Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mutations sociales dans le Haut Atlas

 | 
Ali Amahan

I. Les Ghoujdama à l'aube du xxe siècle

1. Cadre naturel et historique

Texte intégral

1. Situation du territoire des Ghoujdama

Le cadre naturel et le climat

1Le territoire des Ghoujdama forme une longue bande qui s’étend de la plaine du Haouz (Zemran) en longeant la rive gauche de l’oued Tassaout jusqu’aux Glaoua Sud. Les Ghoujdama sont délimités au nord par les Zemran, au sud par les Glaoua, à l’ouest par les Glaoua Nord et à l’est par les Fatouaka (voir cartes 1 et 2).

2P. Pascon n’a guère parlé des Ghoujdama dans son ouvrage sur le Haouz (1977), et pourtant Ghoujdama s’intègre bien dans l’aire haouzienne. Le nord de cette tribu n’est distant de Marrakech que de soixante-dix kilomètres et l’oued Tensift prend l’une de ses sources (oued Lagh) à Ghoujdama. D’ailleurs, Pascon délimite par cet oued ce qu’il appelle le Haouz hydraulique :

Au-delà, vers l’est, on ne peut plus vraiment parler du Haouz mais plutôt du pays Zemran, ou mieux du bassin de la Tessaout : l’oued Lagh qui fait office de collature naturelle de ce bassin limiterait donc le Haouz hydraulique à l’est, comme le Tensift de la même manière le limite au nord. (1977 : 2.)

3De même, dans le cadre administratif, les trois tribus, Ghoujdama, Glaoua Nord et Touggana, forment l’une des caïda du Cercle des Aït Ourir qui dépend de Marrakech.

4La région dans son ensemble a fait l’objet de plusieurs recherches dans le domaine du climat. On note à cet égard, les travaux de J. Dresch (1941), C. Sauvage (1963), H. Delannoy (1971) et P. Pascon (1977). Ce dernier signale que la température moyenne enregistrée à Marrakech, peut être valable pour tout l’ensemble du Haouz. D’après C. Sauvage (1963), repris par P. Pascon (1977) qui a divisé le territoire en zones climatiques, Ghoujdama comprend les zones suivantes : une zone aride, la partie des plaines dont l’altitude est de six cents mètres environ ; une zone semi-aride, le Dir ; une zone sub-humide, les sommets (3 000 m).

2. Les Ghoujdama et les tribus voisines

5Dans la zone des plaines (zone aride où l’arbre est pratiquement inexistant), seule la culture de céréales (blé, orge) est praticable, de même que l’élevage des bovins et des ovins.

6La zone semi-aride présente deux parties distinctes. La partie de cette zone comprise entre 700 et 1 000 m d’altitude a une végétation de doum (palmier nain), de jujubiers, de lauriers roses, de quelques genévriers et des cultures sèches de céréales (blé, orge) et l’on y pratique l’élevage des caprins, des ovins et des bovins. La partie de cette zone, le Dir, comprise entre 1 000 m et 2 000 m, est, en général, une forêt de chênes verts avec quelques variétés d’arbres, notamment le genévrier, le thuya (ârâar), le pin et l’arbousier. L’on y observe surtout un élevage de caprins.

7Dans les vallées, telles asif n Ouaddar ou encore asif n Talat n-Iâla, cultivées d’orge et de maïs, noyers et saules alternent avec des peupliers.

8La zone sub-humide, couverte de neige en hiver et au printemps, ne sert qu’aux pâturages d’été. Les arbres y sont très rares exceptés quelques saules et noyers au fond des petites vallées entourées de terrasses aux cultures d’été (maïs, millet). L’élevage est constitué surtout d’ovins.

Signification du mot Ghoujdama et aperçu historique

Ghoujdama : forme et signification

9Le mot Ghoujdama est la forme arabisée du mot berbère ighoujdamn qui a été transcrit en caractères latins de différentes façons. Pour éviter toute confusion, car on pourrait croire qu’il s’agit de termes différents, le tableau suivant réunit toutes les transcriptions qui en ont été faites.

1. Différentes transcriptions du mot Ghoujdama

Auteurs

Années

Pages

Transcription

Baron de Slane

1880
1978

118
119

Ghodjdama

Service géographique du Maroc. Rabat

1923

Carte des tribus

Rhedjdama

R. Montagne

1930

Ghojdama

L. Voinot et A. Adam

1972

333

Ghouchdama

P. Pascon

1977

316
317
318

Ghoujdama Rhoujdama
ġujdama iġujdamn

A. Amahan

1978
1983

En plus de toutes les formes : citées, on trouve iġwj damn forme alphabétique

L. Galand

1979

174

Ghoujdama

Administration

Ghoujdama

10Au sens administratif, Ghoujdama désigne un territoire précis ainsi que la communauté l’habitant, laquelle est divisée en cinq fractions. A la tête de chacune se trouve un amghar, et toutes sont placées sous l’autorité d’un caïd. D’après le recensement de 1972, cette communauté comptait 13 427 habitants. En 1987, si l’on en croit les estimations des autorités locales, elle se chiffrait à 18 433 habitants avec un taux d’accroissement de 2,33 % et une superficie de 332 km2.

11Pour les habitants de cette communauté, Ghoujdama est un territoire qu’ils considèrent le leur, habité par un groupe auquel ils appartiennent, et avec lequel ils entretiennent des liens de solidarité et de fraternité. Par ailleurs, la légende de la généalogie des Ghoujdama (Amahan, 1983 : 62) relatée de nos jours par les habitants révèle que le terme Ghoujdama n’est qu’une déformation de Judama, nom d’une tribu yéménite venue s’installer dans cette région du Maroc pendant la période d’islamisation. Sans vouloir justifier la véracité de la légende, il est à noter que Al-Bakri parle d’une certaine famille de Jodam :

Simak ibn Messaud ibn Mansour, l’aïeul d’Ali ibn Hamdoun, appartenait à la famille de Djodam (ancêtre d’une grande tribu yéménite). Nommé par Ismaîl au gouvernement d’El-Mecîla, Ali ibn Hamdoun y passa le reste de sa vie ; il fut tué pendant les troubles suscités par Abou Yezîd. (1965 : 124.)

12Dans la langue berbère (le tachlehyt, dialecte local), le mot ighoujdamn, (sg. aghoujdam) semble dériver du mot agoujdim ou aghoujdim (tronc d’arbre). En dialecte tamazirt, goujdam signifie le fait de s’asseoir. Est-ce là une indication de fixation ou de sédentarisation ? Apparemment, les Ghoujdama ne furent pas les seuls à se sédentariser les premiers ; en effet, ils font partie d’une confédération de tribus (les Haskoura) dont il est question à travers l’histoire comme nous le verrons plus loin.

13Dans les ouvrages des chroniqueurs et des historiens, le mot ghoujdama est signalé pour la première fois par Al-Baydaq au XIIe siècle (1971 : 74). Au XIVe siècle, Ibn Khaldoun (1978 : 118 et 172) mentionne non seulement la tribu des Ghoujdama mais encore une ville des Ghoujdama. Au XVIe siècle, Léon l’Africain (1956 : 140) ainsi que Marmol font référence à ce mot.

14Il faudra attendre le XIXe siècle pour que ce terme soit repris ; il réapparaît en effet dans les Mémoires d’Al-Ghoujdami (manuscrit inédit, déjà utilisé par Taoufiq, 1978) qui rapporte l’histoire de Demnat à la fin du XIXe siècle et au début du XXe. Au XXe siècle, ce mot a été cité par de nombreux chercheurs (voir tableau 1) sans que Ghoujdama ne fasse pour autant, l’objet d’une étude approfondie. Ghoujdama faisait partie de la confédération (pour employer le terme de R. Montagne, 1930 : 194).

Aperçu historique

15D’après Ibn Khaldoun (1978 : 118), les Haskoura sont l’une des grandes familles berbères ayant une ancêtre commune, Al-Arja, avec les Sanhaja, les Lamta et les Houara. Cependant, Al-Baydaq (1971 : 52, 53) distingue les Haskoura du Levant et les Haskoura du Couchant. Parmi ces derniers, il compte Ghoujdama, Oultana et Zemraoua. Quant à Ibn Khaldoun, il énumère à son tour quelques tribus parmi celles qui constituent les Haskoura « [...] les Mastaoua, les Ghodjdama, les Fatouaka, les Zemraoua, les Aîntîft, les Aînoultal, les Beni-Sekour et plusieurs autres » (1978 : 118). Effectivement, ces tribus occupent encore une partie du Haut Atlas occidental ; elles ont des frontières communes et sont connues sous les mêmes noms d’origine berbère tels Inoultan, Ighoujdamn, Ait Tamsat, Zemran (voir carte 2).

16Le territoire des Haskoura recèle de nombreux sites de gravures rupestres tels Agoudal n Oumghar, Tizi n Ighi, situés en partie dans le territoire des Ghoujdama et des Glaoua, et plus à l’est, d’autres sites plus nombreux à Jbel Rat (Simoneau, 1977 : 18).

17A. Simoneau démontre comment le cadre géographique, plus particulièrement la présence d’igoudlan (prairies), a favorisé très tôt l’évolution du nomadisme vers la sédentarisation. Il s’est appuyé sur la présence de l’araire associé au bœuf dans les gravures rupestres, pour signaler le passage des peuplades de l’âge « zoomorphe » à l’âge « anthropomorphe », qui, d’après lui, s’accompagne « d’une mythologie et d’une écriture » (1977 : 12).

18Les seules indications sûres (documents écrits) concernant l’histoire des Haskoura remontent au XIe siècle. A cette époque, les Haskoura ont commencé à susciter l’intérêt des historiens grâce au rôle qu’ils ont joué dans l’histoire du Maroc voire dans celle de l’Occident musulman. Al-Bakri (1965 : 291) les mentionna en 1068, et au XIIe siècle AlBaydaq (1971 : 38) a donné de nombreuses précisions concernant leur histoire et leurs territoires, puisqu’il a participé et assisté à la fois, aux événements qui se sont produits dans la région au début de l’empire almohade. En 520 H/1126-127 J.-C., Ibn Toumert dépêcha son disciple, le cheikh Abou Mohamed Atia, en qualité de gouverneur à Ghoujdama, où il demeura jusqu’à ce qu’il fût massacré par les Ghoujdama. Ibn Khaldoun mentionne en ces termes la défaite qu’Ibn Toumert infligea à Ghoujdama à la suite de l’assassinat de ce gouverneur :

S’étant ensuite dirigé contre la ville de Ghodjdama dont les habitants, après s’être rendus et avoir reçu pour gouverneur le cheikh almohade Abou Mohammed-Atïa, venaient de se mettre en révolte et massacrer cet officier, il la prit d’assaut et la livra à la fureur du soldat. Revenu à Tînmelel, il y resta jusqu’à l’affaire d’El-Bechîr et de la séparation opérée entre les Almohades et les hypocrites. (1978 : 172.)

19Il existe de nos jours dans le territoire Ghoujdama un ravin qui porte le nom de Atïa ; cela n’est-il pas en rapport avec le nom du cheikh almohade ? De plus, cette destruction de la ville des Ghoujdama ne concorde-t-elle pas avec la septième bataille d’Ibn Toumert (AlBaydaq, 1971 : 38) menée après Tifnout contre les Haskoura, qui eut lieu à Azallym et au cours de laquelle Ibn Toumert fut blessé ? A l’issue de cette bataille, les Haskoura ne se soumirent point ; néanmoins, les Almohades eurent une grande part du butin. Al-Baydaq ajoute que les esclaves d’Azallym devinrent ensuite les esclaves du Makhzen.

20Le second affrontement entre les Almohades et les Haskoura eut lieu à Aman Melloulnine en 543 H/1148-49 J.-C., où, si l’on en croit Al-Baydaq (1971 : 38), la défaite des Haskoura fut presque complète. A ce propos, il est à noter qu’une localité connue actuellement sous le nom de « Aman Melloulin » existe à Ghoujdama, à quelques kilomètres d’ailleurs d’Agadir Bouâchiba, théâtre de la défaite de Moulay Abdelaziz et de ses partisans en 1907 (Weisgerber 1947 : 119). Cet endroit est, en effet, un point stratégique, sur la route à la fois de Fès et de Marrakech, et qui contrôle les accès assurant la principale jonction entre la plaine du Haouz et le versant sud de l’Atlas.

21Après Al-Baydaq (1971), Ibn Khaldoun (1978 : 42) et Al-Naciri (1954 : 253) font état d’une bataille livrée à Aman Melloulnine en 651 H/1253 J.-C. qu’ils dénomment « la journée d’Aman Melloulin ». Cette journée s’avéra décisive pour le khalife El-Morteda à la fin de l’empire almohade. Ces événements se sont-ils déroulés sur le territoire Ghoujdama ou ailleurs ? A ce propos, signalons que H. Pérès (1978 : 491) a situé Aman Melloulnine auprès de Guercif (l’actuel oued Mellilo ou l’oued Melloulou). Or, ce territoire, selon R. Montagne (1930 : 208-209) et H. Terrasse (1949 : 22), n’était occupé que par les Ghoumara ou les Sanhaja. Ce point mériterait d’être traité plus longuement mais au risque de dépasser le cadre de ce chapitre. Aussi, revenons aux Haskoura sous les Almohades.

22La soumission des Haskoura aux Almohades ne fut définitive qu’en 543 H/1148-49 J.-C., sous Abdelmoumen après la prise du fort Achabar par Abou Hafs (Terrasse, 1949 : 22). Par la suite, l’armée des Haskoura participa à la prise de Fès par les Almohades ainsi qu’à celle de Marrakech en 541 H/1146-47 J.-C. (Al-Baydaq, 1971 : 89). Les chroniqueurs mentionnent d’ailleurs, l’installation par les Almohades d’un contingent à Murcie en Andalousie (Al-Baydaq, 1971 : 89) en 565 H/1169-70 J.-C.

23Dès lors, les chefs des Haskoura jouèrent un rôle important dans l’empire almohade. Citons Ibn Ouaqrit qu’Ibn Khaldoun (1978 : 116) qualifie d’intrigant au sein de l’empire ; il résidait à Demnat, centre politique des Haskoura jusqu’à la fin du XIXe siècle, dans la tribu des Oultana. Ainsi, Choaïb Ibn Ouaqrit a été élu le 18 octobre 1232 par Er-Rachid dans la vallée de l’oued El-Abid, avec la complicité de Kanoun Ibn Djermoun des Sofian, ceci après la mort d’El-Moumen (Al-Naciri, 1934 : 265). Citons également la famille des Ibni Khattab qui joua un rôle non négligeable en faveur des Mérinides à la fin de l’empire almohade. Ibn Khaldoun (1978 : 118) a d’ailleurs qualifié les chefs de cette famille d’émirs des Haskoura. D’autres familles se distinguèrent également, notamment les Ben Hennou : Makhlouf Ben Hennou et son fils Addi Ben Hennou jouèrent un rôle non moins important au sein de l’empire mérinide (Al-Naciri, 1934 : 168).

24Au XVIe siècle, Léon l’Africain (1956 : 141) a évoqué la richesse du pays des Haskoura en mentionnant les villes d’al-Madine et de Demnat, qui était le centre politique et économique de la région. Le commerce y était florissant ; les commerçants s’y rendaient même de Fès en grand nombre. Au XVIe siècle également, Marmol (1984 : 118) a signalé que les Saadiens mirent fin au désaccord entre Demnat et al-Madine lorsqu’ils dominèrent la région. Dorénavant, le mot Haskoura ne sera plus ou que très peu mentionné par les historiens ; Marmol (1988 : 107) rapporte que cette province, anciennement province de Demnat, est la septième du royaume de Marrakech. Dès lors, cette région sera connue sous les noms de Demnat, montagne de Demnat, Haouz ou encore région de Marrakech.

25Au début du XVIIe siècle, Moulay Er-Rachid qui venait du Tafilalet, se rendit à la zaouiya Dilaya en passant par Demnat, et ce fut en 1680 que l’armée du sultan combattit les habitants de Demnat.

26Sous le règne de Moulay Ismail, Demnat eut pour gouverneur le pacha Ghazi, gouverneur du sultan. La région reconnut ensuite l’autorité de Moulay Abdallah. Ce dernier poursuivit d’ailleurs son frère El-Moustadi jusqu’aux environs de Demnat.

27En ce qui concerne Sidi Mohamed ben Abdallah, les tribus du Haouz et celles du Dir acceptèrent sa domination du vivant de son père (Al-Naciri, 1954 : 168). Demnat fut gouvernée par les chefs des Sraghna depuis le règne de Sidi Mohamed qui désigna en 1848 Ali ou Haddou comme gouverneur des Oultana, Fatouaka et Ghoujdama (Taoufiq, 1978 : 160).

28En 1893, Moulay Al-Hassan, au retour de son expédition du Tafilalet, fut attaqué par les habitants de la vallée du Dadès et par les imgharn du Dir. Le Glaoui le convia pendant son bref séjour à Telouet. Le roi lui fit don d’un canon (Montagne, 1930 : 332) et d’une quantité d’armes modernes qui lui permirent d’imposer son pouvoir sur la région. Cependant, les Zemran et les Ghoujdama l’empêchèrent d’étendre sa domination vers le nord et le nord-est. Une année après, tandis que les tribus des Fatouaka, des Oultana et d’autres assiégeaient Demnat, les Ghoujdama assaillirent les Glaoua les plus proches.

29En 1894, après la mort de Moulay Al-Hassan et au début du règne de Moulay Abdelaziz, les Ghoujdama cessèrent de dépendre des caïds de Demnat pour tomber sous l’autorité du Glaoui, conformément à un dahir de Moulay Abdelaziz en 1313 H/1896-1897 J.-C. (Taoufiq, 1978 : 174). Ceci permit au Glaoui de prendre sa revanche sur les Ghoujdama grâce à la complicité de ses intrigants : le Glaoui ElMadani fit inviter tous les représentants de la tribu des Ghoujdama par un de ses complices, afin de conclure la paix ; les Ghoujdama furent massacrés chez le complice, et cet événement fut suivi par la marche de l’armée du Glaoui sur toute la tribu ; cette armée dévastatrice incendia les maisons, détruisit les biens et massacra la population. On en trouve encore des vestiges (maisons brûlées) et les Ghoujdama ont toujours présent à la mémoire le massacre de leurs ancêtres. Les Ghoujdama dépendirent alors du Glaoui qui nomma ses complices aux postes de chefs (amghar, lmqdem).

30Les Ghoujdama manifestèrent une ultime volonté d’échapper à l’autorité du Glaoui, lors du conflit pour le pouvoir entre Moulay Abdelaziz et son frère Moulay Hafid, en se ralliant ouvertement aux partisans de Moulay Abdelaziz. La défaite de ce dernier eut lieu à Agadir BouAcheïba en 1908 à la frontière des quatre tribus (les Ghoujdama, les Fatouaka, les Zemran et les Sraghna) et de nombreux Ghoujdama furent tués pendant l’affrontement (Weisgerber, 1947 : 191). Finalement, les Ghoujdama durent se soumettre définitivement à l’autorité du Glaoui et par la suite à celle du Protectorat.

Table des illustrations

Légende 1. Situation du territoire des Ghoujdama
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6420/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende 2. Les Ghoujdama et les tribus voisines
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6420/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540