Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mutations sociales dans le Haut Atlas

 | 
Ali Amahan

IV. L'environnement quotidien et la gestion du changement

18. Du nom

Texte intégral

A la recherche du nom

1La personne reçoit son prénom le septième jour de sa naissance à la suite d’une cérémonie familiale, sibâ, au cours de laquelle trois prénoms sont choisis à partir d’un registre bien défini. Parmi ces prénoms proposés doit figurer celui de la dernière personne décédée de la famille ou celui de l’ancêtre le plus célèbre, dans la mesure où il n’est pas encore porté par l’un des membres de la famille (voir tableau 21).

2La personne est identifiée au sein de sa famille par son prénom. Pour identifier un garçon au sein de son lignage, on associe son prénom à celui de son père : Ali ou Lhoussayn (Ali de Lhoussayn). Pour nommer une fille, on juxtapose à son prénom, celui de son père : Fatima Lhoussayn (Fatima Lhoussayn). Nous remarquons ici qu’il n’y a pas d’attribution donc de relation d’appartenance, contrairement à la nomination du garçon. Ce n’est qu’une simple association de deux prénoms. Cette distinction est due probablement à la présence passagère de la fille au sein de sa famille puisqu’en se mariant, elle quitte le foyer parental.

3Par ailleurs, on remarque, d’une manière générale, que la personne, surtout les enfants (garçons ou filles), sont parfois identifiés au sein de leur lignage, par l’association de leur prénom à celui de leur mère dans une relation d’appartenance par exemple Hammad n Oudda (Hammad qui appartient à Oudda), Aïcha n Hadda (Aïcha de Hadda). Pour identifier la personne, au-delà du lignage, au niveau de la locabté, on ajoute à son prénom, associé à celui de son père, le nom de son lignage : Ali ou Lhoussayn n Aït Ali. Il en est de même au niveau de la fraction. Entre les fractions d’une même tribu, les individus sont désignés par leur prénom suivi du nom de leur lignage et de celui de leur fraction. Au niveau de la tribu, la personne est identifiée par son prénom, le nom de son lignage et celui de sa tribu : Ali n Aït Ali Aghoujdam (Ali des Aït Ali, le « Ghoujdamien »).

4Il faut souligner ici que la localité, la fraction et la tribu désignent indifféremment le lieu géographique de résidence ou de provenance de la personne et son groupe ethnique d’appartenance. En effet, les deux éléments les plus importants sont le prénom et le nom du lignage. Ces derniers sont constants à tous les niveaux où s’opère l’identification (lignage, localité, etc.). L’ajout du prénom du père, du nom de la localité, de celui de la fraction ou de la tribu, devient facultatif chaque fois que l’on passe à un niveau supérieur de relation. Ainsi, le nom du lignage est le seul vrai « nom de relation » stable (pour reprendre la formule de Jacqueline Sublet, 1991 : 95). De même, les actes écrits (actes notariés d’achat, de mariage) empruntent ce principe d’identification des personnes concernées dans le document, qu’il s’agisse de contractuels ou de témoins. Chaque personne est identifiée par son prénom, celui de son père et le nom du lignage d’appartenance.

5Les « noms de relation » se référant à la localité, à la fraction ou à la tribu ne sont mentionnés qu’au niveau où s’opère l’appartenance des personnes concernées à des groupes différents. Par exemple, le nom de la localité n’est évoqué que lorsque les personnes concernées appartiennent à des localités différentes.

Du nom du lignage à la naissance de l’état civil

6Le nom du lignage est un véritable nom de famille. Ceci a été confirmé lorsque l’on a institué le livret d’état civil. En effet, l’état civil n’a été en vigueur dans la tribu qu’après l’indépendance, plus précisément à partir du début des années 1960. Son développement est lié à celui de deux phénomènes : la scolarisation et l’émigration. Ainsi, les premières familles qui disposèrent d’un état civil furent celles qui scolarisèrent leurs enfants. En effet, pour se présenter aux examens notamment à celui d’accès à l’enseignement secondaire ou pour bénéficier de certains avantages (bourse...) un extrait d’acte d’état civil était et est encore nécessaire.

7L’établissement de l’état civil fut d’abord perçu comme une simple démarche administrative permettant d’avoir un document indispensable destiné à l’administration elle-même. On ne soupçonnait alors pas son impact sur la famille au sein de son groupe.

8Trois périodes ont présidé au choix du nom de famille.

9La première période couvre la décennie 1960-1970 ; on a assisté à cette époque à l’établissement des premiers livrets d’état civil par des notables ayant scolarisé leurs enfants et ayant pu financer leurs études secondaires hors de la tribu. L’ambiance politique de l’époque, dominée par le nationalisme arabe véhiculé par la radio dont l’apparition avait suscité un attrait sans précédent, la séduction qu’exerçaient sur les enfants scolarisés les poètes et romanciers moyen-orientaux expliquent que les premiers noms de famille comme Chaouki, Timour aient été empruntés aux poètes et intellectuels arabes. D’ailleurs, ces noms ont été souvent choisis et imposés aux parents par des élèves sensibles à la découverte de l’Orient fascinant (cherq), qui n’était auparavant accessible qu’aux personnes ayant accompli le pèlerinage ou à quelques rares érudits de la communauté, ayant accédé au savoir (âilm), lié toujours à l’Orient. C’était aussi l’expression d’un désir, cultivé par les instituteurs nationalistes, d’appartenance à un monde arabe qui promettait la postérité, la liberté et la modernité.

10Pendant la période allant de la fin des années 1960 au début de la décennie 1970, on arabisa les noms des lignages ; ainsi, Farisi venait à désigner les Aït Fares, Al-Bouzi supplantait Aït Bouzid, Hajji était employé à la place des Aït Lhajj.

11Par ailleurs, le développement de la scolarisation et surtout l’ampleur de l’émigration qu’a connue la décennie 1970-1980 ont provoqué une grande affluence vers les bureaux d’état civil. Cependant, les chefs de famille commencèrent à se rendre compte que l’adoption d’un nom nouveau n’était pas seulement la solution à un problème administratif ou une marque de promotion signifiant qu’on est scolarisé, et inséré dans un cadre national qui possède un savoir moderne prêt à intégrer la « nation arabe ». Cette adoption impliquait nécessairement l’abandon du nom du lignage et, par voie de conséquence, elle affectait les relations entre les familles en question et leur groupe d’appartenance ; elles perdaient le capital symbolique que représentait le nom ancestral.

12L’expérience des émigrés scolarisés ou non hors de leur territoire tribal, en ville notamment, à savoir leur confrontation avec d’autres groupes, a fait renaître en eux le sentiment de régionalisme, s’exprimant par la fierté ancestrale à l’égard du terroir et du groupe d’appartenance. Ainsi, le nom du lignage revint en force, considéré, dès lors, comme un « nom de relation » impliquant que l’individu appartient à une région précise et à un groupe défini. Même les familles ayant adopté un nom emprunté à la littérature ou à l’histoire au détriment de celui de leur lignage tentent d’y remédier en formulant des demandes auprès des instances compétentes pour reprendre leur vrai nom. En effet, ces nouveaux noms constituent des éléments perturbateurs non seulement pour les familles concernées mais encore pour toutes celles du lignage. Cependant, ces nouveaux noms sont rares ; dans certaines localités, ils ne sont adoptés que par un ou deux lignages. Ce sont les noms des lignages qui priment : dans la localité des Aït Iktel, forte de plus d’une centaine de familles, plus de quatre-vingts d’entre elles sont réparties selon sept noms qui correspondent au nombre de lignages de la localité. Les autres familles issues d’émigrés ont adopté les noms de leur lieu de provenance : Aznag d’Iznagn (Sanhaja de l’Anti-Atlas). Aucune famille ne désire laisser l’exclusivité du nom de son ancêtre à sa voisine. De plus, l’attachement au nom de l’ancêtre du lignage et l’appartenance à un groupe donné et à un territoire précis peuvent favoriser la réussite dans la carrière d’une personne. Le prestige (passé et présent) de la famille et son rang social sont des atouts pour entamer toute compétition dans différents domaines. L’appartenance à une famille prestigieuse défie, de nos jours, toute compétence dans les sélections au niveau local comme au niveau national. La qualification de oulad âayla et de oulad blad « fils de famille et enfant du pays » prime sur tout autre critère de choix ou de sélection, aussi bien au plan professionnel (recrutement, promotion) que dans les domaines sociaux et politiques (alliance par mariage, partenariat ou association dans les affaires, alliance politique).

13Le fait d’être d’un même groupe et d’une même région est souvent ce qui est le plus important dans les relations entre personnes, qu’il s’agisse de conviction politique partagée, ou d’appartenance à une même catégorie socioprofessionnelle. Cela a suscité, de nos jours, bien des inquiétudes dans les milieux politiques, aussi bien au niveau du pouvoir qu’à celui des partis politiques d’opposition. Ainsi, on assiste depuis quelques années, à la mise en place un peu partout au Maroc, de toute une stratégie, (création d’associations régionales s’intéressant aux spécificités locales) pour neutraliser ou contrôler ces groupes régionaux bien structurés et dynamiques. Et précisément, le nom reste l’un des éléments les plus importants qui relie la personne à son ancêtre, l’unit à son groupe (enfants, parents, soeurs, cousins, voisins) et le rattache à un lieu donné.

14Le surnom, Iknya, déformation du mot arabe kounya, est assez rare. Il est donné aux personnes pour souligner, la plupart du temps, un handicap ou une tare : arjdal (boiteux), amjjoud (teigneux). Il s’agit d’un vrai sobriquet équivalent à une injure destinée à offenser la personne.

Le prénom expression du changement

15A l’opposé de cette pérennité du nom, le domaine des prénoms connaît un véritable changement. En effet, pour la localité des Aït Iktel (plus d’un millier de personnes) la consultation des archives familiales et d’autres documents administratifs a fait apparaître que seulement dixneuf prénoms masculins et dix-huit prénoms féminins (voir tableaux 22 et 24) étaient en usage jusqu’à l’indépendance du Maroc. La plupart (plus de la moitié) des prénoms utilisés dérivent de ceux du Prophète, de sa fille, de ses épouses ou encore de ses petits-enfants. Par ailleurs, l’enquête que j’ai effectuée au courant de l’année 1991 dans la même communauté a révélé qu’en l’espace de vingt ans, vingt-cinq prénoms masculins et vingt-quatre prénoms féminins nouveaux étaient en usage (voir tableaux 23 et 25). Seuls les anciens prénoms d’ancêtres prestigieux, imposés par le chef de famille à la mère, étaient encore donnés aux enfants. Or, les mères, principalement, sont séduites par les nouveaux prénoms, car, en usant de ce nouveau corpus, elles peuvent réellement choisir un prénom à leurs enfants. En effet, les prénoms des personnes disparues de la famille doivent être réutilisés en premier lieu. L’emploi d’un nouveau prénom ne peut être toléré qu’en cas d’épuisement du « stock » familial de prénoms : lorsque les prénoms disponibles sont tous affectés.

16Ces nouveaux prénoms sont empruntés au répertoire en vigueur dans les villes. Les citadins eux-mêmes se sont inspirés des prénoms de personnages des feuilletons égyptiens ou libanais. Dans ce nouveau corpus, le rappel des noms du Prophète et de sa famille est supplanté par les qualifications d’Allah : on note Aziz (Cher), Khalid (Éternel) Jamal (Beau), Karim (Généreux) parmi les prénoms masculins. Les nouveaux prénoms féminins empruntés au Moyen-Orient sont tous d’inspiration romantique : Hayat (Vie), Naâima (Douce), Najma (Étoile).

17Ces prénoms sont introduits par les émigrés vivant en ville et ayant des relations constantes avec leur localité d’origine. Ainsi, les prénoms citadins envahissent la région à l’instar des produits de consommation comme nous l’avons vu dans d’autres domaines (vestimentaire, culinaire, architectural).

18Le nom, lié à la structure du groupe, exprime la cohésion de ce dernier et les relations de solidarité entre ses membres. Aussi, est-il réfractaire à tout changement. A l’opposé, le choix du prénom relève de la famille.

19Le nom, ici, peut-être assimilé à ce que Jacqueline Sublet, dans son essai sur le nom propre arabe, appelle le « nom de relation » :

Le « nom de relation » [...] rattache verticalement le personnage à un ascendant, une ethnie, une tribu, un ancêtre, un toponyme dont le nom est hérité. Horizontalement, le « nom de relation » peut exprimer la connexion du personnage à un toponyme, à ses contemporains - groupe, maître, ami. (Sublet, 1991 : 95.)

20Donc, le nom du lignage devenu le nom de famille souligne l’appartenance de la personne à un groupe précis occupant une aire géographique bien définie, ayant éventuellement joué un rôle plus ou moins important dans l’histoire régionale voire nationale. Il s’agit de préserver et aussi de mettre à contribution un capital symbolique vrai, accumulé à travers l’histoire. Ce dernier reste opérationnel.

21Par contre, le prénom est souvent une projection vers l’avenir même s’il demeure, dans une certaine mesure, assujetti à la « fascination du passé » (pour reprendre la formule de J. Sublet : l’obligation d’hériter du nom du grand-père). En effet, les changements survenus avec une rapidité surprenante dans le domaine du prénom obéissent précisément à cette projection vers l’avenir : l’adoption de nouveaux prénoms, c’est déjà, en quelque sorte, l’établissement de relations entre les « prénommés » et le monde citadin représentant la modernité qui est ellemême, pour les communautés rurales de cette région du Maroc, synonyme de bien-être. Cette modernité est perçue comme un avenir inéluctable.

22Le nom et le prénom d’une personne expriment donc la contradiction que vit le groupe entre la volonté de sauvegarder son identité et la nécessité de se « moderniser ». Cette modernité dont l’agression est encore plus forte parfois que la violence de l’ancien Makhzen ou que celle du Protectorat incite la communauté à renforcer la cohésion de son groupe, à consolider les structures sociales et à les rendre opérationnelles et efficaces. Nous l’avons déjà observé à propos de l’institution ljmaât dans la gestion d’une localité.

23Remarquons que le nom, lié aux structures sociales profondes du groupe, « structures structurées » (pour emprunter l’expression de Bourdieu, 1980 : 88), n’accorde pas ou que très peu de place au changement.

24Par contre, le prénom relève plutôt de la dynamique qui anime la cellule familiale. En effet, la famille montre une relative indépendance dans le choix des prénoms des enfants. Ce dernier s’effectue selon les modes du moment et au gré des événements (prénoms modernes empruntés au monde citadin, prénoms des héros, des leaders politiques).

25Par ailleurs, il faut aussi préciser les limites de cette liberté : dans cette communauté, seul le choix des prénoms en usage dans l’espace arabo-islamique est de rigueur. Cette autonomie de choix rappelle « l’habitus » qui confère aux pratiques l’indépendance relative. Selon P. Bourdieu, « cette autonomie est celle du passé agi et agissant qui, fonctionnant comme capital accumulé, produit de l’histoire à partir de l’histoire et assure ainsi la permanence dans le changement qui fait l’agent individuel comme monde dans le monde » (1980 : 94).

26Le prénom peut donc être considéré comme l’une des expressions de la dynamique sociale. Il permet de saisir avec plus de clarté la capacité des structures sociales du groupe, d’incorporer toute nouveauté utile à leur consolidation et à leur continuité, et d’éliminer toute conduite ou pratique risquant de les altérer.

21. Transmission des prénoms dans une famille, de la fin du XIXe siècle à nos jours

Première génération

Deuxième génération

Troisième génération

Quatrième génération

Cinquième génération

O Aîcha
=--------->
Δ Allal (Ali)
Δ Mohmed
O Aîcha
Δ Lhcen

O Fadma
=--------->
Δ MehdiΔ
Jilali
Δ Brahim

O Fatima
=--------->
Δ Lhoussayn
O Zahra
O Khoudija
O Oudda
Δ Mohamed

O Khoudija
=--------->
Δ Mehdi

O Nezha
Δ Rachid
Δ Boubakr

O Fatima
=--------->
Δ Mohamed

Δ Tariq
O Zaneb
Δ Amin
Δ Youssef

O Fatima
=--------->
Δ Lhcen

O Hayat
O Rqiya
O Aîcha
Δ Brahim
Δ Mohamad
O Rabha

Ο Kalthoum
=--------->
Δ Ali

Ο Khoudija
Ο Fadma

Les prénoms des personnes décédées sont soulignés.
Les prénoms repris sont en gras.
Dans les trois premières générations seulement la branche aînée et ses enfants sont pris en considération ; par contre, tous les membres de la quatrième et de la cinquième générations sont pris en considération.
Tous les prénoms de la première génération ont été repris.
Tous les prénoms de la deuxième génération ont été repris sauf celui de Jilali (rare dans la région).
Les prénoms de la cinquième génération qui ne sont pas modernes sont puisés dans le corpus familial.

22. Anciens prénoms féminins

Prénoms

Prénoms rappelant ceux de la famille du Prophète

Autres

Fatima

+

Fadma

+

Fattouma

+

Khadidja

+

Halima

+

Zinba

+

Meriem

+

Hadda

+

Oudda

+

Hajjou

+

Hnya

+

Kbi

+

Chattou

+

Rqya

+

23. Nouveaux prénoms féminins

Prénoms

Prénoms romantiques ou évoquant les plaisirs de la vie

Autres

Hasna

+

Naâima

+

Nazha

+

Saâida

+

Hafida

+

Latifa

+

Samira

+

Laïla

+

Saâdiya

+

Jamila

+

Rahma

+

Hanan

+

Majda

+

Noura

+

Najma

+

Zoubida

+

Habiba

+

Samia

+

+

Rabiâ

Rita

+

Karima

+

Fatna

+

Nadia

+

Kalthoum

+

24. Anciens prénoms masculins

Prénoms

Prénoms évoquant celui du Prophète et de sa famille

Autres

Mohammad

+

Hmad

+

Hmd (Haddou)

+

Hamadi

+

Hammou

+

Mouha

+

Lhcen (Hssi)

+

Lhassan

+

Lhoussayn (Houssa)

+

Ali (Allal)

+

Omar

+

Brahim (Bihi)

+

Nbark (Brik)

+

Mansour

+

Mehdi

+

Nacer

+

Abdessalam

+

Abderrahman

+

Lhbib

+

25. Nouveaux prénoms masculins

Prénoms

Prénoms évoquant celui les qualificatifs d’Allah

Autres

Abdelhay

+

Abdelaziz

+

Abdellah

+

Abdellatif

+

Abdelhaq

+

Abderrazaq

+

Khalid

+

Jamal

+

Rachid

+

Saâid

+

Hafid

+

Hakim

+

Noureddin

+

Azzedin

+

Aboubaker

+

Youssef

+

Ridouân

+

Ismâil

+

Hicham

+

Idriss

+

Hamid

+

Touhami

+

Najib

+

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable