Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Attelages antiques libyens

 | 
Jean Spruytte

IV. Attelages de bovidés, attelages insolites

Texte intégral

1Il existe aussi, parmi les représentations rupestres des personnages « à tête en bâtonnet », des attelages de bovidés qui témoignent des différentes activités de cette population et qui indiquent sans doute qu’elle ne dressait pas seulement les chevaux. L’attelage d’une paire de bœufs représenté dans un endroit difficilement accessible, à droite et au-dessus de la grotte principale de Tamadjert, en est un exemple typique.

2Cette peinture que nous avions découverte et décalquée en 1948 (figure 95) avait été publiée (Spruytte 1966), mais ce n’est qu’en 1989 que J. Kunz parvenait non sans peine à la retrouver et à la photographier pour la première fois (figure 96). Il est visible qu’il ne s’agit pas d’un attelage normal de bœufs, car les animaux sont attelés par des sangles et non par un joug ou un collier. Les deux bœufs marchent du même pas en tirant un léger char à deux roues où un personnage assis occupe à lui seul toute la plate-forme. Ce personnage tient dans la main droite une baguette très courte, mais aucun moyen de conduite n’est visible, ni aiguillon ni guides. Le véhicule paraît être à trois brancards, deux extérieurs aux animaux, et un entre eux.

95. Bœufs attelés à un léger véhicule, scène relevée par l’auteur au crayon en 1948 (Tamadjert, sur une corniche rocheuse d’accès difficile, en haut et à droite de l’entrée de l’abri principal du centre)

96. Première photographie de la même scène (1989)

3Il semble difficile de considérer qu’il s’agisse d’un attelage fonctionnel à caractère utilitaire, les deux bœufs déplaçant un poids dérisoire. Mais compte tenu des aptitudes de dresseurs de chevaux décelées chez les personnages « à tête en bâtonnet », il est fort possible que l’on soit en présence d’une méthode archaïque de dressage des bœufs à l’attelage, et ceci d’autant plus qu’il existe des figurations d’attelages encore moins conventionnels.

4La figure 97, par exemple, représente une peinture d’attelage en mauvais état. Il est cependant visible que l’animal attelé à des brancards n’est pas un bovin, mais vraisemblablement un bovidé de la famille des antilopes. La représentation est malheureusement trop effacée pour que le personnage et le système de menage soient visibles, ce qui restreint l’analyse de cet attelage. Une autre scène d’attelage (figure 98) montre des animaux très difficilement identifiables, mais qui incontestablement ne sont pas des chevaux.

97. Attelage d’un bovidé (oued Tirehart)

5Le fait que le système de menage soit constitué de guides rejoignant probablement un mors ne constitue pas une anomalie pour des bovidés à l’époque considérée. Le mors a en effet été utilisé pour des animaux de cette famille dès une haute Antiquité : une peinture murale égyptienne du tombeau de Houy, vice-roi de Nubie (1400 av. J. C.) montre un attelage de taurillons menés du char à l’aide de guides et de mors identiques à ceux des chevaux. On peut cependant considérer que les attelages de bovidés des peintures rupestres n’ont aucun caractère utilitaire, puisque, dans les meilleurs cas, ils ne tirent qu’un seul personnage monté sur un char extrêmement léger.

6Il existe d’autre part, parmi les peintures rupestres d’attelages de chevaux, des représentations ayant un caractère insolite qui pourraient au premier abord passer pour des figurations déficientes ou involontairement imparfaites, mais étant donné la maîtrise et l’extrême finesse avec lesquelles ces scènes ont été peintes, il semble judicieux de les considérer avec la plus grande attention.

98. Attelage de bovidés ( ?). Les animaux sont difficilement identifiables (In Teméït)

7Comme nous l’avons vu au premier chapitre, certains chars attelés sont figurés dans des situations matérielles impossibles (figure 12 par exemple), avec parfois une abondance de détails qui ne peut s’expliquer que par une volonté de représenter quelque chose de parfaitement significatif. Il faut retenir tout d’abord que parmi toutes les représentations antiques d’attelages d’origines les plus diverses parvenues jusqu’à nous, il se trouve toujours quelques scènes d’accidents ou d’attelages en état de perdition (principalement en course chez les Grecs, à la chasse ou à la guerre chez les Égyptiens et les Assyriens, dans des scènes de la vie courante en Chine). La pratique de l’attelage à caractère sportif, même avec des chevaux parfaitement dressés, ne va jamais sans risques (ruptures d’essieu, de roue, de harnais, chevaux subitement affolés par un fait inhabituel) et il serait impensable que des personnages spécialisés dans le dressage des chevaux aux allures vives aient pu l’ignorer. Nous allons en découvrir un exemple évident dans la représentation de la figure 99. A notre connaissance un seul commentateur de cette peinture rupestre a observé l’anomalie flagrante de cette représentation et supposé qu’il pourrait s’agir d’un quadrige auquel il manquerait deux chevaux (Stucchi 1989 : 79).

99. Attelage désemparé (cf. figure 12)
1. Les trois guides du cocher
2. Extrémité gauche de la barre de traction
3. Double alliance de mors
4. Guide droite du cheval de gauche
5. Extrémité droite de la barre de traction
6. Le timonier gauche à la droite du timonier droit

8La constitution de l’attelage est une anomalie particulièrement spectaculaire. Il s’agirait d’un bige* dont les deux chevaux seraient placés à droite du timon, menés avec trois guides au lieu de quatre, et dont la barre de traction passerait devant le poitrail du timonier*, le second cheval en étant éloigné. Cette étrange scène présente non seulement le véhicule dans une situation impossible par rapport aux chevaux, mais aussi des détails finement exécutés, indiquant de manière indubitablement intentionnelle que l’attelage est accidenté et en état de perdition. Les traits finement peints entre les têtes des chevaux montrent, en effet, que si le timonier droit de l’attelage est à sa place normale, le timonier gauche en revanche n’est plus à la sienne, qu’il est placé à la droite et en retrait du timonier droit auquel il est encore relié par une double alliance de mors, que sa guide gauche a disparu et que sa guide droite, passant devant l’encolure de l’autre cheval, forme l’une des trois guides dont dispose encore le cocher. La barre de traction n’est plus à sa place normale, elle ne tient plus aux chevaux, et le char ayant perdu son soutien est en chute libre vers l’avant.

9L’explication technique de l’accident est que le timonier gauche ayant fortement bronché ou même chuté, a cassé les attaches de la barre de traction aux licols des chevaux ainsi que sa guide gauche et que, complètement libéré du côté gauche mais toujours maintenu à droite (par sa guide droite et l’alliance de mors), il a fait une double volte-face en tournant autour du bout du timon et s’est retrouvé à la droite du timonier droit, tel que le représente la figuration qui illustre la scène finale de l’accident juste avant la chute du char et du cocher et la fuite des chevaux (voir figure 100). Ce type d’accident est, entre autres, parfaitement vraisemblable, mais il n’existe pas à notre connaissance parmi les scènes d’accidents de l’Antiquité une seule représentation qui montre le détail technique d’un accident en train de se produire, les figurations antiques ne représentant en général que le fait accompli : cocher à terre, char renversé, chevaux tués, etc.

10A l’inverse, la peinture rupestre montre, avec une grande finesse d’exécution et un parfait réalisme, une scène d’accident en cours qu’on ne pourrait pas représenter autrement si on voulait la reproduire, comme l’illustre le schéma photographique avec maquette à l’échelle (figure 100). Sur la même paroi rocheuse, et un peu en avant de la scène d’accident que nous venons de commenter, est figurée une autre représentation d’attelage avec un véhicule qui surplombe les chevaux (figure 101), mais la barre de traction est ici figurée à sa place normale. La seule anomalie importante est que le cocher n’a que deux guides en main au lieu de quatre, mais il n’apparaît pas possible d’interpréter correctement cette irrégularité.

100. Reconstitution de l’accident
a) Le timonier gauche a cassé sa guide gauche et son attache à la barre de traction ; il amorce une volte-face à droite
b) Toujours maintenu du côté droit par l’alliance de mors et sa guide droite, il tourne en avant du bout du timon
c) Terminant sa volte-face et toujours tenu par l’alliance de mors et sa guide droite, le timonier gauche vient se ranger à droite du timonier droit
Si l’on compare ce schéma sur maquette avec la représentation originale (figure 99) on retrouve exactement en place la barre de traction, l’alliance de mors, et la guide droite du bricolier gauche passant devant le poitrail du timonier droit et formant la troisième guide entre les mains du cocher

101. Véhicule dans une situation anormale (Ifidaniouen)

  • 1 Dans son livre Les peintures rupestres du Tassili n’Ajjer, Y. Tschudi indique : « Le conducteur du (...)

11Dans la partie est du Tassili, à Tin Aboteka, entre les sites de Tamrit et de Sefar, une peinture rupestre de char attelé avec des personnages à « tête en bâtonnet », bien que très abîmée, montre un détail intéressant (figure 102). La partie basse de cette représentation, fortement effacée, ne permet pas d’affirmer que le deuxième personnage, légèrement en arrière et à droite du cocher, est vraiment à bord du char, mais la partie haute est encore suffisamment visible pour permettre quelques constatations. Le véhicule à deux timons est attelé à trois chevaux de front, puisque le cocher a six guides en main. On constate que le cocher a trois guides dans la main droite et autant dans la main gauche, mais que, du côté gauche, les guides font une boucle au-dessus de la main1 Connue dès une haute Antiquité (figures 103 et 104), cette technique de menage est utilisée sous la dénomination de « peloton » en attelage moderne à quatre chevaux, par paires successives (Cazier-Charpentier 1975 : 119). Elle a pour but de maintenir un effet d’opposition régulier soit à droite soit à gauche, en raccourcissant une ou des guides par une boucle, maintenue sous le pouce le temps nécessaire, sans modifier l’ajustage des guides, lorsque l’effet d’opposition n’est plus nécessaire, le cocher relâche la boucle en soulevant le pouce et le ou les chevaux reprennent la ligne droite, les guides étant égales sans qu’il soit nécessaire de les réajuster.

102. Représentation d’un trige : menage avec peloton à gauche (Tin Aboteka)

103. Exemple d’un menage avec peloton à gauche en Égypte, vers 1400 avant J.-C. (XVIIIe dynastie)

12Il paraît utile d’insister sur le fait que ces détails dans la technique du menage, qui ne sont guère perceptibles qu’aux professionnels, ne peuvent cependant pas être systématiquement ignorés des profanes en matière d’attelage, mais qu’ils doivent au contraire être pris en considération et portés au crédit des personnages à « tête en bâtonnet ». Il en ressort que cette ethnie inconnue paraît occuper une place prépondérante et inattendue dans les techniques de dressage et de menage des chevaux dans l’Antiquité. Cette probabilité est particulièrement corroborée par le réalisme technique des scènes d’attelage des chevaux aux véhicules où le détail des opérations matérielles révèle la maîtrise des intéressés en la matière (par exemple figure 38). Le fait qu’un individu seul puisse brider et atteler ensemble deux chevaux peut être considéré comme relevant d’un professionnalisme certain.

13Il faut enfin noter une indication essentielle des représentations rupestres qui n’a jamais été relevée et dont il n’a pas été tenu compte : contrairement à toutes les représentations d’attelages, antiques ou modernes, les cochers « à tête en bâtonnet » n’ont pas de flot de guides (un excédent de guides tombant dans la caisse du véhicule), mais seulement une trentaine de centimètres de guides excédentaires en arrière des mains. Le flot de guides retombant dans la caisse du véhicule a été, à toutes les époques, un élément de sécurité dans le menage. Si en cours de déplacement, surtout aux allures vives (trot, galop), une ou plusieurs guides venaient malencontreusement à échapper au cocher c’est l’accident certain, d’une part, parce que le cocher a perdu le contrôle de la direction et de l’allure, et, d’autre part, parce que les guides tombées à terre vont obligatoirement venir sous les pieds des chevaux, d’où chute, ou ruades, etc.

14Le flot de guides retombant dans la caisse est donc la sauvegarde du cocher et la première des sécurités en attelage, empêchant que les guides puissent tomber à terre. Mais il faut qu’il existe une caisse, et les chars des rupestres des personnages « à tête en bâtonnet » n’en ont pas, preuve évidente qu’il ne s’agit pas de chars pour le transport des personnes, mais bien de véhicules de dressage utilisés par des spécialistes aptes à prendre tous les risques.

  • 2 Nous avons déjà mentionné ailleurs que l’on pourrait aller jusqu’à considérer qu’un corpus de tout (...)

15Ce qui apparaît comme extrêmement intéressant au point de vue historique, c’est que l’ensemble des figurations rupestres de cette singulière population concernant les attelages et ce qui s’y rapporte, constitue une contribution exceptionnelle à la recherche sur les techniques antiques du dressage à l’attelage en général et de celui du cheval en particulier. En ce qui nous concerne, et après des années de recherches sur ce sujet, il nous paraît indubitable qu’il n’existe dans aucune autre région, et à aucune époque du passé, un texte ou un document figuré sur la question qui soit aussi clair et aussi « techniquement exploitable » que les peintures rupestres que nous ont laissées les personnages « à tête en bâtonnet »2 C’est cette constatation qui a éveillé notre curiosité et nous a incité à quelques recherches sur cette population.

104. Raccourcissement des guides à l’arrêt par deux pelotons, en Égypte (XVIIIe dynastie)

Notes

1 Dans son livre Les peintures rupestres du Tassili n’Ajjer, Y. Tschudi indique : « Le conducteur du char ne tient pas simplement les rênes (sic) avec les mains, mais à l’aide d’un instrument particulier en forme de fer à cheval » (Tschudi 1955 : 25).

2 Nous avons déjà mentionné ailleurs que l’on pourrait aller jusqu’à considérer qu’un corpus de toutes les représentations d’attelages connues, ou encore à découvrir, dans l’étage des peintures des personnages « à tête en bâtonnet », représenterait au point de vue technique, quelque chose comme le premier « manuel de dressage et de menage » (Spruytte 1986).

Table des illustrations

Légende 95. Bœufs attelés à un léger véhicule, scène relevée par l’auteur au crayon en 1948 (Tamadjert, sur une corniche rocheuse d’accès difficile, en haut et à droite de l’entrée de l’abri principal du centre)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6378/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 96. Première photographie de la même scène (1989)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6378/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1018k
Légende 97. Attelage d’un bovidé (oued Tirehart)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6378/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Légende 98. Attelage de bovidés ( ?). Les animaux sont difficilement identifiables (In Teméït)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6378/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Légende 99. Attelage désemparé (cf. figure 12)1. Les trois guides du cocher2. Extrémité gauche de la barre de traction3. Double alliance de mors4. Guide droite du cheval de gauche5. Extrémité droite de la barre de traction6. Le timonier gauche à la droite du timonier droit
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6378/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Légende 100. Reconstitution de l’accidenta) Le timonier gauche a cassé sa guide gauche et son attache à la barre de traction ; il amorce une volte-face à droiteb) Toujours maintenu du côté droit par l’alliance de mors et sa guide droite, il tourne en avant du bout du timonc) Terminant sa volte-face et toujours tenu par l’alliance de mors et sa guide droite, le timonier gauche vient se ranger à droite du timonier droitSi l’on compare ce schéma sur maquette avec la représentation originale (figure 99) on retrouve exactement en place la barre de traction, l’alliance de mors, et la guide droite du bricolier gauche passant devant le poitrail du timonier droit et formant la troisième guide entre les mains du cocher
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6378/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Légende 101. Véhicule dans une situation anormale (Ifidaniouen)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6378/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Légende 102. Représentation d’un trige : menage avec peloton à gauche (Tin Aboteka)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6378/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende 103. Exemple d’un menage avec peloton à gauche en Égypte, vers 1400 avant J.-C. (XVIIIe dynastie)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6378/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 982k
Légende 104. Raccourcissement des guides à l’arrêt par deux pelotons, en Égypte (XVIIIe dynastie)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6378/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 739k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540