Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage des mondes

 | 
Philippe Geslin

Prologue

Texte intégral

L’observateur attentif et l’acteur inquiet

  • 1 Karim Bangoura, M’Fassory Bangoura – porte-parole – Issiaga Camara, El Hadg et Mamadouba Bangoura, (...)

1« Il est bon de faire le marais salant, mais il faut l’associer aux bâches. Les bâches sont meilleures dans le sens où elles nous auraient déjà permis de récolter suffisamment de sel. Jusqu’à maintenant, nous n’avons pas récolté de sel. Nous ne savons pas ce que cela va donner, nous observons simplement. Sur un autre site, à Koba, nous avons essayé la technique des bâches. Nous sommes convaincus de son efficacité... Nous ne rejetons pas les marais salants. C’est la première fois que nous voyons ce système. Les photographies apportées par les paludiers prouvent qu’en France le sel apparaît. Ce qui réussit chez les autres peut réussir chez nous. En utilisant les deux méthodes, comme le marais salant n’a pas donné de sel, les bâches auraient donné du sel. Cela nous aurait beaucoup encouragés... Nous avons regardé les photographies, mais nous ne savons pas quels sont les produits utilisés pour que le sel apparaisse. Nous ne savons pas ce qui est à la base de la production de sel sur le marais salant... Si tu travailles et que tu n’en récupères pas le fruit, tu risques d’abandonner. Si tu vois le résultat de ton travail, tu es encouragé. Après trois semaines, le sel n’apparaît toujours pas. Nous demandons que l’utilisation des bâches soit valorisée... Toutefois, nous proposons aussi que le fond des œillets soit plus consistant. Si le sol n’est pas consistant, le sel sera toujours dissous. On ne pourra jamais récolter un sel valable... Donc le mieux est de badigeonner le fond et qu’il durcisse pour que le sel apparaisse sur l’argile1 »

2Quelques phrases prononcées, un programme de développement venait de changer de cap au contact d’une autre réalité sociale. Des paysans susu allaient s’approprier pour la transformer une technique transférée quelques semaines plus tôt par une organisation non gouvernementale (ONG) et des producteurs de sel de l’ouest de la France. La situation me rappelait bien sûr qu’un fait technique était un fait social. Elle me renvoyait aussi au rôle que j’avais choisi de tenir dans cette histoire de développement, identique à tant d’autres. Observateur attentif aux constructions conjointes des faits sociaux et techniques, je devenais l’acteur inquiet d’une pièce dont les premiers actes remontaient aux temps où les Susu découvraient la mangrove et savaient depuis peu les manières de produire le sel.

3Je mesurais aussi l’implication intellectuelle et pratique de mes choix entre mes précédents terrains mexicains et cet instant guinéen qui allait m’ouvrir de nouveaux horizons ethnographiques, partant de l’observation raffinée de l’activité technique des opérateurs pour parcourir d’étonnants réseaux d’acteurs. Notamment ce détour par l’ergonomie et son application aux transferts de technologies qui m’avait fait découvrir un monde de l’intervention et de l’implication sociale aux marges de l’ethnologie que j’avais pratiquée.

4Ce regard transdisciplinaire était à l’origine motivé par la volonté de découvrir d’autres moyens d’aborder le fait technique dans sa complexité. L’ergonomie étant une discipline rompue à l’observation et à l’analyse des processus techniques, je trouvais là les éléments de réponse aux questions soulevées par mes différentes expériences ethnographiques. J’avais la possibilité non seulement de décrire et analyser des processus techniques à l’aide d’outils théoriques et méthodologiques éprouvés, mais aussi d’étudier le comportement d’opérateurs confrontés à de nouveaux objets techniques. Ce niveau d’appréhension des faits techniques très spécifique pouvait alors être enrichi d’une vision anthropologique plus globale, vision par ailleurs recherchée en ergonomie.

  • 2 Sur les sens à donner à la notion d’« amélioration » des conditions de travail, voir Dejours 1996, (...)
  • 3 Je reprends la définition minimale de Perrin (1983, p. 15) : « Le transfert de technologies entre (...)

5La démarche ergonomique a aussi une finalité. Elle tente d’améliorer2 les conditions de travail par la prise en compte de l’activité des opérateurs impliqués. Cela aboutit, en général, à la modification et ou à la conception de systèmes techniques. L’un des fondateurs de l’ergonomie, Alain Wisner, a d’ailleurs souhaité étendre cette démarche aux « transferts de technologies3 » vers les pays en voie de développement industriel. Il explique bien sûr que, dans cette optique, l’ergonomie ne suffit pas. Il faut compléter cette approche par la prise en considération des dimensions socioculturelles au sens large des pays receveurs impliqués dans les transferts. Ma position, du fait de ma formation, devenait alors « idéale » dans une telle perspective. Ainsi, je découvrais l’univers de « l’application » en sciences humaines, à travers le cadre spécifique de l’intervention ergonomique. Dès lors, je pouvais amorcer une réflexion sur le transfert de technologies comme objet d’observation ethnographique mais aussi comme terrain d’intervention anthropologique, les deux approches étant idéalement complémentaires.

L’organisation de l’ouvrage

6L’ouvrage relate la dynamique du transfert des techniques de production de sel de la France vers le sud du littoral guinéen. Les maîtres d’œuvre de ce programme souhaitaient prendre en compte les caractéristiques sociales et culturelles des futurs utilisateurs avant d’implanter de nouveaux procédés techniques. Les termes de référence intégraient par conséquent une intervention de type anthropologique que nous avons menée en France puis en Guinée auprès de l’ensemble des acteurs concernés. Après deux années d’enquêtes nous avons pu présenter une série de repères-pour-la-conception. Ces repères étaient destinés à orienter les différents acteurs du programme vers des choix techniques adaptés au nouveau contexte.

7L’ouvrage est divisé en quatre parties qui respectent dans une certaine mesure la dynamique de notre intervention. L’introduction dresse les grandes lignes du cadre théorique utilisé et présente certains liens qui unissent l’approche anthropologique des faits techniques à l’ergonomie. On insiste sur le rôle que peut jouer l’anthropotechnologie dans ce rapprochement. La première des quatre parties situe les termes de référence du projet de transfert et ma perception des différents acteurs impliqués dans leurs univers respectifs. La deuxième partie traite plus précisément de la production de sel sur le littoral guinéen : nous considérions que la transformation d’un processus technique ne pouvait se faire qu’en tenant compte des transformations de ce même processus et de la société susu au fil du temps. Elle retrace par conséquent l’histoire de cette production. On s’appuie pour cela sur les premiers témoignages écrits et sur les éléments apportés par la tradition orale au long de l’intervention. Le cours de cette histoire s’achève de nos jours et provisoirement avec l’action des paludiers dans le cadre du programme et comme nous l’avons vu sur la réaction inattendue des producteurs susu confrontés à l’objet technique transféré. Dès la fin de la première saison d’expérimentation, ils se sont en effet appropriés la saline solaire construite par les paludiers pour la transformer. Cet événement allait modifier la dynamique de notre intervention et celle du programme. La troisième partie permet d’investiguer les faces cachées de cette réaction. On entre alors à l’intérieur de la société susu pour y découvrir les facteurs endogènes et exogènes qui ont progressivement favorisé l’émergence d’une innovation en matière de saliculture, quelques années avant notre arrivée. Le décalage apparaît alors clairement entre les attendus de cette société en matière d’innovation technique et les termes de référence du programme. La quatrième partie présente les repères-pour-la-conception formulés aux différents acteurs à la fin de la seconde année du programme. Ces repères devaient être intégrés au cahier des charges avant la phase d’implantation des choix techniques retenus. Un épilogue méthodologique vient compléter cette chronique. Il présente et précise la dynamique des différentes étapes de l’intervention anthropologique qui – c’est important – ne se limite pas à la seule production de repères-pour-la-conception. Idéalement, au cours des étapes d’implantation, il faut être présent pour procéder aux ajustements nécessaires voire à des enquêtes complémentaires et accompagner l’innovation jusque dans sa phase de stabilisation au sein de la société.

Notes

1 Karim Bangoura, M’Fassory Bangoura – porte-parole – Issiaga Camara, El Hadg et Mamadouba Bangoura, Yamoussa Camara, Soriba Bangoura (15 mars 1994, Tougoussourou).

2 Sur les sens à donner à la notion d’« amélioration » des conditions de travail, voir Dejours 1996, pp. 204-206.

3 Je reprends la définition minimale de Perrin (1983, p. 15) : « Le transfert de technologies entre pays industrialisés et pays sous-développés désigne l’exportation des moyens de mise en œuvre des techniques élaborées dans les pays industrialisés. [...] Ce terme peut être également compris dans son acception juridique : il désigne alors le transfert du droit d’utilisation des techniques. »

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540