Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Attelages antiques libyens

 | 
Jean Spruytte

Aperçu hippologique

Texte intégral

1Quelques données hippologiques peuvent aider à comprendre la manière assez spéciale dont s’opère la liaison entre les chevaux et le véhicule de dressage utilisé dans cette étude. Cette question a d’ailleurs suscité un intérêt certain lors de différents colloques car, hormis la documentation rupestre saharienne, il n’existe pas, à notre connaissance, dans l’ensemble de la documentation figurée connue, des représentations d’attelages de chevaux sans harnais sur le corps des animaux.

2Atlas Première vertèbre cervicale.

3Axis Seconde vertèbre cervicale. Ce sont ces deux premières vertèbres cervicales qui supportent à l’avant une partie du poids du véhicule chargé par l’intermédiaire d’un licol. Cette sujétion n’est supportable que par la relative faiblesse de la charge imposée. Pour un cocher de 75 kg placé au centre de la plate-forme le poids relevé à l’extrémité du timon n’est que de 18 kg, soit 9 kg à supporter pour chaque cheval.

4Couard Ou « coire » sous une forme ancienne (du latin cauda, queue), tronçon de la queue du cheval correspondant aux vertèbres coccygiennes sur le squelette. Le couard peut exercer un effet de serrage important contre le fondement et tenir fortement coincé, sous l’effet de surprise, un corps étranger quelconque, les guides par exemple, ce qui constitue un danger en attelage.

5Encolure Partie antérieure du cheval supportant la tête. L’encolure, très mobile chez le cheval, a un rôle de balancier important lors de la locomotion, et le soutien du véhicule par la tête (voir Axis) réduit ce rôle en lui enlevant de la mobilité, mais c’est justement cette contrainte qui, dès le début du débourrage, donne de la cohésion à l’attelage et amène les animaux à l’obéissance. Il est évident qu’une utilisation abusive et trop prolongée de cette méthode finirait par devenir nuisible, mais comme nous l’avons exposé, son action est suffisamment brève pour que les animaux n’aient pas à en pâtir.

6Ganache Région paire de la tête du cheval ayant pour base le maxillaire inférieur. Elle circonscrit l’auge et s’arrête à la barbe.

7Tête - ossature crânienne La tête du cheval est formée d’un nombre assez important de pièces osseuses et compte tenu qu’il peut arriver qu’un cheval se fracture le crâne, dans une chute par exemple, une question peut se poser concernant l’utilisation de la barre de traction décrite dans l’ouvrage. En fait seule la partie frontale de la tête est intéressée par ce procédé puisque, pour éviter un glissement du licol vert l’arrière lors de la traction, un frontal de cuir a été ajouté (voir figures 14 et 15). On ne peut pas parler néanmoins de véritable « traction par le front » sous-entendant un effort de tirage important. Le poids total en charge du véhicule se réduit à 124 kg (75 pour le cocher et 49 pour le char), ce qui donne 62 kg à déplacer pour chaque cheval et une charge de cette nature sur un véhicule à deux roues ne nécessite qu’un effort minime pour la mouvoir, même pour un homme.

8Paturon - pied La bonne conformation des membres et particulièrement celle des pieds est d’une grande importance pour une utilisation prolongée d’un cheval.

9Le paturon, partie inférieure oblique des membres, fait suite au boulet et précède le sabot, boîte cornée protectrice de l’ensemble du pied. La partie du sabot qui repose sur le sol subit une usure par frottement lors des déplacements de l’animal à l’état libre, mais cette usure est naturellement compensée par la pousse de la corne. Il n’en est plus de même lorsque le cheval domestiqué travaille en surcharge (soit monté, soit attelé) et par suite de l’augmentation des frottements l’usure devient plus importante que la pousse qui régénère le sabot.

10Dès que l’usure du sabot dépasse une certaine limite la partie vive du pied n’est plus protégée et le cheval est indisponible par boiteries. Avant l’invention de la ferrure il fallait pallier cet accident en limitant l’importance des parcours journaliers et en choisissant les terrains les moins raboteux. Rappelons pour mémoire que la ferrure à clous n’apparaît en Asie que dans les premiers siècles de notre ère, qu’elle n’est mentionnée en Europe pour la première fois dans un texte qu’au IXe siècle (l’empereur Léon le Philosophe Stratégicon, Byzance vers 890), et qu’elle ne se généralise qu’à partir du Xe siècle.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540