Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Attelages antiques libyens

 | 
Jean Spruytte

Préface

Marceau Gast

Texte intégral

1La présence de chars tirés par des chevaux toujours au galop, peints ou gravés sur les roches du Sahara central et de ses abords, a, depuis des dizaines d’années, fait couler beaucoup d’encre, suscité de nombreuses controverses et excité l’imagination de tous les amoureux du Sahara, chercheurs, amateurs ou simples voyageurs. Le décompte des figurations est passé de 598 exemplaires en 1981 (Lhote 1982 : 22) à plus de 620 depuis cette date. Et les découvertes sont loin d’être terminées.

2Mais peut-on réunir dans une même problématique ces figurations peintes et gravées dans des sites fort éloignés les uns des autres, sans risque de s’enfermer dans des hypothèses aussi audacieuses que farfelues, telle que fut celle de la trop fameuse route des chars ? Et combien d’interprétations singulières ou péremptoires ont été fournies à partir de copies erronées traduisant davantage les présupposés des auteurs que les réalités techniques réellement présentées par les populations protohistoriques ?

3A l’heure où l’archéologie expérimentale permet de reconstituer, dans des contextes écologiques précis, certains aspects de la vie des populations préhistoriques et où ces reconstitutions sont enfin considérées comme des compléments indispensables sur le plan méthodologique, il était temps d’envisager la question des chars sahariens sous un autre angle que celui de considérations abstraites ou théoriques.

4Jean Spruytte a publié en 1977 un livre Études expérimentales sur l’attelage, qui est désormais une référence incontournable, corrigeant les invraisemblances proclamées jusqu’alors sur les modes de traction du cheval dans l’Antiquité. Ses démonstrations sur le joug d’encolure, l’attelage à joug dorsal, le collier d’épaule, l’ont non seulement amené à apporter des corrections radicales à certaines confusions, notamment celles du commandant Lefebvre des Noëttes dans son livre resté longtemps un ouvrage de base, L’attelage, le cheval de selle à travers les âges, Picard 1931, mais à s’intéresser aussi aux figurations des attelages antiques et sahariens.

5Or, par un heureux concours de circonstances, Jean Spruytte fut méhariste dans la Compagnie saharienne du Tassili n’Ajjer de 1941 à 1932, avant de devenir maître d’attelage. Son esprit méthodique, curieux et exigeant lui valut d’accumuler une documentation personnelle sur les peintures rupestres du petit centre de culture de Tamadjert où il fit deux séjours en 1945 et en 1948. Loin de laisser son imagination s’égarer vers des horizons romantiques, l’ancien méhariste mit en œuvre une méthode expérimentale dont il est l’innovateur, pour arracher à cette histoire peinte quelques parcelles de vérité qu’il nous livre aujourd’hui avec prudence et modestie.

6A partir des réalités extrêmement concrètes et exigeantes du monde du cheval et de l’attelage qu’il connaît si bien, Jean Spruytte fit deux constatations critiques qui l’ont prioritairement guidé dans sa démarche.

7De nombreuses peintures et gravures publiées par beaucoup d’auteurs (et non des moindres) se révélaient, après contrôle des mêmes scènes bien photographiées, en couleur et/ou en noir et blanc, mal interprétées, voire falsifiées.

8Par ailleurs, la plupart des auteurs faisaient fi des cultures locales, de la spécificité des ethnies représentées, en comparant à des milliers de kilomètres de distance des représentations de chars visiblement conçus pour des usages différents, à des époques non précisées et qui ne posaient probablement pas les mêmes problèmes d’ordre technique ou socio-économique.

9Enfin pas un auteur, dans toute la littérature sur les chars sahariens, n’était un praticien du cheval et de l’attelage ; nulle part n’était apparue une réflexion d’ordre technique sur la relation homme/char/cheval, avec les conséquences que l’on pouvait en tirer.

10Après ses premières expérimentations à partir de reconstitutions de chars de différents types, d’abord en maquettes, puis grandeur nature, et de plusieurs modes de traction à l’aide de poneys qui eux aussi servaient de matériel expérimental, J. Spruytte décida de concentrer son attention sur un seul site, celui de Tamadjert, et sur la population qui était figurée sur ses parois, appelée « personnages à tête en forme de bâtonnet ». Ce choix n’était pas fortuit : c’était l’un des sites sahariens parmi les plus riches en peintures de chars et les plus originaux ; l’auteur connaissait bien ce terrain pour l’avoir exploré presque en totalité ; ses relations amicales avec J. Kunz, aussi désireux de réaliser de belles photographies que de participer à une recherche utile, lui permirent de confirmer et d’enrichir d’une façon définitive les relevés et les photos qu’il avait déjà réalisés entre 1945 et 1948.

11La réunion que nous organisions à l’abbaye de Sénanque, les 21 et 22 mars 1981, permettait la présentation publique des résultats des premières expérimentations avec la participation d’une vingtaine de chercheurs, universitaires et amateurs, tous passionnés par la question des chars sahariens (Les chars préhistoriques du Sahara, 1982). Mais cette reconnaissance des milieux scientifique et universitaire n’était qu’une étape dans la quête inlassable et exigeante de J. Spruytte. Un événement important vint tout d’un coup relancer sa réflexion. En 1987, J. Kunz ramène une superbe scène d’attelage d’un exceptionnel intérêt, prise dans l’oued Allarama (près de Tamadjert). Elle représente (figure 38) un homme seul muni de guides devant deux chevaux en face d’un char dételé portant une barre de traction, un arceau stabilisateur et montrant une roue qui rappelle singulièrement le modèle d’une roue déposée au musée de Brooklyn et ramenée d’Afrique par le docteur Abbott en 1843. Cette roue a été étudiée par M. A. Littauer et J. Crouwel en 1985 ; ses bois ont été datés du Ve siècle avant J.-C. La roue du musée de Brooklyn, dont J. Spruytte obtint tous les croquis cotés et les photos de détails, se révéla d’une singulière complexité quant à sa conception technique et à la fonctionnalité des vingt pièces de bois qui la composent. Après en avoir réalisé une maquette au 1/5e, comme avant toute expérimentation en grandeur nature, J. Spruytte s’attaqua à la réalisation d’abord de deux roues, puis du char tout entier.

12Je laisse le lecteur suivre cette expérience passionnante ; ce sont les conclusions qu’en tire l’auteur qui sont les plus importantes. Ce char ultra léger (celui réalisé pèse 49 kilogrammes), ne pouvait servir au transport et encore moins à la guerre. Entièrement confectionné à l’aide de pièces démontables intelligemment agencées, il était à coup sûr conçu par des artisans en milieu urbain connaissant bien les techniques de charronnage. Sa livraison en pièces détachées à une autre population pouvait s’effectuer en deux colis installés sur le dos d’un animal de transport quelconque. Le remplacement des pièces usées ou détériorées pouvait être réalisé localement. Mais tout, dans la conception de cet engin, tend à démontrer que l’objectif recherché, et affiché dans toutes ces représentations rupestres, n’était pas la valorisation du char lui-même, mais celle du dressage des chevaux. A tel point qu’avec la finesse d’observation que peut apporter un spécialiste des attelages, J. Spruytte identifie même des scènes d’accidents en train de se produire, saisies « en instantané », que personne n’avait su déceler auparavant dans certaines représentations : l’inversion des chevaux, leurs positions inhabituelles par rapport au timon, la position des guides, etc. Tout ceci nous est à nouveau expliqué sur maquette, car rien n’est avancé sans reconstitution technique.

13Les artifices de la représentation de ces peintures de char permettaient de mettre en valeur la vitesse des chevaux, l’attitude altière du cocher, les éléments constitutifs de l’attelage, d’une façon telle que chaque figure devient non seulement un document ethnographique mais aussi une démonstration d’hippotechnie de haut niveau.

14Rien dans les textes anciens ne concerne le dressage des chevaux laissé traditionnellement aux esclaves et aux palefreniers, et nulle part ailleurs de telles scènes n’ont été figurées dans l’Antiquité. L’on apprend incidemment par Hérodote que « c’est encore des Libyens que les Grecs ont appris à atteler ensemble quatre chevaux » (IV : 190), que « les Asbytes sont de tous les Libyens les plus habiles à conduire des chars à quatre chevaux » et que « les Garamantes avaient aussi des chars à quatre chevaux sur lesquels ils allaient faire la chasse aux Éthiopiens troglodytes » (IV : 183). C’est cette dernière phrase qui a égaré bien des recherches à propos des peintures des chars sahariens. Car pour ce qui concerne le site de Tamadjert, jamais ne sont figurées de scènes belliqueuses ni même d’armes de guerre sur un char. La population des personnages « à tête en forme de bâtonnet » semble particulièrement pacifique. Hormis des chasses au mouflon à pied, avec des chiens, une figuration de harponnage d’un animal marin, les chars dételés ou au galop voisinent avec de paisibles activités domestiques et pastorales. Il ne semble pas y avoir de classe dominante chez ce peuple qui tient à sauvegarder l’anonymat des personnages par une représentation conventionnelle sans visage et sans différenciation de sexe. Bien que certains individus soient quelquefois vêtus de jupes longues, on ne peut affirmer qu’il s’agisse à coup sûr de femmes, par opposition avec les autres figurations vêtues de jupes courtes, « en retroussis ».

15Non seulement les démonstrations techniques de J. Spruytte sont convaincantes et parfaitement vérifiées par l’expérimentation, mais l’éclairage qu’il apporte à l’étude palethnologique de la population représentée à Tamadjert ouvre des voies complètement nouvelles à la recherche en ce domaine.

16Ce livre offre une méthode de travail à partir d’observations directes des figurations sans aucune interprétation graphique, dans un processus de reconstitution matérielle des attelages et de leur expérimentation avec des poneys de 1,30 m au garrot. Dans ce contexte, deux chevaux domestiques mettent huit jours à se comporter correctement en attelage. Le char étudié qui semble avoir été conçu par les Phéniciens à l’usage des Libyens, avait pour objectif de servir au dressage des chevaux. L’art du dressage était l’apanage d’une population spécialisée qui devait vivre en grande partie de ce commerce, entre les VIIIe et IIIe siècles avant J.-C., dans une vallée verdoyante de la « montagne des Bœufs » comme l’on pourrait traduire l’appellation Tassili n’Ajjer.

17Voilà l’histoire extraordinaire qu’a su décrypter Jean Spruytte avec une passion exigeante pour notre savoir et notre plaisir.

Auteur

Directeur de recherche au CNRS

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable