Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Attelages antiques libyens

 | 
Jean Spruytte

II. Premières recherches expérimentales sur les attelages

Texte intégral

1Les recherches expérimentales sur les attelages des personnages « à tête en bâtonnet » se sont effectuées en plusieurs stades. On a étudié séparément les différents problèmes posés par les figurations en travaillant à les élucider par phases expérimentales successives. L’ensemble de ces études s’est étendu sur une quinzaine d’années.

Un mode de traction surprenant

2La première question à résoudre concernait le mode de traction utilisé pour tirer le véhicule, c’est-à-dire la manière dont étaient attelés les chevaux au char. Comme nous l’avons exposé au chapitre précédent, les peintures rupestres d’attelages les mieux conservées font apparaître un système d’attelage des chevaux qui n’est pas un de ceux utilisés dans l’Antiquité (Spruytte 1977). Si aucun harnais n’est jamais visible sur le dos des animaux, on discerne cependant qu’une « barre » est représentée dépassant de part et d’autre des encolures des chevaux juste en arrière de leur tête (figure 9), c’est-à-dire à une place qui n’est ni celle d’un joug d’encolure*, ni celle d’un joug dorsal*.

3Une étude hippologique fait apparaître qu’il est impossible de faire reposer une barre quelconque sur la nuque d’un cheval pour deux raisons : si au milieu de l’encolure les vertèbres cervicales sont placées au centre de masses musculaires importantes, il n’en est pas de même vers la tête où l’atlas vient se joindre à l’occipital sous une faible épaisseur de tissus ; l’endroit est sensible et l’animal n’y supporte guère de gêne sans réagir aussitôt. D’autre part il n’est pas possible de maintenir une barre sur la nuque d’un cheval sans la fixer par un lien quelconque passant sous la gorge de l’animal, au point le plus sensible, et sans l’étrangler véritablement.

14. Le licol d’écurie

15. Bride-licol (attache de la barre de traction au licol avec adaptation d’un mors)

4Après divers essais préliminaires, il est apparu que si un système d’attache des chevaux de ce genre avait jamais existé, il ne pouvait être réalisé qu’en attachant la barre à des licols d’écurie. Ce harnais de tête répondant d’une certaine manière aux données du problème : contenir les efforts de traction d’un cheval attaché en ménageant les zones sensibles, ou fragiles, de la tête et de la nuque (figure 14). En fait la barre attachée aux licols sous les têtes des chevaux pouvait assurer le soutien du véhicule, servir à sa traction, être placée comme l’indiquaient les représentations rupestres, et ne toucher en aucun point les animaux. C’est après avoir fait ces différentes constatations que furent effectuées les premières expérimentations (figures 15, 16, 17) qui révélèrent de surcroît que cette barre remplissait aussi le rôle d’alliance entre les chevaux, facilitant les changements de direction et palliant ainsi l’absence de clefs et l’importance de la longueur des guides. On observera enfin que sur les représentations rupestres de chars dételés, cette barre est fixée à la limite extérieure du timon, et non en retrait d’une quinzaine de centimètres comme les jougs d’encolure d’autres chars antiques (figure 18).

5Après d’assez nombreuses expérimentations, au pas, au trot et au galop, les résultats positifs obtenus amenèrent à penser que l’on était en présence d’un mode de traction primitif inconnu, qui bien que semblant totalement irrationnel, pouvait permettre le menage facile, à toutes les allures, d’un véhicule léger monté par une personne. Ces premiers résultats tangibles mettaient en évidence le parfait réalisme des peintures rupestres que les personnages « à tête en bâtonnet » nous ont laissées, et situaient ces figurations dans un contexte naturaliste, fort éloigné des considérations artistiques ou idéalistes de certains commentateurs.

6Si au point de vue strictement expérimental la démonstration était concluante, un agencement aussi peu rationnel pour des équidés ne pouvait permettre qu’un rendement dérisoire limitant considérablement l’utilité pratique d’un pareil attelage. Ce n’est qu’au cours de recherches expérimentales sur les véhicules à timons multiples, représentés dans les peintures rupestres (figures 19, 20) qu’apparut matériellement et de manière décisive la raison de cette inexplicable anomalie.

Un procédé de dressage

7Les figurations de chars à timons multiples dans les peintures rupestres posaient depuis longtemps un problème, ces constructions à quatre timons ou plus, sur une légère plate-forme montée sur deux roues, n’entrant dans aucune catégorie de véhicules hippomobiles connus et leur utilité semblant inexplicable.

8C’est au mois d’août 1983 que furent effectuées pendant huit jours consécutifs, des études expérimentales sur les véhicules à timons multiples qui devaient mettre en évidence l’utilité de ces engins et faire apparaître par voie de conséquence la spécialisation libyenne dans le dressage des chevaux à l’attelage (Antiquités africaines 1986).

9Il a été utilisé pour ces expérimentations un char à timons multiples (et amovibles) réalisé sur les modèles représentés dans les figurations rupestres (figure 21) et quatre poneys de 1,30 m au garrot, n’ayant subi aucune préparation préalable à l’attelage.

16. Expérimentation au galop de la barre de traction et de soutien

17. Expérimentation au galop allongé de la barre de traction et de soutien

18. Char dételé. Barre de traction à l’extrême bout du timon (oued Allarama)

19. Char à quatre timons

20. Char à timons multiples

21. Char à timons multiples (reconstitution)

22. Char à deux timons (reconstitution)

10Dans l’ignorance de leurs réactions possibles lorsqu’ils seraient tous encadrés entre deux timons, et pour éviter tout accident, les animaux furent tous attachés par leur licol à une simple barre et mis en marche au pas, le dresseur suivant à pied (figure 23). Ce premier essai démontra que quatre chevaux maintenus alignés par une barre sont contraints de marcher et de s’arrêter ensemble ; si l’un d’eux veut s’arrêter au cours de la marche, il est entraîné par les trois autres, ou au contraire retenu s’il veut continuer seul lors de l’arrêt. Il en est de même pour tourner, les animaux s’entraînant mutuellement vers la droite ou la gauche à l’indication des guides.

11Cette expérience élémentaire, pouvant être réalisée avec des animaux ignorant l’attelage, convainc immédiatement qu’un appareillage aussi simple, pour ne pas dire primitif, permet en quelques instants de rendre solidaires dans le mouvement en avant et dans les tourners quatre chevaux à la fois, sans se soucier de leur sociabilité et sans prendre de risques. Même dans les meilleurs cas il serait impossible, sans barre d’attache, d’obtenir le même résultat en si peu de temps. Ces résultats permettent de comprendre qu’une « barre de traction » fixée à un char à timons multiples (figure 24) fait de celui-ci un véritable véhicule de dressage permettant d’atteler ensemble autant de chevaux qu’il y a de places disponibles entre les timons.

12La mise en action de ce procédé de dressage permet les constatations suivantes : le système donne d’emblée à l’attelage une cohésion qu’il serait impossible d’obtenir aussi rapidement avec une méthode traditionnelle, et il met les quatre chevaux dans l’obligation d’obéir en empêchant toute défense de force. On constate que si ce procédé de dressage (figures 25, 26, 27) est coercitif et ne fait pas appel à la réceptivité des animaux - ce qui va à l’encontre des critères actuels en matière de dressage-, il est en revanche extrêmement efficace ; dans l’impossibilité d’abaisser ou de relever suffisamment l’encolure, les chevaux ne peuvent ni ruer, ni se cabrer ; attachés court ils ne peuvent pas se mordre et séparés les uns des autres par un timon, ils sont dans l’obligation de rester parallèles ; toutes choses qu’il est impératif d’obtenir dans le dressage des chevaux à l’attelage, et qui nécessitent souvent beaucoup de temps, de patience et de savoir-faire.

13Cette phase d’entraînement avec un timon entre chaque animal constitue un premier débourrage* qui peut être poursuivi avec un char à deux timons nettement moins contraignant (figures 22, 28, 29). Faisant suite au débourrage, le dressage se termine avec un char à un timon unique pour affiner le menage et obtenir une parfaite maniabilité aux trois allures (figure 30). A ce stade, les chevaux sont dressés et peuvent alors être attelés sous un joug sans aucune difficulté, que ce soit avec des véhicules à un ou deux timons, et former ainsi des attelages antiques de types classiques.

23. Quatre chevaux attachés à une barre (expérience préliminaire)

14Avoir obtenu ces résultats en huit jours, en attelant matin et soir, à raison de trois heures par jour en moyenne, montre l’incontestable efficacité d’un procédé que l’expérimentation permet de redécouvrir, et qui constitue une méthode de dressage absolument originale et jusqu’ici insoupçonnée.

15Ces résultats expérimentaux permettaient enfin de comprendre l’efficacité d’une « barre de traction » qui paraissait totalement irrationnelle comme mode d’attelage, et de comprendre que ce type d’attelage n’est pas un mode de traction mais un procédé de dressage.

16Ce procédé, comme d’ailleurs tous les procédés utilisés pour le dressage des chevaux, ne nécessite qu’un minimum de terrain pour être mis en œuvre ; en effet, on ne dresse pas les chevaux attelés, aux trois allures, à travers de grands espaces, mais au contraire sur des surfaces sommairement nivelées et de dimensions relativement restreintes. La finalité du dressage est d’obtenir des évolutions précises (tourners à angle droit, cercles, etc.) exécutées à des allures contrôlées, et on ne peut se régler pour obtenir les changements rapides de direction, comme pour les allongements et les raccourcissements d’allure, que sur des repères fixes et peu espacés sur des distances limitées.

24. Barre attachée aux timons du véhicule

17En règle générale, il faut pouvoir disposer d’un rectangle de 80 mètres de long sur 40 mètres de large pour dresser correctement des attelages, et des espaces libres de cette dimension existent à peu près partout, même dans les régions les plus accidentées.

18La découverte expérimentale d’un procédé de dressage des chevaux à l’attelage absolument inconnu, mais cependant figuré sur les représentations d’attelages, ne pouvait qu’inciter à revoir avec une extrême attention les peintures rupestres d’attelages des personnages « à tête en bâtonnet » et à rechercher si des indices techniques latents n’y étaient pas aussi indiqués.

19Avec la « barre de traction et de soutien », la seconde originalité technique de ces véhicules était l’absence généralisée de rambarde autour de la plate-forme, à une exception près sur laquelle nous reviendrons, arrivant au moins à mi-cuisses, haute de 0,75 m sur les chars de Toutankhamon, alors qu’était le plus généralement représentée une sorte d’arceau n’atteignant jamais en hauteur les genoux du cocher (figures 8, 9, 12). L’hypothèse qu’il puisse s’agir d’un arceau stabilisateur entre les jambes du cocher avait été émise pour la première fois au colloque de Sénanque par A. Bonnet, F. de Cabissole, A. et R. Fabre, G. Mossant (Les chars préhistoriques... : 1982), mais les auteurs abandonnaient finalement cette interprétation dans leur communication (Les chars préhistoriques... 1982 : 60).

25. Début du débourrage. Mise en marche au pas

26. Tourner à gauche

27. Travail au trot (le deuxième jour les chevaux tournent ensemble au trot sans difficulté)

28. Travail avec deux timons

29. Tourner à gauche avec deux timons

30. Travail au galop (le huitième jour les chevaux travaillent par deux attelés à un char à un timon)

20On observera que l’absence de rambarde facilite la montée ou la descente du char, avantage particulièrement approprié à un véhicule de dressage sur lequel, ou duquel, on doit pouvoir sauter de n’importe quel côté pour pallier tout accident ou incident survenant en cours de menage. Si on considère que, contrairement à ce que l’on suppose trop généralement, une rambarde n’est pas faite pour s’y cramponner (voir les photographies d’expérimentations au galop où le cocher ne touche jamais la rambarde), mais pour soutenir une protection contre ce qui vient de l’extérieur (boue, projectiles, etc.), on peut voir son absence comme un aménagement rationnel pour un véhicule de dressage.

21Cet aménagement se conjugue avec des guides directes ne passant pas par des clefs, ce qui, en cas de chute d’un ou des chevaux, évite une aggravation de l’accident en permettant de libérer et de relever immédiatement les animaux puisqu’il n’y a pas à désenfiler les guides des clefs. Du point de vue technique cette absence de clefs oblige à une longueur de croisière* excessive (figure 31) qui nuirait au menage si cette défectuosité n’était pas compensée par l’effet d’alliance de la barre de traction entre les chevaux, ainsi que nous l’avons indiqué plus haut.

22Les conclusions pratiques que l’on peut finalement tirer de l’ensemble de ces expérimentations et observations se réduisent à considérer que les représentations d’attelages des personnages « à tête en bâtonnet » concernent uniquement des scènes de débourrage et de dressage des chevaux à l’attelage à l’aide d’un procédé technique jusqu’ici inconnu et en utilisant un matériel roulant particulièrement adapté à cet usage.

23Une activité aussi spécialisée oblige à prendre en considération une technicité particulière de cette population dans l’art de dresser les chevaux à l’attelage, ce qui incite, par voie de conséquence, à une recherche technologique plus précise sur le matériel hippomobile dont elle disposait.

31. Croisières de guides
a) Sur attelage antique à joug d’encolure
b) Sur attelage à barre de traction
Le croisement des guides internes (croisières de guides) permet les changements de direction en tenant ensemble les deux guides droites et les deux guides gauches. L’action des guides internes est d’autant plus précise et accentuée que la longueur de la croisière est réduite. Cette disposition est correctement réalisée dans les attelages antiques à jougs, comme dans les attelages modernes, grâce aux clefs qui limitent la longueur de la croisière. Dans le cas de l’attelage à barre de traction les guides sont libres (de la main du cocher à la bouche des chevaux) et la croisière s’effectue sur toute la longueur des guides.

24En l’absence de découvertes dans des fouilles de véhicules figurés dans les peintures rupestres, nos reconstitutions de chars ont été réalisées en respectant la technologie attestée par diverses sources archéologiques, en particulier les cinq chars du tombeau de Toutankhamon (Littauer et Crouwel 1985), et celui du Musée archéologique de Florence (Spruytte 1989).

25Cette technologie, uniquement basée sur l’utilisation du bois, du cuir et de la peau brute de bovidés, étant demeurée constante de la première partie du second millénaire jusque vers la fin du premier millénaire, a été appliquée avec succès à la réalisation matérielle des véhicules utilisés pour les expérimentations. Celles-ci ont mis en évidence la robustesse et la résistance de ce type de construction. Les vestiges antiques font apparaître de manière concrète que durant cette période toutes les pièces de force et d’usure étaient en bois et en peausseries, parfois réalisées à des cotes qui peuvent surprendre par la faiblesse de leurs dimensions, par exemple les fusées des essieux en bois des chars de Toutankhamon n’ont que 48 à 52 millimètres de diamètre. Le métal, lorsqu’il était employé, n’était utilisé que pour la décoration du véhicule (or, argent, cuivre), ou les petites pièces accessoires, esses*, rivets, etc. (laiton, bronze).

26La nature des bois utilisés dans la construction des chars antiques n’étant malheureusement pas encore connue avec exactitude, les diverses reconstitutions de chars expérimentaux ont été réalisées en frêne, essence traditionnellement employée dans la construction hippomobile européenne, mais toujours en respectant les dimensions attestées par les découvertes des fouilles.

27C’est en tenant compte de toutes ces considérations et en utilisant l’expérience acquise pendant plus d’une décennie de reconstitutions d’attelages et d’expérimentations diverses qu’ont été entreprises, à partir de mai 1989, les études expérimentales qui ont permis de réaliser matériellement un char de dressage du modèle de ceux qui figurent dans les peintures rupestres des personnages « à tête en bâtonnet », et de l’utiliser comme ils le faisaient eux-mêmes.

Table des illustrations

Légende 14. Le licol d’écurie
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6376/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 15. Bride-licol (attache de la barre de traction au licol avec adaptation d’un mors)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6376/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 16. Expérimentation au galop de la barre de traction et de soutien
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6376/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende 17. Expérimentation au galop allongé de la barre de traction et de soutien
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6376/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende 18. Char dételé. Barre de traction à l’extrême bout du timon (oued Allarama)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6376/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende 19. Char à quatre timons
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6376/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende 20. Char à timons multiples
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6376/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende 21. Char à timons multiples (reconstitution)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6376/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende 22. Char à deux timons (reconstitution)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6376/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende 23. Quatre chevaux attachés à une barre (expérience préliminaire)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6376/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende 24. Barre attachée aux timons du véhicule
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6376/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende 25. Début du débourrage. Mise en marche au pas
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6376/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende 26. Tourner à gauche
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6376/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende 27. Travail au trot (le deuxième jour les chevaux tournent ensemble au trot sans difficulté)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6376/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende 28. Travail avec deux timons
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6376/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende 29. Tourner à gauche avec deux timons
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6376/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende 30. Travail au galop (le huitième jour les chevaux travaillent par deux attelés à un char à un timon)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6376/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6376/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540