Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Attelages antiques libyens

 | 
Jean Spruytte

Conclusion

Texte intégral

1Cette investigation dans le passé, étayée par des reconstitutions expérimentales, permet de mettre en évidence l’existence insoupçonnée en Libye vers le milieu du Ier millénaire avant J.-C., d’une population à caractère sédentaire, spécialisée dans le dressage des chevaux à l’attelage et disposant d’un matériel particulièrement élaboré pour l’époque. Une technologie exceptionnelle utilisant des moyens matériels simples avait permis la réalisation d’un véhicule de dressage dont les roues elles-mêmes pouvaient être entièrement démontées et remontées par des utilisateurs sans qualification particulière.

2Le fait que ce matériel ait pu être mis à la disposition d’une population capable d’en tirer parti pour un travail déterminé, montre qu’il ne peut s’agir en l’occurrence que d’une entreprise phénicienne destinée à obtenir à un prix intéressant des chevaux dressés susceptibles d’être exportés ou vendus en Afrique, avec ou sans char, mais prêts à être utilisés à l’attelage sans difficulté. Le dressage des chevaux a été de tous temps un travail assez long, nécessitant des compétences confirmées pour être mené à bonne fin, mais faiblement rémunéré en regard du temps investi ; cette activité, au Ve siècle avant J.-C., ne pouvait se justifier que par l’existence d’un « débouché commercial » qui n’était pas à la portée d’une tribu libyenne, mais qui correspondait certainement aux échanges commerciaux à grande échelle pratiqués par les Phéniciens.

3Cet aspect méconnu, et important, des productions libyennes susceptibles de servir de monnaie d’échange, reste malheureusement inconnu d’Hérodote, et il est symptomatique de constater son ignorance des comptoirs phéniciens de la côte libyenne qui existaient à son époque, et dont les principaux, Leptis, Sabratha ou Oéa, ne sont même pas mentionnés. L’hégémonie commerciale de Carthage dans le bassin occidental de la Méditerranée et le secret qui entourait le cabotage et les transactions phéniciennes expliquent le silence d’Hérodote à ce sujet ; seule une mention isolée signale des échanges carthaginois (on ne sait de quoi) contre de l’or, sur la côte atlantique d’Afrique (Histoires, iv : 196).

4On ne saura sans doute jamais qui était exactement cette population du Ier millénaire qui possédait une si remarquable hippotechnie et dont l’aspect physique, révélé par ses peintures rupestres et ses restes osseux, était si particulier, mais une question peut cependant se poser : était-elle libyenne d’origine ?

5La phrase d’Hérodote « Il y a chez les Libyens beaucoup de peuples, des peuples de toutes sortes » (Histoires, iv : 167) paraît d’autant plus singulière qu’il ajoute plus loin en parlant des Libyens Maxyes : « Ils prétendent être de la descendance des Troyens » (Histoires, iv : 190-192). Accepter les textes d’Hérodote uniquement lorsqu’ils permettent de soutenir une hypothèse et les réfuter en cas contraire, ainsi que cela se voit assez souvent, ne semble pas résulter d’une logique très rigoureuse. Que quelques éléments d’une peuplade d’Asie Mineure, connaissant l’attelage des chevaux, aient pu être amenés en Libye au début du Ier millénaire et qu’ils y aient fait souche, ne saurait constituer une impossibilité majeure, cette hypothèse pouvant offrir une explication à l’origine de la spécialisation libyenne dans l’art d’atteler et de mener les chevaux. Mais cette éventualité ne doit pas permettre non plus de rattacher systématiquement tous les attelages des rupestres sahariens à cette seule origine. Elle ne saurait s’appliquer tout au plus qu’à une forme de spécialisation : le dressage des chevaux à l’attelage.

6Il y a visiblement des attelages de natures, d’origines et d’époques différentes chez les rupestres sahariens (Les chars préhistoriques du Sahara, 1982). A preuve l’absence totale de points communs entre un quadrige peint dans la région de Djelfa (Camps et Hachid 1982 : 157) et son homologue du Tassili n’Ajjer occidental (Kunz 1982 : 91). Il semble bien que l’erreur à ne pas poursuivre est d’en faire l’amalgame en les incluant dans une unique période « caballine » dont on ne peut pas, et pour cause, déterminer la place et le rôle exacts.

7Ce ne sera que lorsque des études ponctuelles, au besoin à base expérimentale, auront permis de démêler patiemment l’écheveau des attelages rupestres sahariens, sans les séparer de leurs contextes, que l’on pourra en faire la synthèse et comprendre l’histoire de l’attelage en Afrique.

8Nous espérons que le présent travail sera un jour utilisé dans cette perspective et permettra d’attribuer aux personnages « à tête en bâtonnet » la place particulière qui leur revient dans cette future fresque historique.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540