Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage des mondes

 | 
Philippe Geslin

Deuxième partie. Produire du sel sur le littoral guinéen

Chapitre 6. L’action des paludiers sur le terrain et la réaction paysanne : chronique d’une expérience

Texte intégral

1Le projet de développement de l’économie côtière dans la préfecture de Coyah va intégrer d’un côté la dynamique globale du processus traditionnel et de l’autre un contexte social et culturel plus spécifique au sein duquel évoluent les producteurs susu de Wondéwolia concernés par ce transfert. Il serait erroné de faire remonter le programme guinéen des paludiers et de l’afvp à l’année 1993. Si sur le terrain l’action devient effective à cette date, il faut remonter au début des années 1990 pour en saisir l’historique. C’est en effet à partir de 1990 que toutes les expériences d’amélioration du processus de production de sel en Guinée s’inspirent du Projet intégré de recherches sur l’amélioration des techniques traditionnelles d’extraction du sel (pirattes) mis en œuvre par le gps de Guérande, via son association Univers-sel, au Bénin. Dans ce pays, les paludiers guérandais, en collaboration avec l’afvp proposent une alternative solaire à la production de sel local dont le processus est identique, dans l’articulation de ses phases, à celui utilisé par les Susu. Sur le littoral béninois, ils mettent en œuvre des salines constituées chacune d’un bassin d’évaporation aderne de la saumure qui alimente un cristallisoir œillet. Les deux bassins sont de forme rectangulaire. Les surfaces des adernes varient entre 5 et 20m2 au même titre que celles des œillets. Les deux bassins sont reliés par un tuyau d’alimentation partant de l’aderne vers le cristallisoir, situé légèrement plus bas. L’aderne est constituée d’un support en argile de quatre à six centimètres d’épaisseur reposant sur une bâche en plastique. Le cristallisoir est constitué d’un bassin en argile au fond duquel est déposée une géomembrane retenue sur les bords par plusieurs séries de planches. La saumure, obtenue par lessivage des terres salées, est transportée dans l’aderne. Lorsque l’eau est assez concentrée pour que le chlorure de sodium cristallise, alors, le cristallisoir est alimenté. « Normalement la cristallisation du sel s’effectue dans la journée qui suit l’alimentation en saumure de ce bassin. La récolte de sel se fait généralement en fin d’après-midi. Après la récolte, le cristallisoir est réalimenté à partir de l’aderne, et celle-ci l’est ensuite avec des saumures fraîches » (rapport Pirattes, 1991).

  • 1 Noudahikpon (communication personnelle 07/08/93).

2Les modifications proposées par les paludiers guérandais ne concernent qu’une étape du processus technique. Les opérations de production de la saumure sont conservées (terre salée + filtration). La transformation porte seulement sur le principe d’évaporation qui ici est différent (aderne + cristallisoir + effet du soleil et du vent, au lieu de bassine + foyer + bois de chauffage). Selon le responsable béninois du programme : « Pendant le mois de juin 1992, les productrices de trois villages ont décidé d’abandonner l’aderne. Selon elles, lorsque le sel cristallise directement dans l’œillet, donc sur la bâche en plastique, il est plus blanc que lorsque le processus d’évaporation commence sur l’argile de l’aderne1 ».

3Les salines solaires suppriment donc la consommation du bois de feu. Selon les paludiers guérandais, les populations du littoral béninois affirment que cette innovation améliore aussi considérablement les conditions de travail et notamment les problèmes inhérents à la collecte du bois qui nécessite plusieurs mois de travail, en amont de la période de production, pour satisfaire in fine une cuisson continue de la saumure pendant trois à quatre mois.

  • 2 Voir Soenen et Traîneau (op. cit., p. 24 à 26). Dans le cadre de ce chapitre, nous ne donnons que (...)

4En 1991, l’afvp basée à Koba engage une action de développement autour de la question du sel en s’inspirant des résultats de son action béninoise. Après une série d’enquêtes par questionnaire auprès des producteurs locaux, la consommation de bois de feu et la pénibilité de la tâche sont ressenties, ici aussi, comme étant les contraintes majeures d’un processus qu’une alternative solaire peut pallier. Les deux volontaires basés à Koba organisent alors une mission de quinze jours au Bénin où ladite alternative était déjà en phase d’exploitation. De retour en Guinée l’expérience béninoise est appliquée. Le processus de son installation est décrit dans le rapport des deux volontaires2 :

La surface de l’aderne est de 10 m2 [...] Elle a été conçue en bâche plastique et recouverte d’une couche d’argile [...] de 3 cm d’épaisseur. Elle alimente deux cristallisoirs de 6 m2 et de 6,5 m2. L’un réalisé en bâche agricole noire, l’autre en argile. [...] Nous avons [...] construit deux types de cristallisoirs : l’un avec support artificiel pour vérifier si les conditions climatiques du milieu autorisent effectivement la cristallisation du sel par voie solaire et éolienne ; l’autre en substrat argileux afin de tester l’étanchéité de l’argile. [... ] Dès les premiers jours, nous nous sommes aperçus que le sel cristallisait déjà dans l’aderne. [...] Nous avons donc construit un troisième cristallisoir, dans lequel la saumure était directement versée, sans passer par le bassin de chauffe. Ce cristallisoir a été conçu avec une toile plastique plus épaisse que celle du premier cristallisoir (genre bâche de camion). Il a une surface de 7 m2. Par la suite, l’aderne a été abandonnée : les trois cristallisoirs étaient remplis directement par la saumure recueillie sous les entonnoirs.

5Du 14 mars au 14 mai de la même année 650 kg de sel sont ainsi récoltés sur la saline expérimentale. La saline mixte est privilégiée par les producteurs. Ces salines sont qualifiées de mixtes dans la mesure où dans un même processus elles font intervenir la technique traditionnelle et l’innovation solaire. La saumure est en effet toujours produite de façon traditionnelle à l’aide de la terre et de l’eau salée. En aval le processus est modifié. La saumure n’est plus cuite dans de larges bacs métalliques, mais versée sur des bâches en plastique de 10 m2. Ces bâches sont posées sur les aires de terre salée à proximité des campements ou des hameaux. Le sel apparaît ensuite sous l’effet du soleil et du vent. Toutefois, à l’époque, le coût des bâches est tel que les responsables s’orientent vers la saline mixte avec cristallisation sur argile. Il s’agit alors d’apporter les améliorations nécessaires à son bon fonctionnement :

[...] Ce bassin doit être amélioré afin que l’on puisse ramasser facilement du sel propre. Les marais salants sont faits en argile. Il est donc possible de faire des cristallisoirs en argile. [...] En étudiant plus précisément la méthode de construction des bassins dans les marais salants, nous pourrons transposer et adapter cette technique et améliorer ainsi le cristallisoir (Ibid., p. 27).

6En janvier 1992, à la demande de l’afvp, les paludiers de Guérande interviennent en Guinée sur le site de Koba pour conseiller le programme « salines mixtes » sur argile et proposer dans le même temps un projet d’intervention, dans le cadre de la coopération décentralisée, pour Loire-Atlantique Coopération et l’afvp dans la préfecture de Coyah. Ils soulignent à l’époque :

Au cours de notre première visite à Koba, nous avons rencontré les producteurs qui avaient été associés au programme [de Koba]. Les producteurs étaient donc sur le site pour mettre en place la production de sel sur bâche dans le cadre du programme de saline mixte. Nous avons observé leur manière de travailler et nous avons été étonnés de voir que les producteurs, bien qu’ayant un outil, le koffi (bêche baga), différent de nos houlettes, (pelles charentaises) procédaient de la même façon. Nous avons senti le besoin de réaliser concrètement quelque chose en leur compagnie. L’aménagement serait assez simple, seuls l’aderne et l’œillet (cristallisoir) seraient bien construits, le reste ne serait que l’utilisation de la topographie existante. [...] Pour construire la saline [...] nous avons [...] creusé deux bassins dans un sol meuble. Avec la terre ainsi récupérée, nous avons bâti les ponts ceinturant la saline et séparant les deux bassins. Après avoir recouvert ceux-ci de quelques millimètres d’eau, nous avons pu en aplanir le fond. Un de ces bassins est destiné à être une surface d’évaporation, l’autre un cristallisoir. [...] Il a été construit ensuite un bassin de stockage de l’eau de mer, de façon à être autosuffisant jusqu’à la marée suivante. De petites planches de bois, percées de quelques trous obstrués de chevilles de bois, ont été mises en place afin de maîtriser le débit d’eau s’écoulant d’une surface à l’autre. [...] La saline nous a montré qu’une production de sel solaire artisanale est possible en Guinée maritime dans des conditions proches de celles de Guérande » (Univers-sel, 1992, IIIe partie).

7Quelque temps après, le conseil général de Charente-Maritime, s’engage sur le projet du site de Koba en collaboration avec l’afvp. Les salines mixtes sont abandonnées. Les responsables mettent alors en œuvre un marais salant sous le contrôle des paludiers de l’île de Ré, en utilisant toutefois, pour les cristallisoirs, les bâches en plastique. Cette expérience est prolongée sur le site de Boffa où dès 1993, après la construction de plusieurs marais salants, un magasin de stockage est édifié. Charente-Maritime Coopération monte alors une coopérative de producteurs de sel. Cette action de l’afvp, inspirée par l’expérience béninoise, va ensuite influencer toute une série de nouveaux projets sur le littoral mais aussi certains producteurs de sel susu.

Le transfert du projet dans la réalité

  • 3 Les étapes principales de la construction du marais salant sont présentées dans le cd-rom joint à (...)

8Lorsque les paludiers ont envisagé notre participation dans le cadre du projet, les choix techniques étaient déjà arrêtés. Ils avaient décidé d’expérimenter en premier lieu les marais salants quitte à revenir sur ce choix en fonction des repères-pour-la-conception que nous allions présenter à la fin de notre intervention. Par conséquent, dès les premières phases de notre travail sur le terrain guinéen, parallèlement aux enquêtes ethnographiques classiques, nous allions pouvoir observer au quotidien la mise en œuvre de cette innovation sur le site de Tougoussourou sur lequel nous résidions. Les paludiers avaient retenu ce site au cours d’une de leurs missions précédentes. Les sondages effectués au préalable permettaient d’envisager que l’argile locale pouvait présenter les caractéristiques nécessaires au fonctionnement d’un marais salant. L’un des producteurs de Wondéwolia, présent sur ce site, octroya une portion de son aire de terre salée aux paludiers, de manière à ce qu’ils puissent procéder à leur expérimentation. Cette opération eut lieu au tout début de notre installation chez les Susu de Wondéwolia3.

Le processus technique du marais salant repose sur un principe simple : l’utilisation du jeu des vents et du soleil pour « échauffer » progressivement l’eau de mer, c’est-à-dire en forcer la concentration en sel par évaporation naturelle, jusqu’au seuil où le sel cristallise enfin dans des bassins où l’on peut le récolter à mesure qu’il s’y dépose. La mise en œuvre de ce principe est elle aussi d’une grande simplicité : dans l’argile des marais on agence une série de bassins et de canaux qui permettent de faire circuler l’eau de mer par gravité, sous une très faible épaisseur, très lentement et très régulièrement, depuis le bras de mer où on la prend jusqu’au cristallisoir où elle livre son sel.

9Les avantages d’un tel processus sont clairement définis par les paludiers. Les premiers ont trait à l’environnement : « Il supprime complètement le recours au bois de chauffe pour extraire le sel. En fait, par évaporation naturelle et échauffement de l’eau de mer, il permet d’obtenir des volumes importants, continus et réguliers d’eau fortement concentrée en sel. Au terme du processus, le sel cristallise.

10Après le départ des paludiers, un technicien guinéen a pris en charge le suivi de l’expérimentation. Une semaine plus tard, les premiers cristaux apparaissent sur le fond du premier critallisoir. Dix kilogrammes de sel sont récoltés. Il s’agit de sel magnésien, sale et malheureusement impropre à la consommation. Quatre jours plus tard, une seconde prise permet de récolter cinq kilogrammes de sel plus blanc que le précédent, mais encore une fois, impropre à la consommation. Le sel espéré n’apparaît pas. Les deux autres critallisoirs ne donnent aucun résultat. Leur fond n’est pas assez étanche et ne retient pas l’eau. De plus, les faibles coefficients de marée ne permettent pas le remplissage de la vasière qui ensuite alimente les différents bassins. En parallèle à cette expérience et à l’action du technicien guinéen, les habitants du site, dont certains avaient participé, très ponctuellement, à la construction du marais salant, produisent le sel de manière « traditionnelle ». Ils n’interviennent pas sur le processus expérimental.

11Trois semaines après le départ des paludiers et compte tenu des résultats de la saline, les producteurs décident d’intervenir auprès du technicien en faisant état de leurs remarques :

  • 4 Karim Bangoura, M’Fassory Bangoura – porte parole –, Issiaga Camara, El Hadg et Mamadouba Bangoura (...)

Il est bon de faire la saline solaire, mais il faut l’associer aux bâches. Les bâches sont meilleures dans le sens où elles nous auraient déjà permis de récolter assez de sel. Jusqu’à maintenant, nous n’avons pas récolté de sel. Nous ne savons pas ce que cela va donner, nous observons simplement. Nous avons essayé la technique de Koba avec les bâches et nous sommes convaincus de son efficacité. [...] Nous ne rejetons pas les marais salants. C’est la première fois que nous voyons ce système. Les photographies que les paludiers nous ont montrées prouvent qu’en France le sel apparaît. Ce qui réussit chez les autres peut réussir aussi chez nous. Toutefois, si on avait utilisé les deux méthodes, même si le marais salant n’a pas donné de sel, la saline sur bâche aurait donné du sel. Ça nous aurait beaucoup encouragés dans le travail. [...] Nous avons regardé les photographies apportées par les paludiers, mais nous ne savons pas s’il y a des produits utilisés pour que le sel apparaisse, nous ne savons pas ce qui est à la base de la production de sel sur le marais salant. [...] Si vraiment tu travailles et que tu ne trouves pas le fruit de ton travail, tu risques de reculer. Si tu vois le résultat de ton travail, tu es encouragé, mais si tu travailles sans résultat, ça te décourage. [...] Après trois semaines, le sel n’apparaît toujours pas. Nous demandons que l’utilisation des bâches soit valorisée. [...] Toutefois, nous proposons aussi que le fond des œillets soit plus consistant, car si le sol n’est pas consistant, le sel sera toujours dissous et on ne pourra jamais récolter un sel valable. [...] Donc la meilleure façon est qu’on puisse faire un badigeon du fond, qu’il durcisse pour que le sel apparaisse sur l’argile4.

  • 5 Chaque campement concerné a fourni un seau de saumure.

12Les producteurs susu des cinq campements voisins du marais salant s’approprient alors le cristallisoir habituellement appelé « n° 3 », et nomment leur intervention du terme français « expérience n° 4 ». Ils procèdent ensuite de la même façon que lorsqu’ils façonnent les bassins de réception de la saumure sous les filtres. Le fond du cristallisoir est labouré en profondeur, de manière à atteindre un niveau moins riche en racines de palétuviers rouges. Ce niveau atteint, il est lissé à la main. Les opérateurs attendent ensuite une journée pour que sèche la couche superficielle du fond argileux. Ils prélèvent ensuite, sur une autre zone, de l’argile réputée plus étanche (Avicennia) et la répartissent à la main sur le fond sec du cristallisoir. La surface est lissée et la saumure provenant de chacun des campements des producteurs concernés est versée5. En versant cette saumure, les producteurs savent qu’ils n’obtiendront pas de sel immédiatement. Par cette opération, ils souhaitent simplement empêcher le fond du cristallisoir de se craqueler, mais aussi faire remonter en surface les quelques racines de palétuviers encore présentes dans la couche supérieure rapportée. Leur souhait est ensuite de produire du sel à partir de la saumure de leurs filtres et de l’eau qui reste dans les zones d’emprunt au pied des digues. Les producteurs élargissent alors le champ d’expérimentation des paludiers. Malheureusement, l’expérience n° 4 ne permet pas de produire du sel sur argile. Elle est abandonnée à la fin de la première saison d’expérimentation.

Notes

1 Noudahikpon (communication personnelle 07/08/93).

2 Voir Soenen et Traîneau (op. cit., p. 24 à 26). Dans le cadre de ce chapitre, nous ne donnons que les étapes principales. Le détail est livré dans la seconde partie de l’ouvrage, lors de l’analyse des situations de référence.

3 Les étapes principales de la construction du marais salant sont présentées dans le cd-rom joint à cet ouvrage.

4 Karim Bangoura, M’Fassory Bangoura – porte parole –, Issiaga Camara, El Hadg et Mamadouba Bangoura, Yamoussa Camara, Soriba Bangoura (15 mars 1994, Tougoussourou).

5 Chaque campement concerné a fourni un seau de saumure.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540