Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mutations sociales dans le Haut Atlas

 | 
Ali Amahan

Préface

Tassadit Yacine

Texte intégral

1A l’heure actuelle, l’anthropologie socioculturelle se trouve confrontée à des situations peu communes. Les pratiques culturelles en milieu rural, parce qu’elles sont perçues comme marginales par les populations concernées, ou parce qu’elles ont été marginalisées par l’histoire, se trouvent dans cette situation critique.

2L’étude de ces dernières ne peut se faire que dans la synchronie, c’est-à-dire dans la durée, en liaison cependant avec des apports nouveaux, conséquences d’une transformation sociale et culturelle qui va à l’encontre des pratiques anciennes, prises de vitesse par l’intrusion de la modernité.

3Ainsi l’étude des groupes ruraux (de la « tribu » comme diraient les anciens) nous renvoie d’emblée à des difficultés réelles, reflets de l’objet d’étude, lui-même produit d’une évolution des sociétés du Maghreb situées dans la modernité occidentale (très proches des sociétés capitalistes), mais aussi enracinées dans un passé où le sacré et le secret sont encore présents – selon les lieux et les niveaux socioculturels.

4On pourrait penser a priori que les changements sociaux vont dans le sens d’une vision empreinte de positivisme (voire de cartésianisme) et que les pratiques locales, de plus en plus dépouillées de leur charge symbolique, auraient tendance à ne conserver que les aspects les plus dévalorisants. Mais pour qui connaît les sociétés nord-africaines, pour qui connaît le Maroc et les groupes de l’intérieur, cette vision n’est vraie qu’en partie puisque des courants liés au monde contemporain réinvestissent la dimension ancestrale en lui donnant une autre forme, une autre orientation. L’univers chleuh compte parmi ceux qui ont su apprivoiser la culture savante « islamique », depuis les Almohades jusqu’aux productions du fondamentalisme religieux dans les années 40, sans jamais renoncer aux éléments essentiels qui ont caractérisé le mode de vie ainsi que la manière de sentir et de saisir le monde, propres à la société berbère.

5C’est devant la mutation drastique, induite par la colonisation, que s’est imposée véritablement l’importance de la culture « traditionnelle ». Confronté au changement – sous-entendu que nous avons affaire à des sociétés figées – le chercheur s’interroge sur l’avènement de la modernité sous l’effet de l’« occidentalisation ». Il oublie de ce fait les effets induits par le réformisme musulman (la Nahda) tel qu’il s’est imposé dans les années 40. Il est vrai que le Maroc a été un peu moins affecté par l’idéologie des oulémas que l’Algérie (où il y a eu un travail d’endoctrinement idéologique visant à purifier la religion de tous les rites anciens en particulier le maraboutisme...), mais l’on ressent tout de même cette influence grâce à l’importance de la culture urbaine. A la manière d’Ibn Badis en Algérie, Allai El-Fassi introduira au Maroc le réformisme musulman né en Egypte au début du siècle.

6Comment saisir l’intrication de l’ancien et du nouveau ? l’endogène et l’exogène ? Y a-til véritablement juxtaposition ou opposition entre l’un et l’autre ? Ali Amahan, issu de ce milieu, grâce à une analyse très fine du groupe des Ghoujdama, montre comment la culture rurale évolue sans jamais se fondre et mieux encore comment elle s’impose dans la cité - en apparence la plus policée - et peut contenir des expressions - parmi les plus importantes - sédimentées dans la culture urbaine.

7Les Ghoujdama, étudiés dans la synchronie et dans la diachronie, montrent comment l’anthropologie ne peut plus se contenter de s’enfermer dans la seule ethnographie et ses schémas réducteurs hérités d’un autre âge, mais s’ouvrir à d’autres disciplines telles que l’histoire, la sociologie voire même la littérature pour comprendre les effets des mutations culturelles.

8Tourné à la fois vers l’Afrique, la Méditerranée et le Levant, le monde berbère chleuh ne peut pas constituer le laboratoire des seules pratiques anciennes comme il ne peut non plus représenter la « modernité » exceptionnelle d’un monde rural empreint de nostalgie. Des nuances, des dynamiques internes propres à l’histoire de chaque groupe (comme par exemple les effets de l’émigration et de la scolarisation sur la société d’origine) doivent être prises en compte dans la compréhension de ces phénomènes.

9La position de Ali Amahan peut paraître teintée d’ambiguïté dans la mesure où il est né et a grandi chez les Ghoujdama tout en ayant étudié le français dans les villes marocaines (Marrakech), mais il n’en est rien dans la réalité puisqu’il a su concilier la culture villageoise et la culture savante qu’il est allé chercher par-delà les mers. C’est en France en effet et plus précisément à Paris qu’il étudie l’anthropologie et découvre que l’on peut retourner au coeur de la tribu armé d’outils qui peuvent servir non seulement à la mettre en valeur (la parer comme une mariée), mais aussi à la saisir en démontant tous ses mécanismes le plus souvent cachés au regard du profane.

10Cette ambiguïté vécue comme un déchirement par nombre d’intellectuels maghrébins de la période coloniale est ici pleinement assumée. Elle n’est pas division de l’être mais tentative de réconciliation. Opération pleinement réussie puisque le fils de la tribu s’acquitte de sa dette (double dette en vérité par rapport à ses père et mère réels mais aussi par rapport aux pères et mères symboliques), ce qui n’est rien d’autre qu’un rachat de dignité visant à défendre l’honneur bafoué des siens. L’anthropologue « indigène » se vit malgré lui et inconsciemment comme l’incarnation de la tribu. Il réagit implicitement sur le mode de l’honneur bafoué, du défi et de la riposte. La domination subie collectivement est inscrite dans son corps, dans son histoire personnelle. Par conséquent l’étude de sa culture d’origine avec les instruments de la science moderne aboutit à une véritable libération à la fois de celui qui subit la domination et de celui qui l’exerce.

Auteur

Maître de conférence à l’EHESS

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540