Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage des mondes

 | 
Philippe Geslin

Troisième partie. Des faces cachées de l'appropriation à l'intervention des médias

Chapitre 8. La courte expérience des bâches à Wondéwolia et ses répercussions sur la société

Texte intégral

  • 1 Le rôle des médiateurs dans les projets de développement est abordé dans Olivier de Sardan et Paqu (...)

1A l’initiative d’un volontaire du progrès travaillant sur la sous-préfecture de Wonkifon dans le cadre du programme « Gestion de mangrove » dirigé par l’afvp, des producteurs de la zone sont invités à visiter les salines solaires sur bâche et sur argile mise en œuvre à Koba. Les producteurs peuvent ainsi tester les deux possibilités présentes, sur argile et sur bâche. A leur retour, le programme leur propose des bâches. Certains estiment que la production dans les deux cas est minime. D’autres décident de s’engager dans leur expérimentation. Le producteur de Wondéwolia, responsable du groupement, accepte la proposition. Il s’associe au représentant des jeunes producteurs au sein de cette même unité. Le processus de médiation1 entre différentes entités, qui s’est engagé depuis le projet béninois, se poursuit alors à un niveau local. Une première expérience est tentée :

  • 2 Compte tenu de la quantité produite il devait contenir approximativement 6,25 kg de sel.

Nous avons installé une bâche à proximité du hameau, en bordure d’un îlot de mangrove. Nous l’avons alimentée avec la saumure produite dans deux filtres, comme sur les campements. Après deux jours d’expérience, Sanfoui qui avait observé les bâches à Koba m’a montré comment faire. J’ai apporté deux bâches sur mon campement de production de sel occupé par mon jeune frère à Tougoussourou. Il était installé depuis le début de la saison. Il m’a proposé d’utiliser la saumure issue de ses filtres. Les quatre jours d’utilisation m’ont permis à l’époque de réaliser quatre récoltes. Tous les matins, chacune des bâches recevait cinq seaux de saumure. Le soir, je récoltais un seau2 de sel par bâche. Les huit seaux de sel récoltés ont rempli un sac de 50 kg. Nous étions à la fin du mois d’avril. J’ai arrêté avec l’apparition des premières pluies (M’Fassory Bangoura, 1994, Tougoussourou).

2En présentant les avantages de la saline mixte de Koba, le responsable guinéen du programme a d’emblée suscité l’intérêt du représentant des habitants de Wondéwolia qui, en plus de sa charge, est aussi représentant du segment de lignage fondateur du hameau. Dans leur rapport d’activité, Soenen et Traîneau (op. cit., p. 26) soulignent succinctement les avantages qui ressortaient à l’époque :

La saline « mixte » est une technique facilement maîtrisable par les producteurs. Elle ne bouleverse pas la technique traditionnelle d’extraction puisqu’elle n’intervient que dans la phase terminale. [...] De plus, l’amélioration apportée rend le travail d’extraction moins pénible : il n’y a plus besoin d’aller chercher du bois ; il n’y a plus à surveiller la cuisson de la saumure dans la marmite de chauffe.

3La réaction des producteurs locaux s’est alors déroulée en deux étapes. A l’intérieur du hameau, le responsable du groupement qui était aussi à l’origine, quelques années plus tôt, de l’édification des digues de ceintures autour du domaine rizicole de Wondéwolia et en définitive de la réinstallation progressive de ses habitants, entreprend à l’époque de développer cette innovation. Les problèmes auxquels le hameau était de nouveau confronté – rupture des digues, campement trop éloignés et contraintes de la production de sel qui empêchent de regrouper la main-d’œuvre en saison sèche sur le domaine rizicole, calendrier agricole à nouveau perturbé – pouvaient, selon lui, trouver une solution à travers ce qu’il avait pu observer et entendre à Koba, puis tester à Wondéwolia et à Tougoussourou.

Fig. 7 – Impact de l’innovation solaire envisagé par les producteurs de Wondéwolia

Le rôle des médiateurs susu dans l’émergence du choix technique

4Les avantages de l’innovation se répercutent aussi très rapidement en dehors du hameau, dans le village de Wonkifon, compte tenu de l’organisation sociale qui régit les rapports entre celui-ci et ses nombreux hameaux disséminés sur son territoire. Le représentant du hameau de Wondéwolia a aussi une résidence à Wonkifon. Il est issu du lignage fondateur et doit respecter les règles et les relations imposées par les appartenances lignagères. Il consulte plus précisément l’un de ses pères, président de la Communauté rurale de développement (crd). Avec le district, cette institution est la plus directement concernée par le développement local et les problèmes d’environnement (Lazaref, 1993). L’un des intérêts du crd est de dispenser une vision globale de l’ensemble des opérations de développement qui se déroulent sur le territoire du village. En l’occurrence, à l’époque, aucune des ong présentes n’intégrait de volet sel dans ses programmes en cours. Toutefois, au sein du village, les répercussions que pouvait offrir une telle innovation prirent une nouvelle dimension. Au-delà des intérêts limités et recevables du hameau de Wondéwolia, les représentants du lignage fondateur, le doyen et l’imam du village envisagèrent à l’époque de créer une coopérative de producteurs de sel, indépendante des commerçants locaux. Elle devait permettre de dépasser la rigidité des tarifs en cours sur les ports proches de Kaléma et de Gorédédé, pour vendre au meilleur prix et limiter l’endettement croissant des producteurs. A aucun moment il n’était question d’augmenter la production de sel, dans la mesure où les producteurs avaient conscience qu’un tel fait risquait de faire chuter les prix du sel sur les marchés régionaux. Il s’agissait avant tout de procéder à une véritable « relance » de la production de sel local. Leur regard était plutôt tourné vers le Sénégal dont les exportations de sel entrent en concurrence directe avec la production nationale. D’après eux, la qualité du sel produit sur bâche à Wondéwolia et à Tougoussourou pouvait entrer en concurrence avec le sel du Sénégal présent sur les marchés de haute et de moyenne Guinée.

Nous qui sommes paysans, il y a quelque chose qui nous fait souffrir, la production de sel. Les producteurs de sel souffrent en saison sèche. Le sel produit est stocké. Il y a des gens de l’extérieur du pays qui envoient leur sel en Guinée et qui empêchent la vente de notre sel. Ce point-là est à poser aux dirigeants de notre pays. On doit le dire aux autorités administratives et politiques.
Que ce soit de Guinée-Bissau ou du Sénégal, les producteurs de ces pays ne doivent pas envoyer leur sel ici car nous avons notre propre sel. Ce sont là deux points qui font souffrir les paysans : la difficulté avec les commerçants locaux et les problèmes d’écoulement de notre production.
A l’heure actuelle, les paysans produisent du sel. Le sel est stocké, mais pendant ce temps, les Sénégalais envoient leur sel en Guinée. Ceux qui travaillent ici ont leur sel. Ils n’ont pas pu l’écouler rapidement puisque le sel étranger est là. Le problème des bâches est salutaire pour nous. Ça peut nous aider à faire d’autres activités. Mais si tu produis ce sel sans pouvoir l’écouler, n’est-ce pas un autre problème ? Dans ce cas, il est difficile de produire. C’est dû au Sénégal et à la Bissau. Les autorités doivent se pencher sur cet aspect. [...] Les commerçants pèsent lourd sur les producteurs. Ils se concertent et fixent les prix entre eux. Les producteurs n’ont qu’à eux aussi se retrouver pour parler du problème des prix de leur produit. Quand les commerçants disent : « Nous ne pouvons pas prendre votre sel au-delà de 30 000 FG la tonne », sans fléchir, ça fait souffrir le paysan qui est contraint de suivre la volonté du commerçant. Les producteurs doivent se pencher sur cette idée-là (Omar Conté, 19 août 1994).

5Les résultats de l’enquête qui a été réalisée sur l’économie du sel dans le cadre du projet montrent notamment que « [...] le sel sénégalais, plus résistant à l’humidité, plus propre et plus fin, facilement transportable car il est mis dans des sacs solides de seulement 25 kilogrammes, a inondé les marchés de la moyenne Guinée. Il est très souvent préféré par les consommateurs, étant blanc et en petits cristaux, à tel point qu’il prédomine dans la plupart des marchés, sauf au sud-ouest, où des relations commerciales très anciennes ont perduré entre la côte et le Fouta, notamment pour le sel. Il y a différentes qualités de sel produit au Sénégal : celui de l’usine de Kaolack, re-iodé, réduit en une poudre assez fine, très blanc voire brillant et qui est en général le plus apprécié et le plus coûteux, portant le label de la société Siné Saloum ; le sel récolté artisanalement par des paysans auprès des salines naturelles... et collecté par des commerçants grossistes, qui est appelé « Yoran », sel de Dakar et sel de Touba (Robert, 1996, p. 58). En outre, « les échanges de sel chauffé de la côte guinéenne aux plateaux du Fouta, s’ils sont constants depuis des siècles, ne représentent plus qu’une partie infime et surtout totalement fractionnée et dispersée entre quantité d’acteurs occasionnels de ce type d’échange » (Robert, op. cit., p. 71).

  • 3 Pour une étude détaillée des réseaux commerciaux du sel en Guinée, nous renvoyons le lecteur à l’é (...)

6La qualité du sel produit à partir des salines solaires est remarquée par les producteurs de Wonkifon. Avec les commerçants, ils sont en général très rigoureux sur l’aspect du produit et sa couleur. Es ont conscience qu’elle a un impact déterminant sur la vente en Guinée maritime, en moyenne et haute Guinée, d’autant que dans ces régions, la concurrence est importante avec le sel du Sénégal qui, selon eux, est plus blanc, plus fin, souvent mieux conditionné3. Dans certaines villes, il répond de plus en plus aux goûts des consommateurs locaux. Dans un tel contexte, producteurs et commerçants s’attachent respectivement à produire et acheter un sel dont la qualité est susceptible de concurrencer le sel d’importation. On peut comprendre alors les enjeux qui sont liés au développement de la production de sel à partir des salines solaires.

7L’absence de volet sel au sein des différents projets présents sur la sous-préfecture contraint alors les producteurs à rechercher leur propre financement. Ils s’adressent en premier lieu à l’agence locale du Crédit rural. A l’époque, le Crédit rural n’est pas encore une institution (il l’est devenu en 1995). En phase expérimentale, ses objectifs sont canalisés et concernent essentiellement la riziculture et le maraîchage. La production de sel ne donne lieu à aucune ouverture de volet. Pourtant, à l’époque, le coût des bâches en plastique ne peut pas être supporté par un producteur isolé. Si l’on se réfère aux données chiffrées de 1991, Soenen et Traîneau (op. cit., p. 27) soulignent :

[Le coût des bâches] reste élevé : 1 500 FG/m2 pour la bâche agricole et 3 000 FG/m2 pour la bâche de camion. Ainsi, pour avoir 35m2 de bassin il faudrait dépenser de 52 500 FG à 105 000 FG... ce qui reste élevé pour un producteur.

Choix technique et recherche de financements : le rôle des réseaux susu

8En l’absence de financements locaux, en 1993, les producteurs de Wonkifon persévèrent et font alors intervenir les membres de leur réseau. Deux des représentants du lignage fondateur de Wonkifon travaillent en effet auprès de la Fondation pour l’investissement et la commercialisation agricole (fica) financée par la coopération nord-américaine (usaid). L’un des producteurs qui est aussi l’imam de Wonkifon et président d’un groupement local de producteurs, woma (Wonkifon/Manéah), en est membre. Selon l’article 6 des statuts de cette fondation, « l’adhésion est ouverte à toute personne physique ou morale de droit privé et associatif résidant en Guinée, engagée directement dans le secteur agricole au titre soit de la production, de la commercialisation, de la transformation ou des activités connexes ». Le rôle de la coopération nord-américaine y est clairement présenté : « L’usaid, au regard du rôle et de la place que devra jouer le secteur privé, a décidé d’apporter son concours à l’État guinéen pour la promotion du secteur privé agricole. [...] Pour faciliter et encadrer ces actions, il est apparu nécessaire de mettre en place la Fondation pour l’investissement et la commercialisation agricole [...] ».

9En 1993, la FICA s’installe en Guinée. Moyennant la somme de 100 000 FG (500 FF), tout paysan peut en devenir membre. Dès lors, il peut, sur présentation d’un projet agricole, bénéficier de prêts bancaires à des taux dont le plus bas était en 1995 de 17 % (remboursement sur 10 mois). Les agents FICA sont arrivés sur la zone de Wonkifon au cours de l’année 1994. Les producteurs ont alors profité de cette opportunité pour monter un projet agricole incluant non seulement le développement des salines mixtes, mais aussi celui de la riziculture, dans la sous-préfecture. FICA présentait à leur yeux l’avantage d’un suivi, de la production jusqu’à la commercialisation, encadré par des spécialistes.

10L’article 3 des statuts précise cette démarche :

La Fondation pour l’investissement et la commercialisation agricole a pour objet :
1° promouvoir et encourager les investissements privés afférents à la production, à la transformation, à la commercialisation et aux activités connexes du secteur agricole ;
2° aider et soutenir le développement et les efforts du secteur privé guinéen de l’agriculture à accroître la création, le développement et la commercialisation locale et d’exportation des produits guinéens ;
3° offrir des services professionnels généraux et spécifiques, adaptés aux besoins du secteur agricole et propres à former et à accroître la capacité des agriculteurs, des groupes de producteurs et des associations du secteur agricole ;
4° agir et encourager le dialogue entre les décideurs du cadre administratif et financier (gouvernement et bailleurs de fonds) et le secteur privé agricole afin de promouvoir des politiques adéquates, des lois et règlements nécessaires au secteur privé agricole guinéen et aux investissements potentiels ;
5° recueillir et diffuser par les moyens adéquats les informations relatives au marché agricole intérieur et extérieur ;
6° favoriser le partenariat entre les opérateurs privés guinéens du secteur agricole avec leurs homologues étrangers.

11Dans les textes, la fica offrait par conséquent aux producteurs une garantie de suivi de leur entreprise, à une époque où aucun projet local n’accordait d’intérêt à la question du sel. Ce choix reposait sur deux niveaux d’appréhension des faits. A Wondéwolia, l’innovation était envisagée comme un ultime recours pour débloquer une situation économique et sociale perturbée. A Wonkifon la vision complétait la démarche engagée au sein du hameau. Elle élargissait toutefois le champ des répercussions possibles à son espace territorial, en l’enrichissant d’une prise en considération, sans doute restreinte – on parle alors de concurrence avec le sel du Sénégal et de sa qualité sans considérer les problèmes de diversité des filières et de stratégies de vente qui caractérisent l’économie de cette denrée – mais révélatrice d’une prise de conscience de questions qui dépassent les cadres stricts du hameau et du village, pour intégrer les sphères nationale et internationale.

  • 4 Chéneau-Loquay (1995, p. 166) souligne : « La Guinée maritime est particulièrement sollicitée, ses (...)

12Le programme de Koba s’est intégré dans la « mémoire locale du développement » sur laquelle les producteurs s’appuient pour forger leur choix autour d’un système technique qui n’a jamais cessé de se transformer depuis l’époque des Mendéni, sous l’influence de nouveaux groupes culturels qui se sont succédé sur la Sumbuya, en commençant par les Susu eux-mêmes, les Anglais, les Français, les Russes et les Guinéens étrangers au contexte local. Dans toute nouvelle situation de développement relatif au procédé d’extraction de sel, l’action des producteurs mobilise cette mémoire à long terme qui s’est inscrite peu à peu dans l’histoire locale. Les initiateurs de projet de développement s’en inspirent rarement, réécrivant l’histoire à chaque nouveau programme quand en fait les producteurs locaux mettent leur passé et leur mémoire au service du présent4.

13L’innovation développée au Bénin résulte d’une dynamique propre au programme des paludiers, dans un contexte social spécifique. Le rapport d’activité des paludiers (Pirattes, 1989) s’attache d’ailleurs à définir très clairement le contexte social de la lagune béninoise et les contraintes qu’il a exercé sur la mise en forme du nouveau procédé. Son impact a joué un rôle prépondérant dans différents projets guinéens. A l’époque de la mise en œuvre de ce nouveau processus, il n’était pas question pour eux d’envisager un avenir panafricain aux salines mixtes béninoises. Le projet résultait d’une initiative personnelle de l’un des membres du groupement et d’un itinéraire technique ponctué de nombreux essais sur différents types de supports. Ses ambitions se limitaient à cet unique projet. A travers son réseau de « Délégations régionales » (dr) et de « Volontaires du progrès » (vp) présents sur le continent, l’afvp joue ensuite les médiateurs entre le programme Pirattes, où elle représente l’appui technique, et le projet Koba dont elle devient le « maître d’œuvre ». Le projet Koba devient alors un programme véritable et va très rapidement représenter une vitrine technologique pour les « agents de développement » d’autres ong, responsables de programmes et sensibilisés, dans leur secteur d’intervention, par la question du sel. Il en résulte alors différentes actions qui en fait vont se contenter de déplacer l’objet technique dans des contextes sociaux pourtant forts différents et qui ne sont à aucun moment pris en considération. Ce phénomène s’applique aussi aux producteurs de Wondéwolia et de Wonkifon. Dans la phase initiale de leur dynamique d’appropriation, compte tenu de leurs contextes socio-économiques respectifs, leur choix n’a pas échappé à la séduction de l’objet technique, isolé de la réalité humaine et des événements qui l’ont fait naître au Bénin. L’utilisation des salines mixtes, mêmes retenues par les producteurs susu, n’est pas exempte de contraintes techniques et peut avoir des répercussions sociales qui n’avaient pas été appréhendées par les producteurs.

  • 5 Voir en particulier Ombredane et Faverge, 1955 ; Wisner, 1974 ; Leplat et Cuny, 1977 ; Laville, 19 (...)

14L’innovation retenue par les populations susu allait permettre de « traduire » (Callon, 1986 ; Akrich, 1987) les intérêts des habitants du hameau. Aux maux d’une société, le diagnostic local des membres du segment de lignage fondateur « prescrit » une réponse d’ordre technique qui va moins dans le sens d’une innovation radicale (invention) – cette innovation évoluait à l’état embryonnaire depuis plusieurs années en périphérie du hameau – que vers un phénomène d’emprunt modéré et rendu possible par la présence en son sein d’une partie du processus traditionnel et du système de représentation qui lui est consubstantiel. Le sens attribué localement à cette innovation est alors détourné de son objectif premier qui à Koba devait réduire la collecte et la consommation de bois de feu et diminuer la pénibilité des tâches. A Wondéwolia, les producteurs détournent ce sens premier, le traduisent pour répondre à la spécificité de leur propre contexte. Pour reprendre les termes de Lemonnier (1994, p. 259), ce qui est ici « inventé » est seulement une mise en perspective originale d’un trait technique qu’une culture vient à connaître par emprunt. Toutefois, l’opération de traduction à laquelle on assiste à ce niveau ne s’opère localement qu’à travers les avantages avancés par le responsable guinéen du projet Koba et une courte expérimentation, qui sont ensuite mis en parallèle avec la situation vécue au sein du hameau. La vision des producteurs de sel de Wondéwolia est par conséquent très limitée et n’anticipe pas les répercussions plus générales qui sont susceptibles d’apparaître à moyen terme à l’intérieur du système technique local et d’altérer le tissu social, telles que par exemple la nécessaire adaptation des importants réseaux économiques féminins à cette nouvelle situation et la redéfinition des rapports sociaux de production entre les opérateurs au sein des unités de production de sel. Ils « délèguent » ensuite à l’objet technique l’ensemble des actions de cristallisation du sel. En effet, cette innovation ne soumet pas l’homme à la collecte de bois quotidienne, ni la femme au réglage constant et à la maintenance des foyers. Cette dernière peut alors s’occuper de l’alimentation des cristallisoirs aux premières heures du jour et de la récolte, pendant que son mari participe aux aménagements rizicoles dans le hameau. Les conditions de travail peuvent alors être améliorées dans la mesure où les deux opérations considérées comme les plus pénibles du processus technique disparaissent avec ce nouveau procédé. Cela nous permet de mettre en perspective les notions de pluralité fonctionnelle des objets techniques utilisée en technologie culturelle (Lemonnier, op. cit., p. 260) et de catachrèse utilisée en ergonomie5. Selon Rabardel (op. cit., p. 123), la notion de catachrèse désigne l’écart entre le prévu et le réel dans l’utilisation des artefacts. L’apport de cet auteur vient ici enrichir la notion de surdétermination de l’objet technique qui elle aussi inclut une forme de détournement, dans son usage. Nous nous proposons alors de dépasser l’individu (opérateur) impliqué dans le phénomène catachrétique, pour l’étendre au champ social (groupe de producteurs de Wondéwolia). Si en effet, après Rabardel, on considère que les catachrèses sont des indices du fait que les utilisateurs contribuent à la conception des usages des artefacts (écarts entre le prescrit et le réel), on peut aussi étendre ce phénomène, chez lui limité à l’individu, au groupe tout entier. Dans le cadre des salines mixtes, il existe bien un véritable usage catachrétique, où les répercussions envisagées par le projet sont détournées par les producteurs de Wondéwolia en fonction du cadre social spécifique et dans une recherche d’efficacité individuelle (réduction de la pénibilité de certaines tâches) et collective (éviter une nouvelle déstabilisation sociale pour Wondéwolia et réinvestir la sphère économique nationale pour Wonkifon). La différence fondamentale étant que dans les cas de Wondéwolia et de Wonkifon, l’efficacité recherchée est moins matérielle que sociale.

Notes

1 Le rôle des médiateurs dans les projets de développement est abordé dans Olivier de Sardan et Paquot (1991). Ce terme se rapproche de celui de « porte-parole » utilisé par Akrich, Callon et Latour (1990), qui n’est pas éloigné de celui « d’intermédiaire » défini par Asséo (1981, p. 627) : « [Il] s’inscrit dans des champs de lutte. Il a une place stratégique. Il concentre des enjeux mais il n’est pas neutre. H est celui qui joint innocemment le geste à la parole, et par là même condense ou produit des effets. »

2 Compte tenu de la quantité produite il devait contenir approximativement 6,25 kg de sel.

3 Pour une étude détaillée des réseaux commerciaux du sel en Guinée, nous renvoyons le lecteur à l’étude réalisée à notre demande, par Robert (1996), Les acteurs économiques de la filière du sel en Guinée, afvp, Linas, 104 p., multig. On peut la compléter par l’étude de marché et commercialisation du sel en Guinée réalisée par l’apek Recherche de Kindia (1994), multig. qui se concentre plus particulièrement sur la consommation du sel.

4 Chéneau-Loquay (1995, p. 166) souligne : « La Guinée maritime est particulièrement sollicitée, ses atouts pour la riziculture et la proximité de la capitale en font une région stratégique. Mais [...] le terrain n’est pas vierge ; là les héritages des innovations passées sont particulièrement lourds car la rencontre avec les Européens a lieu depuis cinq siècles et depuis quarante ans les “projets” se succèdent sur les mêmes espaces et varient en fonction des modèles de société imposés. De l’économie capitaliste coloniale à l’économie libérale individualisante en passant par la voie collectiviste, différents avatars de la modernisation ont été proposés. Ce qui reste pourtant de la cascade des innovations, ce n’est pas le “progrès technique” mais plutôt les “dérives sociales des modèles”. »

5 Voir en particulier Ombredane et Faverge, 1955 ; Wisner, 1974 ; Leplat et Cuny, 1977 ; Laville, 1986 ; Daniellou, 1986 ; Rabardel, op. cit. ; Schwartz, 1988 ; de Terssac, 1992.

Table des illustrations

Légende Fig. 7 – Impact de l’innovation solaire envisagé par les producteurs de Wondéwolia
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6471/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 459k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable