Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enfants de la Déesse

 | 
Marine Carrin-Bouez

Chapitre II. De la personne et de l’identité sexuée chez les Santal

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

IDENTITÉ FÉMININE

Parvati est-elle si différente des autres femmes santal ? Les tiraillements qu’elle subit de la part des divinités tribales nous suggèrent qu’elle demeure sous leur regard. Les sentiments amoureux qu’elle éprouve pour Cand la font basculer dans le monde hindou à condition, toutefois, de sublimer sa passion dans la dévotion qu’elle porte à Kali. Inversement, ce schéma nous rappelle la bhakti souvent teintée d’érotisme des Sahajio du Bengale, que nous décrit E. Dimock (1966). Cependant, le langage de la sublimation s’ordonne, ici, autour d’une figure maternelle, la déesse Kali elle-même qui apparaît tour à tour toute-puissante, punitive et, enfin, salvatrice (cf. D. Kinsley 1986).

Si nous comparons le cas de Parvati à celui des prêtresses – décrites par G. Obeyesekere (1984) – qui deviennent les dévotes du dieu Huniyan, nous voyons que les secondes paraissent davantage assujetties au rôle féminin, tel qu’il s’exprime dans les normes culturelles. Au Sri Lanka, comme en ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable