Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage des mondes

 | 
Philippe Geslin

Introduction

Texte intégral

1D’un point de vue anthropologique, les transferts de technologies ont toujours été des actes courants et essentiels dans l’histoire des sociétés. Ils sont au cœur des interactions entre les groupes. De fait, les mécanismes de leur mise en œuvre et leurs répercussions socioculturelles relèvent des champs d’intérêts de l’anthropologie en général et de la technologie culturelle en particulier. Ils peuvent alors être considérés comme des objets d’étude ethnographique à part entière. Ils relèvent de la sphère anthropologique, au même titre que la religion, l’économie et la parenté. Ce sont des phénomènes sociaux qui nous amènent au cœur des choix techniques et des processus de transition. En réunissant les logiques de plusieurs systèmes sociaux, ils créent des interactions fortes, entre des individus et des groupes, intéressantes à étudier. Ils permettent enfin de faire apparaître la mouvance des rapports sociaux, leur contradiction et les oppositions d’intérêts.

Une démarche transdisciplinaire

2La démarche présentée dans cet ouvrage a un caractère transdisciplinaire, ce qui implique que contact et coopération entre diverses disciplines ont lieu du fait que ces disciplines ont fini par adopter un même ensemble de concepts fondamentaux, ou quelques éléments d’une même méthode de recherche, pour parler de manière plus générale, le même paradigme (Bottomore, 1983). Dans une perspective anthropologique, nous tentons en effet de porter un regard sur quelques outils d’analyse et de description des processus techniques, mis en œuvre tant en « ethnologie des techniques » qu’en « ergonomie francophone », en proposant un rapprochement conceptuel fondamental dans le cadre de toute démarche de ce type. Ce rapprochement n’est pas restrictif. Chaque discipline s’est enrichie des apports conceptuels d’autres disciplines, telles que par exemple la sociologie de l’innovation – qui procède généralement à des évaluations a posteriori de systèmes techniques, mais n’intervient pas sur le processus d’innovation lui-même dans la perspective d’une aide à la conception – pour l’ethnologie des techniques et la psychodynamique pour l’ergonomie. Ces ouvertures sont bien sûr prises en compte.

3Selon Cresswell (1983), l’ethnologie des techniques, connue aussi sous le nom de technologie culturelle, se distingue de la technologie tout court, en ce qu’elle tente d’établir les rapports entre les techniques et les phénomènes socioculturels. Elle prend véritablement corps à nos yeux au début des années 1980 à travers les deux premiers numéros de la revue Techniques et culture, dont les textes, selon les propres termes de Cresswell, sont à considérer comme le manifeste des intentions de son équipe. Cette démarche s’inscrit dans la filiation de Leroi-Gourhan (1971) et Haudricourt (1987). « La technique n’est plus ici considérée comme un phénomène particulier complètement détaché d’un cadre social, elle est au contraire un phénomène social à part entière en relation étroite avec les autres phénomènes sociaux. Plus précisément, l’ethnologue des techniques se propose de comprendre les rapports entre la manière particulière dont un groupe donné se représente et pratique ses actions sur la matière et d’autres représentations qui lui sont propres : vision du monde, règle de parenté et de résidence, organisation politique... C’est par la comparaison de chaînes opératoires décrivant comment divers groupes effectuent des actions techniques d’un même type, qu’il lui est possible de dégager les savoirs et savoir-faire techniques, mais aussi les représentations plus générales que chaque société et chaque culture met en jeu dans ses actions sur le monde physique » (Lemonnier, 1994, p. 256).

Une approche fondamentale et finalisée

4Nos perspectives sont doubles et complémentaires. La première, qui vient enrichir ou préciser certaines notions utilisées en technologie culturelle, permet d’affiner notre outillage théorique et méthodologique d’ethnologue par l’intermédiaire de certains concepts et éléments de méthodes apparentés ou novateurs, développés en ergonomie. La seconde se situe dans le domaine de « l’application » de l’anthropologie, et plus spécifiquement de la « technologie culturelle », à la question des transferts de technique. Elle a déjà donné lieu dans le passé à quelques écrits sur les transferts de technologies (Cresswell, 1983) et sur l’intervention et l’ethnologie des techniques (Martinelli, 1987). Des auteurs comme Raulin (1967) et Cresswell (op. cit.) ont tenté d’engager un débat qui chez eux se limite exclusivement aux techniques traditionnelles. Pour Raulin, l’ethnologue des techniques doit faciliter la tâche de l’appui technique dans le cadre de programmes de développement. En privilégiant la diffusion de techniques traditionnelles, il est censé produire des connaissances pour aider à résoudre des questions relatives aux transformations techniques. Cresswell (op. cit.) étend plus encore sa vision d’un transfert de technologies traditionnelles. Il propose en effet de recourir au patrimoine ethnographique mondial des « techniques vernaculaires ». Le choix technique est conditionné par l’analyse des rapports sociaux intégrés dans l’organisation technique des sociétés concernées. A la base, ce choix doit reposer sur une étude détaillée des processus techniques. C’est la seule façon d’évaluer l’adéquation de l’élément emprunté avec l’organisation technique existante (Martinelli, 1987). Il est ainsi possible d’envisager les répercussions de l’innovation. Mais comme le souligne Martinelli, si la prise en considération des techniques traditionnelles ne doit pas être évacuée, le caractère « traditionnel » ne garantit pas une adaptation supérieure aux techniques existantes. Les problèmes de choix, et par conséquent d’assimilation, sont du même ordre qu’il s’agisse d’un équipement issu d’un milieu similaire ou supposé tel ou d’un équipement issu d’un milieu industriel.

5Malgré ces différents travaux, on peut dire qu’aujourd’hui, en France, le dossier de l’utilité de ce courant n’est pas prioritaire pour la communauté restreinte des anthropologues des techniques. Comme le souligne Martinelli (op. cit., p. 320) cela ne provient pas d’un manque d’intérêt pour les problèmes pratiques mais de l’insuffisance des moyens scientifiques avec lesquels on s’efforce de les résoudre, insuffisance constatée aussi dans l’ouvrage récent de Cresswell (1996) qui, lui, insiste sur le rôle majeur que pourrait jouer la technologie culturelle à condition de la rendre opérationnelle, scientifique et par conséquent de sortir l’anthropologie du domaine du discours pur.

  • 1 Rapport qui prédomine encore aujourd’hui, même s’il est de plus en plus critiqué, voir à ce sujet (...)
  • 2 Nous retiendrons la définition de Gorre et Monjaret (1995, p. 4) : « Les réseaux sont la reformula (...)
  • 3 Je rejoins ici les propos de Yung et Chauveau (1995, p. 30) qui recoupent aussi les conclusions du (...)

6Dans la lignée de ces travaux précurseurs, nous avons souhaité aller plus loin en nous impliquant dans un projet de transfert, à la suite d’une demande de participation formulée par un maître d’œuvre. En filigrane, nous avons la volonté d’engager une réflexion qui à moyen terme devrait permettre l’élaboration d’une méthodologie d’intervention spécifique à l’ethnologie, en matière de transferts de technologies, issue de nos différentes expériences ethnographiques et, à un degré moindre, ergonomiques, sans oublier les dimensions épistémologique et éthique inhérentes à une telle démarche, sachant que, en définitive, c’est moins la mise en œuvre de transfert de technologies appropriées qui nous intéresse ici, que celle de transfert approprié de technologies. Par cette remarque qui constitue l’assise de cet ouvrage, nous souhaitons seulement attirer l’attention sur le fait que l’adaptation d’une technique à une population ne peut pas faire l’économie, en amont, d’une réflexion critique sur les modalités de mise en œuvre desdits transferts. Il ne s’agit plus uniquement d’aider à la conception de systèmes techniques en se référant au dualisme technique/société1 – sous-entendu société réceptrice de l’innovation – mais bien dans la mesure du possible d’étendre notre champ de connaissances et d’analyse à l’ensemble des acteurs des réseaux2 sociotechniques impliqués pour in fine aider à la conception d’un « nouveau » système technique3.

  • 4 Voir par exemple Godelier et Garanger (1973) ; Godelier (1965, 1973) ; Meillassoux (1977) ; Métrau (...)
  • 5 Leroi-Gourhan (1945, p. 344) : « Pour que les techniques évoluent, il faut que l’acquisition s’acc (...)

7Cela nous renvoie au processus de sélection que recouvre la notion de choix technique (Descola, 1994, p. 330 ; Lemonnier, 1993 ; Latour et Lemonnier, 1994) et aux travaux anthropologiques, notamment ceux issus de l’anthropologie économique4 qui ont montré depuis longtemps qu’une innovation ne pouvait être acceptée dans une société donnée qu’à condition de satisfaire aux valeurs de cette société et aux nécessités socioéconomiques du moment, qui garantissent sa reproduction. Le choix technique est par conséquent – faut-il le rappeler ? – aussi un choix social. En deuxième lieu, cette innovation technique doit trouver sa place dans le système technique préexistant. Elle doit trouver des points d’ancrage5 dans la réalité socioculturelle retenue comme objet d’étude par l’ethnologue. Enfin, Descola (op. cit., p. 332) apporte un troisième niveau de compréhension à l’adoption d’une technique avec le concept « d’objectivation ». « Objectiver une technique nouvelle... suppose que la relation originale qu’elle institue entre l’homme et la matière puisse être représentée à partir du stock préexistant des relations considérées comme logiquement possibles au sein de [la société étudiée], » Il s’agit là d’un concept utile à la compréhension des phénomènes de stabilisation des techniques au sein des sociétés.

  • 6 Après Rabardel (1995) nous utilisons ici le terme « objet technique » pour souligner, à dessein, l (...)
  • 7 Pour Boutinet (1990, p. 16), la notion de projet constitue « [...] ce que les individus recherchen (...)
  • 8 Akrich (1993) en s’intéressant à l’utilisation des objets techniques montre que les innovateurs pe (...)
  • 9 Cela nous renvoie à la notion de bricolage développée par Lévi-Strauss (1962, p. 33) qui souligne  (...)
  • 10 Augé (1994b, p. 146) : « [...] il en va de même dans toute situation de “développement” et de “mod (...)

8A travers ces remarques de nos pairs qui sont issues dans leur majorité de travaux de terrains « exotiques » où l’appropriation ou le rejet de nouveaux objets techniques ne repose pas a priori – la nature des relations et des sollicitations internes ou externes reste à définir – sur la mise en œuvre de projets conçus « de l’extérieur », la démarche classique de transferts d’objets techniques6 dans le cadre de projets de développement semble quelque peu bousculée. L’anthropologie souligne notamment que les paramètres qui vont déterminer la pérennité ou non d’un objet technique et implicitement d’un programme recouvrent différents secteurs de la réalité sociale dont la perception ne peut reposer que sur une connaissance approfondie des sociétés concernées. Lorsqu’il sera transféré dans la réalité, pour reprendre les termes de Latour (1991a), le projet deviendra alors un programme7 au sein duquel les représentations des concepteurs, leur technologie (discours sur la technique) et leurs enjeux vont se confronter à une réalité qui dépasse en fait la « fiction » du projet (Latour, op. cit., p. 155), souvent écrite à partir d’une vision a priori du seul milieu de réception – milieu intérieur de Leroi-Gourhan – et l’image que s’en font les concepteurs, pour répondre à des enjeux qu’ils n’ont bien souvent pas envisagés8. L’objet technique « précontraint »9, porteur du sens de ses concepteurs, se heurte alors à une toute autre réalité sociale, où se meuvent diverses contraintes qui façonneront in fine de l’objet transféré ou contribueront au rejet radical. Dans ce cas précis, je tenterai de montrer que les transferts de technologies actuels n’échappent pas aux principes développés en anthropologie économique, même si la sphère d’appréhension des faits est forcément plus vaste et induit une approche nécessairement plurielle, terme utilisé dans le sens où à la base et très globalement, dans la mesure où un projet de développement repose sur deux entités distinctes, qui se redéfinissent d’ailleurs progressivement en cours de programme – celle des concepteurs et celle des utilisateurs–, nous devons nous attacher à comprendre le fonctionnement de chacune d’elles10.

  • 11 Condominas (1992, p. 40-41) : « Il n’y a pas d’enfermement dans le temps d’une population. Il n’y (...)
  • 12 Pour ces mêmes questions qui dépassent largement la notion de choix technique, voir à ce sujet les (...)

9La compréhension du fonctionnement de ces deux sphères réunies physiquement en un lieu et autour d’un objet technique – même si les enjeux des uns ne sont pas systématiquement les enjeux des autres – permet bien sûr de produire des connaissances sur les conditions d’émergence d’un choix technique. Toutefois la question à laquelle nous essaierons de répondre ici est celle des conditions de mises en œuvre de ces connaissances et de l’inscription des principes issus de l’anthropologie dans le cadre de l’aide à la conception d’un système technique, au sein d’une population11. Notre souhait est de ne pas rompre complètement avec les méthodes d’enquêtes ethnographiques classiques, mais bien, en spécifiant l’objet d’intervention (transfert de technologies au sein d’une population donnée), de réfléchir sur la manière de doter la démarche classique de moyens d’agir, non réducteurs pour la discipline, et recevables, dans le contexte d’un projet, par les différents acteurs (paysans, maître d’ouvrage, maître d’œuvre et appui technique). Le programme est ambitieux dans la mesure où, en termes d’intervention sur la mise en œuvre de choix techniques qui dépassent en fait le seul aspect matériel, les méthodologies restent à penser12. Nous avons dû rompre certains cloisonnements entre disciplines et faire preuve de plus de curiosité intellectuelle en portant un regard sur ce qui se fait en ergonomie francophone. Ses méthodes d’observation et d’analyse des processus techniques sont très proches de celles utilisées en ethnologie et en technologie culturelle en particulier. En outre, conjointement, elle dispose d’une longue expérience d’aide à la conception de systèmes techniques. Cet ouvrage constitue par conséquent une étape modeste vers la réalisation de ces objectifs. Nous souhaitons qu’il ouvre des pistes qui contribueront à affiner cette démarche transdisciplinaire d’intervention et qu’enfin il incite à poursuivre le débat entre les anthropologues et les ergonomes.

Technologie culturelle et ergonomie

10L’ergonomie (du grec ergon : travail et nomos : loi, étymologiquement : science du travail) se scinde en deux courants principaux. Tous les deux ont un but commun : l’amélioration des conditions de travail. Ils divergent par leurs méthodes d’investigation. Le premier, de « tradition » anglo-saxonne, se caractérise principalement par un travail expérimental en laboratoire qui, selon Montmollin (1995, p. 121), « permet de concevoir des dispositifs technologiques (de la brosse à dents à la cabine spatiale, pour prendre deux exemples réels) adaptés aux caractéristiques et limites des êtres humains... avant même qu’on sache exactement quels opérateurs, dans quels contextes, intégreront ces fonctions pour agir. Il est possible ainsi d’établir des normes ». Ce positionnement qui consiste en fait à effectuer de « petites abstractions qui s’éloignent sensiblement de l’environnement quotidien » (Norman, (1993, p. 16) n’est pas le nôtre.

11Un autre courant nous intéresse ici, de « tradition » francophone. Il privilégie les recherches sur le terrain et se concentre sur l’activité réelle de travail, sans perspective de normalisation. L’ergonomie francophone, pour reprendre les termes de Daniellou (1989, p. 1-2) « étudie l’activité de travail afin de contribuer à la conception de moyens de travail adaptés aux caractéristiques physiologiques et psychologiques de l’être humain... Elle produit ses propres résultats sur les conditions de fonctionnement de l’homme dans une situation professionnelle. Elle est enfin tournée vers la conception des moyens de travail, afin que celle-ci prenne en compte les caractéristiques humaines et l’activité réelle des travailleurs ». L’accent est donc au contraire mis sur la spécificité des situations de travail, de la même manière qu’un ethnologue fait ressortir la diversité des cultures et les spécificités des sociétés qu’il observe, d’où le faible pouvoir de généralisation de ces deux approches qui en fait insistent sur la variabilité. En France, ce sont Leplat, Cazamian et Wisner qui, il y a une trentaine d’années – la Société d’ergonomie de langue française (self) existe depuis 1963 –, sont à l’origine de ce courant et les ergonomes qui appartiennent à cette mouvance s’accordent tous sur le fait que « l’ergonomie est une discipline qui fonde son action sur une approche scientifique du travail humain » (Noulin, 1992, p. 25).

12La vocation principale actuelle de l’ergonomie de langue française est par conséquent et globalement d’améliorer les conditions de travail à travers la prise en compte des processus techniques, de l’activité de travail des opérateurs et des contraintes de production propres à l’entreprise. Notons au passage que le terme « entreprise » n’est pas restrictif. Il n’est pas limité au milieu industriel. Les ergonomes interviennent ainsi dans de nombreux secteurs d’activité (usines, hôpitaux, centrales nucléaires, monde agricole, bateaux de pêche, aéroports...). Toutefois, on constate que les dimensions sociales et culturelles qui donnent leur spécificité à ces différents secteurs n’occupent pas le devant de la scène ergonomique. La situation évolue pourtant progressivement notamment avec le développement de la « macro-ergonomie » (Hendrick, 1987 ; Montmollin, 1992) qui sort de l’observation microscopique de la situation de travail et étend son intérêt aux contextes socioculturels dans lesquels l’activité se met en scène. Les ergonomes parlent dans ce cas des « déterminants larges » de l’activité observée, déterminants qui se limitent malgré tout encore souvent au seul cadre des entreprises. Le développement de l’anthropotechnologie par Wisner, vers la fin des années 1970, va permettre de sortir de ce cadre.

L’ergonomie et la prise en considération des dimensions socioculturelles : la naissance de l’anthropotechnologie

13A cette époque, Wisner (1979, p. 86) constate, après d’autres, les échecs quasi systématiques des transferts de technologies vers les pays en voie de développement industriel (pvdi). Il avance alors la nécessité de développer « [...] une véritable anthropotechnologie, adaptation de la technologie à la population qui comme l’ergonomie réunit des connaissances provenant des sciences humaines pour améliorer la conception du dispositif technique ». Cette phrase fondatrice a une portée programmatique importante. Elle relance d’une manière originale le débat sur les transferts de technologies : il ne s’agit plus alors de procéder à de simples déplacements de systèmes techniques qui dans la majorité des cas ne s’intègrent pas dans le système technique de réception. Elle ouvre aussi les portes d’un travail transdisciplinaire séduisant, au sein duquel l’anthropologie peut prendre sa place aux côtés de l’ergonomie et des autres disciplines des sciences de l’homme, sensibles aux problèmes soulevés plus globalement par la mise en œuvre d’innovations techniques dans ce que Wisner nomme les pays en voie de développement industriel.

14Wisner ne parle en fait plus d’ergonomie mais d’anthropotechnologie, en précisant plus loin que « [...] l’échelle étant différente, les sources nécessaires sont autres. La constitution et le développement de l’anthropotechnologie que les ergonomistes doivent encourager ne seront peut-être pas leur œuvre ». Notons ici qu’en terme de transdisciplinarité, l’ergonomie a déjà une certaine expérience. Elle a su tirer parti des acquis d’autres disciplines, en engageant un dialogue suffisamment fécond pour qu’elle se fonde elle-même en « [...] multidiscipline ayant pour objet l’étude spécifique du travail humain » (Noulin, op. cit., p. 25). Autour de l’activité de travail des opérateurs, les ergonomes ont su engager le dialogue avec les psychologues, les physiologistes, les médecins du travail, mais aussi avec les sociologues des organisations. Notons ici que le dialogue avec ces disciplines fut facilité par le fait qu’à l’origine, les fondateurs de l’ergonomie en relevaient presque tous, à l’exception des sociologues des organisations, d’un rattachement plus récent.

15Cette dernière remarque sur les origines est importante. Elle peut en effet expliquer les raisons pour lesquelles les ergonomes focalisent sur l’individu et non sur son environnement social par exemple. Dès lors, la relation de causalité est explicite. Il ressort, pour la mouvance francophone, que malgré cette « sortie du laboratoire » pour aller vers un terrain certainement moins coupé de la réalité du monde du travail, la prise en considération de ce que les ethnologues appelleraient le « milieu socioculturel » reste très limitée, voir inexistante. Les ergonomes utilisent, nous l’avons vu, la notion de « déterminants larges ». Ce sont les aspects socioculturels et économiques qui sont censés avoir une influence directe sur l’activité de travail des opérateurs et le fonctionnement des entreprises. La littérature ergonomique montre en général que ces « déterminants larges » ont un degré d’ouverture très limité et que leur perception repose sur un cadre théorique et méthodologique qui selon nous reste à définir. Nous entendons par là qu’il ne s’agit pas, pour l’ergonome, de sortir de l’entreprise pour avoir une approche globale des contextes géographique, politique, économique, religieux, socioculturel et/ou politique qui peuvent effectivement influencer la vie d’une entreprise et l’activité de travail. Toute démarche se situe plutôt comme si le lieu d’intervention constituait en lui-même une micro-société. Les « sources nécessaires » dont parle Wisner incluent l’anthropologie pour la prise en compte des variations socioculturelles, la géographie pour les questions liées aux variations climatiques, aux réseaux de communication et au tissu industriel, enfin, la politique et l’économie. On le voit, le cadre est vaste et surtout ambitieux, en sorte qu’à la simple énumération des disciplines impliquées on s’aperçoit que toute tentative de mise en œuvre de la moindre intervention anthropotechnologique ne peut que se heurter au problème de la transdisciplinarité.

  • 13 Voir la thèse de Meckassoua (1986) sur le travail de régulation d’un opérateur Haoussa de Centrafr (...)

16C’est semble-t-il la raison pour laquelle les premiers travaux d’anthropotechnologie, essentiellement des thèses qui apparaissent dans les années 1980, ont été réalisés par les seuls ergonomes. La place de l’ergonomie y est bien sûr plus importante que celle de l’anthropologie par exemple, même si des tentatives d’explication de certains déterminants de l’activité de travail font allusion aux facteurs culturels13. On doit toutefois remarquer qu’à l’époque, pour les raisons habituelles de cloisonnement, le dialogue n’était pas engagé entre les deux disciplines. Les séminaires d’anthropotechnologie du Conservatoire national des arts et métiers (cnam) attiraient plus facilement des ergonomes, économistes et quelques rares sociologues, mais aucun ethnologue.

17L’anthropotechnologie est à l’origine considérée comme un courant issu de l’ergonomie francophone. Wisner (1994a, p. 8) rappelle d’ailleurs que « l’ergonomie des transferts de technologies a été dénommée anthropotechnologie pour souligner le fait que les savoirs utiles pour traiter les difficiles questions du transfert appartenaient aux sciences de l’Homme collectif et non aux sciences de l’Homme individuel comme pour l’ergonomie ». Si l’on s’interroge sur la dimension anthropologique à laquelle Wisner fait référence, on s’aperçoit qu’elle s’inspire essentiellement des travaux nord-américains issus de l’anthropologie culturelle et plus tardivement de l’anthropologie cognitive. Cet état de fait n’est pas un hasard. Le lien passe, selon nous, par l’objet d’étude. En effet, à la base, l’ergonome observe l’individu dans le cadre de son activité de travail à l’instar de l’anthropologie culturelle qui dans sa démarche empirique accorde un intérêt majeur aux comportements des individus. Individus qui sont censés, à juste titre, véhiculer les traits de leur culture. En outre, ce pôle théorique nord-américain a toujours accordé une grande importance à la psychanalyse et à la psychologie.

18C’est donc globalement à la lumière de l’individu, élément central de ces deux disciplines, que le rapprochement engagé par Wisner peut s’expliciter. D’ailleurs, depuis les années 1980, les thèses produites par les chercheurs issus de cette mouvance vont toutes dans le sens de ce programme en privilégiant (ce qui évidemment ne retire rien à leur valeur) l’approche de l’opérateur au détriment, selon nous, d’une analyse approfondie du contexte socioculturel et des réseaux qui l’animent à différentes échelles. Ce décalage très net entre les niveaux d’appréhension des faits et leur mise en perspective est selon nous intimement lié à une orientation méthodologique qui favorise malgré tout encore l’analyse ergonomique du travail et témoigne de l’effort à poursuivre en matière de transdisciplinarité. Enfin, il faut souligner que les recherches en anthropotechnologie ont essentiellement porté sur des constats, des diagnostics, même si la visée transformatrice propre à l’ergonomie est cependant évidente dans les textes de Wisner (Abrahao, 1986). Nous ne souhaitons pas remettre en question le choix « d’école » de Wisner en matière d’anthropologie. Toutefois, il nous semble important de souligner qu’un autre champ de l’anthropologie, l’ethnologie des techniques (technologie culturelle) peut aussi contribuer à enrichir un débat au sein duquel il est d’ailleurs déjà présent.

  • 14 Voir Salmona (1979) ; Terssac (1979) ; Nicourt et Filippi (1987) ; Theureau (1991) ; Chamoux (1992 (...)

19En effet, il faut rappeler que Sigaut (1979, p. 169) fut le premier anthropologue à faire ressortir l’intérêt mutuel qu’il y aurait à développer des relations entre la technologie culturelle et l’ergonomie. Il constate alors qu’« une coopération entre ergonomes et ethnologues serait [...] à l’avantage des deux disciplines ». Mais on peut constater aujourd’hui que dans les milieux de l’anthropologie et de l’ergonomie, cette ouverture est restée « lettre morte » malgré un rappel de Sigaut (1987, p. 3). Pourtant des représentants des deux disciplines participent en même temps à des colloques et montrent ainsi l’intérêt de chacun autour de thèmes spécifiques14. De cette mosaïque d’interventions, il ne ressort aucune tentative véritable de rapprochement conceptuel entre les deux disciplines. Dans l’état actuel de nos connaissances, les seuls travaux où apparaissent des pistes de rapprochement sont ceux issus de la psychodynamique lorsqu’elle traite du « facteur humain » (Dejours, 1995) et d’un courant de l’ergonomie qui s’intéresse à l’approche cognitive des instruments contemporains (Rabardel, op. cit.).

La technique : un acte traditionnel efficace

20Pour construire notre réflexion, nous partirons de la définition de la technique présentée par Sigaut (1990) qui n’est autre que la définition de Mauss (1948), reprise plus tard par Haudricourt (1987) : « La technique est un acte traditionnel efficace. » Telle qu’elle est illustrée et explicitée par cet auteur, elle a l’avantage de cristalliser parfaitement les approches théoriques et les concepts des différentes disciplines dont nous avons fait état.

Fig. 1 – Le triangle de la technique

21Du point de vue anthropologique, travailler sur les transferts de techniques, c’est tenter d’en saisir et d’en analyser les mécanismes en considérant cette opération comme un rapport social au sens large entre plusieurs sociétés. Ce rapport social passe par la technique. Cette référence à Mauss est par conséquent moins motivée par le souci d’un retour aux sources que par la volonté de porter notre regard sur ce « triptyque » en faisant référence et en développant l’analyse qui en a été faite dans un premier temps par Sigaut (Ibid.) et plus tard, dans un deuxième temps par Dejours (1995). Nos références à ces deux auteurs ne sont pas anodines. Tous les deux vont dans le sens de l’approche transdisciplinaire que nous nous sommes fixée dans cet ouvrage.

22L’approche de Dejours sur les « représentations » en œuvre dans les procès de travail est influencée par les travaux réalisés en ethnologie des techniques, ceux de Sigaut en particulier. La sociologie de l’innovation apporte aussi une dimension théorique utile dans le cadre de notre approche. L’intérêt de ses apports conceptuels pour l’ethnologie des techniques a d’ailleurs déjà été souligné par Lemonnier (1993, 1994, 1996) sans que toutefois ils aient été traités au regard des transferts de technologie.

  • 15 Sur la notion de tradition voir Pouillon (1975 et 1977), le n° spécial de la revue Enquête, 2, 199 (...)
  • 16 Lichtenberger (1997), dans Daniellou (Ibid.).

23En matière de technique et de transfert de technologie, la société soumet l’activité de l’opérateur, ou du « développeur » (l’acte de la définition) et le résultat de cette activité à une « double sanction ». Si l’on reprend les termes de Sigaut (1990, p. 174), ils doivent être intelligibles pour autrui, c’est-à-dire s’inscrire dans la tradition15 (le traditionnel de la définition) d’un groupe quelconque. En second lieu, ils doivent être efficaces, c’est-à-dire valoir au groupe un minimum d’avantages que celui-ci puisse reconnaître. Cette efficacité n’est pas systématiquement matérielle. Elle peut être symbolique et/ou traduire l’emprunte, le « style » du groupe. Cresswell (1996, p. 122) propose de définir l’efficacité comme étant l’évaluation de la conformité d’un résultat avec un projet. Cette notion a alimenté de récents débats entre représentants de l’ethnologie des techniques et sociologues de l’innovation (Lemonnier, 1996 ; Latour, 1996) sans toutefois que ce qu’elle recouvre fasse l’objet de clarification, alors qu’elle est centrale en technologie culturelle. De leur côté, les ergonomes qui se penchent avec minutie sur l’activité de travail et sur les processus cognitifs en œuvre s’attachent à caractériser cette efficacité. Parmi ceux qui s’intéressent au monde de l’entreprise, certains (Daniellou, 1998, p. 46) introduisent la notion de jugement dans sa définition. Ils montrent notamment que « l’efficacité est la capacité de l’entreprise à produire les effets économiques attendus par ses actionnaires et ses dirigeants. Les choix techniques sont alors la traduction, qui se veut optimisée, des impératifs économiques ». Cette efficacité «... fait l’objet d’une diversité d’attentes et de jugements de la part d’une diversité d’acteurs (actionnaires, clients, fournisseurs, administration, personnel, population générale...16 ». Pour Carballeda (1997, p. 18), « l’efficacité de l’entreprise est l’objet d’une construction sociale, continue, dynamique, multidimensionnelle, multicritère, et concernant un grand nombre d’acteurs ». Dans ce cas, « les choix techniques... reflètent les arbitrages “politiques” ainsi produits » (Daniellou, Ibid.). D’autres (Falzon, 1994), qui s’intéressent aux dimensions cognitives de l’activité de travail, montrent que les connaissances produites dans le cadre d’un processus technique sont réutilisées par l’opérateur et lui permettent ultérieurement de gagner en efficacité. Le terme efficacité n’est donc pas lié à la seule action physique sur la matière. Il recouvre ainsi de multiples réalités intimement dépendantes des origines sociales et professionnelles des opérateurs, mais aussi de la diversité des effets attendus et des acteurs concernés. Pour ces ergonomes, l’activité qui n’est pas directement orientée vers la production immédiate est qualifiée de méta-fonctionnelle. Elle a trait à la construction de connaissances ou d’outils (outils matériels ou cognitifs), destinés à une éventuelle utilisation ultérieure, et vise à faciliter l’exécution de la tâche ou à améliorer la performance : en quelque sorte à être plus efficace pour soi et/ou le milieu qui nous entoure. Elle prend place en marge de l’activité technique et trouve sa source dans cette activité. Elle est parfois, mais rarement, formalisée et reconnue. Cette notion d’activité méta-fonctionnelle invite à repenser la notion d’efficacité technique qui, telle qu’elle est utilisée en technologie culturelle, dit encore trop peu sur son essence.

24L’efficacité, son acceptation ou sa négation sont donc l’affaire d’autrui. En l’occurrence, dans le cadre d’un transfert de technologie, « autrui » est représenté par le groupe receveur de « l’innovation », mais aussi par le commanditaire et le milieu d’origine des techniciens impliqués qui valideront ou non l’action de leurs collègues. Cette double reconnaissance est primordiale dans la mesure où « c’est en effet par ses actes que tout individu construit le rapport au réel qui le fait accéder à l’existence » (Sigaut, 1990). Le réel ne se réduit pas ici aux seules dimensions matérielles des techniques au sein d’une société donnée. Sous un même terme, il s’agit bien aussi de prendre en compte la part idéelle du matériel, part idéelle qu’inclut tout rapport social (Godelier, 1984). Le réel est par conséquent « ce qui dans [une société] se fait connaître par sa résistance à la maîtrise technique [...], c’est ce sur quoi échoue la technique [et le transfert de technologie] après que toutes les ressources de la technique ont été utilisées correctement » (Dejours, 1995). C’est aussi a contrario ce qui potentiellement peut contribuer à l’appropriation d’une innovation par un groupe donné.

25Cela nous renvoie aux résultats des travaux issus de l’anthropologie économique en matière de choix technique, dont nous avons fait état plus haut et qui vont dans le sens de ce que Sigaut avance lorsqu’il souligne que « pour construire un rapport quelconque au réel, rationnel ou non, l’individu met nécessairement en œuvre une tradition sociale. [...] Cette tradition [...] est un ensemble de modèles d’actions et de valeurs [les points d’ancrages] à la disposition des membres du groupe social ». Enfin, Dejours complète ce point de vue en précisant que « sans référence à la tradition, un acte ne peut devenir conscient, il ne peut devenir objet de perception, ni être symbolisé. Lorsqu’il s’agit d’un acte en rupture avec la tradition, il faut que l’écart ne soit pas trop important avec les techniques traditionnelles, sinon il risque d’échapper à la catégorisation et de ne pouvoir devenir reproductible, ni accéder à un minimum de routinisation ou être accessible à la transmission. La dimension traditionnelle de l’acte technique est donc ce qui fait lien entre ego et autrui dans le triangle ». Par sa position centrale, le réel qui se situe entre ego et autrui marque ainsi sa consubstantialité à la structure sociale d’un groupe donné.

  • 17 Ce paramètre n’apparaît pas chez Dejours mais est bien connu des ethnologues qui ont montré que ce (...)

26Le « réel », tel qu’il est défini par Sigaut, constitue à nos yeux le lien avec l’ergonomie qui fonde son action sur deux notions essentielles, la tâche et l’activité. La tâche est l’objectif qu’un opérateur ou un groupe d’opérateurs doit atteindre. L’exécution de cette tâche repose sur des moyens (instruments) et sur des conditions de réalisation que sont en général un temps, un délai, un ordre d’opérations, un espace, un environnement physique et des consignes à respecter. Pour réaliser cette tâche avec les moyens disponibles et dans les conditions définies, (l’opérateur) déploie une activité : il se déplace, fait des gestes, regarde, écoute ; il organise son travail, planifie les actions, procède à des raisonnements ; cette activité met en jeu des fonctions physiologiques et mentales : les muscles, les articulations, le système cardio-pulmonaire, la vision, l’audition, le toucher, la mémoire (Laville, 1986, p. 20-21). La tâche renvoie par conséquent à ce qui est prescrit et organisé de l’extérieur, par un bureau des méthodes par exemple. Elle répond à des critères d’efficacité étroitement liés à des exigences de production. Toutefois, dans une situation de travail, il y a toujours un écart entre ces prescriptions et ce que vit et met en œuvre l’opérateur pour parvenir à ses fins, mais aussi marquer sa différence17 et que les ergonomes nomment l’activité réelle et qui pour reprendre les termes de Dejours (1995) ne peut s’appréhender que sous la forme de « l’expérience vécue ».

27Ces deux notions sont intimement liées à l’univers de l’entreprise. Et l’on s’aperçoit qu’il est difficile de les utiliser en ethnologie des techniques sans s’interroger sur la notion de prescription qui n’existe pas comme telle dans les sociétés que nous étudions en milieu rural. Comme nous l’avons souligné, la notion d’organisation prescrite soulève un problème de sphère d’appréhension des faits techniques. Dans cette optique, nous rapprocherons les concepts de tâche et d’activité des concepts de « tendance » et de « fait » mis en œuvre par Leroi-Gourhan. Les enquêtes ethnographiques classiques ont pour cadre principal le milieu rural où la prescription des étapes d’un processus technique est moins déterminée par un bureau des méthodes – à moins qu’il ne s’agisse d’une innovation imposée de l’extérieur – que par la nature même de l’évolution entre l’homme et la matière (Leroi-Gourhan, 1971, p. 27) et son environnement immédiat. Au sein des populations qui sont l’objet de telles enquêtes, pour un même type de production présent au sein de différents groupes, les étapes des processus techniques observés par les ethnologues sont par conséquent plus ou moins prévisibles. Leroi-Gourhan nous a dotés du concept de tendance pour illustrer l’existence de caractères « normatifs » ou plus précisément d’un éventail restreint de contraintes qui ne permet pas n’importe quoi (Demoule, op. cit., p. 20) au sein des processus techniques mis en œuvre par différentes populations. A titre d’exemple, quels que soient les groupes qui, en Afrique de l’Ouest, produisent du sel par évaporation d’une saumure portée à ébullition sur des foyers alimentés en bois de chauffe, les processus observés répondent à une même dynamique. On prélève de la terre salée dont on remplit de larges filtres. On verse de l’eau de mer sur cette terre. La saumure qui s’en écoule est alors prélevée puis portée à ébullition jusqu’à cristallisation du chlorure de sodium. Comme ces processus s’inscrivent dans des sociétés différentes, les conditions de leur mise en œuvre sont différentes. Elles constituent alors des « faits » techniques entendus ici comme l’incarnation de la « tendance » dans telle forme d’objet (Ibid.) ou telle articulation des phases constitutives d’un processus technique au sein d’une société donnée. On étudie alors ces différences (variantes) constatées qui résultent d’un choix individuel et social (déterminants du travail réel des ergonomes) auquel il n’est pas systématiquement associé une efficacité réelle (en terme d’action sur la matière), ou d’un non-choix qui, lui, relève de l’articulation prévisible ou inévitable des étapes qui caractérisent un processus.

  • 18 Sur la notion d’artefact, voir aussi Moisseeff (1994) ; Norman (1993) et Demoule (1994).
  • 19 La notion d’instrument est rattachée à la notion de schème d’utilisation qui selon Martinelli (198 (...)

28S’il s’agit d’une technique imposée de l’extérieur, ce qui est souvent le cas des transferts de techniques, il est toutefois possible de parler de prescription dans la mesure où les modalités de son utilisation sont en général définies au préalable, en dehors du contexte de réception. Dans le cadre du projet auquel nous avons participé, les marais salants transférés sont utilisés depuis le IXe siècle (Lemonnier, 1984, p. 14). Il existe bien alors une prescription formulée par des « développeurs » qui sera soumise au « réel » du contexte de réception. Elle confère dans ce cas à l’objet technique transféré le statut d’« artefact18 », dans la mesure où, « précontraint », il ne s’inscrit pas « [...] dans des usages, des utilisations (locales), c’est-à-dire des activités où il constitue un moyen mis en œuvre pour atteindre les buts que se fixe l’utilisateur receveur et le groupe auquel il appartient. Or ces usages, même s’ils sont en partie anticipés par les concepteurs de l’artefact, excèdent le plus souvent et parfois considérablement ces anticipations. L’élaboration, la production des usages se poursuivent au-delà de la conception initiale comme production privée, mais aussi sociale » (Rabardel, op. cit., p. 93-94). La notion d’artefact inclut aussi les objets symboliques (Ibid.). Seule l’activité, qui n’est pas limitée à la seule activité technique, de l’opérateur ou d’un groupe d’opérateurs dans son rapport au « réel » et à « autrui » dans le triangle peut lui donner le statut d’instrument19 et contribuer ainsi à son intégration dans la société.

Notes

1 Rapport qui prédomine encore aujourd’hui, même s’il est de plus en plus critiqué, voir à ce sujet Bizec (1981) ; BIT (1982) ; Perrin (1983) et Boutat (1991) qui fait l’état de la question en matière de transferts internationaux de technologie, en insistant sur la dimension « systémique » du phénomène. Les années 1970 ont vu naître une quantité impressionnante de publications sur les transferts de technologies. Pour les années 1980, la dynamique s’est quelque peu désamorcée. Le lecteur trouvera, pour cette période, de nombreuses références dans Kellermann (1992).

2 Nous retiendrons la définition de Gorre et Monjaret (1995, p. 4) : « Les réseaux sont la reformulation d’une combinaison des relations d’échanges entre différents acteurs selon lesquelles s’établit la circulation d’objets et d’informations. Ils peuvent être un mode d’introduction du changement. »

3 Je rejoins ici les propos de Yung et Chauveau (1995, p. 30) qui recoupent aussi les conclusions du BIT (1990, p. 58) : « L’approche de l’innovation doit être centrée sur les acteurs et leurs pratiques et non uniquement sur le produit qui n’est que le support et l’expression cristallisée des enjeux négociés. »

4 Voir par exemple Godelier et Garanger (1973) ; Godelier (1965, 1973) ; Meillassoux (1977) ; Métraux (1959) ; Sahlins (1972) ; Salisbury (1962). Par ailleurs, Rey (1993, p. 169-171) reprend l’historique des liens entre l’anthropologie économique et la technologie culturelle.

5 Leroi-Gourhan (1945, p. 344) : « Pour que les techniques évoluent, il faut que l’acquisition s’accroche à quelque chose de prééxistant, même lointain, même invraisemblable. »

6 Après Rabardel (1995) nous utilisons ici le terme « objet technique » pour souligner, à dessein, l’orientation technocentrique dont il est porteur.

7 Pour Boutinet (1990, p. 16), la notion de projet constitue « [...] ce que les individus recherchent confusément, ce à quoi ils aspirent, le sens qu’ils veulent donner à leur insertion momentanée, aux entreprises qu’ils mènent. [...] Il n’y a de projet qu’à travers une matérialisation de l’intention, qui en se réalisant cesse d’exister comme telle ». Nous caractérisons cette matérialisation de l’intention, ce processus d’exécution d’un projet, par le terme « programme ».

8 Akrich (1993) en s’intéressant à l’utilisation des objets techniques montre que les innovateurs peuvent avoir une représentation assez « riche » du milieu d’utilisation de l’objet technique, en terme de compétences cognitives, psychomotrices attribuées et sociales. En 1987, elle insistait déjà sur le fait que des innovateurs se réfèrent à des scénarios ou scripts de fonctionnement définis à l’aide de tests de condition d’usage (voir Dodier, 1995, p. 85). La méthode des scénarios est utilisée en situation artificielle puis en conditions réelles de fonctionnement depuis le début des années 1980 par les ergonomes dans le cadre de la conception d’interfaces hommes-machines (voir Pavard, 1994).

9 Cela nous renvoie à la notion de bricolage développée par Lévi-Strauss (1962, p. 33) qui souligne : « Comme les unités constitutives du mythe, dont les combinaisons possibles sont limitées par le fait qu’elles sont empruntées à la langue où elles possèdent déjà un sens qui restreint la liberté de manœuvre, les éléments que collectionne et utilise le bricoleur sont “précontraints”... ». La décision d’organiser ces éléments en un tout à réaliser «... dépend de la possibilité de permuter un autre élément dans la fonction vacante, si bien que le choix entraînera une réorganisation complète de la structure, qui ne sera jamais telle que celle vaguement rêvée, ni que telle autre, qui aurait pu lui être préférée. »

10 Augé (1994b, p. 146) : « [...] il en va de même dans toute situation de “développement” et de “modernisation” : en tant qu’objet du regard anthropologique, objet de connaissance, elle inclut aussi bien les développeurs que les développés, les modernisateurs que ceux dont ils entendent moderniser les comportements, et plus encore l’ensemble des rapports réciproques que les uns entretiennent avec les autres tant sur le plan des faits que sur celui des représentations et de l’imagination. »

11 Condominas (1992, p. 40-41) : « Il n’y a pas d’enfermement dans le temps d’une population. Il n’y a pas non plus d’enfermement dans l’espace. L’ethnologue doit étudier des emboîtements d’espaces : l’espace social du petit groupe, lié aux espaces sociaux voisins, et l’ensemble replacé sur le plan régional. Il y a des interactions entre ces espaces, des rétroactions, des actions contre, etc. Une fois qu’il a compris cela, l’ethnologue a pour mission de faire en sorte que les changements qui interviennent, provoqués de l’extérieur, ne soient pas nuisibles aux populations... L’intérêt de l’ethnologue, en la matière, c’est donc un intérêt de vigilance. »

12 Pour ces mêmes questions qui dépassent largement la notion de choix technique, voir à ce sujet les travaux de Guille-Escuret (1990 et 1996) ; Sabelli (1993) ; Baré (1995) ; ceux d’Olivier de Sardan (1996) et plus généralement de l’Association euro-africaine pour l’anthropologie du changement social et du développement (APAD) qui abordent régulièrement cette question.

13 Voir la thèse de Meckassoua (1986) sur le travail de régulation d’un opérateur Haoussa de Centrafrique dans une usine d’embouteillage de bière.

14 Voir Salmona (1979) ; Terssac (1979) ; Nicourt et Filippi (1987) ; Theureau (1991) ; Chamoux (1992) ; Hubault (1993) et Dodier (1995).

15 Sur la notion de tradition voir Pouillon (1975 et 1977), le n° spécial de la revue Enquête, 2, 1995 et Balandier (1990, p. 122) pour qui la tradition « est la somme des savoirs cumulés en référence aux événements et principes fondateurs, par la collectivité qui en procède. Elle exprime une vision du monde et une forme spécifique de présence au monde. Pour ces deux raisons, la tradition renvoie à une réalité première en même temps qu’à un ordre qui la manifeste en s’accomplissant au cours du temps et de manière continuelle ». On retrouve la dynamique inhérente à cette notion chez Lenclud (1987, p. 123, voir aussi 1994) : « Tout comme il faut avoir su pour être à même d’oublier ou comme il n’est pas de transgression sans interdit, la traditionalité est une condition du changement. Faute de tradition dûment enregistrée, on s’en tient à [...] la tradition (dans son acceptation statique habituelle. »

16 Lichtenberger (1997), dans Daniellou (Ibid.).

17 Ce paramètre n’apparaît pas chez Dejours mais est bien connu des ethnologues qui ont montré que certains « degrés du fait » n’ont d’autres valeurs que celles de marquer sa différence au sein d’un groupe ou entre les groupes.

18 Sur la notion d’artefact, voir aussi Moisseeff (1994) ; Norman (1993) et Demoule (1994).

19 La notion d’instrument est rattachée à la notion de schème d’utilisation qui selon Martinelli (1988, p. 79) « est l’instance de synthèse qui constitue le lien organique entre éléments mis en combinaison et en interaction dans les opérations ». D’après Rabardel (op. cit., p. 115), ces schèmes « [...] font l’objet de transmissions, de transferts, plus ou moins formalisés : depuis les renseignements transmis d’un utilisateur à l’autre, jusqu’aux formations structurées autour des systèmes techniques complexes en passant par les divers types d’aides à l’utilisateur (notice, modes d’emploi, assistances diverses incorporées ou non dans l’artefact lui-même). »
« Un instrument est donc formé de deux composantes : d’une part, un artefact, matériel ou symbolique, produit par le sujet ou par d’autres ; d’autre part, un ou des schèmes d’utilisation associés, résultant d’une construction propre du sujet, autonome ou d’une appropriation de schèmes sociaux d’utilisation déjà formés extérieurement à lui » (Rabardel, op. cit., p. 117-118).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Le triangle de la technique
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6460/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540