pénibilité pour les hommes – et aucun recours aux foyers de cuisson avec ce que leur gestion implique pour les femmes.

Notes

1 Dans Darré (op. cit., p. 6).

2 Le recodage des informations dans la perspective d’un traitement informatisé est coûteux en temps. Il fournit de plus une quantité de données importantes (plus d’un millier d’informations par producteur et par jour). Compte tenu de la somme d’informations que représente un suivi sur une journée complète, nous avons opté ici pour une présentation limitée aux observations recueillies pour une unité de production regroupant 1 homme et ses 2 épouses, sans toutefois évacuer définitivement les comparaisons avec les deux autres types d’unités de production. Π se trouve que cette unité était la plus représentée à Tougoussourou en 1994.

3 Les informations sur l’activité sont présentées sous forme de graphes d’activité en annexes III et IV. Leur traitement statistique est illustré par des séries de « camemberts ». Sur les graphes d’activité, les lignes horizontales traduisent le maintien d’un état. Elles sont reliées entre elles par des lignes verticales qui illustrent le lien entre les états. La totalité des informations issues des observations systématiques sur une journée de production est représentée. Le graphe d’activité permet ainsi de visualiser « [...] les moments, les durées, les transitions, les simultanéités, les évolutions, les événements exceptionnels ou les plus fréquents... » (Guérin et coll., op. cit., p. 194).

4 Nous avons conscience que l’ensemble des activités observées participe d’un unique processus de production de sel. Toutefois, pour des commodités d’analyse, nous avons dissocié des tâches strictement liées à la production de sel telles que le contrôle des foyers, le chargement des bacs, le prélèvement de saumure, etc. et des tâches indirectement liées à la production de sel – tâches périphériques – telles que la cuisine, la pêche, la lessive, la construction des filets. La notion de tâches périphériques ne préjuge pas de l’importance qu’elles revêtent au quotidien.

5 Nous rappelons ici que compte tenu du contexte d’enquête, les objectifs sont ici assignés par les opérateurs eux-mêmes et la tradition et non par un ensemble prescrit d’opérations instituées par un bureau des méthodes.

6 Les départs de producteurs contraints d’intervenir en urgence et de se déplacer sur leur domaine rizicole au moment des ruptures de digues sont peu fréquents, dans la mesure où le sel est, rappelons-le, bien souvent l’unique garantie de revenus. Cette situation a d’importantes répercussions sur les rendements rizicoles.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable