Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Attelages antiques libyens

 | 
Jean Spruytte

V. Éléments pour l’identification d’une population protohistorique

Texte intégral

1Les personnages « à tête en bâtonnet » sont actuellement inclus par la recherche archéologique saharienne dans une période dite « équidienne » ou « caballine », et répertoriés comme étant de type « équidien » ou « bi-triangulaire ». Cette abondance de néologismes qui peut paraître surprenante pour s’exprimer sur le cheval et ses utilisateurs, n’est pas de nature à clarifier les problèmes de l’attelage du cheval au Sahara et des populations en cause dans les temps passés. Ceci parce que, d’une part, ils introduisent des imprécisions, ou des suppositions inutiles dans une activité très ancienne qui possède une terminologie précise et extrêmement complète, et que d’autre part ils amalgament de manière irrationnelle des formes différentes d’utilisation du cheval qui ne sont certainement pas contemporaines. Enfin, faire dominer l’ensemble de cette période obscure par un modèle unique d’utilisateur « équidien de type bi-triangulaire » ne semble pas être une solution acceptable pour le cas qui nous occupe. Au contraire, pour ce qui concerne les personnages « à tête en bâtonnet », l’étude précise, sur des bases matérielles, de plusieurs éléments permet de faire apparaître le particularisme de cette population et de la dégager d’un « ensemble équidien » artificiel et simplifié.

Révision des critères traditionnels

Le vêtement

2C’est principalement le vêtement qui est retenu pour classer dans la phase « équidienne » un personnage figuré dans une représentation rupestre.

Les tuniques bi-triangulaires sont très resserrées à la taille et fabriquées en cuir, qui donne à la partie inférieure, évasée, un effet recourbé vers l’extérieur, une sorte de « retroussis ». C’est le vêtement type de l’époque des chars et nous le rencontrons dans un périmètre bien déterminé (Le Corre 1984).

3L’auteur ajoute à la page 6 « que tous les "guerriers libyens", liés à un cheval ou non, sont classés dans la "phase équidienne" ».

4Tout d’abord il n’apparaît pas, à notre avis, que l’on puisse considérer comme identiques le vêtement porté par le personnage de la figure 105 et les vêtements que portent les personnages « à tête en bâtonnet ».

5D’autre part et comme suite à l’affirmation de l’auteur sur la nature même du vêtement, nous avons essayé, mais en vain, d’obtenir une forme « en cloche » avec du cuir. La chose serait réalisable actuellement avec des moyens industriels (ébouillantage, mise en forme sur moules, etc.), mais nous ne pensons pas que les personnages de Tamadjert étaient habillés avec cette matière, ni qu’ils puissent être considérés comme « bi-triangulaires ».

  • 1 Dictionnaire étymologique de la langue française : « Crinoline, de l’italien crinolino, tissu à tra (...)

6Nous nous permettrons d’insister à nouveau sur le fait que pour toute recherche précise à partir des représentations rupestres, seul le document photographique doit être pris en compte à l’exclusion de tout relevé manuel ou « interprétation d’après dessin », et si l’on veut bien se reporter à la figure 1 on peut constater, sur document photographique, l’existence de jupes ajourées paraissant rigides ; il est possible d’identifier celles-ci à des crinolines pouvant servir de support à un tissu1.

105. Type de personnage bi-triangulaire de la « phase équidienne » (Arkana, Niger)

7Nous noterons que l’existence de textures de lin est attestée en Egypte sous la XVIIIe dynastie (vers 1500 av. J.-C.), que cette plante est répertoriée en Libye (Trotter 1915 : 225), et que les personnages « à tête en bâtonnet » coupaient à l’évidence la queue des chevaux d’attelage comme le montrent les peintures rupestres ; il y avait donc sur place ce qui est nécessaire à la fabrication de crinolines beaucoup plus légères et plus faciles à réaliser, et à porter, qu’une hypothétique jupe de cuir en forme de cloche.

8Ces précisions nous paraissent très suffisantes pour constater que rien n’autorise à affirmer que l’habillement des personnages « à tête en bâtonnet » de Tamadjert et des environs était constitué de « tuniques bi-triangulaires fabriquées en cuir ».

Les chevaux

9Peut-être encore plus que les personnages, les chevaux de la « phase équidienne » sont disparates, dissemblables, et pour certains si peu identifiables que l’on peut même douter qu’il s’agisse bien de chevaux. La comparaison entre les animaux des figures 105 et 106 et ceux des attelages des personnages « à tête en bâtonnet » montre bien la différence de facture qui peut exister entre ces représentations.

106. Cavalier d’époque tardive (oued Tin Bahoundi)

10Sur la plupart des peintures rupestres de chevaux de Tamadjert et des environs, de nombreux détails d’hippologie sont représentés (pieds, paturons, boulets, jarrets, etc.) et en dehors de toute considération d’ordre artistique, nous pensons que seule une population spécialisée dans le dressage et le menage des chevaux, et passant journellement par ce fait un temps important à leur contact, peut acquérir un sens exact des proportions et des détails morphologiques de ces animaux. C’est ainsi que s’acquiert, sur le terrain et non dans les livres, ce que l’on nomme communément « le coup d’œil de l’homme de cheval ».

  • 2 Les chevaux actuels sont des produits de croisements sélectionnés d’apparition relativement récente (...)

11Mais quelle que soit la valeur de la figuration rupestre on ne saurait oublier que ces chevaux étaient, et ne pouvaient être autre chose que ce que l’on appelle aujourd’hui des poneys, c’est-à-dire des animaux de faible taille2 ne dépassant jamais 1,30 m, et qu’à l’époque considérée la ferrure* n’existait pas, ces deux facteurs devant impérativement être pris en considération lorsque l’on veut envisager une utilisation pratique des attelages de chevaux au Sahara dans les temps anciens. Ces questions d’ordre matériel ne devraient pas être ignorées et il serait prudent d’éviter de faire parcourir à ces attelages, sur le papier, des distances invraisemblables à des allures... peut-être artistiques, mais irréelles.

12Il est facile de constater dans les figurations d’attelages publiées que rien n’indique, ou ne suggère, une utilisation de ceux-ci sur de longs trajets, mais que généralement incluses dans un ensemble de vie journalière, ces scènes correspondent à des usages localisés (pas de bagages, pas de passager, pas d’armes).

Les chars

13Si les chars des peintures rupestres sahariennes ont beaucoup excité les imaginations, ils n’ont malheureusement pas suscité de recherches appliquées sur la construction hippomobile et le charronnage, antiques et modernes, chez les nombreux commentateurs, ce qui aurait pu sembler nécessaire avant d’aborder, avec une certaine passion, un sujet d’ordre strictement matériel.

La construction d’un char implique l’emploi de métal, et c’est ce qui fait problème pour nos chars sahariens surgissant dans un contexte néolithique qui ignore les métaux. Car un char suppose des bandages, des clavettes, des rondelles, des rivets ou des clous, des pièces d’attelage en métal, à la rigueur en bronze mais surtout en fer. Disons tout net que certaines tentatives pour prouver qu’un char peut se construire sans aucune pièce de métal relèvent d’une utopie dangereuse (Hugot 1974 : 280). L’auteur ajoute à la page suivante : Par ailleurs l’idée même d’un véhicule aussi simpliste est déjà fausse car une roue en bois, avec des rayons, que nous voyons dans certaines figurations, mais sans aucune pièce de consolidation en métal, est pratiquement irréalisable.

14Cette mise au point catégorique est une des illustrations de la méconnaissance complète de la technologie des chars antiques en archéologie saharienne. Il existe cependant non seulement des vestiges de roues ou de véhicules, mais encore des chars antiques complets parvenus jusqu’à nous dans un état de conservation qui permet de connaître les détails précis de leur technologie et leurs dimensions exactes, ces dernières permettant en outre de connaître celles des chevaux utilisés (Littauer et Crouwel 1985 ; Spruytte 1989).

15Ce sont ces modèles irréfutables de construction hippomobile antique que nous avons utilisés pour nos reconstitutions d’attelages divers depuis 1970, et le nombre d’expérimentations effectuées depuis cette date avec le même matériel, ainsi que les résultats obtenus, peuvent peut-être nous autoriser à exposer les conclusions pratiques que l’on peut en tirer.

16Le char antique jusqu’au début de notre ère, qu’il soit dit « de guerre, de course, de chasse ou de parade », est un véhicule dont toutes les pièces de force ou d’usure sont en bois ou en cuir, et dont la cohésion est obtenue par rétraction de peaux brutes, utilisées fraîches ou macérées, et par des enduits naturels de durcissement et de protection divers, gommes résineuses, vernis, etc. Il en était de même pour les « lourds chars de guerre assyriens » des commentateurs. Un homme seul portait sur l’épaule un char de guerre complet (bas-relief 124-540 du British Museum, Nimrud,VIIIe siècle avant J.-C. : Scène d’embarquement des chars dans un canot). La légèreté de ces engins s’est trouvée confirmée par les découvertes faites lors de fouilles.

17Certains de ces produits, connus et utilisés depuis une haute Antiquité, jouaient de plus un rôle de protection important, tels les vernis qui mettaient les bois et les peausseries à l’abri de l’humidité - le mot « vernis » lui-même vient d’une altération latine du nom de Bérénice, ville de Cyrénaïque qui produisait des vernis à base de sandaraque, extraite d’une espèce de thuya (Callitris quadrivalvis).

18Sur cette base, souple, solide, et roulante, le métal lorsqu’il apparaît, peut parfois être utilisé sous forme de petites pièces accessoires (comme des rivets) mais surtout comme décoration en fines plaques d’or, d’argent, de cuivre, jamais comme pièce de résistance.

19Cette technologie avait sa raison d’être : ce modèle de véhicule en bois et en peausseries était d’une extrême légèreté, qui correspondait au faible poids des chevaux (ce dont on omet généralement de tenir compte). C’est cette légèreté qui permettait d’utiliser sans trop de dommage des animaux non ferrés ; sur un même terrain un cheval attelé tirant un chargement use deux fois plus vite ses fers qu’un cheval monté, parce que l’usure contre le sol est proportionnelle à l’importance du frottement et que celui-ci est en rapport direct avec le poids tiré.

20Compte tenu de la nomenclature complète des cinq chars de Toutankhamon, de l’étude détaillée et du relevé complet des dimensions du char du musée archéologique de Florence, et enfin des résultats pratiques expérimentaux obtenus antérieurement, c’est cette même technologie que nous avons appliquée à nouveau dans la construction du char de dressage saharien exécuté d’après le modèle des peintures rupestres. D’une part parce que rien n’autorise à penser qu’il pouvait être construit autrement que les autres chars antiques, et d’autre part parce que la roue du musée de Brooklyn, uniquement tenue par deux lanières de peaux brutes, nous invitait à poursuivre cette technique.

21L’expérimentation met en évidence que ce modèle de véhicule résiste parfaitement non seulement aux chocs de roulage, mais aussi et surtout, aux effets de cisaillements latéraux, de torsion et de rupture au cours des évolutions (tournants, arrêts brusques, départ rapide) et que ces résultats ne « relèvent pas d’une utopie dangereuse » mais qu’ils sont l’aboutissement de recherches techniques et technologiques rigoureuses poursuivies pendant plusieurs années.

22Nous nous permettrons donc de considérer que, contrairement aux suppositions et aux idées préconçues, la reconstitution et l’expérimentation font apparaître concrètement ce qu’était le matériel hippomobile des personnages « à tête en bâtonnet », les possibilités réelles de ce matériel, et les connaissances hippotechniques de cette population.

Activités sédentaires et pacifiques

23Les ensembles picturaux de Tamadjert sont constitués de scènes de la vie courante, de personnages isolés et d’animaux domestiques et sauvages (figures 107 et I). Les scènes de groupes sont souvent circonscrites par un trait fixant une limite à la représentation (figure ix), mais il existe aussi des personnages couplés sans trait d’isolation (figure x). Des scènes d’activités diverses, chasse au mouflon avec chiens (figure xi), berger ou bergère avec son troupeau (figure xii), harponnage d’un animal marin (figure VIII) voisinent avec des chars dételés (figure vii), des attelages au galop et des animaux divers (figures xiii, xiv). Enfin, certaines scènes sont difficilement compréhensibles (figure xv). L’absence d’armes et de scène de combat donne à ces ensembles un caractère de vie paisible et simple, bien éloigné des évocations guerrières ou des « positions dominantes » que la présence des attelages, considérés seuls indépendamment de ce contexte, a inspirées à de trop nombreux commentateurs.

24Parmi les peintures de Tamadjert qui n’ont jamais retenu l’attention, il en existe une tout à fait particulière (figure xvi). Cette représentation en trois teintes, située au centre des peintures de l’abri principal de Tamadjert, montre un personnage assis, vêtu d’une ample jupe mouchetée et coiffé d’une sorte de tiare. Des bracelets au poignet gauche et à une cheville sont peints en jaune, ce qui pourrait être une figuration de bijoux en or. Comme l’extrême largeur des épaules du personnage pouvait permettre un rapprochement avec la morphologie très particulière de Tin Hinan, la reine légendaire des Touareg Hoggar, dont la tombe découverte en 1926 (Reygasse 1950 : 99-100) contenait aussi des bracelets d’or, nous avions, tout à fait subjectivement, baptisé cette représentation « la reine » en 1948, considérant son caractère énigmatique... qu’elle conserve encore aujourd’hui.

25Une autre peinture, bien que bicolore, appartient très certainement à la population « à tête en bâtonnet » (figures 108 et xvii). Située en dehors des abris, vers le nord, sur un retour de la même paroi rocheuse, elle est orientée face au sud. Les parties claires très effacées sont difficilement discernables et c’est l’alignement des jupes en forme de cloche qui attire de loin l’attention.

107. Peintures du plafond de l’abri principal du centre de Tamadjert (vue partielle)

26La rapide énumération des quelques représentations rupestres que nous venons d’effectuer, uniquement pour situer les attelages dans leur véritable contexte, ne donne qu’un faible aperçu de la richesse en peintures du secteur de Tamadjert, et on ne peut que regretter qu’une mauvaise utilisation des seules représentations d’attelages ait fait négliger ce que ce site aurait déjà pu apporter à la recherche archéologique saharienne dans les décennies passées.

Les personnages à tête en bâtonnet

27Le remplacement de la tête par un « bâtonnet » dans les figurations humaines des peintures rupestres a le plus généralement été considéré comme une interdiction rituelle de représenter le visage, mais il ne semble pas que, comme nous l’avons déjà indiqué, on ait tenu le même compte de l’aspect caricatural de la représentation du haut du corps des personnages : bras et avant-bras filiformes, mains atrophiées. Il est tout aussi visible que nos personnages sont extrêmement longilignes et que les proportions normales des membres inférieurs et supérieurs sont le plus souvent largement dépassées en longueur.

108. Scène de danse ( ?). Tamadjert, abri principal du centre. Relevé par l’auteur, en 1948, de cinq personnages

28Le milieu de la longueur totale du corps humain se situe juste au dessus du pubis et on peut observer sur les personnages peints que cette constante n’est pas respectée et que les jambes et les cuisses ont une longueur exagérée (figures 1, 4, 7 et 8).

29Étant donné la maîtrise avec laquelle les personnages « à tête en bâtonnet » peignaient par exemple les animaux, et la précision avec laquelle ils respectaient leurs proportions (figure xiii), il semble bien difficile de croire qu’ils se seraient représentés eux-mêmes avec autant d’inexactitude, si cette manière de faire n’avait pas correspondu à quelque chose de particulier.

30Il se pourrait en fait que les personnages « à tête en bâtonnet » en se représentant ainsi, n’aient fait qu’accentuer, d’une manière caricaturale (et peut-être humoristique ?), leurs propres caractères morphologiques, et ce point de vue peut s’étayer assez positivement sur des travaux scientifiques. Une étude anthropologique traitant des restes osseux de la période protohistorique et portant sur des squelettes provenant du Tassili et du Fezzan donne, en effet, des indications assez troublantes sur l’aspect physique qu’ils devaient avoir de leur vivant (Chamla 1968).

31L’auteur de cet important ouvrage insiste à plusieurs reprises sur le dimorphisme sexuel peu accentué de ces squelettes, sur leur gracilité, et surtout sur la longueur très accentuée des membres avec un allongement notable de la jambe, et une dolichocranie prédominante (Chamla 1968 : 121-195). Il insiste encore dans ses conclusions sur « l’hyperdolicho-dolichocranie des séries trouvées dans les régions saharienne et fezzanaise ».

32Il ne semble donc pas déplacé de voir là les restes osseux des personnages « à tête en bâtonnet » et de reconnaître dans ces vestiges les squelettes des corps longilignes et asexués, aux membres supérieurs filiformes, aux jambes trop longues, et aux têtes « en bâtonnet » qu’ils représentaient complaisamment dans leurs peintures.

33Enfin, les mêmes sépultures, du type chouchet saharien, mentionnées dans l’ouvrage de M. C. Chamla pour receler les restes osseux des protohistoriques, existaient à Tamadjert sur la bordure est - sud-est du maader (zone d’épandage fermée) de Tassemdjout à environ vingt minutes de marche du centre (voir plan). Ces sépultures et leurs alentours immédiats étaient jonchés de tessons de poteries d’une finesse assez rare au Sahara (figures 109, 110, 111) ; le nombre important de ces tessons peut laisser supposer que ces poteries étaient rituellement déposées sur ces tombes, ou qu’elles y étaient volontairement brisées.

34Si un autre élément était encore nécessaire pour rattacher les scènes peintes aux restes osseux protohistoriques, on le découvrirait dans le caractère pacifique de cette population que l’on peut observer sur ses peintures, et qui trouverait son explication dans un manque de robustesse des individus. M. C. Chamla le signale en effet à plusieurs reprises :

Les principales caractéristiques du squelette postcrânien des Sahariens notamment sont une faible robustesse des os des membres supérieurs et inférieurs associée à un allongement des membres assez notable (Chamla 1968 : 182) et encore :... par une prédominance d’éléments de grande taille, au faciès méditerranoïde, d’aspect général peu robuste, à capacité crânienne élevée, essentiellement dolichocranes, à la face longue et étroite... (1968 : 194).

35Ces divers éléments anthropologiques confirment les constatations effectuées en étudiant, sans idées préconçues, les personnages représentés dans l’ensemble des peintures rupestres de Tamadjert et de ses environs immédiats.

109. Tessons de poterie, fragments d’œufs d’autruche et perles, jonchant le sol des chouchets

110. Plan rapproché sur les seuls tessons

36Le fait qu’un riche mobilier funéraire n’ait jamais accompagné à notre connaissance, les restes osseux étudiés montre que la « position sociale » des intéressés n’était pas celle d’une « caste guerrière ou dominante » si souvent évoquée, mais qu’elle correspondait bien à ce qu’ils représentaient dans leurs peintures rupestres, celle d’une population pacifique spécialisée dans le dressage à l’attelage des chevaux, et sans doute aussi d’autres animaux.

37La datation de la roue du musée de Brooklyn, ainsi que celle estimée pour les restes osseux protohistoriques, permettent de situer approximativement vers le milieu du Ier millénaire l’époque à laquelle les personnages « à tête en bâtonnet » dressaient les chevaux à l’attelage, et cette possibilité peut être confirmée par des textes grecs remontant à cette période, qui reconnaissent aux Libyens une spécialisation dans le domaine de l’attelage.

111. Dimensions et épaisseurs des fragments de poterie

Le contexte historique

38Il semble utile de situer en premier lieu le contexte historique dans lequel se trouvaient les populations libyennes dans le milieu du Ier millénaire pour essayer de cerner au plus près la question de l’origine et de la fabrication des chars utilisés par les personnages « à tête en bâtonnet ». La période qui s’étend duVIIIe auIIIe siècle avant J.-C., est aujourd’hui suffisamment connue pour permettre d’en retenir les principaux faits.

39Les Phéniciens constituaient la population étrangère la plus anciennement installée sur le littoral africain, leur première apparition sur la côte libyenne remontant au XIVe siècle et la fondation de Carthage à 814 avant J.-C.

40A partir du VIIe siècle avant J.-C., des Grecs s’installent sur la partie est de la côte et fondent Cyrène en 631 avec son port Apollonia, et trois autres agglomérations, Ptolémaïs, Arsinoé, et Bérénice, l’ensemble formant la pentapole de Cyrénaïque.

41L’Égypte, seul pays techniquement avancé qui fût limitrophe de la Libye, était en contact avec ces populations depuis le début du IIe millénaire, mais auVIIIe siècle avant J.-C. elle est en période de décadence et n’a aucune emprise sur le territoire libyen. Conquise auVIIe siècle par les Assyriens, puis au VIe par les Perses, l’Égypte ne connaîtra qu’une brève période d’indépendance, entre 404 et 332, avant d’être reconquise par Alexandre le Grand, et plus tard par les Romains.

42Ce bref aperçu fait clairement apparaître que duIXe siècle avant J.-C. jusqu’aux guerres puniques duIIIe siècle (qui s’achevèrent avec la destruction de Carthage par les Romains en 146), la présence phénicienne a été continue et qu’à partir duVIIIe siècle Carthage a constitué le principal centre commercial et industriel de la côte africaine, de la Cyrénaïque jusqu’au-delà de Gibraltar.

  • 3 Spruytte 1980. Cette étude expérimentale a été réalisée d’après les travaux suivants : Chamoux 1975 (...)

43Les connaissances techniques et technologiques des Phéniciens dans les questions maritimes, la construction navale, et les réalisations matérielles en général, sont irréfutables et d’ailleurs mentionnées dans les textes antiques de toutes origines. Si Thucydide fait remonter au légendaire roi Minos l’existence d’une marine avec laquelle il aurait chassé les Cariens des Cyclacles, il ajoute que ces Cariens étaient d’origine phénicienne (Thucydide, Guerre du Péloponnèse I, 4-8), alors que la Bible montre, auIXe siècle avant J.-C., le roi Salomon faisant appel aux Phéniciens pour la construction du temple de Jérusalem (II Chroniques ii, 3-15) et encore pour la constitution d’une marine dans les ports d’Etsion-Gaber et d’Eloth dans le golfe d’Aqaba (II Chroniques viii, 17-18). Il peut paraître assez singulier que, dans ce contexte historique, il n’ait jamais été envisagé une intervention phénicienne dans la fabrication ou la diffusion des véhicules à roues, alors que des indices peuvent en être décelés dans certaines représentations rupestres du Fezzan. Il existe, en effet, un modèle de véhicule particulier, à deux timons, ou à brancards, avec joug unique à quatre, ou deux jougs séparés à deux (figure 112), qui est aussi attesté à Chypre par des découvertes lors de fouilles et dont les caractères techniques et les performances ont été démontrées expérimentalement3.

112. Les véhicules à deux timons ou deux brancards des peintures rupestres du Fezzan

44L’existence de ce type particulier de véhicule à la fois en Libye et à Chypre, où la présence phénicienne est attestée au VIe siècle avant J.-C., fait apparaître entre ces deux points une liaison qui ne pouvait être assurée que par les Phéniciens. Notons au passage que si le trige et le quadrige existent bien dans les représentations rupestres sahariennes, ils sont en revanche absents de l’iconographie égyptienne, ce qui exclut une quelconque influence de l’Égypte dans les attelages libyens. Il faut en outre considérer que, parmi les nombreuses réalisations en bois exécutées de l’Antiquité aux Temps modernes dans des domaines divers, seuls la construction nautique et le charronnage offrent d’importantes similitudes techniques. Il s’agit en effet, dans l’un comme dans l’autre cas, de réalisations mobiles appelées à se déplacer, soit sur terre, soit sur l’eau, composées d’éléments constitutifs très cohérents, et qui ont encore comme point commun d’offrir dans le sens de la longueur deux parties parfaitement symétriques. Il en résulte non seulement une certaine analogie à la fois dans l’élaboration et la réalisation, mais encore dans la préparation des différentes pièces. L’embarcation, comme le véhicule, nécessite des bois cintrés soit pendant la pousse soit à l’étuve, les pièces courbes perdant la plus grande partie de leur résistance si elles ne suivent pas le fil du bois.

45Des constructeurs de bateaux peuvent donc très bien entreprendre la construction de véhicules hippomobiles et dans cette optique les Phéniciens, de Carthage à la Cyrénaïque, étaient les mieux placés pour construire des chars dans leurs ateliers de construction nautique du littoral, où ils possédaient à la fois la matière première, l’outillage et le personnel spécialisé.

46Mais un bon charron n’est pas nécessairement un cocher, de même qu’un dresseur de chevaux n’est pas obligatoirement un charron, et si ces différentes professions ont coexisté au cours des âges jusqu’au début duXXe siècle, c’est parce que chacune d’entre elles requiert des aptitudes particulières menant très vite à une spécialisation. C’est en tenant compte de cette analyse, nous semble-t-il, qu’il faut comprendre les textes antiques.

La spécialisation libyenne

47L’aspect pratique et matériel d’une situation particulière doit être examiné dans son contexte historique et ne pas être utilisé dans une synthèse générale sans en avoir effectué préalablement une analyse précise. Dans le cas présent, outre les connaissances apportées par l’examen des peintures rupestres, par les résultats expérimentaux des reconstitutions d’attelages et par l’étude du contexte historique de la côte libyenne au milieu duIer millénaire, il reste à prendre en compte quelques passages de textes grecs remontant à la même période, qui permettent d’avoir un aperçu assez précis de la question des attelages de chevaux chez les Libyens à l’époque considérée.

48Nous observerons tout d’abord qu’une recherche appliquée sur les modes d’utilisation du cheval domestique dans les temps anciens, non seulement en Afrique, mais à travers le monde, amène à considérer que cet animal n’a été employé attelé que chez les populations sédentaires, les populations véritablement nomades ne l’ayant jamais utilisé que monté ou bâté. La chronologie du « char de guerre précédant l’apparition de la cavalerie » ne peut se démontrer que chez des populations sédentaires et non chez des nomades. Il faut donc admettre l’existence de populations sédentaires quand apparaissent des attelages. En ce qui concerne la Libye, cette proposition peut s’appuyer en premier lieu sur les textes d’Hérodote.

49Après avoir indiqué « qu’il y a chez les Libyens beaucoup de peuples, des peuples de toutes sortes » (Histoires, iv : 167), Hérodote dans l’énumération schématique qu’il en fait distingue trois populations à attelages : les Asbytes, les Garamantes et les Zauèces (carte page 116), dont il fait apparaître la sédentarité :

Les Asbytes ne rejoignent pas la mer car le littoral est occupé par les Cyrénéens. Ils ne sont pas les moins habiles des Libyens, tout au contraire, à conduire les chars à quatre chevaux ; ils s’appliquent à imiter la plupart des usages des Cyrénéens (Histoires, iv : 170).
Là habitent des hommes qui ont nom Garamantes ; c’est un peuple fort nombreux ; ils apportent de la terre sur le sel, et cela fait, ensemencent [...]. Ces Garamantes donnent la chasse aux Troglodytes éthiopiens sur leurs chars à quatre chevaux. (Histoires, iv : 183).
Au couchant du fleuve Triton, faisant suite aux Auses, on commence à trouver des Libyens cultivateurs chez qui la coutume est d’avoir des maisons ; leur nom est Maxyes [...]. Aux Libyens Maxyes font suite les Zauèces dont les femmes conduisent les chars pour la guerre (Histoires, iv : 192, 195).

50Lorsque l’on ajoute à ce qui précède « c’est encore des Libyens que les Grecs ont appris à atteler ensemble quatre chevaux » (Histoires, iv : 190), il paraît incontestable qu’Hérodote privilégie les Libyens pour tout ce qui touche aux attelages et à leur menage car, et bien que tout le texte sur la Libye ne soit qu’une digression dans l’unité du récit du livre iv, c’est le seul passage de tour l’ouvrage où le menage des quadriges, et ce qui s’y rapporte, est aussi nettement spécifié. Plus loin encore, dans le livre vii, décrivant les contingents étrangers dans l’armée de Xerxès en marche vers la Grèce, Hérodote mentionnera la spécialisation libyenne : « les Bactriens étaient équipés comme dans l’infanterie ; les Caspiens pareillement. Il en était de même des Libyens qui eux, conduisaient tous les chars » (Histoires, vii : 86), et encore « les Arabes qui menaient les chameaux et les Libyens qui conduisaient les chars, dont j’estime le nombre à vingt mille hommes » (Histoires, vii : 184).

La Lybie d'après Hérodote. « Jusqu'à ces Atlantes, je puis énumérer les noms de ceux qui habitent sur le bourrelet ; au-delà je ne peux plus » (Hérodote IV, 185).

51Au Ve siècle avant J.-C. cette spécialisation libyenne paraîtra suffisamment évidente pour qu’un Grec continental, contemporain d’Hérodote, ne trouve aucunement déplacé de faire figurer dans une tragédie classique deux attelages de course libyens à Delphes (Sophocle, Electre : 698-756) et vers la fin du siècle suivant, Agathocle, tyran de Syracuse, bénéficiera d’après Diodore de Sicile (xx : 38-64) de l’aide des chars libyens lors de sa tentative contre Carthage.

52Ces textes qui, dès le Ve siècle avant J.-C., attribuent aux Libyens une suprématie dans l’utilisation des chars et particulièrement des quadriges, apportent une confirmation à l’analyse technique des représentations d’attelages dans l’étage des personnages « à tête en bâtonnet », mais l’éloignement géographique de ces figurations, jusqu’au Tassili n’Ajjer, nécessite de rechercher des indices de relations entre le littoral et les populations de l’intérieur.

53Si Hérodode indique un contexte de sédentarité pour les trois principales populations à chars, il spécifie néanmoins que ce n’est qu’à partir des Libyens Maxyes que l’on construit des maisons, de sorte que l’on peut considérer les Asbytes, les Zauèces et les Garamantes, comme des cultivateurs habitant des huttes et susceptibles de se déplacer : « leurs habitations sont formées d’un entrelacement de tiges d’asphodèles et de joncs, et elles sont transportables » (Histoires, iv : 190).

54Des relations entre le littoral et le sud sont elles aussi mentionnées : trente jours de marche des Garamantes à la côte (Histoires, iv : 183), estivage dans une palmeraie du sud pour la récolte des dattes (Histoires, iv : 172) et même des déplacements permanents entre nord et sud au rythme des saisons et des productions du sol.

55Il y a, chose remarquable, trois saisons de récoltes. En premier lieu demandent à être moissonnés et vendangés les fruits de la zone littorale ; ils sont déjà recueillis quand demandent à l’être ceux de la zone en dessous des cantons maritimes, de la zone moyenne qu’on appelle bounoi ; et quand sont recueillis les fruits de cette zone moyenne, mûrissent et s’offrent ceux de la zone supérieure, si bien que les premiers fruits sont bus et mangés quand arrivent ensemble les derniers » (Histoires, iv : 198-199).

  • 4 Expédiée par nos soins en 1955 au directeur de l’ifan à Dakar, qui accusa réception le 19 août 1955

56Certaines peintures de l’étage des personnages « à tête en bâtonnet » confirment que ces populations à chars n’étaient pas nomades car elles utilisaient des sièges à pieds (figure 4), mobilier typique des populations sédentarisées, inconnu des nomades, et une très curieuse peinture de l’abri de Tamadjert montre une scène de harponnage qui concerne indubitablement la zone littorale (figure 3). On peut encore ajouter à ces indices la découverte en 1948 d’une valve de tridacne* dans le maader de Tamadjert au cours de travaux de terrassement4.

57La « chasse » aux Troglodytes éthiopiens par les Garamantes est la seule mention d’utilisation belliqueuse des quadriges par ces populations, mais le texte d’Hérodote a un caractère limité dans l’espace et le temps et n’implique absolument pas, contrairement à ce qui a été envisagé, de leur faire traverser le Sahara au cours de ces « chasses ». Ces poursuites pouvaient tout aussi bien ne s’exercer que sur quelques kilomètres et se limiter à chasser des rôdeurs nomades aux alentours des cultures.

58Le Libyen conducteur de char n’apparaît, dans un contexte guerrier, que comme mercenaire (armée de Xerxès, contingent libyen d’Agathocle contre Carthage, etc.), ce qui n’implique pas a priori une vocation guerrière ou conquérante de ces populations à chars. A l’époque romaine ce sera dans les courses de chars, et jusqu’à Rome, que le cocher libyen se manifestera à nouveau, et non dans des activités guerrières (Tissot, 1884-1888 : 360 ; inscription romaine mentionnant les victoires en course d’un cocher libyen).

59Ce caractère sportif et pacifique se retrouve dans les ensembles de peintures de l’étage des personnages « à tête en bâtonnet », particulièrement à Tamadjert où aucun personnage n’est armé et dont les très nombreuses représentations peintes, y compris les chars, ne concernent qu’un milieu sédentaire et bucolique possédant chiens, ânes, chèvres, moutons, chevaux et bovidés et ayant des contacts avec le littoral.

60Ces textes et ces indices permettent d’accréditer l’hypothèse qu’il existait bien vers le Ve siècle avant J.-C. des populations libyennes agricoles spécialisées dans le dressage des chevaux à l’attelage et le menage des chars - on ne peut pas apprendre aux autres « à atteler ensemble quatre chevaux » si l’on n’est pas soi-même un spécialiste de ce genre d’activité-, dont la véritable singularité est d’apparaître dans un site géographique et sous une latitude inattendus. Mais il faut à nouveau insister sur le fait que l’attelage des équidés n’a pas une origine occidentale et européenne, que le quadrige n’est pas une innovation grecque, et qu’on ignore l’époque exacte à laquelle commence l’attelage des chevaux en Afrique.

Notes

1 Dictionnaire étymologique de la langue française : « Crinoline, de l’italien crinolino, tissu à trame de crins de cheval (crino) et à chaîne de lin (lino) ». Terme francisé et mis à la mode en 1856 avec les jupes à crinoline du Second Empire.

2 Les chevaux actuels sont des produits de croisements sélectionnés d’apparition relativement récente (voir Girault 1992 et Spruytte 1977).

3 Spruytte 1980. Cette étude expérimentale a été réalisée d’après les travaux suivants : Chamoux 1975 ; Littauer et Crouwel, Appendice in Karageorghis 1977, dans lequel les auteurs, p. 73, notent la similitude technique entre les véhicules de Chypre et ceux du Fezzan.

4 Expédiée par nos soins en 1955 au directeur de l’ifan à Dakar, qui accusa réception le 19 août 1955.

Table des illustrations

Légende 105. Type de personnage bi-triangulaire de la « phase équidienne » (Arkana, Niger)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6379/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende 106. Cavalier d’époque tardive (oued Tin Bahoundi)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6379/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Légende 107. Peintures du plafond de l’abri principal du centre de Tamadjert (vue partielle)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6379/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende 108. Scène de danse ( ?). Tamadjert, abri principal du centre. Relevé par l’auteur, en 1948, de cinq personnages
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6379/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 109. Tessons de poterie, fragments d’œufs d’autruche et perles, jonchant le sol des chouchets
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6379/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende 110. Plan rapproché sur les seuls tessons
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6379/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 111. Dimensions et épaisseurs des fragments de poterie
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6379/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 112. Les véhicules à deux timons ou deux brancards des peintures rupestres du Fezzan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6379/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende La Lybie d'après Hérodote. « Jusqu'à ces Atlantes, je puis énumérer les noms de ceux qui habitent sur le bourrelet ; au-delà je ne peux plus » (Hérodote IV, 185).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6379/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 169k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540