Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mutations sociales dans le Haut Atlas

 | 
Ali Amahan

III. Du Protectorat à l'indépendance ou l'ouverture de la tribu sur l'extérieur

10. L’émigration

Texte intégral

1Tout d’abord, il est utile de préciser que le terme émigration désigne ici l’action de quitter sa localité pour travailler ou vivre ailleurs, aussi bien au Maroc qu’à l’étranger. L’expression « exode rural » ne sera employée qu’exceptionnellement, car il ne s’agit pas ici de migration massive et définitive des habitants de la tribu vers les villes, mais d’un véritable flux et reflux de personnes (souvent les mêmes) entre les localités de la tribu et le Heu même de leur travail. Ainsi, userai-je des formules suivantes : émigration « définitive », émigration « saisonnière » et émigration « permanente ». Chacune de ses formules correspond, comme nous l’indiquerons plus loin, à une forme particulière d’émigration.

L’émigration traditionnelle

2L’émigration est, disons-le, un phénomène inhérent à l’existence même de la société atlassique : toutes les légendes relatives à l’établissement d’un groupe humain dans une vallée de cette région, soulignent l’émigration des habitants originels de la localité et insistent sur l’immigration des ancêtres des habitants actuels de cette localité (Berque, 1978 : 70 ; Amahan, 1983 : 62). Effectivement, l’étude d’un village des Ghoujdama (Abadou) démontre que l’émigration est un phénomène aussi ancien que l’établissement des lignages des localités du village (Amahan, 1983 : 135). Cette étude dégage deux formes d’émigration avant le Protectorat : l’émigration définitive et l’émigration saisonnière.

L’émigration définitive

3Cette forme d’émigration jointe à la famine chronique et aux épidémies était le principal facteur stabilisateur de la population. Le mécanisme de l’émigration définitive permettait à la famille de sauvegarder le patrimoine ancestral et d’éviter sa fragmentation par le « partage ». Il assurait ainsi, par là-même, sa pérennité.

4En fait, après la disparition du patriarche d’une grande famille (composée de plusieurs couples ou de plusieurs hommes célibataires), les cadets se voyaient dans l’obligation de quitter la localité après le « partage » et leur mariage, car le « partage » des biens d’un patriarche est rarement fait, pour ne pas dire jamais, d’une façon équitable. Même si, à Ghoujdama, on accepte la chariâ dans ce domaine, le « partage » favorise toujours le frère aîné : les différentes pressions sociales incitent les autres frères et sœurs à se résigner et à se contenter de ce qui n’affecte pas la pérennité de la famille dans la localité. Un « partage » égal provoquerait l’émigration de tous les descendants, car la part de chacun ne serait pas suffisante pour entretenir toute une famille et sauver sa dignité. On évitait taskat : travailler chez son voisin était presque une humiliation. La seule issue était de partir là où l’on ne pouvait croiser des regards connus réprobateurs non seulement envers la personne, mais encore envers tout son lignage. L’émigré ne revenait à son village que s’il était riche ; il cédait alors volontiers à l’aîné son maigre héritage dont il n’avait plus besoin. Dans le cas contraire, l’émigré préférait être qualifié d’imjli (perdu) et ne revenait au pays que si son statut social s’était amélioré. En outre, pendant les périodes de sécheresse et de famine, de nombreuses familles émigraient, en période difficile, vers les régions les moins touchées par la catastrophe. Le dernier exemple de ce genre remonte aux années 1944-1945. En raison des conditions nouvelles dans lesquelles vécut la société marocaine après la Deuxième Guerre mondiale, certaines familles émigrées demeurèrent sur leur lieu d’émigration, et l’on vit se constituer autour d’elles, de véritables colonies d’immigrés de la tribu. A titre d’exemple, on comptait à Azrou, au début des années 1950, trois familles ; aujourd’hui, la colonie dépasse cinquante familles qui sont presque toutes originaires de la localité de Tamsoult. Il faut signaler que l’un des premiers émigrés est devenu notable dans la petite ville d’Azrou. Sa notoriété et son influence soulignent l’importance de la colonie.

L’émigration saisonnière

5Cette émigration ne dure que trois à quatre semaines par an (de la mimai à la fin du mois de juin) et correspond à la saison des moissons dans les plaines voisines de la tribu (celles du Haouz et de Tadla). Ces riches plaines agricoles connaissent, à la période des moissons, une pénurie de main-d’œuvre qui engendre l’afflux important des montagnards voisins. Ainsi, tous les hommes valides de la tribu qui sont nécessiteux, descendent vers la plaine pour y travailler. Il est rare que l’on échappe à l’expérience de cette émigration. Les moissonneurs forment un groupe (rabaât) avant d’entreprendre leur voyage. Ce groupe se constitue selon les affinités de chacun ou les liens de parenté. Chaque groupe compte environ une dizaine d’hommes qui désignent parmi eux un chef (lmqdem n rbaât) dont le rôle est de gérer le groupe durant la période de l’émigration : il arbitre tout conflit, conseille les nouveaux membres inexpérimentés, gère lâouyn (les pro visions), négocie les salaires et les conditions de travail avec les « employeurs »... Le chef de groupe est choisi en fonction de son âge, de son expérience et surtout de sa réputation. Chaque moissonneur prépare soigneusement son équipement composé d’une faucille dentée (imgr) qui sert à la fois d’outil de travail et d’arme contre d’éventuels détrousseurs, d’un tablier en cuir tanné (tabanka), de deux roseaux (tighanimin) destinés à protéger l’auriculaire et l’annulaire de la main gauche, et d’un chapeau (tarazalt). Les groupes de moissonneurs de la tribu empruntent presque tous le même itinéraire à travers la plaine du Haouz et au sein des tribus de Tadla notamment les Beni Mesquin ; les plus téméraires atteignent même les confins du Sais. Cette émigration revêt, en plus de son aspect économique (de loin le plus important), un aspect culturel.

Aspect économique

6Le salaire des moissonneurs a une grande importance pour l’équilibre du budget familial de nombreuses familles pour lesquelles il représente plus d’un tiers de leur revenu annuel. Quoi qu’il en soit, le paysan moyen doit compléter son budget annuel par le revenu de la « moisson », lequel est consacré en premier lieu au remboursement des dettes contractées durant la saison hivernale, en second lieu à l’achat de vêtements pour tous les membres de la famille et pour toute une année. Le revenu est également destiné à faire face aux nombreuses dépenses estivales (cadeaux, frais d’organisation de mariages et occasionnés par d’autres festivités). Il sert enfin à acheter les céréales complétant la récolte pour constituer les provisions annuelles nécessaires (Amahan, 1983 : 174).

Aspect culturel

7Faire la moisson est un événement important pour les adolescents ; le voyage effectué dans des conditions pénibles représente un véritable rite de passage à l’âge adulte ; la journée débute à cinq heures du matin et ne s’achève qu’à trois heures de l’après-midi ; la nourriture est réputée pour sa mauvaise qualité. Il faut ajouter à cela l’éventuelle mauvaise foi des « employeurs » qui vont parfois jusqu’à refuser de payer les moissonneurs après leur travail. Les histoires d’abus de confiance entre partenaires sont nombreuses (Amahan, 1983 : 174).

8Cette émigration est aussi l’occasion d’apprendre la langue arabe, de découvrir d’autres contrées, un environnement social différent de celui des montagnards berbères. Autant ces derniers admirent la richesse et la puissance économique de leurs « employeurs » arabes, autant ils déplorent leur comportement social et religieux (le non-respect du ramadan, de la prière, les abus de confiance, la polygamie, considérée à Ghoujdama comme une tare). Le jeune berbère qui nous intéresse ici, ne se marie pas avant d’effectuer sa « première moisson ». Aussi, cette émigration est-elle une nécessité à la fois économique et culturelle. Si cette forme d’émigration se pratique encore de nos jours, elle a subi, depuis ces trente dernières années, certains changements : l’industrialisation de l’agriculture (utilisation de moissonneuses-batteuses) a réduit considérablement les offres d’emploi ; l’apparition de nouvelles formes d’émigration beaucoup plus rentables et moins pénibles a rendu l’émigration saisonnière plus aléatoire et plus rare.

Nouvelles formes d’émigration et leur impact socio-économique

L’émigration permanente

9Cette forme d’émigration est dite permanente car elle n’est pas définitive. L’émigré conserve un point d’attache avec la localité, notamment sa propre famille dont il a la charge ; il travaille et vit en permanence, et non plus d’une façon temporaire ou saisonnière, hors de sa localité. Il ne revient au pays qu’à l’occasion des fêtes et pour quelques jours. Il alimente régulièrement sa famille en argent. Cette forme d’émigration apparaît à Ghoujdama, avec l’instauration du Protectorat (Amahan, 1983 : 175) et les premiers soldats engagés dans l’armée française. En effet, les supérieurs permettaient aux soldats d’affecter à leurs familles les 5/12e de leur « solde » que les autorités locales versaient aux parents du soldat en quatre ou cinq versements. On s’est aperçu alors, que le départ définitif n’était plus la seule solution pour échapper aux difficultés matérielles. Dès lors, s’est élaboré un nouveau modèle et, par la suite, de nombreuses conditions favorables à son développement et à sa généralisation furent créées, comme l’amélioration des moyens de communication entre la région et les principales villes du pays notamment Marrakech. La route fut construite, sécurisée et équipée. A partir des années 1950, il y eut une véritable liaison hebdomadaire entre le souq principal de la tribu (souq Larbâ) et la ville de Marrakech. Enfin, la mise en route des grands chantiers de Casablanca déclencha une véritable ruée vers cet Eldorado qu’était devenue cette ville industrielle. De nombreux hommes valides et n’ayant que peu de terres, car cette forme d’émigration à l’instar de l’émigration saisonnière, ne permettait plus de travailler la terre, affluèrent vers les centres industriels. L’émigré devint ouvrier dans des secteurs non agricoles. Les premières vagues d’émigration vers Casablanca remontent donc au début des années 1950. Les émigrés s’engageaient tous dans le secteur des travaux publics (construction de routes). Le nombre des ouvriers, avant l’indépendance, était supérieur à vingt. Ainsi, l’amélioration de la situation de leur famille avait encouragé les jeunes inactifs à affluer vers Casablanca surtout après l’indépendance et à rejoindre leurs frères ouvriers. On comptait, pour la seule fraction des Aït Saâdelli, à la fin des années 1960, quarante ouvriers. Cependant, à cette époque même, l’émigration vers d’autres secteurs avait marginalisé celui de la construction de routes, recherché traditionnellement par les ouvriers de la tribu. De nos jours, ce dernier ne compte qu’une quarantaine de personnes dont douze conducteurs de chantier. La faible rémunération des ouvriers et l’apparition chez les retraités de certaines maladies professionnelles telle la cécité ont beaucoup découragé les nouveaux recrutés. En effet, à partir de la fin des années 1960, on assista à un développement jamais observé auparavant de l’émigration permanente, dû à la conjugaison de plusieurs facteurs ; je ne citerai que les principaux : la scolarisation, le recrutement de la main-d’œuvre pour la France et la construction du barrage des Aït Adel qui a permis aux nombreux paysans de la tribu de se convertir en ouvriers.

10Comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent, la scolarisation a encouragé l’émigration. Le jeune scolarisé se résout à quitter sa localité, non seulement pour des raisons économiques mais aussi pour des considérations d’ordre culturel, car il n’a pas droit à l’échec au sein de son groupe. L’oisiveté forcée de ces jeunes scolarisés n’ayant pu poursuivre leurs études et non initiés au métier de paysan est une véritable humiliation pour eux ainsi que pour leur famille. De plus, l’émigré scolarisé devient lui-même un facteur d’encouragement à l’émigration surtout dans le milieu familial (frères, cousins) : en plus de l’activité qu’il procure aux jeunes scolarisés, il leur assure de meilleures conditions d’intégration, aussi bien dans le milieu professionnel (intervention auprès des supérieurs) que dans le lieu de résidence (prise en charge pendant les premiers mois, voire la première année).

11La réalisation du barrage des Aït Adel (de 1968 à 1970) a renforcé le mouvement migratoire des hommes vers la ville mais aussi vers toutes les régions où se réalisent de grands ouvrages (barrages, ports, aéroports). Dans ce cas précis, l’émigré est relativement spécialisé dans le secteur du bâtiment. Il acquiert sur les chantiers des barrages une certaine qualification : « boiseur », maçon, « ferrailleur ».

12Revenons à l’émigration à l’étranger, notamment en France. Elle a débuté en 1967. A cette date, un émigré scolarisé (enseignant) est parvenu à intéresser à la localité d’Abadou, en partie grâce à l’intervention de sa communauté religieuse, un recruteur français. Ce dernier a organisé chaque année jusqu’en 1972 des tests psychotechniques de sélection pour les candidats de toute la fraction des Aït Saâdelli. Au cours de cette période, soixante ouvriers ont émigré en France. Grâce au regroupement familial et aux mariages des célibataires, la colonie de Ghoujdama en France s’élève actuellement à plus de trois cents personnes.

13Ces dernières années ont vu l’apparition et le développement de l’émigration des fillettes vers les villes où elles sont engagées dans des familles comme bonnes. Ce triste phénomène affecte de plus en plus le territoire national (Salahdine, 1987 : 113 et 115). En 1986, on comptait déjà vingt fillettes pour les seules localités des Aït Iktel et d’Abadou (Amahan, 1988a : 18). Les premières générations en âge de se marier étaient déjà de retour dans leur localité et le problème de leur mariage se posait. Ces filles qui avaient grandi en ville, et aux manières citadines, parfois contraires à la morale locale, trouvaient difficilement un partenaire dans leur localité. Elles avaient, en plus, de nombreuses difficultés à réintégrer leur milieu d’origine.

Impact socio-économique

14De nos jours, chaque famille compte, au minimum, un émigré parmi ses membres. Prenons l’exemple de la localité des Aït Iktel : sur 102 familles, 150 personnes travaillent hors de la localité. Seule une famille ne reçoit pas encore d’apport matériel provenant de l’émigration. 30 % des émigrés résident avec leur famille sur le lieu de leur travail ; leurs enfants ne sont plus considérés comme des émigrants de la localité car ils ne procurent aucun apport aux familles de leurs parents. Pour l’ensemble de la tribu, la population émigrée était estimée en 1989, à 3 721 personnes sur un total de 18 433 personnes, ce qui représente plus de 20 %. Ce pourcentage est considérable en regard à la population masculine active. Comparé aux ressources locales, l’apport de l’émigration est important. Déjà en 1986, l’apport moyen d’un émigré était estimé à dix mille dirhams (Amahan, 1988a : 18) alors que le revenu d’une exploitation familiale moyenne de cinq à dix hectares, qui représente d’ailleurs la majorité des exploitations, à savoir plus de 92 % (Ait Ourir, 3, 1989 : 7), était estimé à sept mille dirhams en 1989. La production est encore très limitée puisque le rendement par hectare ne dépasse guère deux quintaux, donc une moyenne de quinze quintaux de céréales par famille. Cela ne représente même pas la moitié du revenu d’un émigré, quand bien même on joindrait à cela le maigre revenu de l’élevage qui consiste, dans la plupart des cas, en un bovin et en une bête de somme.

15L’émigration permanente est donc devenue, en l’espace de trente ans, la principale ressource économique de la tribu. De nombreuses activités économiques s’y sont développées au cours des deux dernières décennies grâce à l’émigration, au commerce, au transport, à la construction.

16En effet, on assiste à la naissance et à l’expansion de vrais centres commerciaux permanents à l’emplacement même des souq hebdomadaires, ou tout simplement à côté des grandes agglomérations. En effet, ces centres fonctionnent à l’instar des marchés de quartier en ville où l’on peut s’approvisionner quotidiennement en viande et en légumes. Le transport par camion des personnes et des biens de consommation s’est particulièrement accru ; on compte au moins un véhicule par localité. La construction de nouvelles demeures ou la rénovation d’anciennes maisons est une activité vivante de nos jours, d’autant plus que la conception actuelle du bâti, intègre des espaces adaptés à de nouvelles fonctions, inconnues de la maison traditionnelle locale : salle d’eau, toilettes. On note également l’emploi, dans l’édification des bâtisses, de nouveaux matériaux de construction tels le ciment ou le fer. Grâce à toutes ces activités, de nombreuses familles vivent indirectement de l’émigration, car les principaux promoteurs de ces opérations sont des émigrés et leurs familles. Certains commerçants s’en sont même enrichis. Par ailleurs, on n’observe aucun investissement dans ces projets de construction, qu’ils soient industriels ou agricoles, en dehors de quelques affaires commerciales à Marrakech et d’une dizaine de petites exploitations agricoles dans la plaine du Haouz.

17Les émigrés les mieux rémunérés, notamment ceux qui sont scolarisés ou les ouvriers à l’étranger, emmènent leur famille avec eux ; par contre les autres, qui forment la majorité écrasante, se voient dans l’obligation de laisser leur famille résider dans leur localité d’origine. En effet, la cherté de la vie citadine, avec la location de logements et d’autres charges inconnues des zones rurales (scolarisation, bain, frais médicaux, taxes urbaines) impose cette situation. Nous assistons ainsi, à la renaissance du phénomène des grandes familles constituées de plusieurs couples, qui avait presque disparu avec l’indépendance.

18En effet, dans les années 1960, les grandes familles éclatèrent par suite de l’émigration. L’émigré qui avait acquis son autonomie financière, se séparait de ses parents ou de ses frères, souvent sous la pression de sa femme ou de ses beaux-parents. Cependant, toute femme d’émigré qui vit seule, attire des soupçons ; sa fidélité est souvent mise en question. Certains émigrés reçoivent même des lettres anonymes ou familiales relatant les aventures de leur épouse. Ainsi, pour sauvegarder l’honneur familial, l’épouse et les enfants sont confiés au plus proche parent (père, frère ou belle-mère). On compte, de nos jours, 40 % de familles comprenant plusieurs couples dans la plupart des localités. Les familles modestes, majoritaires dans la communauté, tirent leurs principales ressources de l’apport de l’émigration.

19Mais la gestion de cet apport reste entre les mains des commerçants. En effet, l’émigré est pris dans un cycle infernal d’endettement et de remboursement de la dette selon le système suivant : le commerçant, en l’occurrence le notable du lignage, fournit à la famille de l’émigré, qui est souvent de son lignage, ce dont elle a besoin en attendant le retour de ce dernier. On retrouve les mêmes rapports mis en évidence ci-dessus : des rapports de solidarité et de domination à la fois entre les notables et le reste des membres de la communauté de la localité. Les émigrés issus de familles pauvres et ayant réussi leur émigration s’intègrent aux familles de notables par le mariage.

20Même si la majorité des familles à Ghoujdama comptent sur l’apport de l’émigration dans leur budget annuel, seules les familles les plus aisées en tirent un profit important. D’abord, les émigrés issus de ces familles sont les plus rémunérés car ils sont généralement scolarisés ; ensuite, l’apport de l’émigré joint à l’aisance de la famille permet à celle-ci, d’une part, d’acquérir d’autres biens (terres et arbres fruitiers), d’autre part, de contrôler les activités économiques locales les plus rentables, à savoir le commerce et le transport : tous les véhicules (camions) utilisés aussi bien pour le transport des personnes que pour celui des marchandises appartiennent à ces familles. Ainsi, les familles de notables par le biais du monopole de distribution des produits de consommation, bénéficient plus que d’autres, de l’émigration.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540