Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage des mondes

 | 
Philippe Geslin

Quatrième partie. Des repères pour la conception. Avantages et inconvénients des alternatives solaires dans le contexte social du hameau et du village

Chapitre 10. L’innovation et la gestion locale de la mangrove

Texte intégral

1Cette quatrième partie présente les repères pour la conception. Dans un premier temps, nous précisons certains des termes de référence du projet – ceux qui étaient liés à la déforestation de la mangrove et à la pénibilité des tâches de production salicole chez les Susu – grâce aux données issues de nos enquêtes. On insiste sur le fait que les producteurs de sel susu mettent en œuvre des savoir-faire techniques autour de l’utilisation du bois de feu qui permettent de gérer au mieux leur écosystème. Dans un deuxième temps, on entre plus précisément dans les relations entre les alternatives solaires proposées et le contexte social de leur réception. On les confronte notamment au système foncier, à l’organisation du travail collectif, à la répartition sexuelle des tâches et au système de représentation du sel chez les Susu.

2Les actions précédentes de l’afvp et des paludiers ont contribué à faire connaître les salines mixtes aux producteurs de Wondéwolia, avant l’arrivée du projet. Compte tenu de leur situation sociale très spécifique au sein de la société susu, les producteurs ont retenu et tenté de mettre en œuvre cette innovation avant l’arrivée des membres du projet. Toutefois, dans le hameau de Wondéwolia, la volonté de mise en œuvre des salines mixtes repose sur la nécessité de retrouver une forme de « stabilité sociale » en répartissant l’intensité de travail d’une façon plus homogène sur l’ensemble du calendrier agricole. En outre, cette répartition de l’intensité de travail touche essentiellement, dans leur rapport mutuel, les opérations rizicoles et notamment la restauration des digues, l’aménagement d’un casiérage, et la production de sel.

3Les producteurs de Wondéwolia considèrent que l’avantage de la saline mixte est de pouvoir fonctionner sans aucun producteur pendant trois à quatre jours. La femme peut aussi s’occuper de la gestion des bâches. Elle peut le faire en l’absence de l’homme, alors que dans la production traditionnelle cela est impossible. L’absence de l’homme entraîne la rupture de la coupe du bois et suspend la production. Si sur une bâche, le producteur verse de la saumure pour une récolte « à quatre jours », et cela à plusieurs reprises dans la saison, on peut avancer que les paysans pourront travailler sur leurs aménagements rizicoles de manière à anticiper la préparation des travaux d’hivernage, limiter les ruptures de digues en prenant le temps de les consolider et commencer les aménagements intérieurs des surfaces rizicoles. En hivernage, les activités sont trop intenses pour que les travaux d’aménagement soient effectués en toute fiabilité. De surcroît, la saison des pluies accentue la pénibilité des tâches agricoles. Pour les producteurs de Wondéwolia, les salines solaires allaient entraîner une répartition plus homogène des activités d’aménagement rizicoles sur le calendrier agricole. La période de forte intensité de travail du mois de mai pourrait disparaître au profit d’une activité mieux répartie sur le calendrier agricole et par conséquent moins astreignante.

  • 1 Dans le cadre de notre contrat, nous devions présenter nos repères à la fin de la deuxième année d (...)

4Sans abandonner l’alternative représentée par les marais salants qui au moment de la formulation des repères rencontrait encore des problèmes techniques liés principalement à l’étanchéité de l’argile1 et à la qualité du sel, les résultats de nos enquêtes ont bien sûr pris en compte les choix fondés sur l’expérience des producteurs susu. Mais au même titre que pour les axes du projet et les alternatives retenus par les paludiers, nous les avons confrontés aux données ethnographiques globales en envisageant leurs répercussions sur le contexte social du hameau et du village. Les producteurs susu auraient pu somme toute s’appuyer sur peu d’éléments pour étayer leur choix. Celui-ci aurait pu reposer en effet moins sur l’efficacité et le potentiel adaptatif de l’objet technique transféré que sur le rapport de séduction qu’il génère. C’est l’aspect principal de l’approche anthropotechnologique des transferts de technologies : anticiper autant que possible les répercussions techniques et sociales inhérentes aux choix arrêtés en amont du programme par les promoteurs de l’innovation et dans le cas présent par les futurs utilisateurs, cela avant de participer à son éventuelle diffusion et de procéder aux ajustements nécessaires jusqu’en phase de stabilisation, lorsque le contexte de l’action le permet. Cette anticipation n’a pu se faire qu’en partant de l’étude du processus traditionnel actuel dans un contexte que l’expérience n° 4 et les diverses restitutions aux acteurs du programme nous ont contraint d’élargir. Notre démarche, dans un premier temps très localisée, s’est ouverte à d’autres sphères – villageoises, régionales, nationales et internationales – et aux différents réseaux d’acteurs qui les animent. Dans les pages qui suivent, les résultats de ces observations et de ces enquêtes sont mis en perspective avec les problématiques d’actions du projet et des producteurs susu de manière à faire émerger les contraintes techniques et sociales dont sont porteuses les différentes alternatives proposées.

5Dans le cadre de la saliculture, l’un des éléments de la problématique du projet touchait l’environnement et plus spécifiquement, la déforestation de la mangrove :

Le problème du bois se pose à deux niveaux :
– la déforestation de la mangrove par coupes spécifiques de bois de feu est une des premières causes de disparition de ce milieu. Dans une zone comme celle de Coyah située près d’un centre urbain, où la pression de l’homme est forte, la régénération ne se fait plus et la végétation herbacée se substitue définitivement au couvert arboré...
– résultante de la déforestation et de la non-régénération, le manque de bois se fait sentir sur de nombreux sites d’extraction de sel, obligeant les producteurs à s’approvisionner de plus en plus loin, rendant le travail toujours plus astreignant. Certains producteurs sont obligés, par manque de main-d’œuvre ou par des distances trop élevées entre leurs sites d’extraction et les zones d’approvisionnement en bois, d’acheter le bois de feu ; il en résulte un coût de revient du kilo de sel produit multiplié par quatre (afvp, 1993, p. 11).

6L’intégration d’un volet environnemental dans le programme nous oblige à parcourir l’univers végétal des Susu, où il est question de la pousse spontanée et de « l’amitié respectueuse » entre l’homme et la plante. Chez les Susu de Wondéwolia, le riz, au même titre que le fonio, l’arachide et le maïs, est considéré comme un aliment « donsé ». Les explications formulées ne font pas référence au monde végétal, pas plus qu’elles ne parlent de légumes ou de plantes (termes qui n’ont pas de correspondance dans le vocabulaire susu). Par contre, ils font une partition nette entre des espèces qui donnent des fruits « bogi » sans l’intervention de l’homme (oranger, manguier, colatier, etc.) et celles qui nécessitent son intervention (le riz, le fonio, l’arachide et le maïs). Cette première remarque amène par conséquent à distinguer ce qui pousse « spontanément » de ce qui requiert une « amitié respectueuse » pour reprendre les termes d’Haudricourt (1987, p. 279 [1962]). Le système de représentation des Susu de Wondéwolia va plus loin encore dans le discernement. L’univers des plantes cultivées regroupe l’ensemble des aliments produits par bouturage ou par resemage de leurs graines « khori ». Ce dernier terme recouvre différentes réalités. Comme nom, il signifie l’os, le noyau et le grain. Comme adjectif, il qualifie ce qui est essentiel, vrai et par extension ce qui est nécessaire à la vie. Le verbe « khori-de » assécher, qui a pour synonyme le verbe « khara-de », qui est la racine de l’adjectif immobile « rakharakhi » (du verbe rester immobile « rakharade ») nous renvoie à la partie sèche, inerte d’un organisme, celle qui à travers les soins prodigués par l’homme peut donner la vie, la soutient ou plus modestement y contribue. Sans l’intervention de l’homme sur la plante, sans le travail de la terre, sans l’isolement du grain et son traitement, il n’y a aucune régénérescence possible. Lorsque le riz est récolté, sa tige meurt. On ne peut la réutiliser comme on le fait avec les tiges « bili » du manioc ou de la patate douce en procédant à leur bouturage. Elle ne produit pas de riz spontanément. La spontanéité de la repousse marque la frontière entre les deux mondes. Les plantes sauvages sont seulement dépendantes du cycle des saisons qui détient le pouvoir exclusif d’en faire apparaître les fruits, en dehors de toute manipulation anthropique. Cette distinction a un impact important dans les rapports sociaux ou pour reprendre les termes d’Haudricourt sur le « traitement d’autrui ».

  • 2 Wouribili signifie tronc. C’est le terme générique pour l’arbre avec ou sans fruit. Les arbres qui (...)

7En brousse, sur les zones inhabitées, les fruits qui apparaissent spontanément selon le rythme des saisons peuvent être ramassés par chaque individu de passage. Ce qui pousse spontanément sur ces zones appartient à tous. Sur les zones habitées, le titre de propriété intervient. Les fruits apparus spontanément et qui sont tombés à terre peuvent être ramassés par les habitants qui le souhaitent. Le propriétaire ne dit rien dans ce cas précis. Par contre, les fruits qui sont encore sur les branches « salonyi » de l’arbre2 « wouribili » doivent être cueillis avec une autorisation préalable. Si le cueilleur n’en prélève que deux, aucune poursuite ne sera engagée contre lui. Les Susu reconnaissent en effet le droit pour tout individu de satisfaire ponctuellement un besoin alimentaire, dès l’instant où il ne porte pas préjudice au bien d’autrui. S’il en prélève plus de deux, l’acte constitue un vol, et la personne est jugée. L’accès aux végétaux qui ont nécessité l’intervention de l’homme est beaucoup plus restrictif. En dehors du manioc dont on peut prélever deux plants sans aucun risque de poursuite, toutes les autres espèces cultivées sont propriétés du dembaya kanyi, ou de ses femmes – pour ce qui est cultivé sur les jardins de case – et le prélèvement est systématiquement subordonné à une autorisation préalable, sous peine de poursuites. Pour être prélevés, les palétuviers destinés à alimenter les foyers sur les campements ne nécessitent aucune autorisation préalable. Ils poussent spontanément et appartiennent à tous lorsqu’ils sont sur des zones inhabitées.

8Lorsqu’un producteur a l’intention de produire du sel, il doit commencer à prélever le bois de feu destiné au chauffage de la saumure, en général deux mois avant le début de la saison sèche, au moment où les activités rizicoles sont moins intensives, de manière à commencer la saison de production de sel avec une réserve importante de bois sec. Le bois de feu utilisé sur la zone d’enquête est l’avicennia et à un degré moindre le rhizophora. Il se présente sous la forme de perches dont les longueurs moyennes varient entre trois mètres cinquante et quatre mètres – limitées par la longueur sur pied, mais aussi par la capacité de remplissage de la pirogue dont la longueur varie entre trois mètres cinquante pour les plus petites et cinq mètres, pour les plus grandes. L’approvisionnement en bois est en général quotidien, mais ce n’est pas systématique. Il dépend de la marée pour ceux dont les campements sont distants des zones de coupe. En fonction de la position de leur zone de coupe (amont ou aval du campement), les producteurs vont charger le bois à des heures différentes de manière à ce que la pirogue chargée puisse bénéficier du flux et du reflux, l’idéal recherché étant lorsque la hauteur de la marée permet l’arrivée de la pirogue sur l’accès aménagé à cet effet à proximité du campement, au pied d’une digue. Cette situation facilite le déchargement et réduit le transport à pied.

9Il y a trois périodes de coupes. La première intervient très tôt dans la saison, en général dès le mois de septembre, et cela jusqu’en novembre. Les zones sont situées le plus près possible des campements de production de sel. Lorsqu’il s’agit d’un nouveau campement, le bois utilisé provient en partie de la parcelle défrichée l’année précédant l’installation. L’autre partie est prélevée sur les zones situées en général à moins d’une heure de pirogue du campement. Sur les zones de production où le bois est présent en grande quantité, les périmètres de prélèvement sont proches des campements et le transport du bois se fait « à tête », plusieurs fois dans la journée. La coupe a lieu très tôt pour réduire la pénibilité inhérente à la collecte et au transport pendant la saison de production, mais aussi, pour pouvoir obtenir un bois sec au moment de la combustion. Le bois concerné par cette opération est l’avicennia qui met plus de temps à sécher que le rhizophora. Ce dernier nécessite peu, voire pas de séchage avant utilisation. Les données scientifiques recoupent ici les connaissances empiriques des producteurs. Le pouvoir calorifique du rhizophora est en effet très faible (inférieur à 4 600 kcal/kg), mais il est recherché en raison d’une humidité contenue (40 %) inférieure à celle de l’avicennia (70 à 95 %, doat, 1977), pour ses qualités de chauffe – sa combustion est lente et dégage peu de fumée – et aussi pour sa solidité dans le cadre de la construction de l’armature destinée à supporter les éléments de filtration de la saumure. Le bois ainsi coupé n’est pas transporté directement. Il le sera chaque jour, ou tous les deux jours, lorsque les producteurs s’installeront sur leur campement, pour alimenter les foyers.

10Une deuxième période de coupe intervient dès les premiers jours de l’installation. La recherche se concentre alors sur l’avicennia. Il entre dans la construction de la majorité des structures présentes sur le campement. Quelques perches sont en rhizophora pour la construction de l’armature des éléments de filtration. Les contraintes exercées sur certaines perches nécessitent une fraîcheur de coupe que ne présentent plus les éléments issus de la première période. Le nombre de perches destinées à la construction d’une structure est estimé sur la zone de coupe. Ainsi, la quantité prélevée correspond en général à la quantité requise pour chaque structure en construction. Les résidus, notamment les extrémités des perches destinées à la construction des huttes et autres unités architecturales légères, sont utilisés pour la conception des petits éléments des filtres, des armatures de poulaillers, des sanitaires et parfois des zones d’accès des pirogues.

11La troisième période de coupe apparaît en général vers la fin de la saison de production, lorsque le producteur constate que le volume coupé ne peut plus répondre aux besoins de la production. Dans ce cas, il coupe de préférence du rhizophora pour les raisons présentées plus haut, mais ce bois est rare et ses conditions d’extraction difficiles. Il doit alors souvent se contenter de bois d’avicennia dont le grégarisme est lié à une reproduction sexuée particulièrement efficace (nombre de graines important, pouvoir de germination élevé et bonne résistance des plantules aux contraintes de l’environnement) ainsi qu’à une multiplication végétative intense (absente chez rhizophora) se traduisant par un pouvoir de ramification très élevé (Bertrand, 1993, p. 16).

12Les zones de coupe des palétuviers sont en général situées à moins d’une heure de pirogue du campement, sur des terres longeant les bords des rivières proches comme la Toussouri et la Bambaya. L’éloignement des lieux de coupe tient compte, bien sûr, du volume de bois disponible sur l’aire de coupe, de la position du campement, mais aussi de la position du hameau de culture, pour les hameaux situés en mangrove. Car il ne faut pas perdre de vue que le travail de coupe le plus important s’effectue à la fin de l’hivernage, à une époque où les producteurs doivent regagner chaque jour leur lieu de résidence principale, puisque les campements ne sont pas encore aménagés. Les zones sont donc localisées en fonction de ces trois critères que sont le volume utile, la distance par rapport au campement et celle qui sépare les zones de coupe du hameau de culture. Pour les producteurs dont le lieu de résidence principal se situe à une distance importante du site de production, la zone de coupe se situe en général à peu de distance du site de production. Dans ce cas, le producteur ne peut pas regagner son domicile chaque jour. Les relations de parenté ou d’amitié interviennent alors, et le temps de la période de coupe, qui dépasse rarement une semaine pleine, le producteur réside chez un ami, un membre de sa famille ou de celle de son épouse, dont le hameau se situe à moins d’une heure de pirogue de la zone de coupe. Ces zones de coupe ne sont soumises à aucune autorisation préalable de prélèvement dans la mesure où elles sont éloignées des territoires des hameaux les plus proches. Dans ce cas, il n’y a pas de droit d’usage. Le bois récolté n’est pas revendu. Les producteurs ne font pas de commerce de bois pour la production salicole sur cette zone, contrairement à ce qui se passe au nord de Conakry. Ils le prélèvent uniquement pour leur production de sel.

13Les producteurs de Tougoussourou prélèvent le bois sur cinq zones. Un producteur peut avoir deux sites de coupe, mais le cas est relativement rare. Ces sites sont alors peu éloignés les uns des autres (1 500 à 3 000 m). La surface de cette zone fait approximativement 360 hectares. Au moment de l’installation sur les campements le bois de construction est prélevé sur ces mêmes zones. Dans les deux types d’utilisation – bois de feu et bois de construction –, les modalités de coupe sont identiques. Le producteur sélectionne une zone sur laquelle les individus correspondent aux diamètres et longueurs requis. Un soin plus important est accordé lors du prélèvement pour la construction des structures. Les perches coupées doivent être assez robustes pour résister aux contraintes de construction et assez longues pour permettre une hauteur de parois (hutte et tassa) suffisante, sachant que chaque perche est enfoncée en moyenne sur 40, voire 50 cm de profondeur dans le sol du campement.

14La structure qui nécessite le plus gros volume moyen de bois sur un campement est la case ronde avec 0,474 m3. Les filtres viennent ensuite avec un volume moyen de 0,375 m3. La structure de chauffe utilise un volume moyen de 0,274 m3, avant le lit (0,206 m3), la case carrée (0,148 m3), les sanitaires (0,087 m3), le magasin à sel (0,079 m3), le banc (0,029 m3), l’aménagement de l’accès pirogue (0,028 m3), l’aménagement de la zone de prélèvement de l’eau de mer (0,016 m3) et le poulailler (0,005 m3).

15Si l’on se réfère à l’unité de production salicole la plus fréquente chez les Susu de Tougoussourou (un homme, deux épouses et un enfant en âge de participer aux activités de production), le campement comprend : une structure de chauffe (tassa), une structure de filtration avec quatre filtres (tanke), une case ronde, une case carrée, deux greniers à sel (tanfoui), un sanitaire, un banc et trois lits. Cette unité utilise 2,163 m3 de bois pour la construction de ses structures. Pour la zone de production de Tougoussourou qui en 1994 comprenait vingt et une familles de producteurs, le volume de bois de construction était approximativement de 47,586 m3. Ces chiffres présentent le volume de bois utilisé par une unité de production et par extension par l’ensemble des familles de Tougoussourou en 1994. Ils illustrent le volume de bois de construction recensé au moment de l’enquête. En raison de la réutilisation des structures, ils ne correspondent pas au volume coupé chaque année par une famille et par l’ensemble des familles de Tougoussourou.

  • 3 Dimensions moyennes du bac 158 x 76 x 10 cm, soit 0,12 m3.

16En 1994, sur le site de Tougoussourou, le nombre moyen de chargements de pirogue utilisés par jour était de 1,7 par producteur (un homme et ses deux épouses) possédant trois bacs de chauffe et quatre filtres pour l’obtention de la saumure. Le volume d’une pirogue se situe approximativement entre 0,7 m3 et 1 m3, ce qui correspond approximativement à 1 stère et 1,4 stère de bois d’Avicennia par jour. Il faut approximativement 0,5 pirogue pour alimenter un bac de chauffe3 dans la journée. Ce qui, étant donné la taille de la pirogue, donne entre 0,5 et 0,7 stère de bois pour un bac, soit un volume situé entre 0,35 m3 et 0,5 m3 de bois consommé par jour et par bac de chauffe. Les quantités de bacs varient selon les besoins et les moyens financiers des producteurs entre deux et six bacs, avec une moyenne de trois bacs pour l’ensemble des producteurs de Tougoussourou.

  • 4 (seca, 1990, p. 9-11).

17La zone d’approvisionnement en bois de feu et de construction qui fait 360 hectares se situe4 entre le type de « formation fermée basse » à dominante avicennia dont la hauteur varie entre six et huit mètres et un type de « formation basse ouverte » regroupant de l’avicennia et du rhizophora dont la hauteur varie entre trois et cinq mètres. Pour chacune de ces formations, le volume de bois disponible sur pied par hectare est de 40 m3 pour la formation fermée basse et de 15 m3 pour la formation basse ouverte. On peut donc estimer, pour la zone qui nous intéresse, une moyenne disponible située entre 20 et 25 m3 sur pied et par hectare. Compte tenu du fait qu’il faut huit années pour que le peuplement se reconstitue, nous avons un accroissement moyen en volume de 2,5 m3 à 3,1 m3 par hectare et par an.

18Pour un site de production comme Tougoussourou, qui en 1994 renfermait 53 bacs de cuisson, lorsque l’on se réfère à 45 journées de production, on obtient le chiffre de 2 385 bacs. Un bac consommant en moyenne 0,4 m3 de bois par jour, on obtient pour une saison de production un volume de bois utilisé de 954 m3 pour l’ensemble du site. Si l’on approche ce chiffre du volume sur pied disponible et de l’accroissement annuel, le prélèvement est soit très légèrement supérieur, soit inférieur à l’accroissement biologique de la forêt dans l’année. Dans la mesure où les producteurs de Tougoussourou sont les seuls à exploiter cette zone et principalement en saison sèche, on peut donc considérer que le prélèvement effectué n’est pas excessif. La forêt reste en équilibre du point de vue du volume. Sur cette zone de la Soumbouya, la production de sel ne constitue pas véritablement une menace écologique. De plus, l’année 1994 représentait une année de forte production dans la mesure où les résultats de la riziculture étaient désastreux. Lorsque les quantités de riz sont suffisantes, tous les producteurs ne font pas systématiquement de sel et parmi ceux qui s’engagent dans cette production, un grand nombre s’installe tardivement sur les sites, réduisant ainsi sa durée. Par conséquent, dans les années à faible production, on peut supposer que le prélèvement est nettement inférieur à l’accroissement.

Vol. s/pied/ha

Volume sur pied
pour 360 ha

Accroissement
annuel

20 m3

7 200 m3

900 m3

25 m3

9 000 m3

1 116 m3

Fig. 9 – Volume sur pied et accroissement annuel du bois dans la zone d’approvisionnement de Tougoussourou

Des types de foyers de cuisson et une répartition des moyens matériels entre les opérateurs qui limitent la consommation de bois de feu

19Sur le site de Tougoussourou, les foyers utilisés pour l’évaporation de la saumure sont systématiquement ouverts sur un seul côté. Dans la majorité des cas, la bouche du foyer se situe sur le petit côté. Le bois est introduit dans le sens de la longueur du foyer, et poussé vers l’intérieur au fur et à mesure de sa combustion. Dans d’autres cas, plus rares, le foyer est disposé perpendiculairement aux perches qui vont l’alimenter. La bouche se situe dans ces cas au centre du côté le plus long, mais la largeur de son ouverture a les mêmes dimensions que celle aménagée sur les foyers précédents. Le producteur introduit les perches d’avicennia perpendiculairement à l’axe longitudinal du foyer, mais aussi en éventail, vers les côtés. Les deux variantes peuvent être combinées chez un même producteur, en fonction de la surface de son aire de chauffe et de l’accès aux filtres situés en proximité, à l’extérieur. Ces foyers sont situés sur les parties les plus hautes des campements, pour éviter les remontées de la nappe phréatique en période de grande marée, notamment par l’intermédiaire des trous de crabes. Selon la hauteur du campement et son ancienneté, les combinaisons regroupent deux types de foyers, le foyer posé et le foyer partiellement enterré. Le foyer posé est construit à la surface du sol de l’aire de chauffe sur un campement récent au sol fraîchement remanié ou sur un campement ancien dont la couche supérieure du sol est hors de portée de remontées capillaires. Le second type de foyer possède une partie arrière partiellement enterrée dans le sol. On le retrouve uniquement sur les campements anciens lorsque la surface du sol n’est pas suffisamment plane.

  • 5 Trois au maximum. Mais la mise en commun des moyens de travail ne concerne que deux producteurs. N (...)

20Un campement peut abriter plusieurs familles de producteurs5. Quels que soient les liens qui existent entre ces familles, il existe souvent une répartition des moyens de travail – aires de raclage, éléments de filtration, foyers, grenier à sel – qui varient d’un campement à l’autre. La compréhension de l’organisation de l’activité de production en dépend. Ces dispositions sont prises avant la saison, au moment où la décision de produire du sel est arrêtée, en général lorsque les récoltes de riz s’annoncent peu favorables ou plus tôt encore, si les projets de chacun, indépendamment des résultats rizicoles, nécessitent le recours à la saliculture. Chaque producteur organise alors sa saison à venir en contactant les membres de sa famille étendue ou ses amis de manière à asseoir sa production sur une force de travail qui lui permettra d’atteindre ses objectifs. Il s’agit là d’une première étape qui va influencer en profondeur la répartition des moyens de travail au sein du campement mais aussi entre les membres de l’unité de production. C’est en définitive autour des activités directement liées à la production de sel que vont s’organiser les activités périphériques qui réguleront la vie de chacun pendant la saison sèche.

21Plusieurs types d’organisations émergent au sein de cette production. Lorsque deux frères sont sur un même campement, l’aire est divisée en deux parties égales par l’aîné des deux. Chacun possède ses propres filtres (séparés ou non) et bacs dans des aires de chauffe distinctes. Chacun utilise aussi son bois de feu et entrepose sa terre en un tas distinct au même titre que le sel produit. S’ils décident de faire production commune, les bacs, les filtres et la surface de raclage sont exploités par les deux, de concert. Le bois de feu est commun à tous. La terre est entreposée dans un tas unique au même titre que le sel produit. Lorsque l’aire de raclage de la terre salée et les filtres sont communs aux deux alors qu’ils n’ont qu’une aire de chauffe et que chacun récolte sur ses bacs personnels, le bois de feu est entreposé dans deux tas distincts ou un même tas commun aux deux au même titre que le lieu de dépôt de la terre et le sel produit.

22Lorsque les deux producteurs n’ont aucun lien de parenté, mais décident de travailler ensemble, l’aire de raclage est commune aux deux, comme le sont les filtres et l’aire de chauffe. Chacun possède ses propres bacs de chauffe. Selon les producteurs, entre amis, il est extrêmement rare d’avoir des bacs en commun. Dans ce cas, la terre est commune, les filtres et l’aire de chauffe aussi. Il n’y a qu’une seule zone de dépôt de la terre, et une ou deux zones de dépôt de bois. La distinction des zones de dépôt de bois dépend de la zone de collecte de bois et de la quantité respective de bacs de chauffe – si les deux opérateurs prélèvent sur une même zone, il y a une seule zone de dépôt sur le campement. Dans le cas contraire, il y a deux zones de dépôt. Le sel produit est entreposé pour chacun dans des greniers distincts.

  • 6 Les productrices isolées sont extrêmement rares. Nous n’avons observé qu’un seul cas à Tougoussour (...)

23En général la femme possède les moyens de travail au même titre que son mari. Il n’y a pas de répartition de ces moyens telle qu’on a pu la décrire plus haut, mais une répartition en termes de production. Si une épouse souhaite avoir ses bacs personnels dans la même aire de chauffe, en plus de ceux de son mari, elle utilise les filtres, le bois et la terre de son mari. Par contre si elle vient seule sur le campement de son beau-frère ou de ses enfants, elle peut alors bénéficier d’une aire de raclage et de filtres. Par contre, elle utilise ses propres bacs. Elle collecte aussi son bois, préalablement coupé par le mari ou collecté par elle au fur et à mesure des besoins6. Ses fils ou son beau-frère lui construisent l’aire de chauffe et sa hutte. Son mari peut aussi venir les construire, puis retourner à ses occupations dans le hameau.

24La répartition des moyens de travail a une influence sur les types de foyers utilisés.

25Quatorze types de foyers – posés ou semi-enterrés – ont été recensés sur le site de production de Tougoussourou. Les configurations répondent à plusieurs critères :

261. Une organisation spécifique de l’activité de production entre les individus d’une même unité de production (un homme/deux épouses ou un homme/une épouse/un aide ou un homme/une épouse).

27Il existe plusieurs cas de figures :

  • les bacs appartiennent à un producteur (types 1, 2, 3, 4, 5, 9, 10, 11, 12, 13, 14, figure 10) ;
  • les bacs sont répartis entre deux producteurs (types 3, 4, 6, 7, 8, 10, 12). Cette configuration peut renvoyer à une séparation des filtres en amont, entre deux producteurs au sein d’une même unité de production. Dans ces cas, il y a une seule aire de chauffe. Cela implique aussi une gestion individuelle de la cuisson, donc des foyers, entre deux producteurs au sein d’une même unité de production. En cas d’absence de l’un des deux producteurs, la séparation par un support intermédiaire plein entre deux séries de deux bacs (type 8 par exemple) permet au producteur, isolé temporairement, de ne pas transmettre le pouvoir calorifuge de ses foyers à ceux de son voisin dont les foyers sont hors service.

282. Des contraintes économiques. Les producteurs ont assez d’argent pour acheter de grands bacs, ou plusieurs grands bacs et un petit (types 3, 4, 13, 14).

293. Des contraintes de place sur le campement à l’intérieur de l’aire de chauffe.

304. Des contraintes physiques. La chaleur est mieux répartie dans des foyers où le support intermédiaire des bacs est ajouré (types 2, 3, 4, 6, 7, 8, 9).

Fig. 10 – Plans au sol et élévations des types de foyers rencontrés à Tougoussourou

  • 7 Les nattes ont plusieurs appellations : dégi lorsqu’elles sont confectionnées avec l’écorce du rap (...)

31Aux types présentés, il faut ajouter la présence ou l’absence d’enceinte d’aire de chauffe. Dans un cas, sur le site de Tougoussourou, les foyers étaient construits à l’abri d’un ancien tas de terre filtrée qui stoppait les vents dominants. Nous avons pu observer un autre cas sur le site de Sogoregande où les foyers n’étaient protégés que par une paroi légère placée face aux vents d’ouest dominants sur la zone. Les moyens utilisés pour améliorer la cuisson regroupent aussi des nattes7 qui obstruent les différentes ouvertures « au vent » de l’enceinte de l’aire de chauffe. Un effort est aussi réalisé pour que les bacs adhèrent le plus possible à la surface du foyer.

32Les foyers présents à Tougoussourou sont différents de ceux que nous avons pu observer à Koba et sur l’île de Kabac, même si en moyenne leurs dimensions sont identiques. La taille des bacs de chauffe est en effet presque – il en existe des petits, de forme carrée, peu utilisés – standardisée dans la mesure où les touques utilisées pour leur fabrication ont toutes les mêmes dimensions. A Koba, les foyers observés sont ouverts sur toute la longueur du grand côté. Les bûches ou les perches sont alors déposées sur toute la surface intérieure du foyer. A Kabac, nous avons pu observer un nombre important de foyers alimentés à la fois par le grand et le petit côté. Dans ce cas, l’ouverture du grand côté est identique à celle du petit côté et légèrement excentrée vers l’arrière du bac lorsque l’on fait face au petit côté. On trouve aussi sur cette île une quantité importante de foyers ouverts sur le grand côté et quelques foyers du type de ceux observés à Tougoussourou, mais ces derniers semblent minoritaires. Les foyers mériteraient une étude plus approfondie, notamment en ce qui concerne leur pouvoir calorifuge. Les données issues du rapport seca (1990) montrent en effet un « temps de séchage du sel » – du versement de la saumure jusqu’à l’apparition du sel – compris entre 4 h 35 et 6 h 15, pour deux récoltes dans la journée. A Tougoussourou ce temps dépasse rarement 3 h 30 entre chacune des trois récoltes, par jour, avec les terres issues du second raclage. Il semble évident que ces différents types de foyers ont des répercussions sur les temps de combustion du bois.

La gestion des qualités du bois sur la saison réduit la consommation de bois de feu

33La qualité du bois influence aussi beaucoup la vitesse de combustion et implicitement la quantité de bois nécessaire pour produire le sel. Sur le site de Tougoussourou, entre le début de la saison de production et le mois de mai, de nombreuses contraintes apparaissent. Elles ont un impact sur la production de sel et sur la consommation de bois de feu. En fin de saison, les réserves de bois sec sont en général épuisées. Le producteur doit dans ce cas utiliser des perches de bois d’avicennia prélevées quelques jours avant, voire le jour même. Le bois frais se consume moins rapidement que le bois sec, avec des répercussions sans doute non négligeables sur le rapport poids de bois utilisé pour un kilogramme de sel produit. Les producteurs ont en général conscience de cela. Pendant les derniers jours de production, après le troisième ou le quatrième raclage, il est rare qu’un producteur engage une troisième cuisson de saumure qui le ferait veiller après le coucher du soleil et le contraindrait à utiliser de grandes quantités de bois. Sur la zone d’enquête, la production est rarement nocturne. Certains producteurs avancent que la fraîcheur de la nuit ne facilite pas la combustion du bois.

La réutilisation du bois de construction réduit la pénibilité des activités de coupe et les prélèvements de bois

34Avant de quitter le campement, les producteurs doivent préserver leur production dans les magasins à sel. Elle y passera les premiers mois d’hivernage, voire tout l’hivernage en attendant d’être vendue. Certains commerçants viennent aussi acheter la production sur les sites. Dans quelques cas, ils la laissent sur un campement, dans un magasin construit par eux, et généralement plus important en volume que ceux des producteurs. Dans un cas comme dans l’autre, les magasins sont consolidés ou entièrement construits en utilisant les perches d’avicennia et de la « paille » funfuré (paille fine) ou séré (paille grossière) prélevées sur les structures environnantes, en général sur les parois de la zone de chauffe.

  • 8 Foyer pour fumer le poisson : Yèrè khara tanga « lanyi » (tanga « lanyi » est aussi le nom des foy (...)

35En début de saison, le campement est nettoyé de ses mauvaises herbes. L’ensemble des structures est vérifié. Les pluies et les vents de l’hivernage les ont en général fortement dégradées. Lorsque les perches constitutives sont jugées peu solides pour passer une nouvelle saison, elles sont enlevées et mises de côté. Elles viendront grossir le volume de bois de feu utilisé pour le fumage du poisson, pour le foyer de la cuisine kuri gèmè sakhan (littéralement trois sakhan, pierres gèmè, de la cuisine kuri) ou pour la cuisson de la saumure8. Ces perches sont ensuite remplacées et les liens végétaux sont consolidés. La « paille » qui remplit les parois est conservée ou renouvelée. Ce comportement implique que le volume de bois de construction utilisé chaque année est délicat à appréhender. Chaque structure étant toujours plus ou moins restaurée, il existe un véritable roulement de ses éléments, notamment des perches verticales khalambé, horizontales sagitè et des liens végétaux wéri, sachant que selon les producteurs, un élément qu’il soit en avicennia ou en rhizophora dure en moyenne deux années avant d’être échangé. Cette réutilisation est valable pour l’ensemble des structures présentes.

36Un autre type de réutilisation est lié à la rareté de certains éléments. Les perches longitudinales de soutien des filtres sont dans la majorité des cas en bois de rhizophora, considéré comme plus résistant que l’avicennia pour soutenir la lourde batterie de filtres destinés à produire la saumure. Les perches de bonne taille sont rares. Elles durent deux années, à condition que pendant l’hivernage le producteur les ait placées sous l’eau, à l’abri de l’air, dans les zones d’emprunt situées au pied des digues de ceinture.

37A la fin de la saison, les filtres sont dégarnis de leur gangue d’argile et remisés, encastrés les uns dans les autres, à l’intérieur d’une structure (hutte ou grenier à sel), sur le campement. L’année suivante, le producteur récupère ces filtres et procède à leur restauration. D’autres préfèrent les reconstruire chaque année pour éviter leur démantèlement en cours de saison sous le poids de l’argile, de la terre salée et de l’eau versée.

38La réutilisation des éléments d’une ancienne structure réduit la pénibilité des tâches de coupe de bois au moment de l’installation sur le campement et entraîne un démarrage plus précoce dans la saison grâce à une concentration plus soutenue sur les activités de production salicole proprement dites (raclage des terres, aménagement des éléments de filtration, construction des foyers, etc.). Elle restitue un peu plus de temps pour l’agrandissement du campement, lorsque la pression démographique au sein de la famille contraint à construire de nouvelles structures. Elle permet enfin aux hommes qui sont la seule main-d’œuvre concernée par l’aménagement des campements, de pêcher le poisson qui sera mis à fumer par les femmes, avant d’être vendu. Le produit de cette vente est immédiatement réinvesti dans l’achat de bacs métalliques destinés à la cuisson de la saumure et des sacs de riz nécessaires à l’alimentation de la famille sur le campement.

39En matière de prélèvement du bois de feu entrant dans la production de sel, les producteurs susu de Wondéwolia développent par conséquent des stratégies de coupes et de réutilisation du bois qui n’entravent pas, pour le moment, la pérennité de la mangrove. Leur zone de coupe est isolée des prélèvements d’hivernage dans la mesure où elle est relativement éloignée des hameaux, mais proche des campements de production de sel. Elle est de plus presque exclusivement exploitée par les producteurs de sel de Tougoussourou. En dehors des lieux de production situés au nord de Conakry et sur certains sites de production des îles de Kabac et de Kakossa, au sud de la Sumbuya, les producteurs des nombreux campements que nous avons visités le long de cette rivière n’achètent pas le bois de feu destiné à la production du sel. Lorsque l’on rapproche cela du fait que la zone de Coyah est connue comme étant la région de production la plus importante du littoral depuis plusieurs siècles, les stratégies paysannes en matière de collecte de bois de feu semblent posséder une véritable efficacité. En période de forte production de sel, il existe un équilibre entre les volumes prélevés et l’accroissement annuel de la mangrove, le volume prélevé pour les constructions de structures étant négligeable. La menace nous semble, dans ce cas, moins venir des producteurs locaux que de la pression démographique qui sévit dans la ville de Conakry dont les faubourgs s’étendent petit à petit vers Coyah et le sud du littoral.

Notes

1 Dans le cadre de notre contrat, nous devions présenter nos repères à la fin de la deuxième année du programme. Or, il restait encore une année supplémentaire aux paludiers pour mettre au point la technique des marais salants. Ce qui fut fait sur un autre secteur du village de Wonkifon avec d’autres acteurs susu que ceux de Wondéwolia et par conséquent dans un contexte local différent. Cela n’enlevait aucune valeur aux repères formulés autour de cette alternative. Les contraintes sociales liées à son utilisation sont en effet essentiellement dépendantes des modalités de travail collectif traditionnel et du système foncier qui sont identiques sur l’ensemble du territoire de Wonkifon.

2 Wouribili signifie tronc. C’est le terme générique pour l’arbre avec ou sans fruit. Les arbres qui donnent des fruits sont désignés en fonction du fruit qu’ils portent, par exemple le manguier, mangébili, l’avocatier pyabili, le bananier bananibili, etc.

3 Dimensions moyennes du bac 158 x 76 x 10 cm, soit 0,12 m3.

4 (seca, 1990, p. 9-11).

5 Trois au maximum. Mais la mise en commun des moyens de travail ne concerne que deux producteurs. Nous n’avons jamais constaté un collectif de trois producteurs.

6 Les productrices isolées sont extrêmement rares. Nous n’avons observé qu’un seul cas à Tougoussourou. Toutefois, elles peuvent se faire aider par l’aîné de leurs fils, le mari étant resté dans le hameau, ou produisant du sel avec sa coépouse sur un autre campement.

7 Les nattes ont plusieurs appellations : dégi lorsqu’elles sont confectionnées avec l’écorce du raphia, et kolimè lorsqu’elles sont faites à partir du jonc (les nattes utilisées par les Susu sont souvent de ce type). Sur les campements on les utilise aussi pour recouvrir la structure des lits et s’asseoir sur le sol pendant le ramadan et pour les prières.

8 Foyer pour fumer le poisson : Yèrè khara tanga « lanyi » (tanga « lanyi » est aussi le nom des foyers de chauffe pour la cristallisation).

Table des illustrations

Légende Fig. 10 – Plans au sol et élévations des types de foyers rencontrés à Tougoussourou
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540