Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage des mondes

 | 
Philippe Geslin

Première partie. L'apprentissage des mondes Les univers des acteurs en France et en Guinée

Chapitre 2. La Guinée sous influences

Texte intégral

1La Guinée est un pays particulier. Par deux fois elle a frappé l’imagination des hommes. Il faut remonter au XVe siècle. A cette époque, l’Europe la découvre au même titre que ses voisins méridionaux et septentrionaux que sont l’actuelle Sierra Leone, la Guinée-Bissau, la Gambie et le Sénégal. Les navigateurs portugais, puis les Anglais qui consolideront leur influence à partir de 1820 (Suret-Canale, 1970, p. 81) nous livrent alors et sur plusieurs siècles de nombreux témoignages écrits sur ce « Pays des Rivières-du-Sud » qui s’étend depuis la Sierra Leone (rivières Scarcies) jusqu’en Casamance. Les Français aussi, qui imposent progressivement leur puissance coloniale sur ce pays aux ressources naturelles exceptionnelles, pour l’asseoir définitivement vers le milieu du XIXe siècle (1865, date de l’installation des premiers commandants de cercle).

1958 : la rupture

2Le 28 septembre 1958 est une autre date importante pour la Guinée. A l’issue d’un vote, les Guinéens refusent en effet la proposition de structure communautaire émise par la France. La Guinée, avec à sa tête le président malinké Sékou Touré, devient alors, pour l’ensemble des pays d’Afrique, l’emblème de la lutte pour l’indépendance. Très rapidement, et sans que cela ait été réellement envisagé au moment du vote, les relations avec la France prennent fin de façon brutale. L’encadrement français et les responsables de plantation sont invités par l’ex-gouvernement colonial, parfois sous la contrainte, à regagner la France. Les investissements sont stoppés, notamment pour les projets de barrage destiné à la production d’électricité et pour les travaux d’aménagements sur les plaines côtières. A partir de cette date et pendant vingt-six années, jusqu’à la disparition de Sékou Touré, au mois de mars 1984, le régime totalitaire et les choix économiques qu’il fait plongeront le pays dans un isolement qui lui sera néfaste intérieurement et sur la scène internationale. En effet, pour se démarquer radicalement du passé colonial et du modèle capitaliste, pour parvenir à l’indépendance économique, Sékou Touré se tourne alors très rapidement vers le modèle marxiste.

3En Guinée, ce modèle n’apparaît pas uniquement après la rupture, mais trouve sa source dès la fin de la Seconde Guerre mondiale. Comme le souligne fort justement Chéneau-Loquay (1996, p. 16) : « L’anticolonialisme se développe, comme ailleurs, par le syndicalisme. Après la guerre, les mouvements revendicatifs, associations et syndicats corporatistes de chefs administratifs, de certaines catégories professionnelles, se multiplient parallèlement au développement de l’idéologie marxiste, et avec le soutien des partis communistes. » Suret-Canale (op. cit., p. 189) souligne toutefois que l’option socialiste « [...] ne représente [après l’indépendance] qu’une perspective d’avenir dont l’étatisation du commerce et de l’industrie ne représente que l’amorce. On ne pourra parler de socialisme que le jour où l’ensemble des rapports sociaux seront de nature socialiste, en particulier dans les campagnes ». Ce sont pourtant ces campagnes qui en fin de compte vivront intensément l’échec de la période Sékou Touré. « On retrouve ainsi en Guinée le schéma très original à l’Afrique d’une paysannerie que le discours désignait comme la première bénéficiaire du développement, qui en fait fut sacrifiée aux intérêts de la nouvelle classe urbaine, gestionnaire de l’appareil d’État, mais qui n’est pas soumise à cette classe puisqu’elle s’est retirée du marché officiel, a conservé sa propre organisation de production et a créé ses propres circuits d’échange... » (Chéneau-Loquay, 1996, p. 23.) L’échec de cette politique se ressent aussi dans les autres secteurs de l’économie, à un point tel que le pays, au sortir de cette période (1984), et jusqu’à aujourd’hui, est considéré comme l’un des vingt pays les plus pauvres de la planète.

4Le 3 avril 1984, les militaires prennent le pouvoir sous l’égide du Comité militaire de redressement national (CMRN) et dissolvent le Parti démocratique de Guinée (PDG) qui sur un quart de siècle était devenu un véritable parti-État. Ils affichent une volonté de rupture avec le régime précédent. La « seconde république » est instaurée, le « temps de la démocratie » (Godelier, 1991a) est amorcé. Le pays s’ouvre à nouveau et voit le retour en force des Occidentaux et des bailleurs de fonds. Il faut souligner toutefois que la phase de transition avait déjà commencé sous le régime de Sékou Touré au début de la seconde moitié des années 1970, après la manifestation des femmes et des jeunes à Conakry au mois de septembre 1977. On constate à cette époque une double ouverture, diplomatique vers le Sénégal et la Côte-d’Ivoire et économique avec l’appel aux capitaux privés des Guinéens expatriés et la libéralisation du commerce intérieur. La mort de Sékou Touré et la prise du pouvoir par les militaires vont accélérer ce processus de transition d’un modèle socialiste au service d’un régime totalitaire défunt, à un libéralisme à la guinéenne clairement annoncé par les militaires (Dubresson, 1989, p. 4). Pour expliciter ce que recoupe ce terme de transition, nous reprendrons à notre compte la définition de Godelier (1991b, p. 7). Par cette expression « [...] on désigne une phase particulière de l’évolution d’une société, la phase où celle-ci rencontre de plus en plus de difficultés, internes ou externes, à reproduire les rapports économiques et sociaux sur lesquels elle repose et qui lui donnent une logique de fonctionnement et des formes d’évolution spécifiques et où, en même temps, apparaissent de nouveaux rapports économiques et sociaux qui vont, plus ou moins vite, plus ou moins violemment, se généraliser et devenir les conditions de fonctionnement d’une nouvelle société ».

1984 : l’après Sékou Touré

5Les élections présidentielles de 1994 placent un Susu, Lansana Conté, à la tête de l’État. Les Susu qui constituent entre 17 et 18 % de la population guinéenne sont donc aujourd’hui représentés au poste le plus important de l’État guinéen. Leur histoire est ponctuée de migrations successives qui les ont amenés des vallées moyennes du Bafing et de la Gambie en contournant le Fouta-Djalon par la vallée du Kogon (Suret-Canale, 1970, p. 47), puis de cette région vers le littoral où ils sont implantés aujourd’hui. Leur périple a généré de nombreux contacts avec les populations locales. Depuis leur installation progressive sur le littoral, les Susu se sont ainsi fondus parmi les populations les plus anciennement installées que sont au nord de Conakry, les Baga et les Landouma (apparentés par la langue), les Nalou et les Mikiforé qui selon Suret-Canale (Ibid.) sont des Malinké de la région de Timbo ayant fui la domination peule et au sud, les Mendéni (que l’on retrouve parfois dans la littérature sous le nom de Mmani). Ils sont aujourd’hui présents sur la quasi-totalité du littoral guinéen qui regroupe sur seulement 16 % du territoire national 28 % des six millions d’habitants recensés et répartis sur les quatre régions que sont la Guinée maritime, la moyenne Guinée, la haute Guinée et la Guinée forestière. La forte concentration de population sur le littoral est liée à la présence du centre urbain important qu’est Conakry.

  • 1 Bright en 1802 (voir Mouser, 1979, p. 75) souligne en matière d’influence anglaise à Wonkifon : «  (...)

6Le français est la langue officielle en Guinée, mais le susu reste la langue la plus usitée sur l’ensemble de la basse côte, où elle est utilisée pour les échanges économiques et culturels (Houis, 1963, p. 1). Toutefois, cette homogénéité linguistique ne doit pas gommer les variantes locales qui demeurent importantes notamment au nord de Conakry, dans les zones de contact avec les populations baga. Ces variantes sont observables dans l’organisation sociale, dans la culture matérielle et le vocabulaire technique qui lui est consubstantiel. Ainsi, le processus de fabrication du sel présent sur l’ensemble du littoral et qui est au centre de cet ouvrage n’échappe pas à ce phénomène et à l’influence européenne. En effet, la place qu’ils occupent sur le littoral et le commerce des esclaves qu’ils pratiquèrent permirent aux Susu d’élargir leur champ d’interaction aux navigateurs, commerçants, explorateurs et missionnaires européens. Ils sont par conséquent familiers de l’influence européenne depuis leur installation en basse côte1.

  • 2 Voir les travaux de Chéneau-Loquay (1996) ; Dubresson (1989) ; Goerg (1986) ; Rivière (1968, 1971a (...)
  • 3 Une bonne réflexion sur l’anthropologie appliquée au développement est présentée par Baré (1995, p (...)

7Pour ne pas amputer la dynamique des contacts de son histoire récente, il faut ajouter à cette liste, depuis l’indépendance, l’influence de l’ex-Union soviétique, de Cuba, et de la Chine, notamment dans les travaux d’aménagement du littoral et, depuis 1984, celle d’experts et de projets de toutes nationalités, qui participent à leur manière à l’histoire et au développement économique de la Guinée et de cette région en particulier. On comprend alors que la quête d’un terrain culturellement homogène et vierge de tout contact relève dans ce cas précis d’un idéalisme aujourd’hui dépassé. Cette situation et le passé très spécifique de la Guinée qui mériterait un plus large développement2 ne peuvent pas être éludés. Un essai sur l’anthropologie des Susu, même s’il se limite en fait à un nombre restreint de personnes isolées, en apparence, dans un hameau voire au sein d’un campement de producteurs de sel perdu dans la mangrove guinéenne, ne peut pas faire l’économie de ce passé relativement proche qui pendant vingt-six années a profondément modifié le comportement des individus jusque dans les terroirs les plus éloignés des centres urbains. Nous rejoignons ici les propos de Leiris (1969) qui implicitement interrogent la valeur – entendue ici comme capacité à définir précisément l’objet – du terme anthropologie du développement3 et qui font aussi qu’un auteur comme Wisner préfère l’expression de « pays en voie de développement industriel » (PVDI) à celle de « pays en voie de développement » (PVD) utilisée dans les instances internationales :

Si nous voulons être objectifs, nous devons considérer [les sociétés étudiées par les ethnologues] dans leur état réel – c’est-à-dire dans leur état actuel de sociétés subissant à quelques degrés l’emprise économique, politique et culturelle européenne – et non pas en nous référant à l’idée de je ne sais quelle intégrité, car cette intégrité, il est bien évident que les sociétés qui sont de notre ressort ne l’ont jamais connue, même avant d’être colonisées, vu qu’il n’est vraisemblablement pas une société qui ait toujours vécu dans l’isolement complet, sans aucune espèce de rapports avec d’autres sociétés et sans, par conséquent, recevoir du dehors un minimum d’influences (Leiris, 1969, p. 87).

Notes

1 Bright en 1802 (voir Mouser, 1979, p. 75) souligne en matière d’influence anglaise à Wonkifon : « Finda Moodoo... keeps a good table, served very much in the English style and furnished with articles of English manufacture. »

2 Voir les travaux de Chéneau-Loquay (1996) ; Dubresson (1989) ; Goerg (1986) ; Rivière (1968, 1971a, 1971b, 1975 et 1978) et Suret-Canale (1970).

3 Une bonne réflexion sur l’anthropologie appliquée au développement est présentée par Baré (1995, p. 141-177).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540