Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Attelages antiques libyens

 | 
Jean Spruytte

I. Historique du centre de Tamadjert

Texte intégral

1L’ensemble de tous les indices archéologiques que recèle Tamadjert (peintures rupestres, vestiges d’irrigation, tessons de poteries, etc.) accrédite l’existence dans une période ancienne d’une occupation du centre par une population sédentaire. Sans qu’il soit possible de la désigner avec précision, cette population doit correspondre à l’une de celles énumérées par Hérodote, spécialisées dans le menage des chars (IV : 170, 183, 190, 192, 195 ; VII : 86, 184). Son caractère pacifique est attesté par l’absence de représentations guerrières et même d’armes. Nous reprendrons, pour la désigner, la dénomination de personnages « à tête en forme de bâtonnet » qui lui a été donnée antérieurement.

2Il ne fait aucun doute que Tamadjert correspond, à cette lointaine époque, à un centre de sédentarisation pacifiquement occupé par une population se rattachant au bassin méditerranéen, mais aucun indice ne permet de savoir quand, et pour quelle cause, cette occupation prit fin.

3Les peintures de cavaliers armés de l’abri de Tin-Bahoundi, d’époque tardive (VIe-VIIe siècles après J.-C. ?) attestent que le centre fut visité par des bandes en armes, avec chameaux et chevaux, ce qui peut suggérer l’hypothèse d’une dévastation suffisante pour expliquer la disparition de Tamadjert en tant que centre agricole. Il est évidemment impossible de prouver cette éventualité et de savoir ce que devint Tamadjert pendant plus d’un millénaire, mais l’absence de vestiges postérieurs à l’Antiquité peut laisser supposer que le centre fut effectivement abandonné.

4Il n’existe donc pas de preuves d’une continuité historique de l’occupation du centre, et rien ne permet même de croire que Tamadjert était un lieu habité au XIXe siècle. Ce nom même de Tamadjert ne figure pas sur la carte de Duveyrier (Duveyrier 1864) qui mentionne cependant Aharar et Iherir – deux autres centres agricoles – avec la mention « petits villages ». Le « Tammadjart » porté sur la carte de Foureau (Foureau 1903) n’est, d’après le texte, que le nom d’un massif rocheux. Le nom de Tamadjert, en tant que lieu habité et centre de cultures, est cité pour la première fois par le lieutenant Gardel (Gardel 1961 : 87) qui, assez curieusement, le situe « à la source de l’oued Tafassasset », ce qui est en fait inexact, l’oued Tafassasset prenant sa source à proximité immédiate du puits de Tafesraït dans le petit massif d’Ounan, c’est-à-dire à environ soixante kilomètres à vol d’oiseau au sud de Tamadjert (voir carte).

5Au cours d’une conversation en 1947, le chef local Brahim ag Abakada, représentant du Tobol des Ajjer auprès des autorités françaises, nous certifiait que Tamadjert était inoccupé au tout début du siècle, et que la première tentative de mise en cultures de jardins par des Kel Azzi venus d’In Salah aurait eu lieu en 1905. Vers 1930, des Touareg du Hoggar, de la tribu des Kel Intounin, qui nomadisaient chez les Ajjer, et quelques Kel Térourit, installèrent des cultivateurs sur place et sous l’impulsion de Mohamed ag Sliman, chef des Kel Intounin, ils établirent de nouveaux puits (tanout) pour l’irrigation et créèrent de nouvelles surfaces de culture.

6Dans les années qui suivirent, des artisans forgerons itinérants du Tassili se fixèrent à Tamadjert. Les plus anciennes constructions en briques d’argile, élevées dans les différents quartiers du centre, datent de cette époque : aucune n’est antérieure à 1930.

7En 1945, l’administration de l’annexe des Ajjer fit édifier dans les petits centres de cultures du Tassili des « postes » destinés à servir d’entrepôts aux marchandises du ravitaillement général, principalement du blé et des dattes destinés aux populations ; celui de Tamadjert fut construit sur la petite falaise rocheuse qui domine le centre au sud.

8Des vestiges de piliers et de murets en pierres maçonnés à l’argile sont encore visibles actuellement sous forme de ruines dans l’oued Tin Bahoundi. Ces constructions ont été édifiées en août 1950 ; elles étaient destinées à soutenir une conduite métallique précédant un petit canal surélevé amenant vers le centre, au-dessus du niveau des terres cultivables, une partie du débit de la source de Tin Bahoundi. Ces travaux avaient pour but d’utiliser une partie de l’eau de la source pour l’irrigation de nouveaux jardins. Nous donnons ces indications afin d’éviter à l’avenir toute méprise sur l’ancienneté de ces vestiges concernant des travaux effectués sous le contrôle de l’administration.

9Le centre de cultures de Tamadjert a été rendu accessible aux véhicules automobiles à la fin de 1945 par l’établissement d’une piste carrossable à travers le massif d’Ifidaniouen.

Le site et son occupation

10Situé dans un cirque de montagnes, Tamadjert se présente sous la forme d’une cuvette assez vaste dont les parties les plus élevées constituent des zones de cultures et portent une végétation variée. Vers le sud-est de cette cuvette, dans l’escarpement d’une assise rocheuse, se trouve une excavation d’une certaine importance flanquée d’autres plus petites. L’ensemble de ces abris, ainsi que la paroi verticale extérieure, recèlent une impressionnante quantité de peintures rupestres dont la majeure partie est encore dans un remarquable état de conservation.

11La presque totalité des peintures rupestres du centre et des alentours, jusqu’à une quinzaine de kilomètres, concerne exclusivement les personnages « à tête en bâtonnet », leurs occupations ordinaires et la faune domestique et sauvage qui constituait leur environnement. Les figurations peintes de la grotte du centre et des abris plus petits, comme d’ailleurs celles de la paroi extérieure, montrent d’importants ensembles remarquablement conservés dans lesquels toutes les représentations humaines ont la tête remplacée par un trait plus ou moins épais, qui peut être rectiligne, courbe, divisé à l’extrémité, agrémenté d’une sorte de bec ou parfois même complètement absent. Cet artifice pictural, manifestement voulu, évident au premier regard, a malheureusement été estompé par la découverte d’un thème de représentation particulier qui a suscité la surprise, et parfois l’incrédulité, des premiers chercheurs. Parmi les ensembles de peintures que recèle le centre, seules en effet les représentations de chars attelés de chevaux ont retenu l’attention des spécialistes de l’archéologie saharienne, et assez paradoxalement, ce sont ces représentations d’attelages, comptabilisées et exploitées hors contexte pour d’hypothétiques spéculations sur l’utilisation des chars du Sahara, qui ont fait apparaître le nom de Tamadjert dans les publications d’archéologie saharienne.

12L’exploitation littéraire des représentations d’attelages seules utilisées hors de leur milieu par des auteurs n’ayant aucune connaissance technique ou pratique en la matière, pour étayer des argumentations d’ordre artistique, ou encore la collation avec d’autres représentations, peintes ou gravées de toutes provenances pour servir au « balisage » d’hypothétiques « routes des chars », a été particulièrement dommageable à l’étude des peintures de Tamadjert. Dommage encore aggravé par la falsification de certaines de ces peintures dans quelques publications et surtout par la malencontreuse appellation de « chars de guerre » qui leur a été appliquée sans que leur caractère conquérant et belliqueux ait jamais été démontré.

13En fait, une étude même sommaire, mais sans idée préconçue, des parois peintes montre que ces représentations d’attelages de chevaux, pour aussi surprenantes qu’elles puissent paraître au premier abord, s’insèrent dans un ensemble de scènes de vie journalière qui concerne un milieu rustique et pacifique, probablement fort éloigné des performances guerrières ou des positions aristocratiques qu’on a cru pouvoir lui supposer.

14Une étude plus méthodique des peintures, un inventaire plus précis des vestiges archéologiques, encore qu’incomplet en l’absence de fouilles, et enfin des analyses techniques et technologiques des représentations d’attelages, devaient nous permettre une approche beaucoup plus exacte des réalités matérielles de la vie des personnages « à tête en forme de bâtonnet », l’ensemble de ces travaux s’étendant sur plus d’une décennie et bénéficiant des découvertes de peintures encore inédites par J. Kunz.

15Les résultats expérimentaux obtenus dès 1975 avec les premières reconstitutions d’attelages de chevaux sont à l’origine de nos recherches sur cette population. Celle-ci constitue, parmi toutes celles représentées dans l’ensemble des figurations rupestres du Tassili, une ethnie particulière dont il paraît possible de situer l’apparition historique.

16Notre travail reprend donc chronologiquement la série de nos études expérimentales qui, au cours des années, nous ont amené aux conclusions pratiques et matérielles que nous avons présentées en octobre 1990 au colloque international de Milan sur « L’art du Sahara préhistorique », et que nous exposerons au cours de cet ouvrage.

Première approche des peintures rupestres

Un stéréotype graphique

17Attestées dans plusieurs secteurs du Tassili n’Ajjer, les peintures des personnages « à tête en forme de bâtonnet » sont cependant concentrées surtout à Tamadjert et aux environs de ce centre, où elles forment des ensembles suffisamment bien conservés pour permettre des observations assez précises sur leurs auteurs.

18Un examen attentif de l’ensemble des figurations humaines fait tout d’abord apparaître que tous les personnages, quelle que soit leur attitude ou leur occupation, sont asexués. Les têtes, remplacées par un simple trait, les poitrines uniformément plates et le port généralisé de jupes plus ou moins longues, ne permettent pas de distinguer nettement les unes des autres les représentations masculines et féminines. Une différenciation des sexes ayant pour critère la longueur des jupes, comme cela a déjà été proposé, les hommes portant une jupe courte et les femmes une jupe longue, apparaît contestable, d’une part, parce que certaines silhouettes en jupe courte ont un caractère trop gracile pour figurer des hommes (figure 1) et, d’autre part, parce que certains cochers portent des jupes arrivant aux chevilles (figure 2).

19A cette impossibilité de reconnaître clairement les femmes des hommes s’ajoute le fait que la représentation des personnages obéit à une règle picturale particulière. Si le bas du corps, à partir de la taille (cuisses, jambes, pieds), est normalement modelé, il n’en est pas de même de la partie haute du personnage qui est caricaturale : poitrine plate, bras et avant-bras filiformes, mains atrophiées.

1. Personnages à jupe courte (Tamadjert, abri principal du centre)

2. Cocher à jupe longue (Adrar Akakous)

3. Harponnage d’un animal marin, avec embarcation (Tamadjert, abri principal du centre)

20On observe enfin que, dans l’ensemble, les silhouettes sont extrêmement longilignes, graciles même pour certaines, qu’elles ne dégagent aucune impression de force physique et qu’elles n’ont jamais un caractère agressif. L’allure générale est « sportive » et les actions matérielles ou techniques gardiennage des troupeaux, attelage de chevaux, ménage de véhicule, harponnage, chasse au mouflon avec chiens, etc. – sont représentées de manière simple et réaliste, mais avec une évidente minutie.

21Notons que les principales caractéristiques relevées – personnages asexués, de type très longiligne – se trouvent curieusement validées par des travaux scientifiques sur certains squelettes humains sahariens protohistoriques (Chamla 1968), sur lesquels nous reviendrons dans nos conclusions.

22Outre les chars, qui sont l’objet des recherches expérimentales exposées plus loin, les personnages « à tête en bâtonnet » disposaient d’embarcations (figure 3), de sièges à trois pieds (figure 4 et figure 5), utilisaient la canne ou le bâton (figure 4), connaissaient la vaisselle (figure 7a et b), l’éventail (figure 7c) etc.

4. Siège à pieds (Tamadjert, abri principal du centre)


5. Reconstitution du siège à pieds (J. Spruytte)

6. Représentation de sièges à pieds chez une autre population (oued Djérat)

23Dans l’ensemble de ce matériel, le siège à pieds multiples, dont il existe des représentations chez d’autres populations (figure 6), ne semble pas avoir beaucoup retenu l’attention des spécialistes des rupestres sahariens. Il offre cependant un intérêt certain, surtout en corrélation avec le véhicule à roues. Comme le char, il indique l’existence d’un milieu sédentaire, aucun peuple nomade n’ayant utilisé de sièges à pieds, ni fabriqué de véhicules à roues.

7. Présence de récipients et d’un éventail (Tamadjert, abri principal du centre)

24Il n’existe pas de représentations caractérisées d’armes chez les personnages « à tête en bâtonnet ». Aucune arme d’hast* à pointe lancéolée n’a été décelée. Les javelots à pointes hastées figurant sur certains relevés manuels de peintures rupestres de Tamadjert, malheureusement publiés (ils accompagnent en particulier des chars au galop), sont de regrettables falsifications destinées à accréditer des idées préconçues sur l’utilisation du char au Sahara. Il est cependant probable que la chasse, à pied et avec des chiens (figure XI), d’animaux sauvages, nécessitait l’utilisation d’un épieu, arme de chasse, qu’on devine plutôt qu’on ne le voit.

25A côté des représentations de chevaux, on observe chez les personnages « à tête en bâtonnet » un nombre assez important d’animaux domestiques, chiens, ânes, chèvres, moutons, bovins, fidèlement représentés, parfois en deux couleurs. Les figurations d’espèces sauvages, antilopes, autruches, girafes, mouflons, etc., toujours parfaitement exécutées, montrent la connaissance qu’en avait cette population. Actuellement, seul l’animal marin figuré dans la scène de harponnage n’est pas encore identifié avec certitude (figure 3).

26Cette faune, domestique et sauvage, donne une idée assez précise du milieu dans lequel évoluait cette population et permet de situer ses chars attelés parmi les autres activités figurées dans les peintures qu’elle nous a laissées.

27Seule la documentation photographique publiée dans cet ouvrage est donc prise en considération dans les analyses techniques qui suivent, aucun relevé manuel ne pouvant apporter les garanties exigées pour un tel travail.

Originalité des représentations d’attelages

Le système « à barre de traction »

28Les peintures de chars attelés de chevaux font apparaître un système d’attelage particulier que nous avons dénommé « à barre de traction » dès nos premières recherches expérimentales, pour les différencier des attelages à joug antiques (Spruytte 1977). Les chars qui nous occupent se distinguent des autres figurations d’attelages, soit par la représentation des extrémités de la barre de traction dépassant de part et d’autre des têtes des chevaux (figures 8-9), soit par la représentation d’un ou plusieurs timons rejoignant directement la tête des chevaux par-dessus le corps des animaux (figure 10), soit encore par ces deux détails figuratifs conjugués (figure 12).

8. Barre de traction dont les extrémités dépassent de part et d’autre des têtes des chevaux (Tamadjert, abri principal du centre)

9. Barre de traction dont les extrémités dépassent de part et d’autre des têtes des chevaux. Ici la barre de traction, passant en avant de l’encolure est particulièrement bien visible (Tamadjert, abri principal du centre)

29La réalisation matérielle de ces attelages fait apparaître que ces représentations graphiques ne correspondent pas toujours à ce qui était réellement visible pour l’observateur et qu’elles obéissent à des conventions déterminées.

30Les scènes de chars attelés de chevaux montrent, en effet, deux graphismes différents dans la manière de figurer l’attelage : soit en représentant le véhicule à sa place normale, c’est-à-dire dans le prolongement des chevaux, le timon (ou les timons) disparaissant normalement entre les animaux et les roues reposant au niveau d’une « ligne de terre » supposée, jamais représentée, mais traçable (figure 8), soit au contraire en plaçant délibérément le véhicule dans une situation matérielle impossible, l’essieu plus haut que la croupe des chevaux (figure 12) et le ou les timons entièrement visibles au-dessus du dos des animaux, aboutissant à leur tête.

31Dans le premier type de figuration, ce qui est représenté est matérialisable, comme le montre la photographie (figure 11), sauf les extrémités de la barre de traction qui ne sont pas et ne peuvent pas être visibles. Il est, en revanche, impossible de réaliser les représentations du second type, à moins de maintenir le véhicule en position à bout de bras (figure 13).

32Seuls des artifices graphiques voulus et exécutés de manière délibérée peuvent donc permettre, dans certains cas déterminés, de faire apparaître ce qu’il est matériellement impossible de voir : une barre de traction dont les extrémités sont indiquées de manière fictive de part et d’autre des têtes des chevaux et un ou des timons allant par-dessus le dos des chevaux, directement à la tête de ceux-ci, à partir de l’essieu d’un véhicule « volant » au-dessus des animaux.

10. Quadrige à deux timons (Ihéren)

11. Reconstitution d’un attelage

12. Char « volant » au-dessus de la croupe des chevaux (Ifidaniouen)

13. L’« impossible » position du véhicule, telle que la peinture (fig. 12) le représente

Des guides libres

  • 1 Les termes marqués d’un astérisque sont définis dans le glossaire.

33Ces constatations obligent à reconsidérer l’étude pratique des figurations telle qu’elle a été conduite jusqu’ici, car, en réalité, les auteurs de ces représentations ne pouvaient pas voir les attelages autrement qu’on les voit aujourd’hui et c’est donc d’après le document photographique de la reconstitution matérielle, et non de la figuration rupestre, que l’on peut envisager d’en faire l’analyse technique. On ne doit pas tenir compte, par exemple, de l’angle que forment les guides1 avec le dos des chevaux (figure 8), car, même en imaginant des animaux très petits, cet angle n’a jamais existé (figure 11). Ceci a incidemment son importance : des guides libres, non maintenues par des clefs*, se trouvaient fort près de la queue des chevaux et risquaient de ce fait d’être coincées sous le coire* si les chevaux venaient à chasser des insectes piqueurs avec leur queue, ce qui peut expliquer le sectionnement des queues des chevaux dans la plus grande partie des représentations d’attelages. Chez beaucoup de chevaux, la sensation d’avoir quelque chose de coincé sous la naissance de la queue peut provoquer des réactions dangereuses (ruades, brusque départ au galop, etc.) et cet incident a été redouté en attelage à toutes les époques.

34Le fait que les auteurs de ces figurations aient délibérément représenté des attelages de même type de manières différentes et dans des situations matérielles variées semble démontrer qu’ils voulaient matérialiser, au besoin par des artifices, des caractéristiques propres à chacune de ces représentations en particulier, et ceci en dehors de tout contexte d’utilisation ou d’environnement. S’il apparaît, en effet, impossible de rattacher l’un de ces attelages à une scène d’ensemble (chasse, guerre, course, etc.), on peut en revanche observer qu’ils se singularisent par leur allure toujours vive (le pas et le trot semblent inconnus des représentations) et surtout par les positions actives, sportives et parfois même acrobatiques de leurs cochers.

35Examinés attentivement sous cet aspect, le plus grand nombre de documents photographiques laisse apparaître que chaque figuration d’attelage constitue en elle-même un petit tableau dans lequel se concentre tout l’intérêt de la représentation. Les cochers, seuls sur leur véhicule, sont uniquement occupés à mener leur attelage. Étant au surplus dépersonnalisés – pas d’indication de sexe, tête absente, poitrine uniformément plate, port de la jupe pour tous – c’est leur position et leurs actions à l’égard de leurs chevaux qui sont exclusivement signalées à l’attention du spectateur.

36Bien que les représentations soient réduites à des silhouettes, certains détails se rapportant à la technique du ménage sont parfaitement observables : les cochers utilisent soit une houssine* (figure 9), soit une sorte d’« excitateur sonore » (figure 12), probablement constitué de lamelles de bois creux ou de métal, pendues à un manche court. Cet instrument est trop court pour être utilisé en frappant les animaux, mais les chevaux étant très réceptifs à la voix et aux bruits, on ne peut écarter l’hypothèse d’une utilisation sonore. La tenue des guides dans les deux mains est classique, de même que le passage des guides dans la main gauche. L’existence d’une crapaudine* est attestée sur certains véhicules (figure 12). Ce qui figure à l’arrière du véhicule, derrière le cocher, ne peut pas être une arme (on pense à un javelot) hors de vue et hors de portée d’un cocher menant un attelage au galop. D’ailleurs, à cette allure, celui-ci serait dans l’impossibilité de lancer son javelot tout en menant son attelage.

37Les guides sont directes des mains du cocher au mors des chevaux et l’absence de clefs, rendue obligatoire du fait qu’il n’y a pas de harnais* sur le dos des chevaux, constitue un avantage pour un dressage à l’attelage, car, en cas de désordre grave ou de chute d’animaux, elle permet de libérer rapidement les chevaux sans avoir à désenfiler les guides.

Éviter les accidents

38En ce qui concerne les véhicules, deux détails paraissent importants. Tout d’abord, une absence quasi générale de main courante ou de rambarde surmontant la plate-forme des véhicules, arrivant au moins à mi-cuisse (à environ 0,75 m pour être efficace) et, ensuite, des timons rectilignes ne présentant pas de col de cygne* en avant de la plate-forme, comme, par exemple, sur le char égyptien. Il faut observer que l’absence de rambarde facilite la montée ou la descente du char et cet avantage est le propre d’un véhicule de dressage, sur lequel ou duquel on doit pouvoir sauter de n’importe quel côté en cas d’incident ou d’accident survenant en cours de ménage. La rambarde joue un rôle de protection contre ce qui vient de l’extérieur (coups, projections, etc.) et elle n’est attestée par la documentation archéologique que sur les chars de guerre, de course, de chasse ou de cérémonie, ce qui n’est pas le cas ici.

39D’autre part, la rectitude des timons est à rapprocher des constatations que nous avons faites pendant une décennie d’expérimentations diverses de chars ; en effet, tous les accidents matériels qui se sont produits pendant cette période, inévitables pendant des recherches expérimentales de ce genre, se sont toujours soldés par une rupture du timon au niveau du col de cygne à la suite d’un choc, et ceci à l’exclusion de toute rupture de jougs ou d’essieux. On pourrait donc interpréter la rectitude des timons comme un palliatif aux risques de rupture.

40Ces différentes constatations sont à l’origine de recherches expérimentales de dressage à l’attelage à l’aide d’une « barre de traction », dont le déroulement détaillé a été exposé par ailleurs (Spruytte 1986 : 29-56). Les résultats obtenus ont mis en évidence, de manière concrète, que le système d’attelage « à barre de traction » des peintures rupestres n’était pas un mode de traction mais un procédé de dressage.

41Or le dressage des chevaux est, en règle générale, passé sous silence chez les auteurs de l’Antiquité classique. Il est possible que cette activité, pourtant indispensable pour utiliser les chevaux attelés, n’ait pas paru digne de considération et Xénophon semble déjà explicite à cet égard : le maître ne s’abaissera pas à s’occuper lui-même de l’éducation de son cheval, il le fera dresser (De l’art équestre, ii, 1, 5). Cette absence d’intérêt et de documentation sur un sujet aussi important vient certainement du fait que l’on ne peut pas porter au crédit de l’Occident l’art et la manière de dresser les chevaux, particulièrement en quadrige. Ce type d’attelage apparaît dès le IXe siècle avant J.-C. en Orient, sur les bas-reliefs assyriens (Littauer & Crouwel 1979), alors qu’il n’est attesté en Grèce qu’au milieu du VIIe siècle avant J.-C. et que, par ailleurs, Hérodote confirme la postériorité des Grecs en ce domaine : « C’est encore des Libyens que les Grecs ont appris à atteler ensemble quatre chevaux » (Histoires, iv, 189).

42Cette antériorité des Libyens dans la constitution d’attelages aussi délicats à réaliser que les quadriges oblige à prendre en considération leurs connaissances effectives dans le dressage des chevaux et l’ancienneté de leur expérience en cette matière, d’autant que plusieurs textes antiques mentionnent sans surprise cette spécialisation libyenne comme nous le verrons plus loin.

Pour une nouvelle interprétation des figurations d’attelages

43Les représentations rupestres sahariennes sont habituellement considérées dans leur ensemble comme les manifestations artistiques ou culturelles des populations anciennes qui les ont exécutées, et c’est particulièrement sous le rapport de l’art et de la culture que ces populations sont étudiées.

44En ce qui concerne plus spécialement les représentations d’attelages, une approche de la question uniquement sous cette forme ne peut être que spéculative et se réduit soit à n’attribuer qu’un caractère symbolique à ce genre de figurations, soit à supposer au char attelé de chevaux un rôle, guerrier, social ou sportif, etc., cette « classification » recevant éventuellement le soutien d’une argumentation pseudo-technique élaborée à partir de considérations artistiques ou esthétiques.

45Cette méthode imaginative est fort éloignée des réalités concrètes de l’attelage qui est une activité matérielle, soumise à des contraintes physiques immuables des origines à nos jours, disposant d’apports techniques éprouvés, et requérant une terminologie extrêmement précise. En matière d’attelage, une chose est matériellement réalisable ou elle ne l’est pas. A partir de là, il est possible de considérer que seule la recherche expérimentale dans ce domaine peut en apporter la démonstration, lorsque les représentations sont suffisamment détaillées et bien conservées, ce qui est généralement le cas des peintures rupestres des personnages « à tête en bâtonnet ».

46Pour être objective et exhaustive, une recherche expérimentale ne doit pas intervenir comme l’aboutissement d’une idée préconçue, mais elle doit, au contraire, être précédée d’une étude sur maquette permettant de situer exactement, en trois dimensions, les problèmes matériels qui peuvent se poser en tenant évidemment compte, d’une part, des impératifs incontournables en matière d’hippologie pour ce qui concerne les animaux, et d’autre part, des techniques existant à l’époque considérée.

47Les résultats expérimentaux obtenus doivent pouvoir concerner à la fois la sécurité et la facilité du ménage, la maniabilité et la fiabilité de l’attelage et, enfin, la solidité et l’équilibrage du véhicule à toutes les allures, y compris au galop allongé. Si le réalisateur d’une reconstitution expérimentale n’est pas lui-même un homme de cheval, la prudence conseille qu’il se fasse assister d’un spécialiste, car des improvisations intempestives, sans expérience des chevaux et de l’attelage, peuvent aboutir à des accidents graves, aussi bien pour les personnes que pour les animaux.

Notes de fin

1 Les termes marqués d’un astérisque sont définis dans le glossaire.

Table des illustrations

Légende 1. Personnages à jupe courte (Tamadjert, abri principal du centre)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Légende 2. Cocher à jupe longue (Adrar Akakous)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6375/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende 3. Harponnage d’un animal marin, avec embarcation (Tamadjert, abri principal du centre)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6375/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Légende 4. Siège à pieds (Tamadjert, abri principal du centre)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6375/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 5. Reconstitution du siège à pieds (J. Spruytte)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6375/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 6. Représentation de sièges à pieds chez une autre population (oued Djérat)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6375/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Légende 7. Présence de récipients et d’un éventail (Tamadjert, abri principal du centre)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6375/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende 8. Barre de traction dont les extrémités dépassent de part et d’autre des têtes des chevaux (Tamadjert, abri principal du centre)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6375/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Légende 9. Barre de traction dont les extrémités dépassent de part et d’autre des têtes des chevaux. Ici la barre de traction, passant en avant de l’encolure est particulièrement bien visible (Tamadjert, abri principal du centre)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6375/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende 10. Quadrige à deux timons (Ihéren)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6375/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Légende 11. Reconstitution d’un attelage
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6375/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Légende 12. Char « volant » au-dessus de la croupe des chevaux (Ifidaniouen)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6375/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Légende 13. L’« impossible » position du véhicule, telle que la peinture (fig. 12) le représente
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6375/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 436k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable