Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage des mondes

 | 
Philippe Geslin

Première partie. L'apprentissage des mondes Les univers des acteurs en France et en Guinée

Chapitre 4. Le village, le hameau et le campement

Texte intégral

1Le schéma d’installation des Susu sur un site commence toujours par l’abandon d’un établissement originel le plus souvent mythique. La notion de conflit qui est confirmée par les sources historiques n’est curieusement jamais avancée pour expliquer ce départ. Il en est ainsi pour chacune des étapes migratoires. Tout se passe sans qu’il soit fait état des luttes répétées. Le cadre de ces migrations est un cadre pacifique du moins jusqu’à l’arrivée et l’installation sur le site choisi. Ce départ entraîne la migration de quelques individus. Celle-ci va donner toute sa dynamique historique au récit. Un homme, seul, ou accompagné de sa soeur, de ses frères ou d’étrangers, quitte sa région natale située en général dans les hautes terres « Fuge ». On le décrit comme un chasseur. En songe, il voit précisément les caractéristiques physiques de son itinéraire (tu traverseras une rivière, escaladeras une montagne, etc.). Un féticheur peut aussi intervenir et lui donner ces précisions. Arrivé au bout de son périple, le fondateur s’installe dans un village existant. Au cours d’une chasse, l’homme découvre l’endroit qui lui a été désigné en songe. Il est riche en gibier et la terre semble bonne. Il construit alors un abri puis défriche une parcelle pour la cultiver. Son installation n’est pour l’instant que saisonnière. Il y revient chaque année. Au fil du temps, si les récoltes sont bonnes, l’abri sommaire se transforme en hutte plus confortable. La famille nucléaire du défricheur s’installe alors. Un petit jardin de case est aménagé par la femme, pour fournir, à chaque retour saisonnier, les condiments essentiels à la préparation des repas. La construction d’une véritable maison, la plantation d’arbres fruitiers (Fréchou, 1962, p. 112), mais aussi celle de fromagers qui souvent marquent les limites d’un hameau ou d’un village, sont des étapes importantes dans la dynamique locale de l’installation. La famille se sédentarise alors et abandonne l’alternance saisonnière. Les proches du défricheur s’installent. Des concessions se créent et les bases du hameau prennent forme. L’atome de production constitué jusque-là par la famille nucléaire laisse place à la concession qui regroupe plusieurs familles nucléaires (parents en ligne directe ou collatéraux du fondateur). Petit à petit, le territoire s’agrandit, les alliances politiques et économiques se tissent au sein du hameau et entre les hameaux voisins. On accueille des étrangers et les neveux des hommes du lignage ou segment de lignage fondateur. Des quartiers apparaissent. Le hameau « Dakha » devient village « Ta ».

2Pour chaque étape du processus d’installation, il existe chez les Susu de Wonkifon une structuration de l’espace qui repose sur une organisation sociale très spécifique. On part d’une structure englobante, autour d’un territoire commun qui a pour centre le village et pour périphérie les hameaux. Chaque unité sociale (village, hameau) se compose de plusieurs microcosmes qui servent de support à des groupes domestiques.

Le pouvoir centralisateur du village

3Malgré ces mutiples hameaux, le pouvoir centralisateur de Wonkifon est toujours fortement ancré dans les mentalités et dans les faits. Ainsi, lorsqu’on demande leur origine aux habitants des hameaux qui sont rattachés au village par les liens de parenté, ils répondent qu’ils sont de Wonkifon avant de préciser le nom de leur hameau. Chaque vendredi, jour de la grande prière pour les musulmans, les chefs de famille et parfois leurs femmes et leurs enfants quittent leur hameau pour aller prier à la mosquée du village distante dans certains cas de plus de trois heures de marche. Les chefs de famille « Dembaya Kanyi », qui sont descendants de l’un des segments de lignages principaux, ont souvent une maison dans le quartier fondé par leur ancêtre à Wonkifon. Cette double résidence illustre le pouvoir centralisateur du village. Elle permet aussi à un chef de famille qui n’est plus en activité de se retirer parmi les siens et de vivre dans de meilleures conditions que celles qu’il a connues sa vie durant dans le hameau. Un grand nombre d’anciens rattachés au lignage fondateur réside de ce fait dans le village. Cela sous-entend que le pouvoir décisionnel déjà présent à travers le découpage administratif actuel se trouve renforcé par cette présence et cela même si les chefs de famille qui résident au sein des concessions, des secteurs et des districts ont un pouvoir qui est marqué par une nette autonomie par rapport au village. Leur rôle est toujours fondamental pour les conflits très localisés (jugement pour de petits larcins, problèmes de droits de pêche sur certains secteurs de mangrove, contentieux, etc.). Pour ce qui concerne des questions plus importantes comme celles liées à l’octroi de terres ou à l’attitude qu’il est convenu d’avoir dans le cadre de projets de développement, les décisions remontent systématiquement au sein de la sphère villageoise et sont soumises aux aînés, représentants des lignages fondateurs.

4Bientôt, sous la pression démographique, les terres environnantes ne suffisent plus. Au fil du temps, des membres des segments de lignage abandonnent le village pour aller exploiter des zones inhabitées du territoire villageois où ils s’établissent, perpétuant ainsi la dynamique des installations. Ils y construisent d’abord un abri, puis une hutte, ensuite une case et enfin un nouveau hameau est créé, pour devenir ou non un village. Les installations avortées sont rarement citées dans les récits de fondation susu. Si tel est le cas pour de nombreux villages de la Sumbuya, située au sud de Conakry et qui est la région d’implantation du projet, il n’en va pas de même pour d’autres régions du littoral. Fréchou (Ibid.) note de nombreux échecs dans la région du Moyen Konkouré. « [...] Warakhala par exemple n’a plus qu’un dakha ; cinq autres au moins ont été abandonnés. Il arrive que des dakha soient abandonnés par leur fondateur, puis occupés par d’autres... »

  • 1 Hameau, chef-lieu de district, fondé par Bala Bangoura qui venait de Yantounyia.
  • 2 Rivière (1971b, p. 262) souligne que « le commerce d’esclaves florissant durant le XVIIIe siècle e (...)

5La pression démographique est souvent présentée comme l’unique motif d’installation sur le territoire. Pourtant, tel n’est pas le cas et il n’est pas rare que certains hameaux aient constitué dans le passé des points d’occupation stratégique en limite de territoire pour prévenir les nombreuses razzias qui pouvaient avoir lieu, notamment au moment des récoltes de riz. D’autres hameaux1 ont été fondés à partir d’une population de « personnes non désirables » (essentiellement des prisonniers) sous la responsabilité du représentant d’un segment de lignage du village. D’autres enfin ont été peuplés de captifs envoyés par leurs maîtres sous la responsabilité d’un parent2. L’appellation « hameau de culture » n’est pas pour autant remise en question à travers ces remarques. Les populations de ces unités résidentielles ont dû se nourrir et par conséquent s’investir dans le développement de leur habitat. Mais la pression démographique n’est pas, selon toute évidence, la seule explication.

  • 3 Sur la toponymie au sud de Conakry, voir Balandier (1952). L’origine des toponymes susu est traité (...)

6Le nom du village3 est souvent dérivé du nom du premier occupant (ex. Dumbuya, littéralement le lieu « ya » où vit « Doumbou »). Dans d’autres cas, il est lié à un événement marquant, apparu dans les premières années d’installation (ex. Wonkifon, littéralement, nom d’un arbre « Wonki », coupé « fon ») ou aux caractéristiques du lieu. De nos jours, ce processus d’implantation est difficilement observable. La présence de Conakry a sans doute un impact important. Les jeunes hommes, plutôt que de s’installer sur de nouvelles terres, pour des résultats de plus en plus aléatoires, préfèrent tenter leur chance dans la capitale toute proche ou à Coyah, le chef-lieu de la préfecture. Certains d’entre eux reviennent toutefois dans les villages et les hameaux en hivernage, pour les travaux rizicoles. Ainsi, dans la zone de la Sumbuya, de nombreuses parcelles sont mises en jachère et quelques secteurs sont vierges de tout défrichement. CheneauLoquay (1989, p. 86) estime, à partir de l’analyse des photographies aériennes et des images du satellite Spot, que plus de la moitié des plaines de mangrove ne sont pas utilisées actuellement. L’ancien processus d’occupation des terres dans le cadre d’une nouvelle exploitation rizicole semble ralentir peu à peu au profit d’une concentration des forces de travail sur les aménagements des parcelles déjà utilisées, de manière à réduire les aléas des récoltes liés aux rizières de marais non ou partiellement endiguées.

Wondéwolia : un hameau et son village

7Les paragraphes précédents ont laissé entrevoir l’existence chez les Susu d’un système de filiation patrilinéaire engendrant de fait l’existence de patrilignages. Les familles fondatrices du village de Wonkifon – directement concerné par le programme – appartiennent en effet à un même lignage. Leur ancêtre commun est connu et certaines personnes sont capables de présenter sa descendance y compris pour les dernières générations qui occupent les hameaux les plus reculés du territoire issus d’une atomisation mesurée des trois segments de lignage principaux – Dentumaya, Symbaya, Yolaya – et des représentants des neveux « Négari ».

8Le hameau de Wondéwolia fait partie de ces hameaux de culture rattachés au village de Wonkifon. Il a été fondé il y a trois générations par les représentants du lignage de Yolaya, l’un des trois segments de lignage de Wonkifon. Tous étaient des Bangoura. Il est aujourd’hui intégré dans le district de Balaya, et constitue l’un des sept secteurs de cette unité administrative. Sa population s’éleve à 161 personnes effectivement présentes tout au long de l’année. Toutes ne sont pas rattachées à la famille fondatrice, puisque avec les Bangoura vivent des Camara et des Silla. Ces familles Dembaya se répartissent sur l’ensemble des concessions, Fokhé, qui constituent le hameau actuel. La concession la plus ancienne se situe à l’extrême sud de la pointe occupée par le hameau. Les autres se répartissent le long du chemin d’accès, entre le carrefour et cette pointe, et le long de la piste qui mène jusqu’au hameau voisin de Goredede, à l’ouest de Wondéwolia.

9Le territoire rizicole de ce hameau se situe en contrebas de cette pointe et part du sud-est, contourne la pointe au sud et couvre tout l’ouest du hameau. A la limite du territoire rizicole qui est aussi un lieu de pêche en période de haute mer, on retrouve quelques billons de manioc et plus rarement de petits jardins de case, mais aussi, en hivernage, une importante concentration de pépinières, associées ou non aux plants de manioc. En remontant vers le hameau, on traverse une zone non cultivée couverte d’essences végétales variées, peu exploitées, à l’exception des palmistes et des cocotiers. Elle est propice à la chasse peu fréquente, faute de fusil, et les biches sont nombreuses qui viennent le soir s’y abriter après s’être nourries des jeunes feuilles de manioc. Lorsqu’on sort de cette zone, les premiers jardins de case dessinent les limites des concessions. Ils ne sont pas seuls, et les surfaces défrichées, destinées à d’autres cultures, sont importantes. Elles permettent selon les cas, de cultiver l’arachide, le fonio et le manioc. En hivernage, ces zones reçoivent surtout de nombreuses pépinières, plus faciles à surveiller en raison de la faible distance qui les sépare des concessions de leurs propriétaires.

10L’histoire du hameau a engendré la construction de deux mosquées. La première se situe au sein de la plus ancienne concession, au sud, et la seconde est construite à l’entrée du hameau. Leurs tailles respectives ne permettraient pas de réunir en un seul lieu l’ensemble de la population. Un magasin à riz récent, construit par un petit projet de développement, a été placé sur la plus ancienne concession. C’est là que les producteurs qui se sont regroupés sur les bases d’une structure d’entraide traditionnelle, le « lanyi », entreposent chaque année le produit de leur récolte rizicole avant de se rendre au coeur de la mangrove pour y produire du sel.

11Cette activité est une source de revenus non négligeable lorsque les productions rizicoles sont mauvaises. Les campements de production de sel « Denté » sont en effet très nombreux le long de la Sumbuya. En fonction de leur ancienneté, ils abritent différentes personnes. Les plus récents sont en général occupés par une famille nucléaire. Les plus anciens, qui sont aussi plus étendus, en reçoivent plusieurs, apparentées ou non. Cette activité qui est présente sur la quasi-totalité du littoral guinéen caractérise plus particulièrement cette province au point de faire de Coyah la ville du sel. Les campements constituent des habitats saisonniers. Ils sont établis en général en périphérie de hameau. Cela ne sous-entend pas que les habitants du hameau ont tous leur campement à proximité. Les zones propices à ce genre de production ne sont pas systématiquement présentes partout et de nombreux producteurs ont leur campement en périphérie d’autres hameaux que le leur. L’octroi repose alors sur les relations de parenté et les rapports d’affinité.

12Ces campements se présentent avant tout comme des moyens de production. Leurs structures d’habitation (huttes) sont réduites à leur plus simple expression – un toit, quatre parois de branchage et un lit en palétuvier recouvert de graminées – au profit des instruments de production (filtres, greniers à sel, lieu de chauffe) qui bénéficient d’un soin extrême dans leur construction. La hutte qui abrite le producteur et sa famille se rapproche sans doute de celles auxquelles il est fait allusion dans le récit de fondation du hameau, lorsque le premier défricheur aménage un abri sur son champ temporaire. Elle ne dure en général qu’une saison de production. Cette saison peut varier, selon la qualité de la récolte rizicole, entre une trentaine de jours (dans le cas d’une bonne récolte de riz) et soixante-dix jours au maximum (dans le cas d’une mauvaise récolte de riz). A chaque réinstallation annuelle, le producteur et sa famille sont contraints de réaménager les différentes structures du campement avant de se lancer dans la production de sel.

Notes

1 Hameau, chef-lieu de district, fondé par Bala Bangoura qui venait de Yantounyia.

2 Rivière (1971b, p. 262) souligne que « le commerce d’esclaves florissant durant le XVIIIe siècle et la première moitié du XIXe permet aussi aux souverains de la côte de retenir à leur usage quelques esclaves qu’ils établissent dans des dakha, hameaux de culture, et qui leur épargnent le travail du sol ».

3 Sur la toponymie au sud de Conakry, voir Balandier (1952). L’origine des toponymes susu est traitée dans Houis (1958, p. 569 et s.).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540