Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enfants de la Déesse

 | 
Marine Carrin-Bouez

Chapitre IV. Le sanctuaire, communauté thérapeutique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’INFORTUNE TRIBALE ET LA FOLIE DES AUTRES

Les sanctuaires que nous avons décrits sont des lieux où officient des prêtres-devins ou des guru qui n’établissent pas de distinction entre les maladies somatiques et les maladies mentales.

En ce sens, les cures menées par les femmes ojha ou les prêtresses ne contredisent, en rien, la pratique de leurs homologues masculins. Certaines prêtresses, on l’a vu, se refusent à célébrer des exorcismes et préfèrent placer leurs patients sous la protection de la Déesse. Dans les deux cas, et qu’on ait recours ou non à l’exorcisme, le thérapeute doit remédier à une situation d’infortune. Toutefois, tandis que les ojha masculins vont patiemment rechercher les causes du mal en se livrant à différents types de divination, voire en accusant les sorcières, les prêtresses attendent que la déesse Kali leur octroie le pouvoir de « couper le mal » et de le mettre à distance.

Ojha et prêtresses parlent de rumok, « possession », pour décrire un état où le patient ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540