Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage des mondes

 | 
Philippe Geslin

Première partie. L'apprentissage des mondes Les univers des acteurs en France et en Guinée

Chapitre 1. L’institution, l’innovation et le projet

Texte intégral

1La production de sel s’inscrit dans des espaces sociaux et géographiques étroitement dépendants. L’histoire de cette relation est relativement récente et va au-delà d’un « simple » rapport entre une société et sa nature. En l’occurrence, en Guinée, la mangrove a été l’objet de nombreux enjeux économiques allant au-delà des intérêts des seules populations qui y vivent. L’amélioration des techniques de production de sel, à travers le temps, a notamment marqué de son empreinte cet univers fragile qu’il faut aujourd’hui préserver, en tenant compte toutefois des rapports qu’entretiennent les populations avec leur environnement quotidien. Le programme à l’intérieur duquel nous sommes intervenu – dont les différents acteurs sont présentés dans cette partie de l’ouvrage – s’inscrit clairement dans une dynamique de préservation de la mangrove guinéenne. Cette intervention extérieure, dans le présent d’une société et de son environnement, n’a de sens qu’à travers un détour par ce passé qui les a mutuellement façonnés et qui nous permettra dans les chapitres suivants de mieux comprendre le développement du processus de production de sel dans la Sumbuya et à Wonkifon et de saisir plus précisément les conditions d’émergence d’un choix technique en matière de saliculture au sein de la société susu.

2La mangrove disparaît en Guinée. Ce fragile écosystème situé entre mer et terre longtemps méconnu, hostile à la vie des hommes est encore une fois victime de sa richesse : le palétuvier, un bois qui alimente les foyers des populations du littoral guinéen. Il fournit la chaleur nécessaire à la cuisson des aliments et la rectitude de ses perches est idéale pour la construction des huttes légères qui abritent les producteurs de sel pendant la moitié de l’année.

Fig. 2 – Carte de la Guinée

3Le sel, encore une des richesses de ces zones de mangrove, produit sur l’ensemble du littoral guinéen par les populations de riziculteurs Baga et Susu. C’est une denrée importante, parfois plus importante que le riz.

4L’exploitation de ces richesses a des effets sur l’environnement. La production de sel nécessite l’utilisation massive de bois de palétuvier. Certains experts parlent de 3 kg de bois consommés pour 1 kg de sel produit par cuisson d’une saumure dans des bacs qui reposent sur des foyers alimentés en bois. Sur certains points du littoral le mal est fait. La mangrove ne livre plus la quantité de bois de palétuvier nécessaire aux populations, qui sont contraintes d’utiliser de nouvelles essences, comme le bois de manguier. Depuis plusieurs années, des actions sont engagées. Différents programmes de développement tentent d’enrayer ou de prévenir cette déforestation progressive de la mangrove en proposant de modifier le système de production de sel traditionnel. Beaucoup ont échoué faute de tenir compte des caractéristiques sociales et culturelles des populations.

5Le programme d’appui au développement de l’économie côtière dans la préfecture de Coyah s’est démarqué des actions précédentes. Il a débuté en octobre 1993. Deux ong proposaient notamment de prévenir la déforestation des zones de mangrove en expérimentant des modules de production de sel solaire sur argile et sur bâche. Ces modules ont un intérêt majeur, ils ne nécessitent aucune utilisation de bois. Pour les concepteurs du projet, le succès du transfert d’une innovation était étroitement dépendant des dimensions socioculturelles. Les responsables du programme en étaient conscients :

Conjointement à l’expérimentation, il fallait développer une approche anthropologique car dès que l’on intervient sur les moyens de production on risque bien sûr de transformer les structures traditionnelles de l’économie villageoise sans en mesurer les conséquences, on risque aussi de voir la nouvelle technologie se faire rejeter par les populations.

De Guérande au Bénin : l’action des paludiers

  • 1 Dans l’ouvrage et dans le cadre du projet, le terme « paludier de Guérande » concerne uniquement l (...)
  • 2 Pour ce court historique, nous nous inspirons des entretiens que nous avons eus avec différents pa (...)
  • 3 La Société coopérative agricole des producteurs de sel de Guérande a pour objet principal « la col (...)

6Les paludiers1 de Guérande sont aujourd’hui réunis au sein d’un Groupement de producteurs de sel2 (gps)3. Toutefois, il ne s’agit pas de la première tentative de regroupement.

7D’après Réveillon (1975, p. 41) :

[...] 1945 fut la période des coopératives : presqu’île guérandaise (la plus importante), puis Noirmoutier, littoral vendéen, Charente-Maritime. [...] Ces coopératives, bien organisées au début [...] furent groupées dans la Fédération nationale des coopératives de producteurs de sel de l’Atlantique (fncpa). [...] Mal préparés par un passé individualiste aux obligations et aux disciplines nécessaires à tout groupement [... ] il n’y eut jamais de véritable cohésion entre les différents groupes de producteurs de l’Ouest. [...] Il est facile de comprendre comment, en quelques années, les paludiers de la presqu’île guérandaise firent scission avec leurs collègues de la côte atlantique, essayèrent de mettre en place plusieurs petits groupes coopératifs avant d’en revenir [...] à la vente directe par ces petits groupes ou aux marchés individuels avec les négociants locaux.

8Dans l’histoire des marais, l’existence du gps est récente et ne remonte qu’au début des années 1970 (mai 1972), qui marquent aussi une étape importante dans la vie des paludiers. Le Rhun (1975, p. 41) souligne que :

[...] jusqu’aux années 1950, le tourisme élitiste n’occupa que la frange côtière. L’irruption massive des classes moyennes à la recherche de résidences secondaires a remis en cause le modus vivendi entre les activités traditionnelles et le tourisme de luxe [en référence à la station balnéaire de La Baule toute proche]. La Baule est à l’étroit sur son cordon de sable. Les promoteurs rachètent une à une les villas de la Belle Époque pour les transformer en immeubles. Mais cette densification en hauteur est insuffisante face à la demande. Aussi les promoteurs poussent-ils la ville selon un axe principal, le long de la côte vers Le Croisic, et un axe secondaire, le long du coteau de Guérande. En même temps, ils visent le marais salant qui borde la station. La différence du prix du mètre carré entre les salines et, à quelques pas de distance, le terrain à bâtir baulois donne le vertige. La mine de sel pourrait se convertir en mine d’or. Les tentations sont d’autant plus fortes que la résistance des paludiers est très amoindrie par le départ des jeunes, découragés devant la faiblesse des revenus du sel et l’incertitude du sort du marais.

9Le départ des jeunes est alors essentiellement lié, à l’époque, à l’effondrement du marché du sel de l’Ouest. Toutefois, les paludiers encore présents en février 1971 décident de créer une nouvelle équipe syndicale qui allait être à l’origine du Groupement des producteurs de sel. « Après maintes interventions, les pouvoirs publics organisent une table ronde à la sous-préfecture de Saint Nazaire. [...] Il en ressort que « les Marais Salants de Guérande doivent être maintenus en activité, que cette activité nécessite le travail des paludiers, lesquels ne peuvent rester sur le Marais s’ils ne peuvent en vivre. Mais les paludiers ne bénéficieront de l’appui des pouvoirs publics que dans la mesure où se formera un groupement professionnel » (Le Rhun, op. cit., p. 49).

10Les ventes de sel vont alors augmenter jusque dans les années 1979 et 1980. Elles chuteront fortement à partir de ces deux années et passeront de plus de 10 000 tonnes en 1979, à approximativement 4 500 tonnes en 1982. Sous la pression de quelques jeunes paludiers installés depuis 1974 et 1975, un centre de formation est créé en 1979. Il sera repris en main par la chambre d’agriculture en 1991. De nouveaux paludiers s’installent sur le Marais. Ils viennent d’horizons différents :

  • 4 Ouest-France (10-11-12 novembre 1995).
  • 5 Ibid.

[en 1995] sur 18 qui ont été retenus, 13 ont au moins le bac. Il y a toutes sortes de professions : décorateurs, éducateurs, infirmiers... et la majorité avait un emploi avant de venir. C’est vraiment un choix de vie qu’ils font. Un seul est fils de paludier. Dans la profession, on a longtemps poussé les jeunes à faire autre chose4 Les motivations sont variables : « J’ai vécu ici pendant 15 ans, dans ma jeunesse. L’été j’allais dans les marais, j’aidais à rouler le sel. Paludier c’était un gagne-misère, mais ça me plaisait. C’était ce que je voulais faire. Je voulais échapper au stress. [...] C’est un défi physique que je me suis lancé. A l’Éducation nationale, j’avais l’impression d’attendre la retraite. Ça roule tout seul. Quoiqu’on fasse, le salaire tombe. Ici, c’est la quantité récoltée qui fait le revenu5... »

  • 6 « Pour mieux “coller” aux nécessités du marché (concurrence) et exploiter au maximum les qualités (...)
  • 7 gps (op. cit., p. 6).
  • 8 Ouest-France (17 novembre 1992).
  • 9 Ouest-France (16 décembre 1992).

11A partir des années 1984 et 1985, époque où il se vendait approximativement 4 500 tonnes de sel par an, la décision est prise de travailler l’image du produit. Une étude de marketing est réalisée en 1986. Il faut travailler l’image traditionnelle du sel, améliorer sa qualité et développer des stratégies de vente6 Une coopérative est créée en 1988 qui permet l’achat et la vente du sel. Les ventes progressent alors et dépassent approximativement 6 000 tonnes par an. L’image du produit et du site est travaillée. On insiste notamment sur la préservation de l’environnement, inhérente à l’activité quotidienne sur le marais. Dans une plaquette7 qui date du début des années 1990, il est d’ailleurs souligné que « [...] le marais ne produit pas que du sel. [...] Comme toutes les zones humides où la mer pénètre librement, le marais est un site d’une grande valeur écologique. La présence d’une faune nombreuse et variée en est sans doute le meilleur témoignage. Façonné par l’homme, ce milieu fragile, situé à proximité de grandes stations touristiques, suscite des convoitises. [...] La meilleure garantie de sa pérennité, c’est le maintien de l’activité qui a permis son existence depuis des siècles... la culture du sel ». Dans cette optique, le 16 novembre 1992, les marais salants de Guérande sont retenus par le ministre de l’Environnement de l’époque, Ségolène Royal. Ils vont être « labellisés » avec cinquante et un autres sites de production agricole, pour leur spécificité paysagère8. Parallèlement, l’Unesco envisage le classement du site à un niveau international9.

12L’importance duale de l’année 1988 est intéressante à étudier dans la mesure où, parallèlement à la constitution de la coopérative des producteurs et au travail sur l’image du produit, nous assistons aux premières phases de l’activité internationale des paludiers au Bénin. Ce projet débute en janvier 1988 à l’initiative d’un paludier de Guérande et d’un géographe béninois, chercheur au Centre béninois de la recherche scientifique et technique (cbrst). Il relève à l’origine d’une initiative personnelle. Il faut attendre le mois de juillet 1988 pour qu’il prenne une dimension plus importante. Les conditions de l’action à mener sont alors précisées au même titre que le partenariat (gps, cbrst et afvp [Association française des volontaires du progrès]). Dès les origines du projet béninois, et par conséquent avant de déboucher localement sur la mise en œuvre de salines mixtes, les avantages d’un tel processus sont clairement définis. Ce sont eux qui seront aussi mis en avant cinq années plus tard, en Guinée. Les premiers ont trait à l’environnement :

Il supprime complètement le recours au bois de chauffe pour extraire le sel. Plus précisément encore, il permet par évaporation naturelle, d’obtenir des volumes importants, continus et réguliers d’eau fortement concentrée en sel, autrement dit de la « saumure », par « échauffement » de l’eau de mer, et au terme du processus, la cristallisation du sel (Pirattes, 1989, p. 8).

13Dans un deuxième temps, la simplicité de la mise en œuvre est avancée comme l’élément fondamental dans l’appropriation du système :

Ce procédé met en œuvre une technologie simple à reproduire localement : agencement de bassins dans le substrat argileux des sites périlagunaires en fonction de la topographie du terrain ; ensemble d’outils faciles à reproduire sur place – « houlettes » ou « boyettes », pelles étroites aux bords relevés, « boutoués » et « lousse » à ponter, râteaux en bois plein, pour les travaux de confection ou de réfection et de restauration des salines ; « las », long râteau plein également, pour récolter et hisser le sel ; des systèmes de vannage rudimentaires mais efficaces pour régler les débits d’eau sur l’ensemble du circuit : trappes en bois, planches percées de trous que l’on obture ou débouche selon les besoins, ardoises fichées dans les ponts que l’on entrouvre plus ou moins, etc. En d’autres termes, l’ensemble des procédés employés pour produire du sel n’introduit ni investissements coûteux ni dépendance technologique. Enfin la technique guérandaise est d’une grande souplesse d’adaptation : la taille des salines, le nombre des cristallisoirs avec leurs dépendances nécessaires (vasières et fares), peuvent varier à l’infini selon l’état des forces productives disponibles dans une famille par exemple (Ibid.).

14Ce sont enfin les répercussions sur la société qui sont présentées : « Cette technique peut donc être reprise par n’importe qui, particulier, groupe familial ou groupement coopératif et être introduite souplement, sans bouleverser radicalement les habitudes sociales. Ainsi, l’alternative proposée ici répond non seulement aux exigences de la protection de l’environnement lagunaire mais aussi à celle du développement rural dans un pays comme le Bénin » (Pirattes, op. cit., p. 9).

15Le programme se déroule ensuite sur plusieurs années. Pour dissocier le rôle du GPS de l’activité internationale, l’association Univers-sel est créée en 1992. Dans ses statuts, elle est toutefois liée à la coopérative dans la mesure où ce sont des producteurs de sel guérandais qui doivent intervenir sur les futurs projets.

Paludiers et volontaires du progrès : agir de concert

  • 10 L’afvp à l’époque du projet faisait partie d’un collectif d’associations dont le Comité de liaison (...)
  • 11 Journal officiel (17 Août 1963).
  • 12 Avant son deuxième mandat, R. Galley fut président de l’association entre 1979 et 1981.
  • 13 Mauritanie, Sénégal, Gambie, Cap-Vert, Guinée-Bissau, Guinée, Côte-d’Ivoire, Mali, Burkina Faso, T (...)

16Cette action béninoise est menée en collaboration avec une autre ong. L’afvp10 est une association loi 1901 fondée en 1963. Son but initial est de « promouvoir le rapprochement de la jeunesse française et de la jeunesse des États d’outre-mer en organisant leur participation commune à diverses formes d’actions en vue du développement11 » Créée à l’initiative du ministère de la Coopération et de mouvements de jeunesse et d’éducation populaires, elle est donc très proche du premier. D’ailleurs, depuis 1986, le président de l’afvp est Robert Galley12 ministre de la Coopération de 1976 à 1981. Ce ministère était son principal bailleur de fonds jusqu’en 1990, mais sa participation financière s’est réduite depuis lors. L’auteur précise toutefois que « [...] l’hémorragie financière est, il est vrai, partiellement compensée par les crédits ouverts à d’autres guichets (Fond d’aide et de coopération [fac]) ou délivrés par d’autres bailleurs (Caisse française de développement, Fonds européen de développement, Banque mondiale...) pour la réalisation de projets ». Malgré ces restrictions progressives, l’association est toutefois présente dans de nombreux pays d’Afrique13 et certaines îles de l’océan Indien avec un effectif de 483 volontaires, en 1993 (Hardy, 1995, p. 139).

  • 14 Université de Paris I (op. cit., p. 2).

17Dans les années 1970, cette association se présente plus directement comme une « association de participation au développement14 », terme entendu par elle comme étant « [...] l’acquisition progressive (pour des personnes ou des groupes) d’une plus grande autonomie par rapport au milieu naturel, économique, culturel et politique » (afvp, n. d.). Dans cette optique, une « [...] opération à laquelle participent des volontaires du progrès doit se caractériser par un double objectif :

  1. Une réalisation matérielle tangible, répondant concrètement aux besoins des populations (et qui entre dans le cadre d’un programme spécifique). [...]
  2. Un effort pour accroître les capacités d’autonomie des groupes sociaux de base par rapport aux conditions écologiques, culturelles, sociales, économiques et politiques de production et d’existence qui les enferment dans la dépendance. » (Ibid.)

18A l’époque du programme guinéen elle était « [...] dirigée par un comité directeur, émanation d’une assemblée générale délibérative, composé à parité par le mouvement associatif et les représentants des pouvoirs publics. Sous l’autorité du président, le délégué général assure l’exécution des décisions du comité directeur et la mise en œuvre des orientations et des politiques de développement choisies » (afvp, n. d., p. 8). Un tissu de délégations régionales la représente à l’étranger. Il contribue à la définition et à la mise en œuvre des projets de développement qui touchent principalement le secteur agricole, l’hydraulique, l’environnement, l’habitat rural et urbain, le domaine de la santé et les pme et pmi.

19Le programme béninois a connu une forte médiatisation qui a contribué à faire connaître l’action des paludiers au Bénin, mais aussi à Guérande, sur leur zone de production. Il s’inscrit ainsi dans la continuité de la démarche de sauvegarde d’une profession et d’un patrimoine écologique lancée dans les années 1970 :

Nous n’avons jamais caché [...] que nous étions confrontés, en Loire-Atlantique même, à des problèmes de survie. Quand on a le dos au mur, que l’on voit de jeunes paludiers pourtant attachés au marais craquer pour des raisons économiques, on fait du raffut, on alerte... Il est vrai que notre réussite relative au Bénin nous a servi. Les soutiens sont venus du ministère de l’Environnement, du conseil général, de la Communauté européenne. Nous avons aujourd’hui la tête hors de l’eau. Indirectement, les paludières béninoises ont aidé à ce que notre rôle de défenseur du patrimoine soit reconnu. Après tout, n’est-ce pas cela la coopération ? Des échanges vrais entre les partenaires. On donne et l’on reçoit. Sans calculer (afvp, 1994a, p. 34).

  • 15 La presse locale des Pays de Loire s’est aussi et régulièrement fait l’écho de l’action béninoise.

20Pour leur action de préservation de l’environnement à Guérande, les paludiers ont reçu le grand prix français « Entreprise et Environnement ». Plus tard, la mise en œuvre d’une technologie solaire au Bénin est saluée par une autre distinction internationale, décernée par la Communauté européenne, la « haute mention » du concours « Industrie et Environnement ». L’un des vecteurs principaux15 de cette reconnaissance fut la réalisation et les nombreuses projections qui suivirent, d’un film long-métrage Houla-Ko et le fils du soleil et du vent tourné au Bénin sur le thème du projet. Pour l’année 1991, le nombre de diffusions dans le cadre de festivals internationaux est de six. Les projections publiques en France s’élèvent au nombre de huit, alors que les projections privées entre les mois de novembre 1990 et juin 1991 atteignent le nombre de dix-sept. Au Bénin les projections ont lieu dans de nombreux villages de la lagune et dans les villes de Ouidah et de Cotonou. Enfin, différentes copies sont déposées, à la Direction de la cinémathèque qui relève du ministère de l’Information, au Centre culturel français de Cotonou et à l’Office de radio et de télévision, pour de futures diffusions sur la chaîne de télévision béninoise (Pirattes, 1990, 1991, annexes 11a-c). Cette médiatisation sort très rapidement des seules frontières béninoises et françaises. En république de Guinée, où déjà de nombreux projets s’en inspirent, l’innovation solaire va se développer plus précisément sous la houlette de la délégation régionale de l’afvp à Conakry, qui joue alors le rôle de « médiateur ».

21En 1994, l’afvp est présente sur vingt et un programmes disséminés sur l’ensemble du territoire guinéen. Leurs thèmes incluent la santé et les actions sanitaires, l’aménagement et l’organisation du territoire et enfin le développement économique du monde rural (afvp, 1994b, p. 22), au sein duquel prend place le projet de développement de l’économie côtière dans la préfecture de Coyah.

22La collaboration entre les paludiers de Guérande et de l’afvp dans la mise en œuvre de projets de développement remonte en fait à l’année 1988, au cours de laquelle leur partenariat a pris corps dans le cadre du programme béninois. D’un point de vue structurel, le projet guinéen ne repose pas sur les mêmes bases que le programme béninois. En Guinée, l’initiative du programme revient à l’afvp. C’est elle qui, compte tenu de l’expérience béninoise et de l’existence d’une situation « analogue » à Koba, décide de mettre en œuvre un nouveau projet dans la préfecture de Coyah. Elle fait procéder à une expertise sur la future zone d’intervention par une équipe de paludiers chargée de définir les termes de référence du projet.

23Le programme guinéen débute en octobre 1993. « Dans un double souci d’amélioration du revenu des paysans et de préservation de l’écosystème mangrove, le projet se propose d’intervenir dans deux domaines d’activités agricoles : la production de riz en mangrove, et la production de sel » (afvp, 1994b, p. 22). Les interventions reposent sur les constats effectués par les paludiers au cours de deux missions précédentes et sur la mise en œuvre de solutions reposant sur les savoir-faire guérandais en matière de construction de digues et de production de sel. Dans le premier cas, elles doivent porter sur la construction d’un casiérage rizicole amélioré, dans le second cas, elles nécessiteront la réalisation de modules de production de sel solaire sur argile. Les paludiers se fondent ici sur les expériences qu’ils ont menées au nord de Conakry, à Koba, en 1992 et 1993, qui « [...] prouvent qu’il est possible de produire du sel solaire sur argile en Guinée » (afvp, 1993, p. 3). Cette nouvelle intervention se démarque par conséquent du projet béninois, par l’intégration d’un volet rizicole et le transfert des techniques guérandaises de récolte de sel sur argile, qui avaient d’ailleurs été expérimentées au cours de la phase initiale du programme béninois, puis abandonnées au profit de l’expérimentation de solutions intermédiaires avec différents types de supports pour la cristallisation (béton, argile puis bâches en plastique). Au Bénin, ces expériences aboutiront in fine à l’utilisation d’une saumure produite traditionnellement et versée dans un cristallisoir dont le support est constitué par une bâche en plastique noir.

  • 16 Univers-sel (1992, introduction).

24Pour la Guinée, il est toutefois souligné dans l’un des rapports de mission précédents16 « [...] que ce dernier type de saline ne doit être réalisé que lorsqu’une saline solaire (avec cristallisation sur argile) n’est techniquement ou socialement pas réalisable ; car cette technique mixte ne supprime pas le caractère pénible et long du grattage de la terre et, surtout, que le coût et la difficulté d’approvisionnement des bâches d’importation qui doivent être renouvelées tous les ans, grèvent fortement les revenus des producteurs ».

  • 17 Univers-sel (15 octobre 1992).

25De fait, les dimensions sociales ne sont pas exclues par les techniciens du projet qui précisent par ailleurs ce qu’ils attendent de notre intervention anthropologique. Les paludiers17 soulignent qu’il faut nécessairement développer une approche anthropologique « [...] car dès que l’on intervient sur les moyens de production (taille des parcelles dans les casiers à riz par exemple, ou modification du rythme et du temps de travail dans la production salicole) on risque soit de transformer les structures traditionnelles de l’économie villageoise sans en mesurer les conséquences, soit de voir la nouvelle technologie se faire rejeter par celle-ci. Le chercheur devra avoir une position d’observateur et de conseil par rapport au projet ».

26Ce souci d’intégrer l’innovation solaire au contexte local était par ailleurs déjà présent dans le programme béninois, phénomène assez rare dans les projets de développement pour qu’on puisse ici le souligner.

Notes

1 Dans l’ouvrage et dans le cadre du projet, le terme « paludier de Guérande » concerne uniquement les producteurs de sel de Guérande impliqués dans les initiatives de l’association Univers-sel, crée en 1992 (voir infra).

2 Pour ce court historique, nous nous inspirons des entretiens que nous avons eus avec différents paludiers à Guérande en 1993, notamment avec un ancien président du groupement, le responsable de la formation, un membre (ancien paludier) du syndicat inter-communal à vocation multiple (sivom) qui est le coordinateur du conseil technique et scientifique, et sur deux numéros de la revue Pen Ar Bed parus en 1975, à l’époque où les tensions étaient grandes entre les spéculateurs qui envisageaient de récupérer les marais salants de moins en moins exploités, proches de la cité balnéaire de La Baule, et les paludiers qui tentaient de préserver cet environnement exceptionnel et leur unique outil de travail.

3 La Société coopérative agricole des producteurs de sel de Guérande a pour objet principal « la collecte, la transformation, le conditionnement et la vente » du sel produit par ses adhérents (environ 180). Elle a de fait, grâce à sa représentativité, un rôle important dans l’organisation de la profession, avec une influence déterminante sur la fixation et la stabilité des prix du marché. Et donc du revenu des paludiers » (Groupement des producteurs de sel, n. d., 7).

4 Ouest-France (10-11-12 novembre 1995).

5 Ibid.

6 « Pour mieux “coller” aux nécessités du marché (concurrence) et exploiter au maximum les qualités du sel de Guérande, le GPS applique une politique de qualité. Le sel est trié lors de la rentrée de la récolte, à l’aide du chromamètre, par l’analyse de sa teinte, corrélative à sa teneur en insoluble (gros facteur de qualité) ; cela permet de distinguer trois catégories : sel de qualité supérieure, qualité courante ou sel agricole. Cette opération a pour but d’augmenter les ventes par la progression de nouveaux marchés (bio – label rouge) et d’augmenter les marges sur les gammes hautes, de manière à financer les investissements nécessaires au développement de la coopérative, et de mieux rémunérer les producteurs. Ceux-ci se voient acheter le sel qu’ils livrent au groupement, à un prix variant selon sa qualité (indice chromatique) » (Courtel, communication personnelle).

7 gps (op. cit., p. 6).

8 Ouest-France (17 novembre 1992).

9 Ouest-France (16 décembre 1992).

10 L’afvp à l’époque du projet faisait partie d’un collectif d’associations dont le Comité de liaison des ong de volontariat (clong Volontariat), la Commission nationale de la jeunesse pour le développement (cnjd), le Comité français contre la faim (cfcf) et le Forum européen du volontariat (fev).

11 Journal officiel (17 Août 1963).

12 Avant son deuxième mandat, R. Galley fut président de l’association entre 1979 et 1981.

13 Mauritanie, Sénégal, Gambie, Cap-Vert, Guinée-Bissau, Guinée, Côte-d’Ivoire, Mali, Burkina Faso, Togo, Bénin, Niger, Tchad, Cameroun, Guinée-Équatoriale, Centrafrique, Congo, Rwanda, Burundi, Djibouti, São Tomé, Comores, Madagascar, Maurice.

14 Université de Paris I (op. cit., p. 2).

15 La presse locale des Pays de Loire s’est aussi et régulièrement fait l’écho de l’action béninoise.

16 Univers-sel (1992, introduction).

17 Univers-sel (15 octobre 1992).

Table des illustrations

Légende Fig. 2 – Carte de la Guinée
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6462/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540