Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mutations sociales dans le Haut Atlas

 | 
Ali Amahan

II. La double domination du Glaoui et du Protectorat ou la déstabilisation du système traditionnel

5. Occupation de l’espace et diversité des ressources

Texte intégral

Organisation spatiale suivant un ordre naturel

L’organisation spatiale selon les étages écologiques

1L’espace s’organise à partir des agglomérations, ddchoura (Fay, 1979 : 84), les plus anciennes localisées dans les vallées les plus irriguées et les moins accessibles aux éventuels envahisseurs. Ces vallées sont appelées tamazirt (patrie, pays).

2A Ghoujdama, les vallées les plus importantes et les plus anciennement occupées, sont au nombre de trois. Elles correspondent aux trois fractions d’origine : Aït Saâdelli, Aït Izid et Aït Hkim. Ces vallées sont situées à une altitude comprise entre 1 000 et 1 500 m.

3A partir de tamazirt, les habitants distinguent plusieurs zones déterminées par l’altitude et qui correspondent donc à une organisation suivant un axe vertical (carte 7) :

4Tamazirt (pays), zone à partir de laquelle s’opère l’organisation ;

5Tagant (forêt), située entre 1 500 et 2 500 m ;

6Igoudlan (pâturages), zone des sommets comprise généralement entre 2 500 et 3 200 m ;

7Le Dir, partie de l’espace tribal comprise entre les vallées irriguées et la plaine (entre 600 et 1 500 m environ) ;

8Azaghar (plaine), petite partie du territoire de la plaine du Haouz entre Tazert et la Tassaout.

7. Les grandes unités d’utilisation du sol

Tamazirt (pays)

9Cet étage a un statut particulier ; il constitue la partie principale du territoire que les autres complètent. C’est l’espace le plus productif et le plus performant. On y pratique deux cultures par an, celle d’hiver (blé, orge, navets, carottes) et celle d’été (maïs, millet, courgettes, aubergines, etc.). C’est également une zone arboricole de noyers, figuiers et surtout d’oliviers. La partie non irriguée, exploitée en cultures d’hiver, sert de parcours après les moissons. Tamazirt est une zone de sécurité alimentaire. Grâce à l’irrigation, les paysans parviennent à sauver au moins une récolte durant les années de sécheresse.

10La morphologie du terrain a permis d’instaurer un système de sécurité « politico-militaire » contre toute incursion ou tentative de domination. En effet, on peut encore remarquer sur toutes les hauteurs, les ruines des ichbarn (pl. de achbar, postes de guet), véritables remparts de défense traversant le territoire de la tribu d’est en ouest, à la limite du Dir et de tamazirt (vallée).

Tagant (forêt)

11Cette partie du territoire est considérée comme une propriété collective. Chaque localité connaît parfaitement son territoire (sa tagant). La communauté, plus particulièrement les habitants des ddchoura les plus proches, l’exploite : Addar, Tizi, Azrif (de la fraction des Aït Saâdelli) ainsi que les localités des autres fractions notamment celles des Aït Rbaâ. Elle est utilisée comme parcours pour l’élevage des caprins. Elle fournit du combustible, du bois de charpente et du bois employé pour la menuiserie. Ainsi, certains ddchoura et localités proches de la forêt se sont-ils spécialisés dans l’exploitation des essences environnantes. Cette spécialisation est due à l’abondance des essences au voisinage des localités concernées. Les Aït Ouddar fabriquent des instruments agraires et des objets de mobilier tels tizlafin (récipients), tiharrachin (petits récipients), tifrda (mortiers), etc. Les Aït Ouzrif vendent le bois de charpente (poutres, solives). Les Aït Rbaâ (Tarast), quant à eux, exploitent l’écorce de pin (tinouat) pour tanner les barattes (tiguiouitin) ou bien ilmsirn (peau tannée) sur laquelle on façonne des galettes après le pétrissage de la pâte. Ils exploitent généralement l’écorce de racines de chêne vert (dbagh) que les Aït Iktel, localité située dans la partie inférieure du piémont, leur achètent et revendent aux tanneurs de Marrakech. Vers 1926, les autorités du Protectorat délimitèrent la forêt et l’intégrèrent dans le domaine de l’État d’après le dahir de 1917. Cela provoqua de vives protestations de la part de tous les habitants y compris du khalifa Nacer ou Ah Yâich que l’on destitua pour s’être opposé au nouveau statut de la forêt. L’interdiction de la zone de la forêt a suscité bien des conflits d’une actualité parfois dramatique et a déclenché un processus de déboisement effrayant que l’on comprend mal de nos jours. Je reviendrai plus loin sur cette question.

Igoudlan (pâturages)

12Cette zone se trouve dans la partie la plus au sud du territoire de la tribu. Elle représente la plus grande partie du territoire de la fraction des Aït Izid, mais les pâturages peuvent être exploités par les autres fractions. Ce sont des pâturages d’été (Anargui) que les Glaoua utilisent d’ailleurs tout autant que les Ghoujdama. Cela a posé quelques problèmes durant les années 1970 : les Glaoua (Aït Ighi) en labourant la partie qu’ils estimaient la leur, violèrent la tradition régissant le territoire ; cela déclencha un conflit entre les deux fractions.

Le Dir

13Il couvre la plus grande partie du territoire reliant la plaine aux vallées. Chaque fraction, voire chaque lignage a une portion de ce territoire dont l’importance réside en ce qu’il constitue la voie d’accès à la plaine (azaghar). C’est le territoire non irrigué (lbour). Il ne produit qu’une seule culture, celle d’hiver et n’est vraiment rentable que pendant les années pluvieuses. Ce secteur a toujours été considéré comme un espace vital, occupé par les habitants en période de sécurité mais abandonné lors des conflits. Tout cet ensemble de ddchoura était constitué de maisons « secondaires » qui n’étaient habitées que lors des labours, ou pendant la période allant du printemps aux moissons.

Azaghar (plaine)

14Azaghar (plaine) désigne la plaine de la tribu la plus au nord. Cette zone est rentable durant les années pluvieuses. On n’y remarque aucune installation humaine en dehors des ifran, grottes creusées et aménagées au pied du Dir pour y entreposer les céréales et la paille jusqu’en hiver, saison des grands besoins alimentaires, aussi bien pour les animaux que pour l’homme. Ces grottes servent également d’habitation provisoire aux laboureurs en automne.

15Le caractère limitrophe de cette zone avec celle des tribus arabophones des plaines - Zemran et Sraghna - a permis de tisser des liens d’amitié et d’établir des rapports de clientèle entre les familles des Ghoujdama et celles de ces tribus ; d’ailleurs, chaque famille n’a-t-elle pas « son arabe », ou « son juif », comme elle a « son amzil » (forgeron) ou « son godrar » (montagnard), comme on se plaît à dire dans la tribu ? Ces familles entretiennent des relations commerciales, d’échanges de services, et développent tout un système de solidarité.

16Lors des années de sécheresse en plaine, les Arabes se déplacent durant la saison estivale et l’automne, avec leur bétail, chez leurs clients Ghoujdama en montagne. Les montagnards, pour leur part, descendent pendant la saison printanière dans la plaine (à Lhdra) avec leurs troupeaux. Ceci nous amène à aborder le mécanisme des échanges verticaux, ou complémentarité verticale, largement étudiée dans le Haut Atlas par plusieurs chercheurs (Dresch, 1939 : 29-56 ; Berque, 1953b : 289-314 ; Garrigues-Cresswell, 1988 : 43-52).

La complémentarité verticale

17Examinons d’abord la complémentarité entre les différents niveaux écologiques de la tribu puis entre la montagne et la plaine.

18Comme nous l’avons vu, les conditions naturelles de chaque zone lui confèrent une spécificité de production. Les localités des Aït Izid et des Aït Hkim produisent de la laine, des noix et du millet, et pratiquent le tissage.

19Celle des Aït Rbaâ ainsi qu’une partie de celle des Aït Saâdelli (zone de la forêt) fournissent du bois, du charbon, produisent du miel, de la viande de caprins. Un peu plus bas, dans les localités des Aït Tamsoult, Aït Iktel, Abadou, Aït Adel, on produit des céréales en grande quantité, de l’huile d’olive, de la viande d’ovins et de bovins. On assiste alors aux échanges des différentes productions d’une part entre les Aït Saâdelli et les Aït Hkim. Les localités occupant le niveau le plus bas des vallées, Aït Iktel, Abadou, pratiquent un double échange ; elles achètent des produits forestiers et même du bétail qu’elles commercialisent dans les plaines ou tout simplement à Marrakech. Elles procurent à leurs partenaires des vallées les plus hautes, de l’huile et des céréales. La commercialisation des produits manufacturés est réservée à la communauté juive ainsi qu’aux marchands ambulants (aâttar). Il faut préciser que les deux localités situées dans la partie inférieure de la vallée de l’oued Addar, Aït Iktel et Abadou, comprise entre la zone du Dir et celle des vallées, possèdent un souq depuis au moins trois siècles. La tradition orale et quelques archives familiales ont mentionné l’emplacement des anciens souq. La situation géographique impose, sans aucun doute, un point de rencontre et un lieu d’échange : le souq. En effet, on trouve ce genre de petit marché à une même altitude dans deux tribus voisines, Lkhmis n Inzaln dans la tribu des Glaoua, Sebt de Touama dans celle des Touggana. Ces petits souq distants de la plaine d’une quinzaine de kilomètres constituent le premier Heu d’échanges avant les grands souq qui ponctuent les limites entre la montagne et la plaine, tels Tazert, Sidi Rahal, Aït Ourir, où se pratiquent cette fois-ci des échanges intertribaux.

20L’existence d’un souq dans la localité d’Abadou est attestée depuis le XVIIIe siècle. Ce marché s’est déplacé à trois reprises, changeant de jour d’organisation. Observé d’abord à Imi n Tizgui puis à Abadou, il se tient actuellement à Tifenouart mais toujours dans un rayon de deux à trois kilomètres. Dans ce souq interne ont lieu des échanges interfractionnels ou entre les localités, ce qui n’exclut pas, bien sûr, d’autres échanges entre familles et lignages.

21Comme on vient de l’évoquer, les grands souq étaient le cadre d’échanges intertribaux, telles les transactions de bovins, de bêtes de somme et de produits manufacturés en grande quantité. Les relations de clientèle entre certaines familles de la montagne et de la plaine sont séculaires. Parfois des alliances matrimoniales en résultent, mais ce sont surtout des échanges de services et de produits qui motivent ces relations. On a souvent associé ces échanges à un mouvement du haut vers le bas (de la montagne vers la plaine). Cependant, le déplacement des hommes et du bétail se fait parfois de bas en haut. En effet, pendant les années de sécheresse, les Arabes de la plaine remontent en été avec leur bétail chez leurs alliés berbères de la montagne où ils s’approvisionnent en céréales, huile d’olive, noix...

Organisation spatiale selon un ordre culturel

22Si l’organisation spatiale verticale obéit aux étages écologiques d’ordre naturel, l’organisation spatiale horizontale relève d’un ordre culturel. En effet, si l’espace s’organise verticalement à partir de la localité (village), il s’organise horizontalement à partir de la maison.

23Nous ne reviendrons pas sur un certain nombre de détails déjà traités (Amahan, 1983 : 115-122). La maison est évoquée ici, en tant qu’élément de repère pour distinguer les différentes articulations dans l’organisation de l’espace.

24Dans toutes les localités, surtout les plus anciennes, les maisons sont orientées vers le sud-est ou vers le sud-ouest, donc, d’une façon générale, suivant un axe est-ouest, c’est-à-dire du levant vers le couchant. Par contre, elles ne sont jamais orientées vers le sud (le haut), afin d’éviter le chergui (sirocco), ni vers le nord (le bas) afin de ne pas être exposées au choutt (vent glacial d’hiver).

25La maison est entourée d’un espace de protection (lmharib) qui ne peut jamais être exploité, hormis la façade frontale comportant une zribt (enclos ou entrée) que délimite une haie de branchages.

26L’enclos ouvre directement sur tasoukt (voie publique du ddcher). Tout autour du ddcher, du côté de la zone irriguée (igran, les champs), chaque maison possède un jardin ou un potager (ourti). On en compte un par famille et seuls ses membres ont le droit d’y pénétrer.

27Cette association du jardin et de la maison est en fait générale dans tout le Maroc, même dans les villes. Au XIe siècle, le géographe andalou Al-Bakri rapporte à propos de Fès : « [...] chaque habitant a devant sa porte un moulin à lui et un jardin rempli d’arbres fruitiers et coupé par des rigoles » (1965 : 226). Dans une tribu des Jbala, G. Fay observe que :

Chaque maison se prolongeait par un petit jardin ou verger consacré à des cultures intensives. Ces jardins qui formaient comme une ceinture autour des maisons prenaient davantage d’extension si les sources en eau permettaient une irrigation estivale. (Fay, 1979 : 1-2.)

28A Ghoujdama, souvent ourti est assimilé à la maison. D’ailleurs, la violation d’un ourti est punie de la même manière que celle d’un domicile.

29L’espace limitrophe du côté de la zone non irriguée (neg terga) comprend d’abord ilboura (pl. de albour), territoire non irrigué, non préparé pour être cultivé, souligne Al-Marfiqi (p. 19). Il englobe également inrarn (aires de dépiquage) situées en général, dans un espace collectif non exploité, considéré comme un espace vital pour le ddcher ou pour la localité : tiflout n ddcher (porte de l’agglomération). S’y ajoute le reste de la partie du territoire non irrigué, appelé lkhla (le vide ou plus précisément le territoire non occupé) bien qu’il s’agisse des terres melk comme d’ailleurs pour la partie irriguée. Labouré en hiver, il est utilisé en été comme parcours sur chaume. Cet espace s’étend jusqu’à la forêt ou jusqu’aux frontières des territoires d’autres localités.

30Ainsi, l’espace s’organise horizontalement à partir de la maison jusqu’aux limites de la localité. L’organisation verticale, de son côté, s’opère à partir de la localité jusqu’aux frontières des territoires tribaux. Ceci nous amène à définir l’unité spatiale qui est la localité. Celle-ci possède, en sus des espaces communs évoqués plus haut, une source, un canal, un bassin et une mosquée ; elle est gérée par ljmaât donc elle constitue l’unité socio-spatiale de la tribu. Comme l’a déjà affirmé G. Fay (1986 : 149-164), l’unité socio-spatiale est plutôt la localité que la fraction ; en effet, la fraction apparaît de nos jours comme un ensemble de localités qui n’ont pratiquement plus d’institution commune, en dehors bien sûr de l’amghar, depuis la disparition des Aït Rbâyn.

Système d’irrigation

31Le canal est un élément important aussi bien dans l’organisation de l’espace que dans son exploitation. Dans la tribu, de nombreuses localités possèdent un canal et pratiquent l’irrigation. Cependant, le système hydraulique diffère d’une localité à l’autre selon l’abondance des eaux d’irrigation ou l’espace irrigable. Il diffère surtout selon la nature des eaux utilisées ; en effet, les eaux de source ne sont pas distribuées de la même manière que celles de surface.

32Dans la plupart des vallées du Haut Atlas, la question hydraulique est, depuis toujours, un point de discorde entre les usagers. De nombreux docteurs de la loi (qoudat) ont consacré des consultations juridiques (fataoui) à cette question ; je songe en particulier à Aïssa ben Abderrahman Al-Rigragui (XVIe siècle) qui a fourni de nombreuses réponses (ajouibat) aux questions posées par des parties en conflit, venues surtout du Haut Atlas et de l’Anti-Atlas (cf. doc. 6). Dans ses réponses, ce fqih insiste sur le respect de la tradition orale et locale (âourf al-bilad).

33De ces ajouibat ressort la distinction entre le cadre juridique régissant les eaux de surface (oued) et celui régissant les eaux de source. Ce fqih déclare, en effet, que les eaux de surface ne s’achètent ni ne se vendent. Leur répartition obéit à un ordre de succession topographique ; toutes les parcelles cultivées doivent être irriguées systématiquement (ounmila) d’amont en aval.

34Les eaux de source peuvent être des biens melk (propriété privée). Ainsi, le droit d’eau peut être transmis par achat ou par héritage sans que l’on ne tienne compte des parcelles à irriguer. Dans ce cas, le système de distribution suit un ordre fixe de succession dans le temps (taouala n ouman) : le tour d’eau.

35On rencontre ces deux systèmes dans différentes localités de la tribu.

36Les localités de la fraction des Aït Izid ne pratiquent pas l’irrigation ; pour celles des Aït Hkim, proches de la vallée de la Tassaout, l’irrigation est déterminante dans l’exploitation agricole. Au sein des localités de la fraction des Aït Saâdelli, on remarque une utilisation ingénieuse des eaux d’irrigation. Cela tient à deux raisons : d’abord, la disponibilité d’un grand espace à irriguer, ensuite, l’insuffisance des eaux d’irrigation.

6. Extrait des Ajouibat d’Al-Rigragui, réponses aux questions relatives au droit d’eau, d’irrigation, de répartition

37Nous évoquerons ici, les systèmes de distribution des eaux dans plusieurs localités de cette fraction. L’on rencontre généralement deux systèmes, la distribution à tour de rôle (taouala) et la succession topographique (ounmila).

38Le choix du système dépend à la fois du débit du canal et de l’espace à irriguer. En effet, le système de la succession topographique (ounmila) n’est employé que dans le cas où le débit est important et l’espace à irriguer assez réduit, comme dans le cas du canal de Tighzouine dans la localité des Aït Iktel.

39Les deux systèmes peuvent être combinés quand le débit du canal est abondant, et le territoire alimenté par le canal, important ; tel est le cas du canal d’Amkkirks qui irrigue le territoire d’un grand nombre de localités de la fraction des Aït Saâdelli.

Système de distribution des eaux d’irrigation : cas de la localité des Aït Iktel

40La distribution de l’eau à Abadou est fondée sur sept tiram correspondant aux sept jours de la semaine. Chaque tirmet correspond à 24 h (un jour et une nuit) ; c’est un « tour d’eau ». Le même terme désigne aussi le repas.

41Si la nuit est répartie selon l’apparition des étoiles, la journée d’irrigation est répartie en quatre quarts (on verra plus loin que ce sont quatre parties inégales), non selon un horaire, mais selon la marche du soleil. Par conséquent, l’estimation se fait au moyen de l’ombre.

42C’est ainsi que le premier quart commence à lefjer (l’aube), jusqu’à ce que l’ombre d’une personne mesure vingt de ses pas dans le sens du couchant. Dans ce laps de temps (5 h à 8 h), l’ombre est d’autant plus grande que le soleil est bas.

43Le deuxième quart commence à la fin du premier jusqu’à ce que l’ombre portée mesure cinq pas toujours en direction du couchant (8 h du matin à 10 h 30), car l’ombre diminue au fur et à mesure que le soleil monte.

44Le troisième quart débute à la fin des cinq pas dans le sens du couchant jusqu’à cinq pas dans le sens opposé, c’est-à-dire vers le levant. Le soleil se rapprochant progressivement du zénith, l’ombre d’un homme, dans cet intervalle, diminue jusqu’au point zéro lorsque le soleil passe au zénith, puis grandit vers le levant lorsque le soleil descend vers l’ouest. Le troisième quart dure de 10 h 30 à 14 h 30.

45Le dernier quart est le restant de la journée, c’est-à-dire à partir du troisième quart jusqu’au couchant (18 h 30).

46La nuit est également répartie en quatre quarts suivant l’apparition des étoiles :

47A partir de aghllayt n tafouk (coucher du soleil) jusqu’à l’apparition de la voie lactée asif n ignouan (litt. : rivière du ciel).

48De asif n ignouan jusqu’à ammas n iyd, c’est-à-dire de l’apparition de la voie lactée jusqu’à minuit.

49Pendant les deux derniers quarts - la deuxième moitié de la nuit l’eau est répartie d’après une autre méthode : on accumule l’eau dans un bassin jusqu’au matin puis on immerge une baguette jusqu’à ce qu’elle touche le fond. La portion mouillée est divisée en deux parties égales délimitées par un signe (encoche dans le bois). Après avoir réintroduit la baguette dans le bassin, on procède à un tirage au sort : celui qui a été désigné pour commencer, débouche le bassin et irrigue jusqu’à ce que la quantité d’eau correspondant à la partie supérieure de la baguette soit évacuée. Après quoi, le second reprend. C’est ainsi que la longueur « mouillée » de la baguette correspond aux deux quarts de la nuit d’une part, et d’autre part à un volume d’eau.
Pour rendre le partage de l’irrigation encore plus équitable [...], on répartit de la façon suivante les moments consacrés à l’irrigation : ceux qui ont irrigué la nuit irrigueront la journée la semaine suivante et vice-versa. De même ceux qui irriguent le matin pendant une semaine, irriguent l’après-midi de la semaine suivante. (Amahan, 1983 : 79-80.)

50Il y a donc autant de tiram (sept) que de jours dans la semaine. Les six premières correspondent aux familles les plus anciennes de la localité. La tirmet équivalant au septième jour de la semaine est appelée amagour (le restant) ; elle est attribuée à la famille dont le territoire assure le passage de la partie en amont du canal.

51Le système de distribution de l’eau montre d’une part les familles les plus anciennes qui subsistent encore, ainsi que celles qui ont disparu, et d’autre part celles qui sont nouvellement installées dans la localité. En effet, la tirmet se transmet par achat ou par héritage, toujours avec son nom qui est celui de la famille propriétaire initiale. Par ailleurs, le droit d’eau d’irrigation peut nous renseigner sur les liens familiaux existant dans le passé. Le « partage » d’une tirmet explique les liens entre plusieurs lignages plus encore que les terres dont le changement de nom obéit à celui des propriétaires. De nos jours, une grande partie des tiram est concentrée entre les mains d’une famille puissante, Aït Lkharraz, dont le chef était, dans les années 1940, le dernier amghar de la tribu. Depuis trois ans, la dispersion du patrimoine de cette famille a suivi la disparition du patriarche. Les biens furent alors acquis en partie par une famille commerçante devenue prospère grâce à la clientèle que constituaient les familles d’émigrés plus consommatrices que productrices. En effet, le commerce fructifie au gré du développement de l’émigration. Nous reviendrons sur ce point (chapitre 11).

52Les trois tableaux suivants (nos 2, 3, 4) démontrent que le droit d’eau d’irrigation est souvent concentré entre les mains d’un nombre restreint de familles. La lecture du premier tableau fait apparaître qu’à la fin du XIXe siècle, la famille des Aït Oumahan exploitait trois tiram sur sept que se partageaient toutes les familles de la localité. Les archives familiales mentionnent que les Aït Oumahan avaient le pouvoir sur la fraction à cette époque. On constate dans le deuxième tableau que la famille des Aït Lkharraz avait concentré entre ses mains presque la moitié des droits d’eau de toute la localité. En effet, le chef de cette famille avait été désigné par le Glaoui, amghar de la fraction durant la décennie 1940-1950. Ces années de disette et de famine avaient contraint les propriétaires à céder leurs biens pour survivre. On assiste actuellement, comme il ressort du troisième tableau, à la concentration du droit d’eau entre les mains d’une famille commerçante, celle des Aït Oumzdaou. Après l’indépendance, cette famille comptait parmi ses membres le premier lmqdem de la localité. Cette famille est devenue de nos jours, la famille la plus prospère de toute la localité grâce au développement du secteur commercial dû à l’ampleur de l’émigration (voir infra, chapitre 10).

53La concentration des droits d’eau d’irrigation va normalement de pair avec celle des terres. Ainsi, dans cette localité comme dans d’autres, telle celle de Tamsoult, quelques familles seulement possèdent une grande partie des terres cultivables. La concentration de ces biens est liée au pouvoir. Lorsqu’une famille a le pouvoir aussi bien au niveau de la localité qu’à celui de la fraction ou de la tribu, elle s’enrichit en usant de son pouvoir et parfois en abusant de sa puissance. Cet enrichissement passe, bien sûr, par la concentration des biens (terre et bétail). Cependant, depuis ces deux dernières décennies, on remarque un renversement de la situation grâce au phénomène de l’émigration : le flux d’argent engendre une intense activité commerciale faisant des commerçants la catégorie la plus riche des localités de la tribu. Par ailleurs, les commerçants sont souvent issus de familles de notables. Cette catégorie de riches a concentré entre ses mains une grande partie des terres ; elle se dispute aujourd’hui le poste d’amghar et celui de président du conseil communal.

2. Répartition de l’eau d’irrigation dans la localité des Aït Iktel à la fin du XIXe siècle

2. Répartition de l’eau d’irrigation dans la localité des Aït Iktel à la fin du XIXe siècle

N.B. La 7e tirmet, appelée amagour (le restant), est attribuée à la famille des Aït Oumahan en compensation du passage du canal dans son territoire.

3. Répartition de l’eau d’irrigation dans la localité des Aït Iktel à la fin du Protectorat

3. Répartition de l’eau d’irrigation dans la localité des Aït Iktel à la fin du Protectorat

4. Répartition de l’eau d’irrigation dans la localité des Aït Iktel en 1990

4. Répartition de l’eau d’irrigation dans la localité des Aït Iktel en 1990

Le système tend vers le blocage : cas du canal d’Amkkirks

54La source d’Amkkirks est la source la plus importante de toute la tribu grâce à l’abondance de son débit et à l’importance de la surface irriguée.

55Le système de répartition de ses eaux est le plus complexe que l’on puisse observer à Ghoujdama. Trois localités - Aït Laâlam, Aït Tmen et Aït Tamsoult - se partagent le débit de cette source. La répartition obéit à un système complexe qui respecte à la fois l’ordre de succession topographique et celui fixe, de succession dans le temps (tabl. 5). En effet, l’eau est d’abord répartie en quatre ismday (pl. de asmdi) que l’on peut traduire par le terme de vanne. Chaque vanne porte le nom de l’espace qu’elle irrigue. Ces ismday classés d’amont en aval sont : Labouar, Tyhboussyn, Louazn et Tasqaqyn. La distribution commence par la vanne la plus proche du barrage. Chaque vanne comporte cinq tiram auxquels il faut ajouter quatre tiram (quatre jours et nuits) appelés khlalt, attribués au clan des Aït Toukart pour les dédommager des dégâts causés par le canal dans leur territoire, fait que nous avons déjà cité plus haut, chez les Aït Iktel (voir tabl. 4).

56Si les vannes (ismday) se réfèrent à l’espace irrigué à partir de ces dernières, les tiram qui composent les ismday, évoquent, pour leur part, les familles propriétaires initialement. La répartition se fait selon les deux systèmes évoqués plus haut :

57Au niveau des ismday (vannes), on observe l’emploi du système de la succession topographique (ounmila). D’ailleurs, chaque vanne porte le nom du territoire qu’elle alimente. L’irrigation commence de l’amont vers l’aval.

58Au niveau des tiram, c’est-à-dire à l’intérieur de chaque asmdi, la répartition est faite selon l’ordre fixe de succession dans le temps. En effet, chaque asmdi est composé de cinq tiram, excepté le dernier qui porte le nom de khlalt et qui ne renferme que quatre tiram. Ainsi, le tour d’eau d’un usager revient cycliquement tous les vingt-quatre jours. L’unité de base est le quart rbâ de tirmet ; comme nous l’avons bien noté, chaque tirmet équivaut à huit quarts (quatre diurnes et quatre nocturnes). Ce cycle lui-même est composé de 192 quarts répartis comme suit entre les trois localités : 84 quarts pour la localité des Aït Tamsoult, 56 quarts pour la localité des Aït Tmen, 54 quarts pour la localité des Aït Laâlam.

59Cette répartition est suspendue exceptionnellement deux fois par an : A l’occasion des semences estivales qui devront être réalisées pendant une période très courte, du 10 au 28 juillet, ce qui ramène le cycle classique à dix-huit jours au lieu de vingt-quatre jours.

60A l’occasion des semailles d’hiver, pendant trois jours, qui doivent avoir lieu au début du mois d’octobre et cela, pour permettre aux localités en aval, à savoir Aït Iktel et Abadou, de pratiquer leurs cultures hivernales (navets et carottes, luzerne).

61Le nombre important des ayants droit, la vente des parts d’eau dans les espaces qu’elles irriguent affectent la répartition qui se fait au niveau des vannes, c’est-à-dire la distribution selon l’ordre fixe de succession dans le temps, et imposent l’usage de la montre qui remplace de plus en plus les repères indiqués par l’apparition des étoiles ou par l’inclinaison du soleil : parfois, la part d’un ayant droit se limite à quelques minutes. Ainsi, cela oblige les familles d’un lignage souvent propriétaire d’une seule part, à exploiter cette dernière à tour de rôle. Ainsi, chaque famille du lignage concerné ne profite de l’irrigation qu’une fois par saison. En effet, le tour d’eau d’un usager ne revient qu’au terme de vingt-cinq jours, et la saison pendant laquelle l’irrigation est nécessaire se limite à trois mois d’été, juillet, août et septembre. Comme on le constate, le système atteint une situation de blocage sans issue.

5. Répartition de l’eau de la source Amkkirks

5. Répartition de l’eau de la source Amkkirks

62Cependant, l’apport économique de l’émigration relègue celui de l’agriculture au second plan, et à plus forte raison, les cultures d’été (légumes, maïs, luzerne) moins importantes que les cultures d’hiver (blé et orge) qui constituent l’alimentation de base à Ghoujdama (Amahan, 1983 : 181). Il en résulte que l’eau d’irrigation n’a plus l’importance qu’elle avait ; elle ne constitue plus l’objet de conflits entre familles, entre lignages ou entre communautés, comme il en était auparavant. Nous avons donc peut-être là un début de solution au blocage, dans la mesure où l’on observe que les familles émigrées ou qui vivent de l’émigration, cèdent leur part à des familles de leur lignage pratiquant encore les cultures d’été. Par ailleurs, l’on remarque que certains nouveaux notables achètent des terres et des parts d’eau pour confirmer leur statut social, quand ils sont de nouveaux riches, ou pour réhabiliter le prestige familial de leur lignage qui était riche avant de devenir pauvre.

63L’examen des systèmes de distribution des eaux d’irrigation nous révèle de précieux renseignements sur la communauté concernée et sur les changements intervenus.

64En premier lieu, on peut déterminer les familles les plus anciennement installées dans la localité. A Aït Iktel, on dénombre six familles toutes issues de deux lignages (Amahan, 1983 : 135). Ces six familles ont donné naissance à plus de quatre-vingts familles de nos jours. Les localités irriguées par le canal d’Amkkirks ne comptaient au moment de l’établissement du système d’irrigation, que vingt et une familles (voir tabl. 5) ; elles comptent aujourd’hui plusieurs milliers de familles dont la plupart portent encore les noms mentionnés dans ce tableau.

65Ensuite, on peut identifier les familles les plus aisées et évaluer l’importance de leur richesse voire leur influence comme l’indiquent les trois premiers tableaux (2, 3, 4) à propos de la localité des Aït Iktel. Ainsi, la propriété de l’eau d’irrigation est liée à la notabilité des familles. En effet, un grand nombre des parts d’eau d’irrigation est toujours entre les mains de quelques familles de notables de la localité qui contrôlent par ailleurs la quasi-totalité des activités économiques (agriculture, élevage, commerce).

Table des illustrations

Légende 7. Les grandes unités d’utilisation du sol
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6425/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 6. Extrait des Ajouibat d’Al-Rigragui, réponses aux questions relatives au droit d’eau, d’irrigation, de répartition
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6425/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre 2. Répartition de l’eau d’irrigation dans la localité des Aït Iktel à la fin du XIXe siècle
Légende N.B. La 7e tirmet, appelée amagour (le restant), est attribuée à la famille des Aït Oumahan en compensation du passage du canal dans son territoire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6425/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre 3. Répartition de l’eau d’irrigation dans la localité des Aït Iktel à la fin du Protectorat
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6425/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre 4. Répartition de l’eau d’irrigation dans la localité des Aït Iktel en 1990
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6425/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 5. Répartition de l’eau de la source Amkkirks
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6425/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6425/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540