Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Célébrer le pouvoir

 | 
Gisèle Krauskopff
, 
Marie Lecomte-Tilouine

Première partie. Centres royaux

Chapitre III. Les rituels royaux de Dasaῖ à Katmandou

Notes préliminaires

Marie Lecomte-Tilouine et Bihari K. Shrestha

Texte intégral

  • 1 M. Anderson (1977 pp. 142-155), offre la meilleure description.

1Les rites royaux de Dasaῖ à Katmandou coiffent l’ensemble des festivités qui se tiennent au Népal. Le monarque en est le point focal. Durgā et les dieux tutélaires de la famille royale et du royaume y sont célébrés. Le caractère secret de certains rituels et la difficulté d’observation de la plupart des manifestations de la capitale font qu’il n’en existe pas de description complète aujourd’hui1. Pour combler partiellement ce manque, les articles du quotidien The Rising Nepal (1971 à 1992) disponibles au centre de documentation du CNRS à Meudon ont d’abord été compilés. Dans un deuxième temps, un certain nombre d’informations ont pu être recueillies auprès d’un prêtre royal attaché au palais de Katmandou et officiant au palais de Gorkha lors du rituel. L’ensemble demanderait de toute évidence à être confirmé par l’observation des rituels et se veut principalement informatif.

LES RITES DES PREMIERS JOURS

2Les rituels des premiers jours de Dasaῖ sont peu décrits dans les journaux qui annoncent surtout les ouvertures de marchés spéciaux à prix réduits, les « Dasain bazar », organisés par les chefs de districts, et l’arrivée de centaines de miliers de chèvres et de moutons dans la vallée.

3L’autel royal de Dasaῖ est installé dans l’enceinte de l’ancien palais, à Hanuman Dhoka, dans un templion particulier (dasaῖ ghar) situé dans une cour à l’est de l’ensemble (cf. plan dans Vajracarya, 2033 V.S.). La description de l’autel n’est pas fournie et l’on apprend seulement que des sacrifices sanglants accompagnent les semailles de pousses d’orge (TRN, 20.9.90), et d’un haricot « symbolisant la fertilité de la Kalash », mis à germer dans du sable le temps de la fête (TRN, 23.10.74). Le Gorkhāpatra (1. 10. 1970) nous apprend qu’un culte est rendu à la Bhagavatī d’Automne (śaradīya Bhagavatī) et à l’« Energie maternelle » (mātṛśakti).

4Les habitants de Katmandou entament un cycle de neuf bains sacrés, qu’ils prennent au lever du jour à différents lieux saints de la vallée. Ce rituel est localement désigné par « les neuf nuits », navarātrī.

5« Le jour de Ghatasthapana, les habitants de Lalitpur se baignent à Shankamul et vénèrent la déesse Chamunda » (TRN, 5. 10. 86).

  • 2 Une bonne description du culte de Pacali Bhairav se trouve dans Anderson (1977) et l’on peut aussi (...)

6Le cinquième jour de Dasaῖ, Pacali Bhairav est vénéré dans l’ancien palais de Katmandou. La divinité y est apportée depuis Panchanarigh, à Pachali, en ce jour. Arrivée à Hanuman Dhoka, les dévots lui offrent « des prières et des sacrifices » (TRN, 20.10.85)2.

LE SEPTIÈME JOUR

7En contraste avec le peu d’informations concernant les rituels des premiers jours, la première page du Rising Nepal correspondant au septième jour est largement consacrée à Dasaῖ. De façon récurrente – les articles étant bien souvent les mêmes d’une année sur l’autre – on y trouve trois articles qui traitent respectivement du « feu de joie », de la procession de phūlpāti et de la visite du roi et de la reine à Hanuman Dhoka pour vénérer phūlpāti.

Les célébrations militaires

  • 3 La parade du septième jour est appelée « feu de joie » en anglais et baḍhai en népali, terme qui si (...)

8Le septième jour est l’occasion d’une parade militaire3, qui se tient sur le terrain d’exercice, à Tundikhel. Là, s’élève le « pavillon de l’armée royale » où se rendent le roi et la reine (TRN, 27.9.71). Trente et un coups de fusil saluent leur arrivée et une garde d’honneur leur est présentée (TRN 23.10.74 ou 27.9.71). Le roi arbore un uniforme militaire, ainsi que les princes (TRN, 27.9.71). De nombreux membres de la famille royale et du gouvernement, comme le Premier ministre (TRN, 12.10.75 ou 1.10.76) ou le Président de la Cour suprême (TRN, 1.10.76), prennent aussi place sous le pavillon. Des diplomates étrangers s’y trouvent également et souhaitent un « joyeux Vijaya » au roi, à la reine et à leur famille à cette occasion (TRN, 27.9.71).

9Après des tirs en relais, le roi décore des officiers (TRN, 27.9.71). Ces décorations peuvent aussi être remises non pas sur le champ de parade, mais dans le palais : en 1972, la cérémonie de remise des décorations (« orders, decorations and medals ») décernées par le roi le jour du nouvel an, s’est tenue au palais royal le jour de phūlpāti (TRN, 6.10.72), et en 1971, ce sont des décorations attribuées le jour de l’anniversaire du roi qui ont été remises dans le hall de réception du palais (TRN, 27.9.71).

10Pendant le phūlpāti baḍhaῖ proprement dit, qui consiste en cinq séries de tirs en relais et deux salves (TRN, 12.10.75), phūlpāti est apporté à Hanuman Dhoka (TRN, 23.10.74).

11Suit la remise solennelle de la bannière du roi (« the King’s banner ») au premier bataillon de tirailleurs, et de la matraque (« truncheon ») royale à une compagnie de police (TRN, 12.10.75). Le bataillon qui reçoit la bannière est le vainqueur d’une compétition interne à la Royal Army, « The King’s banner contest » (TRN, 1.10.76 ou 9.10.78). Les règles du choix du bataillon ne sont pas clairement énoncées : certains éléments laissent croire qu’un même bataillon est choisi pour deux années. La bannière représenterait les « nouvelles couleurs gorkhā » (« The Naya Gorkha colours », TRN, 29.9.79) ou la « bannière de l’année ». D’autres informateurs veulent que la bannière soit la divinité d’élection du bataillon, son iṣṭadevatā, qu’il vénérerait dans le koṭ, caserne. Cette divinité serait invariablement la déesse Kālī ou l’une de ses manifestations. La remise de la bannière est un acte central qui est chaque année l’objet d’une photo en première page dans le journal. Elle se déroule sous un dais érigé devant le pavillon royal (TRN, 29.9.79). Le roi en personne la remet au commandant du bataillon élu, tandis qu’un homme brandit un sabre à ses côtés (cf. par exemple : photo du RN, 1.10.76). La remise de la matraque n’est mentionnée qu’en 1975, et n’y est ni décrite, ni photographiée. À la fin de la cérémonie de présentation des couleurs, les militaires acclament trois fois le roi (TRN, 29.9.79).

12La parade militaire du septième jour est liée à la venue de la gerbe phūlpāti. Elle débute avant son arrivée à la capitale, puis la gerbe est conduite en procession depuis les portes de la ville jusqu’à l’ancien palais pendant que l’armée effectue des tirs en relais (TRN, 23.10.74). Enfin, « selon la tradition, neuf différentes sortes de fleurs sont cueillies dans les jardins de Katmandou et ses environs d’où le son du “feu-de-joie” se fait entendre, et sont emportées à la pièce de dasain » (TRN, 2.10.84). Les démonstrations militaires marquent le pouvoir du suzerain sur un territoire. C’est sur ce territoire fort qu’il est légitime de réunir les fleurs qui matérialisent la déesse guerrière. On dit que lors de la première célébration militaire après la conquête gorkha, les Néwar ont quitté leur maison et se sont réfugiés dans les collines environnantes en entendant les salves (Gimlette, 1928, p. 44).

13Cette cérémonie de remise de la bannière royale est une introduction récente, postérieure à la période Rāṇā, d’après un informateur âgé, de la famille Rāṇā. Une brève description de la parade militaire au début du siècle est donnée par Northey (s.d., p. 165) et une plus complète par Gimlette (1928, p. 44). La présence du roi est mentionnée, ainsi que les salves et une gigantesque fanfare réunissant tous les musiciens de l’armée, mais il n’est pas question de remise de bannière ou de matraque.

La procession de phūlpāti

14« L’observance du culte de Fulpati remonte à l’époque de Prithivi Narayan Shah qui, après avoir unifié le Népal, instaura la pratique de faire apporter Fulpati, le “prasad” de la déesse Gorakhkali, depuis Gorkha [...] » (TRN, 20.10.77).

  • 4 Vajracarya (2033, p. 186) donne des informations très différentes concernant phūlpāti. Selon cet au (...)

15Le phūlpāti de Katmandou proviendrait d’après les journaux de la « maison de Dasaῖ » du palais de Gorkha, palais ancestral de la lignée au pouvoir. En fait, il est bien constitué dans le royaume de Gorkha, d’après le prêtre qui y officie, mais ne vient pas du palais même. Le sixième jour du rituel, des assistants rituels (appelés « serviteurs », susāre) du palais de Gorkha, sont chargés de collecter neuf sortes de plantes en divers endroits du royaume de Gorkha. Les fleurs jayantī proviennent de Salyantar, l’aśok (Saraca indica) de Majhuwa Deorali, le bel (Aegle marmelos) de Pipale, le plant de riz (ropo) des champs de Chin Chin, etc. Une partie de cette collecte est apportée par les serviteurs jusqu’à une localité appelée Jivanpur, tandis que l’autre partie est portée au palais de Gorkha4.

16Les assistants rituels attachés à Gorkha sont des Magar (un Khawās Magar et un Bhusāl Magar, de haut rang rituel, ainsi qu’un Sāru, un Pulāmi, un Aslāmi, un Rānā, un Marsyang et un Garānjā Magar) accompagnés d’un Bohorā Chetri, décrit comme le « serviteur principal ». Ils agissent sous les ordres d’un des prêtres royaux principaux, de clan Aryāl ou Bhaṭṭarāī.

  • 5 TRN (29.9. 79 ou 17.10.80) mentionnent six Magar de Gorkha.

17La première des trois étapes du trajet du phūlpāti royal consiste donc en son transport par des assistants rituels magar5, depuis le royaume de Gorkha jusqu’à Jivanpur Chetrapati, localité du district de Dhading située à 25 kilomètres de la capitale.

18À Jivanpur, le phūlpāti est confié « aux prêtres de Katmandou » (TRN, 20.10.77), des brahmanes et leurs assistants (TRN, 29.9.79), qui le conduisent jusqu’aux portes de Katmandou. Ces assistants sont des Basnet Chetri, des Āle Magar et des Rānā Magar dirigés par un prêtre royal Khanāl Bāhun, qui sont partis de Katmandou tôt le sixième jour, pour recevoir le phūlpāti ce même jour à Jivanpur. Ils l’emporteront alors immédiatement vers la capitale où il doit parvenir le matin du septième jour. La seconde étape du trajet de phūlpāti consiste donc en son transport depuis Jivanpur jusqu’à Jamal, quartier de Katmandou situé à l’extérieur de la vieille ville. En ce sens et comme dans d’autres endroits, phūlpāti fait une halte aux limites de la localité, où une nouvelle procession vient l’honorer et l’escorter jusqu’au cœur de la cité dans l’ancien palais.

19La procession qui va chercher phūlpāti à l’extrémité du campus Trichandra à Jamal se forme à l’ancien palais royal. Elle doit être parfaitement synchronisée avec celle qui va accueillir le phūlpāti au palais de Gorkha. Toutes deux se mettent traditionnellement en branle lorsque la lumière du soleil permet de voir clairement les pores de la peau.

  • 6 « Provision has been made for the participation by members of the council of ministers, justices, h (...)

20La procession qui part du palais royal de Hanuman Dhoka est menée par le baḍā guruju, maître spirituel du roi, et son armée particulière, gurujuko paltan. Suivent des assistants rituels portant un palanquin pour phūlpāti qui contient du poisson et du turmeric, éléments rituels de bon augure appelés sāit. Le palanquin est accompagné par cinq femmes dont quatre sont appelées Maṅgalinī, du nom des chants auspicieux maṅgal qu’elles exécutent et une, Kalśinī, à cause du vase kalaś qu’elle porte. À cette occasion, ces femmes chantent des mālaśri, hymnes dévotionnels spécifiques à Dasaῖ. Un certain nombre de membres du gouvernement et d’employés du palais royal sont tenus de participer à la procession. Avant 1977, tous les fonctionnaires du gouvernement, depuis les ministres jusqu’aux fonctionnaires de troisième grade figurant à la Gazette, étaient requis. Depuis, l’obligation ne s’étend plus qu’aux fonctionnaires de premier grade figurant à la Gazette (TRN, 18.10. 77)6.

21D’après TRN (20.10.77, 23.10.74 et 11.10.86), une fanfare de la police, « un cortège culturel », des femmes portant des cruches, des hommes portant des chasse-mouches (en queue de yak et au manche d’or), ainsi qu’un contingent de la royal Nepal Army et « l’armée du Guruju » prennent part à la procession.

22Arrivés à Jamal, les fonctionnaires du gouvernement et du palais royal rendent un culte à phūlpāti (TRN, 27.9.71). Puis la procession repart, phūlpāti en tête, parcourant, Jamal, Kamalakshi, Asan, Indracowk, Makhan, Hanuman Dhoka (TRN, 11.10.86). En même temps que les « fleurs de Fulpati, la cruche (Kalash) de la famille royale est introduite dans le Dasain ghar de Hanuman Dhoka ». La kalaś royale est portée par des hommes du palais ancestral de Gorkha, phūlpāti par les prêtres brahmanes royaux (TRN, 14.10.88).

23La procession qui escorte phūlpāti depuis Jamal jusqu’à Hanuman Dhoka doit être synchronisée avec la parade militaire, de sorte qu’à l’issue de celle-ci, le roi parvienne à l’ancien palais à temps pour honorer la gerbe et présider à son introduction dans la chapelle royale.

24Arrivé dans Hanuman Dhoka, le palanquin de phūlpāti est porté à l’avant par l’assistant Basnet et à l’arrière par le plus âgé des autres assistants. Le roi rencontre la procession dans la cour appelée Nasal Chok à Hanuman Dhoka. Là, une chèvre est offerte en sacrifice et son corps est traîné autour du palanquin. Puis phūlpāti est conduit dans le dasaĩ ghar, suivi par le roi, la reine, le prince héritier et d’autres membres de la famille royale. Dans la chapelle, le roi offre de l’argent aux divinités et reçoit en retour une ṭikā en prasād. TRN (27.9.71) précise : le roi et la reine « vont porter hommage à Fulpati et à Durga Bhawani au Dasain Ghar ». Les princes et les princesses, des membres de la famille royale, le Président de la Cour suprême et des ministres les accompagnent (TRN, 29.9.79). Lors de cet hommage, de la musique « de bon augure (Mangal dhun) » est jouée (TRN, 21.10.85).

LE HUITIÈME JOUR

Dévotions

25Le jour d’aṣṭamī, le roi, la reine et leurs enfants, ainsi que la reine-mère, vont faire leurs dévotions à dix temples de la vallée de Katmandou dans l’ordre suivant :

  • 7 Dans la liste donnée par le RN (19.10.80), Naradevi est remplacée par Swetakali.

26« Naxal Bhagabati, Guhesvari, Maiti Devi, Kalika [aussi appelée Kalakasthan ou Kalikasthan selon TRN 6.10.73 ou 25.10.74 ou 3.10.76], Bhadrakali, Shankata, Mahankal, Naradevi7, Sobhabhagabati, Indrayani ». « Vijayaswori » est parfois rajoutée à la liste, cependant d’après TRN (25.10.74), la famille royale ne visite pas le temple de cette déesse, mais en reçoit seulement les « prasad ». Selon TRN (21.10.77), beaucoup de dévots se rendent à ces sanctuaires en ce huitième jour, pour y sacrifier des animaux. Hormis Mahānkāl, qui est un dieu masculin, tous les autres sites visités sont dévolus à une forme de la Déesse et constituent un groupe de neuf.

Kālarātrī

27La nuit du huitième jour, kālarātrī, 54 buffles et 54 chevreaux sont sacrifiés selon des rites tantriques dans la cour de Hanuman Dhoka (TRN, 14.10.88). Une idole de Taleju, ancienne divinité tutélaire des rois Néwar Malla et actuelle déesse tutélaire du royaume du Népal (rāṣṭriya devī) est descendue de son temple dans la cour du palais, puis placée dans la chapelle de Dasaῖ du Mulcok : « L’idole principale de Taleju Bhawani a été placée dans la cour principale (mool chowk). À minuit, au moment où la lune disparaît, a lieu le rituel secret [« Gupta puja »] de Taleju, qui comprend des prières et des sacrifices de chèvres et de buffles. L’idole de Taleju est placée dans le dasain ghar du roi » (TRN, 19.10.80). Cette dernière précision semble être fausse : l’idole de Taleju serait entreposée dans un templion particulier situé dans la cour principale de Hanuman Dhoka et non dans le dasaῖ ghar royal. La confusion entre les deux s’explique par le fait que la chapelle du Mulcok où l’on entrepose les représentationss de Taleju est elle-même appelée dasaῖ ghar (Pradhan, 1986, p. 308). Il n’y a donc pas réunion des Śakti Śāh et Malla. En fait, d’après un prêtre attaché au temple de Taleju, le culte de celle-ci a été intégré au rituel de Dasaῖ du temps de Mahendra Malla. La nuit de kālrātrī, l’idole principale de Taleju, une kalaś pleine d’eau, est descendue de son temple pour être placée dans un templion de la cour principale. Là, elle recevrait le sacrifice de 8 buffles, de 54 bufflons et de 54 chevreaux. Les frais occasionnés par ces sacrifices seraient supportés de nos jours encore par le ministère des Finances et non par le Palais royal, montrant qu’il s’agit là d’un culte d’État. Pendant cette cérémonie nocturne, l’incarnation de Taleju, la Kumārī, serait elle-même amenée dans la cour principale. La famille royale ne prend pas part à ces festivités. Ce n’est que très tardivement, sous le règne du roi Mahendra Śāh, qu’a été introduite la pratique de sacrifier en cette nuit un chevreau à Taleju au nom de la famille royale, dans la cour principale.

  • 8 Les rois Śāh ont été des dévots un peu malheureux de Taleju. Hormis Pṛthvī Nārāyaṇa dont la légende (...)

28Cependant, l’administration du temple de Taleju est placée sous la tutelle du prêtre mūl purohit de la famille royale et cela depuis Pṛthvī Nārāyaṇ. Toutes les nominations de personnes attachées au temple sont faites par lui, bien que lui-même ne soit pas admis à entrer dans le bâtiment. Seuls les membres initiés des trois hauts lignages hindous néwar – Karmācārya, Rājbhandari et Jośī–, ont le droit de pénétrer dans le sanctuaire. Une exception concerne toutefois le roi, qui a la permission d’y entrer en théorie, s’il a reçu l’initiation. Les prêtres néwar attachés au temple sont rémunérés par le Guthi Saṃsthān (corporation gouvernementale), mais les corps des animaux sacrifiés à Taleju sont la propriété du mūl purohit et une part importante de ceux-ci sont offerts en prasād à des personnalités civiles et militaires8.

29Le rôle de Taleju au sein des rituels royaux de Dasaῖ est très complexe. Elle se rattache étroitement à la trame des événements rituels de Dasaῖ, mais de façon parallèle, comme un doublet néwar des rites Śāh. Par exemple, le septième jour, de même que la Déesse est introduite sous sa forme de phūlpāti dans le dasaῖ ghar, quatre idoles de Taleju sont descendues de leur sanctuaire permanent et placées dans le templion de la cour principale (Van den Hoek et Shrestha, 1992) ; elles seront de même remontées le matin du dixième jour, comme le phūlpāti est immergé en ce jour. Les rois Śāh ont toutefois une place dans le culte de Taleju, comme nous l’avons déjà noté. En outre, le roi est représenté par son épée dans le temple de Taleju, la nuit de kālrātrī (Pradhan, 1986, p. 310).

30Enfin, un chevreau noir est sacrifié aux Nava Durgā dans le dasaῖ ghar, à minuit (TRN, 11.10.81, 4.10.84).

LE NEUVIÈME JOUR

31Le neuvième jour marque la fin du rituel de navarātrī qui, dans la vallée de Katmandou, consiste à prendre un bain au petit matin, neuf jours durant, aux lieux saints suivants : « Shanka Mul, Kankeswori, Pashupati Aryaghat, Sobhabhagabati, Tokha kalmochan, Teku Dovan, Gokarna, Gaurighat » (TRN, 3.10.76). Il se termine au temple de Taleju Bhawani à Katmandou, ouvert au public en ce jour et pour la seule fois de l’année : « Les dévots ont offert des sacrifices au “Dasain kotha” où pousse le jamara. Des chèvres, des canards, des volailles et des buffles ont été sacrifiés » (TRN, 6.10.73). Comme le font remarquer Van den Hoek et Shrestha (1992), le seul jour de l’année où le temple est ouvert, il ne contient précisément pas les idoles de Taleju, qui ont été descendues : une représentation de Guyeśvarī y est exhibée à la place.

32La Kumārī est également vénérée (TRN, 2.10.87, 12.10.86).

33Pour la « Biswakarma puja », tous les véhicules et les instruments reçoivent un culte. En particulier, une grande série de sacrifices se tient dans la cour du koṭ de Katmandou, « Pyaphal tole kot », où les militaires sacrifient des chèvres et des buffles aux bannières et aux fusils et des sacrifices ont lieu au poste de police situé à proximité de Hanuman Dhoka (TRN, 25.10.74). Tandis que les bannières sont vénérées dehors, les armes reçoivent un culte à l’intérieur du koṭ, dans un sanctuaire appelé garbha gṛha « la maison de la matrice ».

LE DIXIÈME JOUR

34Trois événements principaux sont soulignés par la presse lors de daśamī : la remise des ṭikā, le message royal et la procession des sabres, khaḍga jātrā.

La remise des ṭikā

  • 9 Les différentes salles du palais de Narayanhity portent des noms de lieux du Népal et notamment de (...)

35Avant de remettre la marque ṭikā à ses sujets, le roi la reçoit lui-même. Cette cérémonie se passe tôt le matin au nouveau palais, Narayanhity, dans la salle appelée Dhanusha Hall, « le hall de l’Arc9 » Le roi reçoit tout d’abord une aspersion d’eau contenue dans la kalaś de la chapelle de Dasaῖ. « Sa Majesté le roi a été aspergée avec l’eau sacrée du pichet du Dasain Ghar au milieu des chants de mantras védiques priant pour la longue vie, la bonne santé et le bonheur de Sa Majesté, avant que la “Ṭikā” et le “ Jamara “, les “Prasad” de la Déesse-Mère Durga Bhawani, soient présentées à Sa Majesté » (TRN, 24.10.77). Les prêtres royaux effectuent cette onction : le baḍā guruju, le mūl purohit, et « autres » (TRN, 19.10.83, 24.10.77). L’aspersion du roi est accompagnée de musique de bon augure et de salves tirées au fusil (TRN, 11.10.81). Elle marque la fin des neuf jours de Dasaῖ et le début de la cérémonie des ṭika : « Les neuf jours de Dasain se terminent avec l’aspersion d’eau sacrée (abhisekh) de la déesse Durga qui marque le commencement de la cérémonie des “Tika” » (TRN, 8.10.92). Le roi reçoit ensuite de la poudre vermillon, une ṭikā et du jamarā. Au moment précis où il reçoit la marque ṭika, trente et un coups de feu sont tirés. A la suite du roi, la reine reçoit une aspersion, la ṭikā et le jamarā des prêtres, puis le roi remet une ṭikā à son épouse. Le prince héritier puis la reine-mère sont alors aspergés par les prêtres et reçoivent à leur tour la ṭikā. Le roi et la reine remettent ensuite la ṭikā au prince héritier et la reine mère, enfin, appose une marque au roi, à la reine et au prince. Puis, le roi et la reine bénissent le reste de la famille royale, les frères du roi et tous leurs parents. Cette remise des ṭikā est une affaire privée, seuls les membres de la famille royale et les prêtres y sont admis. La famille royale s’y affirme comme une patriligne, excluant des rituels les filles et les sœurs mariées du roi.

36L’après-midi est consacré à la distribution des ṭikā par le roi. Le programme, tel qu’il est anoncé dans le Rising Nepal du 22.10.74 est le suivant :

  • 10 Pour plus de détails au sujet des élites népalaises, cf. Rose et Scholz (1980, pp. 54-58).

« 12h remise aux gurus et purohits
12h30 famille royale
12h45 10 shahebjus (personnes de la famille royale des Śāh tenant leur rang du roi)
4 Chautariyas (frères classificatoires du roi)
Parents royaux
Leurs Grandeurs (alliés ou matrilatéraux de la famille royale) Rajas (Les rois)
Officiers militaires du palais ou figurant à la gazette jusqu’au rang de Major.
15h30 autres Shahebjus et Chautariyas, Premier ministre, Président de la Cour suprême, ministres, secrétaires, et officiers militaires du rang de secrétaire.
16h militaires figurant à la Gazette, officiers civils et le peuple en général10 ».

37Parallèlement, la reine remet des tikā aux femmes.

38Lors de la dernière partie de la cérémonie, le roi, debout dans la cour de son palais, distribue des marques à quiconque, quelle que soit « sa caste, sa croyance ou sa nationalité » (TRN, 30.9.87).

Le message royal de Vijayā Daśami

39Chaque année, à l’occasion de vijayā daśamī, le roi adresse un message à son peuple, publié, signé de sa main, dans le quotidien Gorkhāpātrā. L’idée force de ce message figure tous les ans en gros titre dans le Rising Nepal, qui en donne aussi la traduction intégrale en anglais. Après avoir adressé ses vœux à tous les Népalais (dans les années 70) ou à tous les Hindous (depuis les années 80), le roi aborde les problèmes du moment : trouble politique ou problème de développement. Deux leitmotive se détachent : l’importance de la tradition et de l’identité, tels qu’ils s’expriment lors de Dasaῖ, ainsi que les devoirs du citoyen envers la « Terre-mère ». En 1992, parallèlement au message du roi, un long message du Premier ministre, G. P. Koirala, est reproduit et commenté.

La procession des sabres

  • 11 Pour une liste des différents khaḍga jātrā de Katmandou, voir Pradhan (1986, p. 313).

40Le soir du dixième jour, « des groupes de douze personnes, revêtues de longues robes blanches et portant des sabres en main, sortent de temples de dieux ou de déesses en divers lieux de la ville de Kathmandu et tranchent des gourdes placées à certains endroits de la procession. Les groupes, appelés Payakhala, symbolisent différents dieux et déesses et l’acte de trancher des gourdes avec le sabre signifie le triomphe de la justice et l’extermination des pouvoirs démoniaques » (TRN, 17.10.75)11 (Phot. 1).

41Une procession part du palais royal, à laquelle les rois Malla prenaient part autrefois (Vajracarya 2033 V.S. p. 187). Aujourd’hui, le roi est toujours représenté par son épée qui est portée par un fonctionnaire à la tête d’une petite procession, qui fait un circuit dans la ville au son de musique militaire (Vajracarya 2033 V.S., p. 186 et Van den Hoek et Shrestha, 1992).

  • 12 On trouvera une description détaillée de l’échange de sabre entre le roi et Bhairav dans Tamrakar ( (...)

42Une fois tous les douze ans, le roi assiste à la fin de cette cérémonie, devant le temple de Gaṇeś à Katmandou : « À cette occasion, Sa Majesté le roi a accompli le rite qui consiste à échanger le khaḍga royal [un sabre] avec celui de Pachali Bhairav [...]. Le sabre royal est rendu cérémonieusement à Sa Majesté le roi avec les bénédictions de Pachali Bhairav. Des danseurs représentant des divinités – Pachali Bhairav, Kumar et Ganesh d’Asan, Taleju Bhawani ainsi que des Daityas (démons) de Ombhal – étaient venus au temple de Ganesh de Kathmandu, portant leur sabre »(TRN, 6.10.76). En 1987, douze ans plus tard, cet échange de sabre entre le roi et Bhairav donna à nouveau lieu à un article dans le Rising Nepal (5.10.87)12.

43La fin des rites a lieu le dixième jour au soir, lorsque les ingrédients du rituel et notamment le phūlpāti sont immergés dans les eaux de la Bishnumati ou dans celles de Rani Pokhari, selon la position de la planète śukra, Vénus. Il s’agit de rester éloigné de celle-ci. Si elle se trouve à l’est, l’immersion a lieu dans la Bishnumati, si elle est à l’ouest, dans Rani Pokhari.

44Enfin, les dix jours de Dasaῖ sont immédiatement suivis à Katmandou par la « procession de la déesse Annapurna » (« celle qui est pleine de céréales »), que l’on promène dans la ville pendant deux jours (TRN, 2.10.90).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Anderson, M.,
1977, The festivals of Nepal, London, George Allen and Unwin.

Gimlette, G.H.D.,
1928, Nepal and the Nepalese, London, H.F. and G. Witherby.

Northey, W.B. (s.d.),
The Land of the Gurkhas or The Himalayan Kingdom of Nepal, Cambridge, W. Heffer and sons.

Pradhan, R.,
1986, Domestic and cosmic rituals among the Hindu Newars of Kathmandu, Nepal. PhD, University of Delhi.

The Rising Nepal (TRN), 18.10.1969, 27.9.71 ; 6.10.72, 17.10.72 ; 4.10.73, 6.10.73, 9.10.73 ; 22.10.74, 23.10.74, 25.10.74 ; 12.10.75, 14.10.75, 17.10.75, 18.10.75 ; 1.10.76, 3.10.76, 6.10.76 ; 14.10.77, 18.10.77, 20.10.77, 21.10.77, 24.10.77 ; 9.10.78, 11.10.78, 14.10.78 ; 29.9.79, 1.10.79 ; 17.10.80, 19.10.80, 22.10.80 ; 2.10.81, 6.10.81, 8.10.81, 11.10.81 ; 25.10.82, 30.10.82 ; 8.10.83, 9.10.83, 12.10.83, 13.10.83, 19.10.83 ; 2.10.84, 4.10.84, 7.10.84 ; 15.10.85, 16.10.85, 17.10.85, 20.10.85, 21.10.85, 23.10.85 ; 3.10.86, 5.10.86, 6.10.86, 7.10.86, 8.10.86, 9.10.86, 10.10.86, 11.10.86, 12.10.86, 16.10.86 ; 29.9.87, 30.9.87, 2.10.87, 5.10.87 ; 12.10.88, 14.10.88 ; 1.10.89, 2.10.89, 3.10.89, 4.10.89, 6.10.89, 10.10.89, 11.10.89, 13.10.89 ; 19.9.90, 20.09.90, 26.09.90, 27.9.90, 1.10.90, 2.10.90, 3.10.90, 4.10.90 ; 4.10.92, 8.10.92, 9.10.92, 17.10.92

Rose, L. et Scholz, R.,
1980, Nepal : Profile of a Himalayan Kingdom, Boulder Westriew Press.

Tamrakar, Tejaratna,
2044 V.S., ; « Pacali Bhairavko bārha barṣa khaḍga jātrā »in Nepālī samskṛti, vol 4, n°l, PP· 9-12.

Vajracarya, G.,
2033 V.S., Hanumānḍhokākā rājadarbār, Kathmandu, Tribuvan University.

Van Den Hoek, B. et Shrestha, B.,
1992, « Guardians of the royal goddess : Daitya and Kumar as the protectors of Taleju Bhavani of Kathmandu » CNAS Journal, vol.19, n°2, 1992, pp. 191-222.

Annexes

PHOT. 1. PROCESSION DES SABRES (KAḌGAJĀTRĀ)

PHOT. 1. PROCESSION DES SABRES (KAḌGAJĀTRĀ)

LE SOIR DU DIXIÈME JOUR, DANS LE QUARTIER VATU À KATMANDOU. Ici la Désse Ajima incarnée par le doyen Jyapu (Caste de paysans) du quartier (cl. G. Toffin.)

Notes

1 M. Anderson (1977 pp. 142-155), offre la meilleure description.

2 Une bonne description du culte de Pacali Bhairav se trouve dans Anderson (1977) et l’on peut aussi consulter à ce sujet Pradhan (1986, pp. 304-307).

3 La parade du septième jour est appelée « feu de joie » en anglais et baḍhai en népali, terme qui signifie « honorer », « célébrer » et qui désigne plus particulièrement le fait de célébrer un événement par des coups de feu.

4 Vajracarya (2033, p. 186) donne des informations très différentes concernant phūlpāti. Selon cet auteur, il est apporté depuis un endroit appelé Dhunebesi, à Nuwakot. Des personnes seraient envoyées du palais de Hanuman Dhoka quelques jours avant saptamī pour y quérir des feuilles de bel. Après avoir adoré l’arbre et lui avoir sacrifié un bouc, ces personnes seraient de retour à Katmandou le septième jour, où elles feraient halte au nord de Rani Pokhari, c’est-à-dire à peu près à Jamal. Là, un cortège venu du palais avec des fleurs, des feuilles de bananier et une kalaś décorée d’un tissu rouge viendrait chercher le phūlpāti, pendant les salves tirées par l’armée. La concordance des faits relatés par Vajracarya avec ceux que décrivent la presse dès lors que phūlpāti est parvenu à Jamal laisse penser qu’il existe peut-être deux sources de prélèvement du phūlpāti, l’une dans l’ancien royaume de Gorkha et l’autre à Nuwakot. Les phūlpāti marqueraient ainsi les deux étapes historiques capitales qui ont précédé la conquête de la vallée, puisque, partant de Gorkha, la prise de Nuwakot en a été la condition sine qua non et que les rois Śāh conservèrent un palais d’été à Nuwakot, où Pṛthvī Nārāyaṇ aimait à résider.

5 TRN (29.9. 79 ou 17.10.80) mentionnent six Magar de Gorkha.

6 « Provision has been made for the participation by members of the council of ministers, justices, heads and members of the constitutional bodies, Royal Palace members present on the occasion, first class Royal Palace, special and first class HMG officials, chairmen and general managers of the corporations, Kathmandu District Panchayat president, and Kathmandu Town Panchayat pradhan panch » (TRN, 18.10.77).

7 Dans la liste donnée par le RN (19.10.80), Naradevi est remplacée par Swetakali.

8 Les rois Śāh ont été des dévots un peu malheureux de Taleju. Hormis Pṛthvī Nārāyaṇa dont la légende veut qu’il ait été consacré roi par la main de la Déesse elle-même sous sa forme de Kumārī, son fils, Siṅgh Pratāp Śāh, lui rendit un culte afin d’assurer l’expansion de son royaume. Mais, on dit que la Déesse demanda alors le sacrifice d’un homme pourvu des 32 qualités, ce qui est une autre façon de désigner le roi. Les prêtres auraient alors vu toutes leurs propriétés confisquées par le souverain en colère. Plus tard, le fils de celui-ci, Raṇa Bahādūr Śāh, tint Taleju responsable de la mort de sa femme bien-aimée. La Déessse fut, dit-on, emportée en procession funéraire, ce qui fut interprété comme la vengeance du dernier roi Malla, Jayaprakāś, dont Raṇa Bahādūr faisait figure de réincarnation. Plus tard, pour se faire pardonner, ce roi institua six cultes majeurs à Taleju, appelés thāa pūjā, qui sont financés aujourd’hui encore par le Trésor public.

9 Les différentes salles du palais de Narayanhity portent des noms de lieux du Népal et notamment de sommets. Dhanusha est un district du Terai associé aux légendes de Rāma.

10 Pour plus de détails au sujet des élites népalaises, cf. Rose et Scholz (1980, pp. 54-58).

11 Pour une liste des différents khaḍga jātrā de Katmandou, voir Pradhan (1986, p. 313).

12 On trouvera une description détaillée de l’échange de sabre entre le roi et Bhairav dans Tamrakar (2044 V.S.). On notera que l’échange entre le roi et Bhadrakālī ne revêt probablement pas la même importance puisqu’il n’est pas relaté dans les journaux.

Table des illustrations

Titre PHOT. 1. PROCESSION DES SABRES (KAḌGAJĀTRĀ)
Légende LE SOIR DU DIXIÈME JOUR, DANS LE QUARTIER VATU À KATMANDOU. Ici la Désse Ajima incarnée par le doyen Jyapu (Caste de paysans) du quartier (cl. G. Toffin.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6344/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540