Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mutations sociales dans le Haut Atlas

 | 
Ali Amahan

III. Du Protectorat à l'indépendance ou l'ouverture de la tribu sur l'extérieur

14. Autres activités : l’élevage et l’artisanat

Texte intégral

L’élevage

1L’élevage reste la seconde activité économique locale après l’agriculture. Il constitue même pour certaines localités des hautes vallées (Azrif, Addar, Tamsammat) la principale ressource économique. Les chiffres récents dont nous disposons placent le cheptel des bovins au premier rang, celui des caprins au second rang ; ensuite, vient celui des ovins. Chaque famille possède au minimum un bovin (vache) et une bête de somme (âne) ; la majorité des familles riveraines de la forêt ont un troupeau de caprins. Cependant, dans les autres localités, notamment celles situées dans le piémont, riveraines des plaines et ayant des étendues de terres cultivables importantes, seuls certains exploitants, environ 12 % d’après notre propre enquête dans les localités des Aït Iktel et d’Abadou, possèdent des troupeaux d’ovins et de caprins. En effet, ce pourcentage n’est pas loin de celui des exploitants agricoles ayant plus de cinq hectares : sur 2 850 exploitants que compte la tribu, on en dénombre 221 soit 7,5 %. Cette corrélation entre l’étendue des terres d’un exploitant et l’importance de son troupeau s’explique par la complémentarité nécessaire entre l’agriculture et l’élevage.

Le petit bétail

2Le troupeau de petit bétail ne fournit pas seulement du fumier aux terres agricoles qui le nourrissent, mais il constitue aussi une sorte de « trésorerie » pour l’exploitant. Ce dernier a souvent recours au troupeau pour faire face aux dépenses agricoles : financer la moisson ou même acquérir d’autres terres. Le bétail est un placement provisoire moins sûr que la terre il constitue lmal n tafoukt (« le capital du soleil ») ; il est à la merci des aléas climatiques. La sécheresse peut l’anéantir facilement. Toutefois, il est nécessaire à l’exploitation et à la mise en valeur du capital sûr (lmal iddern) qui est la terre. En outre, l’élevage du petit bétail (lbaym timzzayn) fournit du lait, de la viande, de la laine, mais est également une source de prestige : avoir un troupeau de moutons ou de chèvres est un signe de richesse ; l’importance du bétail que reflète l’étendue des terres, souligne le statut social de l’exploitant : le riche (lmouâyn) ou le notable de la localité (amqour n ljmaât). Effectivement, la possession du petit bétail plus que celle des bovins met en valeur le statut social de l’exploitant. L’exploitant, aussi riche soit-il, ne peut posséder plus de quatre têtes de gros bétail (lbahym timqourin), pour des raisons que j’évoquerai plus loin. Même s’il existe à Ghoujdama des troupeaux d’ovins et de caprins dépassant la centaine, la majorité d’entre eux sont composés, comme partout ailleurs au Maroc, d’une moyenne de vingt têtes : « En nombre absolu, une écrasante majorité du troupeau national est constituée par les troupeaux de moins de 20 têtes [ovins] » (Pascon, 1980 : 88).

3Malgré la pénurie des parcours et la dégradation des pâturages, le cheptel n’a pas diminué, mais il n’a pas non plus augmenté (Fay, 1988 : 238). Cependant, l’élevage connaît actuellement de sérieuses difficultés. La pénurie des parcours et la dégradation des forêts astreignent les éleveurs à acheter en hiver (lâlf) l’alimentation animale comme le son et l’orge - fait exceptionnel, il y a vingt ans -, ce qui rend l’élevage de plus en plus coûteux. D’autre part, on assiste à une véritable pénurie des bergers du fait même de l’émigration des jeunes et de la scolarisation des enfants (dans de nombreuses localités du piémont). Même les propriétaires de troupeaux n’incitent plus leurs enfants à garder les troupeaux, mais les encouragent, au contraire, à émigrer.

4Les bergers sont généralement âgés de neuf à douze ans. La plupart d’entre eux sont des enfants d’éleveurs ; les autres sont engagés selon la tradition en vigueur : le contrat est d’une durée d’une année, durant laquelle la famille du jeune berger reçoit une rémunération allant de mille cinq cents à deux mille dirhams ; s’y ajoutent parfois des avantages en nature : une quantité de céréales et d’huile au moment des récoltes. Le berger est nourri, logé et habillé par le propriétaire du troupeau.

5L’association (toucherka) existe, mais est très peu pratiquée par rapport à d’autres régions du Maroc, à savoir les riches plaines où ras lmal (le capital) est souvent prêté par des bailleurs citadins : « Au Maroc, le placement du capital au tiers ou à la moitié du produit est généralisé » (Pascon, 1980 : 87).

6Le contrat « type » est le suivant : le preneur et le bailleur partagent à parts égales (ziada) le bénéfice. Si, pour une raison ou pour une autre, l’un des partenaires veut vendre le bétail en association, le preneur a droit au terme du contrat (année) à un quart, sauf si les animaux sont en gestation ; dans ce cas, il prend un tiers de la valeur des animaux vendus.

Le gros bétail

7Les bovins et les bêtes de somme (ânes, mulets) représentent le plus grand nombre de têtes de bétail : chaque famille possède au moins une tête de bovin et une bête de somme. En effet, les familles exploitantes au nombre de 2 985 avaient forcément leur tayouga (deux animaux pour l’attelage). Cependant, un exploitant aisé ne possède pas plus de trois bovins et de deux bêtes de somme, car le gros bétail est généralement soumis à une sorte d’élevage intensif ; il est généralement nourri à l’étable (lmrah) ; même pendant la saison du printemps, les femmes et jeunes filles passent une partie de leur journée dans les champs à ramasser des bottes d’herbe, aourdal (la moutarde), addad (les chardons), azkkoun (l’avoine), qui compléteront la nourriture du gros bétail. Les pâturages ne suffisent jamais aux bovins ni aux bêtes de somme même pendant les années les plus pluvieuses. En effet, la nourriture du gros bétail est parfois plus importante que celle de la famille elle-même. L’alimentation annuelle d’un mulet peut s’élever à quarante-huit âbra d’orge (six quintaux) sans compter la paille, considérée comme l’essentiel de la nourriture du gros bétail durant l’année. Elle coûte elle-même de plus en plus cher, surtout pendant les années de sécheresse (deux dirhams le kilo, pendant l’hiver 1991). La transhumance vers la plaine a totalement disparu ; seul le déplacement des troupeaux des localités des Aït Izid vers les pâturages d’Anergui pendant la saison d’été est encore observé. Dans les localités proches des centres commerciaux (souq), certains marchands créent ce que l’on appelle ici lkouri, c’est-à-dire des étables pour engraisser les bovins. Il s’agit d’un élevage intensif où les animaux ne sont nourris que quelques mois (trois au maximum) avant d’être vendus. En dehors de cette pratique, aucune initiative n’est encore entreprise dans le domaine de l’élevage par les autorités ni par les éleveurs-paysans qui ne peuvent pas d’ailleurs, sacrifier l’élevage à l’agriculture, ni cette dernière au bétail.

11. Production de viande (en tonnes) D’après Aït Ourir, 2, 1988 : 12

Bovins

Ovins

Caprins

Total

122,400

63,392

77,393

263,185

L’artisanat

8L’artisanat est le secteur le moins apparent et le plus subtil à discerner, car, généralement, les artisans sont aussi, pour ne pas dire avant tout, des paysans, à l’exception, certes, des artisans juifs qui ont disparu depuis déjà trente ans.

9L’artisanat n’est pas un « secteur qui agonise » (Bellaoui, 1986 : 220) ; au contraire, certains artisanats tel celui dit « artisanat de service » (maçonnerie, menuiserie, décor du bâtiment...) sont en plein essor.

10On distingue l’artisanat des femmes et celui des hommes.

L’artisanat des femmes

11En plus des travaux culinaires et de l’élevage des bovins, la femme réalise des tissages généralement en laine (tadoud) et parfois en poils de chèvre (châar). Le tissage de la laine est réservé aux vêtements, aslham (burnous), ajllabi (djellaba), ahayk (drapé) ainsi qu’aux couvertures, tafaout, ahnbl. On tisse en poils de chèvre akhidous (burnous gris) et atellis, sorte de tenture qui fait office de couverture ou de bissac (pour le transport des céréales). Depuis l’indépendance, on voit apparaître le tapis dans toutes les localités. Il y a cinquante ans, le tapis n’était fabriqué dans les localités du sud de la tribu qu’exceptionnellement et par des femmes originaires des Aït Ouaouzguit.

12Les tapis tissés actuellement à Ghoujdama s’apparentent davantage à ceux du Haouz (Oulad bou Sbâ) qu’à ceux fabriqués dans les tribus voisines (Glaoua Sud, Aït Ouaouzguit). Leurs grandes dimensions, leur palette rouge-orangé, leurs motifs guère géométrisés, leur composition asymétrique, rattachent ces tapis au genre dit « du Haouz » et les différencient de ceux du Haut Atlas connus par leurs petites dimensions, leurs coloris à dominante jaune de henné, bleue d’indigo et surtout d’un noir bleuté que seule la laine des moutons noirs des hautes montagnes peut fournir. Néanmoins, le tissage destiné à la confection des habits est du même style que celui des tribus voisines du Haut Atlas. Il est donc évident que le tapis, résultat des liens plus étroits que la tribu entretient de plus en plus avec Marrakech ou les grands centres du Haouz, fut introduit à Ghoujdama après l’indépendance. Ainsi, nous constatons un artisanat rural transmis d’une zone à l’autre par le biais de la ville.

13L’artisanat féminin est toujours destiné à la consommation familiale La tradition de commercialiser le tissage n’a jamais existé ; il est vrai que certaines veuves pauvres travaillent la laine pour le compte de leurs voisines qui les paient en nature (produits alimentaires) à l’instar des femmes juives d’antan, pour leurs services rendus.

L’artisanat des hommes

14L’artisanat masculin est le plus répandu et le plus diversifié. On observe d’abord l’artisanat de service où l’artisan vend son savoir-faire (ses services) comme dans l’artisanat du bâtiment qui devient de plus en plus actif et mieux rémunéré. Le maçon utilise les mêmes techniques que ses ancêtres tout en employant parfois des matériaux nouveaux tels le ciment et le fer. La pierre, la brique sèche et le mortier d’argile (talakht) restent les matériaux les plus employés. Le bois est utilisé pour la charpente, les portes et les fenêtres. Ainsi, le menuisier est-il engagé pour équarrir les poutres (isoutar) et les solives (tiqhdouin) et parfois pour façonner les portes et les fenêtres lorsque ces dernières ne sont pas achetées déjà fabriquées à Marrakech : le bois fait de plus en plus défaut en raison de l’état de la forêt, indiqué plus haut. On fait appel au plâtre pour décorer les pièces de réception des demeures de notables. Certains maçons sont également gypsoplastes. L’ornementation murale peinte, qui avait disparu au début du siècle en raison des corvées imposées par le Glaoui à tous les artisans de la tribu, connaît actuellement une certaine renaissance. Les peintres-décorateurs des espaces de réception comptent parmi les artisans les plus étonnants de Ghoujdama ; ils allient la créativité et la tradition, conservant les thèmes de décor d’autrefois et diverses compositions encore observées dans certains igherm historiques. Même si ces artisans emploient la peinture (Astral), ils n’ont pas encore subi l’influence de l’esthétique décorative architecturale citadine.

15Au nombre des artisans de service, on compte évidemment les forgerons qui continuent à exercer leur métier de manière séculaire et avec le même outillage rudimentaire que naguère ; ils façonnent et réparent les outils, instruments et objets : tamkrazt (socle), imgr (faucille) sfiht (fer à cheval), toujours utilisés par leurs clients. Deux ateliers sont en activité permanente : l’un à souq Larbâ dans la localité d’Abadou, l’autre dans la localité d’Imziln au sein de la fraction des Aït Izid.

16Certains types d’artisanat comme la fabrication des bâts (bouihlsa n : le bâtier), la soudure (asyakh : le soudeur), la fabrication de moulins en pierre (bouizrgan), la cordonnerie (asmmar : le cordonnier), pratiqués traditionnellement par des Israélites, sont réalisés aujourd’hui, après le départ de ces derniers, par des musulmans. On doit reconnaître que ces métiers sont exercés dans chaque localité par des habitants plus ou moins marginaux.

17A l’artisanat de service, on peut joindre, parmi les activités réalisées par les hommes, l’artisanat « de produit » où l’artisan, tel le potier, par exemple, vend le produit façonné. Il existe toute une communauté de potiers dans la fraction des Aït Hsen. Cette communauté, l’une des plus anciennes de la tribu, n’est ni noire, ni étrangère comme dans d’autres régions du Haut Atlas : « L’artisanat était réservé presque exclusivement aux noirs et aux juifs “qui ne sont ni pasteurs, ni surtout agriculteurs” » (Dresch cité par Bellaoui, 1986 : 220).

18La production de poterie est réellement en déclin ; le centre des Aït Hsen est certainement en voie de disparition en raison de la profusion des ustensiles en plastique et de leur efficacité. La poterie des Aït Hsen, de belle facture, est réalisée comme toutes les poteries masculines au Maroc, à l’aide d’un tour ; elle est cuite dans un four et non pas en plein air comme la poterie féminine au Maroc. Le décor peint d’origine minérale, se limite à quelques bandes brunes parfois agrémentées de chevrons, réparties autour de la panse et du col. Avant, elle était commercialisée par les artisans eux-mêmes. Ceux-ci, faisant office de marchands ambulants, la troquaient contre des céréales, de la manière suivante : les petits objets étaient troqués contre un atkour (capacité de l’objet en céréales : orge). Les grandes pièces - jarres, amphores, marmites - étaient échangées contre la moitié de leur contenance (un demi atkour). Actuellement, la faible production est écoulée dans les marchés hebdomadaires de la tribu.

19La poterie tend à subir le même sort que la bijouterie qui a disparu avec le départ de la communauté israélite. Ces deux activités artisanales dont la fonction est de produire des « articles », sont en déclin, tandis que l’artisanat « de service » est en plein essor.

20La scolarisation et l’émigration sont deux phénomènes engendrés par l’ouverture de la tribu sur le mode de vie urbain et, par voie de conséquence, sur la civilisation industrielle. Leur développement formidable en fait, de plus en plus, des facteurs amplificateurs de cette ouverture même qui les a engendrés. Par ailleurs, on note paradoxalement que l’émigration et la scolarisation ne laissent pas cette pénétration de « modernisme » affecter les stmctures socio-économiques traditionnelles. En effet, aucun investissement n’a encore été entrepris pour améliorer les méthodes et les moyens de production existants, ni pour introduire des méthodes plus modernes.

21L’agriculture tout comme l’élevage, principales activités économiques de la tribu, restent sourds à tout écho de modernisation et de mécanisation. La production est destinée, dans son ensemble, à la consommation familiale et non à la commercialisation.

22L’apport de l’émigration sert à satisfaire les nouveaux besoins créés par l’influence du mode de vie citadin, notamment l’achat de produits de consommation. La scolarisation, quant à elle, n’est qu’une étape préliminaire à l’émigration. Dans le domaine de l’artisanat, seul celui « de service » connaît un certain développement grâce à l’émigration.

23Ainsi, l’on assiste une fois de plus à une réelle capacité de résistance des structures locales traditionnelles, notamment dans le domaine économique, aux influences citadines et industrielles. On ne relève donc pas de changements notables en ce qui concerne les techniques et les méthodes de production contrairement aux techniques et produits de consommation (aspects que nous aborderons dans la dernière partie de cet ouvrage). L’agriculture et l’élevage forment les seuls domaines de production dans la tribu ; ils n’ont été touchés d’aucun changement significatif. Cependant, la région a été envahie par divers produits nouveaux de consommation aussi bien alimentaires, mobiliers, vestimentaires, que d’équipement électroménager. Quand bien même ces structures résistent aux influences extérieures, notamment dans le domaine de la production, elles ne peuvent faire face aux dangers de dégradation de leur environnement écologique.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540