Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mutations sociales dans le Haut Atlas

 | 
Ali Amahan

III. Du Protectorat à l'indépendance ou l'ouverture de la tribu sur l'extérieur

11. Les nouveaux centres socio-économiques et le réseau commercial

Texte intégral

Le barrage des Aït Adel : ouvrage et centre

1Déjà vers la fin des années 1920, les autorités coloniales s’intéressaient à l’aménagement hydraulique de la Tassaout amont. Après plusieurs études, le site des Aït Adel fut choisi pour construire un barrage. Les travaux ont débuté en octobre 1966 et ont été achevés en juillet 1970. Un second barrage de moindre importance a été construit en aval du premier : les travaux, cette fois, ont duré deux années de plus.

2Ces deux barrages sont les plus grands ouvrages réalisés dans la région. Cependant, ils ne profitent pas à la population locale puisque le périmètre irrigué (24 224 hectares) est entièrement situé dans la plaine du Haouz en territoire Zemran et Sraghna, et que les soixante millions de kilowatts d’électricité produits, sont destinés à Marrakech et à Ouarzazate. La réalisation de ces ouvrages a eu un formidable impact socioéconomique sur les fractions nord de la tribu (Aït Saâdelli et Aït Hsen). Les travaux ont duré plus de cinq ans au cours desquels plusieurs centaines de paysans ont exercé le travail d’ouvriers. Le revenu des familles a augmenté considérablement : le salaire mensuel de certains ouvriers équivalait au revenu familial annuel. Ainsi, le pouvoir d’achat s’était beaucoup amélioré et de nouveaux produits de consommation affluaient dans la région (vêtements citadins, radios, lecteurs de cassettes, appareils ménagers, meubles modernes).

3Sur le lieu même des travaux, on vit se développer en quelques mois, un vrai centre citadin. Il comportait un quartier administratif réservé aux responsables du projet et aux autorités locales, et un quartier commercial regroupant de nombreux commerçants (bouchers, marchands de légumes et de vêtements, gargotiers, épiciers). Ce centre a continué à s’accroître après la fin des travaux. Il fut doté d’un groupe scolaire (dix classes), d’un siège d’état civil (transféré du centre des Aït Ourir), d’un centre de formation professionnelle pour les jeunes ruraux, d’un marché hebdomadaire (souq Lhad), d’un dispensaire, d’une agence postale. Bien sûr, ce centre était électrifié et alimenté en eau potable.

4Par ailleurs, c’est en matière de formation de la main-d’œuvre que l’ouvrage a apporté des changements profonds. En effet, durant les cinq années passées sur les chantiers, les ouvriers ont acquis de réelles qualifications dans le secteur du bâtiment : maçonnerie, boiserie, ferronnerie.

5La fin des travaux s’est soldée par une vague d’émigration sans précédent des ouvriers pour diverses raisons. La qualification professionnelle permettait de trouver facilement un emploi. L’exigence du nouveau mode de vie qu’avaient connu les familles des émigrés, et qu’il fallait maintenir à tout prix, incita les ouvriers à rechercher un emploi leur assurant un revenu semblable, même loin de leur localité. La situation économique au niveau national, favorable au lancement de nombreux grands projets (barrages, aéroports, ports) suscita la création de nombreux emplois. Ces ouvriers qualifiés intégrés facilement à leur milieu de travail, devenus, pour la plupart, des conducteurs de chantiers ou des chefs d’équipes, constituaient et constituent encore de véritables relais de flux d’émigrés venant de leur localité.

6Une autre conséquence importante de la réalisation de ce barrage, fut le transfert des habitants des trois localités - Aït Adel, Aït Masâoud et Timnoutin (plus de cinquante familles) - au bourg de Laâttaouia au sein de la tribu des Sraghna à une vingtaine de kilomètres du barrage.

7Chacune de ces familles avait reçu un lopin de terre de douze hectares dans la zone irriguée, et une maison. Les paysans étaient contraints de s’organiser en coopérative sous la tutelle des services de l’Office régional de mise en valeur (O.R.M.V.A.).

8L’intégration de centaines de personnes que représentaient ces nombreuses familles transplantées dans un milieu arabophone dont l’activité dépendait des directives de l’administration, ne se fit pas aisément. En effet, l’arabe devenait, dans ce milieu, la langue usuelle ; son apprentissage s’avéra alors nécessaire pour les enfants et les femmes. La transplantation des familles a posé des problèmes d’adaptation non seulement à l’environnement social, mais encore au mode d’exploitation de leur lot. Ces agriculteurs étaient dans l’obligation de respecter, dans la gestion de ce lot, les conditions imposées par l’administration (l’Office régional de mise en valeur). Celle-ci déterminait et détermine encore, la nature des cultures à pratiquer, le calendrier des activités agricoles, le prix de vente des semences, celui d’achat des récoltes (betterave sucrière notamment), les taxes perçues sur les eaux d’irrigation et le paiement des frais de l’aménagement du territoire. Tout cela provoqua de nombreux conflits entre cette communauté et les autorités. Les paysans tentèrent à deux reprises de se rendre en groupe au Palais royal pour protester. Ils firent deux izouagn (sg. azouag) au mausolée de Sidi Youssef ben Ali à Marrakech, afin d’attirer l’attention des hauts responsables sur leur cas. Tout cela est bien loin des méthodes de gestion ancestrales employées auxquelles étaient habitués les paysans transférés de leurs anciennes vallées de l’Atlas à Laâtaouia. Les cinq premières années furent les plus difficiles : nombreux étaient les paysans transplantés surendettés à vouloir renoncer à leur lopin. Ces difficultés ont quelque peu découragé, du moins pendant les premières années, tous ceux qui pensaient rejoindre leur famille ou leurs voisins dans la plaine du Haouz, pour échapper à l’étroitesse de leur petite vallée devenue de plus en plus surpeuplée.

9Cependant, depuis que la deuxième génération (les enfants de cette « colonie ») prend en charge la gestion des exploitations, le rendement s’est amélioré, et les relations avec l’administration se sont harmonisées. Cela a favorisé cette seconde génération par rapport à la première qui n’était jamais parvenue à s’intégrer dans cet environnement.

10L’impact de cette transplantation sur les localités d’origine des familles transférées paraît modeste, à première vue. Or, on constate, depuis une dizaine d’années, que la plupart des émigrés de ces localités travaillant dans d’autres régions du Maroc ou en France acquièrent de plus en plus, au village de Laâttaouia, auprès des paysans transplantés et par l’intermédiaire de ceux-ci, une maison, un fonds de commerce ou une exploitation agricole dont ils confient la gestion à l’un des membres de leur famille qu’ils font venir. De nos jours, le nombre de familles d’émigrés de la localité des Aït Iktel possédant une maison, un local commercial, ou bien une exploitation agricole, dépasse largement celui des familles transplantées. Ce centre urbain de Laâttaouia est ainsi devenu une sorte de relais entre les localités d’origine des personnes transplantées et leur communauté émigrante, notamment à l’étranger. Cela est dû à la disponibilité de divers moyens de communication moderne (téléphone, poste) et à la fréquentation quasi quotidienne de ce centre par les habitants des localités concernées (l’émigré peut ainsi communiquer avec les siens d’une façon permanente). Ensuite, les familles installées dans ce centre forment une structure d’accueil pour les membres de leur groupe d’origine, notamment lorsque ceux-ci ont besoin des services publics, limités jusqu’alors aux centres urbains (soins médicaux, enseignement secondaire).

11Ainsi, les relations qu’entretenait la tribu avec le centre urbain des Aït Ourir et avec la ville de Marrakech jusqu’en 1980 se sont orientées vers Laâttaouia ainsi que vers la ville de Kelaâ des Sraghna, et cela même si la tribu dépend encore administrativement, du Cercle des Aït Ourir et de la Wilaya de Marrakech.

12Les liens restent très forts entre chacune des familles de cette communauté et sa fraction d’origine. Les mariages se contractent entre familles de même localité (aucun mariage n’a été observé entre cette communauté et ses voisins arabophones). Il en est de même pour la célébration de toute manifestation familiale ou sociale où intervient la participation des membres de ljmaât des localités d’origine. Le respect de la tradition ancestrale est encore en vigueur.

Le souq Larbâ ou la naissance d’un centre urbain

13Souq Larbâ, nous l’avons déjà vu (chapitre 5), a été créé à la fin des années 1940, comme simple marché hebdomadaire devenu, en une seule décennie, le vrai centre économique et administratif de la tribu voire d’un grand nombre de localités des Glaoua Nord (Chouka, Tisqlafin, Aït Abdi, Aït Trhalt...).

Les équipements économiques

14Actuellement, ce centre dispose d’équipements économiques relativement importants : on compte vingt-cinq boutiques vendant essentiellement des produits alimentaires (sucre, thé, riz...), mais aussi des vêtements et d’autres produits manufacturés. Le chiffre d’affaire de ces commerçants varie entre 50 000 et 200 000 dirhams. On dénombre cinq boucheries, trois marchands de légumes et de fruits, une forge, quatre cafés et trois moulins à grains, alors que jusqu’en 1970, seules trois épiceries étaient ouvertes pendant la semaine. Au niveau spatial, les boutiques permanentes s’organisent au fur et à mesure qu’elles se développent autour d’un axe constitué par la piste principale qui relie la tribu à la route de Marrakech, en tournant le dos à la place des étalages du souq hebdomadaire.

15Cette zone comprend une plate-forme non bâtie, organisée en rhbt (espace réservé à la transaction ou à la vente d’un produit spécifique). A titre d’exemple, citons rhbt n lbhaym, où s’effectue la transaction des animaux (ovins et caprins) ou encore rhbt n ziyt, lieu de vente de l’huile. Nous avons recensé quatorze rhbt, même si l’on rencontre, dans certains endroits, des étalages hétéroclites (surtout en cas de vente de produits nouveaux). Cette partie du souq s’apparente aux marchés hebdomadaires des villes moyennes comme Kelaâ des Sraghna, Tiflet - spécialisés de plus en plus dans les produits agricoles et artisanaux (bétail, légumes et fruits, habillement) - qui étaient des souq régionaux hebdomadaires avant de se développer en villes. Cependant, le secteur des boutiques construites et aménagées est de création postérieure au secteur précédent qui s’accroît de plus en plus, et est à l’image d’une souiqet citadine. On commercialise davantage les produits alimentaires de consommation quotidienne (sucre, thé, pâtes, farine, produits d’éclairage : butane, bougies) et les produits manufacturés tels la quincaillerie, la vaisselle en plastique, les appareils électroniques, les meubles en bois de style citadin. L’espace du souq est divisé en deux parties distinctes.

16La première, réservée aux échanges hebdomadaires, est constituée par les différents rhbt. Elle est dépourvue de toute construction et dominée par les transactions des produits locaux (animaux, grains, matières grasses, poterie, vannerie). Cette partie reste traditionnelle aussi bien dans son aspect spatial que dans ses transactions.

17La deuxième partie est un espace bâti, constitué de boutiques, d’équipements socio-culturels (école, agence postale, dispensaire), et de quelques logements de notables commerçants. Les boutiques qui constituent l’essentiel de cette zone sont ouvertes toute la semaine. On n’y commercialise que des produits manufacturés ou des denrées alimentaires importées de l’étranger (café, thé, riz) ou produites dans d’autres régions du pays (certains fruits et légumes).

18Signalons également que la nature des produits vendus dans ce souq dénote le changement spectaculaire survenu dans les habitudes alimentaires durant ces trente dernières années. Nous reviendrons en détail sur ce point. Pour des raisons culturelles, les légumes et la farine n’étaient pas vendus dans le souq. Les légumes étaient des produits considérés comme superflus. Seuls les « mesquins » osaient les vendre pour tirer parti du superflu (lkdoub), et seuls les « paresseux » qui avaient négligé de les cultiver au moment voulu osaient les acheter, dit-on. La farine relevait de la compétence féminine : seules les femmes pouvaient la donner, la prêter ou l’emprunter aux autres femmes. La vente ou l’achat de la farine était supposé engendrer la misère et la récession. L’espace assigné à la poterie, dans ce souq, était aussi important que celui réservé aux grains ; aujourd’hui, les ustensiles culinaires généralement en plastique ont supplanté les ustensiles en poterie, et celle-ci s’est raréfiée dans l’espace du souq. Il en va de même de nombreuses productions artisanales locales : la bijouterie, la vannerie, la dinanderie.

Les équipements administratifs et sociaux

19Le bâtiment, lbirou, où siègent, chaque mercredi, les autorités locales - le caïd ou son adjoint le khalifa, en présence de cinq imgharn de la tribu -, où se réunit le conseil communal et où le juge de la commune arbitre les différends, a été édifié dès l’aube de l’indépendance. En effet, le paysan se rend au souq non seulement pour les transactions, mais encore pour le règlement des questions administratives : demande de certificat de résidence, autorisation de mariage. Le souq est également un espace de communication : le paysan y rencontre ses partenaires d’autres localités ou tribus, avec lesquels il traite des affaires (associations, prêts), organise des manifestations comme les mariages, le moussem, lamma, ou encore s’informe du coût de la vie et des événements régionaux. Outre ce bâtiment administratif, souq Larbâ a été doté d’une école dès 1960, et d’un dispensaire où exerce un infirmier depuis 1976. Malgré l’absence d’équipements même rudimentaires, et de médicaments, cet étabbssement permet depuis une quinzaine d’années, une meilleure couverture sanitaire de vaccination des enfants de la fraction nord de la tribu (Aït Saâdelli). Enfin une agence postale est venue renforcer ces équipements, elle facilite la communication entre les émigrés et la famille en assurant une meilleure distribution du courrier et en permettant un contact direct par téléphone.

20Cela est d’autant plus important que l’on préfère parler des questions familiales de vive voix plutôt que de les dévoiler aux inévitables rédacteurs et lecteurs de lettres, qui risqueraient de les divulguer. La sauvegarde de l’intimité familiale est essentielle dans la société atlassique.

21Ces dernières années, on a pu voir se développer la construction de logements et l’implantation de certaines familles aux alentours du souq. En 1967, un logement fut construit par un épicier à trois cents mètres du centre. De nos jours, plusieurs maisons sont bâties à la périphérie de la zone des boutiques et meublées sur le mode citadin. On projette d’électrifier ce centre, de l’alimenter en eau potable, et d’y édifier une mosquée. On assiste ainsi à la naissance d’un centre urbain à l’instar de Tazert chez les Glaoua Nord, et de Touama chez les Touggana, pour ne citer que les centres des tribus voisines. Il est évident que la naissance du centre du barrage des Aït Adel avait quelque peu marginalisé celui de Larbâ durant presque une décennie (1966 à 1974). Cependant, ce dernier a retrouvé son dynamisme grâce au développement important de l’émigration dans les localités les plus proches (Abadou, Aït Iktel) et à sa situation dans la zone la plus peuplée de la tribu — la fraction des Aït Saâdelli regroupe à elle seule presque la moitié de la population totale des Ghoujdama.

Réseau commercial et monétarisation des échanges

22Dans la fraction des Aït Izid (la partie sud de la tribu), un autre souq hebdomadaire (souq Ljmâa) a été créé récemment. Aussi, la tribu dispose-t-elle de trois souq hebdomadaires appelés à devenir des centres en voie d’urbanisation. Tout un réseau de petits points commerciaux à travers les fractions, notamment au sud de la tribu, en dépend. Ils vont de l’épicerie au véritable petit centre commercial composé de plus de dix boutiques. Les épiceries individuelles sont implantées dans différents hameaux ; par contre, les ensembles de boutiques sont établis en certains points stratégiques sur les voies de communication, et non loin des anciens mellah qui jouaient d’ailleurs un rôle économique et commercial important. Le centre d’Imi n Ougoug à Aït Saâdelli, créé depuis l’indépendance, à mi-distance des quatre localités, et à l’entrée d’un couloir constituant le passage obligé entre le piémont et les hautes vallées, l’illustre bien. Il se trouve à une centaine de mètres de l’ancien mellah de Taghzout dont l’abandon en 1961 alla de pair avec sa naissance et son développement. Trois cas similaires ont été observés dans les deux autres fractions (Aït Izid et Aït Hkim). Ces épiceries ne commercialisent que des produits de consommation quotidienne : sucre, thé, bougies, lessive. Bellaoui (1986 : 232) avance, notamment à propos du Cercle de Tahnnaout, une moyenne de 3,5 boutiques par douar.

23Les points de vente de la tribu sont hiérarchisés : d’abord, les grands centres développés en marge des souq hebdomadaires, puis les petits centres créés dans des points stratégiques (sur les voies de communication ou à proximité des anciens mellah), et enfin les épiceries des hameaux. Ce nouveau réseau qui couvre toute la tribu a fait disparaître les marchands ambulants - iâttarn (sg. aâttar) bouirouktn (potiers), boutisnt (marchands de sel) - qui troquaient leurs marchandises contre les produits locaux : céréales, laine, volailles. Leur clientèle était exclusivement féminine. La généralisation de l’épicerie à travers la tribu n’a pas seulement entraîné la disparition des marchands ambulants, mais encore elle a introduit la monétarisation des échanges et marginalisé la femme en tant que cliente. Or, cette dernière n’a accès au souq qu’exceptionnellement (seule la femme âgée qui n’a pas d’homme dans son foyer lui épargnant cette tâche peut aller au souq). Elle ne se rend pas à l’épicerie locale pour y faire ses propres achats, afin de ne pas être suspectée d’un autre commerce. Aussi, se décharge-t-elle de cette tâche sur les enfants.

24Cette introduction des nouveaux produits dans tous les hameaux de la tribu n’est pas forcément liée au développement ni à l’amélioration des voies de communication, comme l’avancent certains à propos d’autres régions du Maroc (Troin, s. d.) ; elle est plutôt due à une amélioration certaine du niveau de vie grâce essentiellement à l’émigration et aux liens permanents que les émigrés établissent entre les localités et la ville. En effet, les voies de communication sont encore moins importantes et moins entretenues qu’elles ne l’étaient à l’époque du Protectorat, surtout dans la partie sud-est de la tribu (Aït Rbaâ, Aït Hkim).

25Par ailleurs, on assiste à un développement unique jusque-là des activités commerciales dans toutes les localités, en raison de nouveaux besoins accrus en produits citadins, voire importés : cigarettes, lessive (Tide), limonade. Les commerçants constituent la catégorie socioprofessionnelle la plus aisée de ces régions (Bellaoui, 1986 p. 227). Un commerçant moyen gagne mensuellement entre mille cinq cents et deux mille dirhams. Par comparaison avec le revenu d’un émigré moyen (d’ailleurs supérieur à celui d’un paysan), celui d’un commerçant paraît considérable.

26La prospérité de ce secteur a permis à certains commerçants de devenir de vrais hommes d’affaires au niveau régional, et à d’autres, de constituer des capitaux grâce auxquels ils peuvent acquérir un fonds de commerce à Marrakech : ainsi, la seule localité des Aït Laâlam a vu émigrer quinze commerçants vers Marrakech. Les commerçants ainsi que certaines familles d’émigrés forment, de nos jours, la majorité des notables de la tribu. Ces commerçants peuvent être classés, d’une façon générale, en deux catégories : les petits et moyens commerçants (le petit épicier du hameau, ou l’épicier du « centre commercial » de la localité) et les grands commerçants. Ces derniers monopolisent la distribution des produits manufacturés et consommés localement, devenus de plus en plus nécessaires, ainsi que l’achat de la production locale (céréales, olives, produits forestiers, bétail) qu’ils écoulent ensuite, à Marrakech ou ailleurs. Ces notables qui contrôlent actuellement l’essentiel des activités commerciales voire économiques sont au nombre de huit et tous issus des lignages les plus anciens. Ils sont en outre les producteurs agricoles les plus importants de la tribu.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540