Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Attelages antiques libyens

 | 
Jean Spruytte

Introduction

Texte intégral

1Situé au Sahara central algérien entre les 24e et 27e degrés de latitude nord, le Tassili n’Ajjer se présente comme une barrière montagneuse se développant approximativement d’ouest en est entre les 5e et 11e degrés de longitude est (voir carte).

2Ce massif montagneux recèle de très nombreuses peintures et gravures rupestres dispersées dans ses différentes parties, dont certaines restent sûrement encore à découvrir. Ces figurations s’échelonnent dans le temps, les plus anciennes remontant à la préhistoire, et sont étudiées depuis une cinquantaine d’années par l’ensemble de la recherche scientifique saharienne, toutes disciplines confondues.

3Parmi les populations qui, au cours des âges, se sont représentées elles-mêmes dans les peintures du Tassili, une ethnie s’est particulièrement distinguée des autres en se représentant avec la tête remplacée par un simple trait vertical plus ou moins prononcé. Cette population, dont on retrouve les peintures dans plusieurs secteurs du Tassili, est particulièrement bien attestée dans la région ouest, principalement à Tamadjert, petit centre de cultures, où des indices archéologiques permettent d’accréditer l’existence, dans une période ancienne, d’une population de type sédentaire.

4Cette population a laissé, par ses peintures rupestres, le témoignage de techniques particulièrement énigmatiques, qui ont été étudiées par la méthode expérimentale. C’est elle qui est l’objet de cet ouvrage.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540