Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mutations sociales dans le Haut Atlas

 | 
Ali Amahan

Remerciements

Texte intégral

1Ma profonde reconnaissance s’adresse à M. le professeur Robert Cresswell. Il m’a toujours prodigué, dans un climat d’amitié, ses savants conseils et son bienveillant appui. Je ne remercierai jamais assez M. le professeur Ahmed Taoufiq, directeur du Centre d’études africaines et conservateur de la Bibliothèque générale à Rabat, qui m’a communiqué des documents rares sur l’histoire de la tribu.

2Ma gratitude va également à Mme Tassadit Yacine à qui cet ouvrage doit beaucoup et à Mme Catherine Cambazard-Amahan qui a patiemment revu le texte manuscrit et m’a témoigné une aide efficace et un dévouement à toute épreuve.

3Enfin, je ne saurais oublier tous les membres de la communauté des Ghoujdama, qui m’ont aidé au cours de mes enquêtes, et plus particulièrement mon père qui m’a guidé, des années durant, à travers vallées et monts de la tribu, ainsi que l’oncle Hajj Lhcen Amahan. Tous deux m’ont appris, selon cette tradition ancestrale que tout parent, à Ghoujdama, se fait une obligation de transmettre l’histoire de la communauté, sa place parmi les autres, ses relations avec ses voisines. Ces connaissances, transmises par l’oralité, je me suis efforcé de les consigner par l’écriture ; mais, sans doute, sont-elles dénuées de cette intense émotion et de cette chaleur qui sont le propre de la transmission traditionnelle orale.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540