Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage des mondes

 | 
Philippe Geslin

Troisième partie. Des faces cachées de l'appropriation à l'intervention des médias

Chapitre 7. Les conditions d’émergence d’une innovation chez les Susu

Texte intégral

1Pour comprendre la réaction des producteurs on ne peut pas faire l’économie, en amont, d’une présentation du contexte économique local et des rapports sociaux de production dans lesquels le futur choix technique devra s’intégrer. L’orientation des producteurs vers une innovation associée à l’activité salicole est étroitement liée à l’histoire rizicole du hameau, aux contraintes qu’elle génère dans la société et aux interventions passées des ong en matière de saliculture. A l’échelle du village de Wonkifon, il existe aussi chez les producteurs de sel, autour de l’innovation, une volonté de recouvrer une identité perdue en matière de production et de commercialisation de sel. Le sel solaire d’importation du Sénégal, plus blanc et mieux conditionné, supplante en effet progressivement, sur certains marchés, le sel guinéen. Au cours de la seconde année, le programme va prendre en compte la spécificité du contexte local et les souhaits émis par les producteurs en matière de choix techniques. Les premiers résultats des expérimentations vont être médiatisés à l’initiative des producteurs qui voient là un moyen de faire connaître leur action auprès d’éventuels partenaires économiques.

Les remontées salines et leur impact sur la société

2Ici, dans le temps passé, parmi les premiers occupants, certains mangeaient le cœur du palmier. D’autres préparaient uniquement le poisson. Ils le mangeaient. Il n’y avait pas de riz. Il n’y avait pas de manioc. Il n’y avait rien ici, à l’exception du palmier, des animaux et des arbres. Ici, nos pères furent les premiers à défricher pour cultiver le riz, le manioc, le fonio et la mangue. Avant, c’était la brousse. Ils ont rencontré les aînés. Ceux-là travaillaient le riz en mangrove. Il n’y avait pas de digue. L’eau n’était pas salée. Il pleuvait. L’eau ne partait pas. Elle restait sur la mangrove. Puis le sel a commencé à venir. Il a envahi nos champs. Nous nous sommes dispersés. Le riz ne se cultivait plus (Soryba Bangoura, 1993).

3En matière de riziculture, les remontées salines qui anéantissent les cultures apparaissent, d’après les gens de Wondéwolia, au début des années 1960. Pendant vingt-cinq ans, jusqu’en 1987, la population du hameau fut contrainte de se disperser pour pouvoir produire le riz nécessaire à son alimentation. Cette dispersion ne revêt aucun caractère aléatoire. Les terres prêtées étaient toutes la propriété des oncles paternels ou maternels, premiers occupants, des habitants de Wondéwolia. Ils possèdent des terres rizicoles sur d’autres sites (Doron, Kankhéire, Tougoussourou, Sogoregande et Kakira). Aujourd’hui, ces terres ne sont plus cultivées par les gens de Wondéwolia. En effet, vers la fin des années 1980, la pression démographique s’affirme au sein du lignage pourvoyeur des terres. Les gens du segment de lignage fondateur de Wondéwolia préfèrent alors abandonner ces sites pour éviter de futurs conflits mais aussi garantir la continuité culturelle de leur groupe. L’occupation passée de ces sites se vérifie aujourd’hui lorsque l’on travaille sur la répartition géographique des campements de production de sel. Les producteurs de Wondéwolia ont tous en effet conservé leur site de production salicole à proximité des territoires rizicoles mis anciennement à leur disposition. A l’époque, la proximité des sites limitait les déplacements annuels que l’on connaît aujourd’hui en fin d’hivernage et de saison sèche. Ces terres sont prêtées à vie. Ils les ont défrichées et ont procédé à leur aménagement, contrairement aux anciennes terres rizicoles adjacentes qu’ils exploitaient il y a encore neuf ans.

4Cet abandon quasi continuel du hameau résidentiel avait un impact important sur la société de Wondéwolia. A cette époque, il n’était plus question pour ses habitants de maintenir leur mode de vie sur leur territoire d’origine. Les rapports sociaux de parenté se modifiaient progressivement dans la mesure où il devenait difficile pour eux de maintenir la relation de réciprocité. Le prêt de parcelles rizicoles aux membres de leur lignage ou à des étrangers dans le besoin était en effet impossible puisque leur territoire n’était plus exploité ni exploitable. Peu à peu, les habitants de Wondéwolia sortaient de la sphère d’échange et de coopération avec les hameaux voisins du leur. Les mariages qui se font de préférence entre les individus des hameaux proches devenaient impossibles à privilégier. Les jeunes de Wondéwolia en âge de se marier n’avaient pas de terre à eux et les alliances devenaient délicates car un père hésite à laisser sa fille à un homme sans terre, même s’il est issu du même lignage. De fait, la reproduction d’une main-d’œuvre future endogène ou exogène de proximité, intervenant sous forme de structure d’entraide traditionnelle (« lanyi »), pour Wondéwolia, devenait aléatoire.

5Les Bangoura de Wondéwolia n’avaient plus de terres à proposer quand en fait, les mariages avec les Bangoura sont privilégiés puisqu’en majorité, les terres de Wonkifon appartiennent aux Bangoura. Dans ce cas, non seulement le hameau même était appelé à se vider de sa population, au pire à disparaître, mais les chances de voir un jour sa population et sa force de travail croître dans l’éventualité d’une réinstallation s’amenuisaient de jour en jour. En fait, c’est aussi la pérennité du segment de lignage qui était en jeu. C’est d’ailleurs à cette époque que certains jeunes du village sont partis travailler à Conakry distante de seulement cinquante kilomètres.

6Avant les problèmes de salinité, à Wondéwolia, le paysan susu n’endiguait pas ses zones de production rizicole. Il ne travaillait qu’à marée basse. Lorsque, en hivernage, la salinité était réduite, le sol était retourné à l’aide de la houe Walanyi. Le riz y était soit repiqué, soit semé à la volée. Ces zones non endiguées ont aujourd’hui presque disparu. Il en subsiste encore quelques-unes le long de la rivière Sarinka. Partout ailleurs sur la zone, les endiguements ont été nécessaires. Pour les producteurs locaux, la submersion progressive des territoires rizicoles est intimement liée aux projets français de mise en valeur du littoral. En effet, selon les paysans susu et les quelques Baga qui vivent encore sur la zone, dès 1937, le chef de canton de Monchon (nord de Conakry) envoie 355 Baga rompus aux travaux des digues et des chenaux vers Wonkifon. Sous le contrôle des colons français, ils doivent alors aménager certains secteurs de mangrove en creusant notamment de nombreux chenaux. D’après les paysans, ces chenaux artificiels ont eu un impact décisif sur leur système de production :

Avant cela, il n’y avait que de l’eau douce, on ne pêchait que des poissons d’eau douce. Avec les chenaux artificiels, l’eau de mer est remontée, empêchant progressivement la production rizicole.

7Ces Baga, dont une deuxième vague est arrivée à Wonkifon en 1946, ont introduit la pelle-bêche koffi dans cette zone où habituellement c’est un autre type de houe daba qui est l’outil utilisé pour la construction des digues rizicoles et salicoles. Les paysans des hameaux de mangrove reconnaissent que l’influence baga ne s’est pas limitée à la seule introduction de la bêche. Ils ont aussi introduit des variétés de riz de mangrove à une époque où les Susu ne cultivaient que des variétés de riz de bas-fond et de coteaux, ces derniers correspondant semble-t-il aux variétés qu’ils cultivaient dans leur région d’origine des hautes terres.

Le recours à l’endiguement des terres rizicoles

8En 1987, au cours d’un voyage sur une île voisine productrice de riz de mangrove, deux producteurs de Wondéwolia peuvent observer la façon dont les riziculteurs locaux aménagent leur territoire. Compte tenu de la similitude qui existe entre les deux environnements, ils décident alors d’endiguer à leur tour le territoire rizicole abandonné. A cet effet, pour disposer de la main-d’œuvre nécessaire, ils créent un groupement traditionnel « lanyi » de producteurs. Il réunit les hommes de Wondéwolia et ceux du hameau voisin Gorédédé. Les habitants qui ont fondé ce hameau sont arrivés après l’installation du segment de lignage à Wondéwolia sur ce secteur qui en fait leur appartient. Les terres de Gorédédé ont par conséquent été prêtées par ceux de Wondéwolia aux producteurs de Gorédédé. En fonction de son hameau d’origine, chaque membre participant aux tâches de construction de la digue de ceinture s’est vu attribuer un droit d’usage par le « maître des terres » sur une ou plusieurs parcelles rizicoles, dans le cadre du système foncier en vigueur (cf. infra). Ces travaux d’endiguement permettent alors à Wondéwolia de voir sa population se réinstaller en hivernage. Très rapidement, les récoltes sont suffisamment importantes pour que les habitants du hameau puissent se nourrir et réinvestir un univers social perturbé.

9La construction des digues de ceinture du territoire rizicole a donc permis le rétablissement de la population dans le hameau, du moins en période d’hivernage. On peut alors avancer, d’après Godelier – il fait référence au comportement économique des Indiens montagnais Naskapi de la péninsule du Labrador face aux trappeurs blancs – que les paysans susu de Wondéwolia ne cherchaient pas nécessairement à reproduire plus ou moins fidèlement un mode de vie traditionnel. Ils se soumettaient à la nécessité de maintenir des rapports sociaux de parenté et de voisinage qui leur assurent protection, réciprocité, coopération et continuité culturelle (Godelier, 1984, p. 63).

L’apparition de nouveaux risques

10Au fil du temps et malgré la mise en œuvre du « lanyi », qui a permis de ceinturer le domaine rizicole de Wondéwolia et implicitement de rétablir le cadre social, certains secteurs de digue se rompent. Ces incidents surviennent en saison sèche, lorsque la majorité des producteurs a quitté le hameau pour rejoindre les campements de production de sel, ou en hivernage, lorsque tous les hommes sont présents, mais absorbés par les différentes opérations liées à la riziculture. Les restaurations se font alors avec retard, dans l’urgence. D’après les producteurs, les digues érigées ainsi ont une garantie de solidité limitée. Elles ne réduisent que partiellement les risques de rupture. D’une année sur l’autre, la qualité des récoltes est variable, voire nulle comme en 1993. La campagne de production de sel débute alors très tôt après la récolte de riz, pour se terminer très tardivement après les premières pluies vers la fin avril et au plus tard début mai. Les aménagements de campements débutent pour certains producteurs dès la fin du mois de décembre. Dans ces conditions, c’est pour eux le seul moyen de se procurer les sommes permettant à l’achat des quantités de riz nécessaires à leur alimentation, mais aussi à l’obtention des semences en début d’hivernage. Toutefois, la situation économique reste complexe et certains sont contraints de s’endetter auprès des commerçants locaux pour produire le sel (achat du riz pour se nourrir sur les campements, et des bacs pour cuire la saumure). Ils sont alors tenus de rembourser le commerçant après la saison de production, lorsque les cours du sel sont au plus bas et ils doivent alors augmenter leur temps de production s’ils souhaitent réaliser quelques bénéfices. Les producteurs qui ne se sont pas organisés pour rester sur les campements après les premières pluies ont souvent juste de quoi acheter les semences et la quantité de riz nécessaire pour passer la période de soudure. Ils devront alors se rabattre sur les cultures dites de soudure telles que le manioc et le fonio qui représentent un apport indispensable à l’équilibre nutritionnel.

11Aujourd’hui, la structure du calendrier agricole des paysans de Wondéwolia, un temps retrouvé dans l’articulation de ses périodes, finit par ne plus répondre aux modalités de fonctionnement économique et social du hameau. Les risques sont grands pour sa population de revivre une situation passée, en rupture avec le cadre social habituel difficilement réinvesti à travers la construction de la digue.

12En effet, les contraintes de temps et la qualité de construction de ces mêmes digues ne permettent plus d’assurer chaque année une production de riz suffisante pour nourrir les familles du hameau.

SAISONS

MOIS
calendrier
romain

MOIS
calendrier
susu

TRADUCTION

Tunè-birè
Chute (bira-de) des premières pluies (tunè)

Fin avril
Mai
Juin

Foton-maxa
Figi-Figi
Sansanyi

Lavage (maxa-de) de la forêt (fotonyi)
Époque des tourbillons (firifiri)
Époque des semailles (sansi)

Gnèmè (hiver)

Juillet
Août
Septembre
Octobre

Ba-raxa
Falè
Sura
Xabi-donyi

Époque où la mer (ba) inonde (raxa-de : laver)
Époque où les ponts (falè) sont nécessaires.
Première partie (sura) de l’année
Époque où l’on mange (donyi : repas) l’igname (xabi)

Na-raxarè
Assèchement
Na (être),
Xarè (sec)

Fin octobre
Novembre

Wurè-donyi

Époque où l’on mange les patates douces (wurè)

Sogo-furé
Soleil (sogé)
chaud (furé)

Décembre
Janvier
Février
Mars

Yémèmè
Féréfuna
Dindilonyi
Lébéré-béré

Époque où l’on rit (yèlè vanage)
Époque des feux de brousse
Époque de la floraison du Néré
Époque où la saison sèche tourne le dos (légéré)

Fig. 5 – Calendrier susu. Saisons et mois
     

DIVISIONS DU JOUR

TRADUCTION

Toxè singé raté

Premier (singé) chant (raté) du coq (toxè)

Toxè firindé raté

Second (firindé) chant (raté) du coq (toxé)

Subaha

De très bon matin

Kuè ba béré

Époque (béré) où la nuit (kuè) est guérie (yalan-de)

Waliba

L’heure du travail (Wali) 6 h

Sogé xono

Quand le soleil (sogé) est venimeux (xono : pique)

Sogé xono yanyi ra

Quand le soleil pique au milieu du jour (yanyi) 12 h

Sèli fana

La prière (sèli) 14 h

Laxansara

L’heure de la grenouille (laxansarama)

Fitiri

Le déclin du jour

Sarafu

Le moment où l’on fait de la musique (sarafé-de : jouer d’un instrument...) 21 h

Sa Tèmui

Le moment (tému) du coucher (sa-de : se coucher)

Kuè tègi

Le milieu (tègi) de la nuit (kuè)

Fig. 6 – Calendrier susu. Divisions du jour

13La notion de temps chez les susu s’utilise dans le sens de moment « téémú » ou d’époque « béré ». Téémú désigne une période précise, un moment de la journée, de l’année ou de la vie lié à une activité socialement déterminante. Béré traduit une période aux limites plus floues. Cette notion renvoie plus souvent à celle de jeu (« béré-de » passer le temps, jouer). Elle ne semble pas liée aux activités nécessaires à la reproduction de la société (travaux agricoles, rites et rythmes d’activité, etc.). Les saisons qui composent le calendrier susu sont au nombre de quatre. Mais il est plus fréquent de faire référence aux deux saisons principales, la saison sèche « sogo-furé » et la saison des pluies « gnèmè ». Elles regroupent en définitive chacune deux périodes « tému » qui illustrent moins la rupture entre deux aspects météorologiques tranchés (soleil/pluie) que leur progression (« tunèbirè » et « na-raxarè ») vers un état paroxysmal (« gnèmè » et « sogofuré »). Les quatre saisons comprennent douze lunaisons « kigé » ou mois « kiké ». Les grandes divisions du calendrier traditionnel sont fournies par les conditions météorologiques et par les produits consommés notamment en fin de période de soudure (« xabi-donyi » et « wurè-donyi »). La semaine est de sept jours et chaque jour est divisé en quatorze périodes. Les éléments de structuration sont déterminés par les phénomènes naturels, les activités économiques, religieuses et ludiques.

14Dans le passé, des mariages et les cérémonies de circoncision des jeunes hommes et d’excision des jeunes filles étaient célébrés à la fin de la période rizicole, après les récoltes en fin de saison des pluies. Ces cérémonies ne se réalisent plus à cette période à Wondéwolia. Elles ne se répètent plus systématiquement chaque année. Elles ne coïncident plus aux cycles des récoltes. On se marie aujourd’hui à Wondéwolia lorsque les sommes accumulées permettent entre autres d’acheter la quantité de riz nécessaire à ce type de cérémonie. Selon les anciens, c’est la raison pour laquelle dans le passé, les mariages et les rites de circoncision et d’excision étaient célébrés lorsque les greniers à riz étaient pleins. Afzelius (op. cit., p. 127) confirme cela dans son texte lorsqu’il écrit au sujet des cérémonies de circoncision :

All boys are circumcised, sometimes elder, but always before the age of puberty – the girls undergo also a similar operation, but as far as I was able to make it discover out, it consist [...] in cutting of labia vulvae, but for what reason they do not know themselves nor do they know why the boys are circumcided. They say only it is an ancient custom handed down to them by their forefathers... They have a certain time a year commonly in February, to perform this operation on both sexes, which is first done on the boys by an old man, and afterwards and in a separate place on the girls by an old hag, commonly in an enclosed yard... As soon as the operation is performed, witch is done with a roasty knife, there is some country medecine put on the wounds [...].

15De nos jours, les moyens financiers nécessaires ne peuvent s’obtenir qu’à travers la production de sel. Dès l’instant où la production de riz est jugée insuffisante, les producteurs commencent l’installation des campement salicoles. Le temps n’est plus aux cérémonies et aux loisirs qui pourtant s’articulaient socialement avec les différentes activités de production. Alors, compte tenu de l’ampleur de leurs projets respectifs, certains producteurs continuent à faire du sel très tardivement dans la saison, après les premières pluies. Dans un premier temps, ils négligent ainsi sciemment les cultures de soudure importantes comme le fonio. Dans un deuxième temps, ils réduisent, voire annulent leur marge d’anticipation sur les exigences de la tâche en matière de riziculture et limitent de facto leur capacité à les gérer dans le temps. Les opérateurs sont alors contraints d’effectuer un compromis entre l’incontournable rapidité du travail, son intensité et la qualité du résultat qu’ils obtiendront, ce qui n’est pas non plus sans incidence sur leur état de santé.

16L’éloignement des sites par rapport aux différents hameaux isole par conséquent les producteurs de leur habitation principale et limite, voire annule la fréquence des trajets entre les deux unités résidentielles alors que sur leur domaine rizicole, certains travaux de restauration de digues nécessiteraient une main-d’œuvre plus importante pendant la saison sèche de manière à mieux répartir l’intensité des travaux rizicoles sur les deux saisons. Le problème des distances est aussi intimement lié à la nature du processus de production de sel qui est continu et nécessite la présence quotidienne de chacun des membres de l’unité de production sur le campement, à l’exception des absences ponctuelles et très courtes des femmes pour l’approvisionnement en eau douce et la vente du poisson sur les marchés qui sont considérées comme non contraignantes. Elles relèvent du processus de production de sel. Il est donc possible d’agir sur elles. Par contre, toute absence prolongée et impromptue – décès, rupture d’une digue sur le domaine rizicole nécessitant une force de travail importante et un abandon immédiat des campements pour quelques jours – qui ne relève pas directement du maintien du processus engagé perturbe le cycle des activités et a de fortes répercussions sur l’économie familiale en hivernage.

17Le « lanyi » fondé par les représentants du hameau de Wondéwolia pour la construction de la digue n’a jamais cessé de fonctionner depuis sa création. Il offre en hivernage une main-d’œuvre importante (trente personnes peuvent y participer). Ses travaux principaux sont la restauration des brèches détectées dans les digues et les labours des parcelles de chacun de ses membres. Quoi qu’il en soit, la main-d’œuvre ainsi accrue ne permet pas de récupérer le temps passé sur les campements salicoles. L’ouverture des brèches est souvent imprévisible. Elle déstabilise le rythme des opérations rizicoles, retardant souvent les labours. De fait, lorsque le groupement a fini de labourer pour chacun de ses membres, les mieux pourvus en nombre de parcelles ne peuvent plus bénéficier de sa main-d’œuvre. Pour être prêts dans les temps pour le repiquage, ils doivent faire appel, s’ils en ont les moyens, au « killé » (cf. infra).

18La conception cyclique du temps chez les Susu de Wondéwolia, amplifiée par les aléas d’une production rizicole, implique par conséquent aujourd’hui une exigence accrue en matière de gestion du temps. « On peut d’ailleurs remarquer que de façon générale le sens des délais et des échéances est techniquement lié à la conception du temps cyclique ; certes le retour des jours et des saisons correspond à un retour des chances offertes par ces jours et par ces saisons, mais chacune de ces chances ne peut être exploitée qu’au moyen d’une saine gestion du temps. La précision et l’organisation sont nécessaires à l’utilisateur de temps cyclique » (Augé, 1968c, p. 69).

19Les producteurs de Wondéwolia utilisent on le voit l’ensemble des moyens présents dans leur société pour gérer au mieux un calendrier agricole déterminé par le rythme des saisons et explicitement par les conditions météorologiques. Toutefois, d’après eux, ces moyens permettent au mieux de respecter le calendrier rizicole. Ils ne réduisent pas l’urgence des situations liées aux ruptures de digues et n’influencent pas non plus la qualité des restaurations effectuées. La submersion des parcelles constitue toujours un risque, c’est-à-dire « [...] un phénomène d’une ou de plusieurs dimensions, auquel l’homme ne peut répondre, dans les délais imposés par le phénomène lui-même, de la façon qu’il estime adéquate » (Van Der Leeuw, 1990, p. 307). En cas de rupture, la situation immédiate perturbe l’activité rizicole et limite voire annule les chances de récolte. A moyen terme, la reproduction du groupe, comme par le passé, devient aléatoire. Le risque et ses conséquences sont perçus, mais le temps imparti ne permet plus d’y remédier. La palette des solutions sociales, économiques et techniques offertes par le milieu intérieur ne favorise pas l’adéquation des moyens aux risques posés par le milieu naturel et aux enjeux sociaux inhérents. Dans ce cas précis, les conditions locales d’une amélioration du système technique endogène sont favorables (Descola, 1986, p. 366), et avaient déjà été envisagées par les producteurs dans le hameau, dès le début des années 1990, suite à la mise en œuvre d’une innovation par un projet de développement sur la zone de Koba située au nord de Conakry.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540