Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mutations sociales dans le Haut Atlas

 | 
Ali Amahan

Introduction

Texte intégral

1Ouverts ou feutrés les rapports de force en faveur d’un changement social ont été la règle dans de nombreuses régions du monde et, en particulier, dans les pays du Maghreb confrontés au problème colonial dès la fin du siècle dernier.

2Le Maroc, par son histoire millénaire connue et reconnue déjà dans l’antiquité, histoire marquée par différents apports culturels sédimentés au fil des siècles, présente un cas quasi unique pour cette étude. Grâce à l’anthropologie sociale et culturelle on peut parvenir à distinguer comment d’un côté des structures sociales traditionnelles et de l’autre une densité culturelle variable d’un groupe à l’autre peuvent constituer un exemple privilégié pour l’étude des mutations sociales d’un groupe déterminé sans toutefois perdre de vue les spécificités locales.

3Les Ghoujdama, « tribu » du Haut Atlas, peuvent constituer un exemple probant pour le chercheur en anthropologie sociale et culturelle. Comme tout autre groupe, ils ne constituent pas seulement un emboîtement des segments mais enserrent en leur sein toute une série de complexités, d’ambiguïtés difficilement intelligibles à un observateur extérieur ; car tout en entrant dans ce schéma - du reste réducteur - les Ghoujdama s’en distinguent. Pour le savoir et saisir les mutations, les « transferts » des techniques et des cultures, les liens durables et permanents entre le centre (la Cité) et la périphérie, il faudrait remonter à l’histoire des villes et à l’histoire de leur émergence, de leur organisation sociale et politique.

4Les enquêtes menées à Fès m’incitent à établir une comparaison à mon sens fructueuse, entre la localité rurale et la corporation citadine. La corporation est l’unité sociale et économique de la société citadine, comme la localité l’est pour la société rurale. Leur fonctionnement est presque identique, leurs rapports et relations avec le pouvoir central sont de même nature. Ainsi, l’analyse d’une localité et la comparaison entre cette dernière et la corporation amènent à observer une méfiance vigilante à l’égard de la théorie de la segmentarité appliquée à la société rurale marocaine, notamment celle du Haut Atlas. Elles conduisent également à s’interroger sur la validité de la dichotomie communément admise depuis bien longtemps, à savoir : l’espace du Makhzen et l’espace de la dissidence (bled makhzen/bled siba), la ville/campagne, ou encore le centre/périphérie. Il me semble qu’au heu de situer cette opposition au plan horizontal, il serait préférable de l’envisager au niveau vertical, notamment entre le pouvoir central (le Makhzen) et les unités locales, qu’il s’agisse de localités ou de corporations. Cette orientation ne sera qu’évoquée ici car ce qui est important, dans cette comparaison, c’est de souligner la résistance des structures sociales communautaires à certains changements, notamment dans le domaine de la production. Même si les habitudes de consommation évoluent et si l’apport économique extérieur dû à l’ampleur de l’émigration est important, cela me paraît sans grande incidence sur les moyens de production au niveau local chez les Ghoujdama.

5Comme le changement est une dynamique, son processus peut être déclenché par l’intensité des contacts entre différents groupes, notamment entre la tribu et la ville. Ces contacts soutenus par le phénomène de l’émigration, entraînent, par effet d’irradiation, des changements dans plus d’un domaine.

6Le processus peut aussi être engendré par des conflits provoqués par certaines conjonctures historiques et qui peuvent opposer deux groupes ou deux institutions d’une même localité, ou de la tribu (dans ce cas, le changement est endogène), ou bien les institutions locales aux institutions centrales et étatiques. On verra par la suite comment certains changements sont acceptés et d’autres bloqués ou rejetés. Le changement est inhérent aux systèmes de rapports sociaux, donc aux structures sociales. Les raisons de son acceptation ou les causes de son blocage ne peuvent donc être dégagées que par une analyse des structures fondamentales des communautés de la tribu qui, pour la localité, ne sont autres que celles de la parenté. Plus précisément, l’objectif poursuivi ici est d’établir que les changements sont gérés par ces structures sociales communautaires. Je m’efforcerai donc de montrer comment le changement est neutralisé quand il ne peut être mis au profit des structures sociales ou lorsqu’il risque de les affecter. A titre d’exemple, l’innovation des techniques dites d’acquisition rencontre de farouches résistances ; par contre, les produits de consommation sont facilement acceptés et intégrés à la vie quotidienne.

7Déjà en 1967, P. Pascon avait relevé l’importance de la structure sociale de la parenté en soulignant la prééminence de la solidarité agnatique (dictée par les structures de la parenté) sur toute autre forme de solidarité observée dans la société marocaine, et déterminée par d’autres types de relation :

Il y a ainsi, comme solidarités dominantes, la solidarité agnatique (patriarcale), mystico-idéologique (théocratique, confréries religieuses), politico-territoriale (tribale), tutélaire ou féodale (caïdale) et technico-économique (industrielle). La première l’emporte nettement sur les autres. (Pascon, 1986 : 214.)

8Cette évocation de P. Pascon m’amène à rappeler l’état des travaux relatifs au changement social dans le Haut Atlas. Les sociétés rurales de cette région ont fait l’objet de nombreuses études plus ou moins approfondies et globales ; je pense à celles de R. Montagne (1930), de J. Berque (1955), de P. Pascon (1977 et 1978) et de bien d’autres.

9Parmi ces études, certaines recherchent plutôt ce qui est immuable que les changements, visant à constituer une sorte d’archives sociales vivantes conservées hors du temps, sourdes à tout écho de l’histoire. Ceci est aisément compréhensible lorsqu’il s’agit de la production des administrateurs coloniaux. J. Berque que sa « disgrâce bénéfique » avait conduit chez les Seksawa a eu bien soin de ne rien révéler - ou presque rien - en 1955, des quarante années d’action coloniale menée dans le Haut Atlas, notamment des réformes apportées aux institutions tribales. Il ne souffle mot des rapports entre ljmaât et le douar, institution créée par les autorités du Protectorat. Il ne parle pas non plus de sa fameuse taqbilt, lorsque les contrôleurs civils désignaient les imgharn des fractions et neutralisaient l’institution appelée « conseil des Aït Rbâyn », chargée justement de gérer la taqbilt. Certainement, ces interventions avaient déjà relégué dans la clandestinité « les républiques du haut Seksawa, et leurs pareilles du Sud marocain, [qui] sont de petits monstres d’ingéniosité sociale » (Berque, 1978 : 442). Aucune allusion aussi infime soit-elle, n’est faite à propos de la domanialisation des biens habous et des forêts, mesures qui avaient provoqué un tollé, non seulement dans le Haut Atlas, mais partout ailleurs au Maroc. La domanialisation a été - et est encore de nos jours comme nous le verrons - la pomme de discorde entre les autorités coloniales et les tribus ; elle ne pouvait donc échapper à un observateur aussi averti et privilégié que l’était J. Berque. Ce silence incompréhensible, voire suspect, est d’autant plus grave qu’il n’a été ni relevé ni perçu. Si j’insiste sur ce point, c’est parce que l’analyse de J. Berque nous livre une société stable, voire statique, avec pour seuls contrastes la médiocrité des techniques et l’ingéniosité des institutions :

Avec la médiocrité relative des techniques, contraste la supériorité de l’appareil social. Extraordinaire sûreté du système de distribution ! La répartition de l’eau, celle du sol entre les groupes, atteignent une inquiétante perfection. (Berque, 1978 : 442.)

10Les Seksawa de J. Berque ne semblent connaître ni le pouvoir colonial, ni l’autorité caïdale, qui sévissaient dans les vallées de l’Atlas depuis les années 1920. Ils paraissent de même ignorer le poids de toutes les charges instituées par les deux pouvoirs (différents impôts et corvées, ainsi que d’autres obligations) et dont le contrôleur était précisément chargé d’exiger le paiement ou l’acquittement de la part des habitants (voir infra, chapitre 6). Cependant, en 1978, Pascon remarque à ce propos :

Pour autant l’Histoire était-elle suspendue par l’encadrement du Protectorat ? Certainement non et Jacques Berque, ici et là, par touches subtiles, montre bien certains profonds changements qui s’élaborent, le feu qui couve sous la cendre, mais omet-il ou gomme-t-il volontairement quelques aspérités... ? (Pascon, 1978 : 457.)

11Restons avec P. Pascon qui a abordé plus amplement que les autres la question du changement social dans le monde rural marocain, notamment dans le Haut Atlas. Il signale à propos des Seksawa que l’observateur « [...] ne peut manquer d’être amené à privilégier le changement plutôt que la permanence. La réalité pourtant n’est pas éclectiquement entre les deux thèses, mais les deux à la fois » (1978 : 457).

12Comme nous venons de le voir, J. Berque et P. Pascon décrivent à propos des Seksawa deux situations radicalement opposées. Le premier dépeint une société stable et harmonieuse ; le second souligne l’importance du changement social dans cette société. Ces points de vue divergents ne sont pas sans évoquer de nombreux cas similaires : à titre d’exemple, R. Redfield (1930) voyait la société des Tepoztlan statique et harmonieuse, tandis que O. Lewis (1963) constatait qu’elle présentait des conflits. En ce qui concerne les Ait Mizan, A. Hammoudi (1988 : 23) note que le changement dans le domaine des techniques a été très rapide dans la vallée. « En revanche, le sacrifice votif ou les concepts liés à la différence des sexes paraissent immobiles. » Signalons d’ailleurs, que cette affirmation est du même ordre que celle de J. Berque lorsqu’il se plaît à relever l’ingéniosité des institutions des Seksawa et l’archaïsme de leurs techniques. Pourtant, les institutions et la technologie constituent les deux faces d’une même réalité : l’altérité de l’une ne peut donc laisser l’autre indemne.

13Considérons ce qui précède : le changement social est souvent évoqué ; il est même, parfois, souligné, bien qu’il ne soit abordé que partiellement. Ces études ne suffisent pas à mettre en évidence toute l’ambiguïté et la complexité à la fois idéologique et scientifique du changement. En effet, le changement social est une dynamique qui s’opère tant au niveau de la pensée et des pratiques individuelles et collectives qu’à celui des structures sociales.

14Au cours de cette étude, une attention particulière est accordée à la description, même si cette dernière peut paraître au lecteur, quelque peu excessive et normative. Il est vrai que je me situe au plan national, domaine dans lequel la spéculation des discours empruntés souvent à d’autres réalités, l’abus de théories abstraites et de jargon scientifique priment malheureusement sur les pratiques de terrain et sur la collecte de données que nous considérons essentielle dans un pays comme le Maroc. En effet, dans les communautés où l’écriture n’est pas de tradition, et qui sont souvent en pleine mutation, de nombreux faits et données culturels, sociologiques, écologiques, échappent, chaque jour, et d’une façon irrévocable, aux chercheurs. En considérant que le changement est un mouvement, une action et une dynamique, je pense qu’une analyse diachronique permettra de l’appréhender et d’en repérer le rythme. Ainsi, cet ouvrage comporte-t-il quatre parties correspondant précisément aux rythmes du changement dicté par des conjonctures ou des événements historiques importants.

Définition de quelques termes utilisés

15Les termes que j’utilise pour caractériser les différents niveaux d’organisation sociale et les territoires correspondants sont généralement empruntés à la terminologie administrative : tribu, fraction, douar (sousfraction), adghar ou lmoudâ. Cependant, il est nécessaire d’apporter dès à présent quelques précisions.

16Ghoujdama indique indifféremment le territoire ou la population.

17Ighoujdamn désigne uniquement la population qui l’occupe.

18Douar désigne, en général, une agglomération, mais dans cette étude, je l’utiliserai dans le sens administratif. Il signifie alors un ensemble d’agglomérations placées sous l’autorité de lmqdem. Dans ce cas, le douar se subdivise en plusieurs localités (idgharn pl. de adghar).

19La localité ou adghar désigne un territoire pouvant englober une ou plusieurs agglomérations circonscrites à une mosquée ayant une ljmaât.

20La localité elle-même se subdivise à son tour en hameaux, ddchoura (pl. de ddcher).

21Il convient également d’ajouter que le mot village ne concerne que certains centres créés après l’indépendance et qui recouvrent d’autres réalités que la localité, telles Ait Aadel ou Abadou. Il s’agit d’une grande agglomération avec un marché hebdomadaire, un petit centre commercial permanent, une école, un bureau, siège des autorités locales, un dispensaire, éventuellement un bureau de poste et parfois d’autres équipements socio-économiques rappelant surtout la vie citadine.

Conventions de transcription

22Dans le cours du texte, j’ai gardé pour les noms propres (anthroponymes, toponymes) la graphie officielle dans la mesure où elle existe. Sinon, et pour les autres termes de la langue, j’ai eu recours à la transcription traditionnelle employée dans la littérature ethnologique et sociologique de l’Afrique du Nord : douar, taqbilt, toucherka, etc., tout en essayant d’être le plus proche possible de la phonétique : souq au lieu de souk, ou encore zaouiya au lieu de zaouïa.

23Pour éviter le double emploi, je n’utilise pas l’article en français devant les mots vernaculaires qui comportent déjà un article : j’ai écrit lmqdem et non : le lmqdem.

24Cependant, dans le lexique comme dans les expressions, je me suis efforcé de donner la transcription phonologique la plus rigoureuse possible.

25Pour les termes berbères, j’ai choisi le système en vigueur à l’Institut national des langues et civilisations orientales, utilisé par M. le professeur Lionel Galand.

26Pour les sources et les noms propres d’auteurs arabes mentionnés dans la bibliographie, j’ai adopté la transcription employée par la Revue des études islamiques, en raison de la commodité de son emploi.

27Dans le lexique, le mot ou l’expression est cité d’abord selon la transcription traditionnelle suivie, entre tirets, de la transcription phonologique. Pour les termes berbères locaux n’ayant pas encore fait l’objet d’une étude, le nombre et le changement de la voyelle initiale à l’état d’annexion, s’il y a lieu, sont indiqués entre parenthèses.

28Pour les verbes, je donne également les formes du radical. Les consonnes longues ou tendues sont notées par le redoublement de la lettre ; le point souscrit indique que la consonne est emphatique.

29Dans le cours du texte, trois voyelles seulement ont été retenues : a, i, u équivalent du français ou. La gamme des sons intermédiaires considérés comme des colorations au contact de certaines consonnes n’a aucune valeur phonologique.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540