Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage des mondes

 | 
Philippe Geslin

Troisième partie. Des faces cachées de l'appropriation à l'intervention des médias

Chapitre 9. Des médias au service de l’innovation

Texte intégral

  • 1 Les modalités générales d’utilisation des salines mixtes sont illustrées dans le cd-rom joint à ce (...)

1Au cours de la seconde année du programme, à la suite de nos premiers rapports sur la situation socioéconomique locale et des informations qui sont apparues à travers l’appropriation du marais salant par les producteurs susu, la maîtrise d’œuvre (afvp) a accepté de faire procéder à l’expérimentation de quelques salines mixtes, en parallèle à la poursuite des expérimentations sur le marais salant par les paludiers. Cette seconde phase a été prise en charge par un groupe de producteurs entre les mois de janvier et de mai 1995. Si ces salines mixtes avaient déjà été utilisées avant l’arrivée du projet au point de devenir une innovation de référence pour les producteurs susu, il était malgré tout important d’expérimenter leur mise en œuvre par les populations concernées dans le cadre du programme, de manière à en préciser les modalités d’utilisation futures et les répercussions socioculturelles possibles. De plus, nos premiers rapports soulignaient que, au regard du système foncier, l’implantation des marais salants ne serait pas systématiquement envisageable chez tous les producteurs. Dans ce cas, les termes de référence du projet signalaient que les salines mixtes ne devaient être réalisées que lorsque les salines solaires (avec cristallisation sur argile) n’étaient techniquement ou socialement pas réalisables. Dès lors, il était important de les expérimenter1.

  • 2 De leur côté, deux années avant les producteurs de Wonkifon, les paludiers de Guérande avaient déj (...)
  • 3 Après la présentation du sel à la mosquée, à la demande d’un des représentants du village, un jour (...)

2L’installation des salines mixtes a été suivie auprès des deux producteurs qui avaient pu expérimenter cette technique avant l’arrivée du projet à Wondéwolia. Elle n’a fait l’objet d’aucune transmission de savoir-faire technique de la part de l’équipe du projet vers les producteurs. Ces derniers ont développé leurs propres méthodes en s’appuyant sur ce qu’ils avaient pu observer à Koba et leurs expériences personnelles passées à Wondéwolia et Tougoussourou. Dès le premier jour, la quantité, mais surtout la qualité du sel a encouragé les producteurs. Pour les producteurs susu, le sel produit sur les bâches est blanc à petits cristaux et plus salé que le sel produit traditionnellement. Si l’on rapproche le constat des producteurs des analyses de sel réalisées par le laboratoire de Pen Avel il y a un décalage entre les points de vue dans la taille des cristaux. Le laboratoire considère que le sel produit sur bâche est de « bonne » qualité, blanc, à moyens et gros cristaux bien formés. La teneur en eau est de 5,7 % et la quantité de NH4 est de 0,3 mg/1. D’après les producteurs qui ont une certaine connaissance du commerce du sel en Guinée, cette qualité se rapproche de la qualité de sel en provenance du Sénégal. Si cette expérimentation a techniquement conforté les producteurs de Wondéwolia dans leur choix initial, dans un autre registre, la blancheur des cristaux a joué un rôle important auprès des producteurs de Wonkifon, les confortant eux aussi dans leur choix qui recouvrait une réalité plus vaste (création d’un groupement de producteurs de sel et possibilité de concurrencer le sel d’importation du Sénégal). Une calebasse de sel solaire a notamment été apportée par l’imam à la mosquée de Wonkifon le vendredi 17 mars 1995 à 17 heures, devant la population de la sous-préfecture réunie en grand nombre pour la prière. Cet événement allait marquer le début d’une période de médiatisation2 organisée par les producteurs du village3.

Le sel, l’industriel et la radio

  • 4 Une présentation des résultats a aussi été publiée dans le n° 2546-547 de l’Agence guinéenne de pr (...)

3Le bilan de la seconde saison expérimentale a en effet été présenté sur les ondes de la radio nationale au mois d’avril 19954. Dès le lendemain, le responsable du laboratoire de l’usine Nestlé située à proximité de Coyah était présent sur le site expérimental. Nestlé recherchait à l’époque les moyens d’utiliser le sel local qui jusqu’alors ne présentait pas les critères de propreté requis. Le sel produit sur bâche répondait en partie à ces critères, et réduisait le nombre de phases d’affinage et par conséquent les coûts de production. L’utilisation du sel d’importation génère souvent en effet des retards sur les chaînes de fabrication, en raison des formalités douanières qui prennent parfois beaucoup de temps sur le port de Conakry et freinent la production. L’usine Nestlé de Coyah fabrique des petits cubes de bouillon Maggi utilisés par toutes les femmes de Guinée dans la cuisine. Ce cube contient approximativement 60 % de sel. A l’époque, suite à cette médiatisation et à plusieurs visites sur le terrain, le responsable du laboratoire envisageait, après étude, de monter un dossier qui serait discuté avec la direction pour racheter le sel solaire local et fournir aux producteurs, les intrants nécessaires à sa production. Ces termes incluaient la construction d’un magasin de stockage du sel que les producteurs, souhaitaient voir édifier sur un point de passage reliant une grande partie des secteurs de la sous-préfecture de Wonkifon, et la fourniture des bâches – à cette époque, le marais salant était encore en phase expérimentale et rencontrait quelques problèmes techniques – nécessaires aux producteurs qui voyaient là une opportunité pour constituer les bases d’un groupement de producteurs de sel à l’échelle de la sous-préfecture.

4La démarche de Nestlé s’ajoutait alors à celle engagée auprès de fica. Les producteurs se donnaient ainsi la possibilité d’élargir les sources de développement de leur activité salicole en multipliant les partenaires possibles. Implicitement, ils se démarquaient aussi du programme de l’afvp, en autonomisant leur action à la faveur de réseaux périphériques qui leur apportaient, du moins sur le papier, une garantie de suivi et de pérennité d’action.

Fig. 8 – Identification des médiateurs et des opérations de traduction et de relance autour de l’innovation

5A travers l’expérience n° 4, les producteurs locaux avaient fait état de leur connaissance des bâches et des expérimentations inhérentes, avant l’arrivée du projet à Tougoussourou et à Wondéwolia. Dans un second temps, ils marquaient leur volonté d’expérimenter de front les deux techniques. Cette étape et l’expérimentation des salines mixtes au cours de la seconde année du programme nous a permis plus précisément d’enquêter sur les raisons de cette appropriation et les propos tenus par les producteurs. Elle nous a fait déboucher sur des questions d’ordre social plus difficiles à faire émerger et pourtant nécessaires à l’élaboration de repères-pour-la-conception concernant les futures conditions du transfert de cette technique dans la société susu de Wonkifon. Nous avions dès lors parcouru l’univers social du hameau de Wondéwolia, de son village Wonkifon et découvert d’étonnants réseaux d’acteurs qui de fait nous avaient fait sortir de notre sphère d’enquête ethnographique jusqu’alors limitée au site de production de sel de Tougoussourou et au hameau de Wondéwolia dont les habitants n’étaient qu’en apparence les seules personnes concernées directement par le programme.

6Après deux saisons, les deux alternatives solaires avaient été expérimentées. Il restait bien sûr quelques problèmes techniques à régler par les paludiers et les producteurs susu. Leur diffusion éventuelle ne pouvait se faire qu’à cette condition mais aussi en fonction des repères-pour-la-conception présentés aux développeurs et aux producteurs susu à la fin de cette seconde année d’expérimentation des deux alternatives solaires. Ces repères-pour-la-conception précisent certains points du programme. Ils présentent les contraintes sociales qui peuvent avoir une influence sur la conception et l’utilisation des deux alternatives, mais aussi l’impact supposé de ces alternatives sur certains pans de la société. Ils tiennent compte par conséquent des modalités de fonctionnement des alternatives retenues, du système technique local et du cadre socioculturel susu. Ils contribuent enfin à orienter les paludiers et les producteurs susu dans leur choix. Il s’agit moins dans ce cas d’essayer de les convaincre d’abandonner un choix technique que de modifier leur manière de voir à partir d’un ensemble d’informations recueillies au cours des enquêtes et valides pendant les différentes séances de restitution qui ont ponctué notre intervention pendant ces deux années. Ces repères-pour-la-conception sont par conséquent le fruit d’un travail en coopération avec l’ensemble des partenaires, promoteurs et producteurs. Toutefois, ce programme nous a placé dans une situation originale puisqu’en fait les acteurs en présence avaient des motifs d’action divergents tout en ayant la volonté de développer des alternatives solaires pour y parvenir. En fait, nous avons dû considérer les deux partenaires comme des promoteurs. D’un côté les paludiers qui souhaitaient développer une alternative solaire – principalement les marais salants – pour limiter les problèmes de déforestation des zones de mangrove et améliorer les conditions de travail salicole en réduisant la pénibilité des tâches, de l’autre, des producteurs susu qui n’étaient pas opposés à la démarche des paludiers et aux marais salants, mais qui avaient déjà fait leur choix avant l’arrivée du programme compte tenu de leurs contraintes socioculturelles et économiques et qui à Wonkifon avaient déjà médiatisé les résultats des expérimentations.

Notes

1 Les modalités générales d’utilisation des salines mixtes sont illustrées dans le cd-rom joint à cet ouvrage. Pour le détail, les résultats de l’expérimentation et les ajustements techniques, voir Geslin, 1997a.

2 De leur côté, deux années avant les producteurs de Wonkifon, les paludiers de Guérande avaient déjà médiatisé leur future action guinéenne, dans la presse quotidienne (Presse Océan, 25 et 26 septembre 1993). Dans un deuxième temps, (samedi 27 août 1994) l’association Univers-sel organisait une fête « Tam-Tam dans la saline », « [...] pour une présentation des activités de l’association, principalement au Bénin et en Guinée » (document d’invitation, 9 août 1994). Cette fête eut de nombreux échos dans la presse locale, Écho de la Presqu’île (26 août et 2 septembre 1994), Ouest-France (24, 27-28 et 29 août 1994), Presse Océan (27 et 28 août 1994).

3 Après la présentation du sel à la mosquée, à la demande d’un des représentants du village, un journaliste de la ville de Coyah est venu à Wonkifon pour nous interviewer en même temps que deux des membres du groupe de suivi du projet (producteur et technicien guinéen).

4 Une présentation des résultats a aussi été publiée dans le n° 2546-547 de l’Agence guinéenne de presse (13 et 14 juillet 1995, p. 2).

Table des illustrations

Légende Fig. 8 – Identification des médiateurs et des opérations de traduction et de relance autour de l’innovation
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6472/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable