Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Onze discours sur l'Europe, 1982-1995

 | 
François Mitterrand

Cérémonies commémoratives du Cinquantième anniversaire de la fin de la guerre en Europe

Texte intégral

1Berlin, 8 mai 1995

2Monsieur le Président,

3Mesdames et Messieurs,

4Je suis venu à vous ce soir, à Berlin, en ma qualité de Président de la République française et c’est à ce titre que je vous parle. Comme il s’agit de l’un des derniers actes que j’accomplirai dans ce rôle, je suis fier que cela soit ici avec vous.

5C’était bien le moins que je devais à l’Allemagne. À l’Allemagne d’aujourd’hui, mais aussi à l’Allemagne de toujours que l’histoire, la géographie, la culture ont indissolublement liée à la France. Étrange, cruelle, belle et forte aventure que celle de ces peuples frères auxquels il aura fallu plus d’un millénaire pour se reconnaître tels qu’ils sont, pour s’admettre, pour s’unir, pour chercher l’un chez l’autre les leçons de la science, de la philosophie, de la politique, pour revenir ensemble à leur propre source.

6Sur ce thème, bien entendu, nous pourrions parler longtemps. C’était déjà un peu le contenu des allocutions précédentes. Vous connaissez le discours, mais il ne faut pas cesser de le répéter. Nous revenons de si loin.

7L’Europe s’est construite ou reconstruite en un demi-siècle, sur tant de ruines, de désastres et de morts ! Il faut l’expliquer. Ce n’est pas simplement le résultat de la bonne volonté ou des bonnes intentions. C’est aussi parce que les générations précédentes ont supporté le poids de deux guerres mondiales. Je crois être parmi vous l’un des rares, et c’est tant mieux pour vous, à avoir vécu cette deuxième guerre mondiale comme soldat. Et le 8 mai 1945, j’étais soldat à Paris. Il est intéressant peutêtre de savoir ce que pouvait en penser un jeune homme de vingt-cinq ans. Bataille perdue d’abord, bataille gagnée ensuite, contre qui et pourquoi ? Toutes ces questions se posaient. Il était facile d’en rester au point où nous en étions. Facile de penser que l’on pourrait résoudre tous les problèmes par la force, par la violence, par la loi du plus fort. Et c’est précisément une prise de conscience qui a changé le cours de l’histoire.

8Je suis venu célébrer chez vous le 8 mai 1945, exactement comme l’ont fait le Président et le Chancelier allemands ce matin à Paris. C’est une réflexion sur le sens de ce 8 mai que je veux approfondir, car je crois que nos fils considéreront avec étonnement ce rassemblement de tant de peuples qui se sont tant meurtris, cette célébration d’un événement où la victoire et la défaite se mêlent, où chacun compte et pleure ses morts, en oubliant parfois de s’émerveiller que de ces morts soit née la prise de conscience de ce qu’une civilisation peut faire et de ce qu’elle ne doit pas faire, de ce que l’avenir attend et de ce qu’il interdit. Bref, cette prise de conscience qui s’appelle le triomphe de la vie.

9Je vous le disais à l’instant, j’ai vécu ce 8 mai 1945 à Paris. Cinquante ans plus tard, nous sommes à Berlin. Lorsque j’évoque le rôle qui est le mien aujourd’hui, qui s’achève, mais qui est encore le mien, de présider aux destinées de la Nation française, je ne peux m’empêcher de songer aux extraordinaires efforts et aux grandes réussites menés par les politiques responsables de nos différents pays d’un côté et de l’autre.

10Rien n’eût été possible sans les premiers appels de Churchill ; j’ai eu le bonheur de les entendre moi-même. Rien n’eût été possible sans ces quelques dizaines d’Européens venus de chacun de nos pays ; on parle naturellement de Schuman, de Monnet, d’Adenauer, De Gasperi et de bien d’autres, qui dans le même moment ont tiré la même conclusion du même désastre qu’ils avaient vécu, et cela précisément par-dessus leurs frontières. L’ennemi d’hier était l’ami d’aujourd’hui. Au fond, que s’était-il passé ? Je sais que le débat existe en Allemagne. Il ne peut pas ne pas exister. Est-ce une défaite que nous célébrons ? Est-ce une victoire ? Et quelle victoire ? C’est la victoire de la liberté sur l’oppression, sans aucun doute. Mais c’est surtout à mes yeux — et tel est le seul message que je voudrais laisser — une victoire de l’Europe sur elle-même.

11Et dans ce camp-là, nous sommes tous unis et rassemblés. Je ne peux pas faire de distinction, au cours des quatorze années que je viens de vivre à la tête de mon pays, entre l’apport de tel ou tel homme d’État, l’apport de tel ou tel peuple à la construction de l’Union européenne — pour ne parler que de celle-là, car au-delà de l’Union européenne, et depuis novembre 1989, il y a l’ouverture sur l’Europe tout entière, sur le Continent. Chacun sait bien qu’une structure provisoire est née de la nécessité il y a cinquante ans, mais qu’elle n’est que le prélude à ce qui sera construit demain et qui donnera enfin à l’Europe son sens.

12Je voudrais ajouter une note avant de terminer. J’ai vécu toutes les étapes de la construction de l’Union européenne avec tout ce qui l’entoure, et qu’évoquait fort bien John Major tout à l’heure. J’ai vécu aussi la guerre elle-même et je sais que si la victoire est revenue dans mon pays, c’est en faisant bien des détours.

13Un détour par le ciel anglais, un détour par les espaces africains, un détour par d’immenses territoires et l’héroïsme russe, un détour par les profondeurs du Nouveau Monde américain qui répondait à sa vocation initiale pour venir au secours de la liberté, là où elle était perdue ou menacée. Mais aussi ce pays, le mien, qui fut d’abord vaincu et occupé, a reconnu la victoire avec ses alliés, grâce à ses alliés mais aussi par la révolte du corps et de l’esprit devant l’horreur des camps de concentration, de l’Holocauste, l’oubli de toutes les valeurs et de toutes les vertus humaines, de la vie, du respect de la vie, et donc de l’espoir : de tout ce qui respire, de tout ce qui grandit, de tout ce qui renaît d’une année sur l’autre, car le printemps n’est pas fait que pour les plantes et les choses. C’est pourquoi je veux rendre témoignage aujourd’hui, sans arbitrer. Victoire, défaite, victoire pour qui ? défaite pour qui ? Sans vouloir arbitrer, je veux quand même me souvenir de ce que j’ai vu moi-même à l’époque où Hitler était le maître de l’Europe et où j’étais ce soldat blessé et prisonnier en Allemagne. Dans ma solitude d’une prison en Allemagne, après avoir tout perdu, jusqu’à mon identité, et pendant des mois, n’ayant plus aucun espoir. Le ciel était sombre. N’était-ce pas la victoire de l’idéologie terrible qui venait de maîtriser une partie de l’Europe ? Comment espérer en d’autres que moi, qui se trouvaient en d’autres lieux, et comment espérer là, en pleine Allemagne, nazie pour mille ans ? Eh bien, j’ai repris espoir parce que j’ai connu des Allemands.

14Oui, je les ai connus. C’étaient quelquefois mes gardiens. C’étaient les soldats allemands chargés de m’empêcher de retrouver ma liberté, et qui n’y sont d’ailleurs pas parvenus. C’était une partie de votre peuple qui échappait en vérité aux commandements, aux directives, aux enthousiasmes fallacieux, aux rassemblements, à la passion, à l’enthousiasme de la victoire du début ; des Allemands qui résistaient peut-être sans le savoir, parce qu’ils étaient tout simplement d’honnêtes gens. Quand les ai-je connus ? Pendant la guerre. Et où ? En Allemagne. Par la suite, quand je suis revenu en France, dans la France occupée après une évasion, j’ai réfléchi à cet antagonisme entre l’Allemagne et la France. Je me suis rendu compte, et je l’ai dit en d’autres lieux, que j’avais appris moi-même dans mon pays de quoi alimenter toutes les guerres futures contre l’Allemagne et quelques autres, et qu’il en avait été de même dans la plupart des pays d’Europe, puisque nous avons à travers les siècles accumulé ce que nous appelions sottement les “ennemis héréditaires”. Eh bien voilà ! Les ennemis héréditaires, ils sont là.

15L’hérédité n’a pas tenu, les lois de la biologie n’ont pas résisté à celle d’une autre nécessité, qui va beaucoup plus loin et qui est celle d’une mémoire humaine et d’une solidarité entre les peuples contraints de vivre sur une planète qui se rétrécit chaque jour, qui s’abîme chaque jour, d’une planète en péril : notre bien commun, qu’il convient de sauver tous ensemble plutôt que de l’abîmer avec des raids aériens, des bombes, des moyens de destruction qui permettraient sans doute de détruire la Terre pour peu qu’on le veuille.

16Ce n’est donc pas mon expérience de chef de l’État que je vous livre. La politique européenne sera poursuivie après moi comme elle avait commencé avant moi ; peut-être pas de la même façon, mais finalement l’Histoire oblige, l’Histoire commande et on sera toujours là pour le rappeler aux autres. Ce que nous avons fait doit être poursuivi et le sera. Je le disais tout à l’heure : la première victoire qui soit commune, c’est la victoire de l’Europe sur elle-même.

17Alors demain, il faudra parfaire l’œuvre accomplie, qui n’est pas achevée et ne le sera d’ailleurs jamais. Les dissentiments, les rivalités, les compétitions, le goût du sang, le goût de la mort, voyez comment en Europe même cela se poursuit dans certains pays, dans certaines zones de ce même continent, à quelques centaines de kilomètres de chez nous. Il faut donc que notre état d’esprit se fonde sur l’expérience, sur l’expérience de ceux qui ont combattu. Tel est le dernier message que je pourrai laisser. J’ai voulu prendre part, dès les années 1947-1948, au premier rassemblement européen, parce que j’avais été un soldat et parce que j’avais connu la haine autour de moi, parce que je me rendais compte que cette haine devait être moins forte que la nécessité de vivre pour l’Europe et pour les Européens. Et que ces frères, s’ils étaient ennemis, étaient d’abord des frères. Je ne parle ici que de l’Europe, du continent où je vis ; mais je pense que la leçon, un jour, sera vraie pour tous les hommes de la Terre.

18Voilà, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, ce que je voulais vous dire. Je ne suis pas venu célébrer la victoire dont je me suis réjoui pour mon pays en 1945. Je ne suis pas venu souligner une défaite, parce que j’ai su ce qu’il y avait de fort dans le peuple allemand, ses vertus, son courage — et peu m’importe son uniforme, et même l’idée qui habitait l’esprit de ces soldats qui allaient mourir en si grand nombre. Ils étaient courageux. Ils acceptaient la perte de leur vie. Pour une cause mauvaise, mais leur geste à eux n’avait rien à voir avec cela. Ils aimaient leur patrie. Il faut s’en rendre compte. L’Europe, nous la faisons, nous aimons nos patries. Restons fidèles à nous-mêmes. Relions le passé et le futur, et nous pourrons, l’esprit en paix, passer le témoin à ceux qui vont nous suivre.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable