Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mutations sociales dans le Haut Atlas

 | 
Ali Amahan

III. Du Protectorat à l'indépendance ou l'ouverture de la tribu sur l'extérieur

12. Le milieu naturel et sa dégradation

Texte intégral

1Le cadre naturel a subi plus de changements que les structures sociales. Les causes de ces changements sont multiples ; évoquons-en ici les principales. Le milieu naturel est considéré comme un produit de consommation dont les besoins ne font qu’augmenter depuis l’indépendance du pays (la population a triplé) ; et nous savons que les changements ont davantage affecté le domaine de la consommation que celui de la production. Le milieu naturel, notamment la forêt, est, depuis le Protectorat, un espace de conflit entre les communautés et l’État. Cela a entraîné une gestion anarchique de la forêt, comme nous le constaterons ci-après.

Défrichement et dégradation des zones non domanialisées

2De nombreuses études ont mis l’accent sur l’état de détérioration déplorable du milieu naturel de la montagne marocaine notamment dans le Haut Atlas. Déjà en 1938, J. Dresch évoquait l’ampleur de la dégradation des structures sociales et, par voie de conséquence, de la gestion du milieu naturel (Dresch, 1979 : 70). G. Fay, pour sa part, souligne l’état de dégradation avancée du milieu écologique, principalement de la forêt dans la vallée de la Tassaout et dans la province d’Azilal : « Actuellement, les services agricoles semblent singulièrement dépassés : ni les reboisements, ni la D.R.S. ne parviennent à suivre le rythme des dégradations » (Fay, 1986 : 245). Il ajoute que la province d’Azilal dont dépendent les tribus voisines de la partie orientale de la tribu (Fatouaka, Maghraoua) « aurait perdu 3 400 hectares de forêts chaque année entre 1936 et 1978 » (G. Fay, 1986 : 238). M. Belfquih et A. Fadloullah (1977 : 10) ont insisté sur l’état précaire de la forêt en territoire même des Ghoujdama. C. Crépeau attribue la destruction forestière aussi bien dans le Haut Atlas central (Id Daoud ou Ali) que dans le Haut Atlas occidental (Ounein) à la nature conflictuelle des rapports entre le pouvoir central et les habitants :

Le fait que le caïdat, niveau fort, soit plus occupé au maintien de la quiétude rurale qu’à la protection des milieux boisés, fussent-ils domaniaux, peut-il donner à penser que la forêt paie le prix de la paix sociale ? (Crépeau, 1986 : 262.)

3Même si l’on constate une accélération déconcertante de la dégradation du milieu naturel dans les zones boisées, cette détérioration est le résultat d’un long processus dont les causes sont à la fois naturelles et humaines. Cela a été bien mis en évidence par J. Dresch dans son ouvrage, Un géographe au déclin des empires (1979 : 129-140). Aussi, pour les géographes, la détérioration du cadre naturel ne date pas d’aujourd’hui comme le confirment la tradition orale et même certains documents familiaux. En effet, la tradition orale rapporte toutes les difficultés rencontrées par les arrière-grands-parents des générations actuelles pour défricher la frange de collines séparant les vallées de la plaine où l’on rencontre encore quelques rares îlots de cyprès à l’emplacement actuel des nouvelles localités - Ighir, Boujraym, Tamda. Il en est de même de la zone lbour située entre la localité des Aït Iktel et la tribu des Glaoua, qui conserve encore quelques rares parcelles peuplées de thuya (ayfs) et de genévrier (tiqi). La zone comprise entre le nord de la fraction des Aït Saâdelli et la Tassaout a été en partie défrichée au XIXe siècle ; les maisons les plus anciennes dans ce secteur remontent à la dernière moitié du XIXe siècle (les hameaux de Tamda et de Tiourdiouine).

4La domanialisation des zones forestières en 1928 à Ghoujdama, a limité les interventions des paysans aux zones non intégrées au domaine de la forêt, notamment aux espaces « interlocalités » (massifs moins élevés tels Oubdir, Tissili) qui étaient couverts principalement de genévriers et d’autres arbustes comme le genêt et le doum. C’est surtout la pratique de l’atouaâ en vigueur dans la région, qui a engendré des dégâts considérables. Cette pratique encore d’actualité consiste à dégager la parcelle de tout ce qui peut faire obstacle à l’araire (pierres, arbres et arbustes comme le genêt, le laurier rose et le palmier nain). Ainsi, la partie du piémont de la tribu fait l’objet, depuis ces trente dernières années, d’un arrachage systématique des jujubiers et des palmiers nains, végétation essentielle dans cette zone que les paysans conservaient justement pour sa qualité de fixation des sols. Les paysans s’inspirent des opérations de dépierrage réalisées dans le Haouz par les services de la Promotion nationale. La pratique de l’atouaâ a permis d’obtenir un meilleur rendement mais seulement pendant les premières années de l’exploitation car elle facilitait l’érosion et appauvrissait les sols.

5Ce phénomène de défrichement à outrance depuis la dernière Guerre mondiale, époque de famine et de sécheresse, est général à toute la région, voire à tout le pays. J. Dresch précise à ce sujet, à propos du Maghreb dans sa totalité :

Il a fallu étendre les défrichements sur des terres marginales, au flanc des montagnes, sur des pentes jadis couvertes d’arbres, ou dans la steppe, même si la diminution des précipitations et les sols plus pauvres rendent la céréaliculture aléatoire. (Dresch, 1979 : 139.)

6La baisse du rendement dans ces zones défrichées surtout dans lbour est remarquable. G. Fay évoque cette situation dans le Haut Atlas central, et même dans la Tassaout en amont du barrage Aït Adel, en précisant que la baisse des rendements touche aussi bien le domaine de l’agriculture que celui de l’élevage, en raison des « faits d’érosion » des sols et de la pénurie des parcours : « Les exploitants font porter leurs efforts sur les dernières réserves de terres disponibles en domaine forestier ou sur les collectifs » (1986 : 245).

7Les derniers lopins de terre exploités en commun comme parcours ou espaces vitaux (lmharib) de différentes localités ont dispam depuis déjà une décennie. Les igoudlan d’Anargui, espace intertribal, exploités en commun par les Ghoujdama (fraction sud de la tribu) et les Glaoua Nord, sont à l’origine, depuis l’indépendance, de l’un des conflits les plus aigus entre les deux tribus. D’ailleurs, seule une petite partie de ces igoudlan échappe encore à l’araire et à l’appropriation individuelle : « Les parcours et jachères jadis utilisés par les troupeaux ont diminué, les migrations pastorales ont été souvent supprimées, les pâturages surchargés » (Dresch, 1979 : 139-140).

Dégradation forestière

8La domanialisation de la forêt a rencontré une opposition sérieuse de la part de la population qui s’est sentie expropriée d’une partie de son territoire, soumis à un contrôle sévère de la part des services des Eaux et Forêts, institués par les autorités coloniales. Et nous savons bien qu’une bonne partie de la population ne pouvait se passer de l’exploitation de l’espace forestier ; par conséquent, les paysans en ont abusé lorsqu’ils en avaient l’occasion. Ainsi, débute l’exploitation anarchique et immodérée de la forêt qui atteindra toute son ampleur après l’indépendance.

9Les autorités coloniales avaient elles-mêmes instauré une exploitation intensive beaucoup plus destructrice que celle des paysans, qui était archaïque mais limitée au voisinage des zones habitées. En effet, on permettait des « coupes » de plusieurs dizaines d’hectares dans des espaces forestiers tels Almzi ou Asif n Tslatin, qui n’étaient pratiquement jamais touchés par l’exploitation traditionnelle. La forêt de Ghoujdama fournissait ainsi plusieurs centaines de tonnes de charbon de bois et de bois de chauffage. De plus, aucune campagne de reboisement à l’instar de celles réalisées dans d’autres régions, notamment à Touggana, ne fut entreprise.

10L’espace forestier représentait encore dans les années 1960, 30 % de la surface totale du territoire de la tribu soit 105 km2. Aujourd’hui, la forêt n’occuperait que 12 % du territoire, mais il est certain que la réalité est bien en dessous de ce pourcentage. Nous savons d’ailleurs, que la forêt, dans certaines régions du Maroc, notamment dans l’Atlas, a perdu entre 1966 et 1986 environ 45 % de son espace naturel (Kar mouni, 1989 : 14). L’ampleur du déboisement depuis l’indépendance du pays dépasse toute imagination. L’érosion consécutive représente de sérieuses menaces pour le barrage de Moulay Youssef à Aït Adel, puisque « la dégradation spécifique serait actuellement de 1 000 mètres cubes par kilomètre carré et par an » (Fay, 1986 : 236).

11De nos jours, plus de trois cents familles sont poursuivies par l’État pour leurs infractions au règlement relatif à la forêt : exploitation non autorisée et surtout destruction de la flore par défrichement. Le montant des amendes excède quatre cent mille dirhams. Mais comment en arrive-ton là ? Il est difficile de répondre à cette question car les causes sont nombreuses, complexes et difficiles à déceler. J’essaierai, dans les pages qui suivent, d’apporter quelques éléments de réponse. Le facteur démographique n’est pas aussi déterminant qu’on l’a souvent avancé (Couvreur, 1986 : 75) ; même les raisons économiques elles-mêmes n’ont motivé la population qu’en partie. Aussi, lorsque l’on examine la liste des familles impliquées dans le défrichement de la forêt, force est de constater que ce sont en majorité des familles relativement aisées (notables de la tribu) des localités limitrophes de la forêt (Aït Mimoun, Azrif, Addar). Ces familles avaient besoin d’espace non pas pour survivre, mais pour renforcer leur prestige plutôt que leur puissance économique dans la localité, voire au niveau de la tribu. A cela il faut ajouter le désir, et même, le devoir de reconquérir le patrimoine du groupe spolié par les autorités coloniales.

Reconquête de la forêt

12Cette reconquête de la forêt s’est effectuée selon le processus suivant. Le laxisme des responsables forestiers à l’aube de l’indépendance avait permis à certains propriétaires mitoyens de la forêt de reprendre ce que leur famille exploitait avant que les services des Eaux et Forêts ne l’eussent intégré au domaine public. A cette période de laisser-aller, succédèrent les temps de la complaisance et du marchandage, au cours desquels les agents forestiers donnaient leur aval au plus offrant, tout en prenant soin de dresser – bien sûr à leur insu – des procès-verbaux à ceux-là mêmes qui profitaient de leur complaisance.

13A partir des années 1976, l’État s’est déchargé de la question forestière sur la commune qui n’avait ni les moyens, ni la volonté de gérer cet héritage embarrassant ; les autorités, pour leur part, se préoccupaient plutôt de maintenir l’ordre social que de veiller à l’équilibre écologique.

14Par ailleurs, pendant les dernières années de sécheresse au cours desquelles seuls les espaces forestiers, humides et fertiles, avaient donné de bonnes récoltes, ceux qui n’avaient pu profiter de l’aubaine forestière commencèrent à élever la voix. De plus, l’espace de la propriété terrienne de certains notables avait quintuplé.

15L’exploitation « légale » selon le système des « coupes » évoqué plus haut continua après le Protectorat. Elle est, depuis une vingtaine d’années, monopolisée par une seule famille. D’ailleurs, cette exploitation individuelle ne respecte pas la réglementation en vigueur (Mekouar, 1989 p. 24) ; au contraire, la présence d’une « coupe » dans un secteur forestier donné permet aux fraudeurs d’écouler leur marchandise en pleine forêt à l’exploitant de la coupe, sans en être inquiétés. Ainsi, l’exploitation abusive du bois dans tout le Maroc, qui dépasse dans certaines régions (Haut Atlas, Rif) 60 % du potentiel productif forestier, et les défrichements anarchiques, ne sont pas uniquement dus aux difficultés économiques - besoins grandissants en énergie et en espace agricole - mais encore et surtout à l’isolement de l’espace forestier de son environnement social. Lorsque les autorités coloniales avaient domanialisé la forêt, elles avaient condamné le contrôle que les communautés exerçaient mutuellement les unes sur les autres. En fait, chaque localité a sa forêt, de même qu’elle dispose de ses pâturages et de ses traditions de gestion de son propre patrimoine selon sa richesse et son étendue. L’expropriation entraîne, bien sûr, l’abandon de ces traditions de gestion. Il faut ajouter à cela l’instauration par les autorités coloniales d’un contrôle répressif.

16Après l’indépendance, la tolérance d’un droit d’usage informel (souvent pour les seules personnes influentes de la communauté : notables, commerçants, anciens imgharn) incita les paysans à récupérer leurs biens « confisqués » il y a plus de cinquante ans. L’affectation de la gestion des forêts aux communes n’a fait qu’aggraver la situation, car cette institution, comme nous l’avons précisé plus haut (chapitre 6), est assimilée à l’État dans l’esprit des administrés. Quelques spécialistes (Mekouar, 1989 : 23) suggèrent de reconnaître un certain droit d’usage aux riverains de la forêt. Cette tolérance qui existait déjà d’une façon informelle n’a fait qu’amplifier les dégâts.

17Le problème n’est pas seulement d’ordre juridique, économique ou social, mais plutôt d’ordre culturel. G. Fay reprenant J. Dresch, n’a-til pas souligné, il y a plus de trente ans, la gravité « des perturbations introduites dans les structures anciennes d’appropriation et de gestion par “la progression du forestier”, les conquêtes de la “privatisation”, la mise à l’écart des jma’a » (Fay, 1986 : 235) ? En effet, le territoire forestier n’est plus considéré par les communautés concernées comme un espace vital et collectif, mais comme un territoire spolié par le Makhzen et dont l’État n’octroie l’exploitation qu’à ses favoris. Une fois de plus, la forêt est victime de cette permanente compétition entre les localités (ljmaât) et le pouvoir central (l’État).

6. État des recettes forestières de 1982 à 1985 à Abadou D’après Aït Ourir, 2 : 13

Année

1982

1983

1984

1985

Montant en dirhams

1 636,00

30 666,75

111 265,45

158 193,84

18On remarquera que les recettes ont été multipliées 97 fois en l’espace de quatre ans. Cependant, les recettes des années antérieures devaient être plus importantes, vue l’ampleur des « coupes ».

19La domanialisation de la forêt a abouti à des résultats tout à fait contraires à ceux qui éaient visés au départ, à savoir la protection de la forêt et son exploitation raisonnée et limitée. En effet, le contrôle des forêts exercé par l’État et la rigidité de la réglementation ont engendré une exploitation anarchique de la part des localités. D’abord, cette domanialisation a supplanté la maîtrise de la gestion forestière des communautés locales : chaque localité limitrophe de la forêt, exploitait l’espace foncier qu’elle considérait comme sa propriété collective. Aucune autre localité ne pouvait violer la « forêt » de sa voisine, sans un accord préalable. Et à l’intérieur d’une même localité, de nombreuses règles traditionnelles régissaient l’exploitation de la forêt. Un calendrier précis devait être respecté : la « coupe » du bois n’avait lieu que pendant les saisons d’été et d’automne cela, dit-on, dans le souci de respecter la forêt et d’avoir un produit de bonne qualité. La gestion traditionnelle ne permettait, en aucun cas, le défrichement de la forêt : aucune famille ne pouvait s’approprier à elle seule, quelle que soit sa puissance, un territoire collectif sans déclencher le tollé de toute la localité.

20Sous le Protectorat, la domanialisation de la forêt et sa gestion par l’État ne laissaient aux communautés locales que la possibilité d’exploiter la forêt d’une façon clandestine donc anarchique, en raison de l’application de mesures draconiennes. Après l’indépendance, le laxisme des agents forestiers a renforcé cette exploitation désordonnée et excessive et a donné lieu à de grandes opérations de défrichement. Cela a entraîné une sorte de compétition entre familles d’une même localité, voire entre les localités elles-mêmes, pour l’appropriation par défrichement, d’un maximum d’espace ; en effet, tout espace défriché est assimilé à une propriété privée. Et les grands bénéficiaires de ces opérations étaient, bien sûr, les notables.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540