Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Attelages antiques libyens

 | 
Jean Spruytte

Appendice

Texte intégral

1La nécessité d’utiliser la terminologie en usage pour toutes les questions relatives à l’attelage pouvant causer quelques difficultés aux personnes non spécialisées, nous proposons de compléter cette étude par quelques notions élémentaires sur le charronnage et l’attelage du cheval, particulièrement en ce qui concerne les légers attelages de chars de l’Antiquité. Un aperçu hippologique et un glossaire abrégé offriront en outre si nécessaire une information plus précise sur certains points particuliers.

Charronnage

2La roue est un organe circulaire tournant autour de son centre. Lorsqu’elle n’est pas pleine elle est dite « à rais » et dans ce cas se compose d’un moyeu, de rais en nombre variable, d’une jante et d’un bandage. Le moyeu est la partie centrale de la roue traversé par l’extrémité de l’essieu, et portant les rais. Le bandage est la partie qui enserre la jante pour la protéger de l’usure. Il peut être en cuir, en bois, ou en métal (même en caoutchouc dans les temps modernes).

3Le train de roues est un montage de deux roues aux extrémités d’un essieu.

4La voie est la distance qui sépare les deux roues d’un même essieu.

5Les brancards (ou limons) sont deux prolonges de bois qui encadrent le, ou les chevaux d’un attelage.

6Le, ou les timons, sont des prolonges de bois qui séparent les chevaux d’un attelage.

7La plate-forme est un plancher monté sur un châssis, qui est supporté par l’essieu. Dans l’Antiquité ce plancher était constitué, pour les chars, d’un tressage de lanières de peaux fortement tendues. Cette disposition constitue, sous les pieds du cocher, un système de suspension qui ménage l’essieu et les roues en amortissant les chocs du roulage aux allures vives.

Attelage

8Pour être utilisable en toutes circonstances et à toutes les allures, un attelage de chevaux à caractère sportif nécessite obligatoirement que les chevaux aient été préalablement dressés.

9Quel que soit le modèle de harnais utilisé (antique ou moderne) un attelage ne peut marcher correctement et avec un minimum de risques que si le système d’attelage utilisé n’entrave pas l’action des chevaux et ne provoque pas de défenses de leur part. Ce résultat ne s’obtient qu’avec un système d’attelage correctement ajusté à leur conformation pour leur permettre de déployer leur force sans gêne ni dommage. Si les animaux sont utilisés en paire, il faut qu’ils soient appareillés en taille et en force pour obtenir que, travaillant ensemble, les efforts individuels s’unissent plus facilement en un effort collectif. Ce n’est que lorsque toutes ces données ont été pratiquement réalisées qu’un attelage peut offrir les avantages qu’on en attend et être utilisé avec un minimum de risques.

10Ces considérations pratiques s’appliquent à tous les attelages de chevaux à caractère sportif, c’est-à-dire pouvant être menés à toutes les allures y compris au galop allongé, quels que soient l’époque ou le lieu, et ne peuvent en aucun cas être éludées dans une étude, ou réflexion, sur les attelages antiques, fussent-ils « sahariens ».

Menage

  • 1 « Un char à roues en bois lancé ailleurs que sur un reg uni et sans cailloux ne résisterait pas ci (...)

11Les notions même élémentaires du menage sont malheureusement ignorées des commentateurs n’ayant jamais pratiqué l’attelage1, alors qu’elles sont essentielles en attelage. Pourant, le menage seul a fait l’objet de nombreux ouvrages dont certains sont encore réédités actuellement (Howlett 1988).

  • 2 Et non des « rênes » comme l’écrivent la plupart des commentateurs des chars sahariens des rupestr (...)

12Un attelage se mène du véhicule à l’aide de guides2 allant des mains du cocher au mors des chevaux. Les guides servent à diriger l’attelage, à régler les allures, à arrêter, et éventuellement à reculer. Leur importance est extrême et les manuels d’attelage attirent l’attention sur la qualité de leur cuir, leur surveillance et leur entretien, car la sécurité d’un attelage en dépend.

13Lorsque plusieurs chevaux sont attelés en ligne (côte à côte) on établit des croisières de guides entre les animaux (voir figure 31) pour que le cocher ait toutes les guides droites dans la main droite et toutes les autres dans l’autre main. Ainsi, une unique action de main, à droite ou à gauche, porte tous les chevaux ensemble dans la direction indiquée.

14L’allure utilisée, quelle que puisse être la hâte du cocher, est évidemment en relation directe avec la nature du terrain sur lequel roule le véhicule. Le choix de l’allure, le réglage de la vitesse de déplacement, les ralentissements et les allongements, constituent tout l’art du menage, et de tous temps il y a eu de bons et de mauvais cochers, le meilleur étant celui qui peut obtenir les performances les plus élevées tout en ménageant au maximum les chevaux. Un choix judicieux des allures en fonction de la nature du sol, un menage coulant, juste et sans à-coups, un excellent « sens du train » et un sang-froid imperturbable distinguent le bon cocher du mauvais.

15Le dresseur de chevaux à l’attelage doit posséder le maximum de ces qualités, mais il doit en plus avoir un sens développé de la « psychologie chevaline » et sentir dès le début du dressage les difficultés ou les facilités qu’il pourra avoir avec chaque cheval.

16Ce rapide résumé sur le menage permet de mieux comprendre les qualités que devaient posséder les personnages « à tête en forme de bâtonnet », ce que les peintures rupestres qu’ils nous ont laissées ne peuvent évidemment pas rendre.

17Pour tout ce qui concerne le dressage et l’attelage des chevaux, les contraintes matérielles que nous connaissons aujourd’hui étaient exactement les mêmes il y a plus de deux mille ans. Les solutions apportées ne pouvaient être bien différentes puisqu’elles visaient à obtenir les mêmes résultats. Si un procédé pouvait varier (par exemple, l’utilisation d’une barre de traction plus contraignante que la méthode moderne), le but à atteindre était le même : obtenir des chevaux qui puissent être dirigés et utilisés à l’attelage sans risque, à toutes les allures.

18La permanence de cette nécessité permet de retrouver expérimentalement les procédés que les Anciens utilisaient pour dresser leurs chevaux.

Notes

1 « Un char à roues en bois lancé ailleurs que sur un reg uni et sans cailloux ne résisterait pas cinq kilomètres avant la plus totale dislocation. » (Hugot 1974 : 281.) Seul un cocher candidat au suicide pourrait envisager de lancer son attelage au galop, avec des chevaux non ferrés, à travers des amas rocheux ou des tas de cailloux !

2 Et non des « rênes » comme l’écrivent la plupart des commentateurs des chars sahariens des rupestres. Les rênes ne concernent que l’équitation et mesurent 1,30 m de long, alors que les guides ne concernent que l’attelage et mesurent 4,00 m de long.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540