Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mutations sociales dans le Haut Atlas

 | 
Ali Amahan

IV. L'environnement quotidien et la gestion du changement

Conclusion

Texte intégral

1La tribu des Ghoujdama, située dans le Dir, non loin de la ville de Demnat, siège des représentants du Makhzen, contrôle avec les autres tribus voisines le gué d’Agadir bou Acheïba, l’un des passages obligés entre les villes de Fès et de Marrakech. Elle contrôle de même, le col d’Anargui qui commande son accès au versant sud de l’Atlas. De ce fait, elle n’a jamais été étrangère aux événements historiques ni aux aléas naturels que le pays a connus. Proche de Demnat et de Marrakech, cette tribu a toujours été concernée, notamment en période de crise, par les affaires du Makhzen ; néanmoins, elle était suffisamment distante de ces centres-relais du pouvoir central pour sauvegarder une certaine « indépendance », même dans les moments où elle s’est ralliée à ce pouvoir. Cependant, sa situation géographique n’est pas la seule cause de cette relative autonomie due surtout à son organisation sociale interne et aux structures sociales de chacun de ses groupes. La tribu des Ghoujdama est composée, comme la plupart de ses voisines, de cinq fractions. Chacune de ces dernières comprend à son tour, un nombre variable de localités. Chaque localité est une unité sociale, politique et spatiale. Ici, les limites territoriales coïncident avec l’unité sociale et politique ; elles ne cèdent aucune place à ce qu’Evans Pritchard appelle « l’aire de solidarité » (1989 : 97). Chaque groupe d’une localité s’est doté de plusieurs institutions, dont la plus importante, ljmâat (assemblée), est l’épine dorsale de toutes les autres. Ljmâat, expression la plus claire et la plus concrète des structures sociales communautaires émane de celles-ci. Elle est constituée de tous les hommes chefs de famille ; cependant, seuls les notables, généralement des chefs de lignage composant le groupe, en sont les maîtres réels. L’espace de chaque localité est bien précis et délimité par rapport aux territoires des localités voisines. Il est réparti en différentes zones : zone irriguée ou zone lbour, espace collectif ou propriété privée. Par ailleurs, certains territoires, tels la forêt, les pâturages, sont encore exploités en commun par les localités de toute la fraction ou parfois de toute la tribu. Ces espaces se privatisent au fur et à mesure de la disparition des institutions interlocalités comme le conseil des Aït Rbâyn. Ce dernier a été dissout à Ghoujdama en 1928, année de la domanialisation de la forêt.

2La domination du Glaoui doublée de celle du Protectorat a créé une situation nouvelle sans précédent dans l’histoire des Ghoujdama. Effectivement, cette double tutelle leur a causé un véritable traumatisme. La soumission de la tribu aux Glaoua - la tribu voisine, ennemie de toujours -, réalisée avec l’aide d’un nouveau Makhzen, puissant par sa technologie et ses nouvelles méthodes, mais dépourvu de légitimité car aroumi « infidèle », a plongé les Ghoujdama dans un véritable désarroi. Après quelques vaines tentatives d’opposition aux nouveaux maîtres par une lutte armée et des protestations (tarouakt), ils se sont cantonnés dans une résistance passive face à toutes les réformes imposées et toutes les mesures prises par les nouvelles autorités que ce soit dans le domaine politique, économique ou social. Consciente ou inconsciente, cette « résistance passive » a limité la portée de ces différentes mesures et réformes, de même qu’elle freine encore les interventions des autorités actuelles. La persistance, de nos jours, de l’institution ljmâat est l’exemple patent de cette résistance ; il n’est d’ailleurs pas le seul. La stratégie consiste généralement à accepter toute nouvelle institution imposée « d’en haut » ou « du centre », sans lui céder, dans la pratique, de champ d’action ni de prérogatives. Ainsi, assiste-t-on au niveau local (localité, fraction) à une sorte de juxtaposition d’institutions dont seules les anciennes demeurent efficaces et opérationnelles de nos jours.

3L’émigration et l’introduction de l’institution scolaire sont les deux phénomènes sociaux les plus importants qu’a connus la tribu depuis ces cinquante dernières années. Ces facteurs de changement opèrent dans la tribu, au plan des relations entre les communautés locales et l’ensemble du pays voire le reste du monde, comme au plan économique, avec l’introduction de nouveaux produits de consommation. L’apport de l’émigration suffit à peine aux nombreuses familles pour subvenir aux besoins engendrés en partie par ce phénomène. L’institution scolaire paraît jouer pleinement son rôle en formant de futurs émigrés. L’apprentissage de l’arabe dialectal, de l’écriture, de la lecture représente un atout important pour le futur émigré. Ainsi, l’école, dans les localités où elle se trouve, améliore la qualité de ce dernier qui doit affronter le marché national du travail devenu exigeant et dominé par différents réseaux régionaux, à l’image des corporations d’antan : les émigrés originaires de l’Anti-Atlas s’adonnent plus particulièrement au commerce et à la restauration ; ceux du Haut Atlas et des zones pré-sahariennes se spécialisent davantage dans le bâtiment et les travaux publics. Enfin, les émigrés originaires de certaines villes, principalement de Fès et de Marrakech, monopolisent l’artisanat notamment celui du décor architectural, activité prospère de nos jours.

4L’émigration, rehaussée par la scolarisation, a entraîné indéniablement une amélioration quantitative et qualitative du niveau de vie. On remarque, dès lors, la constitution de petites fortunes par certains notables commerçants ayant su monopoliser le commerce. En fait, si les changements survenus ont amélioré les conditions de vie de la population, ce furent les notables qui en tirèrent le plus grand profit. Leur statut de décideurs dans les assemblées, ljmâat, locales, et d’intermédiaires non seulement entre la communauté et le pouvoir central, mais encore entre la localité et le monde « extérieur » le leur permettait et le leur permet encore. Ainsi, possèdent-ils le monopole des réseaux commerciaux, notamment celui de la distribution des biens de consommation. Ces notables sont, en général, les représentants des lignages composant la communauté. Ils tirent leur pouvoir de leur situation sociale, confortable matériellement, et surtout de leur position généalogique au sein de leur lignage. Celle-ci n’est cependant point suffisante pour qu’un notable se distingue. Seule une situation aisée peut mettre en valeur une position sociale héritée ; alors que la richesse à elle-même ne peut permettre d’accéder à une promotion sociale : par exemple, un descendant de forgeron (cas existant dans la localité d’Abadou), fût-il le plus riche de la localité, ne peut en aucun cas accéder au statut de notable représentatif, quoique son aisance lui confère un certain respect. Cependant, on assiste souvent à une compétition entre notables d’un même lignage ; seul le plus aisé accédera au statut de représentant du lignage, qu’il perdra dès lors que sa situation matérielle se sera dégradée, notamment par le « partage » des biens patrimoniaux. Par ailleurs, la position de notable représentatif influent dans l’assemblée fait de lui un intermédiaire privilégié auprès des familles de son bgnage et même de sa localité, obligé par le système d’entraide de pallier en cas de besoin le manque matériel, de faciliter l’accès à d’autres avantages, ou encore de négocier avec les autorités. Cela est de nature à renforcer les liens de parenté entre le notable et son ou ses lignage(s) et aussi sa clientèle. Par conséquent, le notable désireux de conserver ses privilèges économiques et son poids politique, doit s’assurer d’une solidarité parentale, base d’une clientèle locale, voire régionale, indéfectible. Les notables bénéficient les premiers de tout avantage, mais ils subissent aussi d’abord les retombées de tout éclat entre la communauté et le monde extérieur : pouvoir central, communauté voisine plus puissante ou modernité de nos jours.

5Ainsi, les structures sociales communautaires fondamentales de chaque localité, démontrent encore actuellement leur efficacité en résistant à toute agression potentielle, que celle-ci émane du pouvoir central, du voisin puissant, de la modernité (changements) ou des catastrophes naturelles (sécheresse, famine). Ces structures révèlent donc leur capacité de résistance ainsi que leur surprenante adaptation à toute situation nouvelle ; bien plus encore, elles mettent, chaque fois qu’elles le peuvent, tout apport nouveau au profit de la cohésion du groupe, comme le révèle la maîtrise de la gestion des nouveaux phénomènes, d’une grande ampleur d’ailleurs, tels que l’émigration et la scolarisation.

6Aucun membre de la communauté ne peut échapper à l’emprise de ces structures, pas même ceux qui vivent hors de la communauté. Cependant, l’individu n’est pas un être collectif réduit à l’état de passivité. Le notable influent ne cesse de renforcer et d’entretenir ces structures. La plupart des citadins des grandes villes modernes comme Casablanca sont originaires d’ailleurs, et chacun tient à cet « ailleurs » qui renvoie à un lieu d’appartenance, à un système de solidarité, à une langue, à une manière d’être, en somme à une « identité ». Ce système traditionnel basé sur les relations parentales n’est pas spécifique aux communautés des Ghoujdama ou aux communautés rurales d’une façon générale, mais il est commun à toute la société marocaine. En effet, la corporation citadine comme celle des céramistes de Fès par exemple ne diffère guère, dans sa structure, comme dans son fonctionnement ou dans sa stratégie, d’une communauté locale rurale, notamment à Ghoujdama (Amahan, 1988a : 16 ; Le Tourneau, 1978 : 300). On sait que la société citadine était entièrement organisée, à la base, en corporations, de même que la société rurale l’était - et l’est encore - en communautés locales, une par localité. Depuis l’avènement du Protectorat, les corporations comme les communautés locales étaient contraintes de fonctionner en marge des institutions nouvelles. Peutêtre les corporations ont-elles résisté moins longtemps que les communautés rurales ? Quoi qu’il en soit, elles persistent encore actuellement. Cette résistance ne tient, à mon avis, qu’au système de parenté qui régit l’organisation communautaire.

7De nos jours, et à l’échelle nationale, les réseaux de parenté sur lesquels se greffent des réseaux régionaux constituent les meilleures voies possibles pour accéder à un avantage quelconque. L’accès à un réseau est un atout non négligeable voire déterminant dans toute compétition. L’enjeu que représentent ces réseaux n’a pas laissé indifférents les partis politiques et les autorités qui déploient les uns et les autres leur propre stratégie et leurs propres moyens en vue de maîtriser ces réseaux. Les autorités, pour leur part, opèrent à un double niveau : d’une part, elles incitent à la création d’associations régionales placées sous la responsabilité d’un dignitaire du pouvoir et dotées de moyens parfois considérables ; de l’autre, elles procèdent à un nouveau découpage territorial visant à la création de communes de superficie plus réduite, donc facilement maîtrisables et contrôlables. Ghoujdama est passée en 1992 d’une commune à trois. En ce qui concerne les partis politiques, en particulier ceux de l’opposition, on assiste au dynamisme accru des associations locales mises en veilleuse depuis bien longtemps. Mais ce qui est surprenant de la part de ces partis, c’est l’intérêt tout nouveau qu’ils portent aux particularités culturelles locales, notamment à la culture berbère qu’ils ont tant décriée ; ils la considéraient, en effet, comme un obstacle majeur à l’intégration du Maroc à la « Nation arabe ».

8Ainsi, les structures sociales fondamentales communautaires résisteront-elles sûrement à ces nouvelles tentatives. Mais, feront-elles place à une réelle démocratie en vogue actuellement, dont elles revêtent l’aspect mais dont elles diffèrent par les pratiques ?

9Pourront-elles échapper à la solidarité forgée par les liens de parenté ? En effet, cette solidarité impose des choix et des comportements souvent, il faut l’avouer « antidémocratiques ». Le système démocratique tant réclamé et qui semble, de nos jours, accepté de tous, sera-t-il plus efficace que toutes les réformes précédentes ? Ou tout simplement s’agit-il d’un autre système formel qui serait juxtaposé au système traditionnel toujours opérationnel et efficace ? Un avenir proche le révélera.

10Au plan du développement économique et social, force est de constater d’importantes améliorations du niveau de vie : aussi bien dans le domaine alimentaire, dans celui de l’habitat et de son confort intérieur, que dans celui de la scolarisation et de la santé. Cette amélioration est engendrée essentiellement par l’apport extérieur, notamment celui de l’émigration ou des services publics (santé et scolarisation). Par ailleurs, aucun changement ne se laisse déceler au niveau de la production locale ; pis encore, on discerne une réelle dégradation (produits forestiers : bois, charbon, tan). Le rendement des terres abusivement exploitées et mal entretenues est devenu faible. Et pourtant, depuis l’avènement du Protectorat, les autorités promettent de doter la région de moyens adéquats pour en améliorer les rendements et faciliter la communication entre les vallées et le reste du pays. La population, pour sa part, ne cesse de réclamer, depuis l’indépendance, ce que les pouvoirs publics ou les « élus » lui promettaient constamment. Force est de remarquer que dans ce domaine précisément, rien ou presque n’a été fait. Mais que faut-il envisager pour améliorer les structures locales de production afin d’obtenir de meilleurs rendements qui limiteraient l’impact de plus en plus déterminant de l’apport de l’émigration qui est devenu l’unique solution ?

11J. Dresch (1988), à l’écoute de l’Atlas marocain pendant plus de six décennies, fait à cet égard, quatre propositions que l’on peut résumer ainsi : une intégration de l’économie montagnarde à l’économie nationale ; un perfectionnement des techniques agricoles et pastorales ; une meilleure gestion des forêts montagnardes ; le développement du tourisme montagnard. Néanmoins, l’auteur n’a pas omis de souligner le caractère irréalisable de certaines d’entre elles, et note, en outre, que d’autres nécessiteraient des moyens que l’État ne peut pas fournir. Toutefois, la dernière suggestion, à savoir le développement du tourisme montagnard a été déjà mise en application par les autorités, dans la région d’Azilal.

12La vallée des Aït Boukmmaz constitue, de nos jours, un circuit touristique très prisé : un centre de formation de guides de montagne été ouvert dans cette province. Il est encore prématuré de mesurer l’impact économique de cette activité dont les effets négatifs se font déjà ressentir dans les domaines sociaux et culturels. Les communautés des vallées voisines, en l’occurrence celles des Ghoujdama ne sont pas encore prêtes à céder ce qu’elles ont toujours su préserver même au prix de la misère, à savoir leur dignité pour quelques dirhams. Nombreuses sont les familles qui refusent que leurs filles dansent pour des étrangers moyennant une somme d’argent ou encore qui ne conçoivent pas de troquer leur hospitalité légendaire contre une quelconque rémunération. La maison familiale ne se prête pas encore à devenir un lieu de passage, en fait, un espace public, loué et cédé parfois à des usagers jugés indignes.

13Que peut-on donc faire sinon « être inquiet de l’avenir de ces rudes montagnards dont ne semblent guère se préoccuper les technocrates de Rabat » (Dresch, 1988 : 230). Je crois que même si les technocrates de la capitale font des vallées de l’Atlas leurs premières préoccupations, la complexité de la situation rend toute proposition hasardeuse.

14D’ailleurs, cette complexité n’est pas propre à nos vallées ; elle rappelle à tous points de vue celle qui caractérise les médinas (les villes anciennes) où le cadre traditionnel dans ses divers aspects - social, juridique, économique et physique - paraît hostile à toute tentative de changement concernant les structures et les moyens de production. Depuis plus de vingt ans, de nombreux organismes et institutions nationaux et internationaux, s’activent pour la sauvegarde et le développement de la médina de Fès. En qualité de témoin impliqué dans ce projet, je peux dire dès aujourd’hui, que toutes initiatives et actions engagées n’ont pas abouti aux résultats escomptés, mais ont provoqué certains effets négatifs lorsqu’elles n’ont pas été entravées par ce système traditionnel. Ce dernier a toujours su résister efficacement à toute intervention risquant de compromettre sa pérennité.

15La création de villes modernes à côté de cités anciennes depuis l’établissement du Protectorat n’est pas fortuite ; elle n’est pas due au seul souci de conservation du patrimoine architectural, et n’est pas non plus, « une leçon de respect et de compréhension de l’autre » (Béguin, 1983 : 20).

16Il s’agit bien de séparer les deux ordres comme l’a souligné Lyautey lui-même : « L’essentiel, sur ce point capital, c’est qu’il y ait le moins de mélange possible entre les deux ordres de villes » (Lyautey, 1927 : 453) ; en effet, il savait par expérience, lorsqu’il fut contraint de quitter le magnifique palais Mennebhi pour s’installer au palais du Batha, hors de la médina, mais à proximité de son enceinte, que le système traditionnel « indigène » n’accepterait jamais de s’intégrer au nouvel ordre.

17Ainsi, retrouve-t-on encore l’idée de juxtaposition non seulement d’institutions modernes et traditionnelles mais encore de deux systèmes, l’un moderne et puissant, l’autre traditionnel et ancestral. Ce dernier ne tolère de changements qu’en marge de son espace et de ses structures. Cependant, l’individu comme la famille, aspire aux changements ainsi qu’à l’amélioration de ses conditions de vie. Mais chacun sait que cela ne peut être réalisé que dans des quartiers modernes extra muros, ou dans des régions dotées d’équipements modernes, en dehors de toute localité rurale traditionnelle. Rappelons à cet égard, la réflexion d’un jeune agronome à la suite de l’échec d’un projet qu’il avait entrepris dans sa localité d’origine à Ghoujdama :

Tout capital investi à Tamazirt (dans la localité) doit être considéré comme une offrande au saint patron local. Le bénéfice n’en sera que symbolique et spirituel et encore, il faut espérer que ce don ne provoque pas d’incident entre les ayants droit lors du partage de l’offrande. L’on vient au sanctuaire pour être béni et non pour bénir, et les affaires ne se réalisent qu’en marge de l’enceinte sacrée.

18Un proverbe ne dit-il pas qu’un saint, même s’il protège sa localité, ne confère la prospérité qu’à ceux qui lui sont étrangers ?

19Cependant, le système traditionnel marocain, dans les médinas comme dans les localités rurales, résistera-t-il non seulement aux agressions extérieures, mais aussi et surtout, aux pressions dues aux facteurs endogènes : le poids démographique que l’émigration ne parvient plus à alléger et la dégradation de son environnement physique, déjà avancée ?

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540