Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mutations sociales dans le Haut Atlas

 | 
Ali Amahan

IV. L'environnement quotidien et la gestion du changement

15. Habitat et manières d’habiter

Texte intégral

1Les Ghoujdama sont l’une des tribus de l’Atlas les plus anciennement sédentarisées. Le mot même ghoujdem signifie en berbère s’asseoir ou s’établir, voire se fixer. Les chroniques relatives à l’histoire du Maroc ont largement évoqué la destruction de la ville de Ghoujdama pendant les premières campagnes almohades. Des prospections archéologiques effectuées dans la partie sud de la tribu ont révélé l’existence d’importantes agglomérations anciennes notamment près de la localité d’Ijâan dans la fraction des Aït Hkim (Aït Ourir, 1989, 3 :7).

2Le recensement de 1936 démontre que la tribu des Ghoujdama présente un habitat groupé : 1 352 habitations sur 1 502 sont regroupées. Cet habitat est en dur. Seules 105 nouala (huttes) ont été dénombrées. Or, dans la tribu voisine des Zemran située dans la plaine, le même recensement dénombre 1 465 nouala sur un total de 2 178 habitations. Malgré leur ancienneté, ces agglomérations ont une densité moyenne. En effet, 16 ddchoura sur 34 parmi ceux recensés en 1951, ont moins de 200 habitants (voir carte 8). L’auteur du rapport sur la tribu, déjà signalé plus haut, écrit :

[...] une [agglomération] seulement a plus de 1 000 habitants : cette dernière localité, le douar Tamsoult en Aït Saâdelli, n’est d’ailleurs pas à proprement parler une agglomération, car elle est formée de plusieurs sous douars (Dchers) distincts. (Aït Ourir, 3, 1989 : 6.)

3Même de nos jours, la plupart des agglomérations ne comptent guère plus de 40 foyers, comme d’ailleurs dans toute la région. Chez les Glaoua Nord (commune rurale de Zerkten mitoyenne), 88 % d’agglomérations ont moins de 300 habitants. Chez les Messioua, plus particulièrement dans la commune rurale de Tighdouine, 82 % d’agglomérations ont moins de 300 habitants (Bellaoui, 1986 : 232). Chaque localité est composée de trois à six agglomérations comportant 10 à 40 foyers et parfois quelques habitations satellites au voisinage du ddcher. Chaque agglomération correspond généralement à un lignage ou à une branche de lignage dont elle porte souvent le nom.

8. Structure de l’habitat

De l’amalal à la maison à patio

4L’examen des parties les plus anciennes des principales agglomérations indique qu’un ddcher était constitué, au départ, d’un ou de plusieurs imalaln ainsi que d’une réserve collective qu’entourait une enceinte.

Qu’est-ce qu’un amalal ?

5Dans la langue locale (berbère), amalal signifie « pilier ou colonne en bois » ; la traduction littérale du mot est support. Mais, il désigne aussi une pièce spacieuse de la maison ayant au milieu aragh (puits de lumière et d’aération). Sa surface dépasse parfois une centaine de mètres carrés. Cette pièce comporte une ou deux rangées de piliers ou de colonnettes en bois destinés à soulager le cours des poutres, ou à soutenir la couverture. Toutes les entrées des autres locaux domestiques et parfois les logements des couples qui forment une même famille convergent sur cette pièce, espace central d’habitation observé d’ailleurs dans toutes les tribus voisines. « La maison s’articulait autour d’une sorte de grande “salle de séjour” (asdih) qui tenait lieu à la fois de cuisine et de chambre à coucher, parfois même d’étable surtout pour les nouveau-nés » (Bellaoui, 1986 : 232).

6A propos du Haut Atlas central, G. Fay (1988 : 389) signale l’importance de cette vaste pièce dans l’organisation de l’espace d’une ancienne tighermt. Au fond, à l’opposé de la porte d’entrée, on trouve takat « le foyer » ; il s’agit d’une « cavité circulaire » autour de laquelle sont plantés trois iynan « grosses pierres », comme en Kabylie (Bourdieu, 1972 : 45). Le coin de la cruche à eau (tighmert n ougdou)r et celui du moulin à grains, (tighmert n ouzreg) sont observés de part et d’autre de l’entrée. Certains imalaln réservent une partie de leur espace (la plus éclairée) à l’installation éventuelle d’un métier à tisser (tighmert n oustta). A partir des imalaln, on peut déterminer le nombre de familles implantées initialement dans l’agglomération. A titre d’exemple, le ddcher de Tighermt n Oumahan présente deux grands imalaln, l’un désaffecté de nos jours, l’autre réoccupé. Ils correspondent tous deux aux deux familles ancêtres de la plupart de celles qui occupent encore actuellement l’agglomération. La famille Aït Oumahan a donné douze foyers. Celles des Aït Mansour en a donné dix. Si le nombre d’agglomérations n’a que peu augmenté durant ces cinquante dernières années, celui des habitations qui les forment s’est considérablement multiplié. En effet, le recensement effectué en 1936 indique 51 agglomérations qui renferment 1 265 habitations (maisons et huttes, igoullay), celui de 1987 dénombre 56 agglomérations composées de 2 985 habitations. On constate que le nombre des habitations s’est accru de 136 %. Si cette augmentation n’a pas engendré la multiplication des agglomérations, elle a, par contre, provoqué leur extension et leur éclatement. Ce phénomène est, cependant, moins considérable ici que sur le versant sud de l’Atlas (Hammoudi, 1970 : 38 ; Bisson et Jarir, 1988 : 341).

7Si le logement connaît une extension considérable, il subit de même des changements profonds dans sa conception, dans sa réalisation, comme dans son aménagement et ameublement. Ces changements sont dus essentiellement à l’ampleur de l’émigration, à l’intensité des contacts avec la ville qui subit, elle-même, d’importantes mutations dans ce domaine.

La maison dans l’espace

8Certaines infrastructures communes qui ne sont plus nécessaires telles l’enceinte ou les réserves collectives sont totalement tombées en désuétude. L’amélioration évidente du niveau de vie notamment grâce à l’émigration et l’évolution qu’a connue la structure familiale font apparaître un nouveau type d’habitat à savoir la maison isolée dans l’espace. Celle-ci ne fait désormais plus partie de ce bloc compact que constituent les anciennes agglomérations. Même si la famille occupe encore certains locaux de l’ancienne demeure, elle construit à côté une ou deux nouvelles pièces suffisamment distantes et distinctes des anciennes constructions. En effet, les différents « partages » aboutissent à de nombreuses modifications des anciens locaux, ce qui a rendu pratiquement inutilisables les noyaux initiaux des ddchoura.

9En plus de la promiscuité, le souci de sauvegarder l’intimité familiale prend de l’importance au fur et à mesure que la solidarité du groupe se distend. Avoir un voisin, ce qui était auparavant une nécessité, est devenu de nos jours plutôt un inconvénient. Il existait tout un ensemble de petits services que se rendaient les voisins entre eux, qui consolidait les liens entre les familles concernées : échange de braises pour allumer le feu (l’utilisation des allumettes ne fut généralisée qu’à partir des années 1950), demande de sel, de paille pour les animaux durant tagout (chute de neige ou de pluie), emprunt de farine ou d’huile.

10De nos jours, il est impensable de demander au voisin ce que l’on peut acheter dans l’épicerie du ddcher, sauf lorsque l’on est nécessiteux, condition qu’il faut dissimuler à tout prix. Ainsi, la disparition de toutes ces opportunités de contact quasi permanent entre les familles, complique la communication entre elles ; la maison individuelle et isolée est devenue l’aspiration de toutes les familles. Ici, comme ailleurs au Maroc, notamment dans la médina de Fès, l’habitat ancien n’est encore occupé que par nécessité et seulement par les ménages les plus déshérités : « On comprend alors que le souci le plus pressant est de pouvoir quitter la médina dès que la situation du ménage s’améliore » (Naciri, 1988 : 183).

11Dans la localité des Aït Iktel, forte d’une centaine d’habitations, un cinquième d’entre elles est constitué de nouvelles maisons individuelles et isolées dans l’espace, qui ont été construites durant ces trente dernières années ; toutes les autres demeures dotées de nouveaux locaux annexes, sont aménagées selon une conception inspirée du modèle néo-citadin en vigueur dans les quartiers populaires des grandes villes.

Nouvelle conception de l’espace domestique

12La maison dans sa conception actuelle doit répondre, en plus des exigences anciennes, aux besoins nouveaux tout en adoptant un plan inspiré de l’architecture « néo-citadine » des quartiers populaires des grandes villes comme Aïn Choc à Casablanca ou Sidi Youssef Ben Ali à Marrakech.

13De nombreux changements interviennent aujourd’hui dans la distribution des espaces comme dans leur mobilier. Une séparation se dessine de plus en plus nettement entre les espaces occupés par la famille et ceux réservés au bétail. Les nouvelles demeures sont dotées, à l’instar des maisons traditionnelles citadines, d’un patio qui a remplacé l’amalal d’autrefois. Autour, se distribuent les autres pièces auxquelles sont assignées des fonctions spécifiques. L’équipement et l’ameublement nouveaux réduisent, en fait, le caractère multifonctionnel des pièces : on ne peut plus guère improviser des préparations culinaires dans une pièce meublée de banquettes et de tapis ; de même, il est devenu impossible de recevoir des invités de marque dans une chambre comportant un lit et réservée aux parents ou à l’un des couples qui composent la famille. Auparavant, on improvisait un séjour en plaçant dans n’importe quelle pièce, des nattes et des tapis. Les espaces réservés aux animaux (étable, écurie, bergerie) sont situés soit à un angle du patio, le plus éloigné possible du séjour, soit à l’extérieur de la maison dans des locaux mitoyens réalisés à cet effet.

14Au fur et à mesure que la séparation des espaces réservés aux animaux se confirme et que la fonction de chaque pièce se précise, la distinction entre l’espace destiné aux femmes et celui voué aux hommes, tend à disparaître (Amahan, 1983 : 121). En effet, la cuisine n’est plus uniquement le domaine des femmes, et la tamsryt n’est plus l’espace du patriarche ni celui des hôtes presque interdit aux femmes, surtout aux belles-filles. Un changement notable s’opère actuellement dans les relations entre les membres d’une même famille. La belle-fille et son beau-père ne sont plus des personnes qui vivent sous le même toit en s’interdisant tout contact et en ne communiquant que par l’intermédiaire d’autres membres de la famille : la belle-mère ou les enfants (Amahan, 1983 : 20). Dans la plupart des familles, ils se retrouvent à chaque repas, autour d’un même plat ou d’un plateau de thé, fait rare il y a plus d’une vingtaine d’années (lors de ma première enquête au début des années 1970 : Amahan, 1975 : 30).

15Ainsi, il n’existe pas d’espace domestique qui ne soit accessible à tous les membres de la famille. Même ahanou n lkhzin (réserve), dont la clef était détenue par le membre de la famille ayant le plus d’autorité, est aujourd’hui ouvert à tous. D’ailleurs, la gestion de la réserve n’est plus déterminante dans la vie d’une famille en raison de plusieurs facteurs : il s’agit, en premier lieu, de la disponibilité quotidienne sur le marché (épiceries, centres de marché hebdomadaires) de produits de consommation notamment alimentaires. Les autres facteurs sont la monétarisation des échanges et la disponibilité d’une liquidité grâce à l’apport de l’émigration.

16Enfin, le plan du nouveau type de demeure se distingue aussi de l’ancien par l’intégration de la salle de bain et des toilettes. Cette nouvelle configuration devient, comme pour la demeure citadine, une nécessité incontournable. La réalisation de ces dépendances impose des techniques, matériaux et équipement nouveaux. La nouvelle conception de l’habitation apporte avec elle, ses exigences techniques, en matériaux et en ameublement.

Technique et esthétique

Techniques et matériaux de construction

17Dans le territoire de la tribu, on recourt traditionnellement à trois techniques de construction, pierre, brique sèche et pisé, dont l’emploi varie selon les finages. La pierre est d’un usage très répandu. La brique sèche (outto) n’intervient qu’en complément ; dans la partie inférieure du piémont, elle constitue le parement interne des murs nord-ouest qui sont exposés aux intempéries, tit n ounzar (source de la pluie), ou parfois l’intégralité des murs sud-est de la demeure. Le pisé (louh) n’est utilisé que dans les rares localités situées aux abords de la plaine.

18La pierre et la brique sèche que calent de petits cailloux (irchchaqn sg. archchaq) sont liées par un mortier d’argile (lbaghli). Les toits-terrasses sont formés de poutres (isoutar), distantes les unes des autres d’un mètre environ (espace appelé tasfri), sur lesquelles se disposent perpendiculairement des solives (tighdouin). Équarries et ornées parfois de motifs peints, les solives sont souvent ordonnées en réseaux losangés qui font de certains plafonds de salons de vraies œuvres d’art. Les solives sont recouvertes d’une épaisse couche de branchages et d’argile humectée puis d’une couche de terre de faible épaisseur et plus sèche, que l’on dame pour réaliser une plate-forme en terre battue, légèrement inclinée du côté de la gouttière (tamazzert) qui évacue les eaux de pluie. Le rebord des terrasses et le faîte des murs sont protégés des précipitations par akfaf : auvent en pierre ou avancée de branchages (en saillie de plus de vingt centimètres). Les mêmes techniques sont en vigueur dans les tribus voisines (Crépeau, Tamim, 1988 : 370). L’étanchéité des terrasses est, depuis toujours, la grande faiblesse des habitations de cette région ; en effet, dès la chute des premières pluies, les occupants des logements livrent une véritable lutte contre timqit (infiltrations des eaux de pluie et de fonte des neiges). Les toitures de tuiles de la maison forestière construite en 1930 dans la localité d’Azrif, ou celles en béton armé d’un petit monastère franciscain et de l’école d’Abadou, bâtis en 1953, n’ont pas servi de modèle aux autres constructions.

19A la fin des années 1960 apparaît une solution plus efficace et moins coûteuse : l’utilisation entre deux couches d’argile humectée, de feuilles de plastique de récupération. L’imperméabilité et le caractère impérissable de cette matière rendent l’opération efficace et durable. Ainsi, débute toute une série de changements aussi bien au niveau des matériaux qu’au plan technique. Précisons toutefois que l’emploi de nouvelles techniques et l’utilisation de matériaux modernes voire industriels se développent parallèlement à l’accroissement de l’émigration et à l’ampleur de la dégradation des ressources naturelles locales notamment la forêt.

20L’émigration a engendré une amélioration du niveau de vie, surtout pour les familles déshéritées qui aspirent, dès lors, à un habitat meilleur. Les émigrés, dont la plupart exercent dans le secteur du bâtiment, furent les premiers à employer dans la construction de leur maison des matériaux importés comme le ciment et le fer qui, dans un premier temps, n’étaient utilisés que pour pallier les défaillances des techniques traditionnelles : un mortier de ciment était alors appliqué tant sur les murs extérieurs que sur les terrasses afin de les protéger des infiltrations provoquées par les intempéries (ce qui est une mauvaise solution car ces constructions ne peuvent plus s’aérer), ou encore pour daller le sol des pièces de séjour, remédiant ainsi à l’éternelle poussière occasionnée par la terre battue. De nos jours, les structures sont de plus en plus en béton armé, même si les murs sont en pierre ou en brique sèche. La dalle de béton devient inévitable pour les raisons évoquées ci-dessus, à savoir la pénurie de bois due à la dégradation de la forêt et une étanchéité plus efficace. Le coût du bois lorsque celui-ci est disponible, dépasse de plus en plus celui du béton armé. En effet, une dalle en béton armé revient moins cher qu’une toiture traditionnelle en bois de bonne qualité (un mètre cube de bois de cèdre coûte plus de 8 000 dirhams).

21Tout cela semble paradoxal lorsque l’on sait que la tribu des Ghoujdama est l’une des régions qui alimentent la ville de Marrakech aussi bien en bois de charpente qu’en bois combustible.

22La domanialisation de la forêt n’a pas seulement provoqué sa dégradation, à portée catastrophique comme on l’a vu (chapitre 6), mais elle a fait disparaître les traditions régissant sa gestion, notamment la spécialisation des localités dans le type d’exploitation et dans le respect rigoureux d’un calendrier d’exploitation. En effet, les « coupes » de bois destiné à la fabrication des charpentes et de l’outillage (agraire) ne s’effectuaient jamais au printemps mais en automne. Le bois n’était employé et commercialisé que lorsqu’il était sec. De nos jours, l’abattage clandestin ne respecte plus les saisons, et le bois est écoulé sur le marché aussitôt coupé. Remarquons de même que l’emploi de matériaux industriels et de techniques modernes est perçu comme une promotion sociale.

L’ameublement

23La salle de bain, les toilettes et la dalle sont réalisées par de jeunes maçons ayant assimilé, lors de l’émigration, les techniques en vigueur dans l’industrie du bâtiment. La salle de bain est équipée d’une chaudière, d’un lavabo, d’une glace. Les toilettes à la turque sont dotées d’une fosse septique. M. Côte souligne à propos de l’habitat rural :

Aujourd’hui l’on assiste plutôt à une sorte de réappropriation de cette urbanisation par les ruraux eux-mêmes, qui, à travers la maison auto-produite, la camionnette, le téléviseur, réalisent leur espace à l’image qu’ils se font de l’urbanité. (1988 : 308.)

24Il remarque également que ce nouvel habitat « permet d’accéder au confort ». La propreté de la maison ainsi conçue et le caractère fonctionnel de ses espaces vont de pair avec les équipements domestiques et un mobilier moderne. Effectivement, l’emploi de banquettes en bois et de sofas tend à se généraliser dans les espaces de séjour, même dans ceux des demeures anciennes.

25Avant l’indépendance, cinq familles de notables, au plus dans toute la tribu, ayant eu des relations avec le Makhzen, possédaient des séjours meublés sur le mode citadin de l’époque.

26Le docteur P. Chatinières, convié par l’amghar de la fraction des Aït Hkim, lors de son passage dans la tribu en 1913, rapporte : « Je délaissai avec hâte le logement habituel de l’invité : une salle obscure pourvue avec prodigalité de matelas et de coussins, pour m’installer sur une terrasse » (1919 : 248).

27Jusqu’aux années 1960, le mobilier des séjours (banquettes, matelas, coussins...) était très rare, voire inconnu dans la quasi-totalité des localités. Le mobiber d’un séjour se résumait à des nattes en palmier nain (timjdinin) ou en jonc (igrtal) recouvertes d’une tenture, plus rarement d’un tapis.

28Nous constatons aujourd’hui selon l’enquête que j’ai réalisée dans la localité des Aït Iktel que 27 % des foyers disposent d’un séjour bien meublé. Toutes les familles possèdent un séjour garni de coussins. La table basse a déjà conquis 15 % des familles et 6 % des ménagères utilisent en permanence le réchaud à gaz. Toutes les familles ont « une bouteille de butane » destinée à la fois à l’éclairage et à la préparation du thé à l’occasion de réceptions. Lors de cérémonies, le butane supplante le traditionnel brasero avec ses accessoires : soufflet, charbon (voir tableau 12).

29Certaines chambres à coucher sont équipées d’un lit avec sommier, matelas, oreillers, traversins et draps. Cependant, le lit ne se rencontre que dans quelques familles d’émigrés ou de commerçants, et l’on note, en général, que seul le couple qui pourvoit le plus aux ressources de la famille (émigré, commerçant) a un lit. Le mobilier citadin moderne envahit les vallées de l’Atlas :

Enfin, le mobilier commence à s’incruster dans les mœurs : les canapés mousses, les chaises, les tapis, les services à thé, le butane, la radio, parfois même la télévision, les coussins, etc., sont devenus moins rares que dans le passé. (Bellaoui, 1986 : 228.)

30A Ghoujdama, les canapés, chaises et tables hautes demeurent « étrangers » à l’espace domestique. L’armoire reste inconnue, cependant la valise remplace le coffre traditionnel que chaque femme possédait pour y ranger ses effets personnels.

L’esthétique

31Extérieurement, la maison fait de plus en plus l’objet d’un soin particulier que concrétise le traitement des ouvertures - portes et fenêtres - soulignées par une bande blanche de chaux ou un encadrement de ciment. Les fenêtres sont protégées par des grilles en fer forgé et des volets en bois peint. Les portes sont en bois, parfois doublées de tôle peinte. Les pièces destinées à être vues de l’intérieur par les invités (séjours) sont les plus décorées. Les murs recouverts de plâtre servent souvent de support à de belles compositions géométriques polychromes. Il en est de même des plafonds qui sont parfois de véritables œuvres d’art. Le décor architectural vit durant cette dernière décennie, une vraie renaissance. Aussi, les changements survenus dans l’habitat et les manières d’habiter sont-ils dus généralement aux facteurs suivants : en premier lieu se place l’émigration, source d’inspiration et d’apport financier ; en second lieu vient la dégradation des ressources locales (forêts), résultant essentiellement de l’application de la législation moderne au détriment des traditions qui régissent ces ressources. La pénurie de bois incite à recourir au béton armé et au butane pour la consommation énergétique : une bouteille de butane coûte deux fois moins cher qu’un chargement d’âne (lhmel) en charbon ; elle revient à moitié moins cher qu’un chargement de bois combustible. Ainsi, le faible coût de revient et la commodité de l’emploi, joints à la propreté, comptent parmi les avantages divers de ces nouveaux produits et équipements que la ménagère de l’Atlas commence à découvrir.

32Ces changements intervenus aussi bien dans l’architecture domestique que dans le modelage de son espace et dans son ameublement, modifient les rapports sociaux entre les familles (la maison isolée renforce l’autonomie de la famille par rapport au reste du lignage) et entre les membres d’une même famille. Ce n’est plus le mobilier que l’on déplace d’une pièce à l’autre selon le besoin du moment, ce sont plutôt les personnes qui circulent d’un espace à l’autre selon la fonction assignée à chacun d’eux, au risque de transgresser les règles régissant les rapports entre certains membres d’une même famille (beau-père/belle fille).

12. Répartition des équipements des espaces domestiques

Type d’équipements nouveaux

Nombre de maisons concernées

Pourcentage

Séjour pourvu éventuellement de banquettes, de coussins et de tapis

28

27 %

Séjour avec coussins

102

100 %

Séjour avec un poste de télévision

15

15 %

Bec à gaz (éclairage et cuisine) utilisation partielle

102

100 %

Réchaud à gaz utilisation permanente

6

6 %

Table des illustrations

Légende 8. Structure de l’habitat
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6437/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540