Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mutations sociales dans le Haut Atlas

 | 
Ali Amahan

IV. L'environnement quotidien et la gestion du changement

17. Vêtements et parures

Texte intégral

1A ce jour, aucune étude sérieuse n’a été consacrée au costume marocain. De rares indications rapportées par les voyageurs ou les chroniqueurs, ne suffisent pas à retracer l’histoire du costume au Maroc, notamment dans le Haut Atlas, région considérée en marge de tout changement jusqu’à l’avènement du Protectorat.

2Les musées marocains eux-mêmes ne possèdent dans leurs collections aucun vêtement antérieur au XIXe siècle ; il n’est d’ailleurs pas de tradition de conserver le costume ou le mobilier familial au Maroc, contrairement à d’autres régions du monde, à savoir l’Europe et l’Orient musulman.

3Cependant, les archives familiales peuvent être extrêmement importantes et d’un précieux recours dans ce domaine. Elles peuvent révéler des données insoupçonnées ; en effet, l’examen d’un contrat de mariage datant du XVIIIe siècle démontre que le trousseau d’une mariée dans le Haut Atlas était aussi riche, abondant et raffiné que celui d’une mariée citadine de Fès à la même époque, et que certains vêtements tel que le kaftan et le cherbil que l’on croyait réservés à la ville, étaient aussi en usage dans le Haut Atlas. Ce contrat de mariage nous livre également une longue liste de vêtements et d’accessoires relatifs au costume féminin, dans cette région.

4Or, pour les chercheurs, le vêtement est, assurément, l’un des aspects les moins attrayants de la société atlassique. A l’exception de quelques ouvrages à caractère folklorique (Besancenot, 1988, et Sefrioui, 1982) et d’un intéressant article du regretté professeur André Adam (1952) sur les costumes de certaines tribus de l’Anti-Atlas, aucune étude sérieuse ni enquête n’ont encore été consacrées à ce sujet.

5Ce manque d’intérêt est incompréhensible eu égard aux nombreuses recherches de qualité effectuées sur cette région et d’autant plus si l’on considère la grande richesse du costume du Haut Atlas, aussi bien au niveau de ses composantes qu’à celui de ses variantes.

6A l’heure actuelle, à Ghoujdama comme partout ailleurs dans l’Atlas, le costume citadin moderne se substitue au costume traditionnel local dont la richesse n’est plus évoquée, hélas, que par de rares clichés pris avant l’indépendance, ou dans des récits, souvenirs d’un temps révolu. André Adam ne s’était pas trompé lorsqu’il avançait en 1952 : « Il faut en effet se hâter de relever ces faits ethnographiques qui échapperont bientôt de façon irrévocable à l’observateur. » Les vieux usages disparaissent très vite dans le Maroc unifié et centralisé d’aujourd’hui (Adam, 1952 : 459). En effet, l’enquête que j’ai effectuée n’a révélé qu’une quinzaine de pièces de costumes, portées encore par des personnes généralement âgées. En 1952, A. Adam en avait dénombré plus de soixante à Ammelen.

7Ce rapide changement dans le domaine du costume reflète, en fait, les changements profonds qui affectent la société atlassique depuis ces quarante dernières années, dans les domaines des traditions culinaires, des techniques de construction et de l’habitat. Cependant, le vêtement est l’une des expressions les plus caractéristiques d’une société, surtout lorsque cette dernière, telle celle du Haut Atlas, est en pleine mutation.

8En effet, c’est par le biais du costume qu’une communauté exprime le mieux ses particularités par rapport à ses voisines, sa personnalité, sa force voire son désarroi. Les transformations relevées dans le costume sont donc à l’image des profonds changements sociaux. Pour mieux les comprendre et en apprécier l’ampleur, j’évoquerai, en premier lieu, le costume des Ghoujdama à l’époque du Protectorat (début des changements notables), et en second lieu, je tenterai de mettre en évidence les innovations qui sont apparues depuis.

Etat du costume des Ghoujdama à l’époque du Protectorat

9Palliant l’absence de documents iconographiques de l’époque, la description du vêtement dressée à partir de mes enquêtes me permet de présenter le costume de la région dans la diversité de ses composantes, selon la matière d’origine et les techniques de confection.

Le vêtement

10Chez les Ghoujdama, le vêtement était traditionnellement en laine ; son tissage relevait des activités féminines à domicile. Quant au vêtement de coton, il n’était pas inconnu, mais très peu porté. A. Adam avait souligné pour Ammelen, la rareté de l’habit de coton, et noté qu’il était réservé aux familles aisées. Toutefois, il était davantage répandu dans l’Atlas et dans tout le pays. Il s’agit de chayt, chaya en arabe, saie en français, vocable d’origine latine (sagum). Ce vêtement est attesté un peu partout au Maghreb et même en Andalousie musulmane. R. Arié dans son étude de la Grenade nasride (1973 : 383) mentionne le burnous, chayt, abrouq, rihya, ahayk, âimama (rezza).

11Pour sa part, Al-‘Umari, chroniqueur du XIVe siècle (1927), dresse une liste exhaustive de vêtements et accessoires du costume. Il énonce à propos du sultan mérinide : « Le sultan se distingue par le port d’un burnous blanc fin, que ne revêt aucun autre homme de sabre » (Al-‘Umari, 1927 : 203).

12D’autres historiens et voyageurs fournissent de nombreux renseignements sur le costume marocain du Haut Atlas. Évoquons notamment Léon l’Africain, le père de Foucauld et bien d’autres. Toutes ces données plaident en faveur d’une permanence du costume du Haut Atlas depuis plusieurs siècles.

13Le poil de chèvre souvent associé à la laine, servait à confectionner des habits comme akhnif et aziban, sortes de burnous noirs ou gris portés par les bergers dans les localités des hauts sommets (Aït Izid, Aït Hkim). Cette technique selon laquelle on mêlait le poil de chèvre à la laine noire dans le tissage des capes (burnous) de berger devait être assez répandue dans le bassin méditerranéen. Grande fut ma surprise de la constater sur un burnous de berger sicilien présenté dans une exposition de costumes à Palerme en 1991 ; la texture et la couleur de ce vêtement sont identiques à celles de l’aznnar du Haut Atlas.

14Les vêtements de laine constituant l’essentiel du costume local étaient, et sont encore, mais rarement, confectionnés sur place, à partir de la laine locale. Si le tissage était réalisé par les femmes, la coupe et la couture relevaient de la compétence des tolba.

15A l’origine, le costume traditionnel des Ghoujdama était constitué de deux pièces auxquelles s’ajoutaient des accessoires. Un même costume était porté indifféremment par la femme et par l’homme ; seuls le mode de port et les accessoires différaient.

16Le costume originel se composait de deux pièces : chayt et ahayk.

17Chayt était une longue chemise blanche en coton ; réalisée en laine, cette chemise était appelée tasdryt ; cette variante était vraisemblablement rare.

18Ahayk ou tafaout. Ahayk diffère de tafaout par la finesse de son tissage. Ce drapé de laine, généralement blanc, de forme rectangulaire, de trois à cinq mètres de longueur, sans couture, était bordé à l’extrémité supérieure de petites franges tissées (tizakkouin).

19Le mode de port du drapé détermine les accessoires du costume. Sur une silhouette féminine, ce vêtement est drapé autour du corps, sur une chemise (chayt), et retenu au-dessus des épaules, par une paire de fibules (tijerjal) ou par deux épingles (izrzay) qui agrafent la partie arrière du tissu avec celle du devant. Une ceinture (tasmert), cordelière avec pompons garnis de coquilles (tighlalin), ceint le vêtement à la taille. Habillant également la silhouette masculine, tafaout est drapé autour du corps sur chayt, de la même manière que pour la femme ; cependant, le vêtement est maintenu ou retroussé, en cas de nécessité, par lhrraf : bandoulière de sacoche (aqourab) ou de poignard (lkoummayt).

20A ce costume rudimentaire, il convient de joindre d’autres pièces : le burnous (aslham) ou l’une de ses variantes dite aznnar, akhidous ou akhnif (voir tableau 19). Dans le vêtement masculin la djellaba se substitue parfois au drapé.

21La femme, pour sa part, a troqué lizar (drapé blanc en coton) contre tafaout. Ce drapé fréquent dans tout le Maroc est dans certaines régions, notamment dans les zones subatlassiques, de couleur bleue ou noire.

Les accessoires

La chaussure

22Femmes et enfants étaient rarement chaussés.

23Rihyt, paire de babouches en cuir tanné et brodées, n’était portée que lors des mariages et des festivités.

24La chaussure masculine était de trois types : arkasn, tourziyn et ihrkas.

25Arkastt. – Ces chaussures confectionnées à base de feuilles de doum tressées et cousues, ou de peau séchée, retenaient le pied au moyen d’un système de cordelettes de doum. Les hommes chaussaient arkasn lors des chutes de neige ou pour effectuer les travaux de labour (voir tableau 19).

26Tourziyn. – Ces sandales constituées d’une semelle de cuir attachée au pied par une cordelette de laine ou un lacet de cuir (Adam, 1952 : 466) étaient confectionnées dans les mellah de la région par des cordonniers Israélites.

27Ihrkas. – Ce sont des babouches en cuir tanné de couleur souvent jaune.

La ceinture

28Les accessoires telles la ceinture (lhzam, appelée aussi tasmert « ceinture de femme ») et la bandoulière (lhrraj), qui soulignent la différence de port, revêtent un intérêt de premier ordre. En effet, le premier accessoire symbolise la féminité, la fécondité ; le second, la virilité, le pouvoir masculin.

29En effet, aussi longtemps que dure la cérémonie du mariage (sept jours), la mariée s’abstient de porter la ceinture ; elle ne la portera qu’après l’acte sexuel nuptial. Durant les cérémonies de mariage, cet accessoire fait toujours l’objet de plusieurs pratiques rituelles. Il ceint la taille de la mariée et est détaché autant de fois que la future mère désire avoir un enfant. La femme en quête d’enfant abandonne sa ceinture dans les sanctuaires visités. « Que Dieu détache ta ceinture ! » dit-on à la femme aspirant à la fécondité. La ceinture représente de même, la dignité de la femme, son courage. Our dars thzim (« Elle ne porte pas de ceinture ») signifie : elle n’est pas respectée. Lorsqu’une femme dit de sa voisine ou de sa rivale qu’elle « porte la ceinture pour rien », cela veut dire qu’elle est une incapable, sans envergure.

La bandoulière (lhrraf)

30Cette cordelette en soie est aussi nécessaire au port du poignard ou de la sacoche qu’elle est indispensable au port du drapé. Le poignard est à la fois un bijou masculin et une arme. Le fourreau est souvent en argent, matière symbolisant la pureté, la protection, la simplicité. Le poignard est aussi un instrument d’utilité quotidienne ; l’homme s’en sert également pour se défendre ou attaquer selon les circonstances. Le poignard symbolise le courage de celui qui le porte. La qualité d’exécution et la matière de cet objet soulignent mieux qu’aucun vêtement ne saurait le faire, le rang social de l’homme. C’est de plus un accessoire que tout jeune marié doit porter durant les cérémonies de son mariage ; il forme avec le burnous, les deux pièces maîtresses du costume nuptial masculin. La bandoulière est également le support de la sacoche, aqourab. Cette dernière contient généralement des effets personnels : chapelet, aiguilles, couteau. En plus des sommes économisées, le chef de famille conserve dans son aqourab les clefs des réserves familiales.

31Par ailleurs, la bandoulière incarne la virilité, le courage, le pouvoir masculin, la dignité de l’homme. De nombreuses expressions en témoignent : our dars ihrrif, « il ne porte pas pour (elle/lui) la bandoulière ». Cette expression signifie que l’homme n’a aucune autorité sur « l’autre » (qui est souvent sa femme ou l’un des membres de sa famille) ; il ne jouit d’aucun prestige et n’est même pas respecté. Souvent cette expression fait allusion au manque de virilité (tirgouza) d’un homme.

32Pour qualifier un groupe adversaire de lâche, de poltron, on recourt à l’expression suivante : htta yan gitsn our ihrrif (« Aucun d’eux ne porte de bandoulière »).

La coiffure

33Si ces deux accessoires - la ceinture et la bandoulière - grâce auxquels on différencie le port d’un même costume selon le sexe, symbolisent, par voie de conséquence, les principales caractéristiques de chacun des sexes, il est d’autres accessoires qui indiquent l’état civil de l’individu, sa confession, voire sa catégorie socioprofessionnelle. Ces éléments appartiennent tous au couvre-chef, donc sont localisés au niveau de la tête. Ainsi, razza, turban blanc en coton ceint la tête des hommes mariés de confession musulmane ; tagya, calotte tricotée souvent en fils de plusieurs couleurs, constitue généralement la coiffure des jeunes garçons célibataires ; chichit, calotte en feutrine noire, est réservée aux hommes de confession israélite. Les personnes ayant accompli l’obligation de pèlerinage (hajj) se coiffent d’un turban orange appelé chan cherqaoui, « châle oriental ». Louber, turban en cordelettes de laine, protège la tête des bergers dans les localités des hautes vallées.

34A Ghoujdama, seules les femmes mariées ou veuves portaient une coiffe ; il s’agissait d’un foulard fin en tissu de laine teinte au henné. Lors des cérémonies de mariage, la mariée utilisait d’autres foulards : aâbrouq ou tasbnyt. Les jeunes filles célibataires ne portaient pas de coiffe. Seules, fait assez rare, certaines personnes handicapées arboraient en guise de coiffure, leur chevelure tressée en quatre nattes.

Les bijoux

35En plus de la coiffure, de nombreux bijoux - frontaux, boucles d’oreilles, colliers, fibule, bracelets et bagues - agrémentent encore la parure féminine, surtout à l’occasion des fêtes de mariage et de circoncision.

36Le collier, bijou féminin par excellence, accessoire du costume presque indispensable, n’est pas seulement porté à des fins esthétiques, mais est aussi considéré comme un moyen de purification. Le port du collier rend le corps de la femme « licite », pour reprendre le terme employé par la communauté elle-même. En effet, l’expression ad shllagh amgrd nou (« Rendre mon cou licite »), qu’utilisent les femmes, signifie : « Je dois porter un collier. » Le mot amgrd signifie également « soi-même ». On dit : youchkad s amgrd ns (« Il est venu avec son cou »), ce qui veut dire : « Il est venu lui-même. » Ainsi, le cou est assimilé à l’être. Le terme amgrd désigne, dans un certain contexte, la conscience ; lorsque quelqu’un s’approprie les biens d’autrui de façon illégale, on dit : iousit f oumgrd ns (« Il charge sa conscience »).

37De ce qui a été énoncé ci-dessus, il ressort que la parure permet de distinguer aisément le sexe de l’individu, sa confession, son état civil. Les éléments de parure symbolisent parfois la différence qu’ils signifient. Par ailleurs, une remarque s’impose : les accessoires de parure qui différencient les sexes, expriment une différence physique se traduisant au niveau du corps. Les éléments indiquant la religion, l’état civil, la classe d’âge donc des différences d’ordre culturel, appartiennent tous à la coiffure. Ils sont tous localisés à la partie supérieure du corps, notamment à la tête, lieu de réflexion et des quatre principaux sens de l’homme.

Du drapé au jean

38Les changements que présente et que représente aujourd’hui le costume dans l’Atlas ont débuté depuis les premières années de la colonisation. A chaque crise économique et sociale engendrée par la sécheresse affec tant la région, les autorités du Protectorat intervenaient pour aider la population. La sécheresse touchant l’agriculture et l’élevage, secteurs essentiels dans la vie économique de la région, provoquait une disette et une famine suivie souvent d’épidémies. En conséquence, les autorités distribuaient gratuitement ou à des prix bas, des produits alimentaires et des tissus manufacturés. Il convient d’ajouter à cela la séduction exercée par le costume occidental en raison de l’autorité qu’il représentait. Les premiers soldats engagés dans l’armée coloniale revenaient dans leur localité, habillés de la tenue militaire qui les valorisait. En outre, les premières vagues d’émigration des années 1950 et l’ouverture de plusieurs écoles pendant les années 1960 déclenchèrent un processus irréversible d’invasion des habits citadins et occidentaux.

39Par ailleurs, les changements signalés dans le costume masculin different de ceux constatés dans la parure féminine. En effet, l’homme emprunte de plus en plus le costume occidental (pantalon, chemise, veste, chaussures), tandis que la femme délaisse son costume rural traditionnel au profit de l’habit citadin (tahtya, dfina, siroual, kaftan, lqtib). De même, le bijou traditionnel en argent cède peu à peu le pas devant le bijou citadin en or, souvent de mauvaise facture. Le port du costume occidental par l’homme se généralise partout à travers les localités de la région. La population masculine ayant adopté l’habit occidental représente aujourd’hui un pourcentage considérable. Une enquête réalisée dans la localité des Aït Iktel démontre que 100 % de la population masculine porte au minimum un vêtement de type occidental et que 90 % (toute la population ayant moins de quarante ans) a adopté le costume occidental. Seuls la calotte, le turban et surtout la djellaba offrent une résistance.

40Cependant la djellaba elle-même est souvent, sinon toujours, endossée sur un pantalon et une chemise de style occidental.

41Le drapé masculin a totalement disparu ; le burnous, la bandoulière et les babouches ne sont plus guère usités par le jeune marié que d’une façon sporadique ou à l’occasion de cérémonies de mariage.

42Le costume féminin voit pour sa part ses principaux vêtements disparaître : la chemise longue (chayt) et les drapés (tafaout ou lizar), ont cédé la place à tahtya (longue chemise en coton ou en matière synthétique polychrome) et à dfina (longue robe en voile blanc et brodé). Cette dernière décennie, le kaftan, vêtement citadin par excellence, a fait son apparition.

43La coiffure féminine se résume à un foulard de soie polychrome (lqtib) au lieu de l’ancestral tasatelt ; à la ceinture locale (tasmert) s’est substituée lmdamt (ceinture brodée au fil d’or). Rihyt, paire de babouches locales, a fait place au cherbil citadin (babouches en velours brodé au fils d’or ou d’argent).

44Mais le vêtement le plus inattendu dans ces hautes vallées est la djellaba féminine qui a de plus en plus cours. En effet, au fur et à mesure que le jean pénètre dans les villes, la djellaba gagne les zones rurales où elle triomphe du drapé (lizar), tenue féminine de voyage. Les femmes fréquentant la ville, devenues de plus en plus nombreuses, ont une djellaba qu’elles ne revêtent qu’à ces occasions. La djellaba dissimule à la fois la ceinture et la coiffure, principaux signes sociauxculturels de la parure féminine traditionnelle. Jusqu’à une date récente, (1970), elle était le vêtement masculin par excellence.

45L’adoption du costume occidental par l’homme a eu pour conséquence l’abandon par ce dernier des accessoires les plus significatifs au plan culturel et social du costume traditionnel, à savoir la bandoulière et les différentes coiffes. La chevelure libre (lfrisi) les a remplacées. Rappelons que ce mode de coiffure était réservé aux jeunes filles célibataires. Ainsi, les changements survenus donnent lieu de plus en plus à un renversement des valeurs culturelles et sociales dans le domaine vestimentaire. La femme en contact avec la ville, donc avec la modernité, tend à adopter la djellaba, initialement vêtement masculin. Le port du costume occidental allant de pair avec la chevelure sans coiffe (lfrisi) caractérise l’homme moderne le plus performant, mais aussi symbolise la jeunesse et marque la réussite sociale. Or, traditionnellement, l’homme devait avoir le crâne rasé. Ainsi, nous sommes bien aux antipodes des valeurs exprimées par la parure traditionnelle.

46Le paysage que nous offre, de nos jours, le souq rural où la veste supplante la djellaba, le turban cède la place à chevelure et où le burnous est une curiosité rare, annonce la désuétude imminente des costumes traditionnels locaux, non seulement à Ghoujdama, mais partout ailleurs au Maroc.

47Par ailleurs, les notables les plus âgés évitent soigneusement d’associer aux pièces du costume traditionnel les habits occidentaux, contrairement à un usage fréquent de nos jours. Ils adoptent, de préférence, le costume traditionnel qui leur permet d’intégrer chan cherqaoui réservé uniquement aux pèlerins et indiquant leur qualité de hajj. Les facilités actuelles du voyage permettent à la plupart des notables âgées d’acquérir ce titre, devenu indispensable socialement.

48Les jeunes notables, émigrés ou commerçants, ayant réussi dans leur vie professionnelle, revêtent le costume occidental dans sa forme en vigueur chez les citadins. Le notable exprime, à travers son costume, sa réussite et son rang social ainsi que le prestige familial hérité ou acquis. Image de marque, malgré lui, de son lignage, de sa communauté voire de sa région, il doit soigner sa mise.

49Si la parure, en général, et le costume, en particulier, continuent de subir d’importants changements dans leur forme aussi bien que dans leur composition, ils expriment tout comme auparavant, les différences fondamentales sociales des communautés atlassiques selon le sexe, la classe d’âge ou la position sociale.

18. Costume féminin traditionnel

Catégorie

Dénomination en berbère

Circonstances du port

Description

Drapés

Tafaout

Port quotidien et pendant le rituel du mariage

Tissu de laine blanche de 3 à 4 m de longueur

Tahaykt

A l’occasion des festivités

Tissu de laine blanche très fin (asousdi), de mêmes dimensions, n’est plus en usage

Lizar

Port quotidien et en voyage

Tissu de coton blanc de mêmes dimensions que tafaout, porté actuellement par les femmes âgées

Taqchabt ou chayt

Port quotidien

Chemise longue en coton ; ce sous-vêtement, devenu de plus en plus rare, a cédé la place à la chemise (tahtya) citadine

Toubyt

Port quotidien et à l’occasion des festivités

Chemise longue en coton de couleur rouge, en vogue depuis les années 1940, et aujourd’hui totalement disparue

Coiffure

Tasatelt

Port quotidien et pendant le rituel du mariage par la jeune mariée

Foulard en tissu de laine très fin et teint au henné ; il n’est en usage que pendant les sept jours de mariage où il sert de coiffure rituelle à la jeune mariée

Lqtib

A l’occasion des festivités

Foulard en tissu de soie polychrome ; ce foulard remplace tasatelt en guise de coiffure quotidienne tout en constituant la coiffure des grandes occasions (les foulards neufs)

Tasbnyt

N’est utilisé que par la jeune mariée pendant le rituel du mariage

Foulard de soie à rayures ; est encore utilisé à Ghoujdama et dans tout le Maroc. Il figure même parmi les accessoires de la coiffure féminine en Andalousie musulmane (Arié, 1973 : 383)

Chaussure

Ihrkas (tallâa)

Les chaussures neuves sont portées à l’occasion des festivités et les usagées, quotidiennement

Paire de babouches en cuir avec une semelle assez épaisse ; est en usage de nos jours

Rihyt

Port quotidien

Paire de babouches en cuir souvent brodées avec lanières en cuir ou avec des liens de coton de différentes couleurs. Elles sont désuètes ; cette sorte de babouche a disparu avec le départ de la communauté juive puis avec l’invasion des chaussures en plastique. Rihyt est connu anciennement en Afrique du Nord et surtout au Maroc (Dozy, 1981, I : 567). Voir également les archives familiales remontant au XVIIIe siècle (Amahan, 1983 : 51) Rihyt est également attesté en Andalousie musulmane (Arié, 1973 : 387)

Accessoires

Tasmert

Port quotidien

Cordelière souvent rouge avec pompons garnis de coquilles, utilisée comme ceinture ; elle a aujourd’hui totalement disparu remplacée par la ceinture brodée citadine (lmdamma)

Lhmala

Port quotidien

Cordelière souvent enrichie de passementerie au fil d’or, permettant aux femmes de régler la hauteur des manches ; rarement observée actuellement

Bijoux

Tasfit

Seulement à l’occasion du mariage ou de la circoncision

Frontal. Bijou ancien dans toute l’Afrique du Nord, en or ou en argent selon qu’il est citadin (fchaych) ou rural ; toujours en usage

Touangue

Port quotidien et pendant les fêtes

Boucles d’oreilles en argent ornées de pierres ou verroteries ; toujours portées, mais l’or a remplacé l’argent

Tijerjal

Port quotidien, car nécessaires au port du hayk, tafaout ou lizar

Fibules en argent ; ne sont plus en usage depuis une trentaine d’années

Talkhatmiouyn

Port quotidien

Bagues en argent ; sont encore en usage

19. Costume masculin traditionnel

Catégorie

Dénomination en berbère

Moment ou occasion du port

Description

Drapés

Afaout

Port quotidien

Tissage en laine blanche de 3 à 5 mètres selon la taille de la personne ; n’est plus en usage

Tahaykt

A l’occasion de festivités

Tissage en laine blanche très fine de mêmes dimensions que tajaout ; vêtement spécifique au Maghreb ; n’est plus en usage

Chemises

Tasdryt

Hiver

Chemise courte tissée en laine ; la plus longue dépasse à peine les genoux ; anciennement attestée au Maghreb ; n’est plus en usage

Taqchabt, chayt

Port quotidien

Chemises longues en coton ; le mot est d’origine latine (sagum) (Dozy : 718) ; vêtement attesté anciennement en Andalousie musulmane et au Maghreb (Arié, 1973 : 383)

Capes

Aslham

Toutes saisons sauf l’été

Tissu de laine blanche

Aziban ou akhidous

Hiver (cape réservée généralement aux bergers)

Tissu de laine blanche et noire et de poils de chèvre

Aznnar

Hiver et dans les localités du sud de la tribu (hautes montagnes)

Tissu de laine noire. Toutes ces capes sont anciennement connues au Maghreb et en Andalousie

Coiffure

Razza

Port quotidien ; turban réservé aux adultes mariés

Tissu de coton blanc ; attesté à l’époque almohade

Louber

Port quotidien ; coiffe réservée aux bergers des hautes montagnes

Cordelière en fil de laine noire ou grise ; portée encore actuellement

Tagya

Port quotidien ; coiffe réservée généralement aux hommes jeunes célibataires

Calotte en fil de laine ou de coton tricotée ; portée encore de nos jours ; certaines calottes présentent de beaux décors géométriques polychromes

Chaussure

Tourziyn

Port quotidien

Sandales très simples composées d’une semelle de cuir attachée au pied par un cordon de laine ou un lacet de cuir (Adam, 1952 : 466) ; ne sont plus portées de nos jours

Arkasn

Lors de la chute des neiges ou pour effectuer les travaux de labour

Sandales confectionnées à base de feuilles de palmier nain ou de peau tannée, tenant le pied au moyen de cordelettes de doum (tizakarine) ; attestées déjà à l’époque almohade ; ont totalement disparu

Ihrkas

En dehors des travaux salissants

Babouches en cuir tanné ; attestées anciennement aussi bien au Maghreb qu’en Andalousie

Accessoires

Lkoummayt

En voyage et pendant les festivités

Poignard au fourreau d’argent ou d’argent et de cuivre ; il est encore en usage

Aqourab

Port quotidien

Sacoche en cuir tanné brodé au fil de soie ; elle est encore en usage

20. Signification de certains éléments de parure

Élément de parure

Type de parure

Localisation

Différence exprimée

Nature de la différence

ceinture

féminine

taille

sexe

physique

bandoulière

masculine

buste

sexe

physique

calotte

masculine

tête

état civil

culturelle

calotte noire

masculine

tête

religieuse

culturelle

turban blanc

masculine

tête

état civil

Culturelle

turban de cordelettes de laine

masculine

tête

profession

culturelle

turban orange

masculine

tête

religieuse

culturelle

foulard

féminine

tête

état civil

culturelle

chevelure

féminine

tête

état civil

culturelle

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540